Archives par mot-clé : italie

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI – ნარიყალა

*****
LE PONT DE LA PAIX TBILISSI
მშვიდობის ხიდი

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI -  ნარიყალა

 géorgie LA FORTERESSE DE NARIKALA ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

 LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი Jacky Lavauzelle

____________________________________________________________

 LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი

****


____________________________________________________________

*******

Michele De Lucchi
Né en 1951 à Ferrare – Italie
დაიბადა 1951  იტალიაში
ARTCHITECTE
არქიტექტორი
[architektori]

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI -  ნარიყალა

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI -  ნარიყალა

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI -  ნარიყალა

LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი TBILISSI -  ნარიყალა

 

*****
LE PONT DE LA PAIX
მშვიდობის ხიდი
Mshvidobis khidi

 LE PONT DE LA PAIX TBILISSI მშვიდობის ხიდი
Géorgie
საქართველო

INVASIONS SARRASINES EN CASTILLE – OS LUSIADAS III-100 LES LUSIADES CAMOES – Nunca com Semirâmis gente tanta

* Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-100 LES LUSIADES III-100
LITTERATURE PORTUGAISE





Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-100




OS LUSIADAS III-100
A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 100
Strophe 100

III-100

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******




Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-100
LES LUSIADES III-100

 ******

Sémiramis
Reine Légendaire de Babylone
Semmiramide Regina di Babillone
XVIIIe

*****

« Nunca com Semirâmis gente tanta
« Jamais tant de guerriers avec Semiramis
Veio os campos idáspicos enchendo,
N’avaient pénétré les rivages de l’Hydaspe,
 
Nem Atila, que Itália toda espanta,
Jamais Attila, qui effraya toute l’Italie,
Chamando-se de Deus açoute horrendo,
Se nommant le terrible Fléau de Dieu,
 
Gótica gente trouxe tanta, quanta
Ne fut accompagné d’autant de soldats
 
Do Sarraceno bárbaro estupendo,
Que les barbares Sarrasins,
Co’o poder excessivo de Granada,
Renforcés par les armées de Grenade,
Foi nos campos Tartésios ajuntada.
Assemblés sur les plaines du Tartèse. 

****

Invasion of the Barbarians or The Huns approaching Rome – Color Painting

Les Huns  déferlant sur l’Italie menés par Attila
Upiano Checa y Sanz
1887

*******

Alphonse IV Le Brave
( Lisbonne – )
Roi de Portugal et de l’Algarve par la grâce de dieu

Alphonse IV
Alfonso IV
Peinture du XVIIIe siècle

********************

*
Précisions historiques
et
Retour sur les versets précédents


Sonnet 1 à Sonnet 94 : la naissance du Portugal – Règnes d’Alphonse I, Sanche I, Alponse II et Sanche II. Le sonnet 94 évoque la passation de pouvoir de Sanche II à Alphonse III en 1247, un an avant la mort de Sanche II.
Sonnet 94 : nous partons pour les 32 années de règne d’Alphonse III qui nous conduirons jusqu’en 1279, date du nouveau règne de Denis Ier.
Sonnet 95 : Camoes évoque les prises guerrières d’Alphonse III en Algarve sur les Maures.
Sonnet 96 : le règne de Denis Ier-  Second fils d’Alphonse III. Son règne s’étalera de 1279 à sa mort, le 7 janvier 1325. Il nomme déjà son successeur Alphonse IV Le Brave qui règnera 32 ans de 1325 à 1357. Denis Ier va pacifier son pays – Poète et troubadour, il laissera de nombreux cantigas : cantigas de amor, cantigas de amigo, cantigas de escarnio y maldecir.
Sonnet 97 : création de l’Université de Coimbra sur les bords du Mondego -A Leiria, Denis Ier signera le Scientiae thesaurus mirabilis. L’université de Coimbra est créée en 1290.
Sonnet 98 : Denis Ier reconstruit et renforce son pays. Atropos, une des trois Moires, coupe son fil de vie en 1325. (les 3 Moires : Clotho, celle qui tisse le fil de la vie, Lachésis, celle qui déroule et qui répare le fil et la dernière Atropos, celle qui coupe). Voici venu le règne d’Alphonse IV.

