Archives par mot-clé : poesia

PLAIES D’AMOUR- Federico García Lorca Poèmes- LLAGAS DE AMOR

***
FREDERICO GARCIA LORCA POÈMES

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
LLAGAS DE AMOR
Plaies d’amour

Esta luz, este fuego que devora.
Cette lumière, ce feu qui dévore.
Este paisaje gris que me rodea.
Ce paysage gris tout autour de moi.
Este dolor por una sola idea.
Cette douleur pour une seule idée.
Esta angustia de cielo, mundo y hora.
Cette angoisse du ciel, du monde et du temps.

*

Este llanto de sangre que decora
Ces pleurs de sang qui décorent
lira sin pulso ya, lúbrica tea.
Une lyre sans pouls, torche lascive,
Este peso del mar que me golpea.
Ce poids de la mer qui me frappe,
Este alacrán que por mi pecho mora.
Ce scorpion qui vit, lové dans ma poitrine,

*

Son guirnalda de amor, cama de herido,
Ce sont guirlande d’amour, lit de malheur,
donde sin sueño, sueño tu presencia
Où sans rêver, je rêve ta présence
entre las ruinas de mi pecho hundido.
Parmi les ruines de ma poitrine engloutie.

*

*

Y aunque busco la cumbre de prudencia
Et pendant que je cherche le sommet de la prudence
me da tu corazón valle tendido
Ton cœur ne me donne que des vallées envahies
con cicuta y pasión de amarga ciencia.
De ciguës et la passion de l’amère science.

***

Federico García Lorca Poèmes
Sonnets de l’amour obscur

SYMBOLES – Federico García Lorca – SÍMBOLO (Suites – Suite des miroirs)

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

SUITES

Suite de los espejos
Suite des miroirs



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
SÍMBOLO
SYMBOLE

 

Cristo
Le Christ
tenía un espejo
avait un miroir
 en cada mano.
dans chaque main.
Multiplicaba
Multipliant ainsi
su propio espectro.
son propre spectre.
 Proyectaba su corazón
Il projetait son cœur
 en las miradas negras.
dans les regards noirs.
 ¡Creo!
Je crois !

***

Federico García Lorca
Suite de los espejos
Suite des miroirs

LE POETE DIT LA VERITE – Federico García Lorca – EL POETA DICE LA VERDAD

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
EL POETA DICE LA VERDAD
Le Poète dit la Vérité

Quiero llorar mi pena y te lo digo
Je veux pleurer ma douleur et te le dire
para que tú me quieras y me llores
Afin que tu m’aimes, afin que tu pleures
 en un anochecer de ruiseñores
En une heure bleue de rossignols
con un puñal, con besos y contigo.
avec un poignard, avec des baisers et avec toi.

*

Quiero matar al único testigo
Je veux tuer l’unique témoin
  para el asesinato de mis flores
De l’assassinat de mes fleurs
y convertir mi llanto y mis sudores
et convertir mes larmes, convertir mes sueurs
en eterno montón de duro trigo.
En une éternelle gerbe de blé dur.

*

Que no se acabe nunca la madeja
Que jamais ne se finisse la natte
del te quiero me quieres, siempre ardida
Du je t’aime et du tu m’aimes, toujours ardente
con decrépito sol y luna vieja.
Avec le soleil décrépi et la vieille lune.

*

Que lo que no me des y no te pida
Ce que tu ne donnes pas et ce que tu ne demandes pas
será para la muerte, que no deja
Sera pour la mort, elle qui ne laisse
ni sombra por la carne estremecida.
Aucune ombre à la chair frémissante.

***

Federico García Lorca
Sonnets de l’amour obscur

NUIT DE L’AMOUR INSOMNIAQUE- Federico García Lorca – NOCHE DEL AMOR INSOMNE

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
NOCHE DEL AMOR INSOMNE
Nuit de l’amour insomniaque

 

Noche arriba los dos con luna llena,
Nuit de pleine lune au-dessus de nous deux,
yo me puse a llorar y tú reías.
Je commençais à pleurer et toi, tu riais.
Tu desdén era un dios, las quejas mías
Ton mépris était un dieu, mes plaintes
momentos y palomas en cadena
Des moments et des colombes en chaîne.

