INTERMEZZO LYRIQUE XXV Du bliebest mir treu am längsten HEINE

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine
Du bliebest mir treu am längsten

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Du bliebest mir treu am längsten




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
XXV

Du bliebest mir treu am längsten

 

Lyrisches Intermezzo XXV
TU M’ES DEMEUREE TOUJOURS FIDELE

 

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Du bliebest mir treu am längsten
Heinrich Heine

*

XXV

Du bliebest mir treu am längsten,
Tu m’es demeurée toujours fidèle,
Und hast dich für mich verwendet,
Et tu t’es inquiétée pour moi,
Und hast mir Trost gespendet
Et tu m’as consolé
In meinen Nöthen und Aengsten.
Dans mes détresses et de mes angoisses.

*

Du gabest mir Trank und Speise,
Tu m’as donné à boire et à manger,
Und hast mir Geld geborget,
Et tu m’as fourni de l’argent,
Und hast mich mit Wäsche versorget,
Et tu m’as donné du linge,
Und mit dem Paß für die Reise.
Avec un passeport pour le voyage.

*

Mein Liebchen! daß Gott dich behüthe,
Ma tendre aimée ! que Dieu te protège,
Noch lange, vor Hitz’ und vor Kälte,
Encore longtemps, tant du chaud que du froid,
Und daß er dir nimmer vergelte
Mais qu’il ne te récompense jamais
Die mir erwiesene Güte.
De la bonté que tu m’as montré.

 

*******

XXV
Du bliebest mir treu am längsten
HEINRICH HEINE
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
XXV
HEINRICH HEINE

CAMOES LUSIADES II-65 OS LUSIADAS

LUIS DE CAMOES
OS LUSIADAS II-65 LES LUSIADES II-65
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-65

OS LUSIADAS II-65

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  65
Strophe 65

II-65

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-65
OS LUSIADAS II-65

 *****

« Dai velas, disse, dai ao largo vento,
« Donne les voiles, ajouta-t-il, donne-les au vent généreux,
Que o Céu nos favorece e Deus o manda;
 Car le Ciel nous favorise et Dieu le demande ;
Que um mensageiro vi do claro assento
Un messager que j’ai vu dans les lieux de lumière
Que só em favor de nossos passos anda. »
 Vient seulement pour favoriser notre entreprise ».
 Alevanta-se nisto o movimento
Ils amorcent le mouvement
Dos marinheiros, de uma e de outra banda;
Les marins, de l’une et l’autre bande ;
Levam gritando as âncoras acima,
Ils hissent les ancres en levant la voix,
  Mostrando a ruda força, que se estima.
Affichant cette force rude que tout un chacun respecte.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-65
OS LUSIADAS II-65

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

LUIS DE CAMOES LUSIADES

GERMAIN NOUVEAU SUPÉRIEURE (poème)

 SUPÉRIEURE GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
SUPÉRIEURE

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*
*

GERMAIN NOUVEAU
SUPÉRIEURE

J’entendais parler tout à l’heure
D’une femme supérieure.
Ce n’est, ma Mignonne… pas Toi…
Car… que sais-tu faire en ce monde,
Petite reine toute ronde
Faite au tour pour le bal du roi ?

Oui, raconte-nous tes affaires ;
Ah ! voilà longtemps que les verres
De ta quenouille sont cassés !
Tu ne sais faire, ni couture…
Les pommes au lard, par nature !
Soit ! mais, franchement, est-ce assez ?

Tu ne sais rien faire que lire ;
Cependant, Tu pourrais écrire,
Sculpter, peindre… l’homme et les cieux ;
Mais on voit ta crainte profonde
De n’arriver que la seconde
Et surtout derrière un monsieur.

Si Tu cultivais la Musique,
Ah !… quel enchantement physique !
Quels chefs-d’œuvre de Passion !
Mais Tu passes ton temps à lire
Tout, de l’excellent jusqu’au pire,
« À titre d’information ».

Tu ne sais rien faire qu’entendre,
Discerner, saisir, et comprendre
Que tout est clair comme le jour.
Car la femme supérieure,
Tu vois bien que c’est la meilleure,
Celle qui fait le mieux l’amour.

Celle qui garde sous ses tresses
Le plus grand trésor de caresses,
Les baisers les plus triomphants,
Qui cherchent à dépasser sa mère
Et fait tous ses efforts pour faire,
Pour faire les plus beaux enfants.

