Archives par mot-clé : chanson

A Tamara Weber-Fillion – Chanson Jacky Lavauzelle – 塔玛拉·韦伯 – 菲利安 – Тамара Вебер-Филлион

A TAMARA WEBER-FILLION
塔玛拉·韦伯 – 菲利安
Тамара Вебер-Филлион


Chanson

de
Jacky Lavauzelle

A Tamara Weber-Fillion Jacky Lavauzelle Chanson Artgitato

A Tamara Weber-Fillion 

Emportez–moi ! Emportez-moi !
Dans un désert
Sur la mer !

Sur votre carrousel
Sur votre moulin

Sur de la mousse aigre-douce
Bordez-moi de pleurs
Bordez-moi de cœurs
Bordez-moi de bonheur
Sur une caravelle
Dans un bordel

 La peur fait sa belle
Je cherche Je suis Sancho
Je cherche
Avec ce qui me reste
de toi
Avec ce qui me reste
de sang
Sur le fond de tes yeux
J’ai longtemps navigué
Sans jamais regardé

Mais où allions-nous
Triste compagnon ?
Je chavire depuis
Et depuis si longtemps déjà

je chavire Je chavire
Je chavire hélas

J’attrape des rimes
J’attrape des baffes

Et des baffes et des rames
Et je rame en sous-marin
Sur le pont  je ne sens rien
Je me casse Je me brise
je n’attends rien

Je n’entends que les chiens
J’attrape des embruns
Je recrache des brises

Sur le tour de tes yeux
J’ai glissé j’suis tombée
Je dévisse Je dévisse
Je creuse ma tombe

Sur le fond de notre enfer
Les yeux grands ouverts

je vais Je plisse Je brûle enfin
Je n’ai plus mal Je n’ai plus mal
Même plus mal
Mais je saigne
Emportez–moi Emportez-moi
Dans le désert des cœurs
Sur une mer de leurres
Sur votre carrousel
Sur votre moulin

Bordez-moi de sueurs
Bordez-moi de peurs

Sur une caravelle
Dans un bordel
La peur fait sa belle
Je cherche Je suis Sancho
Je cherche
Avec ce qui me reste
de toi
Avec ce qui me reste
de sang
 Même si je saigne encore
Le berceau s’est vidé
Et l’enfant est parti
Je ne suis plus
Je ne sais plus

J’attends sans attendre
Même le temps s’est arrêté
Une main au-dessus se tend
Je l’attrape
Je t’attrape
Je m’attrape

Du fond je m’écarte
Sans savoir où je vais

Je plisse et je visse
Je dévisse Je m’immisce
Mais je l’attrape cette main
Même si j’ai mal encore à nouveau
Mais je sors vivant
Mais comment ?

Je sors vivant Enfin je crois
Même si je saigne encore
Emportez–moi Emportez-moi
Dans le désert des cœurs
Sur un dessert des leurres
Sur votre carrousel
Sur votre moulin

Bordez-moi de sueurs
Bordez-moi de peurs

Sur une caravelle
Dans un bordel
La peur fait sa belle
Je cherche Je suis Sancho
Je cherche
Avec ce qui me reste
de toi
Avec ce qui me reste
de sang
Avec ce qui me reste
de sang
 Pour que j’aime encore

Jacky Lavauzelle

************

A Tamara Weber-Fillion 

A Tamara Weber-Fillion Jacky Lavauzelle Chanson Artgitato 2

Mémoire, Viens ici ! CHANSON de William BLAKE – Memory hither come

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Poems From Poetical Sketches
Poèmes tirés des Poetical Sketches
1769-1778


William Blake


by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807
by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807


poèmes – poems
WILLIAM BLAKE
1757-1827

William Blake signature.svg

 

SONG – Chanson

Memory, hither come
Mémoire, viens ici !

Traduction Jacky Lavauzelle

*

Memory, hither come,
Mémoire, viens ici,
        And tune your merry notes;
Et affine tes notes joyeuses ;
And, while upon the wind,
Tandis que dans le vent,
   Your music floats,
Ta musique flotte,

*

I’ll pore upon the stream,
Je vais me pencher sur le courant,
     Where sighing lovers dream,
Où les amants soupirant rêvent,
And fish for fancies as they pass
Et pêchent des fantaisies à leur passage
Within the watery glass.
Dans ce verre liquide.

*

I’ll drink of the clear Stream,
Je boirai de l’eau claire,
And hear the linnet’s song;
Et entendrai la chanson de la linotte ;
And there I’ll lie and dream
Et là, je vais m’étendre et rêver
            The day along:
Toute la journée :

*

And, when night comes, I’ll go
Et, la nuit venue, je vais
To places fit for woe,
Dans des lieux propres aux malheurs,
Walking along the darken’d valley,
Marchant le long de la vallée obscure,
  With silent Melancholy.
Avec la silencieuse Mélancolie.

