Archives de catégorie : littérature

LE JEU DE LA VIE Poème de Friedrich von SCHILLER – Das Spiel des Lebens Gedichte Friedrich von SCHILLER

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DAS SPIEL DES LEBENS
LE JEU DE LA VIE

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

  Wollt ihr in meinen Kasten sehn?
Voulez-vous voir ma boîte ?
Des Lebens Spiel, die Welt im Kleinen,
Le jeu de la vie, le monde en miniature,
Gleich soll sie eurem Aug’ erscheinen;
Aussitôt apparaîtrà vos yeux ;
Nur müßt ihr nicht zu nahe stehn,
Mais vous ne devez pas être trop près,
Ihr müßt sie bei der Liebe Kerzen
Vous devez les apprécier avec des bougies de l’amour
  Und nur bei Amors Fackel sehn.
Et seulement avec le flambeau de Cupidon.

    Schaut her! Nie wird die Bühne leer:
Regardez ici ! La scène n’est jamais vide:
Dort bringen sie das Kind getragen,
Là ! ils apportent l’enfant,
 Der Knabe hüpft, der Jüngling stürmt einher,
Le garçon sautille déjà, le jeune homme s’agite,
Es kämpft der Mann, und Alles will er wagen.
L’homme se bat, et qui ose tout.

    Ein Jeglicher versucht sein Glück,
Chacun tente sa chance,
Doch schmal nur ist die Bahn zum Rennen;
Mais seul le chemin est étroit ;
Der Wagen rollt, die Achsen brennen,
Le char roule, les essieux brûlent,
Der Held dringt kühn voran, der Schwächling bleibt zurück,
Le héros avance hardiment, le faible reste en retrait,
Der Stolze fällt mit lächerlichem Falle,
Le fier tombe dans un piège ridicule,
Der Kluge überholt sie alle.
Le malin les dépasse tous.

    Die Frauen seht ihr an den Schranken stehn,
Vous voyez les femmes debout aux barrières,
Mit holdem Blick, mit schönen Händen
Avec un beau regard, avec de belles mains
Den Dank dem Sieger auszuspenden.
Congratuler le gagnant.

**********

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE L’ILLUSION Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Wahns Gedichte Friedrich von SCHILLER

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER
Publication en 1800

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES WAHNS
LES MOTS DE L’ILLUSION

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

Drei Worte hört man, bedeutungsschwer,
Trois mots fondamentaux s’entendent
 Im Munde der Guten und Besten;
Dans la bouche du bon et du meilleur d’entre nous ;
 Sie schallen vergeblich, ihr Klang ist leer,
Ils sonnent en vain, leur son est vide,
 Sie können nicht helfen und trösten.
Ils ne peuvent ni aider ni réconforter.
Verscherzt ist dem Menschen des Lebens Frucht,
Il est perdu, le fruit de la vie de l’homme,
Solang er die Schatten zu haschen sucht.
Tant qu’il essaie de chasser les ombres.

 Solang er glaubt an die Goldene Zeit,
Illusion du droit ! Tant qu’il croit en l’âge d’or,
 Wo das Rechte, das Gute wird siegen, –
Là où le droit prévaudra, là où le bien l’emportera,
Das Rechte, das Gute führt ewig Streit,
Le droit, le bien, mène un éternel combat,
Nie wird der Feind ihm erliegen,
Jamais l’ennemi ne succombera,
Und erstickst du ihn nicht in den Lüften frei,
S’il n’est pas étouffé dans les airs,
 Stets wächst ihm die Kraft auf der Erde neu.
Il reprendra de nouvelles forces sur terre.

 Solang er glaubt, daß das buhlende Glück
Illusion de la fortune ! Tant qu’il croit avoir la fortune
Sich dem Edeln vereinigen werde –
Pour rejoindre les nobles cœurs –
Dem Schlechten folgt es mit Liebesblick,
Les mauvais, la suivent avec un regard d’envie,
Nicht dem Guten gehöret die Erde.
La terre n’appartient pas au bien !
 Er ist ein Fremdling, er wandert aus
Il est étranger, il migre
 Und suchet ein unvergänglich Haus.
Et cherche une maison éternelle.

 Solang er glaubt, daß dem irdschen Verstand
Illusion de la vérité ! Tant il croit qu’à l’esprit sur terre
Die Wahrheit je wird erscheinen,
La vérité apparaîtra et régnera, pourtant,
Ihren Schleier hebt keine sterbliche Hand,
Son voile ne sera levé par aucune main mortelle ;
Wir können nur raten und meinen.
Nous pouvons seulement que deviner et déblatérer.
Du kerkerst den Geist in ein tönend Wort,
Tu noies l’esprit dans un mot qui résonne,
Doch der freie wandelt im Sturme fort.
Mais la pensée libre continue d’errer dans la tempête.

 Drum, edle Seele, entreiß dich dem Wahn
Alors, noble âme, échappe à l’illusion
Und den himmlischen Glauben bewahre!
Et garde ta foi céleste!
Was kein Ohr vernahm, was die Augen nicht sahn,
Ce qu’aucune oreille n’entend, ce qu’aucun œil ne voit,
Es ist dennoch, das Schöne, das Wahre!
C’est encore, le beau, le vrai !
Es ist nicht draußen, da sucht es der Tor,
Ce n’est pas dehors que tu le trouveras.
 Es ist in dir, du bringst es ewig hervor.
C’est en toi, tu le portes en toi pour toujours !

*****************************

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE LA FOI – Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Glaubens GEDICHTE VON SCHILLER

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES GLAUBENS
LES MOTS DE LA FOI

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,
 Doch stammen sie nicht von außen her,
Mais ils ne viennent pas de l’extérieur,
 Das Herz nur gibt davon Kunde,
Le cœur seulement nous les livre ;
Dem Menschen ist aller Wert geraubt,
L’homme perd toute valeur
Wenn er nicht mehr an die drei Worte glaubt.
S’il ne croit plus à ces trois mots.