Les Moires
Francisco de Goya
1820-1823
Musée du Prado – Madrid

Sonnet 99 : la traditionnelle opposition entre les Castillans et les Lusitaniens. Mais celle-ci n’empêche pas la solidarité et l’entraide, notamment lors de l’invasion Mauritanienne en terre Castillane.
Sonnet 100 : Les troupes d’invasion sont énormes. Camoes évoque la reine légendaire de Babylone, Sémiramis, celle qui créa Babylone et ses fameux jardins suspendus. L’Hydapse décrit est l’actuel Jhelum (Inde & Pakistan). Les Sarrasins se rassemblent dans le Tartèse (Andalousie).

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

****

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-100 CAMOES LUSIADES III-100
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************


White_Fawn_Drawing Faon Diane

 OS LUSIADAS
LES LUSIADES CAMOES

Les Poèmes d’Ivan Vazov – Лес стихотворения д иван Вазов

България – Български – Bulgarie
Ivan Vazov
Иван Вазов
Ivan Vazov Poème – Ivan Vazov poems


Traduction – Texte Bilingue
Превод – показване на два текста


LITTERATURE BULGARE
POESIE BULGARE
Ivan Vazov Les poèmes d'Ivan Vazov Poésie d'Ivan Vazov

българската поезия
българска литература

IvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazov

Иван Вазов
IVAN VAZOV
1850-1921

български поет
Poète Bulgare

Лес стихотворения д иван Вазов

Les Poèmes d’Ivan Vazov

 

На Пиер Лоти
A Pierre Loti

Пет века ужаси, убийства и кланета,
Cinq siècles d’horreurs, d’assassinats et de massacres

пет века в дим и смрад потънали светини,
cinq siècles dans la fumée et la puanteur de sanctuaires ensevelis,
пет века с топла кръв обливани полета
cinq siècles avec des champs gorgés de sang chaud
и земни раеве превръщани в пустини,
 de paradis terrestres transformés en déserts

Ivan Vazov A Pierre Loti Pierre Loti caricaturé par Jean-Baptiste Guth pour Vanity Fair 1895

 

**

Devant le buste de Dante à Pincio
Пред бюста на Данте в Пинчио Иван Вазов 1884

 О, мисъл, твойте вихрени крила
Ô, Pensée, aux ailes redoutables
 не знаят бездни, висоти, прегради!
je n’en connais ni les profondeurs, ni les cimes, ni les frontières !

**
Devant le Mont Athos
Срещу Атон

Корабът дреме. Тихи са вълните.
Le navire dort. Pacifiques sont les vagues.
Спи Бяло море в нощний мир и хлад.
il dort dans la mer banche, paisible et fraîche.

**
En Matinée
Сутринта
1892

Дигнaх завесата таз сутрин ясна –
En levant les rideaux ce clair matin
картина прелестна ми се откри.
quelle belle image j’aperçus.

**
Italie
Италия
Sonnet – сонет

В земята на сонетите сме ние:
Dans le pays des sonnets nous sommes :
сонети, музо, нека правим днес.
sonnets, Muse, laisse-nous faire maintenant.

**
Où est la Bulgarie ?
Де е България ?

Où est la Bulgarie Poème d'Ivan Vazov The_defeat_of_Shipka_Peak,_Bulgarian_War_of_Independence

Питат ли ме де зората
Si on me demande où l’aube
ме й огряла първи път,
m’a réchauffé la première fois
питат ли ме де й земята,
Si on me demande où est la terre
що най-любя на светът.
que j’aime le plus au monde

**
La langue Bulgare
Extrait
Българският език
екстракт

1883
Пловдив, година

Език свещен на моите деди,
Langue sacrée de mes ancêtres,

език на мъки, стонове вековни,
langue de tourments, gémissements des siècles ,

***********

Les Poèmes d’Ivan Vazov – Лес стихотворения д иван Вазов

*******************

Ivan Vazov Les poèmes d'Ivan Vazov Poésie d'Ivan Vazov

 