*

Noche abajo los dos. Cristal de pena,
Tous les deux tombions dans la nuit. Cristal de peine,
 llorabas tú por hondas lejanías.
Tu pleurais les abysses insondables.
Mi dolor era un grupo de agonías
Ma douleur était un amas d’agonies
sobre tu débil corazón de arena.
Sur ton fragile cœur de sable.

*

La aurora nos unió sobre la cama,
L’aurore sur le lit nous a rejoint,
 las bocas puestas sobre el chorro helado
Ses bouches sur le jet glacial
de una sangre sin fin que se derrama.
D’un sang sans fin qui coule.

*

Y el sol entró por el balcón cerrado
Et le soleil s’est insinué par le balcon refermé
y el coral de la vida abrió su rama
et la corail de la vie ouvrit sa ramure
sobre mi corazón amortajado.
Sur le linceul de mon cœur.

***

Federico García Lorca

SONNET DE LA GUIRLANDE DE ROSES – Federico García Lorca – Soneto de la Guirnalda de Rosas

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
Soneto de la Guirnalda de Rosas
Sonnet de la Guirlande de Roses

 

¡Esa guirnalda! ¡pronto! ¡que me muero!
Cette guirlande ! vite ! que je meurs !
¡Teje deprisa! ¡canta! ¡gime! ¡canta!
Fais-la vite ! chante ! gémis ! chante !
 que la sombra me enturbia la garganta
L’ombre obscurcit ma gorge
 y otra vez y mil la luz de enero.
et pour la millième fois brille la lumière de janvier.

*

Entre lo que me quieres y te quiero,
Entre je t’aime et tu m’aimes,
aire de estrellas y temblor de planta,
Un vent d’étoiles et un souffle de plante,
espesura de anémonas levanta
Une épaisseur d’anémones me pousse
con oscuro gemir un año entero.
Sombrement à gémir une année entière.

*

Goza el fresco paisaje de mi herida,
Profite du paysage frais de ma blessure,
quiebra juncos y arroyos delicados.
Casse des joncs et de délicats rus.
 Bebe en muslo de miel sangre vertida.
Bois le miel de mon sang versé.

*

Pero ¡pronto! Que unidos, enlazados,
Mais, vite ! Qu’unis et enlacés,
boca rota de amor y alma mordida,
Bouche fracassée d’amour et âmes mordues,
el tiempo nos encuentre destrozados.
Le temps nous retrouve mutilés.

***

Federico García Lorca

La Poésie de Federico García Lorca – Los Poemas de Federico García Lorca

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****

**

 LA COGIDA Y LA MUERTE
LE COUP DE CORNE ET LA MORT

A las cinco de la tarde.
Cinq heures de l’après-midi.
Eran las cinco en punto de la tarde.
Il était cinq heures cet après-midi.

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 4**

ODA A SALVADOR DALI
ODE A SALVADOR DALI

Una rosa en el alto jardín que tú deseas.
Une rose dans le haut jardin que tu désires.
 Una rueda en la pura sintaxis del acero.
Une roue dans la pure syntaxe de l’acier.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 3**

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur

*

El Amor duerme en el pecho del Poeta
L’Amour sommeille sur la poitrine du Poète

Tú nunca entenderás lo que te quiero
Tu ne sauras jamais comme je t’aime,
 porque duermes en mí y estás dormido.
Car tu es endormi et en moi tu sommeilles.

El Poeta dice la Verdad
Le Poète dit la Vérité

Quiero llorar mi pena y te lo digo
Je veux pleurer ma douleur et te le dire
para que tú me quieras y me llores
Afin que tu m’aimes, afin que tu pleures

*

El Poeta habla por teléphono con el Amor
Le Poète par avec l’Amour au téléphone

Tu voz regó la duna de mi pecho
Ta voix irrigue la dune de ma poitrine
en la dulce cabina de madera.
Dans la douce cabane en bois.

