Archives par mot-clé : traduction

TRADUCTION FINNOIS – Ranskankielinen käännös suomi tekstiene

*

*************************
Traduction FINNOIS Jacky Lavauzelle
***
ARTGITATO
****

Ranskankielinen käännös suomi tekstiene
**************************



Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

*******


TRADUCTION FINNOIS

Ranskankielinen käännös suomi tekstiene

*******

LA POÉSIE D’EINO LEINO
EINO LEINON RUNOJA

******

NOVEMBRE Giovanni Pascoli – Poesia – Poésie

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-




NOVEMBRE

**

Gemmea l’aria, il sole così chiaro
Air cristallin, soleil si clair
che tu ricerchi gli albicocchi in fiore,
Que tu recherches les abricotiers en fleurs,
e del prunalbo l’odorino amaro senti nel cuore…
Que ton cœur inhale l’amère fragrance des aubépines…

*




Ma secco è il pruno, e le stecchite piante
Mais le prunier est sec et les arbres étiques
di nere trame segnano il sereno,
Des lignes noires seules soulignent cette sérénité,
vuoto il cielo, e cavo al piè sonante sembra il terreno.
Le ciel est vide, tes pieds semblent faire résonner le creux de la terre.

*




Silenzio, intorno: solo, alle ventate,
Silence, tout autour, rafales de vent, seul,
odi lontano, da giardini ed orti,
Tu entends au loin, des jardins et des vergers,
di foglie un cader fragile.
La chute fragile des feuilles.
È l’estate, fredda, dei morti.
C’est le glacial été des morts.

*************

GIOVANNI PASCOLI
par
PAUL HAZARD
en 1912

« Il aimera toute la nature« 

Cet art très objectif est tout pénétré de sentiment. Ce pourrait être la haine de la nature marâtre, qui met au inonde les créatures pour les torturer, si nous ne nous rappelions ici la bonté essentielle de Pascoli : il ne se lasse jamais d’exprimer sa douleur, parce qu’il ne l’oublie jamais : mais de sa souffrance, plutôt qu’à la légitimité de la révolte, il conclut à la nécessité du pardon. Désirer la vengeance, blasphémer ou maudire, ne serait-ce pas perpétuer le mal sur la terre, et prendre rang parmi les coupables ? Ayant éprouvé qu’il y a dans la vie un insondable mystère, ils doivent se serrer les uns contre les autres, ceux que le même mystère angoisse ; ils doivent se chérir et s’entr’aider, pour prendre leur revanche contre le sort. La pitié, la tendresse, la douceur, voilà donc les sentimens qui pénétreront les vers du poète, et qui, partant des hommes, aboutiront aux choses. Parmi les hommes, il s’intéressera d’abord aux victimes, aux orphelins, aux malades ; puis aux humbles, aux pauvres, aux misérables ; puis encore, aux simples et aux primitifs. Pareillement, il aimera les arbres qui frémissent au vent, les fleurs qui tremblent sur leur tige, et la faiblesse gracieuse des oiseaux : comme saint François d’Assise, puisqu’on a dit de lui qu’il était un Virgile chrétien, ou un saint François païen ; comme ce Paolo Uccollo dont il a écrit la touchante histoire. Il aimera toute la nature : soit qu’il aperçoive en elle des symboles, et veuille voir des berceaux dans les nids ; soit qu’il manifeste une reconnaissance émerveillée pour les tableaux de beauté qu’elle lui présente ; soit qu’il l’associe aux hommes dans la lutte contre le mystère qui l’enveloppe elle-même, il finit par la considérer comme une mère très douce, qui nous berce encore à l’heure où nous nous endormons. « Ah ! laissons-la faire, car elle sait ce qu’elle fait, et elle nous aime !… » Ce sentiment-là, il nous le communique sans prétendre nous l’imposer. En effet, cet artiste épris d’exactitude, connaissant la valeur de la précision, en connaît aussi les limites. Il sait qu’au-delà du terme où l’analyse peut atteindre, il y a les forces presque inconscientes qu’il faut laisser agir par elles-mêmes après les avoir mises en mouvement. Il possède la pudeur rare qui consiste à ne pas vouloir tout dire ; à faire crédit à la sensibilité du lecteur ; à se taire lorsqu’il a provoqué le rêve, afin de ne le point troubler.
Giovanni Pascoli
Paul Hazard
Revue des Deux Mondes Tome 10-  1912




*****************



Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

L’ART DE LA GUERRE 孙子兵法 DE SUN TZU 孫子 Traduction Chapitre Premier Le Diagnostic

*

 孫子




SUN TZU
孙武
SUN WU
544–496 av. J.-C.




 TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 孙子兵法
L’ART DE LA GUERRE

CHAPITRE I




始計第一
LE DIAGNOSTIC

***

孫子曰:
Sun Tzu dit :
兵者,國之大事,死生之地,存亡之道,不可不察也。
Bīng zhě, guó zhī dà shì, sǐ shēng zhī dì, cún wáng zhī dào, bù kě bù chá yě.
la guerre est une affaire de la plus haute importance pour l’État, il ne s’agit rien d’autre que de sa mort et de sa survie, il faut donc être extrêmement prudent.
故經之以五(事),校之以計,而索其情:
Gù jīng zhī yǐ wǔ (shì), xiào zhī yǐ jì, ér suǒ qí qíng:
Sur ce sujet, cinq domaines sont à prendre en compte avant toute chose :
一曰道,二曰天,三曰地,四曰將,五曰法。
Yī yuē dào, èr yuē tiān, sān yuē de, sì yuē jiāng, wǔ yuē fǎ.
le premier : la voie à suivre, le second : le temps, le troisième : l’espace, le quatrième  : l’autorité et la cinquième : la méthode.

道者,令民與上同意,可與之死,可與之生,而不畏危也。
Dào zhě, lìng mín yǔ shàng tóngyì, kě yǔ zhī sǐ, kě yǔ zhī shēng, ér bù wèi wēi yě.
La voie permet d’unifier le peuple, de cimenter une communauté autour de la vie et de la mort, sans la crainte du danger.
天者,陰陽、寒暑、時制也。
Tiān zhě, yīnyáng, hánshǔ, shízhì yě.
Le temps, c’est le yin et le yang, le froid et la chaleur, les grands principes du système aussi.
地者,高下、遠近、險易、廣狹、死生也。
De zhě, gāo xià, yuǎnjìn, xiǎn yì, guǎng xiá, sǐshēng yě.
L’espace, c’est la distance, la hauteur, le positionnement, la suprématie territoriale, c’est la vie et la mort aussi.
將者,智、信、仁、勇、嚴也。
Jiàng zhě, zhì, xìn, rén, yǒng, yán yě.
L’autorité, c’est la sagesse et la confiance, la bienveillance, le courage et la rigueur aussi.
法者,曲制、官道、主用也。
Fǎ zhě, qū zhì, guān dào, zhǔ yòng yě.
La méthode, c’est la préparation, la connaissance, la hauteur de vue aussi.
凡此五者,將莫不聞,知之者勝,不知者不勝。
Fán cǐ wǔ zhě, jiāng mò bù wén, zhī zhī zhě shèng, bù zhì zhě bù shèng.
Suivez ces cinq principes fondamentaux, la victoire s’ensuivra, égarez-vous, vous irez vers de graves déconvenues.
故校之以計,而索其情,曰:
gù xiào zhī yǐ jì, ér suǒ qí qíng, yuē:
Par conséquent, suivez celui qui correspond à ces principes en vous posant les questions suivantes :
主孰有道?
Zhǔ shú yǒu dào?
Quel est le seigneur qui suit le plus cette voie ?
將孰有能?
Jiāng shú yǒu néng?
Qui a le plus de volonté pour y arriver ?
天地孰得?
Tiāndì shú dé?
Qui est le plus prompt et avisé dans ses décisions ?








法令孰行?
Fǎlìng shú xíng?
Qui a le plus de méthode ?
兵眾孰強?
Bīng zhòng shú qiáng?
Qui a les meilleurs soldats ?
士卒孰練?
Shìzú shú liàn?
Comment se comporte-t-il avec ses soldats ?
賞罰孰明?
Shǎngfá shú míng?
Quelles sont ses forces et ses faiblesses ?