 

LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA

LES CHÂTEAUX OS DOS CASTELOS 
Poème de Fernando Pessoa
Poema de Fernando Pessoa
Mensagem Pessoa
os dos castelos poema de fernando pessoa les châteaux poème de Fernando Pessoa Artgitato




Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 




Os Dos Castelos
poema de Fernando Pessoa

Les Châteaux
poème de Fernando Pessoa

A Europa jaz, posta nos cotovelos:
L’Europe a posé ses coudes
De Oriente a Ocidente jaz, fitando,
De l’Est à l’Ouest, elle est là, fixant
E toldam-lhe românticos cabelos
Et obscurcissant ses cheveux romantiques
Olhos gregos, lembrando.
Sur ses yeux grecs, elle se souvient.

O cotovelo esquerdo é recuado;
Le coude gauche est en retrait ;
O direito é em ângulo disposto.
Le droit en angle droit.
Aquele diz Itália onde é pousado;
Celui-ci l’Italie d’où elle part;
Este diz Inglaterra onde, afastado,
Celui-là l’Angleterre d’où part
A mão sustenta, em que se apoia o rosto.
La main qui maintien son visage.

Fita, com olhar esfíngico e fatal,
Fixe, regard de sphinx, fatal,
O Ocidente, futuro do passado.
L’Occident est l’avenir du passé.

O rosto com que fita é Portugal.
Le visage fixe voilà le Portugal.

**********
8 de dezembro de 1928
8 décembre 1928

************
LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA
OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA

但丁 DANTE ALIGHIERI 但丁·阿利吉耶里 VILLA BORGHESE – 贝佳斯别墅 – ROME – ROMA – 罗马

ROME – ROMA – 罗马
LA VILLA BORGHESE
贝佳斯别墅

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


Les Bustes de la Villa Borghèse
贝佳斯别墅
I busti della villa Borghèse

Giorgio_Vasari_-_Six_Tuscan_Poets_-_Google_Art_Project

DANTE ALIGHIERI
但丁·阿利吉耶里

 

*************************
Les Italiens d’aujourd’hui
RENE BAZIN
REVUE DES DEUX MONDES
Tome 118, 1893

 Il m’apprit qu’il était de Pistole, venu à Sienne à cause de la modicité des prix, — vingt francs une chambre, soixante francs de pension, — tandis que Bologne et Padoue entraînaient à d’assez fortes dépenses ; qu’il avait un grand amour pour l’antique cité toscane, et pour l’histoire, et pour Dante. « Je suis un passionné des études dantesques, me dit-il. J’ai étudié le point de savoir si jamais Dante était venu à Sienne, comme certains le prétendent, à cause du passage sur Pietro Vanucci. On veut qu’il ait passé dans toutes les villes dont il a parlé. Mais je conclus à la négative, dans une brochure. — Et comment est né cet amour ? — Très jeune, j’ai lu, là-haut, dans nos montagnes de Pistole, les passages de la Divine comédie où il était question de ma ville. Cela m’a conduit à fouiller tout le poème. J’aime Dante à ce point, monsieur, que j’ai réuni chez moi, — a casa, — plus de deux cents volumes sur mon poète. J’ai vingt bustes et médailles qui le représentent. Je collectionne les gravures où sa belle figure est dessinée. Et je fais une thèse de doctorat sur ce sujet : le Droit dans la Divine comédie et dans la Somme de saint Thomas. »

Codice miniato raffigurante Brunetto Latini, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Plut. 42.19, Brunetto Latino, Il Tesoro, fol. 72, secoli XIII-XIV Dante Alighieri Villa Borghese Rome Roma artgitato 2 Dante Alighieri Villa Borghese Rome Roma artgitato

manca dida
manca dida

Sandro Botticelli, Dante Alighieri, olio su tela, 1495, Ginevra, collezione privata

*

Saint-René Taillandier
Dante Alighieri et la Littérature dantesque en Europe au xixe siècle, à propos d’un livre du roi de Saxe
REVUE DES DEUX MONDES
2e période, tome 6, 1856
pp. 473-520