*

El Poeta pide a su amor que le escriba
Le poète demande à son amour de lui écrire

Amor de mis entrañas, viva muerte,
Amour de mes entrailles, vive mort,
en vano espero tu palabra escrita
J’espère un mot de toi en vain

*

El Poeta pregunta a su Amor por la ciudad encantada de Cuenca
La ville enchantée de Cuenca

¿Te gustó la ciudad que gota a gota
As-tu aimé la ville que, goutte à goutte,
labró el agua en el centro de los pinos?
Traverse l’eau au centre des pins ?

*

Llagas de Amor
Plaies d’amour

Esta luz, este fuego que devora.
Cette lumière, ce feu qui dévore.
Este paisaje gris que me rodea.
Ce paysage gris tout autour de moi.

*

Noche del amor insomne
Nuit de l’amour insomniaque

Noche arriba los dos con luna llena,
Nuit de pleine lune au-dessus de nous deux,
yo me puse a llorar y tú reías.
Je commençais à pleurer et toi, tu riais.

*

Soneto de la Dulca Queja
Sonnet de la Douce Plainte

Tengo miedo a perder la maravilla
J’ai peur de perdre l’émerveillement
de tus ojos de estatua y el acento
De tes yeux de statue et l’accent

*

Soneto de la Guirnalda de Rosas
Sonnet de la Guirlande de Roses

¡Esa guirnalda! ¡pronto! ¡que me muero!
Cette guirlande ! vite ! que je meurs !
¡Teje deprisa! ¡canta! ¡gime! ¡canta!
Fais-la vite ! chante ! gémis ! chante !

*****

SUITES

Suite de los espejos
Suite des miroirs

SÍMBOLO
Symbole

EL GRAN ESPEJO
Le Grand Miroir

 

 ****

Sur Federico García Lorca

***

Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroñoMADRID

Statue Estatua de Federico García Lorca Santa Ana
费德里科·加西亚·洛尔卡的雕像
Статуя Федерико Гарсиа Лорки –

***

L’INFINITO GIACOMO LEOPARDI L’INFINI – CANTI XII LES CHANTS

L’Infinito Giacomo Leopardi

Traduction – Texte Bilingue
LITTERATURE ITALIENNE

 

Letteratura Italiana

giacomo-leopardi-poesie-poesia-artgitato-ferrazzi-casa-leopardi

ritratto A Ferrazzi
Portrait de Ferrazzi
casa Leopardi
Recanati
Via Giacomo Leopardi

****

GIACOMO LEOPARDI
29 juin 1798 Recanati 14 juin 1837 Naples
Recanati 29 giugno 1798 –
Napoli 14 giugno 1837

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


L’INFINITO Giacomo Leopardi
CANTI XII

L’INFINI
LES CHANTS XII

OEUVRE DE GIACOMO LEOPARDI

 ******

linfinito-giacomo-leopardi-linfini-artgitato-caspar-david-friedrich-le-voyageur-contemplant-une-mer-de-nuages Caspar David Friedrich
Le Voyageur contemplant une mer de nuages
Il Viandante sul mare di nebbia,
Der Wanderer über dem Nebelmeer
1818
Hambourg Kunsthalle

***

L’INFINITO GIACOMO LEOPARDI

 

Sempre caro mi fu quest’ermo colle,
Je chéris depuis toujours cette colline inhabitée,
e questa siepe, che da tanta parte
et cette barrière qui, de tous côtés,
dell’ultimo orizzonte il guardo esclude.
Occulte le lointain horizon.
 Ma, sedendo e mirando, interminati
Mais, je suis assis et regarde, les illimités
spazi di lá da quella, e sovrumani
Espaces et les surhumains
silenzi, e profondissima quiete
silences, et le profond calme
io nel pensier mi fingo; ove per poco
Dans mes pensées inventées ; un frôlement
il cor non si spaura. E come il vento
Epouvanterait mon cœur. Et le vent
 odo stormir tra queste piante, io quello
Je l’entends bruissant à travers les arbres,
  infinito silenzio a questa voce
Ce silence infini à cette voix
e le morte stagioni, e la presente
et aux saisons mortes,
vo comparando: e mi sovvien l’eterno,
Je compare : et en moi, l’éternel me revient,
e viva, e il suon di lei. Cosí tra questa
et la vie et le son de celle-ci. Ainsi, entre cette
 immensitá s’annega il pensier mio;
immensité, ma pensée se noie ;
e il naufragar m’è dolce in questo mare.
et combien m’est doux ce naufrage dans cette mer.

