Archives par mot-clé : 1931

LA MUSIQUE N’EST PAS POUR LES YEUX – POÈME DE SOPHIA PARNOK – 1931 – Я тебе прощаю все грехи…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________

___________________________________
Poésie de Sophia Parnok
Поэзия офии Парнок
___________________________________

Sophia Parnok
Софи́я Я́ковлевна Парно́к

30 juillet 1885, Taganrog- 26 août 1933, Karinskoïe
30 июля 1885, Таганрог – 26 августа 1933, Каринское, Московская область
русская поэтесса, переводчица
Poétesse russe

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Sophia-1.jpg.

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________
LA MUSIQUE N’EST PAS POUR LES YEUX
1931
Я тебе прощаю все грехи
_______________________________________________


Фаине Раневской
A Faïna Ranevskaïa

****************


Я тебе прощаю все грехи,
Je te pardonne tous tes péchés, presque tous ;
Не прощаю только этих двух:
Mais je ne pardonne pas ces deux-là :
Про себя читаешь ты стихи,
Quand tu te lis de la poésie,
А целуешь вслух.
Et quand tu embrasses à haute voix.

*

Веселись, греши и хорошей,
Amuse-toi bien dans le péché si tu veux,
Только помни мой родительский наказ
Mais souviens-toi seulement des conseils maternels :
Поцелуй, мой друг, не для ушей,
Un baiser, mon amie, n’est pas pour les oreilles,
Музыка, мой ангел, не для глаз.
La musique, mon ange, n’est pas pour les yeux !


*********************

1931

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Parnok-3.png.

___________________________________
Poésie de Sophia Parnok
Поэзия офии Парнок
___________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELA ESPANCA

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

*********************

___________________________

Recueil – Coleção
O Livro D’Ele

1915

O Teu Olhar
DANS TES YEUX

Vallée du Douro, Photo Jacky Lavauzelle

Quando fito o teu olhar,
Quand je te regarde,
Duma tristeza fatal,
D’une tristesse fatale,

**

ÉCOUTE…
ESCUTA…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Rua_medieval_de_Alfama-988x1024.jpg.
Toni Frissell, Ruelle de l’Alfama Lisbonne, vers 1940

Escuta, amor, escuta a voz que ao teu ouvido
Écoute, mon amour, écoute cette voix
Te canta uma canção na rua em que morei,
Qui te chante une chanson dans la rue où je vivais,

**

LES VERS
VERSOS

Hugo Darnaut, Bois avec pont sur la rivière, Waldbach mit Brücke

Versos! Versos! Sei lá o que são versos…
Des vers ! Des vers ! Je ne sais pas ce que sont les vers…
Pedaços de sorriso, branca espuma,
Morceaux de sourire, blanche écume,

**

RÊVANT
SONHANDO

Carl Blechen, Grotte dans le parc de la Villa d’Este, 1829

É noite pura e linda. Abro a minha janela
La nuit est pure et belle. J’ouvre ma fenêtre
E olho suspirando o infinito céu,
Et mes yeux en soupirant dans le ciel infini,

**

MON FADO
Meu fado, meu doce amigo…

José Malhoa, Le Fado, O Fado, 1910

Meu fado, meu doce amigo
Mon fado, mon tendre ami
Meu grande consolador
Mon grand consolateur

___________________________

Recueil – Coleção
Livro das Mágoas
LE LIVRE DES PEINES
1919


MA DOULEUR
A minha Dor

AUGUSTO SANTO escultor português ISMAËL – Bronze 1889 Musée nationalSoares dos Reis Photo Jacky Lavauzelle

A minha Dor é um convento ideal
Ma douleur est un couvent idéal
Cheio de claustros, sombras, arcarias,
Plein de cloîtres, d’ombres, d’arches,


******

JE
EU

Vilhelm Hammershøi, La Très Haute Fenêtre, 1913, Ordrupgaard museum, Copenhague

Eu sou a que no mundo anda perdida,
Je suis celle qui marche perdue dans le monde,
Eu sou a que na vida não tem norte,
Je suis celle qui dans la vie n’a pas de nord,

*****

SANS REMÈDE
Sem Remédio

Grotte en soirée, Cave at evening, Joseph Wright, 1774, Smith College Museum of Art, Northampton, Massachusetts

Aqueles que me têm muito amor
Ceux qui pour moi ont tant d’amour
Não sabem o que sinto e o que sou…
Ne savent pas ce que je ressens et ce que je suis …

****

LE SOLEIL ET LA MER
Eu q’ria ser o Mar ingente e forte

Paul Gauguin, Cavaliers sur la plage,1902,
collection Stavros Niarchos, Grèce

Eu q’ria ser o Mar ingente e forte
Je voulais être la Mer puissante et forte
O mar enorme, a vastidão imensa…
La mer immense, la vaste étendue …

******

___________________________

Recueil – Coleção
 Livro de Sóror Saudade

1923

FUMÉE
FUMO

William Turner, Hannibal traversant les Alpes, 1810-1812, détail

Longe de ti são ermos os caminhos,
Loin de toi sont les chemins,
Longe de ti não há luar nem rosas;
Loin de toi pas de clair de lune ni de roses ;

*

FANATISME
FANATISMO

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fanatisme-Florbela-Espanca-Caspar_David_Friedrich--837x1024.jpg.
Caspar David Friedrich, Le Voyageur contemplant une mer de nuages, 1818, Hambourg Kunsthalle

Minh’alma, de sonhar-te, anda perdida.
Mon âme, rêvant de toi, s’est perdue.
Meus olhos andam cegos de te ver.
Mes yeux sont devenus aveugles de te voir.