Der Mensch ist frei geschaffen, ist frei,
L’homme est créé libre et libre il est,
Und würd er in Ketten geboren,
Même s’il naît sous le joug,
 Laßt euch nicht irren des Pöbels Geschrei,
Ne vous laissez pas berner par la foule qui crie,
Nicht den Mißbrauch rasender Toren,
Pas les propos incohérents d’imbéciles enragés,
Vor dem Sklaven, wenn er die Kette bricht,
Autant devant l’esclave, quand il brise la chaîne,
Vor dem freien Menschen erzittert nicht.
Que devant l’homme libre, ne tremblez pas !

Und die Tugend, sie ist kein leerer Schall,
Et la vertu, ce n’est pas un son vide,
Der Mensch kann sie üben im Leben,
L’homme peut la pratiquer dans la vie,
Und sollt er auch straucheln überall,
Et devrait-il trébucher aussi partout,
  Er kann nach der göttlichen streben,
Il peut aspirer au divin,
Und was kein Verstand der Verständigen sieht,
Et ce que ne comprend pas l’homme intelligent,
Das übet in Einfalt ein kindlich Gemüt.
En termes simples un esprit enfantin le saisit.

Und ein Gott ist, ein heiliger Wille lebt,
Il existe un Dieu, une sainte volonté qui vit,
Wie auch der menschliche wanke,
Quand l’homme vacille,
Hoch über der Zeit und dem Raume webt
Plus haut que le temps et l’espace
Lebendig der höchste Gedanke,
Vit la plus haute pensée,
 Und ob alles in ewigem Wechsel kreist,
Et si tout tourne dans un perpétuel changement,
Es beharret im Wechsel ein ruhiger Geist.
Il existe en son cœur un esprit calme et serein.

Die drei Worte bewahret euch, inhaltschwer,
Ces trois mots, gardez-les ! Si intenses et profonds,
 Sie pflanzet von Munde zu Munde,
Qu’ils partent de bouche en bouche,
Und stammen sie gleich nicht von außen her,
Ils ne viennent pas de l’extérieur,
  Euer Innres gibt davon Kunde,
Ils émanent de l’intérieur ;
Dem Menschen ist nimmer sein Wert geraubt,
L’homme ne sera jamais privé de sa valeur,
So lang er noch an die drei Worte glaubt.
Tant qu’il croira encore à ces trois mots.

****

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


ESPERANCE Poème de Friedrich SCHILLER – HOFFNUNG GEDICHTE VON SCHILLER

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
HOFFNUNG
ESPERANCE

POEME DE

 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Hoffnung
Espérance

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;
 nach einem glücklichen, goldenen Ziel
vers un but heureux et glorieux
sieht man sie rennen und jagen.
vous les voyez courir et courir encore.
Die Welt wird alt und wird wieder jung,
Le monde vieillit et rajeunit,
doch der Mensch hofft immer Verbesserung.
mais l’homme espère toujours des jours plus beaux. 

Die Hoffnung führt ihn ins Leben ein,
L’espérance l’accompagne toute sa vie :
sie umflattert den fröhlichen Knaben,
 elle s’agite autour du garçon joyeux,
 den Jüngling locket ihr Zauberschein,
le jeune homme, lui, est attiré par sa magie,
 sie wird mit dem Greis nicht begraben;
enfin, elle ne sera pas enterrée avec le vieil homme ;
 denn beschließt er im Grabe den müden Lauf,
car, dans la tombe, il termine son parcours fatigué,
 noch am Grabe pflanzt er – die Hoffnung auf.
toujours sur la tombe, il plante… l’espérance.

Es ist kein leerer, schmeichelnder Wahn,
Ce n’est pas une illusion vide et flatteuse,
 erzeugt im Gehirne des Toren,
générée dans le cerveau de l’insensé,
 im Herzen kündet es laut sich an:
dans le cœur puissamment nous entendons une voix :
zu was Besserm sind wir geboren.
Nous sommes nés pour quelque chose de mieux !
Und was die innere Stimme spricht,
Et ce que dit la voix intérieure
das täuscht die hoffende Seele nicht.
ne trompe pas l’âme qui espère.

*****

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LE GANT – POEME DE FRIEDRICH SCHILLER – Der Handschuh – GEDICHTE VON SCHILLER

DER HANDSCHUH
LE GANT POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DER HANDSCHUH
 LE GANT
POEME DE
 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Der Handschuh

Vor seinem Löwengarten,
Devant le jardin aux lions,
 Das Kampfspiel zu erwarten,
Où ils vont combattre
Saß König Franz,
Est assis le Roi Franz,
  Und um ihn die Großen der Krone,
Et autour de lui les grands de la couronne,
Und rings auf hohem Balkone
Et sur les hauts balcons
Die Damen in schönem Kranz.
Les dames formant une belle couronne.

Und wie er winkt mit dem Finger,
Le Roi agite son doigt,
Auf tut sich der weite Zwinger,
Devant ce grand chenil,
Und hinein mit bedächtigem Schritt
Et alors, avec un pas volontaire,
 Ein Löwe tritt,
Un lion avance avec prestige,
Und sieht sich stumm
Et regarde tranquillement
Rings um,
Tout autour de lui,
 Mit langem Gähnen,
Dans un long bâillement,
Und schüttelt die Mähnen,
Il secoue sa crinière,
 Und streckt die Glieder,
Etend ses membres,
 Und legt sich nieder.
Et se couche.

Und der König winkt wieder,
Et le Roi fait un nouveau signe,
Da öffnet sich behend
Alors, s’ouvre rapidement
Ein zweites Tor,
Une deuxième porte,
Daraus rennt
Rapide
Mit wildem Sprunge
Dans un puissant saut sauvage
Ein Tiger hervor,
Un tigre,
Wie der den Löwen erschaut,
Voyant le lion,
Brüllt er laut,
Se met à rugir puissamment,
Schlägt mit dem Schweif
Fouettant avec la queue
 Einen furchtbaren Reif,
Ouvre sa gueule
Und recket die Zunge,
Et étire sa langue,
Und im Kreise scheu
Fait un cercle
Umgeht er den Leu
Contourne le lion
Grimmig schnurrend;
Sombrement rugit ;
Drauf streckt er sich murrend
Et va se coucher
Zur Seite nieder.
Sur son côté.

