Archives par mot-clé : 1928

LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA

LES CHÂTEAUX OS DOS CASTELOS 
Poème de Fernando Pessoa
Poema de Fernando Pessoa
Mensagem Pessoa
os dos castelos poema de fernando pessoa les châteaux poème de Fernando Pessoa Artgitato




Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 




Os Dos Castelos
poema de Fernando Pessoa

Les Châteaux
poème de Fernando Pessoa

A Europa jaz, posta nos cotovelos:
L’Europe a posé ses coudes
De Oriente a Ocidente jaz, fitando,
De l’Est à l’Ouest, elle est là, fixant
E toldam-lhe românticos cabelos
Et obscurcissant ses cheveux romantiques
Olhos gregos, lembrando.
Sur ses yeux grecs, elle se souvient.

O cotovelo esquerdo é recuado;
Le coude gauche est en retrait ;
O direito é em ângulo disposto.
Le droit en angle droit.
Aquele diz Itália onde é pousado;
Celui-ci l’Italie d’où elle part;
Este diz Inglaterra onde, afastado,
Celui-là l’Angleterre d’où part
A mão sustenta, em que se apoia o rosto.
La main qui maintien son visage.

Fita, com olhar esfíngico e fatal,
Fixe, regard de sphinx, fatal,
O Ocidente, futuro do passado.
L’Occident est l’avenir du passé.

O rosto com que fita é Portugal.
Le visage fixe voilà le Portugal.

**********
8 de dezembro de 1928
8 décembre 1928

************
LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA
OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA

Œuvre de FERNANDO PESSOA Poésie & Prose – Poesia e Prosa

Oeuvre de Fernando Pessoa

*

Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 

Œuvre de FERNANDO PESSOA
Poesia e Prosa
***

Poésie & Prose
***

**
A Fernando Pessoa
1915
A Fernando Pessoa Alvaro de Campos 1915 Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

(Depois de ler seu drama estático « O marinheiro » em « Orfeu I »)
(Après la lecture de votre drame statique « Sailor » dans « Orphée I »)

**

ADIAMENTO
AJOURNEMENT
 (ÁLVARO DE CAMPOS – 1928)

**
Ah, Um Soneto
Ah, un Sonnet
Fernando Pessoa Ah un sonnet Ah um soneto Artgitato Traduction Française

Meu coração é um almirante louco
Mon cœur est un amiral fou

**

Análise
Analyse

analise poema de Fernando Pessoa Analyse Poème de Fernando Pesso Artgitato

Tão ABSTRATA é a idéia do teu ser
Si ABSTRAITE est l’idée de ton être

**
Apontamento
Note
1929
Apontamento Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française Note
**

As caricaturas de Almada Negreiros 
Les caricatures d’Almada Negreiros
1932
Les Caricatures d'Almada Negreiros AS CARICATURAS DE ALMADA NEGREIROS Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

**

Autopsicografia
Autopsychographie

Autopsicografia FERNANDO PESSOA Autopsychographie Artgitato

**
Aviso por causa da moral
Avertissement à cause de la morale
1923
AVISO POR CAUSA DA MORAL Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française
**

Balança de Minerva
LA BALANCE DE MINERVE
1913

Destina-se esta secção à crítica dos maus livros e especialmente à crítica daqueles maus livros que toda a gente considera bons.
Cette section est destinée à la critique des mauvais livres et surtout la critique de ces mauvais livres que tout le monde apprécie.

**

Álvaro de Campos
 Carta dirigida à revista Contemporânea
Lettre à la Revue Contemporânea
17 Outubro 1922
 17 octobre 1922

Venho escrever-lhe para o felicitar pela sua «Contemporânea» para lhe dizer que não tenho escrito nada e para por alguns embargos ao artigo do Fernando Pessoa.
Je vous écris ici pour vous féliciter de votre « Contemporânea », pour vous dire que je ne l’ai pas écrit et pour revenir sur l’article de Fernando Pessoa.

**

Crónicas da Vida Que Passa

Crónica da Vida Que Passa
Chronique de la Vie qui passe
15 de Abril 1915 – 15 avril 1915

Sur la Trahison et le Traître

Na Rússia — ao contrário do que se tem dito — continuam as perseguições políticas.
En Russie – contrairement à ce qui a été dit – les persécutions politiques continuent.
Acaba de ser enforcado, por traidor, o coronel russo Miasoyedoff.
Le colonel russe Miasoyedoff vient d’être pendu pour trahison.

Crónica da Vida Que Passa
Chronique de la Vie qui passe
21 de Abril 1915 – 21 avril 1915

O proletariado organiza-se.
Le prolétariat s’organise.
Inaugurou-se há dias, em Lisboa, a Associação de Classe dos Monárquicos.
Il a inauguré il y a quelques jours, à Lisbonne, l’Association de Classe de Monarchistes.

**
 Escripto num livro abandonado em viagem
Ecrit dans un livre abandonné en voyage
1928
Escripto num livro abandonado em viagem 1928 Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française
**

Álvaro de Campos
Gazetilha
La célébrité des fous
1929

 Dos Lloyd Georges da Babilônia
Des Lloyd George de Babylone
Não reza a história nada…
L’histoire n’a rien conservé

**
Lisbon revisited
1923
Lisbon revisited 1923 Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

**
Mar Português
Mer Portugaise

Mar Português Mer Portugaise Fernando Pessoa Artgitato

Ó mar salgado, quanto do teu sal
Ô mer salée, combien de ton sel

São lágrimas de Portugal!
Vient des larmes du Portugal !