***

QU’IMPORTE ?…
QUE IMPORTA?…

Albert Flamm, Abendstimmung am Rhein, Ambiance du soir sur le Rhin

Eu era a desdenhosa, a indif’rente.
J’étais la méprisante, l’indifférente.
Nunca sentira em mim o coração
Je n’avais jamais senti mon cœur en moi

**
LA HAINE ?
Ódio?

L’Enlèvement de Psyché, William Bouguereau

Ódio por Ele? Não… Se o amei tanto,
De la haine pour lui ? Non … Si je l’ai aimé autant,
Se tanto bem lhe quis no meu passado,
Si tant de bien dans mon passé je lui voulais,

**

LA VIE
A VIDA

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Утро, Matin, Manhã, 1897

É vão o amor, o ódio, ou o desdém;
Vains sont l’amour, la haine ou le dédain ;
Inútil o desejo e o sentimento…
Inutiles sont le désir et le sentiment …

___________________________

Recueil – Coleção
 Charneca em Flor

1931

LA VOLUPTÉ
Volúpia

Amadeo de Souza-Cardoso, Tête, Cabeça, 1913

No divino impudor da mocidade,
Dans l’impudeur divine de la jeunesse,
Nesse êxtase pagão que vence a sorte,
Dans cette extase païenne qui terrasse la fortune,


*****

LES CENDRES GRISES DE MON ÂME
(JE)
EU

Vilhelm Hammershøi, Intérieur avec jeune femme vue de dos, 1904, Randers Kunstmuseum, Randers

Até agora eu não me conhecia,
Jusqu’à présent, je ne me connaissais pas
julgava que era Eu e eu não era
Je pensais que j’étais Moi et que je n’étais pas

****

AIMER !
AMAR !

Henrique Pousão, Senhora Vestida de Negro, 1882, Museu Nacional de Soares dos Reis, Porto

Eu quero amar, amar perdidamente!
Je veux aimer, aimer sauvagement !
Amar só por amar: Aqui… além…
Aimer juste pour aimer : Ici … au-delà …

****

ÊTRE POÈTE
SER POETA

Ser Poeta é ser mais alto, é ser maior
Être poète, c’est être plus haut, c’est être plus grand
Do que os homens! Morder como quem beija!
Que les hommes ! Mordre comme l’on donne un baiser !

**

LES MAGIQUES FATIGUES
Se tu viesses ver-me hoje à tardinha

Konstantin Alexeyevich Korovin, Константин Алексеевич Коровин, Gourzouf, Gurzuf, Коровин К. « Гурзуф », 1914

Se tu viesses ver-me hoje à tardinha,
Si tu venais me voir ce soir,
A essa hora dos mágicos cansaços,
En cette heure des magiques fatigues,

****

___________________________

Recueil – Coleção
Recueil Posthume
Reliquiae
1934

Poèmes parus en 1934 
Sonetos Completos (Livro de Mágoas, Livro de Sóror Saudade, Charneca em Flor, Reliquiae)
Coimbra
Livraria Gonçalves
****

RIEN DE NOUVEAU
NIHIL NOVUM

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Tamara et le Démon, illustration du poème de Mikhaïl Lermontov, 1890

Na penumbra do pórtico encantado
Dans la pénombre du portique enchanté
De Bruges, noutras eras, já vivi;
De Bruges, jadis, j’ai vécu ;

***************************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LA VOLUPTÉ – Poème de FLORBELA ESPANCA – Volúpia – 1931

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA


******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

**************


Volúpia
LA VOLUPTÉ

Amadeo de Souza-Cardoso, Tête, Cabeça, 1913

___________________________

Recueil – Coleção
 Charneca em Flor

1931
___________________________

*******


No divino impudor da mocidade,
Dans l’impudeur divine de la jeunesse,
Nesse êxtase pagão que vence a sorte,
Dans cette extase païenne qui terrasse la fortune,
Num frémito vibrante de ansiedade,
Dans un frisson vibrant d’anxiété,
Dou-te o meu corpo prometido à morte!
Je te donne mon corps promis à la mort !

*

A sombra entre a mentira e a verdade…
L’ombre entre le mensonge et la vérité …
A nuvem que arrastou o vento norte…
Le nuage que porte le vent du nord …
– Meu corpo! Trago nele um vinho forte:
– mon corps ! ce vin puissant que je porte en lui :
Meus beijos de volúpia e de maldade!
Mes baisers de volupté et de méchanceté !

*

Trago dálias vermelhas no regaço…
Je porte des dahlias rouges sur les genoux …
São os dedos do sol quando te abraço,
Ce sont les doigts du soleil quand je t’étreins,
Cravados no teu peito como lanças!
Pénétrant ta poitrine comme des lances !

*

E do meu corpo os leves arabescos
Et de mon corps les légères arabesques
Vão-te envolvendo em círculos dantescos
T’enveloppent dans les cercles dantesques,
Felinamente, em voluptuosas danças…
Félines, dans de voluptueuses danses …

**

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

THE FAREWELL KHALIL GIBRAN THE PROPHET XXVIII L’ADIEU DU PROPHETE

THE FAREWELL Khalil Gibran The Prophet
L’ADIEU ou EPILOGUE

The Prophet XXVIII
THE FAREWELL KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898







جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET XXVIII
 THE FAREWELL
L’ADIEU
ou
EPILOGUE




1923


And now it was evening.
Et maintenant le soir était tombé.

And Almitra the seeress said, « Blessed be this day and this place and your spirit that has spoken. »
Et Almitra, la voyante, dit : « Béni soit ce jour, béni soit ce lieu et béni ton esprit qui a parlé. »

And he answered, Was it I who spoke? Was I not also a listener?
Et il répondit : « Est-ce moi qui ai parlé ? N’étais-je pas aussi un auditeur ? »

Then he descended the steps of the Temple and all the people followed him. And he reached his ship and stood upon the deck.
Puis il descendit les marches du Temple et tout le peuple le suivit. Et il arriva à son vaisseau et se tint sur le pont.