************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************************
William Blake

CHANSON DE NOURRICE- Poème Bilingue de William Blake – Poem -1794 – NURSE’S SONG

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Innocence and of Experience

by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807


SONGS OF EXPERIENCE
Introduction William Blake

poèmes – poems
1794

WILLIAM BLAKE
1757-1827

 

NURSE’S SONG

Chanson de Nourrice

Traduction Jacky Lavauzelle

When the voices of children are heard on the green,
Lorsque les voix des enfants sont entendus dans le pré,
And whisperings are in the dale,
Et des chuchotements dans la vallée,
  The days of my youth rise fresh in my mind,
Les jours de ma jeunesse se réveillent fraichement dans mon esprit,
 My face turns green and pale.
Mon visage devient vert et pâle.

**

Then come home, my children, the sun is gone down,
Rentrons à la maison, mes enfants, le soleil est couché,
And the dews of night arise;
Et la rosée de la nuit se pose ;
Your spring and your day are wasted in play,
Votre printemps et votre journée sont gaspillés dans le jeu,
And your winter and night in disguise.
Et votre hiver et votre nuit dans le déguisement.

************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************************
Nurse’s Song William Blake

Lands-lag Grímur THOMSEN-CHANT DU PAYS

Grímur THOMSEN
ljóð gríms thomsen

Traduction – Texte Bilingue
Chant du Pays Grímur THOMSEN
Poésie


LITTERATURE ISLANDAISE
POESIE ISLANDAISE

Íslenskar bókmenntir
íslenska ljóð

Grímur THOMSEN
1820-1896

Traduction Jacky Lavauzelle

LANDS-LAG

Chant du Pays

 

Heyrið vella’ á heiðum hveri,
Écoutez les geysers dans les montagnes,
Heyrið álftir syngja’ í veri :
Écoutez les cygnes chanter en été :
Íslands er það lag.
L’Islande est cette chanson.
Heyrið fljót á flúðum duna,
Écoutez battre les torrents rapides de la rivière,
foss í klettaskorum bruna
la cascade émerger des rochers
Íslands er það lag.
L’Islande est cette chanson.

*

Eða fugl í eyjum kvaka !
Ou chantent les oiseaux dans les îles !
undir klöpp og skútar taka :
sous la roche et dans les grottes :
Íslands er það lag.
L’Islande est cette chanson.
Heyrið brim á björgum svarra,
Entendez les vagues sur les falaises noires,
bylja þjóta svipi snarra :
les vents souffler de l’au-delà :
Íslands er það lag.
L’Islande est cette chanson.

*

Og í sjálfs þín brjósti bundnar
Et dans ta propre poitrine
blunda raddir náttúrunnar :
se parlent les voix de la nature :
slands eigið lag.
les chansons d’Islande.
Innst í þínum eigin barmi
Profondément en toi
einsi í gleði’ og eins í harmi
autant dans la joie que dans la douleur
ymur Íslands lag.
les échos du chant de l’Islande.

**************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************************

lands-lag Grímur THOMSEN

SOUVENIRS DE VENISE Chanson de Lucien COLONGE & H PION & Samuel FISCHER & B DELVAUX

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SOUVENIRS DE VENISE CHANSON


 

 

 
SOUVENIRS DE VENISE

Paroles de Lucien Colonge (18xx-1914) & Honoré Pion (18xx-1946)
Musique de Samuel  Fischer & B Devaux
 

Romance

=

(Chantée par M. Sardet, Ténor du Théâtre de la Gaîté)

PREMIER COUPLET
Sous l’azur de tes cieux
Venise enchanteresse
Que de songes heureux
M’a donné ton ivresse
Mon pauvre cœur brisé
S’en va toujours sans trêve
Où le flot d’un baiser
Fait tressaillir la grève.

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

SECOND COUPLET
Oui, j’ai connu l’amour,
Sur ta vague indécise,
Au déclin du beau jour,
Qui te dorait Venise !
Tes gondoliers chantaient
Frappant l’onde en cadence
Et leurs chants s’envolaient
Perdus dans le silence !

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

TROISIEME COUPLET
Nous voguions en rêvant,
Sur ta vague endormie,
Dans un songe enivrant
D’ivresse et d’harmonie !
Je voyais dans ces yeux
Où scintillait la flamme,
Resplendir radieux
L’amour de mon âme.

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

QUATRIEME COUPLET
Depuis loin de ton ciel,
De ton flot qui caresse,
Dans un rêve vermeil,
Je vois l’enchanteresse !
Et mon cœur plein d’émoi,
A son amour fidèle,
Venise va vers toi,
Ainsi que l’hirondelle !