吾以此知勝負矣。
Wú yǐ cǐ zhī shèngfù yǐ.
Avec les réponses, vous prendrez la bonne décision.

將聽吾計,用之必勝,留之;
Jiāng tīng wú jì, yòng zhī bì shèng, liú zhī;
Prendre le temps d’écouter, c’est ouvrir le chemin de la victoire ;
將不聽吾計,用之必敗,去之。
jiāng bù tīng wú jì, yòng zhī bì bài, qù zhī.
Ne pas écouter, c’est aller droit vers la déroute.
計利以聽,乃為之勢,以佐其外。
Jì lì yǐ tīng, nǎi wéi zhī shì, yǐ zuǒ qí wài.
Analysez le terrain et le contexte.
勢者,因利而制權也。
Shì zhě, yīn lì ér zhì quán yě.
Connaissez vos points forts et vos points faibles et ceux de vos ennemis.
 兵者,詭道也。
Bīng zhě, guǐ dào yě.
Afin de bien conduire vos soldats, agissez dans cette voie.
故能而示之不能,用而示之不用,近而示之遠,遠而示之近。
Gù néng ér shì zhī bùnéng, yòng ér shì zhī bùyòng, jìn ér shì zhī yuǎn, yuǎn ér shì zhī jìn.
Sachez dissimuler, utilisez des leurres, montrez des fausses faiblesses, provoquez-le où vous souhaitez qu’il s’engage.




利而誘之,亂而取之,實而備之,強而避之,怒而撓之,卑而驕之,佚而勞之,親而離之。
Lì ér yòu zhī, luàn ér qǔ zhī, shí ér bèi zhī, qiáng ér bì zhī, nù ér náo zhī, bēi ér jiāo zhī, yì ér láo zhī, qīn ér lí zhī.
Apportez le chaos chez l’ennemi, épuisez-le, renforcez vos alliances, peaufinez votre préparation, restez toujours actif.
攻其無備,出其不意。
Gōng qí wú bèi, chūqíbùyì.
Attaquez par surprise votre ennemi qui se prépare, divisez-le.
此兵家之勝,不可先傳也。
Cǐ bīngjiā zhī shèng, bùkě xiān chuán yě.
Tout cela facilitera votre victoire militaire, prenez garde de bien respecter ces règles.

夫未戰而廟算勝者,得算多也;
Fū wèi zhàn ér miào suàn shèngzhě, dé suàn duō yě;
Avant le combat, retrouvez-vous au temple, et concentrez votre pensée ;
未戰而廟算不勝者,得算少也。
 wèi zhàn ér miào suàn bù shèng zhě, dé suàn shǎo yě.
Partagez vos avis nés dans le temple, qui considèrent l’état des forces en présence.
多算勝,少算不勝,而況於無算乎?
Duō suàn shèng, shǎo suàn bù shèng, érkuàng yú wú suàn hū?
Réalisez de nombreux plans, éloignez la facilité ; sinon quelle serait votre chance de l’emporter ?
吾以此觀之,勝負見矣。
Wú yǐ cǐ guān zhī, shèngfù jiàn yǐ.
Dans cette perspective, le résultat attendu sera grandement facilité.

********

VOCABULAIRE




Bīng – militaire
國之 guó zhī – le pays – l’état
Sǐ – la mort
Dào – la voie – la route
Tiān  – le jour, le temps
– De – le sol – l’espace
– Jiāng – la volonté – l’autorité
方法 -Fāng fǎ- la méthode
Shǎng – récompense
– fá – punition