Ce serait une curieuse histoire que celle des commentateurs de Dante ; on saisirait sans peine dans leurs explications l’esprit parti culier de chaque époque. Le XIVe siècle et le commencement du XVe produisent des gloses naïves où la biographie, la linguistique et la capricieuse recherche des allégories s’entremêlent au hasard. Au premier rang sont les commentateurs contemporains, les deux fils de Dante, Pietro et Jacopo, l’écrivain anonyme à qui l’on doit l’Ottimo Comento, le franciscain Accorso de Bonfantini, le chanoine Micchino da Mezzano, le carme Riccardo, et les six interprètes (deux théologiens, deux philosophes et deux lettrés de Florence), à qui Jean Visconti, archevêque et seigneur de Milan, demanda en 1350 l’explication de la trilogie dantesque. Tous ces commentaires ne pouvaient être connus que des lettrés ; mais voici l’heure où Dante va être expliqué au public italien dans les chaires des églises. Florence donne l’exemple de cette institution ; par un décret du 9 août 1373, elle accorde un traitement annuel de 100 ducats d’or au savant qui sera chargé de traduire, pour la foule les enseignemens de la Divine Comédie. Boccace, avec Pétrarque son maître, est le plus célèbre écrivain du XIVe siècle, c’est à lui que ce ministère est confié ; il hésite, mais bientôt, vaincu par les instances de la cité, il ouvre son cours le 3 octobre de cette même année dans l’église San-Stefano. Malheureusement Boccace n’était plus jeune, il avait plus de soixante ans, et sa santé était ébranlée par le travail ; il meurt deux ans après, n’ayant fait qu’un petit nombre de leçons et commenté que les dix-sept premiers chants de l’Enfer. Boccace mort, maints érudits se disputent l’honneur de continuer son œuvre. Il y a déjà sur pied toute une phalange de rapsodes. Dante appartient à l’Italie entière, et tandis que le chroniqueur Philippe Villani et plus tard le grand philologue Francesco Filelfo s’asseoient dans la chaire de Boccace, Bartolo da Buti à Pise, Gabriello Squaro à Venise, Philippe de Reggio à Plaisance, surtout Benvenuto d’Imola à Bologne, expliquent aussi devant la foule la poétique encyclopédie du Florentin. Ce mouvement d’études occupait tellement les esprits, que le bruit s’en répandit bientôt dans les autres contrées de l’Europe. Ce fut à l’occasion du concile de Constance, au commencement du siècle suivant. Deux évêques anglais qui siégeaient au concile, Nicole Bubwich et Robert Halm, demandèrent à Jean de Serravalle, évêque et prince de Fermo, de leur donner une traduction latine de la Divine Comédie avec des explications et des notes. L’évêque de Fermo se mit à l’œuvre, le 1er février 1416, et impatient de répondre au désir des deux prélats anglais, il eut tout terminé le 16 février de l’année suivante. Ne vous étonnez pas qu’il leur demande grâce pour tout ce qu’Il y a de rustique dans son latin et de maladroit dans sa traduction (de rusticana latinitate, incomptaque et inepta translatione) : le temps qui lui a été accordé, dit-il, ne suffisait guère à une telle tâche. La plupart des commentateurs de cette période auraient besoin de la même excuse. De Boccace à Serravalle l’intelligence du grand poème italien a-t-elle fait des progrès ? Non certes. Ce qu’Il y a de plus curieux chez tous ces commentateurs, ce sont les renseignemens biographiques : encore tout près de l’époque de Dante, ils ont pu recueillir la tradition, et leur témoignage est précieux sur maintes questions de détail. Quant à l’interprétation du poème, ce n’est guère autre chose qu’un amas de subtilités pédantesques. On peut répéter hardiment la phrase dédaigneuse de Tiraboschi, applicable aussi, il faut bien le dire, à plus d’un commentaire de Dante au XIXe siècle : E chi sa quanti pensieri hanno essi attribuiti à Dante, che a lui non erano mai passati pel capo !

