Archives par mot-clé : texte bilingue

LE JUGEMENT – O Julgamento – AZ ITÉLET – Poème de Sándor Petőfi (Avril 1847 – április1847)

Sándor PetőfiSándor Petőfi

 


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 

Sándor Petőfi

   1823 –
Poète et écrivain hongrois

Daguerréotype de Petőfi – 1847

 




——–


Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom








Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction française et portugaise Jacky Lavauzelle
Tradução para o português


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

 

Magyar Költő
Poète Hongrois








Sándor Petőfi

LE JUGEMENT
AZ ITÉLET
**************
Avril 1847 – PEST
Pest, 1847. április

**

László Paál – A berzovai út (1871)

A történeteket lapozám s végére jutottam,
Je suis arrivé à la fin de l’histoire,
Cheguei no final da história,
 És mi az emberiség története? vérfolyam, amely
Et quelle est-elle cette histoire de l’humanité ? Un long flux sanguin, qui
E qual é essa história da humanidade? Um longo fluxo sanguíneo, que
 Ködbevesző szikláibul a hajdannak ered ki,
Vient des roches brumeuses du passé,
Venha as rochas nebulosas do passado
 És egyhosszában szakadatlan foly le korunkig.
Un long flux ininterrompu jusqu’à notre époque.
Um longo fluxo ininterrupto até o nosso tempo.
Azt ne higyétek, hogy megszűnt már. Nincs pihenése
Vous pensez que c’est fini. Il ne trouvera le repos
Você acha que acabou. Ele não encontrará descanso
A megeredt árnak, nincsen, csak a tenger ölében.
Que dans les abymes de la mer.
Apenas nos abismos do mar.
Vértengerbe szakad majd a vér hosszu folyója.
Le flux du sang se dissipera dans un océan de sang.
O fluxo de sangue se dissipará em um oceano de sangue.
Rettenetes napokat látok közeledni, minőket
Je vois des jours horribles qui approchent
Eu vejo dias horríveis se aproximando
Eddig nem látott a világ; s a mostani béke
Comme le monde n’en a jamais vus, et la paix aujourd’hui
Como o mundo nunca viu, e paz hoje
  Ez csak ama sírcsend, amely villámnak utána
N’est qu’un épais silence comme celui qui règne
É apenas um silêncio espesso como aquele que reina
 A földrendítő mennydörgést szokta előzni.
Avant que la foudre ne s’écrase la terre.
Antes do raio cair na terra.
 Látom fátyolodat, te sötét mélytitku jövendő,
Je vois ton voile, ô destin, ta tache sombre et profonde arrive,
Eu vejo seu véu, ó destino, sua mancha escura e profunda está chegando
És, meggyujtván a sejtés tündéri tüzét, e
A la lumière de mes pressentiments
À luz dos meus pressentimentos
 Fátyolon átlátok, s attól, ami ott van alatta,
Je vois derrière le voile et ce qu’il y a dessous,
Eu vejo por trás do véu e do que está por baixo,
  Borzadok, iszonyodom, s egyszersmind kedvre derűlök
M’effraie autant qu’elle me plait
Me amedronta tanto quanto me agrada-a
És örülök szilajan. A háború istene újra
Et j’en suis heureux. Le dieu de la guerre à nouveau
E eu sou feliz. O deus da guerra, novamente
Fölveszi páncélját s kardját markába szorítván
Dresse son armure et empoigne son épée
Pegue sua armadura e sua espada
Lóra ül és végigszáguld a messze világon,
Chevauche sa monture et part à travers le monde lointain,
Cavalgue seu cavalo e vá para o mundo distante,
És a népeket, eldöntő viadalra, kihíja.
Et il combat les peuples qu’il croise dans une bataille décisive.
E ele luta com as pessoas que ele encontra em uma batalha decisiva.
  Két nemzet lesz a föld ekkor, s ez szembe fog állni:
Il y aura deux nations à ce moment-là :
Haverá duas nações na época:
 A jók s a gonoszak. Mely eddig veszte örökké,
Les bons et les mauvais. C’est ainsi que ça se terminera,
Os bons e os maus. É assim que vai acabar
 Győzni fog itt a jó. De legelső nagy diadalma
Les bons gagneront enfin. Mais cette première grande victoire
Os bons vão ganhar finalmente. Mas esta primeira grande vitória
Vértengerbe kerűl. Mindegy. Ez lesz az itélet,
Ce fera dans un océan de sang. Peu importe. Ce sera le jugement,
Será em um oceano de sangue. Isso não importa. Será o julgamento
Melyet igért isten, próféták ajkai által.
Dont parlait Dieu, par les lèvres des prophètes.
De quem falava Deus, pelos lábios dos profetas?
 Ez lesz az ítélet, s ez után kezdődik az élet,
Ce sera le jugement, et ensuite la vie commencera,
Será julgamento, e então a vida começará.
Az örök üdvesség; s érette a mennybe röpűlnünk
Ainsi que l’éternel salut ; et nous n’aurons plus à rejoindre le ciel
Assim como a salvação eterna; e não teremos que alcançar o céu novamente
   Nem lesz szükség, mert a menny fog a földre leszállni.
Puisque le paradis régnera sur terre.
Já que o céu reinará na terra.