Car la femme qui peint les anges,
Qui signe des romans étranges,
Qui fait des vers, bien mieux que moi,
De la musique, et la meilleure,
Peut bien être supérieure
Aux autres femmes — pas à Toi.

Car la femme qui fait la femme,
Avec son corps où brûle une âme,
Dans un lit, troublant, pour le roi,
Qui de baisers dévore l’heure,
Peut bien être supérieure
À tous les hommes — pas à Toi.

******

SUPÉRIEURE
Germain Nouveau

HEINRICH HEINE Ich glaub’ nicht an den Himmel INTERMEZZO LYRIQUE XXIV

Heinrich Heine
Ich glaube nicht an den Himmel

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Ich glaube nicht an den Himmel




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
XXIV

Ich glaube nicht an den Himmel

 

 

Lyrisches Intermezzo XXIV
JE NE CROIS PAS AU CIEL

1823

             Ich glaube nicht an den Himmel
Heinrich Heine

*

 

XXIV

Ich glaub’ nicht an den Himmel,
Je crois pas au ciel,
Wovon das Pfäfflein spricht;
Dont parle le petit prêtre ;
Ich glaub’ nur an dein Auge,
Je ne crois qu’à tes yeux,
Das ist mein Himmelslicht.
Ceux-ci sont mon ciel étoilé.

*

Ich glaub’ nicht an den Herrgott,
Je ne crois pas dans le Seigneur Dieu,
Wovon das Pfäfflein spricht;
Dont parle le petit prêtre ;
Ich glaub’ nur an dein Herze,
Je ne crois que dans ton cœur,
 ’nen andern Gott hab’ ich nicht.
Aucun autre Dieu je n’ai.

*

Ich glaub’ nicht an den Bösen,
Je ne crois pas au mal,
An Höll’ und Höllenschmerz;
A la douleur et à l’enfer ;
Ich glaub’ nur an dein Auge,
Je ne crois qu’à tes yeux,
Und an dein böses Herz.
Et au tourment dans ton cœur.

*******

XXIV
Wir haben viel für einander gefühlt
HEINRICH HEINE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

XXIV
HEINRICH HEINE

Luis de Camoes OS LUSIADAS II-64 LES LUSIADES

LUIS DE CAMOES
OS LUSIADAS II-64 LES LUSIADES II-64
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-64

OS LUSIADAS II-64

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  64
Strophe 64

II-64

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-64
OS LUSIADAS II-64

 *****

Isto Mercúrio disse, e o sono leva
Aussi ceci étant dit, Mercure enlève le sommeil
Ao Capitão, que com mui grande espanto
Au Capitaine, qui, frappé d’une très grande stupéfaction
Acorda, e vê ferida a escura treva
Se réveille et voit dans l’obscurité sombre
De uma súbita luz e raio santo.
Une lumière soudaine et un rayon divin.
E vendo claro quanto lhe releva
Et voyant clairement qu’il ne fallait pas
Não se deter na terra iníqua tanto,
S’attarder dans cette terre si inique,
  Com novo espírito ao mestre seu mandava
Avec un nouvel esprit, au maître d’équipage, il ordonne
Que as velas désse ao vento que assoprava.
De tendre les voiles au vent qui soufflait.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-64
OS LUSIADAS II-64

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

LUIS DE CAMOES

GERMAIN NOUVEAU SPHINX (POEME)

 SPHINX GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
SPHINX

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*
sphinx-germain-nouveau-sphinx-non-renove-1867
*

GERMAIN NOUVEAU
SPHINX

Toutes les femmes sont des fêtes,
Toutes les femmes sont parfaites,
Et dignes d’adoration,
Sous les fichus ou sous les mantes
Toutes les femmes sont charmantes,
Oui, toutes, sans exception ;

Toutes les femmes sont des Belles
Sous les chapeaux ou les ombrelles
Et sous le petit bonnet blanc ;
Toutes les femmes sont savantes,
Les princesses et les servantes,
Les ignorantes… font semblant ;

Toutes les femmes sont des reines :
Impératrices souveraines
Et grisettes de magasin,
Et premières communiantes,
Avant comme après si liantes
Avec les lèvres du cousin ;

 Toutes les femmes sont honnêtes,
Le cœur loyal et les mains nettes,
En sabots, ou sur les patins ;
Adorables prostituées,
Nous mériterions vos huées :
C’est nous qui sommes les… pantins.

Toutes les femmes sont des saintes,
Surtout celles qui sont enceintes
Tous les neuf mois sans perdre un jour,
Et qui de janvier à décembre
Se pâment la nuit dans leur chambre
Par la volonté de l’Amour.