**
O Caso mental português 
 Le Cas mental portugais
1932
Le cas mental portugais O CASO MENTAL PORTUGUÊS Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

**
O GUARDADOR DE REBANHOS
LE GARDEUR DE TROUPEAUX
Alberto Caeiro
1925

Fernando Pessoa Poème XXIV -Le Gardien de Troupeaux - O GUARDADOR DE REBANHOS Artgitato

**

O Homem de Porlock
L’HOMME DE PORLOCK 
1934

A história marginal da literatura regista, como curiosidade, a maneira como foi composto o escrito o Kubla Kan de Coleridge.
L’histoire marginale de la littérature note comme une curiosité la manière dont fut rédigé le  Kubla Khan de Samuel Taylor Coleridge.

**

O Livro do Desassossego
Le Livre de l’intranquillité
IV

E do alto da majestade de todos os sonhos, ajudante de guarda-livros na cidade de Lisboa.
Et du haut de la majesté de tous les rêves, moi, aide-comptable à Lisbonne.

Fernado Pessoa Le Livre de l'Intranquillité Artgitato O Livro do Desassossego

**

O PENÚLTIMO POEMA
L’AVANT DERNIER POEME
ALBERTO CAEIRO
1922

Também sei fazer conjecturas.
Je sais aussi faire des conjectures.
Há em cada coisa aquilo que ela é que a anima.
Il y a dans chaque chose tout ce qu’elle est et qui l’anime.

**
Opiário
Fumerie 
1914
Opiário Fumerie Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française
**

O que é a metafisica ?



Qu’est-ce que la métaphysique
1924
O QUE É A METAFÍSICA Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

**
Os dos Castelos
Les Châteaux
1828

os dos castellos poema de fernando pessoa les châteaux poème de Fernando Pessoa Artgitato








A Europa jaz, posta nos cotovelos:
L’Europe a posé ses coudes

De Oriente a Ocidente jaz, fitando,
De l’Est à l’Ouest, elle est là, fixant

**

Poemas Inconjuntos
Poèmes Désassemblés
(1913-1915)
Alberto Caeiro

**
Quero acabar entre rosas
Je veux finir entre les roses
1932
Quero acabar entre rosas Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française Je veux finir entre les roses

Quero acabar entre rosas, porque as amei na infância.
Je veux finir entre les roses, parce je les aimais dans mon enfance.

**

Soneto Já Antigo
Sonnet déjà ancien
1922
Soneto Já Antigo Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française Sonnet déjà antique

**
Tabacaria
La Bureau de tabac
1928
Fernando Pessoa Tabacaria Bureau de Tabac Artgitato Traduction Française
**
Tenho Tanto Sentimento
J’ai tant de sentiment
Tenho Tanto Sentimento J'ai tant de sentiment Fernando Pessoa Artgitato

Tenho tanto sentimento
J’ai tant de sentiment

  Que é frequente persuadir-me
Que fréquemment je me persuade
De que sou sentimental,
Que je suis sentimental,




**
Trapo
Loque
1931
Trapo Fernando Pessoa Loque Artgitato Traduction Française
**

Três Canções Mortas
Trois Chansons Mortes
1923

 **
Um Grande Português 
Un grand
Portugais
1926
Um grande português Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française Un grand Portugais Manuel Peres Vigario




*******************************

Œuvre de Fernando Pessoa


 




 

YEATS POEMS – Poetry of Yeats – La Poésie de Yeats

*

YEATS POEMS

William Butler Yeats
Irish poet – Poète Irlandais

Traduction – Texte Bilingue




Traduction Jacky Lavauzelle

YEATS
1865-1939
Poetry of Yeats La Poésie de Yeats William_Butler_Yeats_by_John_Singer_Sargent_1908 

 








YEATS POEMS
La Poésie de Yeats

 

Poetry of Yeats

A Faery Song – Une Chanson de Fée [The Rose- 1893]
An Acre of Grass – Un Acre d’Herbe [New Poems -1938]
Down by the Salley Gardens – Par les Jardins de Saules – [The Wanderings of Oisin and Other Poems-  1889]
He bids his beloved be at peace – Il demande à sa bien-aimée d’être en paix [The Wind Among The Reeds –  1899]
He remembers forgotten- Il se souvient de la beauté oubliée [The Wind among the Reeds – 1899]
He wishes for the cloths of Heaven – Les Toiles du Ciel [The Wind Among The Reeds – 1899]
Into the Twilight – Dans le Crépuscule [The Wind Among The Reeds –  1899]




Leda and the Swan – Leda et le cygne
Lines written in Dejection – Lignes écrites dans l’Abattement [The Wild Swans at Coole – 1919]




No Second Troy – Pas de deuxième Troie

SAILING TO BYZANTIUM
LA TRAVERSEE VERS BYZANCE

The Cold Heaven – Le Ciel Glacé [Responsibilities – 1914]




The Everlasting Voices – Les Voix Eternelles [The Wind Among The Reeds – 1899]
The Fiddler of Dooney – Le Violoniste de Dooney [The Wind Among The Reeds – 1899]
The Folly of Being Comforted – La Folie d’être réconforté – Version 1902 & Version 1933 [In The Seven Woods – 1904]
The Magi – Les Mages [Responsibilities-1914]
The Man and The Echo – L’Homme et L’Echo
The Mountain Tomb – Le Tombeau de la Montagne [Responsibilities – 1914]
The Rose of The World- La Rose du Monde [The Rose – 1893]