***

Sándor PetőfiSándor Petőfi

 

SZÓZAT Poème de Mihály Vörösmarty – UNE VOIX (1836) – Poema – Uma voz

Mihály VörösmartyMihály Vörösmarty

 


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 

Mihály Vörösmarty

   1ᵉʳ décembre 1800 Kápolnásnyék
19 novembre 1855 Pest

Poète et écrivain hongrois

 




——–


Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom








Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction française et portugaise Jacky Lavauzelle
Tradução para o português


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

 

Magyar Költő
Poète Hongrois








Mihály Vörösmarty

SZÓZAT
Une Voix
Uma voz
1836

**

Mihály Vörösmarty
Viktor Madarász – Hunyadi László a ravatalon (1859), Le deuil de Ladislas Hunyadi avec sa mère Erzsébet Szilágyi

****

Hazádnak rendületlenűl
A ta patrie inébranlable
Para sua pátria inabalável
Légy híve, oh magyar;
Sois croyant, ô Magyar ;
Seja um crente, ó magiar;
Bölcsőd az s majdan sírod is,
C’est ton berceau et ton caveau,
Este é o seu berço e o seu cofre
Mely ápol s eltakar.
Qui te soigne et t’inhume.
Quem te cura e te enterra.

*

A nagy világon e kivűl
Dans le grand monde, au-delà,
No grande mundo, além,
Nincsen számodra hely;
Il n’y a pas de place pour toi.
Não há lugar para voce.
Áldjon vagy verjen sors keze;
Béni ou maudit
Abençoado ou amaldiçoado
Itt élned, halnod kell.
Tu dois vivre ici, tu dois mourir.
Você tem que viver aqui, você tem que morrer.

*

Ez a föld, melyen annyiszor
C’est la terre où tant de fois
É a terra onde tantas vezes
Apáid vére folyt;
Le sang de tes pères a coulé ;
O sangue de seus pais fluiu;
Ez, melyhez minden szent nevet
Cette terre que tous les saints noms
Esta terra todos os nomes sagrados
 Egy ezredév csatolt.
Ont assemblé depuis un millénaire.
Reunidos por mil anos.

*

Itt küzdtenek honért a hős
Ici, le héros se bat pour l’honneur
Aqui, o herói está lutando pela honra
 Árpádnak hadai;
Dans les troupes d’Arpad ;
Nas tropas de Arpad;
 Itt törtek össze rabigát
Ils sont déchaînés ici
Eles estão furiosos aqui
Hunyadnak karjai.
Les bras de l’immense Hunyad.
Os braços do enorme Hunyad.

*

Szabadság! itten hordozák
Liberté ! Ici, contemple le théâtre
Liberdade! Aqui, contemple o teatro
   Véres zászlóidat,
Où se sont ensanglantées tes bannières,
Onde seus banners estão sangrando,
S elhulltanak legjobbjaink
Et où les meilleurs sont morts
E onde os melhores estão mortos
 A hosszu harc alatt.
Pendant ce long combat.
Durante esta longa luta.

