Archives par mot-clé : poésie

SYMBOLES – Federico García Lorca – SÍMBOLO (Suites – Suite des miroirs)

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

SUITES

Suite de los espejos
Suite des miroirs



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
SÍMBOLO
SYMBOLE

 

Cristo
Le Christ
tenía un espejo
avait un miroir
 en cada mano.
dans chaque main.
Multiplicaba
Multipliant ainsi
su propio espectro.
son propre spectre.
 Proyectaba su corazón
Il projetait son cœur
 en las miradas negras.
dans les regards noirs.
 ¡Creo!
Je crois !

***

Federico García Lorca
Suite de los espejos
Suite des miroirs

NUIT DE L’AMOUR INSOMNIAQUE- Federico García Lorca – NOCHE DEL AMOR INSOMNE

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
NOCHE DEL AMOR INSOMNE
Nuit de l’amour insomniaque

 

Noche arriba los dos con luna llena,
Nuit de pleine lune au-dessus de nous deux,
yo me puse a llorar y tú reías.
Je commençais à pleurer et toi, tu riais.
Tu desdén era un dios, las quejas mías
Ton mépris était un dieu, mes plaintes
momentos y palomas en cadena
Des moments et des colombes en chaîne.

*

Noche abajo los dos. Cristal de pena,
Tous les deux tombions dans la nuit. Cristal de peine,
 llorabas tú por hondas lejanías.
Tu pleurais les abysses insondables.
Mi dolor era un grupo de agonías
Ma douleur était un amas d’agonies
sobre tu débil corazón de arena.
Sur ton fragile cœur de sable.

*

La aurora nos unió sobre la cama,
L’aurore sur le lit nous a rejoint,
 las bocas puestas sobre el chorro helado
Ses bouches sur le jet glacial
de una sangre sin fin que se derrama.
D’un sang sans fin qui coule.

*

Y el sol entró por el balcón cerrado
Et le soleil s’est insinué par le balcon refermé
y el coral de la vida abrió su rama
et la corail de la vie ouvrit sa ramure
sobre mi corazón amortajado.
Sur le linceul de mon cœur.

***

Federico García Lorca

SONNET DE LA GUIRLANDE DE ROSES – Federico García Lorca – Soneto de la Guirnalda de Rosas

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****
Soneto de la Guirnalda de Rosas
Sonnet de la Guirlande de Roses

 

¡Esa guirnalda! ¡pronto! ¡que me muero!
Cette guirlande ! vite ! que je meurs !
¡Teje deprisa! ¡canta! ¡gime! ¡canta!
Fais-la vite ! chante ! gémis ! chante !
 que la sombra me enturbia la garganta
L’ombre obscurcit ma gorge
 y otra vez y mil la luz de enero.
et pour la millième fois brille la lumière de janvier.

*

Entre lo que me quieres y te quiero,
Entre je t’aime et tu m’aimes,
aire de estrellas y temblor de planta,
Un vent d’étoiles et un souffle de plante,
espesura de anémonas levanta
Une épaisseur d’anémones me pousse
con oscuro gemir un año entero.
Sombrement à gémir une année entière.

*

Goza el fresco paisaje de mi herida,
Profite du paysage frais de ma blessure,
quiebra juncos y arroyos delicados.
Casse des joncs et de délicats rus.
 Bebe en muslo de miel sangre vertida.
Bois le miel de mon sang versé.

*

Pero ¡pronto! Que unidos, enlazados,
Mais, vite ! Qu’unis et enlacés,
boca rota de amor y alma mordida,
Bouche fracassée d’amour et âmes mordues,
el tiempo nos encuentre destrozados.
Le temps nous retrouve mutilés.

***

Federico García Lorca

La Poésie de Federico García Lorca – Los Poemas de Federico García Lorca

***

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936



Poèmes de Federico García Lorca
Poesía
*****

**

 LA COGIDA Y LA MUERTE
LE COUP DE CORNE ET LA MORT

A las cinco de la tarde.
Cinq heures de l’après-midi.
Eran las cinco en punto de la tarde.
Il était cinq heures cet après-midi.