PIAZZA CAVOUR – PLACE CAVOUR – Rome – Roma

Les Places de Rome
le Piazze di Roma
ROME – ROMA

Armoirie de Rome

 Photos Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

le piazze di Roma
Les places de Rome
Rione Prati – Quartier Prati

PIAZZA CAVOUR
Monumento a Cavour

Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 0

CAMILLE CAVOUR
Camillo Paolo Filippo Giulio Benso
comte de Cavour
1810-1861
premier Président du conseil du royaume d’Italie

Camillo Cavour Camille Cavour Piazza Cavour artgitato

JARDIN DE LA PLACE CAVOUR
il giardino di Piazza Cavour
Réalisé par Nicodemo Severi entre 1895 et 1911
realizzato tra il 1895 e il 1911

Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 1 Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 3

« Le comte de Cavour n’était pas encore sorti de ces graves difficultés et déjà il en surgissait une nouvelle qu’il avait toujours redouté d’aborder. L’esprit provincial n’avait pas abdiqué devant l’élan patriotique qui avait envahi l’Italie entière. A Milan, à Florence, à Naples, on ne s’inclinait pas aisément devant la prépondérance de Turin. En cessant d’être Lombards, Toscans, Napolitains, les hommes du parti national ne se souciaient pas de devenir des Piémontais, et ils se demandaient quelle serait désormais la capitale du Royaume. Une seule ville pouvait faire taire ou concilier toutes ces rivalités. La question de Rome naquit ainsi de la constitution même de toutes les contrées en un État unique. Les groupes révolutionnaires l’avaient posée et résolue de tout temps : le siège du gouvernement italien, selon eux, devait être établi au Quirinal.  »
COMTE BENEDETTI
Le comte de Cavour et le prince de Bismarck
LA REVUE DES DEUX MONDES
TOME 137 – 1896

Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 4 Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 7 Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 8 Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 10 Monumento a Cavour Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 11 Monumento a Cavour Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 12 Monumento a Cavour

Monument à Cavour
Monumento a Cavour
Statue de bronze
statua bronzea

plateforme en granit et piédestal en marbre
piattaforma in granito e un piedistallo in marmo
allégorie de l’Italie et de Rome, de la Pensée et de l’Action
allegorie dell’Italia e di Roma, del Pensiero e dell’Azione
Stefano Galletti

******************
LE THEÂTRE ADRIANO
Il Teatro Adriano
« Politeama Adriano »
1898
7 juin 1898 : Mise en scène de la Bohème de Puccini
7 giugno – La bohème di PucciniPiazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 5 LE THEÂTRE ADRIANO Teatro Adriano

**********************
Chiesa Valdese di Roma

Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 61 Chiesa Valdese di Roma Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 6 Chiesa Valdese di Roma

**********************
Le Fontane Gemelle – Les Fontaines jumelles
Palazzo di Giustizia – Palais de Justice
il più grandioso tra gli edifici dell’epoca umbertina
La plus grand édifice du règne du roi Humbert
Fu voluto dal ministro Giuseppe Zanardelli
Commandé par le ministre Giuseppe Zanardelli
1889 -1911

Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 2 La Fontaine du Palais de Justice Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 9 Palazzo di Giustizia Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 91 Palazzo di Giustizia Piazza Cavour Place Cavour Rome Roma artgitato 92 Palazzo di Giustizia

************
COMTE BENEDETTI
Le comte de Cavour et le prince de Bismarck
1ère Partie
LA REVUE DES DEUX MONDES
TOME 137 – 1896

