Archives par mot-clé : amour

L’AMOUR EST UN – POEME DE ZINAÏDA HIPPIUS – Поэзия Зинаиды Гиппиус – ЛЮБОВЬ – ОДНА – 1896

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Zinaïda Hippius
Поэзия Зинаиды Гиппиус
___________________________________

Zinaïda Nicolaïevna Hippius
Зинаи́да Никола́евна Ги́ппиус

8 novembre 1869 Beliov Russie – 9 septembre 1945 Paris,
8 ноября 1869 Белёв, Российская империя — 9 сентября 1945 Париж Франция

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

L’AMOUR EST UN
1896
ЛЮБОВЬ – ОДНА 
_______________________________________________

 

*

 

*******

Единый раз вскипает пеной
Elle bouillonne dans sa glaciale écume
И рассыпается волна.
La vague qui se brise.
Не может сердце жить изменой,
Le cœur ne peut pas vivre en trompant,
Измены нет: любовь – одна.
Il ne peut y avoir de trahison : l’amour est un.

*

Мы негодуем иль играем,
Nous sommes parfois indignés, parfois nous jouons,
Иль лжем – но в сердце тишина.
Parfois nous mentons – mais dans le cœur, quel silence.
Мы никогда не изменяем:
Nous ne changeons jamais :
Душа одна – любовь одна.
L’âme est une – l’amour est un.

*

Однообразно и пустынно,
Monotonie et vide,
Однообразием сильна,
La monotonie est puissante,
Проходит жизнь… И в жизни длинной
La vie passe … Et dans notre longue vie
Любовь одна, всегда одна.
L’amour est un, toujours un.

*

Лишь в неизменном – бесконечность,
L’infini n’est que dans l’immuable,
Лишь в постоянном – глубина.
Uniquement dans une constante profondeur.
И дальше путь, и ближе вечность,
Et plus loin est le chemin, et plus l’éternité est proche,
И всё ясней: любовь одна.
Et tout est plus clair : l’amour est un.

*

Любви мы платим нашей кровью,
L’amour nous le payons avec notre sang
Но верная душа – верна,
Mais l’âme est fidèle – fidèle
И любим мы одной любовью…
Et nous aimons d’un amour unique …
Любовь одна, как смерть одна.
L’amour est un, comme la mort.

**********

*


*

IMPUISSANCE – POEME DE ZINAÏDA HIPPIUS – Поэзия Зинаиды Гиппиус -1893 – Бессилье

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Zinaïda Hippius
Поэзия Зинаиды Гиппиус
___________________________________

Zinaïda Nicolaïevna Hippius
Зинаи́да Никола́евна Ги́ппиус

8 novembre 1869 Beliov Russie – 9 septembre 1945 Paris,
8 ноября 1869 Белёв, Российская империя — 9 сентября 1945 Париж Франция

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

IMPUISSANCE
1893
Бессилье
_______________________________________________

 

*

Смотрю на море жадными очами,
Je regarde la mer avec des yeux gourmands
К земле прикованный, на берегу…
Enchaînée au sol, sur le rivage …
Стою над пропастью – над небесами,-
Debout tout près de l’abîme – au-dessus du ciel –
И улететь к лазури не могу.
Mais je ne peux plus désormais voler jusqu’à l’azur

*

Не ведаю, восстать иль покориться,
Je n’ai, rebelle ou esclave,
Нет смелости ни умереть, ни жить…
Ni le courage de mourir ni de vivre …
Мне близок Бог – но не могу молиться,
Dieu est pourtant si proche de moi mais je ne peux pas prier,
Хочу любви – и не могу любить.

Je veux tellement aimer mais je ne peux pas aimer.

*

Я к солнцу, к солнцу руки простираю
J’étire mes bras vers le soleil
И вижу полог бледных облаков…
Et je vois un amoncellement de nuages pâles …
Мне кажется, что истину я знаю –
Il me semble que je connais la vérité –
И только для нее не знаю слов.
Mais je ne connais pas les mots.