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 4**

ODA A SALVADOR DALI
ODE A SALVADOR DALI

Una rosa en el alto jardín que tú deseas.
Une rose dans le haut jardin que tu désires.
 Una rueda en la pura sintaxis del acero.
Une roue dans la pure syntaxe de l’acier.

Statue de Federico García Lorca Estatua Federico García Lorca Plaza Santa Ana Madrid Artgitato 3**

Sonetos del amor oscuro
Sonnets de l’amour obscur

*

El Amor duerme en el pecho del Poeta
L’Amour sommeille sur la poitrine du Poète

Tú nunca entenderás lo que te quiero
Tu ne sauras jamais comme je t’aime,
 porque duermes en mí y estás dormido.
Car tu es endormi et en moi tu sommeilles.

El Poeta dice la Verdad
Le Poète dit la Vérité

Quiero llorar mi pena y te lo digo
Je veux pleurer ma douleur et te le dire
para que tú me quieras y me llores
Afin que tu m’aimes, afin que tu pleures

*

El Poeta habla por teléphono con el Amor
Le Poète par avec l’Amour au téléphone

Tu voz regó la duna de mi pecho
Ta voix irrigue la dune de ma poitrine
en la dulce cabina de madera.
Dans la douce cabane en bois.

*

El Poeta pide a su amor que le escriba
Le poète demande à son amour de lui écrire

Amor de mis entrañas, viva muerte,
Amour de mes entrailles, vive mort,
en vano espero tu palabra escrita
J’espère un mot de toi en vain

*

El Poeta pregunta a su Amor por la ciudad encantada de Cuenca
La ville enchantée de Cuenca

¿Te gustó la ciudad que gota a gota
As-tu aimé la ville que, goutte à goutte,
labró el agua en el centro de los pinos?
Traverse l’eau au centre des pins ?

*

Llagas de Amor
Plaies d’amour

Esta luz, este fuego que devora.
Cette lumière, ce feu qui dévore.
Este paisaje gris que me rodea.
Ce paysage gris tout autour de moi.

*

Noche del amor insomne
Nuit de l’amour insomniaque

Noche arriba los dos con luna llena,
Nuit de pleine lune au-dessus de nous deux,
yo me puse a llorar y tú reías.
Je commençais à pleurer et toi, tu riais.

*

Soneto de la Dulca Queja
Sonnet de la Douce Plainte

Tengo miedo a perder la maravilla
J’ai peur de perdre l’émerveillement
de tus ojos de estatua y el acento
De tes yeux de statue et l’accent

*

Soneto de la Guirnalda de Rosas
Sonnet de la Guirlande de Roses

¡Esa guirnalda! ¡pronto! ¡que me muero!
Cette guirlande ! vite ! que je meurs !
¡Teje deprisa! ¡canta! ¡gime! ¡canta!
Fais-la vite ! chante ! gémis ! chante !

*****

SUITES

Suite de los espejos
Suite des miroirs

SÍMBOLO
Symbole

EL GRAN ESPEJO
Le Grand Miroir

 

 ****

Sur Federico García Lorca

***

Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroñoMADRID

Statue Estatua de Federico García Lorca Santa Ana
费德里科·加西亚·洛尔卡的雕像
Статуя Федерико Гарсиа Лорки –

***

RENTREZ À LA MAISON – POESIE D’EINO LEINO – Tulkaa kotiin

*


EINO LEINO


 6 juillet 1878  Paltamo -10 janvier 1926 Tuusula
Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

 Sata ja yksi laulua
Cent une chanson
(1898)


Runous

Tulkaa kotiin
****
RENTREZ A LA MAISON
****

Poésie

**

*

TULKAA KOTIIN
chanté par
VESA-MATTI LOIRI
(cliquer sur le lien)