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

***********

Souvenirs de Venise Chanson

PETITE CHOSE Chanson de Charlys

 

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
PETITE CHOSE CHANSON


 

PAROLES de CHARLYS (18xx-1955)
MUSIQUE de CHARLYS

 

 
PETITE CHOSE

Paroles de Charlys
Musique de Charlys
 

Mélodie-Valse
(Très nuancé)

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

PREMIER COUPLET
Pour que tes chagrins s’envolent
Comme des papillons noirs
Je sais de belles paroles
Qui consolent ton désespoir
Si tu veux, toi qui m’enchantent
Je peux te faire oublier
Toutes ces peines méchantes
Et je chante
Pour te bercer
Dans mes bras tendrement
Comme on berce un enfant.

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

SECOND COUPLET
Sur ton cœur je fais un rêve
Le plus beau rêve d’amour
Mais j’ai peur que l’heure brève
Ne l’achève
Avec le jour
Avant que l’aube merveille
Ne vienne nous désunir
Je voudrais que tu sommeilles
Et je veille
Pour t’endormir
Dans mes bras tendrement
Comme on berce un enfant.

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

petite chose chanson de charlys

SUR LA RIVIERA Chanson de Marcel Bertal & Emile Ronn et Léo Daniderff

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LA RIVIERA CHANSON


 Paroles de Marcel Bertal & Ronn
Musique de Léo Daniderff

 
SUR LA RIVIERA

Paroles de Marcel Bertal (1882-1953) & Emile Ronn (18xx-1935)
Musique de Léo Daniderff (1878-1943)
 

PREMIER COUPLET
Nice est en folie,
C’est le soir du carnaval ;
Les femmes jolies
Au bras des galants se pressent vers le bal.
Mais parmi les masques
Passe un joli domino,
Un Pierrot fantasque
Lui soupire quelques mots.
C’est si doux d’écouter ce qu’il dit
Que la danse aussitôt le suit

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

SECOND COUPLET
Puis au clair de lune
Le Pierrot parla d’amour
Si bien que la brune
Laissa retirer son masque de velours
Ah ! Je vous adore
Fit-il, ce soir c’est permis !
Et jusqu’à l’aurore
Ce fut un vrai paradis
Demain dit-elle en le quittant
Ici-même je vous attends !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

TROISIEME COUPLET
Le Pierrot si tendre
Ne vint jamais la revoir
Et lasse d’attendre
Elle dit : pourquoi ne m’aime-t-il qu’un soir ?
Ses douces paroles
Pour toujours ont pris mon cœur
Ah ! Que j’étais folle
De croire à tant de bonheur !
Comme lui l’amour s’est déguisé
C’est fini le rêve c’est brisé !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise attristée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont cruels et menteurs les serments
C’est l’amour qui s’éloigne
En pleurant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

Sur la Riviera Chanson de Bertal & Ronn et Léo Daniderfp

SUR LE TROTTOIR Chanson de Charlys & Montagnon

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LE TROTTOIR CHANSON


 

PAROLES de CHARLYS (18xx-1955) & MONTAGNON
MUSIQUE de CHARLYS (18xx-1955) & MONTAGNON
  

 

 
SUR LE TROTTOIR

Paroles de Charlys & Montagnon
Musique de Charlys & Montagnon

PREMIER COUPLET
Elle naquit un matin de printemps
Ainsi que viennent les roses
Fleur du hasard qu’on jette à peine éclose
Sur le chemin du passant
Elle était née d’un beau serment d’amour
Mais les serments sont frivoles
L’amour s’envole et dans le vieux faubourgs
L’enfant reste seul un jour.

REFRAIN
Sur le trottoir près du ruisseau
Epave de la rue
Abandonnée loin du berceau
Pauvre fille perdue
Fleur du pavé que par devoir
Une passante émue
Par charité recueille un soir
Là-bas sur le trottoir.

SECOND COUPLET
Elle grandit sans soutien, sans tuteur,
Comme les herbes sauvages.
A dix-huit ans un amour de passage
Vint déjà, prendre son cœur
Et pour un homme, un vaurien sans aveu,
On la vit, vendre ses charmes.
Combien de larmes
Et de chagrins honteux
Pouvaient se lire en ses yeux.

REFRAIN
Sur le trottoir près du ruisseau
Epave de la rue
Vendant son cœur pour ce qu’il vaut
Elle se prostitue
Ses cheveux courts, ses grands yeux noirs,
Dans la foule inconnue
Sont au passant qui veut l’avoir,
Là-bas sur le trottoir.