*************************

L’ART DE LA GUERRE

CATULLE CATULLUS XV Ad Aurelium A AURELIUS

*

CATULLE CATULLUS XV

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XV

Ad Aurelium

A AURELIUS

***

Commendo tibi me ac meos amores,
Je te confie mes amours en Juventius,
 Aureli. veniam peto pudentem,
Aurélius. Je te demande seulement une faveur ;
ut, si quicquam animo tuo cupisti,
Si ton âme veux conquérir
quod castum expeteres et integellum,
Le pur et le vrai,
conserves puerum mihi pudice,
Qu’elle se garde modestement de mon enfant ;
non dico a populo—nihil veremur
Je ne dis pas les gens, nullement je ne crains
istos, qui in platea modo huc modo illuc
Ceux-ci, qui dans la rue, cherchent tantôt ici, tantôt là,
 
in re praetereunt sua occupati—
Tout occupés à leurs affaires-
verum a te metuo tuoque pene
Ce que je crains, c’est ton pénis
infesto pueris bonis malisque.
A la recherche d’enfants bons ou mauvais.
quem tu qua lubet, ut lubet moveto
Qu’il aille où il veut, comme il lui plaît,

quantum vis, ubi erit foris paratum:
Tant qu’il veut, quand il sera prêt pour les plaisirs extérieurs :
hunc unum excipio, ut puto, pudenter.
Je te fais cette simple demande :
quod si te mala mens furorque vecors
Si de mauvaises pensées et une insensée
in tantam impulerit, sceleste, culpam,
Pulsion te pousse, scélérat, à la faute,
ut nostrum insidiis caput lacessas.
Jusqu’à me trahir,
a tum te miserum malique fati!
Dans ce cas, que tu sois damné et misérable !
quem attractis pedibus patente porta
Avec les pieds attaché à la porte
percurrent raphanique mugilesque.
Tu seras traversé par les radis et les muges.  

*****

*************

Ad Aurelium

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
XV

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLE CATULLUS XIV ad Calvum poetam AU POETE LICINIUS CALVUS

*

CATULLE CATULLUS XIV

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XIV

Ad Calvum poetam

Au poète Licinius Calvus
Caius Licinius Macer Calvus
Poète et Orateur Romain
(-82- -47)

***

Ni te plus oculis meis amarem,
Si plus que mes yeux je ne t’aimais,
 iucundissime Calve, munere isto
Charmant Calvus, de ce cadeau
odissem te odio Vatiniano:
Je te détesterais plus que ne te déteste Publius Vatinius :
nam quid feci ego quidve sum locutus,
Qu’ai-je fait, qu’ai-je dit,
cur me tot male perderes poetis?
Pour qu’avec de si vils poètes tu me tourmentes ?
isti di mala multa dent clienti,
Que les dieux foudroient tes clients,
qui tantum tibi misit impiorum.
Qui t’envoyèrent de si maudits recueils.
quod si, ut suspicor, hoc novum ac repertum
Mais si, comme je le soupçonne, ce nouveau choix
munus dat tibi Sulla litterator,
Te vient du grammairien Sylla en présent,
non est mi male, sed bene ac beate,
Il n’y a pas de mal, mais c’est une chance et une bénédiction,
quod non dispereunt tui labores.
Tes travaux étant ainsi récompensés.
di magni, horribilem et sacrum libellum!
Mais par tous les dieux, quel désordre et quelle confusion !
quem tu scilicet ad tuum Catullum
Ce que tu envoyas à ton infortuné Catulle,
misti, continuo ut die periret,
Qu’il allait un peu plus mourir ce jour-là,
Saturnalibus, optimo dierum!
Jour des Saturnales, un si grand jour !
non non hoc tibi, false, sic abibit.
Mais je n’en resterai pas là, coquin.
 nam si luxerit ad librariorum
A l’aube, les étagères des libraires
curram scrinia, Caesios, Aquinos,
Je renverserai les Césius, les Aquinus,
Suffenum, omnia colligam venena.
Les Suffénus, et tant d’autres poisons.
 ac te his suppliciis remunerabor.
et je me rembourserai de mon supplice.
vos hinc interea valete abite
Pendant ce temps, je leur dis adieu
 illuc, unde malum pedem attulistis,
Surtout, repartez d’où vous venez !
saecli incommoda, pessimi poetae. 
Calamités du siècle, poètes fétides.