*******

Kaikki te kiertävät tunteet ja tuskat,
Vous qui êtes partout, sentiments et douleurs,
tulkaa kotiin,
Rentrez à la maison,
myöskin sa saartava kauneuden kaipuu !
Emportez aussi ce désir de beauté !
Ettekö nää, miten valkeus vaipuu,
Comme la lumière tombe,
Larjot pitenee,
Les ombres s’allongent
  elämä lyhenne,
Et se raccourcit la vie,
kuoleman jalka vain kulkea jaksaa ?
La mort peut-elle faire encore un pas ?

*

Kaikk’ elon etsijät, eksynehetkin,
Tous les chercheurs, tous les demandeurs,
  Tulkaa kotiin !
Rentrez à la maison!
Kohta ja korpien komerot tummuu,

Les vallées et les forêts s’obscurcissent,
Aurinko sammu,
S’éteint le soleil,
  P
imeys peittää maan,
Se couvre la terre,
P
ortit suljetaan,
les portes sont bientôt fermées,
Eivätkä aukene enää koskaan.
Et ne s’ouvriront plus jamais.

*

Kaikki te ystävät harvat ja hyvät,
Vous, mes bons amis,
Tulkaa kotiin
Rentrez à la maison,
Kuin valot Luojaansa suuret ja pienet !
Comme les minuscules et les grandioses lumières du Créateur !
Kotiinsa kulkevat ihmiset, karjat,
Rentrent les hommes, rentrent les bêtes,
Ilot, muistot enenee,
Croissent les joies, croissent les souvenirs,
Toivot vähenee,
Déclinent les espoirs,
Kohta ei erota toistaan toinen.
En un point final où plus rien ne diffère.

*

 


 

*****************

EINO LEINO
POESIE – RUNOUS

POÈMES DE WILLIAM WORDSWORTH – WILLIAM WORDWORTH’S POEMS

 ** 
Poésie anglaise
William Wordsworth
7 April 1770 – 23 April 1850
7 avril 1770 – 22 avril 1850
*

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 

 


LES POÈMES
DE WILLIAM WORDSWORTH

*******

William Wordsworth’s poems
POEMS
POÈMES

*******
*

 RESOLUTION AND INDEPENDENCE
RÉSOLUTION & INDÉPENDANCE

I

There was a roaring in the wind all night;
Le vent incessamment a rugi  toute la nuit ;
The rain came heavily and fell in floods;
Incessamment la pluie lourdement s’est abattue ;

**

II

All things that love the sun are out of doors;
Tout qui aime le soleil est là ;
The sky rejoices in the morning’s birth;
Le ciel se réjouit de la naissance du matin ;

**

III

I was a Traveller then upon the moor;
J’étais un Voyageur sur la lande ;
I saw the hare that raced about with joy;
J’ai vu le lièvre bondir de joie ;

**

IV

 But, as it sometimes chanceth, from the might
Mais, comme il arrive parfois, la puissance
Of joys in minds that can no further go,
Des joies permettant à l’esprit de repousser ses limites,

**

V

I heard the sky-lark warbling in the sky;
J’entendis l’alouette flotter dans le ciel,
And I bethought me of the playful hare:
Et je pensai au plaisant lièvre ludique :

**

VI

My whole life I have lived in pleasant thought,
Toute ma vie j’ai vécu dans d’agréables pensées,
As if life’s business were a summer mood;
Comme si les affaires de la vie avaient un goût d’été ;

**

VII

I thought of Chatterton, the marvellous Boy,
Je pensais à Chatterton, ce garçon merveilleux,
The sleepless Soul that perished in his pride;
 Cette âme sans sommeil qui périt dans son orgueil ;

**

VIII

Now, whether it were by peculiar grace,
Maintenant, que ce soit par une grâce particulière,
A leading from above, a something given,
Un présage d’en haut, une chose donnée,