*

És annyi balszerencse közt,
Et après tant de malchance,
E depois de tanto fracasso,
 Oly sok viszály után,
Après tant de controverses,
Depois de muita controvérsia,
 Megfogyva bár, de törve nem,
Épuisée cependant, mais pas vaincue,
Exausto no entanto, mas não derrotado,
Él nemzet e hazán.
La nation irrigue la patrie.
A nação vive na terra natal.

*

S népek hazája, nagy világ!
Ô patrie des peuples, ô vaste monde !
Ó pátria dos povos, ó vasto mundo!
 Hozzád bátran kiált:
Elle t’implore :
Ela te implora:
   « Egy ezredévi szenvedés
« Mille ans de souffrance
« Mil anos de sofrimento

 Kér éltet vagy halált! »
Donne droit à vivre pleinement ou à mourir !  »
Dê o direito de viver plenamente ou morrer! « 

*

Az nem lehet hogy annyi szív
Se peut-il qu’autant de cœurs
Pode ser que tantos corações
Hiában onta vért,
Aient souffert en vain,
Sofreu em vão,
 S keservben annyi hű kebel
Se peut-il qu’autant d’âmes
Pode ser que tantas almas
  Szakadt meg a honért.
Se soient consumées en vain pour la patrie.
Foram consumidos em vão pelo país.

*

Az nem lehet, hogy ész, erő,
Il n’est pas possible que tant d’esprit et tant de force,
Não é possível que tanto espírito e tanta força,
 És oly szent akarat
Et animé d’une si sainte volonté
E animado por tal vontade sagrada
 Hiába sorvadozzanak
En vain, s’enlisent
Em vão, atolar-se
Egy átoksúly alatt.
Sous le poids de la malédiction.
Sob o peso da maldição.

*

Még jőni kell, még jőni fog
Il doit encore venir, il reviendra
Ele ainda tem que vir, ele vai voltar
Egy jobb kor, mely után
Ce meilleur avenir
Este futuro melhor
 Buzgó imádság epedez
Que prient ardemment
O que deixe centenas de lábios 
  Százezrek ajakán.
Des centaines de lèvres.
Rezarem ardentemente.

*

Vagy jőni fog, ha jőni kell,
Ou qu’elle vienne, si elle doit venir,
Ou se ela vier, se tiver que vir
 A nagyszerű halál,
La grande mort,
A grande morte
Hol a temetkezés fölött
A l’enterrement
No funeral
 Egy ország vérben áll.
D’un pays en sang.
De um país em sangue.

*

S a sírt, hol nemzet sűlyed el,
Et ils pleureront le mort d’une nation,
E eles vão lamentar a morte de uma nação,
 Népek veszik körűl,
Les peuples réunis,
Os povos unidos,
 S az ember millióinak
Et de millions de personnes
E em milhões de pessoas
  Szemében gyászköny űl.
Scintilleront des yeux endeuillés.
Cintila os olhos enlutados.

*

Légy híve rendületlenűl
Sois inflexible
Seja inflexível
Hazádnak, oh magyar:
Pour ton pays, ô Magyar :
Para o seu país, ó Magiar:
 Ez éltetőd, s ha elbukál,
C’est ta vie, et si tu échoues,
É a sua vida e se você falhar
 Hantjával ez takar.
T’ensevelira sa poussière.
Sua poeira te enterrará.

*

A nagy világon e kivűl
Dans le grand monde, au-delà,
No grande mundo, além,
Nincsen számodra hely;
Il n’y a pas de place pour toi.
Não há lugar para voce.
Áldjon vagy verjen sors keze;
Béni ou maudit
Abençoado ou amaldiçoado
Itt élned, halnod kell.
Tu dois vivre ici, tu dois mourir.
Você tem que viver aqui, você tem que morrer.