******

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

*

LES VOLETS – POEME DE ZINAÏDA HIPPIUS – Поэзия Зинаиды Гиппиус -1907 – НЕЛЮБОВЬ

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Zinaïda Hippius
Поэзия Зинаиды Гиппиус
___________________________________

Zinaïda Nicolaïevna Hippius
Зинаи́да Никола́евна Ги́ппиус

8 novembre 1869 Beliov Russie – 9 septembre 1945 Paris,
8 ноября 1869 Белёв, Российская империя — 9 сентября 1945 Париж Франция

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

LES VOLETS
1917
НЕЛЮБОВЬ
_______________________________________________

 

*

 

*******


Как ветер мокрый, ты бьешься в ставни,
Comme le vent est humide, tu claques les volets,
Как ветер черный, поешь: ты мой!
Comme le vent est sombre, tu chantes : « tu es à moi !
Я древний хаос, я друг твой давний,
Je suis l’ancien chaos, je suis ton vieil ami
Твой друг единый, — открой, открой!
Ton seul ami – ouvre, ouvre ! »

*

Держу я ставни, открыть не смею,
Je regarde les volets, je n’ose pas les ouvrir,
Держусь за ставни и страх таю.
Je tiens les volets et ma peur disparaîtra.
Храню, лелею, храню, жалею
Je garde, je chéris, je garde, je regrette
Мой луч последний — любовь мою.
Mon dernier rayon de lumière, mon amour.

*

Смеется хаос, зовет безокий:
Il rit le chaos, il clame :
Умрешь в оковах, — порви, порви!
« Tu vas mourir dans les entraves – dans les larmes, dans les larmes !
Ты знаешь счастье, ты одинокий,
Tu peux connaître le bonheur, tu es seul
В свободе счастье — и в Нелюбви.
Le bonheur est dans la liberté – et dans l’aversion. « 

*

Охладевая, творю молитву,
Je refroidis et je fais une prière,
Любви молитву едва творю…
Mon amour peut à peine faire sa prière …
Слабеют руки, кончаю битву,
Les mains s’affaiblissent, mettant fin à la bataille,
Слабеют руки… Я отворю!
Mes mains sont si faibles … je vais ouvrir !


***********

1907

*


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1.png.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

*

 

 

L’ABSENCE – Poème d’Anna AKHMATOVA – Анна Ахматова – 1914 – Разлука

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
Poésie d’Anna Akhmatova
Поэзия Анны Ахматовой
__________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Akhmatova_by_Altman-1024x577.jpg.
Натан Исаевич Альтман,Natan Altman Портрет А. А. Ахматовой, Portrait d’Anna Akhmatova, 1914, Русский музей, Musée Russe, Saint-Pétersbourg, Санкт-Петербург

______________________

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия

***************

Anna Akhmatova
Анна Ахматова

11 juin 1889 Odessa – 5 mars 1966 Moscou
11 июня 1889 Одесса – 5 марта 1966, Домодедово, Московская область, СССР

**************

____________________________________________

L’ABSENCE
1914
Разлука
____________________________________________

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________


Вечерний и наклонный
Dans le soir, en descente
Передо мною путь.
Dévale le chemin devant moi.
Вчера ещё, влюблённый,
Hier, toujours amoureux,
Молил: «Не позабудь».
Il me suppliait : « Ne m’oublie pas ! »
А нынче только ветры
Et maintenant, il n’y a plus que les vents,
Да крики пастухов,
Qui portent les cris des bergers
Взволнованные кедры
Et le bruissement des feuilles des cèdres agités
У чистых родников.
Là-bas, aux sources pures.

*****************


Весна 1914, Петербург
Printemps 1914, Saint-Pétersbourg

Poésie d’Anna Akhmatova
Поэзия Анны Ахматовой
__________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2-1024x509.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Anna-Artgitato.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

AMOUR ET TENDRESSE A VENDRE – Poème d’Anna Akhmatova – 1913 – Твой белый дом и тихий сад оставлю

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
Poésie d’Anna Akhmatova
Поэзия Анны Ахматовой

__________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Akhmatova_by_Altman-1024x577.jpg.
Натан Исаевич Альтман,Natan Altman Портрет А. А. Ахматовой, Portrait d’Anna Akhmatova, 1914, Русский музей, Musée Russe, Saint-Pétersbourg, Санкт-Петербург

****************

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия

***************

Anna Akhmatova
Анна Ахматова

11 juin 1889 Odessa – 5 mars 1966 Moscou
11 июня 1889 Одесса – 5 марта 1966, Домодедово, Московская область, СССР

____________________________________________

AMOUR ET TENDRESSE A VENDRE
1913
Твой белый дом и тихий сад оставлю

____________________________________________

<script src= »//pagead2.googlesyndication.com/pagead/js/adsbygoogle.js » async= » »></script>
<!– Ouganda –>
<ins class= »adsbygoogle » style= »display:block » data-ad-format= »auto » data-ad-slot= »8612771374″ data-ad-client= »ca-pub-3881297075754406″></ins>
<script>
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
</script>

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________




Твой белый дом и тихий сад оставлю.
Ta maison blanche et ton paisible jardin tranquille je quitterai.
Да будет жизнь пустынна и светла.
Que la vie soit dépouillée et lumineuse.
Тебя, тебя в моих стихах прославлю,
Je te glorifierai dans mes poèmes
Как женщина прославить не могла.
Plus qu’aucune femme ne pourrait le faire.
И ты подругу помнишь дорогую
Pour que tu te souviennes de ton aimée
В тобою созданном для глаз ее раю,
Dans le paradis que tu créas pour ses yeux,
А я товаром редкостным торгую —
J’échange mes biens les plus rares –
Твою любовь и нежность продаю.
Je vends ton amour et ta tendresse.