The Scholars – Les Hommes d’Etude [The Wild Swans at Coole – 1919]
The Song of Wandering Aengus – La Chanson d’Aengus l’Errant [The Wind Among the Reeds – 1899]
The Sorrow of Love – La Douleur d’Aimer
I- To a Child dancing in the Wind – A un enfant dansant dans le vent [Responsibilities – 1914]




The Wheel – La Roue [The Tower -1928]
II- Two Years Later – Deux ans plus tard [Responsibilities – 1914]
The Unappeasable Host – L’Implacable Hôte [The Wind Among the Reeds – 1899]




The Wheel – La Boue [The Tower – 1928]
To his Heart, bidding it have no fear – A son cœur, il lui somme d’être sans crainte [The Wind Among The Reeds -1899]
When You Are Old – Quand vous serez vieille [The Rose -1893]




Why does my heart beat so ? – Pourquoi mon cœur bât-il ainsi [The Dreaming of the Bones – 1921]

********

Poetry of Yeats La Poésie de Yeats William_Butler_Yeats_by_John_Singer_Sargent_1908

YEATS POEMS

*********************

LA POESIE DE YEATS
VUE
PAR OSCAR WILDE

Les livres de poésie des jeunes écrivains sont d’ordinaire des billets qui ne sont jamais payés.
Néanmoins, on rencontre de temps en temps un volume si supérieur à la moyenne, qu’on résiste à grand’peine à la tentation attrayante de prophétiser étourdîment un bel avenir pour son auteur.
Le livre de M. Yeats : Les Voyages d’Oisin est certainement un de ceux-là.
Ici nous trouvons un noble sujet noblement traité, la délicatesse de l’instinct poétique, et la richesse d’imagination.
Une bonne partie de l’œuvre est inégale, peu soutenue, il faut le reconnaître.
M. Yeats n’essaie pas de dépasser Wordworth en enfance, nous sommes heureux de le dire, mais de temps à autre il réussit à « surpasser Keats en brillant » et il y a, çà et là, dans son livre des choses d’une étrange crudité, des endroits d’une recherche irritante. Mais dans les meilleurs passages, il est excellent.
S’il n’a pas la grandiose simplicité de la facture épique, il a au moins quelque chose de la largeur de vision qui appartient au caractère épique.
Il ne diminue point la stature des grands héros de la mythologie celtique.
Il est très naïf, très primitif et parle de ses géants de l’air d’un enfant.
Voici un passage caractéristique du récit où Oisin revient de l’Île de l’oubli.
  Et je suivis les bords de la mer, où tout est nu et gris,
    sable gris sur le vert des gazons, et sur les arbres imprégnés d’eau,
    qui suintent et penchent du côté de la terre, comme s’ils avaient hâte de partir,
    comme une armée de vieillards soupirant après le repos loin de la
      plainte des mers.
    Les flocons d’écume fuirent longtemps autour de moi ; les vents fuirent loin de l’étendue
    emportant l’oiseau dans leurs plis, et je ne sus point, plongé dans mes
      pensées à l’écart,
    quand ils gelèrent l’étoffe sur mon corps comme une cuirasse fortement rivée,
    Car la Souvenance, dressant sa maigreur, gémit dans les portes de mon cœur,
    jusqu’à ce que chargeant les vents du matin, une odeur de foin fraîchement coupé,
    arriva, mon front s’inclina très bas, et mes larmes tombèrent comme des baies.
    Plus tard ce fut un son, à demi perdu dans le son d’un rivage lointain.
    C’était la grande barnacle qui appelait, et plus tard les bruns vents de la côte.
    Si j’étais comme je fus jadis, les fers d’or écrasant le sable et les coquillages,
venant de la mer, comme le matin avec des lèvres rouges murmurant un chant,
    ne toussant pas, ma tête sur les genoux, et priant, et irrité contre les cloches,
    je ne laisserais à aucun saint sa tête sur son corps, lors même que ses terres seraient grandes et fortes.
     M’éloignant des houles qui s’allumaient, je suivis un sentier de cheval,
    m’étonnant beaucoup de voir de tous côtés, faites de roseaux et de charpentes
    des églises surmontées d’une cloche, et le cairn sacré et la terre sans gardiens,
    et une petite et faible populace courbée, le pic et la bêche à la main.

Dans un ou deux endroits, la mélodie est fautive, la construction est parfois trop embrouillée, et le mot de populace du dernier vers est mal choisi, mais quand tout cela est dit, il est impossible de ne pas sentir dans ces stances la présence du véritable esprit poétique.

Oscar Wilde
Derniers essais de littérature et d’esthétique
Trois Nouveaux Poètes
1913

****************

********
YEATS POEMS

Jiří Marek – Sochu Lišky Bystroušky – Statue de la Petite Renarde Rusée – Příhody lišky Bystroušky

TCHEQUIE
Česká republika
捷克共和国
République tchèque
BRNO

—-
Sculptures Tchèques
Jiří Marek

16.1.1914 Velké Meziříčí – 16.2.1993 Brno

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Sochu Lišky Bystroušky
Statue de la Petite Renarde Rusée
1993

Jiří Marek
Sculpteur – sochař



Janáčkovo náměstí

Příhody lišky Bystroušky
La Petite Renarde Rusée
Opéra de Leoš Janáček
1921 et 1923
Création le 6 novembre 1924 à Brno