Toutes, toutes, sont bienheureuses
D’élargir leur grottes ombreuses
D’où l’amour a fichu la peur
Par la fenêtre… déchirée.
« Et la fille déshonorée ? »
Rit dans sa barbe… de sa peur.

Plus fines que nous et meilleures,
Elles nous sont supérieures…
Chaque français, dans tous les cas,
S’il les aborde se découvre
Et c’est le plus grand, dans le Louvre,
Qui sait saluer… le plus bas.

Belle, parfaite, reine, sainte,
Honnête si ce n’est enceinte,
Tout cela s’applique fort bien
À la femme que tu veux être…
Mais… si l’on pouvait Vous connaître,
Ah !… quant à moi… je ne sais rien…

Devant Vous je songe, immobile,
Tel, droit, sur son cheval Kabyle,
Bonaparte, au regard de lynx,
Sans suite, seul, un grand quart d’heure,
Au soleil des sables, demeure
Fixe et rêveur, devant le Sphinx !

******

SPHINX
Germain Nouveau

DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU POEME

 DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
DANGEREUSE

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*
dangereuse-germain-nouveau-artgitato-jean-baptiste-greuze-le-chapeau-blanc-1780-bostonJean-Baptiste Greuze
Le Chapeau blanc
1780
Musée des beaux-arts de Boston
Museum of Fine Arts, Boston
*

DANGEREUSE

Vous dangereuse ? mais sans doute !
Très dangereuse, c’est certain ;
Comme la peur que l’on écoute,
Comme le bois près de la route
Vers les six heures du matin ;

Comme l’éloquence imagée,
Comme un titre sur parchemin,
Comme le vin et la dragée,
Ou comme l’arme trop chargée
Qui vous éclate dans la main ;

Car toute femme est dangereuse,
Très dangereuse et c’est charmant,
Comme la mer… que le vent creuse ;
Comme la fillette de Greuze,
Qui ne s’en doute aucunement ;

Comme la petite Ingénue
Quand la cruche… va se casser,
Comme une veuve toute nue,
Comme une femme dans la rue,
Une femme qu’on voit passer ;

Oui, toute femme est dangereuse,
Soit qu’elle allaite ses enfants
Avec sa mamelle amoureuse,
Soit qu’elle ait la cruche de Greuze
A ses petits doigts triomphants ;

Qu’elle soit grave ou qu’elle joue,
Plus à craindre encor que le feu,
Que l’aviron ou que la roue,
Que le commandement : en joue !
Que le cri : commencez le feu !

Dangereuse comme la plume,
La plume au vent, et l’eau qui dort,
Et l’obus… un obus qui fume ;
Comme la guerre qu’elle allume,
Elle peut amener la mort.

Si vous êtes la plus aimée,
Ne seriez-vous point ici-bas
Plus dangereuse… qu’une armée
Victorieuse et parfumée
Des lauriers de trois cents combats ?

Vous êtes la plus redoutable,
Moi, c’est pour cela que je veux…
C’est pour ta grâce… épouvantable
Qui ferait à la Sainte Table
Tous les saints se prendre aux cheveux.
Oui, vous êtes la plus à craindre,
Car votre lit est le plus doux,
C’est pour ça que j’aime à T’étreindre,
Toi qu’un Homère pourrait peindre
Avec du sang jusqu’aux genoux !

*

DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU

Wir haben viel für einander gefühlt HEINE INTERMEZZO LYRIQUE XXIII

Wir haben viel für einander gefühlt

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Wir haben viel für einander gefühlt




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
XXIII

Wir haben viel für einander gefühlt

 

Lyrisches Intermezzo XXIII
NOUS NOUS SOMMES TANT AIMES

1823

        Wir haben viel für einander gefühlt

*

XXIII

 

     Wir haben viel für einander gefühlt,
Nous nous sommes tant aimés,
Und dennoch uns gar vortrefflich vertragen.
Et pourtant, sans trop se fâcher.
Wir haben oft „Mann und Frau“ gespielt,
Nous avons souvent joué aux « époux »,
Und dennoch uns nicht gerauft und geschlagen.
Et pourtant, sans bagarres ni batailles.
Wir haben zusammen gejauchzt und gescherzt,
Nous nous sommes réjouis et avons plaisanté ensemble,
Und zärtlich uns geküßt und geherzt.
Et tendrement nous embrassions et nous nous étreignions.
Wir haben am Ende, aus kindischer Lust,
Nous nous sommes enfin, sur nos plaisirs enfantins,
„Verstecken“ gespielt in Wäldern und Gründen,
« Masqués » et avons joué dans les forêts et les prairies,
Und haben uns so zu verstecken gewußt,
Et nous nous sommes si bien cachés
 Daß wir uns nimmermehr wiederfinden.
Que nous ne nous retrouvons plus.