Und der König winkt wieder,
Et le roi fait un nouveau signe,
 Da speit das doppelt geöffnete Haus
Une porte laisse alors sortir
Zwei Leoparden auf einmal aus,
Deux léopards à la fois,
Die stürzen mit mutiger Kampfbegier
Qui s’élancent comme pour un combat courageux
Auf das Tigertier,
Sur notre tigre,
Das packt sie mit seinen grimmigen Tatzen,
Qui lui les attrape avec ses fortes griffes,
Und der Leu mit Gebrüll
Et le lion dans un long rugissement
Richtet sich auf, da wird’s still,
Se redresse, là tout se calme,
Und herum im Kreis,
Et autour en cercle,
Von Mordsucht heiß,
Dans cette odeur de sang,
Lagern die greulichen Katzen.
Se posent les deux léopards.

Da fällt von des Altans Rand
Alors tombe du bord du balcon
Ein Handschuh von schöner Hand
Un gant tenu par une belle main
Zwischen den Tiger und den Leun
Entre le tigre et le lion
Mitten hinein.
En plein milieu.

Und zu Ritter Delorges spottenderweis
Et moqueuse, au chevalier de Lorges
Wendet sich Fräulein Kunigund:
Se tourne Dame Cunégonde :
« Herr Ritter, ist Eure Lieb so heiß,
« Monsieur le Chevalier, si votre amour est si ardent,
Wie Ihr mir’s schwört zu jeder Stund,
Comme vous me le clamez à chaque instant,
Ei, so hebt mir den Handschuh auf. »
Aller récupérer mon gant. » 

Und der Ritter in schnellem Lauf
Et le chevalier dans une course rapide
 Steigt hinab in den furchtbarn Zwinger
Descend au cœur du terrible chenil
 Mit festem Schritte,
D’un pas ferme,
 Und aus der Ungeheuer Mitte
Au milieu des monstres
Nimmt er den Handschuh mit keckem Finger.
Il relève le gant d’un doigt audacieux.

Und mit Erstaunen und mit Grauen
Dans un étonnement et dans un effroi
Sehen’s die Ritter und Edelfrauen,
Les chevaliers et les nobles dames le regardent
Und gelassen bringt er den Handschuh zurück.
Qui revient calmement, rendre le gant.
Da schallt ihm sein Lob aus jedem Munde,
Sa louange parcourt toutes les bouches,
Aber mit zärtlichem Liebesblick –
Elle lui souffle un amour tendre –
Er verheißt ihm sein nahes Glück –
Et lui promet un bonheur parfait –
Empfängt ihn Fräulein Kunigunde.
La dame Cunégonde.
Und er wirft ihr den Handschuh ins Gesicht:
Mais lui jette le gant au visage :
  « Den Dank, Dame, begehr ich nicht »
« Merci, madame, tel n’est pas mon désir ! »
Und verläßt sie zur selben Stunde.
Et la quitte sur le champ.

******

DER HANDSCHUH
LE GANT POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie




 Deutsch Literatur

Friedrich von Schiller
Johann Christoph Friedrich von Schiller
1759-1805

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




Poèmes de Friedrich Schiller

Gedichte von Friedrich Schiller

*




 DER TANZ
LA DANSE
1796

DER TANZ Schiller Jacky Lavauzelle Friedrich Schiller
Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent…

***

WALLENSTEINS LAGER
LE CAMP DE WALLENSTEIN
1799

 

Le Camp de Wallenstein Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

SOMMAIRE
Inhaltsverzeichnis

1. Auftritt
Scène 1

2. Auftritt
Scène 1

3. Auftritt
Scène 3

4. Auftritt
Scène 4

5. Auftritt
Scène 5

6. Auftritt
Scène 6

7. Auftritt
Scène 7

8. Auftritt
Scène 8
Huitième Tableau
Kapuzinerpredigt Schiller
Le Sermon du Capucin

9. Auftritt
Scène 9
Neuvième Tableau

10. Auftritt
Scène 10
Dixième Tableau

11. Auftritt
Scène 11
Onzième Tableau
Erste Teil – Première Partie
Zweite Teil – Seconde Partie
Teil Drei – Troisième Partie
Vierter Teil – Quatrième Partie
Fünfter Teil – Cinquième Partie
Teil Sechs – Sixième Partie
Teil 7 – Septième Partie
Teil 8 – Ende des Spiels – Fin de la pièce

**

An die Freude 
Hymne à la Joie
Ode à la Joie
1785

An di Freude Schiller Hymne à la Joie Ode à la Joie Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

Freude, schöner Götterfunken,
Joie, belle étincelle des dieux,
Tochter aus Elisium,
Fille d’Elysée,
Wir betreten feuertrunken

Nous entrons ivres avec le feu

**

DER HANDSCHUH
LE GANT

Vor seinem Löwengarten,
Devant le jardin aux lions,
 Das Kampfspiel zu erwarten,
Où ils vont combattre

**

HOFFNUNG
ESPERANCE

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;

**

LES MOTS DE LA FOI
DIE WORTE DES GLAUBENS

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,

**

LES MOTS DE L’ILLUSION
DIE WORTE DES WAHNS

Drei Worte hört man, bedeutungsschwer,
Trois mots fondamentaux s’entendent
 Im Munde der Guten und Besten;
Dans la bouche du bon et du meilleur d’entre nous ;

**

DAS SPIEL DES LIEBENS
LE JEU DE LA VIE

  Wollt ihr in meinen Kasten sehn?
Voulez-vous voir ma boîte ?
Des Lebens Spiel, die Welt im Kleinen,
Le jeu de la vie, le monde en miniature,

****

La Poésie de Schiller par

Xavier Marmier
(préface)