And facing the people again, he raised his voice and said:
Et face au peuple encore, il leva sa voix et dit :

People of Orphalese, the wind bids me leave you.
Gens d’Orphalese, le vent me dit qu’il est temps de vous quitter.

 Less hasty am I than the wind, yet I must go.
Je suis moins pressé que le vent, pourtant je dois partir.

We wanderers, ever seeking the lonelier way, begin no day where we have ended another day; and no sunrise finds us where sunset left us.
Nous, les errants, toujours à la recherche du chemin le plus solitaire, ne commençons pas un jour où nous avons passé un autre jour ; Et aucun lever du soleil ne nous trouve où le coucher du soleil nous a quittés.

Even while the earth sleeps we travel.
Même lorsque la terre dort, nous voyageons.

We are the seeds of the tenacious plant, and it is in our ripeness and our fullness of heart that we are given to the wind and are scattered.
Nous sommes les graines de la plante tenace, et c’est dans notre maturité et notre plénitude de cœur que nous sommes donnés au vent et que nous sommes dispersés.




Brief were my days among you, and briefer still the words I have spoken.
Brefs ont été  mes jours parmi vous, et encore plus brefs les paroles que j’ai prononcées.

But should my voice fade in your ears, and my love vanish in your memory, then I will come again,
Mais si ma voix s’efface dans vos oreilles, et que mon amour s’évanouit dans votre mémoire, je reviendrai alors.

And with a richer heart and lips more yielding to the spirit will I speak.
Et avec un cœur plus riche et des lèvres plus en phase avec l’esprit, je vous parlerai à nouveau.

Yea, I shall return with the tide,
Oui, je reviendrai avec la marée,

And though death may hide me, and the greater silence enfold me, yet again will I seek your understanding.
Et même si la mort me cache, et que le plus grand silence m’enveloppe, encore une fois je chercherai votre compréhension.

And not in vain will I seek.
Et je ne chercherai pas en vain.

If aught I have said is truth, that truth shall reveal itself in a clearer voice, and in words more kin to your thoughts.
Si tout ce que j’ai dit est vérité, cette vérité se révélera d’une voix plus claire, et en paroles plus proches de vos pensées.

I go with the wind, people of Orphalese, but not down into emptiness;
Je vais avec le vent, gens d’Orphalese, mais pas vers le néant ;


And if this day is not a fulfilment of your needs and my love, then let it be a promise till another day. Know therefore, that from the greater silence I shall return.
Et si ce jour n’est pas un accomplissement de vos besoins et de mon amour, alors qu’il soit une promesse jusqu’à un autre jour. Sachez donc que du plus grand silence je reviendrai.

The mist that drifts away at dawn, leaving but dew in the fields, shall rise and gather into a cloud and then fall down in rain.
La brume qui dérive à l’aube, en laissant de la rosée dans les champs, se lève et se rassemble dans un nuage, puis retombe en pluie.

And not unlike the mist have I been.
Et n’ai-je pas été comme de la brume.

In the stillness of the night I have walked in your streets, and my spirit has entered your houses,
Dans le calme de la nuit, j’ai marché dans v osrues, et mon esprit est entré dans vos maisons,

And your heart-beats were in my heart, and your breath was upon my face, and I knew you all.
Et vos battements de cœur étaient dans mon cœur, et votre souffle était sur mon visage, et je vous connaissais tous.

Ay, I knew your joy and your pain, and in your sleep your dreams were my dreams.
Oui, je connaissais et vos joies et vos peines et, dans votre sommeil, vos rêves étaient mes rêves.

And oftentimes I was among you a lake among the mountains.
Et souvent, j’étais au milieu de vous un lac au milieu des montagnes.

I mirrored the summits in you and the bending slopes, and even the passing flocks of your thoughts and your desires.
J’ai reflété les sommets en vous et les pentes, et même les troupeaux passants de vos pensées et vos désirs.

And to my silence came the laughter of your children in streams, and the longing of your youths in rivers.
Et mon silence accueillait le rire de vos enfants en ruisseaux, et le désir de vos jeunes en rivières.

And when they reached my depth the streams and the rivers ceased not yet to sing.
Et quand ils arrivèrent à ma profondeur, les ruisseaux et les rivières ne cessèrent de chanter.

But sweeter still than laughter and greater than longing came to me.
Mais une chose plus douce encore que le rire et plus grande que le désir venait à moi :

It was boundless in you;
C’était l’illimité qui se trouve en vous ;

The vast man in whom you are all but cells and sinews;
L’homme immense dont vous êtes tous des cellules et des nerfs ;

He in whose chant all your singing is but a soundless throbbing.
Lui, dans le chant duquel tout votre chant n’est que le bruit d’une palpitation.

It is in the vast man that you are vast,
C’est dans l’homme immense que vous êtes immense,


And in beholding him that I beheld you and loved you.
Et en le voyant, je vous ai regardés et vous ai aimés.




For what distances can love reach that are not in that vast sphere?
Quelles distances l’amour peut-il atteindre qui ne soient pas dans cette vaste sphère ?

What visions, what expectations and what presumptions can outsoar that flight?
Quelles visions, quelles attentes et quelles présomptions peuvent dépasser ce vol ?

Like a giant oak tree covered with apple blossoms is the vast man in you.
Comme un chêne géant recouvert de fleurs de pommier est cet immense homme en vous.

His mind binds you to the earth, his fragrance lifts you into space, and in his durability you are deathless.
Son esprit vous lie à la terre, son parfum vous élève dans l’espace, et dans sa éternité vous êtes immortels.