**

IX

As a huge stone is sometimes seen to lie
Comme une pierre énorme parfois s’observe
Couched on the bald top of an eminence;
Jonchée à la pointe d’une éminence,

**

X

Such seemed this Man, not all alive nor dead,
Ainsi semblait cet homme, ni tout à fait vivant ni tout à fait mort,
Nor all asleep—in his extreme old age:
Ni tout à fait endormi dans son extrême vieillesse :

**

XI

Himself he propped, limbs, body, and pale face,
Lui-même se tenait, tant les membres, le corps que son pâle visage,
Upon a long grey staff of shaven wood:
 A une un longue canne grise de bois nu :

**

XII

At length, himself unsettling, he the pond
Enfin, lui-même inquiétant, devant la mare
Stirred with his staff, and fixedly did look
Notre homme agite son bâton, et fixe son regard

**

XIII

A gentle answer did the old Man make,
Une réponse douce m’arriva du vieil homme
  In courteous speech which forth he slowly drew:
Dans un discours courtois qu’il exprimait lentement:

**

XIV

 His words came feebly, from a feeble chest,
Ses paroles sortaient faiblement, d’une faible poitrine,
But each in solemn order followed each,
Mais chacun des mots se suivait dans un ordre solennel,

**

XV

He told, that to these waters he had come
Il dit que, au bord de ces eaux, il était venu
To gather leeches, being old and poor :
Lui, pauvre vieil homme, à la recherche de sangsues  :

**

XVI

The old Man still stood talking by my side;
Le vieil homme continuait à parler à mes côtés ;
But now his voice to me was like a stream
Mais, désormais, sa voix tel un flux était

**

XVII

My former thoughts returned: the fear that kills;
Mes anciennes pensées revinrent : la peur mortelle,
And hope that is unwilling to be fed;
L’espoir vain et malheureux,

**

XVIII

 He with a smile did then his words repeat;
Il esquissa un sourire, puis répéta ces mots :
And said that, gathering leeches, far and wide
Et me dit qu’il capturait des sangsues, dans tous les lieux

**

XIX

While he was talking thus, the lonely place,
Pendant qu’il parlait ainsi, le solitaire lieu,
The old Man’s shape, and speech—all troubled me:
L’aspect du vieil homme, sa parole – tout me troublait :

**

XX

 And soon with this he other matter blended,
Et bientôt il parla d’autres choses,
Cheerfully uttered, with demeanour kind,
Avec un enthousiasme prononcé,

**************************

POÉSIE DE WILLIAM WORDSWORTH

************************************

L’humilité,
l’échelle de l’ambition

Nihil humani à me alienum puto

Wordsworth est aujourd’hui en pleine possession du trône poétique de l’Angleterre. Ce n’est pas encore un roi populaire chez tout son peuple, mais c’est un roi solidement établi et qui n’a pas même contre lui de prétendant. Qui est-ce qui lui disputerait maintenant le sceptre ? Byron et Walter Scott sont morts, qui d’ailleurs n’ont jamais été plus que lui souverains légitimes. Crabbe et Shelley, deux autres très puissants seigneurs littéraires, — non pas de la famille royale pourtant, — s’en sont allés aussi. Pour ce qui est des poètes contemporains célèbres encore vivants, aucun d’eux ne s’inscrit, j’imagine, comme compétiteur sérieux du monarque actuel. Thomas Moore et Southey n’y songent nullement. Ce sont toujours de laborieux écrivains ; mais ce n’est ni d’ambition, ni de renommée qu’ils s’occupent, c’est de profit. Ils font de l’histoire, je crois, à l’heure qu’il est. Samuel Rogers et Thomas Campbell sommeillent fort paisiblement sur l’oreiller de leur réputation didactique. Et puis, ils ont vieilli les ans et les autres. Les uns et les autres, ris sont au bout de leur poésie. Oh ! oui, Wordsworth est bien le maître et le prince unique. Il règne à un double titre, et par l’originalité du génie et par la fécondité puissante. L’âge en lui n’a pas même refroidi la verve. Ses cheveux ont blanchi sans qu’une seule des feuilles de sa couronne ait été flétrie ou emportée. La source nouvelle qu’il a découverte et où il puise est intarissable. On dirait que la nature qu’il adore, et au sein de laquelle il a passé sa vie, a communiqué à son âme l’éternelle jeunesse. Après plusieurs années de silence, lorsqu’on croyait partout sa voix éteinte, voici qu’elle vient de faire entendre un chant aussi ferme et aussi plein qu’aucun de ses chants d’autrefois. Voici que, du fond de sa retraite, il vient de jeter au milieu du monde un livre de poèmes où se retrouvent toute la verdeur et toute la vitalité de ses premières productions.