La poésie lyrique est l’une des joies les plus pures, et l’une des gloires littéraires les plus brillantes du peuple allemand. On n’a point vu se développer dans ce vaste pays d’Allemagne certains rameaux de la pensée humaine qui, dans d’autres contrées, ont porté tant de fleurs précieuses et tant de fruits vivifiants. L’Allemagne n’a point eu de Molière, point de Walter Scott ni de La Fontaine, et le drame, qui, dans les derniers temps, lui a donné une si grande illustration, le drame n’est apparu sur la scène allemande avec une réelle originalité et un véritable éclat, qu’après une longue suite d’obscurs tâtonnements, de froids essais, de fades imitations. Sa rapide durée, sa subite décadence, prouvent qu’il n’était point issu du génie de la nation allemande, mais de la pensée puissante de quelques hommes. Ce drame commence à Lessing et finit à Goethe. Après la mort de Schiller, après le silence de l’immortel auteur de Faust, les théâtres d’Allemagne sont retombés dans leur viduité première ; les œuvres de Werner, de Mullner, de Grillparzer ; les trop nombreuses productions de Raupach et le brillant début de M. Munch-Bellinghausen, ne lui ont donné qu’une lueur fugitive. Le désordre est entré dans les rangs de ces écrivains dramatiques que deux bannières illustres ralliaient, il y a vingt ans, autour d’un sentiment de création originale, d’une grande idée d’art. Dans leur vague incertitude, dans leurs désirs flottants et leur impuissance, ils en sont réduits maintenant à chercher une substance étrangère, à prendre, qui de-ci, qui de-là, une comédie du Théâtre-Français, un vaudeville de Boulevard, qu’ils revêtent de langues germaniques, et conduisent à la lisière sur le théâtre de Vienne ou de Berlin.

Mais depuis les plus anciens temps, l’Allemagne, avec sa nature tendre, rêveuse, idéale, a senti s’éveiller en elle le sentiment mélodieux de la poésie lyrique. Les vieux guerriers chantaient en allant au combat ; les Minnesinger ont répandu à travers les sombres mœurs du moyen âge les trésors de l’inspiration la plus suave, et les délicieux accents d’une pensée d’amour unie à la religion par un lien mystique. Les Meistersanger conservaient la même inspiration, et ils n’en altérèrent le charme primitif qu’en se trompant eux-mêmes sur certains effets de style et certains raffinements de forme. C’est par la poésie lyrique que la première école silésienne se signala au XVIIe siècle ; c’est par la poésie lyrique que Bürger, Holly et leurs jeunes amis de Goettingue ramenèrent les beaux esprits de leur temps à une tendance littéraire plus juste, à un langage plus simple et plus vrai. Enfin, c’est par la poésie lyrique que les principaux écrivains de l’époque actuelle, Novalis, Uhland, Ruckert, se sont fait une renommée qui de l’Allemagne s’est promptement répandue dans les autres contrées. À travers les tempêtes qui ont agité l’Europe, les événements politiques qui en ont changé la face, au milieu des questions vitales dont le monde poursuivait chaque jour la solution, l’Allemagne est apparue comme le scalde scandinave, qui ne pouvait en prenant l’épée abandonner sa harpe. Elle n’a pas cessé un instant de rêver, et pas un instant de chanter. Klopstock saluait par une ode l’aurore de notre révolution, et Théodore Korner, après avoir suivi tout le jour son escadron de chasseurs sur le champ de bataille, composait le soir au bivouac la chanson du lendemain. Il faut avoir visité les diverses contrées de l’Allemagne, pour savoir tout ce qu’il y a là d’instinct musical et de sentiment lyrique. Dès qu’on a passé la frontière, il semble qu’on entre dans une région fabuleuse où les hommes gazouillent et chantent comme des oiseaux. L’ouvrier chante en s’en allant le sac sur l’épaule, de ville en ville, gagner ses titres de maîtrise ; l’étudiant chante en cheminant sur la route de son Université ; l’humble famille bourgeoise qui, le dimanche, va se reposer des fatigues de la semaine sous le feuillage d’un Lustgarten, ne rentre guère dans sa demeure sans entonner aussi quelque chanson d’Uhland mise en musique par Strauss ; et dans les salons du grand monde, on serait bien étonné de passer une soirée sans cahiers de musique et sans piano. Il y a en Allemagne des chants pour toutes les fêtes et toutes les circonstances solennelles de la vie, pour toutes les classes de la société, toutes les corporations, tous les métiers, et chaque jour en augmente encore le nombre. Là, pas un site pittoresque qui n’ait été célébré plusieurs fois par les poëtes, pas une ruine des bords du Danube qui n’ait sa légende populaire, pas un château de la Thuringe, des bords du Rhin, de la Silésie, dont le nom ne se retrouve dans plusieurs recueils littéraires, dont l’histoire, réelle ou fictive, n’ait été racontée dans mainte et mainte strophe.

Ces chants de l’Allemagne n’ont point en général la vive et émouvante gaieté de ceux de la France, ni le caractère humoristique de ceux de l’Angleterre. Il en est peu qui n’allient à l’élan le plus joyeux une réflexion philosophique, une pensée religieuse. On y trouve d’ailleurs, même dans les plus vulgaires, un indice de vague rêverie, un sentiment de la nature qui ne se révèlent point dans les nôtres. L’ouvrier allemand ne se contente point de célébrer en vers plus ou moins corrects l’amour et le vin, il chante souvent avec une douce et naïve mélancolie la verdure des champs, la fraîcheur des bois ; et il y a telles de ces chansons d’artisan, de ces Burschenlieds qui retentissent chaque jour dans les plus obscurs cabarets et que l’on pourrait citer comme de petites odes harmonieuses, et remarquables par une pensée exquise.

