Archives par mot-clé : mort

La Sainte Foi en terres Mauritaniennes – OS LUSIADAS VI-83- LES LUSIADES – Luís de Camões -Ó ditosos aqueles que puderam

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO VI
CANTO SEXTO

Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VI-83 LES LUSIADES VI-83

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

« Ó ditosos aqueles que puderam
« Ô bienheureux ceux qui purent,
Entre as agudas lanças Africanas
Frappés par les fines lances Africaines,
Morrer, enquanto fortes sostiveram
Mourir, ou en protégeant puissamment
A santa Fé nas terras Mauritanas!
La Sainte Foi en terres Mauritaniennes !
De quem feitos ilustres se souberam,
Bienheureux ceux dont les actes illustres furent loués,
De quem ficam memórias soberanas,
Leurs souvenirs souverains demeurent ;
De quem se ganha a vida com perdê-la,
Ceux-ci gagnèrent leur vie en le perdant !
Doce fazendo a morte as honras dela! »
Comme la mort fut douce avec tant d’honneurs ! « 


********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

UNE VUE ANGÉLIQUE ET SEREINE – LE CHANSONNIER PÉTRARQUE SONNET 276 (2ème Partie) CANZONIERE CCLXXVI – Poi che la vista angelica

*

FRANCESCO PETRARQUE
LE CHANSONNIER

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca 
Sonetto 276

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE
Sonnet 276
CCLXXVI

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

SECONDA PARTE
Deuxième Partie

276/366

*

***************


Poi che la vista angelica, serena,
Car la vue angélique et sereine,
per súbita partenza in gran dolore
Par son prompt départ dans une si grande douleur
lasciato à l’alma e ’n tenebroso horrore,
a laissé mon âme et dans cet effroyable horreur,…


********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 276
le chansonnier Pétrarque Sonnet 276
canzoniere poet

FRANCESCO PETRARQUE CHANSONNIER

*

L’ŒUVRE DE ANDRE MAUROIS

*
LITTERATURE FRANCAISE
ANDRE MAUROIS

André Maurois
Émile Salomon Wilhelm Herzog

26 juillet 1885 Elbeuf – 9 octobre 1967 Neuilly-sur-Seine

 

L’ŒUVRE DE 
ANDRE MAUROIS

par Jacky Lavauzelle

_______________________
Claude Monet, La Promenade, La Femme à l’ombrelle, 1875

*********************

LA FRAGMENTATION DU MOI
&
LA DERIVE DU TEMPS et DES ÊTRES

LES THEMES MAJEURS d’André Maurois

DE LA SOUDAINE JEUNESSE AUX SOLEILS DEFUNTS

UNE RECOMPOSITION DES TRAITS
ORIGINAUX DE MON MOI

UN PROUST CHIRURGIEN ET UN MAUROIS ARCHEOLOGUE

UN COMPOSITEUR MYSTERIEUX
QUI ORCHESTRE NOTRE EXISTENCE

NOS EMOTIONS LES PLUS FORTES
SONT-ELLES LES PLUS RESISTANTES ?

ET QUE MEUVENT NOS HUMEURS

UN MOI PRESENT ET UN MOI DISPARU

« NOUS RECONNAISSONS LEUR VERITE
PASSE A LA FORCE PRESENTE
DE LEURS EFFETS« 

CREER UN PASSE QUI NE FUT POINT

AU MOINS UN AIR DE VERITE,
JUSTE UN AIR

TIRER DE CHAQUE MOMENT
CE QU’IL PEUT CONTENIR D’INTENSITE

ANDRE MAUROIS
UNE CERTAINE IDEE DU MONDE

« ON SENT TOUT DE MÊME QU’ILS NE SONT PAS DE NOTRE MONDE« 

LES MALHEURS DE LA NAISSANCE

CE NE SONT PAS DES GENS
COMME NOUS

S’ELEVER DU SENTIMENT DE CASTE
AU SENTIMENT NATIONAL

ANDRE MAUROIS
OU LA MUSIQUE DANS LA NATURE

Le charme d’une musique rode, habille ou se jette sur les protagonistes dans l’œuvre d’André Maurois.

