L’ENFANT MALADE – Poésie de Miguel de Unamuno – AL NIÑO ENFERMO

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Miguel-de-Unamuno.jpg.
Miguel de Unamuno en 1925

***************

   AL NIÑO ENFERMO
L’ENFANT MALADE
******

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, vers 1650, Musée du Louvre

************************

Duerme, flor de mi vida,
Sommeil, fleur de ma vie,
duerme tranquilo,
dors tranquille,
que es del dolor el sueño
que le rêve de la douleur soit
tu único asilo.  
ton unique asile.

*

Duerme, mi pobre niño,
Dors, mon pauvre enfant,
goza sin duelo
profite sans lutte
lo que te da la Muerte
de ce que la Mort te donne
como consuelo.
comme une consolation.

*

  Como consuelo y prenda
Comme un réconfort et un gage
de su cariño,
de ton affection
de que te quiere mucho,
car elle t’aime tant,
mi pobre niño.
mon pauvre enfant

*

Pronto vendrá con ansia
Bientôt, elle viendra avec anxiété
de recogerte
te chercher
la que te quiere tanto,
celle qui t’aime tant,
la dulce Muerte.
la douce Mort.

  *

Dormirás en sus brazos
Tu dormiras dans ses bras
el sueño eterno,
d’un rêve éternel,
y para ti, mi niño,
et pour toi, mon garçon
no habrá ya invierno.
il n’y aura plus d’hiver.

*

No habrá invierno ni nieve,
Il n’y aura plus d’hiver ni de neige,
mi flor tronchada;
ma fleur sera coupée ;
te cantará en silencio
elle te chantera en silence
dulce tonada.
une douce mélodie

*

¡Oh, qué triste sonrisa
Oh, quel sourire triste
riza tu boca!…
dessine ta bouche ! …
Tu corazón acaso
Ton cœur peut-être
su mano toca.
touche sa main.

*

¡Oh, qué sonrisa triste
Oh, quel sourire triste
tu boca riza!
dessine ta bouche !
¿Qué es lo que en sueños dices
Que dis-tu en rêve
a tu nodriza?
à ta nourrice ?

*

A tu nodriza eterna
À ta nourrice éternelle
siempre piadosa,
toujours pieuse,
la Tierra en que en paz santa
la Terre dans laquelle en sainte paix
todo reposa.
tout repose.

*

Cuando el Sol se levante,
Quand le Soleil va se lever,
mi pobre estrella,
ma pauvre étoile,
derretida en el alba
fondue dans l’aube
te irás con ella.
tu partiras avec elle.

*

  Morirás con la aurora,
Tu mourras à l’aurore,
flor de la muerte;
fleur de mort ;
te rechaza la vida,
la vie te rejette,
¡qué hermosa suerte!
quelle belle chance !

*

El sueño que no acaba
Le rêve qui ne finit pas
duerme tranquilo,
dort tranquille,
que es del dolor la muerte
la douleur de la mort
tu único asilo.
reste ton unique asile.

**********************
LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-1911-02-01_A_Águia_Portugal_Miguel_de_Unamuno_firma.svg_-1024x157.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

   

LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO – POESIA DE MIGUEL DE UNAMUNO

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

**************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Miguel-de-Unamuno.jpg.
Miguel de Unamuno en 1925

****

LE PLUS GRAND TOURMENT
¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?

Alexandre Kisseliov, La Mort d’Hyacinthe, musée national de Varsovie

¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?
Savez-vous quel est le tourment le plus féroce ?
Es el de un orador volverse mudo;
C’est celui d’un orateur qui devient muet ;

****

TERRE DE CASTILLE
TIERRA DE CASTILLA

Martín Rico, Puerta de una casa en Toledo, 1878, Museo del Prado, Madrid

Tú me levantas, tierra de Castilla,
Tu me soulèves, terre de Castille,
en la rugosa palma de tu mano,
dans la paume rugueuse de ta main,

****

   AL NIÑO ENFERMO
L’ENFANT MALADE

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, vers 1650, Musée du Louvre

Duerme, flor de mi vida,
Sommeil, fleur de ma vie,
duerme tranquilo,
dors tranquille,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-1911-02-01_A_Águia_Portugal_Miguel_de_Unamuno_firma.svg_-1024x157.png.