« Les premières impressions de Cavour, ses premières manifestations furent d’une tout autre nature. Il était encore enfant que déjà il se révoltait contre un état de choses qui blessait tous ses instincts. Entré fort jeune et sans préparation littéraire à l’école militaire de Turin, il y fit de brillantes études scientifiques. Il fut choisi, parmi les cadets, pour faire partie du corps des pages ; cette faveur froissa son âme éprise déjà de liberté. Attaché en cette qualité à la maison du prince de Carignan, depuis le roi Charles-Albert, il se montra réfractaire aux devoirs de sa charge. Il déplut à ce prince et fut rayé du cadre des jeunes favorisés. Il a, depuis, révélé lui-même les sentimens qu’il apportait à la cour. A quelqu’un qui lui demandait comment les pages étaient habillés : « Parbleu, répondait-il, comment voulez-vous que nous fussions habillés, si ce n’est comme des laquais que nous étions ; j’en rougissais de honte. » Sorti de l’école dans les premiers rangs, il fut incorporé dans le génie ; il avait seize ans. Envoyé en garnison à Gênes, il s’y montra actif, laborieux, faisant preuve d’aptitudes qui le signalèrent à l’attention de ses chefs. Il s’y trouvait encore quand éclata la révolution de 1830 ; il y applaudit sans retenue, ne dissimulant pas des opinions libérales qui s’étaient affermies et développées dans un milieu que de vieilles traditions rendaient accessible aux mouvemens patriotiques. Dès ce moment, il eut, de la liberté ou plutôt des doctrines qui l’ont engendrée, une conception large et impérieuse. On envisageait à Turin autrement qu’à Gênes les événemens dont Paris avait été le théâtre. Charles-Albert n’avait rien oublié, et après son avènement au trône, en 1831, Cavour fut envoyé au fort de Bard qu’on jugeait opportun de mettre en bon état de défense. Cette disgrâce le blessa ; six mois après il donnait sa démission et il rentrait dans ses foyers. »

Il Vittoriano -Le Victorien – MONUMENT A VICTOR-EMMANUEL II – PIAZZA VENETIA – 维托里亚诺,意大利统一的象征

    Les Places de Rome
le Piazze di Roma
ROME – ROMA

Armoirie de Rome

 Photos Jacky Lavauzelle

——-

Ritratto_di_S_M__Vittorio_Emanuele_II Portrait de Victor Emmanuel II

Flag_of_Lazio

Il Vittoriano – Le Victorien
Monument à
Victor-Emmanuel II
PIAZZA VENETIA
维托里亚诺,意大利统一的象征

Célébration des Cinquante ans de l’Unité Italienne
Monument construit entre 1885 et 1911
Architecte Giuseppe Sacconi
(1854-1905)

Giuseppe Sacconi (1854-1905) Vittoriano Monument à Victor-Emmanuel II artgitato Rome

il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 2 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 3

« Tout se hâte dans ce siècle affairé et déclinant. La figure du monde change, ceux qui ont été les grands acteurs de la scène publique s’en vont, et s’il est certes une image expressive de la rapidité avec laquelle tout se renouvelle, c’est la disparition soudaine de ce souverain populaire entre tous, qui vient de s’éteindre à Rome, au Quirinal. Le premier roi d’Italie, Victor-Emmanuel II, a cessé de vivre à l’improviste, prématurément. Il n’a pas été, lui, vaincu par l’âge : la veille encore il était plein de santé et de force, il portait vertement ses cinquante-huit ans et le poids d’un règne laborieux ; le lendemain il était terrassé par le mal, il a été enlevé en quelques jours, on pourrait dire en quelques heures. Il disparaît à son tour comme a disparu il y a des années Cavour, son grand conseiller politique, comme disparaissait il y a une semaine, à Florence, le fidèle Alphonse de La Marmora, son compagnon de guerre, comme s’en sont allés déjà beaucoup de ceux qui sont entrés avec lui dans la carrière ; mais avec tous ces hommes qui ont partagé ses épreuves, qui ont été pour lui des ministres, des lieutenans ou des amis, il a le bonheur de laisser une œuvre achevée. Victor-Emmanuel meurt en possession paisible de la couronne qu’il a conquise, qu’il peut transmettre sans trouble, au sein d’une nation qu’il a élevée à l’indépendance, et, par un dernier privilège de cette destinée royale, une telle mort n’est pas seulement un deuil national pour l’Italie, elle est ressentie en France comme au-delà des Alpes, elle a excité partout l’émotion ; elle est un événement européen de plus dans un moment où tant de questions obscures s’agitent, où tous les regards se tournent plus que jamais vers cet Orient ensanglanté d’où peuvent venir les orages. »
Chronique de la quinzaine – 14 janvier 1878
Charles de Mazade
Revue des Deux-Mondes 1878

il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 4 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 5