Leoš Janáček
3 juillet 1854 à Hukvaldy – 12 août 1928 Ostrava
3. července 1854 – 12. srpna 1928
Leoš_Janáček

Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (1) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (2) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (3) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (4) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (5)

 

LES POEMES DE ATTILA JOZSEF – JÓZSEF ATTILA VÁLOGATOTT VERSEI

József Attila válogatott versei
Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom
Attila Jozsef

Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

Attila József
1905-1937

Magyar Költő
Poète Hongrois

JÓZSEF ATTILA VÁLOGATOTT VERSEI

SELECTION DE POEMES DE  ATTILA JOZSEF

Cris
kiáltozás
(1936)

*
Douleur
Bánat
(1931)

*
Flora I
Hexamètre (FLÓRA I)
Hexaméterek
1937

*
Flora II
Rejtelmek (FLÓRA II)
Mystères
1937

*
Flora III
Már két milliárd (FLÓRA III)
Déjà deux milliards
1937

*
Flora IV
Buzgóság ( FLÓRA IV)
Zèle
1937

*
Flora V
Megméressél ! (FLÓRA V)
Remerciement
1937

*
Eté
Nyár

*

Je ne savais pas
Én nem tudtam
1935

*
 La Belle vieille dame
Az a szép, régi asszony
octobre 1936

*
La grande plaine Hongroise
Magyar Alfold
1928

*
Le chien
A kutya
1924

*
L’Instant
Perc
1922

*
Maman
Mama
1934

*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Hongrie- Magyarországon
A magyar irodalom
Attila Jozsef
1905-1937

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

LA GRANDE PLAINE HONGROISE – Poème Hongrois d’Attila Jozsef (1928) MAGYAR ALFÖLD

Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom
Attila Jozsef

Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

Attila József
1905-1937

Magyar Költő
Poète Hongrois

MAGYAR ALFÖLD

Plaine Hongroise

 1928

Magyar Alföld – gond a dombja;
Grande plaine Hongroise le problème : les collines ;
temploma cövek;
Temple en épi ;
talaja mély aludttej, de benne
Sol de lait caillé profond, mais 
hánykolódnak szögletes kövek.
Volent des pierres rectangulaires.

*

Magyar ember – rongya zászló;
Peuple hongrois drapeau en chiffon ;
étele a tál;
Un bol ;
dudvaszedő nemzet vagyunk, értünk
Nous, nation d’herbes sans valeur, 
mezítláb jön foltozott halál!
pieds nus nous arrive la mort !

*

Nosza költő! Holt a holdad;
Venez poète ! Morte est la lune ;
köldököd kötél;
Cordon ombilical ;
csettintésed égő város, tollad
Soudain brûle la ville, ta plume
füstölög s egy szál gyufát nem ér!
Fume sans une allumette !

*

Ó, kik nőtök felhőt leveledzvén,
O femme sous les nuages,
bodzás kis fenék –
Lamentables petits sureaux
nézzétek, ím, országúton, némán
Regardez sur la route, en silence
vándorolnak ki a jegenyék!
La migration des peupliers!

*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Hongrie- Magyarországon
A magyar irodalom
Attila Jozsef
1905-1937

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

LES GRANDS COMPOSITEURS DE LA CHANSON FRANCAISE

SELECTION ARTGITATO
CHANSON FRANCAISE
!!! 
En Préparation !!!!

 MUSIQUE

LES GRANDS COMPOSITEURS de la CHANSON FRANCAISE

Louis Bénéch (Ferdinand Louis – 1875-1925)
Bengali Joli
Brunes ou Blondes
De Nice à Monte-Carlo
Les Bijoux
Sérénade à Rosinette

CHARLYS (18xx-1955)
Petite Chose
Sur le Trottoir

Léo DANIDERFF (1878-1943)
Sur la Riviera

Romain DESMOULINS (1881-1939)
Chrysanthème Fox

B.  DEVAUX
Souvenirs de Venise

A. FATTORINI
Le Bon Vieux

Samuel FISCHER
Souvenirs de Venise

Abel GAY
La Valse des Cœurs

Georges KRIER (1872-1946)
La Valse Brune (1909)

René MERCIER (1867-1945)
Verdun On ne passe pas ! [1916]

MONTAGNON
Sur le Trottoir

Eugène ROSI (18xx-1928)
Si tu m’as aimé…pardonne !

Raoul SOLDER (18xx-1941)
Simple Cantilène

TAGNON
La Valse des Cœurs (harmonies)

 

 

SI TU M AS AIME PARDONNE Valse Chantée Paroles de Jack CAZOL & Musique de Eugène Rosi

SELECTION ARTGITATO
CHANSON FRANCAISE
 

PAROLES de Jack CAZOL  (1874-1935)
MUSIQUE de EUGENE ROSI (18xx-1928)

 Si tu m'as aimé pardonne Chanson sélection Artgitato Watteaucousines


SI TU M’AS AIME …
PARDONNE !

Valse Chantée

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

Si tu m'as aimé pardonnne Refrain Selection Artgitato

1er COUPLET
Je t’en prie garde moi,
J’ai connu près de toi
Tous les bonheurs et toutes les ivresses,
Oubliant ton baiser,
J’ai voulu me griser
En cherchant d’autres caresses.

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

2nd  COUPLET
Pour la joie d’un moment,
Brandissant mon serment
Que de regrets j’ai trouvé
Dans la vie, Je reviens t’implorer
Laisse-moi t’adorer
Ce n’était qu’une folie.