You have been told that, even like a chain, you are as weak as your weakest link.
On vous a dit que, comme une chaîne, vous êtes aussi faible que votre maillon le plus faible.

This is but half the truth. You are also as strong as your strongest link.
Ce n’est que la moitié de la vérité. Vous êtes aussi fort que votre lien le plus fort.

To measure you by your smallest deed is to reckon the power of ocean by the frailty of its foam.
Vous mesurer par votre plus petit acte, c’est mesurer la puissance de l’océan par la fragilité de son écume.

To judge you by your failures is to cast blame upon the seasons for their inconsistency.
Vous juger par vos échecs, c’est jeter le blâme sur les saisons pour leur incohérence.

Ay, you are like an ocean,
Oui, vous êtes comme un océan,

And though heavy-grounded ships await the tide upon your shores, yet, even like an ocean, you cannot hasten your tides.
Et quoique les vaisseaux lourds attendent la marée sur vos rivages, pourtant, tel un océan, vous ne pouvez hâter vos marées.

And like the seasons you are also,
Et vous êtes à l’image des saisons,

And though in your winter you deny your spring,
Même si en votre hiver vous niez votre printemps,




Yet spring, reposing within you, smiles in her drowsiness and is not offended.
Pourtant le printemps, reposant en vous, sourit dans sa somnolence et n’est pas offensé.

Think not I say these things in order that you may say the one to the other, « He praised us well. He saw but the good in us. »
Ne pensez pas que je dise ces choses afin que vous puissiez dire l’un à l’autre : «Il nous a bien loués, il n’a vu que le bien en nous. »

I only speak to you in words of that which you yourselves know in thought.
Je ne vous parle que par des paroles de ce que vous connaissez en pensée.

And what is word knowledge but a shadow of wordless knowledge?
Et qu’est-ce donc que la connaissance des mots, si ce n’est l’ombre d’une connaissance sans paroles ?

Your thoughts and my words are waves from a sealed memory that keeps records of our yesterdays,
Vos pensées et mes mots sont les vagues d’une mémoire scellée qui garde des souvenirs de nos hiers,

And of the ancient days when the earth knew not us nor herself,
Et des jours jadis où la terre ne nous connaissait ni ne se connaissait,

And of nights when earth was upwrought with confusion,
Et des nuits où la terre était envahie par la confusion,

Wise men have come to you to give you of their wisdom. I came to take of your wisdom:
Des hommes sages sont venus à vous pour vous donner de leur sagesse. Je suis venu pour prendre de votre sagesse :

And behold I have found that which is greater than wisdom.
Et voici, j’ai trouvé ce qui est plus grand que la sagesse.

It is a flame spirit in you ever gathering more of itself,
C’est un esprit de flamme en vous rassemblant toujours plus de lui-même,

While you, heedless of its expansion, bewail the withering of your days.
Pendant que vous, insouciant de son expansion, pleurez le dépérissement de vos jours.


It is life in quest of life in bodies that fear the grave.
C’est la vie en quête de vie dans des corps qui craignent la tombe.

There are no graves here.
Il n’y a pas de tombes ici.

These mountains and plains are a cradle and a stepping-stone.
Ces montagnes et plaines sont un berceau et un tremplin.

Whenever you pass by the field where you have laid your ancestors look well thereupon, and you shall see yourselves and your children dancing hand in hand.
Chaque fois que vous passez par le champ où vous avez déposé vos ancêtres, regardez-les bien, et vous verrez vous-mêmes et vos enfants dansant main dans la main.

Verily you often make merry without knowing.
En vérité, vous donnez de la joie souvent sans savoir.

Others have come to you to whom for golden promises made unto your faith you have given but riches and power and glory.
D’autres sont venus à vous, à qui, pour des promesses d’or faites à votre foi, vous avez donné la richesse, la puissance et la gloire.

Less than a promise have I given, and yet more generous have you been to me.
J’ai donné moins d’une promesse, et pourtant plus généreux avez-vous été avec moi

You have given me deeper thirsting after life.
Vous m’avez donné plus de soif de la vie.




Surely there is no greater gift to a man than that which turns all his aims into parching lips and all life into a fountain.
Certes, il n’y a pas de plus grand cadeau pour un homme que celui qui transforme tous ses buts en lèvres sèches et toute vie en une fontaine.

 And in this lies my honour and my reward, –
Et c’est là mon honneur et ma récompense,

That whenever I come to the fountain to drink I find the living water itself thirsty;
Que chaque fois que je viens à la fontaine pour boire, je trouve l’eau vive elle-même assoiffée;

And it drinks me while I drink it.
Et elle me boit pendant que je la bois.

Some of you have deemed me proud and over-shy to receive gifts.
Certains d’entre vous m’ont jugé ou trop fier ou trop timide pour recevoir des présents.

Too proud indeed am I to receive wages, but not gifts.
Je suis trop fier pour recevoir des salaires, mais pas des présents.

And though I have eaten berries among the hill when you would have had me sit at your board,
Et bien que j’aie mangé des baies sur la colline, quand vous m’auriez fait asseoir à votre table,

And slept in the portico of the temple where you would gladly have sheltered me,
Et je me suis endormi dans le portique du temple alors que vous auriez bien voulu m’abriter,

Yet was it not your loving mindfulness of my days and my nights that made food sweet to my mouth and girdled my sleep with visions?
Pourtant, n’est-ce pas votre attention affectueuse de mes jours et de mes nuits qui a rendu la nourriture douce à ma bouche et a rempli mon sommeil de visions ?

For this I bless you most:
Pour cela, je vous bénis :

You give much and know not that you give at all.
Vous donnez beaucoup et vous ne le savez pas.