Il est clair cependant que dans cette quantité de poésies lyriques qui inondent l’Allemagne, il y a un nombre infini de chansonnettes qui ne peuvent être considérées que comme des motifs de composition musicale, ou comme la pâle expression d’une pensée banale. C’est à la critique à chercher, au milieu de tant de productions, ce qui mérite d’être conservé et classé parmi les véritables œuvres d’art. Dans ces œuvres choisies, on distinguera les poésies lyriques de Schiller. L’homme de génie a mis là les qualités que l’on aime à retrouver dans ses drames, sa tendresse de cœur, ses grandes idées sociales, sa philosophie religieuse. Quand il n’aurait point écrit Marie Stuart, Guillaume Tell, Wallenstein, son petit volume d’élégies, de ballades, suffirait pour lui assurer une belle place parmi les poëtes de notre époque. Nous avons publié, en tête de la traduction de son théâtre, une notice biographique qui nous dispense de revenir sur les divers incidents de la vie de ce grand écrivain. Nous essaierons ici de rechercher les premières traces de ses compositions lyriques, et d’indiquer les différentes phases que sa pensée a suivies, le cercle qu’elle a parcouru, jusqu’à ce qu’elle arrivât à sa dernière manifestation, à son dernier développement, interrompu, brisé par une mort prématurée.

Xavier Marmier
Préface
Poésies de Schiller
Charpentier

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie

An die Freude SCHILLER – Hymne à la Joie – Ode à la Joie (1785)

LE SACRIFICE DE FERDINAND DE PORTUGAL – OS LUSIADAS IV-53 LES LUSIADES LUIS DE CAMOES – Codro, porque o inimigo não vencesse

*

FERDINAND DE PORTUGAL

Ferdinand de Portugal traduction Jacky LavauzelleOS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-53 LES LUSIADES IV-53
LITTERATURE PORTUGAISE

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes




Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades Trad Jacky Lavauzelle

 Obra Poética  (1556)




OS LUSIADAS IV-53
A Epopeia Portuguesa

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Ferdinand de Portugal Camoes Traduction Jacky Lavauzelle
Vasco de Gama

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




******

Ferdinand de Portugal
Ferdinand de Portugal (1402-1443)


FERDINAND DE PORTUGAL
1402  – 1443

LE COURAGE DE FERDINAND LE BIENHEUREUX

*******

LE SACRIFICE DE CODROS

Domenico Beccafumi, Le Sacrifice de Codros, roi d’Athènes, 1529-1535, Palazzo Pubblico à Sienne

Codros apprend d’un oracle que la victoire, dans la guerre qui oppose les Doriens et les Athéniens, reviendrait au peuple dont le chef serait tué en premier. Codros décide alors de se sacrifier en se jetant dans la bataille pour y succomber avant le chef dorien.

**

Le retour de Regulus à Carthage par Andreis Cornelis Lens (1791)

LE SACRIFICE DE REGULUS
Marcus Atilius Regulus (consul en -267)

« Tombé au pouvoir des Carthaginois, il est envoyé à Rome pour proposer l’échange des prisonniers. Prisonnier lui-même, il se considère comme indigne d’entrer dans la ville, dans sa propre maison. Introduit avec l’ambassadeur carthaginois dans le temple de Belloné, il refuse de s’asseoir à là place qu’il avait occupée comme consul ; son fils, par piété filiale, veut rester debout comme lui, et Régulus gémit de son peu de patriotisme. Puis, il s’oppose fortement à l’échange, et pourtant, si cet échange ne se fait pas, il a promis de retourner à Carthage, où l’attendent les plus cruels supplices. « Ces barbares, dit-il aux sénateurs, m’ont cru assez lâche pour vous trahir par crainte. Ah ! cet outrage est plus cruel que tous les tourments. Vengez-moi, sénateurs, etc. » Le consul Manlius lui répond : « Je ne sais de quel côté le péril est le plus grand, ou de ne pas suivre ton conseil, ou de perdre un citoyen capable de donner un si grand conseil. »

Pierre Larousse
Grand dictionnaire universel du XIXe siècle
As-At – Attilius
Administration du grand dictionnaire universel, 1866

***

LE SACRIFICE DE FERDINAND DE PORTUGAL

« Codro, porque o inimigo não vencesse,

« Codros, afin que ne soit pas victorieux l’ennemi,
Deixou antes vencer da morte a vida;
Préfère résolument la mort à la vie ;
Régulo, porque a pátria não perdesse,
Regulus, pour que la patrie ne soit pas perdu,
Quis mais a liberdade ver perdida.
Préfère courageusement perdre sa liberté.
Este, porque se Espanha não temesse,
De même, pour que l’Espagne ne souffre plus,
Ao cativeiro eterno se convida:
 Ferdinand se donne à une éternelle captivité :
Codro, nem Cúrcio, ouvido por espanto,
Ni Codros, ni Curce, tellement engagés pourtant,
Nem os Décios leais fizeram tanto.
Ni les loyaux Décius n’en firent jamais autant.

**

Traduction Jacky Lavauzelle
Nuno Álvares Pereira

****

OS LUSIADAS CANTO IV

****

Ferdinand de Portugal Traduction Jacky Lavauzelle

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

**************

**

LA MORT DU VETERAN CAMOES

Et puis, pour qu’un royaume ait des gens de lettres, il lui faut de l’argent pour les pensionner. Le Portugal, qui épuisait son épargne en flottes, en armées, en constructions de citadelles, ne pouvait avoir dans son budget un chapitre d’encouragemens aux lettres et aux arts. Bientôt même l’état ruiné par ses conquêtes, obéré par la victoire, n’eut plus de quoi suffire aux besoins de ses armées : il finit par ne pouvoir plus nourrir ceux qui l’avaient servi. Camoens mourut à l’hôpital, ou à-peu-près ; mais ce ne fut pas comme poète ; ce ne fut pas comme Gilbert et Maifilâtre à côté d’autres écrivains largement rentes: ce fut comme un vétéran dont la solde manque, ou dont la pension de retraite est suspendue.il mourut comme beaucoup de ses compagnons d’armes, comme mouraient les vice-rois eux-mêmes, qui n’avaient pas toujours (témoin dom Joâo de Castro) de quoi acheter une pouie dans leur dernière maladie.