— Le génie de Wordsworth est une pure émanation de l’esprit du siècle. Eût-il vécu à une autre époque du monde, jamais on n’eût ouï parler de lui. Maintenant même, sa valeur n’est pas incontestée ; les ténèbres dont sa pensée s’enveloppe souvent, et la vulgarité des sujets qu’il traite, ne sont pas les moindres obstacles qui aient retardé son succès. Mais chez lui c’est l’humilité qui est l’échelle de l’ambition. Qu’il ne s’en prenne donc qu’à lui, si ces degrés qu’il a choisis pour monter le mènent lentement et malaisément à la renommée. Sa muse domestique semble avoir peur de quitter la terre ; on dirait qu’elle n’ose pas déployer au soleil la splendeur de ses ailes. Il dédaigne les images et les fantaisies que la passion engendre ; il n’a voulu employer ni le somptueux appareil du savoir mythologique, ni les couleurs éclatantes d’une diction recherchée. Son style est simple et familier. Ce sont les choses et les vérités du ménage qu’il nous dit ; il ne voit rien de plus puissant que les espérances humaines, rien de plus profond que le cœur humain. Voilà ce qu’il pèse, ce qu’il montre, ce qu’il prouve avec toute son incalculable force de sentiment et de pensée ; et en même temps il apaise les battements de son propre cœur à contempler incessamment l’aspect serein de la nature. S’il peut faire couler le sang de son sein blessé, ce sera cette pourpre vivante qui colorera son vers ; puis, s’il calme sa souffrance et ferme sa plaie avec le baume de la rêverie solitaire, et le pouvoir bienfaisant des arbres, des herbes et des influences célestes, c’est tout le triomphe que poursuit son art. Il prend les plus simples aliments de la nature et de l’âme humaine, les conditions purement abstraites et inséparables de notre être, et il essaie d’en former un nouveau système de poésie ; il a réussi dans cette entreprise autant qu’il était donné à homme d’y réussir. — Nihil humani à me alienum puto est la devise de ses ouvrages. Nulle chose n’est, selon lui, indifférente ou secondaire. Tout ce qui n’est pas l’essence absolue du sentiment et de la vérité est, selon lui, factice, vieux et illégitime. En un mot, sa poésie est fondée sur une opposition extrême et perpétuelle entre le naturel et l’artificiel, entre l’esprit de l’humanité et l’esprit de la mode et du monde.

Antoine Fontaney
(poète romantique français ())
Cinquième Partie
WILLIAM WORDSWORTH
Poètes et Romanciers de la Grande-Bretagne
Revue des Deux Mondes
Tome 3 – 1835