Verily the kindness that gazes upon itself in a mirror turns to stone,
En vérité, la bonté qui se fixe dans un miroir se transforme en pierre,

And a good deed that calls itself by tender names becomes the parent to a curse.
Et une bonne action qui s’appelle par des noms tendres devient le parent d’une malédiction.

And some of you have called me aloof, and drunk with my own aloneness,
Et certains d’entre vous m’ont trouvé à l’écart, et ivre de ma propre solitude,

And you have said, « He holds council with the trees of the forest, but not with men.




Et vous avez dit : «Il tient conseil avec les arbres de la forêt, mais pas avec les hommes.

He sits alone on hill-tops and looks down upon our city. »
Il est assis seul sur les sommets des montagnes et regarde de haut notre ville. »

True it is that I have climbed the hills and walked in remote places.
C’est vrai que j’ai grimpé les collines et marché dans des endroits éloignés.

How could I have seen you save from a great height or a great distance?
Comment aurais-je pu vous voir autrement que d’une grande hauteur ou d’une grande distance ?

How can one be indeed near unless he be far?
Comment peut-on être vraiment proche si ce n’est en étant loin ?

And others among you called unto me, not in words, and they said,
Et d’autres parmi vous m’ont appelé, non par des paroles, et ils ont dit :

Stranger, stranger, lover of unreachable heights, why dwell you among the summits where eagles build their nests?
Étranger, étranger, amoureux de hauteurs inaccessibles, pourquoi habitez-vous parmi les sommets où les aigles construisent leurs nids ?

Why seek you the unattainable?
Pourquoi cherchez-vous l’inaccessible ?

What storms would you trap in your net,
Quelles tempêtes voulez-vous prendre dans votre filet,

And what vaporous birds do you hunt in the sky?
Et quels oiseaux vaporeux chassez-vous dans le ciel ?

Come and be one of us.
Venez et soyez l’un de nous.

Descend and appease your hunger with our bread and quench your thirst with our wine. »
Descendez et apaisez votre faim avec notre pain et étanchez votre soif avec notre vin. « 

In the solitude of their souls they said these things;
Dans la solitude de leur âme, ils disaient ces choses;

But were their solitude deeper they would have known that I sought but the secret of your joy and your pain,
Mais si leur solitude était plus profonde, ils auraient su que je ne cherchais que le secret de votre joie et de votre douleur,




And I hunted only your larger selves that walk the sky.
Et je n’ai chassé que votre moi-immense qui marche dans le ciel.

But the hunter was also the hunted:
Mais le chasseur aussi était chassé :

For many of my arrows left my bow only to seek my own breast.
Car beaucoup de mes flèches ont quitté mon arc seulement pour chercher ma propre poitrine.

And the flier was also the creeper;
Et celui qui vole était aussi celui qui rampe ;

For when my wings were spread in the sun their shadow upon the earth was a turtle.
Car, quand mes ailes étaient étendues au soleil, leur ombre sur la terre était une tortue.

And I the believer was also the doubter;
Et moi, le croyant, j’étais aussi dans le doute ;

For often have I put my finger in my own wound that I might have the greater belief in you and the greater knowledge of you.
Car j’ai souvent mis mon doigt dans ma propre blessure pour que je puisse avoir une plus grande foi en vous et une plus grande connaissance de vous.

And it is with this belief and this knowledge that I say,
Et c’est avec cette croyance et cette connaissance que je dis :

You are not enclosed within your bodies, nor confined to houses or fields.
Vous n’êtes pas enfermés dans vos corps, ni enfermés dans des maisons ou des champs.

That which is you dwells above the mountain and roves with the Wind.
Ce qui est vous habite au-dessus de la montagne et défile avec le vent.

It is not a thing that crawls into the sun for warmth or digs holes into darkness for safety,
Ce n’est pas une chose qui rampe dans le soleil pour la chaleur ou creuse des trous dans l’obscurité pour sa sécurité,

But a thing free, a spirit that envelops the earth and moves in the ether.
Mais une chose libre, un esprit qui enveloppe la terre et se meut dans l’éther.

If this be vague words, then seek not to clear them.
Si ce sont des mots vagues, alors cherchez à ne pas les clarifier.

Vague and nebulous is the beginning of all things, but not their end,
Vague et nébuleux sont le commencement de toutes choses, mais pas leur fin,

And I fain would have you remember me as a beginning.
Et je voudrais que vous vous souveniez de moi comme un commencement.

Life, and all that lives, is conceived in the mist and not in the Crystal.
La vie, et tout ce qui vit, est conçue dans la brume et non dans le cristal.

 And who knows but a crystal is mist in decay?
Et qui sait si le cristal est une brume qui part ?

This would I have you remember in remembering me:
Rappelez-vous ceci en pensant à moi :

 That which seems most feeble and bewildered in you is the strongest and most determined.
Ce qui semble le plus faible et le plus déconcerté en vous est le plus fort et le plus déterminé.


Is it not your breath that has erected and hardened the structure of your bones?
N’est-ce pas votre souffle qui a érigé et durci la structure de vos os ?

And is it not a dream which none of you remember having dreamt, that builded your city and fashioned all there is in it?
Et n’est-ce pas un rêve dont aucun d’entre vous ne se souvient d’avoir rêvé, qui a bâti votre ville et façonné tout ce qu’il y a ?

Could you but see the tides of that breath you would cease to see all else,
Pourriez-vous voir les marées de ce souffle vous cesseriez de voir tout le reste,

And if you could hear the whispering of the dream you would hear no other sound.
Et si vous pouviez entendre le chuchotement du rêve, vous n’entendriez plus aucun autre son.