« Qu’y a-t-il de plus déplorable que de voir un si grand génie si mal récompensé ? Je l’ai vu mourir dans un hôpital de Lisbonne, sans avoir un drap pour se couvrir, lui qui avait si bravement combattu dans l’Inde orientale et qui avait fait cinq mille cinq cents lieues en mer. Grande leçon pour ceux qui se fatiguent à travailler nuit et jour et aussi vainement que l’araignée qui ourdit sa toile pour y prendre des mouches. »
Il peut résulter de cette apostille que José Indio a vu Camoens à l’hôpital, sans qu’il faille prendre à la lettre les mots je l’ai vu mourir.
Ce fut dans ces circonstances que le désastre d’AIkacer Kébir (4 août 1578) frappa de mort le Portugal. Il restait encore à Camoens une larme pour sa patrie : Ah ! s’écria-t-il, du moins je meurs avec elle ! Il répéta la même pensée dans la dernière lettre qu’il ait écrite. « Enfin, disait-il, je vais sortir de la vie, et il sera manifeste à tous que j’ai tant aimé ma patrie, que non-seulement je me trouve heureux de mourir dans son sein, mais encore de mourir avec elle. »
Il ne survécut que peu de mois à ce désastre, et mourut au commencement de 1579, à l’âge de cinquante-cinq ans.
Il fut enterré très pauvrement dans l’église de Santa Anna, dit Pedro de Mariz, à gauche en entrant et sans que rien indiquât sa sépulture. Ses malheurs firent une impression si profonde, que personne ne voulut plus occuper la maison qu’il avait habitée. Elle est restée vide depuis sa mort. Les prévisions de Camoens ne tardèrent pas à s’accomplir. Le Portugal, ce royaume né d’une victoire et mort dans une défaite, tomba bientôt sous le joug de Philippe IL Ce monarque visitant ses nouvelles provinces, s’informa du poète, et, en apprenant qu’il n’existait plus, il témoigna un vif regret….

Charles Magnin
Luiz de Camoëns
Revue des Deux Mondes
Période Initiale, tome 6

*********************

Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
*********************


Ferdinand de Portugal Camoes Os Lusiadas IV Traduction Jacky Lavauzelle

FERDINAND DE PORTUGAL

 OS LUSIADAS IV

LUIS DE CAMOES LES LUSIADES


Camoes Canto III

MONUMENT A TARAS CHEVTCHENKO A TBILISSI – ტარას შევჩენკო – ტარას შევჩენკოს ძეგლი თბილისში

*
ტარას შევჩენკო
Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

 
 Тарас Григорович Шевченко
TARAS CHEVTCHENKO
25 février 1814 Moryntsi (près de Tcherkassy) – 26 février 1861 Saint-Pétersbourg

Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko


************************* 





Poèmes – Poemas – віршi

Вірші Тараса Шевченка
LES POEMES DE Taras Chevtchenko
OS POEMAS DE Taras Shevchenko

POEMES DE Taras Chevtchenko – POEMAS de Taras Shevchenko – Вірші Тараса Шевченка

**

ტარას შევჩენკო – უკრაინის და კავკასიის თავისუფლების მესიტყვე

Taras Chevtchenko : La voix de la liberté de l’Ukraine et du Caucase

**

LE MONUMENT DE TBILISSI
ტარას შევჩენკოს ძეგლი თბილისში

ტარას შევჩენკოს ბაღი
Le Jardin de Taras Chevtchenko
entre la Rue Korneli Kekelidze კორნელი კეკელიძის ქუჩა et la Rue Pierre Melikishvili (Petre Melikishvili) პეტრე მელიქიშვილის ქუჩა

En face de l’Université d’État de Tbilissi
ივანე ჯავახიშვილის სახელობის თბილისის სახელმწიფო უნივერსიტეტი

 

MONUMENT A TARAS CHEVTCHENKO A TBILISSI – ტარას შევჩენკო
MONUMENT A TARAS CHEVTCHENKO A TBILISSI – ტარას შევჩენკო

*****

*****

TARAS CHEVTCHENKO
Par Émile Durand
Le Poète national de la Petite-Russie
Tarass-Grigoriévitch Chevtchenko
LA REVUE DES DEUX MONDES
1876


Le Kobzar, poésies complètes
de Tarass Grigoriévitch Chevtchenko, 2 vol. in-8°, Prague 1876.

Dans la moitié inférieure de son cours, le Dnieper traverse un vaste et fertile territoire, jadis indépendant, qui n’eut jamais de limites bien précises, ni même une dénomination propre, car le nom de Petite-Russie, accepté par ses habitais, et celui de Russie méridionale, préféré par certains historiens russes, rappellent uniquement sa situation présente à l’égard du grand empire qui se l’est assimilé politiquement depuis environ deux siècles. Le lien qui rattache entre eux les Petits-Russiens est une langue commune, un dialecte slave parfaitement caractérisé, quoique proche parent du russe. Parlé aujourd’hui par 14 millions d’individus qui ne connaissent pas d’autre langue, ce dialecte est pourtant tombé au rang de patois. On ne l’enseigne plus dans les écoles ; il est remplacé depuis longtemps par la langue russe, dans la classe élevée comme dans l’administration ; enfin, — ce qui en dit plus long que tout le reste, — le prosateur dont les ouvrages font le plus d’honneur à la langue et à la littérature russes est précisément un Petit-Russien, l’auteur des Âmes mortes, Nicolas Gogol.