*************************************

LE TUEUR DE MOUCHES – Poème de Jacky Lavauzelle

Poésie
*





Poème de Jacky Lavauzelle


LE TUEUR DE MOUCHES

*****




Voici le temps des fins de ronde
Voici la fin d’un monde
De la mouche attentionnée comme de celle qui n’en a rien à foutre
De la sérieuse à la branleuse drosophile
De la chieuse à la redoutable guerrière
Un plateau calme, elles se cachent – elles sont toutes là
Sur la table désertée
En une dernière ronde funèbre
Les pattes en vrac et le reste pas mieux
La belle et le couillon – la souillon et le coquin
Le débile et l’intello
Le stratège et le suiviste
Après un bref et dernier coït
La main un temps s’est abattue
Le sexe encore vivace avec les yeux s’est retrouvé
Un sexe encore collant
Et battant désormais dans le vide de la pièce
Qui un temps semble vide
La main s’est abattue
A force de me faire chier
Mon courroux s’est abattu
Bête et vengeur
Sur la ménagère autant que sur son partenaire.
Sur celle de passage comme celle qui demeure

Les vivantes viennent sucer les viscères des congénères
Et ça tête, ça tête
Le goût des bonnes choses
Du sang et du sucre
A s’en mettre la trompe en trompette
Et je peste et peste encore
Sur ces innombrables chieuses

Et ça nique et fornique
Oubliant l’hécatombe attablée
ça n’en a rien de foutre
De la mort et des obsèques
Et des ventres déchirés
La vie se prend en écartant les pattes
Autant des mortes que des volantes

Sans dégout ni joie
C’est jamais un dimanche
C’est toujours jour de fête
Mais sans fête et sans larmes
Je tourne pour faire chier
Et faire chier je le fais avec tant et tant de persévérance
J’attends la fin du tour
Je les vois qui niquent au loin
Trop tard !

Une autre salope tourne autour de mes doigts
Sans joie ni dégoût
Sans fête et sans larmes
Sans la peur de mon ombre
Je lui explose et la tête et les fesses
Cette salope ne tournera plus
C’est sans compter sa sœur, sa mère ou sa fille





Ainsi tournent les hommes
Comme les mouches qui nous collent
Une main au loin s’abat
Que personne n’attend
Le courroux s’est abattu
Mais on s’en fout
La tête dans le pot de mirabelles
Et la tête dans le cul de la voisine,
De sa sœur, de sa mère ou de sa fille


 







 

 

************************************

NOVEMBRE Giovanni Pascoli – Poesia – Poésie

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-




NOVEMBRE

**

Gemmea l’aria, il sole così chiaro
Air cristallin, soleil si clair
che tu ricerchi gli albicocchi in fiore,
Que tu recherches les abricotiers en fleurs,
e del prunalbo l’odorino amaro senti nel cuore…
Que ton cœur inhale l’amère fragrance des aubépines…

*




Ma secco è il pruno, e le stecchite piante
Mais le prunier est sec et les arbres étiques
di nere trame segnano il sereno,
Des lignes noires seules soulignent cette sérénité,
vuoto il cielo, e cavo al piè sonante sembra il terreno.
Le ciel est vide, tes pieds semblent faire résonner le creux de la terre.

*




Silenzio, intorno: solo, alle ventate,
Silence, tout autour, rafales de vent, seul,
odi lontano, da giardini ed orti,
Tu entends au loin, des jardins et des vergers,
di foglie un cader fragile.
La chute fragile des feuilles.
È l’estate, fredda, dei morti.
C’est le glacial été des morts.