*****

1913

__________________________________
Poésie d’Anna Akhmatova
Поэзия Анны Ахматовой

__________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2-1024x509.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Anna-Artgitato.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

NIHIL NOVUM – Poème de FLORBELA ESPANCA – RIEN DE NOUVEAU – Poème Posthume

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

*****
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

RIEN DE NOUVEAU
NIHIL NOVUM

Recueil – Coleção
Recueil Posthume
Reliquiae
1934

Poème paru en 1934 
Sonetos Completos (Livro de Mágoas, Livro de Sóror Saudade, Charneca em Flor, Reliquiae)
Coimbra
Livraria Gonçalves

____________________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Tamara et le Démon, illustration du poème de Mikhaïl Lermontov, 1890

****************


Na penumbra do pórtico encantado
Dans la pénombre du portique enchanté
De Bruges, noutras eras, já vivi;
De Bruges, jadis, j’ai vécu ;
Vi os templos do Egito com Loti;
J’ai vu les temples d’Egypte avec Loti ;
Lancei flores, na Índia, ao rio sagrado.
J’ai jeté des fleurs, en Inde, dans le fleuve sacré.

*

No horizonte de bruma opalizado,
À l’horizon de la brume opalisée,
Frente ao Bósforo errei, pensando em ti!
Devant le Bosphore j’errai, pensant à toi !
O silêncio dos claustros conheci
Le silence des cloîtres j’ai connu
Pelos poentes de nácar e brocado…
Aux couchants de nacre et de brocart …

*

Mordi as rosas brancas de Ispaã
J’ai croqué les roses blanches d’Ispahan
E o gosto a cinza em todas era igual!
Au goût de cendre !
Sempre a charneca bárbara e deserta,
Toujours la lande barbare et déserte,

*

Triste, a florir, numa ansiedade vã!
Triste, à fleurir d’une vaine anxiété !
Sempre da vida ? o mesmo estranho mal,
Toujours dans la vie ? le même mal étrange,
E o coração ? a mesma chaga aberta!
Et le cœur? la même plaie ouverte !

**************

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LA VIE – Poème de FLORBELA ESPANCA – A VIDA – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

*****
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

LA VIE
A VIDA
Poème paru dans
« 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

____________________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Утро, Matin, Manhã, 1897

*************


É vão o amor, o ódio, ou o desdém;
Vains sont l’amour, la haine ou le dédain ;
Inútil o desejo e o sentimento…
Inutiles sont le désir et le sentiment …
Lançar um grande amor aos pés d’alguém
Jeter un grand amour aux pieds de quelqu’un
O mesmo é que lançar flores ao vento!
C’est jeter des fleurs au vent !

*

Todos somos no mundo « Pedro Sem »,
Nous sommes tous dans le misérable monde,
Uma alegria é feita dum tormento,
Une joie est faite de tourment,
Um riso é sempre o eco dum lamento,
Un rire est toujours l’écho d’une lamentation,
Sabe-se lá um beijo donde vem!
Qui sait d’où vient le baiser !

*

A mais nobre ilusão morre… desfaz-se…
L’illusion la plus noble meurt … s’effrite …
Uma saudade morta em nós renasce
Une nostalgie ardente en nous renaît
Que no mesmo momento é já perdida…
Qui, au même moment, est déjà perdue …

*

Amar-te a vida inteira eu não podia…
T’aimais toute ma vie, je ne le pouvais …
A gente esquece sempre o bem dum dia.
Nous oublions toujours le bien d’une journée.
Que queres, ó meu Amor, se é isto a Vida!…
Que veux-tu, mon Amour, si tout cela c’est la Vie !

***

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

MON FADO – Poème de Florbela ESPANCA – Meu fado, meu doce amigo… – 1915

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.

________________________________________________________

MON FADO
Meu fado, meu doce amigo…
Poème paru dans « O Livro D’Ele « 
1915 

________________________________________________________________

José Malhoa, Le Fado, O Fado, 1910


*************************


Meu fado, meu doce amigo
Mon fado, mon tendre ami
Meu grande consolador
Mon grand consolateur
Eu quero ouvir-te rezar,
Je veux t’entendre prier,
Orações à minha dor!
Des prières à ma douleur !