TERRE DE CASTILLE – Poème de Miguel de Unamuno – Tú me levantas, tierra de Castilla

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

***************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Miguel-de-Unamuno.jpg.
Miguel de Unamuno en 1925

*****************

TERRE DE CASTILLE
TIERRA DE CASTILLA

*******************

Martín Rico, Puerta de una casa en Toledo, 1878, Museo del Prado, Madrid

***********************

Tú me levantas, tierra de Castilla,
Tu me soulèves, terre de Castille,
en la rugosa palma de tu mano,
dans la paume rugueuse de ta main,
al cielo que te enciende y te refresca,
vers le ciel qui t’incendie et te rafraîchit,
al cielo, tu amo,
au ciel, ton maître,

*

Tierra nervuda, enjuta, despejada,
Terre nerveuse, maigre et dépouillée
madre de corazones y de brazos,
mère des cœurs et des bras,
toma el presente en ti viejos colores
prends le présent dans tes vieilles couleurs
del noble antaño.
du noble passé.

*

Con la pradera cóncava del cielo
Au pré concave du ciel
lindan en torno tus desnudos campos,
bordent tes champs nus,
tiene en ti cuna el sol y en ti sepulcro
le soleil trouve en toi ton berceau et ta tombe
y en ti santuario.
et ton sanctuaire.

*

Es todo cima tu extensión redonda
Elle est toute en haut ta ronde extension
y en ti me siento al cielo levantado,
et en toi je sens le ciel se soulever,
aire de cumbre es el que se respira
c’est l’air des sommets qui se respire
aquí, en tus páramos.
ici, dans tes landes.

*

¡Ara gigante, tierra castellana,
Autel géant, terre castillane,
a ese tu aire soltaré mis cantos,
dans ton air je chanterai mes chansons,
si te son dignos bajarán al mundo
si elles sont dignes de toi, elles descendront du monde
desde lo alto!
d’en haut !

**********************
LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-1911-02-01_A_Águia_Portugal_Miguel_de_Unamuno_firma.svg_-1024x157.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

LE PLUS GRAND TOURMENT – Poésie de Miguel de Unamuno – ¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

***************

Miguel de Unamuno en 1925

*****************

LE PLUS GRAND DES TOURMENTS
¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?


*******************

Alexandre Kisseliov, La Mort d’Hyacinthe, musée national de Varsovie


******************

¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?
Savez-vous quel est le tourment le plus féroce ?
Es el de un orador volverse mudo;
C’est celui d’un orateur qui devient muet ;
el de un pintor, supremo en el desnudo,
celui d’un peintre, suprême dans le nu,
temblón de mano; perder el talento
avoir une main tremblante ; perdre son talent

*

ante los necios, y es en el momento
avant les insensés, c’est le moment
en que el combate trábase más rudo
quand le combat est le plus rude
sólo hallarse, sin lanza y sin escudo,
se retrouver seul, sans lance et sans bouclier,
llenando al enemigo de contento.
remplissant l’ennemi de contentement.

*

Verse envuelto en las nubes del ocaso
Se voir envelopper dans les nuages du coucher du soleil
en que al fin nuestro sol desaparece
dans lequel finalement notre soleil disparaît,
es peor que morir. ¡Terrible paso
voilà qui est pire que mourir. Terrible étape

*

sentir que nuestra mente desfallece!
que de sentir notre esprit vaciller !
¿Nuestro pecado es tan horrendo acaso
Notre péché est-il si horrible
que así el martirio de Luzbel merece?
qu’il mérite donc le tourment de Satan ?

*************************

LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

POUR UNE HEURE D’AMOUR – Poésie de Lope de Vega – No sabe qué es amor quien no te ama

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

RIMES SACRÉES
Rimas sacras


******************

POUR UNE HEURE D’AMOUR
No sabe qué es amor quien no te ama

******************

Ramon Casas, Sífilis, affiche, 1900, Barcelone, musée national d’art de Catalogne

**********


No sabe qué es amor quien no te ama,
Il ne sait pas ce qu’est l’amour celui qui ne t’aime pas,
celestial hermosura, esposo bello;
beauté céleste, bel époux ;
tu cabeza es de oro, y tu cabello
ta tête est d’or et tes cheveux
como el cogollo que la palma enrama.
comme le bourgeon que le palmier recouvre.