*****

*************

ad Calvum poetam

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
XIV

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLE CATULUS XIII ad Fabullum A FABULLUS

*

CATULLE CATULLUS XIII

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XIII

A FABULLUS

 

ad Fabullum

***

Cenabis bene, mi Fabulle, apud me
Comme tu dîneras bien chez moi, mon cher Fabullus,
paucis, si tibi di favent, diebus,
Bientôt, si les dieux te sont favorables,
si tecum attuleris bonam atque magnam
Si tu apportes avec toi de bons et de nombreuses
cenam, non sine candida puella
Victuailles,  une belle et jolie fille
 et vino et sale et omnibus cachinnis.
et du vin et de l’esprit et des rires pour tous.
haec si, inquam, attuleris, venuste noster,
Arrive avec toutes ces choses, mon gracieux ami,
cenabis bene: nam tui Catulli
et nous mangerons bien : car en effet ton Catulle
plenus sacculus est aranearum.
A la bourse pleine de toiles d’araignées.
sed contra accipies meros amores
Mais son affection, elle, est pure
seu quid suavius elegantiusvest:
Et tu auras quelque chose de plus suave encore :
nam unguentum dabo, quod meae puellae
Des parfums, que ma jeune maîtresse,
donarunt Veneres Cupidinesque,
A eu en don de Venus et de Cupidon ;
quod tu cum olfacies, deos rogabis,
lorsque tu prendras une bouffée de ces fragrances, tu demanderas aux dieux,
otum ut te faciant, Fabulle, nasum.
Fabullus, de te rendre ton nez.

*****

*************

CONTRE ASINUS

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
XIII

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLE CATULLUS XII CONTRE ASINUS

*

CATULLE CATULLUS XII

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XII

ASINUS

CONTRE ASINUS

 

***

Marrucine Asini, manu sinistra
Asinus, toi le Marrucin*, à la main gauche
non belle uteris: in ioco atque vino
Si preste, frétillant gaiement sous les effets du vin
tollis lintea neglegentiorum.
Tu subtilises les mouchoirs des convives négligents.
Hoc salsum esse putas? Fugit te, inepte:
Trouves-tu cela plein d’esprit ? Quel sot tu fais !
 quamvis sordida res et invenusta est.
Quelle vilénie sordide !
Non credis mihi? Crede Pollioni
Tu ne me crois pas ? Alors crois Pollion,
 fratri, qui tua furta vel talento
Ton frère, que tes larcins, en talents,
mutari velit—est enim leporum
Tente d’effacer – connaisseur, lui aussi
differtus puer ac facetiarum.
Des farces et de la bonne humeur.
Quare aut hendecasyllabos trecentos
Alors maintenant, tu peux attendre trois cents
exspecta, aut mihi linteum remitte,
Billets de ma part, ou retourne-moi vite mon mouchoir,
quod me non movet aestimatione,
Nullement à cause du prix,
verum est mnemosynum mei sodalis.
Mais car il s’agit d’un cadeau de mes amis.
Nam sudaria Saetaba ex Hiberis
En fait, un mouchoir de Sétabis** en Hibérie
miserunt mihi muneri Fabullus
Envoyé par Fabullus
et Veranius; haec amem necesse est
et Veranius ; j’y tiens donc comme tout ce qui me vient
ut Veraniolum meum et Fabullum.
De Verannius et de Fabullus.

*****

* Marrucin

Les Marrucins est une tribu de l’Italie (Est) -Ce sont des descendants des Ausones et des Sabins : « Par ces Sabelli ou Samnites, il faut entendre ceux que l’on appelait Hirpini, qui touchaient la Pouille au nord, & la Lucanie à l’est. Tous ces peuples descendaient originairement des Ausones, qui depuis prirent le nom d’Osques, & ensuite celui de Sabins ; ceux-ci formèrent différentes peuplades, qui furent les Aurunces, les Fidicins, les Samnites, les Picentins, les Vestins, les Marrucins, les Pélignes, les Marses, les Eques, & les Herniques ; les Samnites produisirent les Trentaniens, les Lucaniens, les Campaniens, & les Hirpins ; enfin les Lucaniens donnèrent naissance aux Bruttiens. » (Louis de Jaucourt  L’Encyclopédie Première Edition 1751 – Tome 14)

** Sétabis

Sétabis ou Saetabis, aujourd’hui Xàtiva en Espagne, dans la Province de Valence.