*****

Mihály VörösmartyMihály Vörösmarty

 


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

NOVEMBRE Giovanni Pascoli – Poesia – Poésie

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-




NOVEMBRE

**

Gemmea l’aria, il sole così chiaro
Air cristallin, soleil si clair
che tu ricerchi gli albicocchi in fiore,
Que tu recherches les abricotiers en fleurs,
e del prunalbo l’odorino amaro senti nel cuore…
Que ton cœur inhale l’amère fragrance des aubépines…

*




Ma secco è il pruno, e le stecchite piante
Mais le prunier est sec et les arbres étiques
di nere trame segnano il sereno,
Des lignes noires seules soulignent cette sérénité,
vuoto il cielo, e cavo al piè sonante sembra il terreno.
Le ciel est vide, tes pieds semblent faire résonner le creux de la terre.

*




Silenzio, intorno: solo, alle ventate,
Silence, tout autour, rafales de vent, seul,
odi lontano, da giardini ed orti,
Tu entends au loin, des jardins et des vergers,
di foglie un cader fragile.
La chute fragile des feuilles.
È l’estate, fredda, dei morti.
C’est le glacial été des morts.

*************

GIOVANNI PASCOLI
par
PAUL HAZARD
en 1912

« Il aimera toute la nature« 

Cet art très objectif est tout pénétré de sentiment. Ce pourrait être la haine de la nature marâtre, qui met au inonde les créatures pour les torturer, si nous ne nous rappelions ici la bonté essentielle de Pascoli : il ne se lasse jamais d’exprimer sa douleur, parce qu’il ne l’oublie jamais : mais de sa souffrance, plutôt qu’à la légitimité de la révolte, il conclut à la nécessité du pardon. Désirer la vengeance, blasphémer ou maudire, ne serait-ce pas perpétuer le mal sur la terre, et prendre rang parmi les coupables ? Ayant éprouvé qu’il y a dans la vie un insondable mystère, ils doivent se serrer les uns contre les autres, ceux que le même mystère angoisse ; ils doivent se chérir et s’entr’aider, pour prendre leur revanche contre le sort. La pitié, la tendresse, la douceur, voilà donc les sentimens qui pénétreront les vers du poète, et qui, partant des hommes, aboutiront aux choses. Parmi les hommes, il s’intéressera d’abord aux victimes, aux orphelins, aux malades ; puis aux humbles, aux pauvres, aux misérables ; puis encore, aux simples et aux primitifs. Pareillement, il aimera les arbres qui frémissent au vent, les fleurs qui tremblent sur leur tige, et la faiblesse gracieuse des oiseaux : comme saint François d’Assise, puisqu’on a dit de lui qu’il était un Virgile chrétien, ou un saint François païen ; comme ce Paolo Uccollo dont il a écrit la touchante histoire. Il aimera toute la nature : soit qu’il aperçoive en elle des symboles, et veuille voir des berceaux dans les nids ; soit qu’il manifeste une reconnaissance émerveillée pour les tableaux de beauté qu’elle lui présente ; soit qu’il l’associe aux hommes dans la lutte contre le mystère qui l’enveloppe elle-même, il finit par la considérer comme une mère très douce, qui nous berce encore à l’heure où nous nous endormons. « Ah ! laissons-la faire, car elle sait ce qu’elle fait, et elle nous aime !… » Ce sentiment-là, il nous le communique sans prétendre nous l’imposer. En effet, cet artiste épris d’exactitude, connaissant la valeur de la précision, en connaît aussi les limites. Il sait qu’au-delà du terme où l’analyse peut atteindre, il y a les forces presque inconscientes qu’il faut laisser agir par elles-mêmes après les avoir mises en mouvement. Il possède la pudeur rare qui consiste à ne pas vouloir tout dire ; à faire crédit à la sensibilité du lecteur ; à se taire lorsqu’il a provoqué le rêve, afin de ne le point troubler.
Giovanni Pascoli
Paul Hazard
Revue des Deux Mondes Tome 10-  1912




*****************



Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

FERNANDO PESSOA TROIS CHANSONS MORTES Três Canções Mortas

Trois Chansons mortes
Contemporanêa, n°7, janvier 1923

 

I

**

FERNANDO PESSOA Três Canções Mortas III TROIS CHANSONS MORTES

Trois Chansons mortes
Contemporanêa, n°7, janvier 1923

III

Se você me amar um pouco? Por piedade    
Si vous m’aimiez un peu ? Par miséricorde
não por amor…    
Pas par amour …
um nada… pois amor de verdade    
Un rien… car l’amour vrai
seria esplendor.   
serait une splendeur.