*************

GIOVANNI PASCOLI
par
PAUL HAZARD
en 1912

« Il aimera toute la nature« 

Cet art très objectif est tout pénétré de sentiment. Ce pourrait être la haine de la nature marâtre, qui met au inonde les créatures pour les torturer, si nous ne nous rappelions ici la bonté essentielle de Pascoli : il ne se lasse jamais d’exprimer sa douleur, parce qu’il ne l’oublie jamais : mais de sa souffrance, plutôt qu’à la légitimité de la révolte, il conclut à la nécessité du pardon. Désirer la vengeance, blasphémer ou maudire, ne serait-ce pas perpétuer le mal sur la terre, et prendre rang parmi les coupables ? Ayant éprouvé qu’il y a dans la vie un insondable mystère, ils doivent se serrer les uns contre les autres, ceux que le même mystère angoisse ; ils doivent se chérir et s’entr’aider, pour prendre leur revanche contre le sort. La pitié, la tendresse, la douceur, voilà donc les sentimens qui pénétreront les vers du poète, et qui, partant des hommes, aboutiront aux choses. Parmi les hommes, il s’intéressera d’abord aux victimes, aux orphelins, aux malades ; puis aux humbles, aux pauvres, aux misérables ; puis encore, aux simples et aux primitifs. Pareillement, il aimera les arbres qui frémissent au vent, les fleurs qui tremblent sur leur tige, et la faiblesse gracieuse des oiseaux : comme saint François d’Assise, puisqu’on a dit de lui qu’il était un Virgile chrétien, ou un saint François païen ; comme ce Paolo Uccollo dont il a écrit la touchante histoire. Il aimera toute la nature : soit qu’il aperçoive en elle des symboles, et veuille voir des berceaux dans les nids ; soit qu’il manifeste une reconnaissance émerveillée pour les tableaux de beauté qu’elle lui présente ; soit qu’il l’associe aux hommes dans la lutte contre le mystère qui l’enveloppe elle-même, il finit par la considérer comme une mère très douce, qui nous berce encore à l’heure où nous nous endormons. « Ah ! laissons-la faire, car elle sait ce qu’elle fait, et elle nous aime !… » Ce sentiment-là, il nous le communique sans prétendre nous l’imposer. En effet, cet artiste épris d’exactitude, connaissant la valeur de la précision, en connaît aussi les limites. Il sait qu’au-delà du terme où l’analyse peut atteindre, il y a les forces presque inconscientes qu’il faut laisser agir par elles-mêmes après les avoir mises en mouvement. Il possède la pudeur rare qui consiste à ne pas vouloir tout dire ; à faire crédit à la sensibilité du lecteur ; à se taire lorsqu’il a provoqué le rêve, afin de ne le point troubler.
Giovanni Pascoli
Paul Hazard
Revue des Deux Mondes Tome 10-  1912




*****************



Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

POEME DE NIKOLAUS LENAU – AUS ! DEHORS !

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

 AUS !
DEHORS !
NIKOLAUS LENAU

NIKOLAUS LENAU
Poète Autrichien
Österreichische Dichter
1802-1850

 

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

die Gedichte
Les Poèmes


AUS !
DEHORS !

Nikolaus LENAU

**

Ob jeder Freude seh’ ich schweben
Alors que la joie flotte sereine
Den Geier bald, der sie bedroht:
Aussitôt les vautours bientôt menacent :
Was ich geliebt, gesucht im Leben,
Tout ce que j’ai aimé ou voulu dans la vie,
Es ist verloren oder todt.
Est soit perdu soit mort.

*

Fort riß der Tod in seinem Grimme
La mort déchire dans sa colère
Von meinem Glück die letzte Spur;
Les dernières traces de mes félicités ;
Das Menschenherz hat keine Stimme
Le cœur humain n’a pas de voix
Im finstern Rathe der Natur.
Dans le sombre conseil de la nature.

*

Ich will nicht länger thöricht haschen
Je ne veux plus être arraché
Nach trüber Fluten hellem Schaum,
Aux turpitudes des eaux écumantes,
Hab’ aus den Augen mir gewaschen
J’ai lavé mes yeux
Mit Thränen scharf den letzten Traum.
Avec les larmes vives de mon dernier rêve.

 NIKOLAUS LENAU

**

**************************

NIKOLAUS LENAU
AUS !
DEHORS !