*************

CONTRE ASINUS

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
XII

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLE CATULLUS XI – Ad Furium et Aurelium – À FURIUS ET AURELIUS

*

CATULLE CATULLUS XI

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE X

Ad Furium et Aurelium

À FURIUS ET AURELIUS

Furi et Aureli comites Catulli,
Furius et Aurélius, compagnons de Catulle
sive in extremos penetrabit Indos,
Pénétrant les lointaines Indes,
 litus ut longe resonante Eoa
où les rives Orientales résonnent
tunditur unda,
de leurs ondes,
sive in Hyrcanos Arabesve molles,
Marchant dans la lascive Arabie,
seu Sagas sagittiferosve Parthos,
Ou au cœur de la Parthie aux terribles archers,
sive quae septemgeminus colorat
Ou sur les sept embouchures
aequora Nilus,
que le Nil colore,
sive trans altas gradietur Alpes,
Que ce soit sur les hauteurs des Alpes,
Caesaris visens monimenta magni,
Pour visiter les monuments du grand César,
Gallicum Rhenum horribile aequor ulti-
Le Rhin Gaulois ou les horribles
mosque Britannos,
Bretons
omnia haec, quaecumque feret voluntas
Dans toutes ces contrées, conduit par la volonté des
caelitum, temptare simul parati,
Dieux, partout vous me suivez fidèlement,
pauca nuntiate meae puellae
Je vous demande désormais d’apporter à ma maîtresse
non bona dicta.
Ces mots tranchants :
cum suis vivat valeatque moechis,
Qu’elle vive et profite de l’amour,
quos simul complexa tenet trecentos,
à enchaîner des centaines d’amants,
nullum amans vere, sed identidem omnium
En vérité sans nul amour véritable, mais qu’encore et encore, un à un,
ilia rumpens;
Elle les brise ;
nec meum respectet, ut ante, amorem,
Qu’elle n’attende plus mon amour,
qui illius culpa cecidit velut prati
Qui par sa faute est mort
ultimi flos, praetereunte postquam
Comme une fleur saccagée
tactus aratro est.
Au passage d’une charrue.

*************

À FURIUS ET AURELIUS

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
X

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLE CATULLUS X Varus me meus ad suos amores LA MAÎTRESSE DE VARUS

*

CATULLE CATULLUS X

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE X

Varus me meus ad suos amoreserani

 

LA MAÎTRESSE DE VARUS

Varus me meus ad suos amores
Varus m’entraîne vers l’objet de sa flamme
 visum duxerat e foro otiosum,
M’ayant trouvé au milieu du forum ;
 
scortillum, ut mihi tum repente visum est,
Je rencontre sa maîtresse qui me semblait,
 
non sane illepidum neque invenustum.
Au premier abord, non sans charme ni beauté.
 
Huc ut venimus, incidere nobis
Quand nous arrivâmes, nous parlâmes
 
sermones varii: in quibus, quid esset
De sujets divers : notamment
iam Bithynia; quo modo se haberet;
Sur la Bithynie*; ce qui s’y déroulait;
et quonum mihi profuisset aere.
Et s’y j’en avait tiré quelques profits
 Respondi id quod erat, nihil neque ipsis
Je lui ai répondu qu’à la vérité ni moi
 nec praetoribus esse nec cohorti,
Ni le préteur, ni ma maison,
 
cur quisquam caput unctius referret,
ne nous étions enrichis ;
praesertim quibus esset irrumator
La raison venait avant tout de la débauche
 
praetor, nec faceret pili cohortem.
Du préteur, et de son peu d’intérêt dans notre entreprise.
« At certe tamen » inquit « quod illic
« Du moins cependant» dit-elle, «il s’y trouve
 natum dicitur esse, comparasti
D’incomparables porteurs
 
ad lecticam homines. » Ego, ut puellae
De litière. » Moi, afin de passer aux yeux de la fille
 
unum me facerem beatiorem,
Comme plus chanceux que les autres,
« non » inquam « mihi tam fuit maligne,
« Non» ,dit-je, «je ne peux pas me plaindre,
 
ut, provincia quod mala incidisset,
Dans cette province qui ne m’a pas si bien réussi,
 
non possem octo homines parare rectos. »
J’ai emporté huit porteurs gaillards ».
At mi nullus erat nec hic neque illic,
Il est vrai que je n’avais personne, ni ici ni ailleurs,
 fractum qui veteris pedem grabati
De porter même les restes d’un ancien grabat
 
in collo sibi collocare posset.
Sur ses épaules !
 