 » De la musique avant toute chose » 
(Verlaine, Art poétique)


« Prends l’éloquence et tords-lui son cou ! »

 » C’est des beaux yeux derrière des voiles »
(Verlaine, Art poétique)

ANDRE MAUROIS
LA LENTE DERIVE VERS LA MER

C’est le destin, maître de tout qui dirige le mouvement. Sans libération avec lassitude, oubli, parfois résignation attendue et sereine, toujours dans l’abandon de toute volonté : « The weariest river, répétait-elle souvent, la rivière la plus lasse, j’aime bien ça…C’est moi, Dickie, la rivière la plus lasse… Et je m’en vais tout doucement vers la mer. » (Climats)

LA FEMME CAMELEON

Une femme dans l’œuvre d’André Maurois n’a aucune personnalité, ou plutôt les a toutes ; elle a la personnalité de l’homme aimé, totalement. La femme se retrouve véritable caméléon.  Elle n’est, bien entendu, plus avec Maurois déjà ce qu’elle pouvait être du temps de Molière, par exemple. Les temps ont changé.

ANDRE MAUROIS
LE CHEVALIER & LA PRINCESSE

 A l’origine était l’amour parfait, un héros, fort et titanesque, et sa belle, fragile, douce et tendre, voire larmoyante.
Le héros, Cavalier d’or, magnifique, serait le défenseur, armé et bataillant contre tous les ennemis. Comme dans toute l’œuvre de Maurois, la belle serait là, à attendre ou prisonnière, point fixe, dans sa chambre, sa tour ou son château aimantant le cavalier errant et tournoyant, défendant dans des contrées interlopes, lointaines ou non, l’honneur de sa dame.

ANDRE MAUROIS
ET LA MUSIQUE DU SENTIMENT AMOUREUX

Une vie amoureuse et symphonique
où les thèmes s’entremêlent    

L’ŒUVRE
DE
ANDRE MAUROIS

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

AVEC LES MORTS – POEME DE ANTERO DE QUENTAL – COM OS MORTOS

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

traduction Jacky Lavauzelle
LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

Antero de Quental

18 avril 1842 – Ponta Delgada (Les Açores)-  11 septembre 1891 Ponta Delgada
 18 de abril de 1842 – Ponta Delgada, 11 de setembro de 1891

______________________________________ 

Traduction Jacky Lavauzelle

 _______________________________________

AVEC LES MORTS
COM OS MORTOS

_______________________________________

Ary Scheffer, Les ombres de Francesca da Rimini et de Paolo Malatesta apparaissent à Dante et à Virgile, Le Louvre, 1855

**********


Os que amei, onde estão? Idos, dispersos,
Ceux que j’aimais, où sont-ils ? Disparus, dispersés,
arrastados no giro dos tufões,
entraînés par de violents typhons,
Levados, como em sonho, entre visões,
Pris, comme en un rêve, entre visions,
Na fuga, no ruir dos universos…
Fuites, dans l’effondrement des univers …

*

E eu mesmo, com os pés também imersos
Et moi, avec mes pieds aussi emportés
Na corrente e à mercê dos turbilhões,
Dans le courant et à la merci des tourbillons,
Só vejo espuma lívida, em cachões,
Je ne vois que la blême écume,
E entre ela, aqui e ali, vultos submersos…
Et en elle, ici et là, des ombres immergées …

*

Mas se paro um momento, se consigo
Mais si je m’arrête un instant, si je peux
Fechar os olhos, sinto-os a meu lado
Fermer les yeux, je les sens à mes côtés
De novo, esses que amei vivem comigo,
A nouveau, ceux que j’aimais vivent avec moi,

*

Vejo-os, ouço-os e ouvem-me também,
Je les vois, je les entends et ils m’entendent aussi,
Juntos no antigo amor, no amor sagrado,
Ensemble dans cet ancien amour, dans cet amour sacré,
Na comunhão ideal do eterno Bem.
Dans la communion idéale du Bien éternel.