infinito

——–


ALFRED DE MUSSET GRAND LECTEUR DE GIACOMO LEOPARDI
DEUX ÂMES SOEURS

Outre les sonnets de Michel-Ange, Alfred relisait sans cesse, jusqu’à les savoir par cœur, les poésies de Giacomo Leopardi, dont les alternatives de sombre tristesse et de douce mélancolie répondaient à l’état présent de son esprit. Lorsqu’il frappait sur la couverture du volume, en disant : « Ce livre, si petit, vaut tout un poème épique, » il sentait que l’âme de Leopardi était sœur de la sienne. Les Italiens ont la tête trop vive pour aimer beaucoup la poésie du cœur. Il leur faut du fracas et de grands mots. Plus malheureux qu’Alfred de Musset, Leopardi n’a pas obtenu justice de ses compatriotes, même après sa mort. Alfred en était révolté. Il voulut d’abord écrire un article, pour la Revue des Deux-Mondes, sur cet homme qu’il considérait comme le premier poète de l’Italie moderne. Il avait même recueilli quelques renseignements biographiques, dans ce dessein ; mais, en y rêvant, il préféra payer en vers son tribut d’admiration et de sympathie au Sombre amant de la Mort. De là sortit le morceau intitulé Après une lecture, qui parut le 15 novembre 1842.
En faisant la part de son exagération naturelle et de son excessive sensibilité, il faut pourtant reconnaître que, dans cette fatale année 1842, les blessures ne furent pas épargnées à Alfred de Musset. Il se plaignait que, de tous les côtés à la fois, lui venaient des sujets de désenchantement, de tristesse et de dégoût. « Je ne vois plus, disait-il, que les revers de toutes les médailles. »

Paul de Musset
Biographie de Alfred de Musset
Troisième partie
1837-1842
Charpentier, 1888
pp. 185-284

TRADUCTION PORTUGAIS Jacky LAVAUZELLE Tradução francesa de textos em português

PORTUGAL & BRESIL

**************************
Traduction PORTUGAIS Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
Tradução francesa de textos em português
**************************





Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

*******




TRADUCTION PORTUGAIS & BRESILIEN

Tradução francesa de textos em português

*******

Luis de Camões

Vie & Œuvre de Luis de Camões
Vida e Obra de Luis de Camões
Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

**

Miguel Araujo

Le Mari des autres
Os Maridos das outras


**

Susana Felix

Canção de Madrugar
Rua da Saudade  

**



Pedro Abrunhosa

Será
Eu nao sei quem te perdeu – Je ne sais pas qui te perd
Beijo – Baiser
Momento
Pontes entre nos – Un Pont entre nous
Agarra-me esta noite – Retiens-moi cette nuit

**

Brésil
Cécilia MEIRELES

La Poésie de Cécilia Meireles – A poesia de Cecília Meireles
Cecilia Meireles a poesia de Cecilia Meireles la poésie de Cécilia Meireles Artgitato

**

Brésil
Gonçalves DIAS

Mon Chant de Mort
Meu canto de morte

Meu canto de morte Mon Chant de Mort Gonçalves Dias Poemas Poèmes Artgitato Femme Tupi**





Brésil
Alphonsus de GUIMARAENS

A Poesia de Alphonsus de Guimaraens
La Poésie d’Alphonsus de Guimaraens

Alphonsus_de_Guimaraens_(facing_left)
**

Brésil
MACHADO DE ASSIS
Joaquim Maria Machado de Assis

Œuvre

joaquim-maria-machado-de-assis-artgitato**

António Nobre

Obras – Œuvre

**





Fernando Pessoa

Poesia e Prosa – Poésie & Prose
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato**