Si tu m'as aimé pardonnne 1er & 2nd couplet Selection Artgitato

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

—-

Si tu m as aimé pardonne

LES GRANDS PAROLIERS DE LA CHANSON FRANCAISE

LES GRANDS COMPOSITEURS DE LA CHANSON FRANCAISE

Escripto num livro abandonado em viagem Fernando Pessoa Traduction Française

LITTERATURE PORTUGAISE
Literatura Português
Poésie Portugaise- poesia português
FERNANDO PESSOA
1888-1935

 

Escripto num livro abandonado em viagem 1928 Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

 

Álvaro de Campos
(Heterónimo de Fernando Pessoa
Hétéronyme de Pessoa)

**

Escripto Num Livro Abandonado Em Viagem
Ecrit dans un livre abandonné en voyage

*

1928

**

Venho dos lados de Beja.
Je viens du côté de Beja.
 Vou para o meio de Lisboa.
Je vais au cœur de Lisbonne.
 Não trago nada e não acharei nada.
Je n’apporte rien et je ne trouverai rien.
Tenho o cansaço antecipado do que não acharei,
J’ai une fatigue précoce pour ce que je vais ne pas vous trouver,
E a saudade que sinto não é nem no passado nem no futuro.
Et la nostalgie que je ressens ne vient ni du passé ni de l’avenir.
Deixo escrita neste livro a imagem do meu desígnio morto:
Je laisse écrite dans ce livre l’image de mon dessein mort :
FUI, COMO ERVAS, NÃO ME ARRANCARAM.
J’AI ETE, COMME L’HERBE, ET L’ON NE M’A PAS ARRACHE.

***
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO

TABACARIA Fernando Pessoa Traduction Française Bureau de Tabac

LITTERATURE PORTUGAISE
Literatura Português
Poésie Portugaise- poesia português

FERNANDO PESSOA
1888-1935

 

Álvaro de Campos
(Heterónimo de Fernando Pessoa
Hétéronyme de Pessoa)

**

TABACARIA
Bureau de Tabac

1928

*

Fernando Pessoa Tabacaria Bureau de Tabac Artgitato Traduction Française

Não sou nada.
Je ne suis rien.
Nunca serei nada.
Je ne serai jamais rien.
Não posso querer ser nada.
Je ne peux vouloir être rien.
À parte isso, tenho em mim todos os sonhos do mundo.
A part ça, j’ai en moi tous les rêves du monde.

Janelas do meu quarto,
Fenêtres de ma chambre,
Do meu quarto de um dos milhões do mundo que ninguém sabe quem é
De ma chambre comme un de ces millions d’humains qui ne sait  pas qui il est
(E se soubessem quem é, o que saberiam?),
(Si on savait ce qu’il est, que saurions-nous ?)
Dais para o mistério de uma rua cruzada constantemente por gente,
Vous ouvrez sur le mystère d’une rue sans cesse traversée,
Para uma rua inacessível a todos os pensamentos,
Une rue inaccessible à toutes les pensées,
Real, impossivelmente real, certa, desconhecidamente certa,
Réelle, incroyablement réelle, certaine, sans le savoir, certaine,
Com o mistério das coisas por baixo das pedras e dos seres,
Avec le mystère des choses sous les pierres et les êtres,
Com a morte a por umidade nas paredes e cabelos brancos nos homens,
Avec la mort qui humidifie les murs et qui blanchit les cheveux,
Com o Destino a conduzir a carroça de tudo pela estrada de nada.
Avec le Destin qui conduit le chariot de tout sur la route du rien.

*

Estou hoje vencido, como se soubesse a verdade.
Aujourd’hui, je suis vaincu, comme si je connaissais la vérité.
Estou hoje lúcido, como se estivesse para morrer,
Aujourd’hui, je suis lucide comme si je devais mourir,
E não tivesse mais irmandade com as coisas
Avec les choses, je suis désormais sans fraternité
 Senão uma despedida, tornando-se esta casa e este lado da rua
Comme pour un adieu, alors que cette maison et ce côté de la rue
 A fileira de carruagens de um comboio, e uma partida apitada
se transforment en une rangée de wagons, avec un départ en un coup de sifflet
De dentro da minha cabeça,
De l’intérieur de mon crâne,
E uma sacudidela dos meus nervos e um ranger de ossos na ida.
Et une secousse de mes nerfs et un grincement de mes os au départ.

*

Estou hoje perplexo, como quem pensou e achou e esqueceu.
Aujourd’hui, je suis perplexe, comme celui qui a pensé et trouvé et oublié.
Estou hoje dividido entre a lealdade que devo
Aujourd’hui, je suis partagé entre la loyauté que je dois
À Tabacaria do outro lado da rua, como coisa real por fora,
au Bureau de Tabac de l’autre côté de la rue, comme une chose de l’extérieur réelle,
E à sensação de que tudo é sonho, como coisa real por dentro.
et la sensation que tout est illusion, comme une chose de l’intérieur réelle.

*

Falhei em tudo.
J’ai échoué en tout.
Como não fiz propósito nenhum, talvez tudo fosse nada.
N’ayant fait aucune proposition, peut-être que tout cela n’était rien.
A aprendizagem que me deram,
Tout ce qu’on m’a appris,
Desci dela pela janela das traseiras da casa.
je les ai descendus par la fenêtre à l’arrière de la maison.
Fui até ao campo com grandes propósitos.
Je partis à la campagne avec de si grands projets.
Mas lá encontrei só ervas e árvores,
Et je n’ai trouvé seulement que des herbes et des arbres,
E quando havia gente era igual à outra.
et quand je rencontré des gens, ils étaient comme tout le monde.