**************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

KETI DANDUROVI – LE ROMANTISME AUX REFLETS D’INFINI – ქეთი დანდუროვი – Aux sources obscures de l’Être

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი

KETI DANDUROVI
ქეთი დანდუროვი

 

Aux sources obscures de l’Être
LE ROMANTISME AUX
REFLETS D’INFINI

Texte Jacky Lavauzelle

*****

 

Huile sur papier
50×70

« Après des siècles de déchirement de l’âme, à l’heure de l’agonie des grandes religions établies, se dressant contre les faciles et déplorablement stériles philosophies de progrès, nées de la jobardise de l’homme émerveillé par ses petites découvertes, voici la réclamation de l’enfant sevré du lait maternel, l’appel de l’homme assoiffé, qui veut retourner aux sources obscures de l’Être : la protestation profonde du Romantisme. Là où certains ne voient que fatras sentimental, nous voyons, nous, l’un des plus grands retournements de l’esprit humain. Le plus sûr mérite à nos yeux du Romantisme, c’est d’avoir contraint l’homme à se tenir à l’extrême-pointe de lui-même. En ouvrant les portes des puissances de l’âme aux profondes inspirations du Rêve, de l’Amour et de la Mort, le Romantisme a rendu à l’homme sa noblesse primitive. « Quand je donne aux choses communes un sens auguste, aux réalités ordinaires un aspect mystérieux, aux objets connus, aux êtres finis un reflet d’infini, je les romantise » (Novalis). »
Le Romantisme allemand
Roger Gilbert-Lecomte
Revue Comœdia n°54 du 4 juillet 1942

From love letters
De lettres d’amour
150×110
huile sur toile

Keti Dandurovi marche ainsi constamment à l’extrême pointe de la réalité, toujours proche de l’infini. Elle marche un pied dans le néant et l’autre dans la passion. Entre le rouge et le noir. Un long et fragile balancement continu où les êtres se rencontrent et s’accrochent désespérément.
Elle porte le plus vieux secret du monde et la plus lourde histoire des hommes. Elle plonge dans les failles quand le monde croit s’évader dans la technique et le divertissement. Elle plonge dans les failles, au creux de l’arbre que tout le monde croit mort mais qui ne fait que se poser un peu dans la folie du présent.
Il lui faut une grande maîtrise pour ne pas plonger un peu plus dans les arcanes de l’infini et de ses rivières longues et pénétrantes et de ces arbres qui longent son entrée magistrale.
Mais elle en revient avec le noir qu’un soleil fulgurant lui a dévoilé.

« une synthèse des deux états précédents et éclairer ainsi le devenir de l’humanité, célébrer à nouveau les épousailles mystiques de l’homme et de la nature, non plus dans l’innocence primitive, mais avec l’expérience douloureuse de l’enfantement de la conscience. » Roger Gilbert-Lecomte

« La Poésie est le réel absolu…Le sens de la poésie est proche parent de la divination et, d’une façon générale, du sens religieux, de l’intuition du voyant. » soulignait Novalis. La peinture de Keti Dandurovi est aussi essentiellement poétique. Elle écrit avec les plaies du monde, les absences et les manques. Elle écrit comme elle peint et peint comme elle souffre. Elle rentre dans ce monde où elle aperçoit la réalité augmentée, non fractionnée mais unifiée. Dans l’absolu de cette vision, elle se regarde en nous regardant. Elle peint comme un moine en transe peindrait son ultime icône, source et océan à la fois, l’alpha et l’oméga.

Farewell – Adieu
Acrylique
150×150

 » La seule liberté possible pour un homme lucide jusqu’à la voyance étant d’agir dans le sens du devenir du monde. » (Le Romantisme allemand
Roger Gilbert-Lecomte)
Aux premières lueurs de l’aube, Keti Dandurovi arrache peu à peu les secrets des mondes et nous les montre dans leur vérité nue. Les danses redoutables des morceaux de vie continuent devant nos yeux étonnés. Des restes de voyages que nous continuons alors. Nous les gardons longtemps comme les trésors qu’un explorateur du lointain a bien voulu nous laisser en témoignage.