*************************

*************************

(EXTRAIT)
LE MARTYRE D’UN POETE
d’ADOLPHE BOSSERT

 L’amour n’a point de paroles, parce qu’il est supérieur à toute pensée… O Sophie, il faut que tu m’aimes comme ton meilleur ouvrage. Mes joies et mes espérances, qui étaient mortes, se sont relevées en s’appuyant sur toi ; elles ont pris une vie nouvelle et plus belle. Tu es ma consolation, le foyer où je me réchauffe. Tu es ma révélation ; je te dois ma réconciliation avec ce monde-ci et ma paix dans l’autre. » Sa religion, déclare-t-il, est devenue inséparable de son amour. Il ne peut penser à Sophie sans penser à Dieu.
Il croit maintenant à un Dieu personnel. « Il est impossible que les forces rigides et insensibles de la nature produisent un être tel que toi. Tu es l’œuvre de prédilection d’un dieu personnel et aimant. » Il se sent uni avec Dieu dans un même sentiment : c’est le dernier degré de cette élévation mystique. « Je me suis réveillé cette nuit avec de délicieuses pensées pour toi. La volonté de Dieu sur nous m’est apparue tout d’un coup, claire comme le soleil. Notre amour n’est qu’une partie de son propre amour. » Et il ajoute mystérieusement : « Je t’expliquerai cela un jour. »

Le martyre d’un poète
Nicolas Lenau et Sophie Lœwenthal
Adolphe Bossert
Revue des Deux Mondes
Tome 37
1907

NIKOLAUS LENAU Poème DAS KREUZ LA CROIX 1841

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Das KREUZ LA CROIX NIKOLAUS LENAU

NIKOLAUS LENAU
Poète Autrichien
Österreichische Dichter
1802-1850

 

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

die Gedichte
Les Poèmes


LA CROIX
Das Kreuz
1841
Nikolaus LENAU

 

**

 

Caspar David Friedrich
Das Kreuz im Gebirge
1812

**

Ich seh ein Kreuz dort ohne Heiland ragen,
Je distingue une croix là-bas sans son Sauveur,
Als hätte dieses kalte Herbsteswetter,
Comme si ce temps d’automne glacial,
Das stürmend von den Bäumen weht die Blätter,
En soufflant les feuilles dérobées aux arbres,
Das Gottesbild vom Stamme fortgetragen.
Y avait dérobé l’image de Dieu.
Soll ich dafür den Gram, in tausend Zügen
Dois-je m’effrayer de ces mille éclats
Rings ausgebreitet, in ein Bildnis kleiden?
Sur le sol répartis et recomposer une image ?
Soll die Natur ich und ihr Todesleiden
Dois-je clouer la nature et sa douleur
Dort an des Kreuzes leere Stätte fügen?
En lieu et place de mon Sauveur sur la croix  ?

********

NIKOLAUS LENAU

*************************

(EXTRAIT)
LE MARTYRE D’UN POETE
d’ADOLPHE BOSSERT

 L’amour n’a point de paroles, parce qu’il est supérieur à toute pensée… O Sophie, il faut que tu m’aimes comme ton meilleur ouvrage. Mes joies et mes espérances, qui étaient mortes, se sont relevées en s’appuyant sur toi ; elles ont pris une vie nouvelle et plus belle. Tu es ma consolation, le foyer où je me réchauffe. Tu es ma révélation ; je te dois ma réconciliation avec ce monde-ci et ma paix dans l’autre. » Sa religion, déclare-t-il, est devenue inséparable de son amour. Il ne peut penser à Sophie sans penser à Dieu.
Il croit maintenant à un Dieu personnel. « Il est impossible que les forces rigides et insensibles de la nature produisent un être tel que toi. Tu es l’œuvre de prédilection d’un dieu personnel et aimant. » Il se sent uni avec Dieu dans un même sentiment : c’est le dernier degré de cette élévation mystique. « Je me suis réveillé cette nuit avec de délicieuses pensées pour toi. La volonté de Dieu sur nous m’est apparue tout d’un coup, claire comme le soleil. Notre amour n’est qu’une partie de son propre amour. » Et il ajoute mystérieusement : « Je t’expliquerai cela un jour. »

Le martyre d’un poète
Nicolas Lenau et Sophie Lœwenthal
Adolphe Bossert
Revue des Deux Mondes
Tome 37
1907