Archives par mot-clé : 1924

LA PLUS BELLE NYMPHE DE L’OCÉAN – OS LUSIADAS V-57 – LES LUSIADES – LUIS DE CAMOES – Ó Ninfa, a mais formosa do Oceano

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO V
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS V-57 LES LUSIADES V-57
*

LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

***************


-« Ó Ninfa, a mais formosa do Oceano,
-« Ô Nymphe, la plus belle de l’Océan,
Já que minha presença não te agrada,
Puisque ma présence ne te plaît pas,
Que te custava ter-me neste engano,
Qu’est-ce que cela t’aurait coûté de me laisser cette illusion,
Ou fosse monte, nuvem, sonho, ou nada?
Que ce soit une montagne, un nuage, un rêve ou rien ?
Daqui me parto irado, e quase insano
De là, je pars en colère et presque fou
Da mágoa e da desonra ali passada,
De douleur et de déshonneur,
A buscar outro inundo, onde não visse
À la recherche d’un autre monde, où je ne puisse voir
Quem de meu pranto e de meu mal se risse.
Quiconque rire de mes larmes et de mon mal.


*******************

Nymphes dans une grotte, Gaston Bussière, 1924
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

PROMENADE – Poème de RAINER MARIA RILKE – Spaziergang – 1924

***************

Rainer Maria Rilke
Traduction Jacky Lavauzelle

signature 2


LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

 

RAINER MARIA RILKE
1875-1926

 Rainer Maria Rilke Portrait de Paula Modersohn-Becker 1906
Portrait de Rainer Maria Rilke
1906
Par Paula Modersohn-Becker

__________________

PROMENADE
Spaziergang
1924
_________________

Caspar David Friedrich ,Frau vor untergehender Sonne,Femme au soleil du petit matin

*****************

Schon ist mein Blick am Hügel, dem besonnten,
Mon regard est déjà sur la colline, le soleil en face,
dem Wege, den ich kaum begann, voran.
Sur ce chemin, qu’à peine je commence.
So fasst uns das, was wir nicht fassen konnten,
Voilà que nous saisit ce que nous ne pouvions pas saisir,
voller Erscheinung, aus der Ferne an—
complet dévoilement, à distance —

*

und wandelt uns, auch wenn wirs nicht erreichen,
et nous changeons, même si nous n’y parvenons pas,
in jenes, das wir, kaum es ahnend, sind;
dans ce que nous sommes, le soupçonnant à peine ;
ein Zeichen weht, erwidernd unserm Zeichen . . .
un signe souffle en réponse à notre signe…
Wir aber spüren nur den Gegenwind.
Nous ne ressentons que le vent de face.


**************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-4.jpg.

PARC MONCEAU -Poème de Kurt TUCHOLSKY – Gedicht von Kurt TUCHOLSKY – 1924 -Park Monceau

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Kurt-Tucholsky.jpg.

LITTERATURE ALLEMANDE

Poèmes Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder

KURT TUCHOLSKY

9. Januar 1890 Berlin – 21. Dezember 1935 Göteborg
9 janvier 1890 – 21 décembre 1935

 

Traduction Jacky LAVAUZELLE 

______________________

 

KURT TUCHOLSKY GEDICHTE

PARC MONCEAU
Park Monceau

1924
_______________________

Le Parc Monceau – La colonnade


********************

Hier ist es hübsch. Hier kann ich ruhig träumen.
Ici, comme c’est joli. Ici, je peux rêver tranquillement.
Hier bin ich Mensch – und nicht nur Zivilist.
Ici, je suis humain – et pas seulement un civil.
Hier darf ich links gehn. Unter grünen Bäumen
Ici, je peux aller à gauche. Sous les arbres verts
sagt keine Tafel, was verboten ist.
aucun tableau noir ne dit ce qui est interdit.

*

Ein dicker Kullerball liegt auf dem Rasen.
Une grosse balle repose sur la pelouse.
Ein Vogel zupft an einem hellen Blatt.
Un oiseau porte une feuille brillante.
Ein kleiner Junge gräbt sich in der Nasen
Un petit garçon se cure le nez
und freut sich, wenn er was gefunden hat.
et serait si heureux d’y trouver quelque chose.

*

Es prüfen vier Amerikanerinnen,
Quatre Américaines vérifient
ob Cook auch recht hat und hier Bäume stehn.
si Cook avait raison et s’il y a des arbres ici.
Paris von außen und Paris von innen:
Paris de l’extérieur et Paris de l’intérieur :
sie sehen nichts und müssen alles sehn.
Elles ne voient rien et doivent tout voir.

*

Die Kinder lärmen auf den bunten Steinen.
Les enfants font du bruit sur les pierres colorées.
Die Sonne scheint und glitzert auf ein Haus.
Le soleil brille et scintille sur une maison.
Ich sitze still und lasse mich bescheinen
Je reste assis et je rêvasse au soleil
und ruh von meinem Vaterlande aus.
et je me repose de ma patrie.


**********

1924

*********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 800px-Kurt_Tucholsky_Signature.svg_-756x1024.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.