De ces données sommaires on pourrait conclure que la Petite-Russie, au point de vue littéraire, doit être, par rapport à la Grande-Russie, ce que la Provence est par rapport à notre pays. Il serait naturel de supposer qu’un poète populaire chez elle doit jouer le même rôle que, chez nous, un Mistral ou un Roumanille ; mais nos poètes de la moderne langue d’oc sont des gens instruits et lettrés, qui n’ont pas complètement échappé à l’influence de la littérature contemporaine. Leurs œuvres, bon gré mal gré, s’adressent à des Français qui connaissent le provençal plutôt qu’à des paysans qui ignorent le français. Il n’en est pas de même pour Chevtchenko. Le poète, mort depuis quinze ans, que nous voudrions faire connaître, est populaire dans le sens le plus large du mot. Tous les paysans petits-russiens savent par cœur un bon nombre de ses poésies, et les chantent pêle-mêle avec celles que leurs pères leur ont transmises, ou qu’eux-mêmes ont recueillies de la bouche des derniers kobzars (chanteurs ambulans). Le nom du poète leur est familier ; il représente pour eux une sorte de résurrection des souvenirs du passé. En effet, depuis longtemps déjà, de génération en génération, leur poésie populaire allait s’éteignant, s’effaçant dans toutes les mémoires : une strophe disparaissait, puis une chanson tout entière, puis un fragment de poème. Les érudits, venus tard pour recueillir ce qui restait, ont vu combien c’était déjà réduit à peu de chose. Eh bien ! Chevtchenko a créé, tout seul, pour ainsi dire, un nouveau cycle.

Une des circonstances qui ont le plus contribué à conserver aux œuvres de Chevtchenko un caractère exclusivement populaire, c’est certainement l’humble condition dans laquelle il est né. Son éducation première fut à peu près nulle. L’éducation classique obligatoire par laquelle, dans toute l’Europe, nous sommes repétris depuis la renaissance, met au fond de chacun de nous un élément très utile, indispensable même si l’on veut, mais un peu artificiel ; de telle sorte que nos poètes les plus fougueux, les plus libres d’inspiration, sont pourtant doublés d’un critique érudit. Si Chevtchenko avait reçu l’éducation classique, il aurait pu perdre sa précieuse intuition des beautés primitives ; entre ses mains, les chansons et les récits d’autrefois n’auraient été sans doute rien de plus qu’un thème à imitations. Il aurait fabriqué des fleurs artificielles assez semblables à celles du passé pour que le premier coup d’œil s’y laissât décevoir, — mais des fleurs mortes sans avoir vécu. Au contraire, grâce à la nullité presque absolue de son éducation première, il resta l’élève naïf de l’inspiration et du sentiment. Le travail de création, en lui, fut une éclosion presque inconsciente. Les fleurs de poésie du passé, recueillies dans sa mémoire et réchauffées aux rayons de son humble génie, prirent racine dans ce terrain favorable, et donnèrent naissance à une nouvelle floraison, bien vivante, celle-là, et, ajoutons-le, plus brillante que l’ancienne. La comparaison est exacte ; ce sont bien les mêmes fleurs plus belles, c’est bien la même inspiration, le même langage, les mêmes tournures poétiques déjà familières aux paysans et aux kobzars. Les exploits des Cosaques, les plaintes des jeunes filles, les tableaux de la nature petite-russienne, qui forment le fonds des anciennes poésies, se retrouvent dans les œuvres du poète moderne. Seulement, comme il a plus de génie que ses prédécesseurs, il les dépasse de beaucoup par l’intérêt de ses récits et l’éclat de ses peintures.

Sans vouloir faire une assimilation irrévérencieuse, et en tenant compte de l’énorme distance qui les sépare, il nous semble permis de remarquer qu’Homère a dû élaborer à peu près de la même façon que Chevtchenko les matériaux populaires créés par ses prédécesseurs. Du moins l’étude d’un phénomène littéraire d’importance locale, tel que l’apparition du poète petit-russien, nous a-t-elle rappelé par analogie ce phénomène bien autrement important sur lequel on discute encore, l’apparition de l’Iliade et de l’Odyssée. C’est ainsi qu’en observant les tourbillons formés par l’eau d’un fleuve sous les arches d’un pont, le physicien se fait une idée plus juste des grands tourbillons atmosphériques dont la science s’occupe aujourd’hui.

MONUMENT A TARAS CHEVTCHENKO A TBILISSI – ტარას შევჩენკო – Signature

*
ტარას შევჩენკო
Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

LA TERRE (Pensées de Sessia) Poésie de RAPHAEL ERISTAVI – რაფიელ ერისთავი – სესიას ფიქრები

*****
POEME DE RAPHAËL ERISTAVI
RAPHIEL ERISTAVI
რაფიელ ერისთავი

ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE POESIE GEORGIENNE DE RAPHAEL ERISTAVI
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

PPOESIE GEORGIENNE DE RAPHAËL ERISTAVI POEME DE RAPHAËL ERISTAVI

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

**

რაფიელ ერისთავი
Prince RAPHAEL ERISTAVI
Raphiel Eristavi
Эриста́ви Рафаэл Давидович

დ. 9 აპრილი 1824, ქვემო ჭალა,  — გ.  19 თებერვალი 1901, თელავი
9 avril 1824 Kvemo  Chala – 19 février 1901 Telavi
9 апреля 1824 года, с. Чала, Кахетия — 19 февраля 1901 года

ქართველი პოეტი
Poète géorgien
Поэт Грузии

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

სესიას ფიქრები
sesias pikrebi
LA TERRE
ou
LES PENSEES DE SESSIA

___________________________________________________

Raphaël Eristavi
Irakli Sutidze, ირაკლი სუთიძე, Paysage, Landscape, პეიზაჟი, 1987, huile sur toile, ტილო, ზეთი,61×82, Tbilissi, თბილისი,