*

Faça de mim alguém que você ame
Faites de moi quelqu’un qui vous aime
não este alguem que vivo    
Pas ce quelqu’un qui vit
quando o sonho é belo, até o infame    
Quand le rêve est beau, même l’infâme
se torna altivo.
Devient grand.

*

Seja eu triste ou feio — assombração…   
Que je sois triste ou laid – une ombre…
Para que o dia    
Pour que la journée
lhe seja fresco, faço desta escuridão    
Vous soit fraîche, je fais de cette obscurité
tua moradia.
votre maison.

FERNANDO PESSOA

Pessoa Três Canções Mortas

FERNANDO PESSOA TROIS CHANSONS MORTES Três Canções Mortas II

Trois Chansons mortes
Contemporanêa, n°7, janvier 1923

II

Eu tive um sonho. A aurora  
J’ai fait un rêve. L’aube
não podia se levantar    
Ne pouvait soulever
do frescor de outrora
La fraîcheur d’antan
neste meu sono singular.   
De mon singulier sommeil.

*

Em vão toda a sombra    
En vain toute ombre
foi abandonada na escuridão    
Était abandonnée dans l’obscurité
meu coração sobre a alfombra    
Mon cœur sur le tapis
aflita do meu coração.    
Affligé de mon cœur.

*

Ele morreu. o que resiste?    
Il est mort. Qui résiste ?
Existo para o que sobrou.    
J’existe pour ce qui reste.
Qual o quê? sou ainda mais triste…   
Qu’est-ce  ? Je suis encore plus triste …
Ah, apagado sonho se acabou.   
Ah ! Ce rêve caché se finissait.

*

Feito o momento tardonho    
Le temps passait vite
o coração menos esmorecido…    
Le cœur moins chancelant…
O que era enfim este sonho?    
Quel était finalement ce rêve ?
Eu não teria nunca sabido.
Je ne l’ai jamais su.

FERNANDO PESSOA

Três Canções Mortas

FERNANDO PESSOA TROIS CHANSONS MORTES Três Canções Mortas I

Trois Chansons mortes
Contemporanêa, n°7, janvier 1923

I

Você é bela: fácil lhe adorar    
Vous êtes belle : qu’il est facile de vous aimer
você é jovem: fácil lhe sorrir.    
Vous êtes jeune: qu’il est facile de vous sourire.
Se um amor pudesse florir   
Si un  amour pourrait fleurir
neste coração que nada desabrocha.    
De ce cœur où rien ne se passe.
*
Este sorriso de minha desesperança    
Ce sourire de mon désespoir
se transformaria, longínqua reflexão,   
Se transformerait, lointain reflet,
 sobre o ouro pálido de suas tranças,
Sur l’or pâle de vos tresses,
sobre o mastro branco de sua mão.
Sur le blanc mat de votre main.
*
mas nada tenho além deste sorriso
Mais je n’ai rien au-delà de ce sourire
que no fundo dos meus olhos cochila —
Qui profondément sommeille dans mes yeux
lago frio que, enquanto olha o riso,
Lac froid qui, vous regardant rire,
 num reflexo de felicidade vacila.
Dans un reflet heureux vacille.

FERNANDO PESSOA

Três Canções Mortas

HOLERA VASILE ALECSANDRI – LE CHOLERA – Poème ROUMAIN

Holeră VASILE ALECSANDRI
LE CHOLERA 

**

vasile-alecsandri-par-constantin-daniel-stahi-portretul-lui-vasile-alecsandriVasile Alecsandri par Constantin Daniel Stahi
  Portretul lui Vasile Alecsandri