« Les rois et les peuples ont leur destin. Lorsque Victor-Emmanuel naissait en 1820 de celui qui s’appelait encore Carignan et d’une archiduchesse d’Autriche, rien n’aurait pu faire augurer qu’à cet enfant d’un prince suspect, bientôt compromis par la révolution éphémère de 1821, était réservée cette étrange fortune d’agrandir la maison de Savoie, de créer une nation de 25 millions d’hommes, de régner à Naples comme à Turin, à Venise comme à Palerme, et d’aller mourir au Quirinal en souverain reconnu par l’univers, par l’Autriche elle-même. C’est pourtant ce qui a rempli cette existence, c’est ce qui imprime le caractère d’un événement européen à la fin d’un roi qui a vécu assez pour conduire jusqu’au bout cette immense révolution, pour être la personnification vivante et régulière d’une puissance nouvelle appelée désormais à jouer son rôle dans toutes les combinaisons de la politique. »

Chronique de la quinzaine – 14 janvier 1878
Charles de Mazade
Revue des Deux-Mondes 1878

il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 6

 

il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 7

« Ce qui est certain, c’est que dans cette série d’entreprises, de guerres, de négociations, de combinaisons diplomatiques, d’expéditions qu’il a pu voir pendant vingt ans se dérouler autour de lui, Victor-Emmanuel n’a cessé d’être le personnage essentiel autour duquel s’est noué le grand drame. Ce n’est pas lui qui a tout fait, c’est par lui que tout a été possible. Il a porté à l’œuvre commune un mélange original de sagacité et de force, d’entrain guerrier et d’habileté prudente, de bonne humeur familière et de brusquerie impétueuse. C’était, à tout prendre, un vrai prince de Savoie à la physionomie accentuée, alliant le sentiment moderne à la sève de sa race, toujours prêt à l’action, prompt à monter a cheval sous l’uniforme ou à quitter les palais pour s’en aller chasser dans les montagnes, se délassant du règne par les plaisirs de son choix. »

Chronique de la quinzaine – 14 janvier 1878
Charles de Mazade
Revue des Deux-Mondes 1878

il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 8 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 9 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 10 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 11 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 12 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 13 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 14 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 15 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 16 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 17 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 18 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 19 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato 20 il vittoriano le victorien monument à emmanuel II Piazza venetia artgitato

 

**************
Photos Jacky Lavauzelle
artgitato
***************

Monument à Victor Emmanuel II

ENRICO TOTI – VILLA BORGHESE – MONUMENTO A ENRICO TOTI

ROME – ROMA
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

MONUMENTO A ENRICO TOTI
1922

(1882-1916)

Monumento realizzato da Arturo Dazzi (1922)
Monument réalisé en 1922 par Arturo Dazzi
ARTURO DAZZI
scultore e pittore
sculpteur & peintre
(1881-1966)

*****

Enrico Toti
Eroi d’Italia

Héros d’Italie

Romain, homme du peuple
un Romano – uomo del popolo
Il symbolise l’abnégation et le patriotisme
Simbolo del patriottismo

Amputé de la jambe gauche (accident du travail)
Amputata la gamba sinistra (incidente sul lavoro)

Avant la Grande Guerre, fait un Tour d’Europe avec sa seule jambe valide.
Giro d’Europa in bicicletta (con una gamba sola)

Se fait mobiliser à la Guerre grâce à de faux papiers
(fece carte false )

«Gli eroi muoiono tutti, e per una causa provvidenziale questi eroi non soffrono»
« Les héros meurent tous, et pour une cause providentielle quels héros ne souffrent pas. »

 

Enrico Toti in trincea nel 1916 dans les tranchées Villa Borghese 1916

Prima puntata de « I GRANDI ITALIANI di RADIO ARTOM », programma ideato e condotto da Manfredi Beninati e Vincenzo Profeta che quì parlano di Enrico Toti, l’eroe della Grande Guerra con una sola gamba.
Premier épisode de programme « LES GRANDS ITALIENS » créé et dirigé par Manfredi Beninati et Vincenzo Prophète qui parle ici de Enrico Toti, le héros de la Grande Guerre avec une jambe.