***

მიწა ვარ ნიადაგ მენა,
mits’a var niadag mena,
Terre, voilà ce que je suis,
ბეჩავი, გლეხად შობილი,
bechavi, glekhad shobili,
Mendiant, forçat, collé à elle,
მიწაა ჩემი დედ_მამა,
mits’aa chemi ded_mama,
La terre est ma mère,
ჩემი და, ჩემი ძმობილი…
chemi da, chemi dzmobili…
Ma sœur et mon frère …
ვხნავ, ვთესავ,ვებრძვი მიწასა
vkhnav, vtesav,vebrdzvi mits’asa
Je marche, je sème, je lutte
ე შრომამაინც ფუჭია,
e shromamaints puch’ia,
Laborieux est mon travail,
ვერ გამოვიძღე წლის სარჩო,
ver gamovidzghe ts’lis sarcho,
Sans un instant, sans un répit,
ვერ გამოვიძღე კუჭია…
ver gamovidzghe k’uch’ia…
Je conduis ma charrue…
მიწის პატრონიც მე მწიწკნის,
mits’is p’at’ronits me mts’its’k’nis,
J’appartiens à cette terre,
ჭინჭველაც ჩემი მტერია,
ch’inch’velats chemi mt’eria,
Où même l’insecte est mon ennemi,
მოხელე, მღვდელი და ერი,
mokhele, mghvdeli da eri,
Le fonctionnaire, le prêtre,
ყველა მე შემომცქერია…
q’vela me shemomtskeria…
Tous sont contre moi…
ნეტავი გამაგებინა,
net’avi gamagebina,
Je me demande
როდისღა მომასვენებენ?
rodisgha momasveneben?
Quand me reposerai-je enfin ?
ვერ მოვესწრები მგონია,
ver movests’rebi mgonia,
Pourtant, un jour, sous ma terre
სანამ არ გამასვენებენ!…
sanam ar gamasveneben!…
Le repos je trouverai !…

*****
POEME DE RAPHAËL ERISTAVI
რაფიელ ერისთავი

ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE POESIE GEORGIENNE DE RAPHAEL ERISTAVI
Géorgie
საქართველო

LE SABLE DE LA MER – Poème historique d’AKAKI TSERETELI აკაკი წერეთელი – თორნიკე ერისთავი

*****

POEME DE AKAKI TSERETELI
აკაკი წერეთელი

ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE POESIE GEORGIENNE D'AKAKI TSERETELI
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

PPOESIE GEORGIENNE D'AKAKI TSERETELI

____________________________________________________________

POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

**

აკაკი წერეთელი
Akaki Tsereteli
Акакий Церетели

9 ივნისი 1840 – 26 იანვარი 1915
9 juin 1840 – 26 janvier 1915
9 июня 1840 – 26 янвье 1915

ქართველი პოეტი
Poète géorgien
Поэт Грузии

Akaki Tsereteli

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

თორნიკე ერისთავი
LE SABLE DE LA MER

___________________________________________________

Le Sable de la Mer d'Akaki Tsereteli - Trad Jacky Lavauzelle
ია არსენიშვილი, Ia Arsenishvili, შემოდგომა, Automne, Autumn, 2003, batik, Tbilissi, Géorgie
 
(ისტორიული პოემა)
(poème historique)

**

ვინ დასთვალოს ზღვაში ქვიშა
vin dastvalos zghvashi kvisha
Qui va calculer le nombre de grains de sable dans la mer ?
და ან ცაზე ვარსკვლავები?
da an tsaze varsk’vlavebi?
Et le nombre d’étoiles dans le ciel ?
ვინ შეამკოს ღირსეულად
vin sheamk’os ghirseulad
Qui va chanter toutes les louanges
 ქართველ გმირთა მხარ-მკლავები?
kartvel gmirta mkhar-mk’lavebi?
De nos nombreux héros géorgiens ?
ვინ მოგვითხრას მათი საქმე
vin mogvitkhras mati sakme
Qui va nous raconter leurs épopées
უთვალავი, საგმირონი,
utvalavi, sagmironi,
Innombrables et formidables ?
და ან მათზე გადმოსული
da an matze gadmosuli
Leurs routes ne sont-elles pas
მადლი ღვთისა და მირონი?
madli ghvtisa da mironi?
Illuminées aussi par la gloire divine ?
ნაშთი ძველი დიდებისა
nashti dzveli didebisa
Toutes ces antiques gloires
არ გამქრალა ჯერაც ყველა…
ar gamkrala jerats q’vela…
Ne sont pas encore oubliées…
დღესაც მისის შარავანდით
dghesats misis sharavandit
Leurs actions et leurs exploits
ნიშანს გვაძლევს ცისარტყელა!..
nishans gvadzlevs tsisart’q’ela!..
L’arc-en-ciel les encercle au firmament !
შვიდ სამთავროს მოგვაგონებს
shvid samtavros mogvagonebs
Sept couleurs pour sept royaumes
მოელვარე ის შვიდფერი
moelvare is shvidperi
Illuminant d’une égale intensité
და გვამღერებს: „არ მომკვდარა,
da gvamgherebs: „ar momk’vdara,
Et qui nous dit : « Je ne suis pas mort,
გაიღვიძებს ისევ ერი!“
gaighvidzebs isev eri!“
Je vais me réveiller ! »
ამ იმედით ფრთა შესხმული
am imedit prta sheskhmuli
Dans cet espoir, l’aile s’est refermée
ჩვენი გული სიამით ძგერს
chveni guli siamit dzgers
Sous un cœur vibrant et fiévreux
და ოცნებაც ლაჟვარდ-ფერად
da otsnebats lazhvard-perad
Qui rêve constamment
წარმოგვიდგენს ქართლისა ერს.
ts’armogvidgens kartlisa ers.
De revoir sa nation chérie.
წარსულ-ნერგზედ ახალ-ნამყნის
ts’arsul-nergzed akhal-namq’nis
De ce passé douloureux
ველოდებით შეხორცებას!
velodebit shekhortsebas!
Nous attendons la guérison !
მით ვიქარვებთ აწმყო ნაღველს
mit vikarvebt ats’mq’o naghvels
Nous allons retrouver notre route
 და ვეძლევით აღტაცებას.
da vedzlevit aght’atsebas.
Et j’en suis ravi.

***

MONUMENT ILIA & AKAKI
SCULPTURE DEVALENTIN TOPURIDZE  ილიასა და აკაკის ძეგლი 
TBILISSI – თბილისი

Ilia & Akiki – Monument à Tbilissi – Akiki Tsereteli à droite

VALENTIN TOPURIDZE : ILIA & AKAKI – ილიასა და აკაკის ძეგლი – TBILISSI – თბილისი

*****
POEME DE AKAKI TSERETELI
აკაკი წერეთელი

ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE POESIE GEORGIENNE D'AKAKI TSERETELI
Géorgie
საქართველო