***

România – textul în limba română
Vasile Alecsandri
signature-vasile-alecsandri

Traduction – Texte Bilingue
Traducerea Text bilingvă

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE ROUMAINE
POESIE ROUMAINE

Literatura Română
Romanian Poetry

Vasile Alecsandri
1821  Bacău – 1890 Mircești

 

poet roman
Poète Roumain

Holeră VASILE ALECSANDRI

LE CHOLERA

holera-vasile-alecsandri-le-cholera-1799-antoine-jean-gros-bonaparte-visitant-les-pestiferes-de-jaffaDétail – Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa
11 mars 1799 – Antoine-Jean Gros

*******

    Jos, pe malul Prutului,
Sur le bord de la rivière Prout,
La casele Vâlcului,
La maison de Vâlku
Vâlcul bea, se veseleşte,
Vâlku boit, Vâlku est joyeux,
Cu trei fete se-ndrăgeşte,
Choyant ses trois filles,
De holeră nici gândeşte;
Sans penser au choléra ;
Maică-sa grija-i ducea
Sa mère, elle, est inquiète
Şi cu lacrimi îi zicea:
Et, en larmes, dit :

*

„Dragul mamei Vâlcule,
« Chéri par ta mère, Vâlku,
« Mândrule, voinicule!
Fier et gaillard !
Tu tot bei şi veseleşti,
Tu bois encore et tu te réjouis,
 De holeră nici gândeşti,
Sans penser au choléra,
Lasă-mi-te de beţie
Ne sois plus ivre
Şi de dalba veselie,
Ne respire pas toute cette joie
Că holera-i chiar la Prut
Il est là le choléra, près de la Prout
Şi chiar dincoace-a trecut!”
Et même au-delà !

*

Vâlcul ei se supunea,
Vâlku a attelé
Patru boi la car punea
Quatre bouvillons à la charrette
Şi pe cal încăleca,
Et partant prit
Drumul la vale-apuca,
La route qui descendait
Apuca-n călătorie
Vers la rivière
Să facă negustorie.
Pour ses affaires.

*

Când la cotul Prutului,
Lorsqu’il arriva à la Prout
Prin mijlocul câmpului,
Au milieu du terrain,
El zarea, mări, vedea
Il vit une vieille dame
O clonţată ce râdea,
Sans dents, fantomatique
O clonţată înveninată,
Un animal empoisonné,
Cu pielea pe trup uscată
N’ayant que la peau sur le corps
Şi cu părul despletit
Et des cheveux hirsutes
Tot cu şerpi împleticit.
De serpents enlacés.

*

Ea din loc în loc sărea,
Elle venait du cœur du mal
 Spini în urmă-i răsărea,
Les éclairs derrière elle,
  Iarba câmpului ardea
Brûlant l’herbe
 Şi oamenii morţi cădea!
Et les humains mourant à ses pieds !
   „Cale bună, măi drumeţ:
« Eh bien, voyageur :
Unde mergi aşa sumeţ?”
Où vas-tu si fier ? « 

*

„Cale-ntoarsă, cloanţă fa,
« Fais demi-tour, sorcière
Unde-alergi curând aşa?”
Où vas-tu donc de ce pas ? « 
„Merg la casa Vâlcului
«Je vais à la maison Vâlku
 De pe malul Prutului
Sur les rives du Prout
Ca să-i ridic zilele,
 Car je dois saisir aujourd’hui,
Să mă duc cu dânsele.”
Ce qui lui reste de vie ».

*

„Alei! iazmă călătoare,
« Va ! fantôme errant,
Boală rea ş-ucigătoare!
 Que s’éloigne ta maudite maladie !
Na-ţi calul şi armele,
 Prends notre cheval et mes armes,
De-mi lungeşte zilele,
 Donne-moi quelques jours,
Să-mi mai văd copilele
Laisse-moi voir mes jeunes filles
Că-mi sunt dragi ca soarele.
Comme je vois le cher soleil.
Na-ţi şi carul, na-ţi şi boi,
 Prends ma voiture et aussi mes boeufs,
Numai te du de la noi!”
Ne vas pas chez nous! « 

*

 Nu vreau arme omeneşti,
« Je ne veux pas de tes breloques,
Că eu am arme drăceşti.
Moi qui possède des armes diaboliques.
Am trei coase nevăzute,
J’ai trois fléaux invisibles
Cu ciocan de foc bătute:
Battus par le feu et le marteau :
Una pentru cei voinici,
Un pour les hommes
Una pentru copii mici,
Un pour les petits enfants
Una pentru fete mari
Un pour les grandes filles
 Şi neveste cu ştergare,
Et les femmes,

*

 Nu vreau nici carul cu boi,
Je ne veux ni tes bœufs ni ta charrette,
Ci vă vreau pe toţi pe voi,
Mais je vous veux tous,
Să vă umflu zilele,
 Je veux tes jours,
Să mă duc cu dânsele.”
 Je viens les prendre ».