*

 Saio da janela, sento-me numa cadeira. Em que hei de pensar?
Je m’éloigne de la fenêtre pour m’asseoir sur une chaise. À quoi vais-je penser ?

*

Que sei eu do que serei, eu que não sei o que sou?
Que sais-je de ce que je serai, moi qui ne sais pas ce que je suis ?
 Ser o que penso? Mas penso tanta coisa!
Être ce que je pense ? Mais je crois être tant de choses !
E há tantos que pensam ser a mesma coisa que não pode haver tantos!
Et il y en a tant qui pensent être la même chose qu’il ne saurait y en avoir tant!
Gênio? Neste momento
Génie ? En ce moment
Cem mil cérebros se concebem em sonho gênios como eu,
cent mille cerveaux se croient, en rêve, génies comme moi,
E a história não marcará, quem sabe?, nem um,
et l’histoire n’en retiendra, qui sait ?, pas un seul ;
Nem haverá senão estrume de tantas conquistas futuras.
Il n’en restera pas un, sinon le fumier de tant de conquêtes futures.
 Não, não creio em mim.
Non, je ne crois pas en moi.
Em todos os manicômios há doidos malucos com tantas certezas!
Dans tous les asiles il y a tant de fous avec tant de certitudes !
Eu, que não tenho nenhuma certeza, sou mais certo ou menos certo?
Moi, moi qui n’ai aucune certitude , suis-je plus assuré ou moins assuré ?
Não, nem em mim…
Non, ni en moi …
Em quantas mansardas e não-mansardas do mundo
En combien de mansardes et de non-mansardes du monde
Não estão nesta hora gênios-para-si-mesmos sonhando?
n’y a-t-il pas en ce moment des génies-pour-soi-même rêvant ?
 Quantas aspirações altas e nobres e lúcidas –
Combien d’aspirations hautes et nobles et lucides –
Sim, verdadeiramente altas e nobres e lúcidas -,
Oui, véritablement hautes et nobles et lucides –
 E quem sabe se realizáveis,
Et, qui sait, qui pourraient se réaliser,
Nunca verão a luz do sol real nem acharão ouvidos de gente?
Ne verront-elles jamais la lumière du soleil réel  et rencontreront-elles jamais une oreille attentive ?
O mundo é para quem nasce para o conquistar
Le monde est pour celui qui naît pour le conquérir
E não para quem sonha que pode conquistá-lo, ainda que tenha razão.
Et non pour qui rêve qu’il peut le conquérir, même s’il a raison.
Tenho sonhado mais que o que Napoleão fez.
J’ai rêvé plus que Napoléon.
Tenho apertado ao peito hipotético mais humanidades do que Cristo,
J’ai serré sur mon cœur hypothétique plus d’humanité que le Christ,
 Tenho feito filosofias em segredo que nenhum Kant escreveu.
j’ai fait des philosophies en secret que jamais Kant ne rédigea.
Mas sou, e talvez serei sempre, o da mansarda,
mais je suis, peut-être serai-je toujours, le type de la mansarde,
 Ainda que não more nela;
Même si je n’y suis plus ;
Serei sempre o que não nasceu para isso;
je serai toujours celui qui n’était pas né pour cela ;
Serei sempre só o que tinha qualidades;
je serai toujours seulement celui qui avait du potentiel ;
Serei sempre o que esperou que lhe abrissem a porta ao pé de uma parede sem porta,
je serai toujours celui qui attendait qu’on lui ouvre la porte d’un mur sans porte
E cantou a cantiga do Infinito numa capoeira,
et qui chanta la chanson de l’Infini dans une basse-cour,
 E ouviu a voz de Deus num poço tapado.
Et qui entendit la voix de Dieu dans un puits condamné.
Crer em mim? Não, nem em nada.
Croire en moi ? Non, ni en rien.
Derrame-me a Natureza sobre a cabeça ardente
Que me verse la Nature sur la tête brûlante
 
O seu sol, a sua chava, o vento que me acha o cabelo,
Son soleil, sa pluie, le vent qui rentre dans mes cheveux,
E o resto que venha se vier, ou tiver que vir, ou não venha.
Et le reste qu’il vienne s’il le veut , ou qu’il ne vienne pas.
Escravos cardíacos das estrelas,
Esclaves cardiaques des étoiles,
  Conquistamos todo o mundo antes de nos levantar da cama;
Nous avons conquis le monde avant de quitter l’alcôve ;
Mas acordamos e ele é opaco,
Mais nous nous réveillons et il devient sombre,
Levantamo-nos e ele é alheio,
Nous nous sommes levés et il devient étrange,
Saímos de casa e ele é a terra inteira,
Nous quittons la maison et il est la terre entière,
  Mais o sistema solar e a Via Láctea e o Indefinido.
Plus le système solaire et la Voie Lactée et l’indéfini.