But you do not see, nor do you hear, and it is well.
Mais vous ne voyez pas, et vous n’entendez pas, et c’est bien.

The veil that clouds your eyes shall be lifted by the hands that wove it,
Le voile qui occulte vos yeux sera soulevé par les mains qui l’ont tissé,

And the clay that fills your ears shall be pierced by those fingers that kneaded it.
Et l’argile qui remplit vos oreilles sera percée par ces doigts qui l’ont pétri.

 And you shall see
Et vous verrez

And you shall hear.
Et vous entendrez.

Yet you shall not deplore having known blindness, nor regret having been deaf.
Pourtant, vous ne regretterez pas avoir connu l’aveuglement, ni ne regretterez d’avoir été sourd.

For in that day you shall know the hidden purposes in all things,
Car en ce jour-là, vous connaîtrez les desseins cachés en toutes choses,

And you shall bless darkness as you would bless light.
Et vous bénirez les ténèbres comme vous avez béni la lumière.

After saying these things he looked about him, and he saw the pilot of his ship standing by the helm and gazing now at the full sails and now at the distance.
Après avoir dit ces choses, il regarda autour de lui, et il vit le pilote de son navire debout à la barre et regardant un coup les voiles pleines et un coup l’horizon.

And he said:
Et il dit :

Patient, over-patient, is the captain of my ship.
Patient, trop-patient, est le capitaine de mon navire.

The wind blows, and restless are the sails;
Le vent souffle, et les voiles sont agitées ;

Even the rudder begs direction;
Même le gouvernail de direction pousse la direction ;

Yet quietly my captain awaits my silence.
Mais tranquillement mon capitaine attend mon silence.

And these my mariners, who have heard the choir of the greater sea, they too have heard me patiently.
Et ces marins, qui ont entendu le chœur de la grande mer, m’ont aussi entendu patiemment.

Now they shall wait no longer.
Maintenant, ils ne doivent plus attendre.

I am ready.
Je suis prêt.

The stream has reached the sea, and once more the great mother holds her son against her breast.
Le fleuve a atteint la mer, et une fois de plus la grande mère tient son fils contre sa poitrine.

Fare you well, people of Orphalese.
Adieu, gens d’Orphalese.

This day has ended.
Cette journée est terminée.

It is closing upon us even as the water-lily upon its own tomorrow.
Elle se referme sur nous même comme le nénuphar sur son propre lendemain.

What was given us here we shall keep,
Ce qui nous a été donné ici, nous le garderons,

And if it suffices not, then again must we come together and together stretch our hands unto the giver.
Et si cela ne suffit pas, alors nous devons encore nous réunir et étendre nos mains vers celui qui donne.

Forget not that I shall come back to you.
N’oubliez pas que je reviendrai vers vous.

A little while, and my longing shall gather dust and foam for another body.
Un peu de temps, et mon désir rassemblera la poussière et la mousse pour réaliser un autre corps.

 A little while, a moment of rest upon the wind, and another woman shall bear me.
Un peu de temps, un moment de repos sur le vent, et une autre femme me portera.

Farewell to you and the youth I have spent with you.
Adieu à vous et à la jeunesse que j’ai passée avec vous.

It was but yesterday we met in a dream.
Ce n’était que hier que nous nous sommes rencontrés dans un rêve.

You have sung to me in my aloneness, and I of your longings have built a tower in the sky.
Vous avez chanté dans ma solitude, et moi, de vos désirs, j’ai bâti une tour dans le ciel.

 But now our sleep has fled and our dream is over, and it is no longer dawn.
Mais maintenant notre sommeil a fui et notre rêve est fini, et l’aube n’est plus.

The noontide is upon us and our half waking has turned to fuller day, and we must part.
Le midi est sur nous et notre demi-réveil s’est tourné vers un jour plus complet, et nous devons nous séparer.

If in the twilight of memory we should meet once more, we shall speak again together and you shall sing to me a deeper song.
Si au crépuscule de la mémoire nous nous retrouvons une fois de plus, nous parlerons à nouveau ensemble et vous me chanterez un chant plus profond.

And if our hands should meet in another dream, we shall build another tower in the sky.
Et si nos mains se rencontrent dans un autre rêve, nous construirons une autre tour dans le ciel.

So saying he made a signal to the seamen, and straightaway they weighed anchor and cast the ship loose from its moorings, and they moved eastward.
En disant cela, il fit un signal aux marins, et, aussitôt, ils levèrent l’ancre et larguèrent leurs amarres, et ils se dirigèrent vers l’est.

And a cry came from the people as from a single heart, and it rose into the dusk and was carried out over the sea like a great trumpeting.
Et un cri vint du peuple comme d’un seul cœur, et il monta au crépuscule et se porta sur la mer comme une grande trompette.


Only Almitra was silent, gazing after the ship until it had vanished into the mist.
Seule Almitra resta silencieuse, regardant le navire jusqu’à sa disparition dans la brume.

And when all the people were dispersed she still stood alone upon the sea-wall, remembering in her heart his saying,
Et quand tout le peuple fut dispersé, elle resta seule sur la jetée, se souvenant dans son cœur de ses paroles :

« A little while, a moment of rest upon the wind, and another woman shall bear me. »
« Un peu de temps, un moment de repos sur le vent, et une autre femme me portera. »

***********

The Farewell Khalil Gibran

************

THE PROPHET KHALIL GIBRAN LE PROPHETE IX HOUSES LES MAISONS

the-prophet-khalil-gibran-houses-les-maisons-artgitato-caspar-david-friedrichThe Prophet
HOUSES
LES MAISONS

Le Prophète

The Prophet IX
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET IX
HOUSES
LES MAISONS

1923




*****
The Prophet

*

the-prophet-khalil-gibran-houses-les-maisons-artgitato-caspar-david-friedrich

 Le Rêveur  Der Träumer Caspar David Friedrich
1835-1840
Musée de l’Ermitage – Saint Pétersbourg

Then a mason came forth and said, « Speak to us of Houses. »
Ensuite, un maçon sortit et dit : «Parle-nous des maisons. »

And he answered and said:
Et il répondit et dit :

Build of your imaginings a bower in the wilderness ere you build a house within the city walls.
Construisez en imagination un écrin dans le désert avant que vous ne construisiez une maison dans les murs de la ville.