*

Vâlcul biet se oţerea,
Vâlku seul,
Holera la el sărea,
Est encerclé par le choléra,
Oasele şi le-ntindea
De ses os et ses bras étirés
Şi pe Vâlcu-l cuprindea.
Qui encerclent le pauvre Vâlku.

*

Gură pe gură punea,
Elle pose sa bouche sur sa bouche,
Buze pe buze lipea,
Lui bloquant ses lèvres,
Zilele i se sorbea.
Et aspire ses jours.
Apoi cloanţa iar râdea,
S’en retourne en riant,
Cu zilele purcedea,
Emportant ses jours avec elle,
Şi voinicul mort cădea
Et le brave tomba raide mort
Jos la cotul Prutului,
Juste à côté du Prout,
În mijlocul câmpului!
Là, au milieu du chemin !

********

HOLERA VASILE ALECSANDRI
LE CHOLERA

VASILE ALECSANDRI POESIE – POEZIA LUI Vasile ALECSANDRI

vasile-alecsandri-par-constantin-daniel-stahi-portretul-lui-vasile-alecsandriConstantin Daniel Stahi
  Portretul lui Vasile Alecsandri

***

România – textul în limba română
Vasile Alecsandri

Traduction – Texte Bilingue
Traducerea Text bilingvă

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE ROUMAINE
POESIE ROUMAINE

Literatura Română
Romanian Poetry

signature-vasile-alecsandri

Vasile Alecsandri
1821  Bacău – 1890 Mircești

 

poet roman
Poète Roumain

Poésie

 Poezia

BLESTEMUL
LA MALEDICTION DES HIRONDELLES

Pe cel deal, pe cel colnic
Sur la montagne, sur la colline
 « Trece-o pruncă ş-un voinic,
Marchent une fille et un gaillard,

*

Holeră
Le Choléra

    Jos, pe malul Prutului,
Sur le bord de la rivière Prout,
La casele Vâlcului,
La maison de Vâlku

holera-vasile-alecsandri-le-cholera-1799-antoine-jean-gros-bonaparte-visitant-les-pestiferes-de-jaffa

**

SUR VASILE ALECSANDRI

VASILE ALECSANDRI
POETE ET PATRIOTE par GEORGES BENGESCO
Gheorghe Bengescu
Un poète diplomate roumain du XIXe siècle
Basile Alecsandri
(Vasile Alecsandri)
Revue des Deux Mondes
Tome 60
1910

« 

« Près de vingt ans se sont écoulés depuis la mort de Basile Alecsandri, et la Roumanie, dont il a été le poète peut-être le plus illustre, et certainement le plus populaire, le regrette aujourd’hui encore d’autant plus sincèrement que nul de ceux qui sont venus après lui n’a réussi à éclipser sa gloire… Le grand mérite d’Alecsandri est d’avoir rompu avec ces traditions littéraires surannées, et de n’avoir demandé conseil, selon le précepte de Victor Hugo, qu’ « à la nature, à la vérité et à l’inspiration. »

BLESTEMUL VASILE ALECSANDRI – LA MALEDICTION DES HIRONDELLES

BLESTEMUL VASILE ALECSANDRI
LA MALEDICTION DES HIRONDELLES

**

vasile-alecsandri-par-constantin-daniel-stahi-portretul-lui-vasile-alecsandriVasile Alecsandri par Constantin Daniel Stahi
  Portretul lui Vasile Alecsandri