*

(Come chocolates, pequena;
(Mange les chocolats, petite ;
 
Come chocolates!
Mange les chocolats!
Olha que não há mais metafísica no mundo senão chocolates.
Sache qu’il
n’y a pas de la métaphysique dans le monde, mais des chocolats.
Olha que as religiões todas não ensinam mais que a confeitaria.
 Sache que 
toutes les religions n’enseignent pas plus que la confiserie.
Come, pequena suja, come!
Viens, petite souillon,  et mange!
Pudesse eu comer chocolates com a mesma verdade com que comes!
Ah ! si je pouvais manger
des chocolats avec la même vérité que toi !
Mas eu penso e, ao tirar o papel de prata, que é de folha de estanho,
Mais je crois et, en enlevant le papier d’argent qui est une feuille d’étain,
Deito tudo para o chão, como tenho deitado a vida.)
Je dépose le tout au sol, comme j’ai fait de ma vie.)

**

Mas ao menos fica da amargura do que nunca serei
Mais au moins il me reste l’amertume de ce que je ne serai jamais
A caligrafia rápida destes versos,
La calligraphie rapide de ces versets,
Pórtico partido para o Impossível.
Portique
parti vers l’impossible.
Mas ao menos consagro a mim mesmo um desprezo sem lágrimas,
Mais au moins je me consacre un mépris sans larmes,
Nobre ao menos no gesto largo com que atiro
Noble
au moins dans le geste éclatant que je lance
  A roupa suja que sou, em rol, pra o decurso das coisas,
Le linge sale que je suis, dans le rôle,  dans le cours des choses,
E fico em casa sem camisa.
Et je reste à la maison le torse nu.

*

(Tu que consolas, que não existes e por isso consolas,
(Toi qui consoles,  qui n’existes pas et donc qui consoles,
Ou deusa grega, concebida como estátua que fosse viva,
Ou déesse grecque, conçue comme une statue qui serait vivante,
Ou patrícia romana, impossivelmente nobre e nefasta,
Ou patricienne romaine, incroyablement noble et néfaste,
Ou princesa de trovadores, gentilíssima e colorida,
Ou princesse des troubadours, très douce et colorée,
Ou marquesa do século dezoito, decotada e longínqua,
Ou marquise du XVIIIe siècle, décolletée et lointaine,
Ou cocote célebre do tempo dos nossos pais,
Ou célèbre courtisane du temps de nos pères,
Ou não sei quê moderno – não concebo bem o quê –
Ou je ne sais quoi de moderne que je ne peux concevoir
Tudo isso, seja o que for, que sejas, se pode inspirar que inspire!
Tout cela, quel qu’il soit, tu l’es, et si tu peux m’inspirer ne te gênes pas !
Meu coração é um balde despejado.
Mon cœur est un seau renversé.
Como os que invocam espíritos invocam espíritos invoco
Comme ceux qui invoquent les esprits invoquent les esprits, j’invoque
A mim mesmo e não encontro nada.
Pour moi-même et ne trouve rien.
Chego à janela e vejo a rua com uma nitidez absoluta.
Je viens à la fenêtre et je vois la rue avec une clarté absolue.
Vejo as lojas, vejo os passeios, vejo os carros que passam,
Je vois les magasins, je vois les trottoirs, je vois passer les voitures,
Vejo os entes vivos vestidos que se cruzam,
Je vois les êtres vêtus qui se croisent,
Vejo os cães que também existem,
Je vois les chiens qui existent également,
E tudo isto me pesa como uma condenação ao degredo,
Et tout cela me pèse comme une condamnation à l’exil,
E tudo isto é estrangeiro, como tudo.)
Et tout cela m’est étranger, comme tout.)

*

Vivi, estudei, amei e até cri,
Je vécu, étudié, aimé et même cru,
E hoje não há mendigo que eu não inveje só por não ser eu.
Et aujourd’hui, il est pas un mendiant que j’envie simplement parce qu’il n’est pas moi
 Olho a cada um os andrajos e as chagas e a mentira,
J’observe sur chacun les chiffons et les plaies et le mensonge,
  E penso: talvez nunca vivesses nem estudasses nem amasses nem cresses
Et je pense que, peut-être, n’as-tu jamais vécu, ni étudié, ni aimé, ni cru
(Porque é possível fazer a realidade de tudo isso sem fazer nada disso);
(Car est possible de rendre la réalité de tout cela sans rien faire de tout cela);
 Talvez tenhas existido apenas, como um lagarto a quem cortam o rabo
Peut-être simplement existes-tu, comme un lézard à qui on a coupé la queue
 E que é rabo para aquém do lagarto remexidamente.
Avec cette queue du lézard qui court indépendamment du reste.

*

Fiz de mim o que não soube,
Je me suis fait avec ce que je savais pas faire.
 E o que podia fazer de mim não o fiz.
Et ce que j’aurais pu faire, ça je ne l’ai pas fait.
O dominó que vesti era errado.
Le costume que je portais n’était pas le bon.
Conheceram-me logo por quem não era e não desmenti, e perdi-me.
On m’a pris pour ce que je n’étais pas, je ne l’ai pas nié
et je me suis perdu.
Quando quis tirar a máscara,
Quand j’ai voulais enlever le masque,
Estava pegada à cara.
Il me collait au visage.
Quando a tirei e me vi ao espelho,
Lorsque j’ai pu le retirer, je me suis retrouvé devant le miroir,
Já tinha envelhecido.
J’avais vieilli.
 Estava bêbado, já não sabia vestir o dominó que não tinha tirado.
J’étais ivre et je  ne savais pas reprendre le costume que je n’avais pas retiré.
Deitei fora a máscara e dormi no vestiário

Je jetai le masque et dormi dans le vestiaire
Como um cão tolerado pela gerência

Comme un chien toléré par la direction
Por ser inofensivo

Parce qu’inoffensif
 E vou escrever esta história para provar que sou sublime.