For even as you have home-comings in your twilight, so has the wanderer in you, the ever distant and alone.
Car, comme vous, au crépuscule, rentrez chez vous, il en va de même pour le vagabond qui est en vous, le toujours lointain et solitaire.

Your house is your larger body.
Votre maison est votre grand corps.

It grows in the sun and sleeps in the stillness of the night; and it is not dreamless. Does not your house dream? And dreaming, leave the city for grove or hilltop?
Elle se développe au soleil et dort dans le silence de la nuit ; et ce ne sont pas sans rêves. Votre maison n’a-t-elle pas de rêve ? Et rêvant, ne quitte-t-elle pas la ville pour un bosquet ou une colline ?

Would that I could gather your houses into my hand, and like a sower scatter them in forest and meadow.
Si je pouvais rassembler vos maisons dans ma main, et, comme un semeur, les disperser dans la forêt et la prairie.

Would the valleys were your streets, and the green paths your alleys, that you might seek one another through vineyards, and come with the fragrance of the earth in your garments.
Que les vallées soient vos rues et les chemins verts vos allées, que vous puissiez vous chercher à travers les vignes, et revenir avec le parfum de la terre sur vos vêtements.

But these things are not yet to be.
Mais ces choses ne sont pas encore là.

In their fear your forefathers gathered you too near together. And that fear shall endure a little longer. A little longer shall your city walls separate your hearths from your fields.
Dans leur crainte, vos ancêtres se sont réunis les uns à côté des autres. Et cette crainte durera un peu plus longtemps. Un peu plus tard encore, vos murs de la ville sépareront vos foyers de vos champs.

And tell me, people of Orphalese, what have you in these houses? And what is it you guard with fastened doors?
Et dites-moi, gens de Orphalese, que possédez-vous donc dans ces maisons ? Et que gardez-vous avec des portes fermées ?

Have you peace, the quiet urge that reveals your power?
Avez-vous la paix, l’assurance tranquille qui révèle votre puissance?

Have you remembrances, the glimmering arches that span the summits of the mind?
Avez-vous des souvenirs, des arches scintillantes qui couvrent les sommets de l’esprit ?

Have you beauty, that leads the heart from things fashioned of wood and stone to the holy mountain?
Avez-vous la beauté, qui mène au cœur des choses façonnées de bois et de pierre à la montagne sainte ?

Tell me, have you these in your houses?
Dites-moi, avez-vous ces choses-là dans vos maisons?

Or have you only comfort, and the lust for comfort, that stealthy thing that enters the house a guest, and becomes a host, and then a master?
Ou avez-vous seulement le confort, et la soif de confort, cette chose furtive qui pénètre dans la maison tel un invité, et devient un hôte, et enfin un maître ?

Ay, and it becomes a tamer, and with hook and scourge makes puppets of your larger desires.
Oui, et il devient un dompteur, et avec un  crochet et un fléau fait des marionnettes de vos plus grands désirs.

Though its hands are silken, its heart is of iron.
Bien que ses mains soient soyeuses, son cœur est de fer.

It lulls you to sleep only to stand by your bed and jeer at the dignity of the flesh.
Il vous berce pour dormir seulement pour se tenir près de votre lit et se railler de la dignité de la chair.

It makes mock of your sound senses, and lays them in thistledown like fragile vessels.
Il se moque de vos sens solides, et les dépose dans l’ouate comme des vases fragiles.

Verily the lust for comfort murders the passion of the soul, and then walks grinning in the funeral.
En vérité, la soif de confort tue la passion de l’âme, et se gausse en souriant à ses funérailles.

But you, children of space, you restless in rest, you shall not be trapped nor tamed.
Mais vous, les enfants de l’espace, vous qui êtes agités dans le repos, vous ne serez pas pris au piège ni apprivoisés.

Your house shall be not an anchor but a mast.
Votre maison ne doit pas être un point d’ancrage, mais un mât.

It shall not be a glistening film that covers a wound, but an eyelid that guards the eye.
Elle ne doit pas être une bandelette étincelante qui couvre une plaie, mais une paupière qui protège l’œil.

You shall not fold your wings that you may pass through doors, nor bend your heads that they strike not against a ceiling, nor fear to breathe lest walls should crack and fall down.
Vous ne plierez point vos ailes pour passer à travers les portes, ni ne baisserez vos têtes pour qu’elles ne se frappent au plafond, ni ne craindrez de respirer de peur que les murs ne se fissurent puis tombent.

You shall not dwell in tombs made by the dead for the living.
Vous ne vous attarderez pas dans des tombes faites par les morts pour les vivants.

And though of magnificence and splendour, your house shall not hold your secret nor shelter your longing.
Et bien que remplie de magnificence et de splendeur, votre maison ne doit pas tenir votre secret, ni abriter votre désir.

For that which is boundless in you abides in the mansion of the sky, whose door is the morning mist, and whose windows are the songs and the silences of night.
Ce qui est immense en vous demeure dans la maison du ciel, dont la porte est la brume du matin, et les fenêtres les chants et les silences de la nuit.