*******

XXIII
Wir haben viel für einander gefühlt

********

*********
LA POESIE DE HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

XXIII
Wir haben viel für einander gefühlt

OS LUSIADAS II-63 LES LUSIADES

OS LUSIADAS II-63 LES LUSIADES II-63
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-63

OS LUSIADAS II-63

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  63
Strophe 63

II-63

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

LES LUSIADES II-63
OS LUSIADAS II-63

 *****

« Vai-te ao longo da costa discorrendo,
«Va le long de la côte,
  « E outra terra acharás de mais verdade,
Une autre terre tu trouveras, plus vraie,
  Lá quase junto donde o Sol ardendo
 Presqu’à l’Equateur où le brûlant soleil
Iguala o dia e noite em quantidade;
  Où le jour et la nuit sont égaux en temps ;
 Ali tua frota alegre recebendo
  Là, ta flotte sera reçue joyeusement
Um Rei, com muitas obras de amizade,
Par un Roi, avec de moult manifestations d’amitié,
 Gasalhado seguro te daria,
  Il te donnera l’assurance de l’hospitalité,
E, para a Índia, certa e sábia guia. »
  Et pour l’Inde, il t’orientera sagement.

**

os-lusiadas-ii-63-les-lusiades-ii-63-luis-de-camoes-artgitato-mercurius-mercure-hendrick-goltzius-1597Mercure
Hendrick Goltzius
1597

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LES LUSIADES II-63
OS LUSIADAS II-63

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

L’IDEAL GERMAIN NOUVEAU POEME

L’IDEAL GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
L’IDEAL

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*

L’IDEAL

Il (l’honneur) permet la galanterie quand elle est unie à l’idée des sentiments du cœur, ou à l’idée de conquête.

Montesquieu.

Mon idéal n’est pas : mon ange,
À qui l’on dit : mon ange, mange ;
Tu ne bois pas, mon ange aimé ?
Un pauvre ange faux et sans ailes
Que les plus sottes ritournelles
Ont étrangement abimé.

Mon idéal n’est pas : ma chère,
De l’amant qui fait maigre chère,
Et dit chère, du bout des dents,
Moins chère que ma chère tante,
Ou que la chaire protestante
Où gèlent les sermons prudents.

Mon idéal n’est pas : ma bonne !
Ce n’est pas la bonne personne,
Celle dont on dit, et comment !
Elle est si bonne ! elle est si douce !
Et qui jamais ne vous repousse,
Madone du consentement !

Non ! mon idéal, c’est la femme
Féminine de corps et d’âme,
Et femme, femme, femme, bien,
Bien femme, femme dans les moëlles,
Femme jusqu’au bout de ses voiles,
Jusqu’au bout des doigts n’étant rien.

Une petite femme haute,
Capable de punir la faute,
Et de mépriser le Pervers,
Qui ne peut souffrir que l’aimable
Dans son salon, ou dans la fable,
Aussi bien en prose qu’en vers.

Une petite femme sûre
De trouver l’âme à sa mesure
Après… un petit brin de cour,
Et le chevalier à sa taille
Avant… l’heure de la bataille,
Oui, car… c’est la guerre, l’Amour.

Je vous dis l’Amour, c’est la guerre.
En guerre donc ! tu m’as naguère
Sacré ton chevalier féal !
Je vais sortir de ma demeure !
Je vaincrai, Madame, où je meure !
Car vous êtes mon idéal !

Comme un dur baron qui se fâche
Contre le pillard ou le lâche,
Quittait le fort seigneurial,
Je saisis ma lance et mon casque
Avec le panache et… sans masque,
Car vous êtes mon idéal !

Armé de ma valeur intime,
Oui, coiffé de ma propre estime,
Je m’élance sur mon cheval :
Le temps est beau, la terre est ronde,
Je ris au nez de tout le monde !
Car vous êtes mon idéal !

La lance autant que l’âme altière,
Nous jetons à la terre entière
Le gant, certes ! le plus loyal.
Mon bon cheval ne tarde guère,
Allons ! Et vole au cri de guerre !
Tous ! Valentine est l’Idéal !

*

L’IDEAL GERMAIN NOUVEAU