Brésil
Jorge Ben Jor

Chove Chuva
Il pleut des cordes

**

Eça de Queiroz

O Mandarim – Le Mandarin (1880)

********

Tradução francesa de textos em português
Traduction Portugais

LE VENT Un Poème de de Cécilia Meireles – VENTO Poema de Cecília Meireles

La Poésie de Cécilia Meireles
Poema de de
Cecília Meireles




Littérature Brésilienne
Literatura Brasileira
Cecilia Meireles a poesia de Cecilia Meireles la poésie de Cécilia Meireles Artgitato

 Cécilia Meireles
1901 -1964




VENTO

um poema de Cecília Meireles
un poème de Cécilia Meireles

LE VENT

 Vento Le Vent Poema de Cecília Meireles Poème Artgitato

Traduction Jacky Lavauzelle

Passaram os ventos de agosto, levando tudo.
Ils sont passés les vents d’août, emportant tout.
As árvores humilhadas bateram, bateram com os ramos no chão.
Les arbres humiliés et battus, battues, les branches à terre.
Voaram telhados, voaram andaimes, voaram coisas imensas;
Les toits envolés, les échafaudages envolés, toutes choses envolées ;
os ninhos que os homens não viram nos galhos,
les nids que les hommes ne voient pas dans les branches,
e uma esperança que ninguém viu, num coração.
et un espoir que personne n’a vu dans un cœur.

Passaram os ventos de agosto, terríveis, por dentro da noite.
Ils sont passés les vents d’août, terribles, dans la nuit.
Em todos os sonos pisou, quebrando-os, o seu tropel.
Dans tous les sommeils étagés, les brisant, les piétinant.
Mas, sobre a paisagem cansada da aventura excessiva –
Mais sur le paysage fatigué d’aventure excessive –
sem forma e sem eco,
sans forme et sans écho,
o sol encontrou as crianças procurando outra vez o vento
le soleil a trouvé les enfants regardant à nouveau le vent
para soltarem papagaios de papel.
soulever les cerfs-volants de papier.

 

*************************

VENTO um poema de Cecília Meireles
LE VENT un poème de Cécilia Meireles

PAUSE Un Poème de de Cécilia Meireles – PAUSA Poema de Cecília Meireles

La Poésie de Cécilia Meireles
Poema de de
Cecília Meireles




Littérature Brésilienne
Literatura Brasileira
Cecilia Meireles a poesia de Cecilia Meireles la poésie de Cécilia Meireles Artgitato

 Cécilia Meireles
1901 -1964




PAUSA

um poema de Cecília Meireles
un poème de Cécilia Meireles

PAUSE

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Cecilia Meireles poeme poema Artgitato Pierre Puvis de Chavannes le Rêve 1883

Agora é como depois de um enterro.
Maintenant, c’est comme après un enterrement.
Deixa-me neste leito, do tamanho do meu corpo,
Laisse-moi dans ce lit, de la taille de mon corps,
Junto à parede lisa, de onde brota um sonho vazio.
Le long du mur lisse, d’où jaillit un rêve vide.

A noite desmancha o pobre jogo das variedades.
La nuit décompose le pauvre jeu des variétés.
Pousa a linha do horizonte entre as minhas pestanas,
Se pose l’horizon entre mes cils,
e mergulha silêncio na última veia da esperança.
et plonge le silence dans la dernière veine d’espoir.

Deixa tocar esse grilo invisível,
Laisse chanter ce grillon invisible,
– mercúrio tremendo na palma da sombra
– Le mercure énorme dans la paume de l’ombre
-deixa-o tocar a sua música, suficiente
-laisse-le jouer sa musique, assez
para cortar todo arabesco da memória…
pour couper tout arabesque de mémoire…

 

*************************

PAUSA um poema de Cecília Meireles
PAUSE un poème de Cécilia Meireles