***

România – textul în limba română
Vasile Alecsandri
signature-vasile-alecsandri

Traduction – Texte Bilingue
Traducerea Text bilingvă

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE ROUMAINE
POESIE ROUMAINE

Literatura Română
Romanian Poetry

Vasile Alecsandri
1821  Bacău – 1890 Mircești

 

poet roman
Poète Roumain

BLESTEMUL

 LA MALEDICTION DES HIRONDELLES

*********

****************

BLESTEMUL VASILE ALECSANDRI
LA MALEDICTION DES HIRONDELLES

 

Pe cel deal, pe cel colnic
Sur la montagne, sur la colline
 « Trece-o pruncă ş-un voinic,
Marchent une fille et un gaillard,
Voinicelul hăulind
Il chante le gaillard
Şi pe murgul netezind,
Lissant sa monture,
Iar pruncuţa suspinând
Et l’enfant, elle, sanglote
Şi din guriţă zicând:
Et dans sa bouche, elle dit :

*

 „Ia-mă, bădiţă, călare
« Prends-moi, sur ta monture
Că nu mai pot de picioare.
 Mes pieds ne me portent plus.
Drumu-i greu şi grunţuros,
 La terre est si dure,
Nu mai pot merge pe jos!”
Je ne peux plus marcher ! « 
„Puiculiţă, chip frumos,
«Souris ! belle frimousse,
Eu te-aş lua bucuros,
Je te prendrais avec plaisir,

*

Dar mi-e murgul sprintenel
Mais ma monture est si fragile
În picioare subţirel,
Ses  membres si graciles,
Murgu-i mic şi drumu-i greu,
 Le chemin si rude,
Abia duce trupul meu,
 Mon seul corps, elle ne peut que porter,
Trupul cu păcatele,
 Et les péchés de ce corps,
 Mijlocul cu armele.”
 Et cette armure qui l’habille.

*

„Nu ţi-e milă şi păcat!
« C’est une honte, tu ne me plains nullement !
De la părinţi m-ai luat,
 Tu m’as dérobée à mes parents,
Şi-n răi codri m-ai băgat!
Et dans les bois m’as emportée !
Dare-ar Domnul Dumnezeu
 Que le Seigneur Dieu
Să fie pe gândul meu!
 Soit dans mon esprit!
Să te duci, bădiţă, duci
 Va, mon ami, va

*

Pan-îi pica rob la turci,
 Jusqu’à être un serviteur des turcs
Cu picioarele-n butuci
Les entraves aux pieds
Şi cu mâinile-n cătuşi!
 Et des chaînes aux bras !
Să te-ajungă dorul meu
 Mon courroux tu retrouveras
Unde-a fi drumul mai greu!
 Quand la route t’épuisera !
Să te bată jalea mea
Plus tu piétines ma douleur

*

Unde-a fi calea mai grea!
Plus ma vengeance sera dure !
Murgul să se poticnească,
Que ta monture s’effondre,
În creştet să te trântească,
 Que ton crâne se fracasse,
Mâna dreaptă să-ţi sclintească,
 Que ta main droite se casse,
Mâna stângă
 Et que ta main gauche
Să ţi-o frângă,
 Se brise en miettes,

*

Să ţii dârlogii cu dinţii,
 Avec tes dents que tu rattrapes la bride,
Să mi te plângă părinţii,
Que tes parents ne puissent plus te reconnaître
Să te-nsori de nouă ori
 Que tu te maries neuf fois
Ca să faci nouă feciori.
Pour faire de nouveaux gars.
Să te mai însori o dată
 Que tu te maries à nouveau
Ca să faci numai o fată…
Pour que tu aies juste une fille …

*

Ei să treacă şuierând
 Elle passera en sifflant
Când te-ar auzi plângând,
Elle t’apportera dans ta prison
Ea în palme să-ţi tot cară
 De ses propres mains
Apă tulbure ş-amară.
 De l’eau boueuse et amère.
Tu să bei, să bei mereu
Que tu boiras, boiras éternellement
Gândind la blestemul meu!
Tu songeras alors à ma malédiction !

*********

LA MALEDICTION DES HIRONDELLES
BLESTEMUL VASILE ALECSANDRI