Et je vous écris cette histoire pour prouver combien je suis sublime.

*

Essência musical dos meus versos inúteis,
Essence musicale de mes versets inutiles,
 Quem me dera encontrar-me como coisa que eu fizesse,
Je souhaite me trouver comme quelque chose que j’ai réalisée,
 E não ficasse sempre defronte da Tabacaria de defronte,
Et ne pas toujours rester en face du bureau de tabac d’en face,
Calcando aos pés a consciência de estar existindo,
Foulant aux pieds la conscience d’exister,
Como um tapete em que um bêbado tropeça
Comme un tapis sur lequel un ivrogne trébuche
Ou um capacho que os ciganos roubaram e não valia nada.
Ou un paillasson volé par des gitans et qui ne vaut rien.

*

Mas o Dono da Tabacaria chegou à porta e ficou à porta.
Mais le propriétaire du tabac est venu à la porte et se fixa à cette porte.
 Olho-o com o desconfôrto da cabeça mal voltada
Je le regarde avec effort par l’inconfort de cette tête vrillée
E com o desconfôrto da alma mal-entendendo.
Et par l’inconfort d’une âme mal-entendue.
 Ele morrerá e eu morrerei.
Il va mourir et je mourrai.
Ele deixará a tabuleta, eu deixarei os versos.
Il quittera sa boutique, je vais laisser les vers.
  A certa altura morrerá a tabuleta também, os versos também.
A un moment, la tablette va mourir aussi, les vers ainsi.
Depois de certa altura morrerá a rua onde esteve a tabuleta,
Après finira par mourir la rue elle-même où était la boutique,
E a língua em que foram escritos os versos.
Et la langue dans laquelle les vers ont été écrits.
  Morrerá depois o planeta girante em que tudo isto se deu.
Mourra ensuite la planète tournoyante tout cela est arrivé.
Em outros satélites de outros sistemas qualquer coisa como gente
Sur d’autres satellites d’autres systèmes quelque chose comme des gens
  Continuará fazendo coisas como versos e vivendo por baixo de coisas como tabuletas,
Continueront à faire des choses comme des poèmes et vivrons dans  des choses comme des boutiques,
Sempre uma coisa defronte da outra,
Toujours une chose face à l’autre,
 Sempre uma coisa tão inútil como a outra,
Toujours une chose aussi inutile que l’autre,
Sempre o impossível tão estúpido como o real,
Toujours l’impossible aussi stupide que la réalité,
Sempre o mistério do fundo tão certo como o sono de mistério da superfície,
Toujours le mystère du fond aussi certain que le rêve du mystère de la surface. 
Sempre isto ou sempre outra coisa ou nem uma coisa nem outra.
Toujours ceci ou toujours autre chose  ou ni une chose ni l’autre.

*

Mas um homem entrou na Tabacaria (para comprar tabaco?)
Mais un homme est entré dans le tabac (pour acheter du tabac?)
E a realidade plausível cai de repente em cima de mim.
Et la réalité plausible me frappe soudainement.
Semiergo-me enérgico, convencido, humano,
Je me relève énergique, convaincu, humain,
E vou tencionar escrever estes versos em que digo o contrário.
Et je vais essayer d’écrire ces vers dans lesquels je dis le contraire.

*

Acendo um cigarro ao pensar em escrevê-los
Je brûle une cigarette en pensant à ma page d’écriture
E saboreio no cigarro a libertação de todos os pensamentos.
Et savoure la cigarette qui me libére toutes les pensées.
Sigo o fumo como uma rota própria,
Je suis la fumée comme un itinéraire personnel.
E gozo, num momento sensitivo e competente,
Et profite, dans un moment sensible et privilégié,
A libertação de todas as especulações
De la libération de toutes les spéculations
E a consciência de que a metafísica é uma consequência de estar mal disposto.
Et la prise de conscience que la métaphysique est une conséquence d’un mal-être.

*

Depois deito-me para trás na cadeira
Ensuite, je me penche en arrière dans le fauteuil
E continuo fumando.
Et je continue à fumer.
Enquanto o Destino mo conceder, continuarei fumando.
Bien que le Destin me le concède, je vais continuer à fumer.

*

(Se eu casasse com a filha da minha lavadeira
Talvez fosse feliz.)
(Si je me mariais avec la fille de ma blanchisseuse
Peut-être que serais-je heureux.)
Visto isto, levanto-me da cadeira. Vou à janela.
Bon ! Je me lève de la chaise et je vais à la fenêtre.
O homem saiu da Tabacaria (metendo troco na algibeira das calças?).
L’homme a quitté le bureau de tabac (en mettant la monnaie dans sa poche ?).
Ah, conheço-o; é o Esteves sem metafísica.
Oh, je le connais; C’est Esteves sans métaphysique.
(O Dono da Tabacaria chegou à porta.)
(Le propriétaire du tabac est venu à la porte.)
Como por um instinto divino o Esteves voltou-se e viu-me.
Comme soumis à une volonté divine, Esteves se retourna et me vit.
Acenou-me adeus, gritei-lhe Adeus ó Esteves!, e o universo
Il m’a dit au revoir, je lui ai crié : « Salut l’Esteves ! », Et l’univers
Reconstruiu-se-me sem ideal nem esperança, e o Dono da Tabacaria sorriu.
S’est reconstruit en moi sans idéal ni espoir, et le propriétaire du tabac a souri.

*******
TRADUCTION Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*