JL

Keti Dandurovi dans son atelier
My depressed daughters
Mes filles déprimées
Huile sur toile

200×200
Mistake
Erreur
130×90
Self-love

LA TRANCHÉE – Poème de Kurt TUCHOLSKY – Gedicht von Kurt TUCHOLSKY – DER GRABEN – 1926

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Kurt-Tucholsky.jpg.

LITTERATURE ALLEMANDE

Poèmes Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder

KURT TUCHOLSKY

9. Januar 1890 Berlin – 21. Dezember 1935 Göteborg
9 janvier 1890 – 21 décembre 1935

Traduction Jacky LAVAUZELLE 

______________________

KURT TUCHOLSKY GEDICHTE

DER GRABEN
LA TRANCHÉE

1926
_______________________

Bataille de la Somme (Tranchée de la Prince of Wales’ Division) – Photographie de John Warwick Brooke


********************




Mutter, wozu hast Du Deinen aufgezogen,
Mère, pourquoi as-tu élevé ton fils,
Hast Dich zwanzig Jahr’ um ihn gequält?
Pourquoi t’es-tu tourmentée pendant vingt ans ?
Wozu ist er Dir in Deinen Arm geflogen,
Pourquoi s’est-il réfugié dans tes bras
Und Du hast ihm leise was erzählt?
Pendant que doucement tu le rassurais ?
Bis sie ihn Dir weggenommen haben

Jusqu’à ce qu’ils te le prennent
Für den Graben, Mutter, für den Graben!
Pour la tranchée, mère, pour la tranchée !

*

Junge, kannst Du noch an Vater denken?
Fils, peux-tu te souvenir encore de ton père ?
Vater nahm Dich oft auf seinen Arm,
Ce père qui te prenait souvent dans ses bras
Und er wollt’ Dir einen Groschen schenken,
Et qui t’offrait un sou,
Und er spielte mit Dir Räuber und Gendarm
Et qui jouait au gendarme et au voleur avec toi
Bis sie ihn Dir weggenommen haben
Jusqu’à ce qu’ils te le prennent
Für den Graben, Junge, für den Graben!
Pour la tranchée, mon garçon, pour la tranchée !

*

Drüben die französischen Genossen
Les camarades français là-bas
lagen dicht bei Englands Arbeitsmann.
étaient proches des ouvriers anglais.
Alle haben sie ihr Blut vergossen,
Ils ont tous versé leur sang
und zerschossen ruht heut Mann bei Mann.
 
et tiré sur d’autres hommes aujourd’hui.
 Alte Leute, Männer, mancher Knabe
Des vieux et des hommes, des jeunes hommes
 in dem einen großen Massengrabe.
dans une grande fosse commune.

*

Seid nicht stolz auf Orden und Geklunker!
Ne soyez pas fier des médailles et des quincailleries !
Seid nicht stolz auf Narben und die Zeit!
Ne soyez pas fier des cicatrices et de votre temps !
In die Gräben schickten euch die Junker,
Les nobliaux vous ont envoyés dans les tranchées,
Staatswahn und der Fabrikantenneid.
Nourris par la folie de l’État et l’envie des fabricants.
Ihr wart gut genug zum Fraß für Raben,
Vous avez été assez bons pour nourrir les corbeaux,
für das Grab, Kameraden, für den Graben!
pour la tombe, camarades, pour la fosse !

*

Werft die Fahnen fort!
Jetez les drapeaux !
Die Militärkapellen spielen auf zu euerm Todestanz.
Les fanfares militaires jouent votre danse de la mort.
Seid ihr hin: ein Kranz von Immortellen –
Vous êtes là : une couronne d’immortelles –
das ist dann der Dank des Vaterlands.
ce sont les remerciements de la patrie.

*

Denkt an Todesröcheln und Gestöhne.
Pensez aux affres et aux gémissements de la mort.
Drüben stehen Väter, Mütter, Söhne,
Là-bas, il y a des pères, des mères, des fils,
schuften schwer, wie ihr, ums bißchen Leben.
qui travaillent dur, comme vous, pour un peu de vie.
Wollt ihr denen nicht die Hände geben?
Ne voulez-vous pas leur serrer la main ?
Reicht die Bruderhand als schönste aller Gaben
La main fraternelle est le plus beau de tous les cadeaux
übern Graben, Leute, übern Graben -!
au-dessus des tranchées, camarades , au-dessus des tranchées !