*

Só no silêncio da noite
Seulement dans le silence de la nuit
Vibrando perturbador,
Vibrant perturbateur,
Quantas almas não consolas
Combien d’âmes ne se consolent pas
Nessa toada d’amor!
Dans cet air d’amour !

*

Cantando p’r uma voz pura
Chanté par une voix pure
Eu quero ouvir-te também
Je veux t’entendre aussi
P’r uma voz que me recorde
Par une voix qui me rappelle
A doce voz do meu bem!
La douce voix de mon aimé !

*

Pela calada da noite
Dans la quiétude de la nuit
Quando o luar é dolente
Quand le clair de lune est plaintif
Eu quero ouvir essa voz
Je veux entendre cette voix
Docemente… docemente…
Doucement … doucement …

*****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

RÊVANT… Poème de Florbela ESPANCA – Sonhando… -1915

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930
Carl Blechen, Grotte dans le parc de la Villa d’Este, 1829

________________________________________________________

RÊVANT
SONHANDO
Poème paru dans « O Livro D’Ele « 
1915 

________________________________________________________________

******************


É noite pura e linda. Abro a minha janela
La nuit est pure et belle. J’ouvre ma fenêtre
E olho suspirando o infinito céu,
Et mes yeux en soupirant dans le ciel infini,
Fico a sonhar de leve em muita coisa bela
Je rêve de tant de belles choses
Fico a pensar em ti e neste amor que é teu!
Je pense à toi et à cet amour qui est le tien !

*

D’olhos fechados sonho. A noite é uma elegia
Je rêve les yeux fermés. La nuit est une élégie
Cantando brandamente um sonho todo d’alma
Chantant doucement un rêve empli d’âme
E enquanto a lua branca o linho bom desfia
Et pendant que la blanche lune caresse le doux linge
Eu sinto almas passar na noite linda e calma.
Je sens les âmes passer dans la nuit belle et calme.

*

Lá vem a tua agora… Numa carreira louca
Voici la vôtre maintenant … Dans une folle arabesque
Tão perto que passou, tão perto à minha boca
Qui passe si près, si près de ma bouche
Nessa carreira doida, estranha e caprichosa
Dans cette arabesque folle, étrange et capricieuse

*

Que a minh’alma cativa estremece, esvoaça
Que mon âme captive frissonne, vole
Para seguir a tua, como a folha de rosa
Pour suivre la tienne, comme la feuille de rose
Segue a brisa que a beija… e a tua alma passa!…
Suit la brise qui l’embrasse… et passe ton âme !…

*******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LES VERS – Poème de FLORBELA ESPANCA – VERSOS – 1915

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

Florbela Espanca Flor Bela de Alma da Conceição Poétesse portugaise 8 décembre 1894 – 8 décembre 1930 Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

_____________________________

LES
VERS
VERSOS
Poème paru dans

« 
O Livro D’Ele »
1915

____________________________

Hugo Darnaut, Bois avec pont sur la rivière, Waldbach mit Brücke

****************


Versos! Versos! Sei lá o que são versos…
Des vers ! Des vers ! Je ne sais pas ce que sont les vers…  
Pedaços de sorriso, branca espuma, 
Morceaux de sourire, blanche écume, 
Gargalhadas de luz, cantos dispersos,
Rires forts, chansons dispersées,  
Ou pétalas que caem uma a uma.
Ou pétales tombant les uns après les autres.

*

Versos!… Sei lá! Um verso é teu olhar, 
Des vers !… Je ne sais pas ! Un vers est ton regard, 
Um verso é teu sorriso e os de Dante
Un vers est ton sourire et ceux de Dante
Eram o seu amor a soluçar 
Sont ton amour sanglotant
Aos pés da sua estremecida amante!
Aux pieds de ton amant tremblant !

*

Meus versos!… Sei eu lá também que são…
Mes vers! … Je sais aussi qu’ils sont … 
Sei lá! Sei lá!… Meu pobre coração
Je ne sais pas ! Je ne sais pas … mon pauvre cœur 
Partido em mil pedaços são talvez…
Parti en mille morceaux est peut-être …

Versos! Versos! Sei lá o que são versos..
Des vers ! Des vers ! Je ne sais pas ce que sont les vers..   
Meus soluços de dor que andam dispersos
Mes sanglots de douleur dispersés  
Por este grande amor em que não crês!…
Par ce grand amour en lequel tu ne crois pas !…

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA *******************