*

Tu boca como lirio que derrama
Ta bouche, un lis d’où se répand
licor al alba; de marfil tu cuello;
une liqueur à l’aube ; ton cou un bel ivoire ;
tu mano el torno y en su palma el sello
ta main une tour et dans sa paume le sceau
que el alma por disfraz jacintos llama.
que l’âme porte pour protéger les jacinthes.

*

¡Ay, Dios!, ¿en qué pensé cuando, dejando
Ô mon Dieu ! qu’ai-je pensé quand, laissant
tanta belleza y las mortales viendo,
tant de beauté au regard des mortels,
perdí lo que pudiera estar gozando?
j’ai perdu ce que j’aurai dû apprécier ?

*

Mas si del tiempo que perdí me ofendo,
Mais si le temps que j’ai perdu me peine,
tal prisa me daré, que una hora amando
je vais me presser pour qu’une heure d’amour
venza los años que pasé fingiendo.
détruise toutes les années passées à faire semblant.

*************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.

LE FIL DE L’AMOUR – Poésie de LOPE DE VEGA – Cual engañado niño que, contento

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

***************

LE FIL DE L’AMOUR
Cual engañado niño que, contento

****************

jeune fille se coiffant, Auguste Renoir


*******************

Cual engañado niño que, contento,
Comme un enfant heureux qui insouciant
pintado pajarillo tiene atado,
tient dans sa main un oiseau aux vives couleurs,
y le deja en la cuerda, confiado,
et le laisse à une corde, confiant,
tender las alas por el manso viento;
déployer ses ailes par un si doux vent ;

*

y cuando más en esta gloria atento,
et, à l’instant où son attention est la plus grande,
quebrándose el cordel, quedó burlado,
le cordon se brise, ses espoirs détruits,
siguiéndole, en sus lágrimas bañado,
il ne peut que le suivre, baigné dans ses larmes,
con los ojos y el triste pensamiento,
avec les yeux et la pensée tristes,

*

contigo he sido, Amor; que mi memoria
Ainsi j’ai été avec toi, ô mon Amour ; que dans ma mémoire
dejé llenar de pensamientos vanos,
je laisse se remplir de vaines pensées,
  colgados de la fuerza de un cabello.
pendues à la force d’un cheveu.

*

Llevóse el viento el pájaro y mi gloria,
L’oiseau et ma gloire sont partis dans le vent,
y dejóme el cordel entre las manos,
  et m’a laissé la ficelle entre mes mains,
que habrá por fuerza de servirme al cuello.
qu’il me reste plus qu’à nouer autour de mon cou.

**************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

**************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.

CARPE DIEM – Poésie de LOPE DE VEGA – Vierte racimos la gloriosa palma

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

Vierte racimos la gloriosa palma
CARPE DIEM

Apollon et Daphné, Tiepolo, 1744

*****
Vierte racimos la gloriosa palma
Tombent les branches du glorieux palmier
y sin amor se pone estéril luto;
qui sans amour porte désormais les habits d’un stérile deuil ;
Dafne se queja en su laurel sin fruto,
Daphné se plaint de son laurier sans fruit,
Narciso en blancas hojas se desalma.
Narcisse à pétales blancs a perdu son âme.

*

Está la tierra sin lluvia en calma,
Aussi se fige la terre sans pluie,
viles hierbas produce el campo enjuto;
les herbes viles seules sortent dans les champs ;
porque nunca pagó al amor tributo,
parce qu’elle n’a jamais rendu hommage à l’amour,
gime en su piedra de Anaxarte el alma.
gémit l’âme d’Anaxarète figée dans sa pierre.

*

Oro engendra el amor de agua y de arenas;
L’amour de l’eau et du sable engendre l’or ;
porque las conchas aman el rocío,
et depuis que les coquillages aiment la rosée,
quedan de perlas orientales llenas.
ils se remplissent de perles orientales.

*

No desprecies, Lucinda hermosa, el mío,
Ne méprise pas, belle Lucinda, mon amour,
que al trasponer del sol, las azucenas
quand au coucher du soleil, les lis
pierden el lustre y nuestra edad el brío.
perdront leur lustre et notre vie son frisson.

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.

*************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*************************************