************

1926

**************

Unter dem Pseudonym Theobald Tiger
Sous le pseudonyme de Théobald Tiger

***************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 800px-Kurt_Tucholsky_Signature.svg_-756x1024.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LA PRIERE DU DEPART – OS LUSIADAS IV-86 – LES LUSIADES – LUIS DE CAMOES – Depois de aparelhados desta sorte

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-86 LES LUSIADES IV-86
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

**

********************


« Depois de aparelhados desta sorte
« Une fois équipé comme ce type
De quanto tal viagem pede e manda,
De voyage le demande et l’exige,
Aparelhamos a alma para a morte,
Nous habituons notre âme à l’idée de la mort,
Que sempre aos nautas ante os olhos anda.
De cette mort, toujours là aux yeux des marins.
Para o sumo Poder que a etérea corte
À la haute Puissance, qui gouverne la voûte céleste
Sustenta só coa vista veneranda,
Par son unique et vénérable vue,
Imploramos favor que nos guiasse,
Nous Le prions afin qu’Il nous guide,
E que nossos começos aspirasse.
Et qu’Il accompagne notre départ.

****************

*****

 

MANUEL Ier de Portugal
Emmanuel Ier

« Le Ventureux »
31 mai 1469 Alcochete – 13 décembre 1521 Lisbonne
Succède à Jean II le 27 octobre 1495

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

UNE SI COURTE ANNÉE – Sonnet de FRANCISCO DE QUEVEDO – Todo tras sí lo lleva el año breve

Le Triomphe de la Mort,Pieter Brueghel l’Ancien,1562

*Francisco de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

poesia de francisco de Quevedo poésie de Francisco de Quevedo artgitato
 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645








Hoy cumple amor
en mis ardientes venas

Soneto de Quevedo
Sonnet de Quevedo

UNE SI COURTE ANNÉE
Todo tras sí lo lleva el año breve

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

*****

Todo tras sí lo lleva el año breve
Tout est emporté par la si courte année
de la vida mortal, burlando el brío
de notre vie mortelle, qui se moque de la verve
al Acero valiente, al mármol frío,
du brave acier, du marbre froid,
que contra el tiempo su dureza atreve.
qui, contre le temps, tente de braver leur dureté…

LES BLESSURES DE L’AMOUR – LE CHANSONNIER PÉTRARQUE SONNET 216 (Première Partie) CANZONIERE – CCXVI -Tutto ’l dí piango

*

FRANCESCO PETRARQUE SONNETS

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 216

LE CHANSONNIER PETRARQUE
Sonnet 216
CCXVI

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

216/263

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Tutto ’l dí piango; et poi la notte, quando
Tout le jour je pleure ; et puis la nuit, quand
prendon riposo i miseri mortali,
les pauvres mortels se reposent,
trovomi in pianto, et raddoppiansi i mali:
je me retrouve toujours à pleurer et mes maux sont d’autant amplifiés :…

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 216
le chansonnier Pétrarque Sonnet 216
canzoniere poet

FRANCESCO PETRARQUE SONNETS

*

PESANTEUR ET TENDRESSE – Poésie d’Ossip MANDELSTAM – 1920 – Поэзия Осипа Мандельштама – Сёстры тяжесть и нежность

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Ossip Mandelstam
Поэзии Осип Мандельштам
___________________________________

Ossip Emilievitch Mandelstam
О́сип Эми́льевич Мандельшта́м
2/3 janvier 1891 Varsovie – 27 décembre 1938 Vladivostok
2/3 января 1891 Варшава — 27 декабря 1938

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

PESANTEUR & TENDRESSE 
1920
Сёстры тяжесть и нежность

_________________________________________________

*

***************



Сёстры тяжесть и нежность, одинаковы ваши приметы.
Elles sont sœurs, la pesanteur et la tendresse, aux signes similaires.
Медуницы и осы тяжёлую розу сосут.
Les frêles mouches et les guêpes sucent la rose grasse…


***************

Март 1920
Mars 1920