********
« Bella non piangere » – 1954
Film

un film di Davide Carbonari girato nel 1954 ed ispirato alla vicenda di Enrico Toti, uno degli eroi della prima guerra mondiale
Un film de David Carbonari (1954) inspiré de la vie d’Enrico TOTI

*******************

 Villa Borghese EnricoToti artgitato 1 Villa Borghese EnricoToti artgitato 2 Villa Borghese EnricoToti artgitato 3 Villa Borghese EnricoToti artgitato 4 Villa Borghese EnricoToti artgitato 5 Villa Borghese EnricoToti artgitato 6 Villa Borghese EnricoToti artgitato 7

 

La morte di Enrico Toti nella copertina della Domenica del Corriere Villa Borghese artgitato

PURIFICATION Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – PURIFICAZIONE

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

PURIFICATION

Sonnet

 

PURIFICAZIONE

Sonetto

Θάλαττα‚ θάλαττα.
Thalatta! Thalatta!

[Mer ! Mer !- écrit par Xénophon dans son Anabase – Livre IV – Chapitre VII]


  
Ecco i pomi vermigli e succulenti
Voici les pommes vermeilles et succulentes
del cui profumo tu ti profumasti
dont leur parfum t’as parfumé
il sangue. Ecco la fronda che sfrondasti
le sang. Voici la frondaison que tu effeuillas
su’ tuoi giacigli pe’ tuoi sonni lenti.
sur ton divan quand ton sommeil arrivait lentement.

*

 Ecco lo spazio aperto a tutti i vènti
Voici l’espace ouvert à tous les vents
dove tu senza freno spaziasti
où tu vécus sans frein
solo : ecco il Mare dove tu sembrasti
seul : voici la Mer où tu semblas
il più divino de gli Adolescenti.
le plus divin des adolescents.

*

 Ecco l’aroma, ecco il vivace sale
Voici la saveur, voici le vivace sel
che caccerà da la tua carne trista
qui conduira loin de ta triste chair
l’impuro filtro onde sei fatto schiavo.
l‘impur filtre d’où tu devins esclave.

*

 Ecco la voce immensa ed immortale
Voici la voix immense et immortelle
che la gioia dirà de la Conquista
qui dira la joie de la Conquête
nova al tuo cor voluttuoso e ignavo.
nouvelle à ton cœur voluptueux et indolent.

***********************
ARTGITATO

*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

chryséléphantine Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Criselefantina – Sonetto

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

chryséléphantine

Sonnet

 

Criselefantina

Sonetto


  
Tutti gli ori che tu senza misura,
Tous les ors que toi, sans mesure,
Autunno, fulvi e rosei diffondi
Automnefauves et roses, tu parsèmes,
ne le chiome de’ boschi moribondi,
seront le feuillage des forêts moribondes,
fanno ricca la sua capellatura.
rendant riche sa chevelure.

*

 E la più delicata e la più pura
Et la plus délicate et la plus pure
qualità de gli avorii un poco biondi
qualité des ivoires un peu blonds
è ne’ pallori vergini e profondi
se trouve dans les pâleurs vierges et profondes
de la misteriosa creatura.
de cette mystérieuse créature.

*

 Snella com’Ebe gioia degli dei,
Elancée comme Hébé, joie des dieux,
senz’ombra alcuna poi ch’è quasi impube,
sans ombre aucune, car elle est presque impubère,
guarda il Mare che lento trascolora.
elle regarde la Mer qui se fane lentement.

*

 Ed ecco sorge a imagine di lei,
Et voici que surgit une image d’elle,
su da l’estremo limite, una Nube
sur la limite extrême, une Nuée
pallida che su ’l vertice s’indora.
pâle qui bronze sur le sommet.

***********************
ARTGITATO

*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.