TROISIEME COUPLET
Mais le temps passe, elle a déjà vieilli,
Comme les fleurs éphémères,
Les fleurs d’amour ne se conservent guère
Une saison les flétrit
Maintenant c’est un objet de dédain,
Que l’homme regarde à peine
Femme qui traîne,
Epuisée de chagrin
Sans abri, sans feu, sans pain.

REFRAIN
Sur le trottoir, près du ruisseau
Epave de la rue,
Elle est tombée sans dire un mot,
C’est le froid qui la tue.
Puissants du jour, votre pouvoir
Vos lois qu’on institue,
Ne sont rien tant qu’on pourra voir
Des femmes sur le trottoirs.

sur le trottoir paroles  & musique de Charlys & Montagnon

LA VALSE BRUNE Chanson de Georges Villard et Georges Krier

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
LA VALSE BRUNE CHANSON


 

PAROLES de Georges VILLARD (18xx-1927)
MUSIQUE de Georges KRIER (1872-1946)
   

 

 
LA VALSE BRUNE
1909

Paroles de Georges Villard
Musique de Georges Krier
 Valse

PREMIER COUPLET
Ils ne sont pas des gens à valse lente
Les bons rôdeurs qui glissent dans la nuit
Ils lui préfèrent la valse entraînante
Souple, rapide où l’on tourne sans bruit
Silencieux ils enlacent leurs belles
Mêlant la colle avec le cotillon
Légers, légers ils partent avec elle
Dans un gai tourbillon.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

SECOND COUPLET
Ils ne sont pas tendres pour leurs épouses
Et, quand il faut, savent les corriger,
Un seul soupçon de leurs âmes jalouses,
Et les rôdeurs sont prêts à se venger.
Tandis qu’ils font à Berthe, à Léonore
Un madrigal en vers de leur façon
Un brave agent de son talon sonore
Souligne la chanson.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

TROISIEME COUPLET
Quand le rôdeur, dans la nuit, part en chasse
Et qu’à la gorge il saisit un passant,
Les bons amis, pour que tout bruit s’efface,
Non loin de lui chantent en s’enlaçant.
Tandis qu’il pille un logis magnifique,
Où d’un combat qu’il sait sortir vainqueur,
Les bons bourgeois grisés par la musique
Murmurent tous en chœur :

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

BENGALI JOLI CHANSON de Ernest Dumont & Louis Bénéch

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE

BENGALI JOLI CHANSON

 

PAROLES de Ernest DUMONT (1877-1941)
MUSIQUE de (Ferdinand) Louis Bénéch(1875-1925)
   

 

 BENGALI JOLI

Paroles de E. Dumont
Musique de F. L. Bénech
 

PREMIER COUPLET
Sur les bords des flots,
Là-bas à Java,
Un bel étranger un soir rencontra
Une jeune indienne,
Mignonne sirène,
Avec des yeux grands comme ça !
Comme elle rougissait en les regardant,
Il s’approcha d’elle en lui souriant
Et sans trop de peine,
Au bout d’une semaine,
Il pouvait chanter gaiement.

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Mon bel oiseau des pays jolis !
Elle est belle avec pas grand-chose,
Une simple fleur, un ruban rose…
Son tout petit cœur d’oiseau,
Ne rêve pas à de grands chapeaux.
C’est moi qu’elle aime et ça me suffit,
Aussi je l’emmène à Paris.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

SECOND COUPLET
Dans sa garçonnière, une fois à Paris,
Il la présente à un de ses amis,
Elle était exquise,
Dans sa p’tite chemise,
A la mode de son pays !
Achète-lui au moins un chapeau ou deux,
ça la couvrira toujours un p’tit peu,
Ou ta p’tit’ sauvage
Faut la mettre en cage,
Il lui dit ; ça vaut bien mieux !

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Un bel oiseau des pays jolis !
Elle est belle avec pas grand-chose,
Une simple fleur, un ruban rose…
Son petit, petit cœur d’oiseau,
N’a pas besoin de vos grands chapeaux.
Je préfère qu’elle reste au logis,
C’est moi qu’elle aime et ça me suffit.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

TROISIEME COUPLET
La petite Indienne eut un succès fou,
Des amis venaient la voir de partout,
Oh ! la jolie fille,
Comme elle est gentille,
ça rendit l’amant jaloux,
Et quand Bengali lui dit un beau jour
Je veux des bottines une robe de velours
Craignant que son rêve
Bientôt ne s’achève,
Il lui dit avec amour :

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Mon bel oiseau des pays jolis !
Retournons vite en notre île,
Ici les amours sont fragile
Et ton petit, petit cœur d’oiseau
N’a pas besoin de ces jeux nouveaux
Tu sais que je t’aime pour la vie.
C’est le bonheur et ça suffit.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

BENGALI JOLI CHANSON de Ernest Dumont & Louis Bénéch