Hic illa, ut decuit cinaediorem,
Elle, impertinente, me demanda :
« quaeso » inquit « mihi, mi Catulle, paulum
«Pouvez-vous, mon cher Catulle 
 istos commoda, nam volo ad Serapim
Me prêter ces hommes car je souhaite aller au Temple de Sérapis**. »
 « 
deferri. » « Mane, » inquii puellae,
« Attendez ! » dis-je à la belle,
« istud quod modo dixeram me habere,
« Quand je dis que je les avais,
fugit me ratio: meus sodalis
Je voulais dire : un ami les a apportés,
Cinna est Gaius – is sibi paravit;
Mon ami Cinna Caïus lui-même ;
 
verum utrum illius an mei, quid ad me?
Mais peu importe qu’ils soient à moi ou à lui ?
 
Utor tam bene quam mihi pararim.
Je les utilise à mon gré comme si je les avais payés.
 
Sed tu insulsa male et molesta vivis,
Mais comme vous êtes déplaisante et ennuyeuse
per quam non licet esse neglegentem! »
 De ne pas accepter la moindre négligence de langage ! »

*************

NOTES

*La Bithynie se trouve au nord-ouest de l’Anatolie, actuelle Turquie. Les grandes citées sont Nicomédie, aujourd’hui Izmit et Nicée, aujourd’hui İznik.

** Sérapis (définition de la Première Encyclopédie – 1751 -Tome 15)
SÉRAPIS, ou SARAPIS (Mythol. Médaill. Inscript. Monum. Pierres gravées & Littérat.) c’était un grand dieu des Egyptiens, connu, selon toute apparence, par ce peuple, longtems avant les Ptolemées, selon l’opinion de M. Cuper, qui nous paraît la plus vraisemblable. Tacite, hist. liv. IV. ch. lxxxiij. le prétend aussi. Les Egyptiens, dit-il, nation superstitieuse, révéraient Sérapis plus qu’aucun autre divinité : Serapin dedita gens superstitionibus super alios colit. Ce n’était pas seulement le dieu tutélaire de toute l’Egypte en général, plusieurs des principales villes de ce royaume l’avaient choisi pour leur parton particulier, & le firent graver sur leurs monnaies en cette qualité ; mais entre toutes ces villes, aucune ne lui rendit des honneurs plus solennels & plus surprenants que celle d’Alexandrie.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
X

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

CATULLUS IX CATULLE A VERANIUS Verani, omnibus e meis amicis

*

CATULLE CATULLUS IX

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE IX

Verani, omnibus e meis amicis

A VERANIUS

Verani, omnibus e meis amicis
Veranius , le premier de tous mes amis,
antistans mihi milibus trecentis,
Le plus cher de tous,
venistine domum ad tuos penates
Es-tu rentré chez toi
fratresque unanimos anumque matrem?
Auprès de tes frères, auprès de ta vieille mère ?
venisti. o mihi nuntii beati!
Oui, te voici. Ô quelle heureuse nouvelle !
visam te incolumem audiamque Hiberum
Je vais te voir et t’entendre de l’Ibérie
narrantem loca, facta, nationes,
Narrer les lieux, tes faits, ses nations,
ut mos est tuus, applicansque collum
Et te prenant le cou
iucundum os oculosque suaviabor.
Je baiserai ta bouche et tes yeux.
o quantum est hominum beatiorum,
Ô combien y-a-t-il d’hommes plus heureux
quid me laetius est beatiusve?
Et plus joyeux que moi ?

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO












**********************
Catulle – Catullus
IX

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines. Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************