*****

The Prophet
LES MAISONS
HOUSES

Khalil Gibran
Le Prophète IX

the-prophet-khalil-gibran-houses-les-maisons-artgitato-caspar-david-friedrich

Joy and Sorrow LE PROPHETE VIII THE PROPHET KHALIL GIBRAN JOIE ET TRISTESSE

joy-and-sorrow-le-prophete-viii-the-prophet-khalil-gibran-joie-et-tristesseJoy and Sorrow
Joie et Tristesse
Le Prophète – The Prophet

Le Prophète VIII
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET VIII
Joy and Sorrow
JOIE ET TRISTESSE

1923




*****

joy-and-sorrow-le-prophete-viii-the-prophet-khalil-gibran-joie-et-tristesse

Illustrations
Edvard Much Le Cri 1893  Musée Munch Oslo
Frans Hals Le Jeune Ramp et sa belle 1623, Metropolitan Museum of Art New York

*****

The Prophet
Joy and Sorrow
Joie et Tristesse
Khalil Gibran
Le Prophète VIII

********

Then a woman said, « Speak to us of Joy and Sorrow. »
Puis une femme demanda : « Parle-nous de la Joie et de la Tristesse. »

And he answered:
Et il répondit :

Your joy is your sorrow unmasked.
Votre joie est votre tristesse démasquée.

And the selfsame well from which your laughter rises was oftentimes filled with your tears.
Et le même puits d’où viennent vos rires a été souvent rempli de vos larmes.

And how else can it be?
Et comment peut-il en être différemment ?

The deeper that sorrow carves into your being, the more joy you can contain.
Plus profondément la douleur creuse dans votre être, plus de joie vous pouvez contenir.

Is not the cup that holds your wine the very cup that was burned in the potter’s oven?
La coupe que contient votre vin n’est-elle pas la même qui a été brûlée dans le four du potier?

And is not the lute that soothes your spirit, the very wood that was hollowed with knives?
Et le luth qui apaise votre esprit ne vient-il pas du même bois sculpté avec des couteaux?

When you are joyous, look deep into your heart and you shall find it is only that which has given you sorrow that is giving you joy.
Lorsque vous êtes joyeux, regardez profondément dans votre cœur et vous trouverez que c’est seulement ce qui vous a donné la douleur qui vous donne la joie.

When you are sorrowful look again in your heart, and you shall see that in truth you are weeping for that which has been your delight.
Lorsque vous avez le regard douloureux, plongez-vous à nouveau dans votre coeur, et vous verrez qu’en vérité vous pleurez pour ce qui fut votre plus grand plaisir.

Some of you say, « Joy is greater than sorrow, » and others say, « Nay, sorrow is the greater. »
Certains d’entre vous disent : «La joie est plus grande que la douleur», et d’autres disent: «Non, la douleur est la plus grande. »

But I say unto you, they are inseparable.
Mais je vous le dis, elles sont inséparables.

Together they come, and when one sits alone with you at your board, remember that the other is asleep upon your bed.
Ensemble, elles viennent, et quand l’une d’elles est assise, seule à vos côtés, rappelez-vous que l’autre est endormie dans votre lit.

Verily you are suspended like scales between your sorrow and your joy.
En vérité, vous êtes suspendus comme une balance entre votre tristesse et votre joie.

Only when you are empty are you at standstill and balanced.
Seulement quand vous êtes vide que vous êtes à l’arrêt et à l’équilibre.

When the treasure-keeper lifts you to weigh his gold and his silver, needs must your joy or your sorrow rise or fall.
Lorsque le gardien du trésor vous soulève pour peser son or et son argent, votre joie ou votre douleur monte ou descend.

**

 The Prophet
Joy and Sorrow
Joie et Tristesse
Khalil Gibran
Le Prophète VIII

working citation The Prophet WORK KHALIL GIBRAN CITATION LE TRAVAIL

working citation
The Prophet

WORK Le Travail- Le Prophète VII
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898

 





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

Working Citation

THE PROPHET VII
WORK
LE TRAVAIL
 

1923




working citation
The Prophet
Work
Khalil Gibran
Le Prophète VII
Le Travail

**
the-prophet-khalil-gibran-le-prophete-artgitato-gustave-caillebotte-the-floor-planers-les-raboteurs-de-parquet

Gustave Caillebotte  The Floor Planers Les Raboteurs de parquet – 1875 – Musée d’Orsay – Paris

Working Citation

**

WORK THE PROPHET

working citation

***

Then a ploughman said, « Speak to us of Work. »
Puis le laboureur dit : « Parle-nous du Travail. »

And he answered, saying:
Et il répondit en disant :

You work that you may keep pace with the earth and the soul of the earth.
Vous travaillez pour pouvoir suivre le rythme avec la terre et avec  l’âme de la terre.

For to be idle is to become a stranger unto the seasons, and to step out of life’s procession, that marches in majesty and proud submission towards the infinite.
Être inactif c’est devenir un étranger aux saisons, et de s’éloigner de la procession de la vie, qui marche dans une soumission majestueuse et qui marche fière vers l’infini.

When you work you are a flute through whose heart the whispering of the hours turns to music.
Lorsque vous travaillez, vous êtes une flute à travers laquelle le cœur change en musique le chuchotement des heures .

Which of you would be a reed, dumb and silent, when all else sings together in unison?
Lequel d’entre vous serait un roseau, muet et silencieux, quand tout le reste chante à l’unisson ?

Always you have been told that work is a curse and labour a misfortune.
Toujours on vous a dit que le travail est une malédiction et le labeur un malheur.

But I say to you that when you work you fulfil a part of earth’s furthest dream, assigned to you when that dream was born,
Mais je vous dis que lorsque vous travaillez vous remplissez une partie d’un rêve lointain de la terre, à vous assigné lorsque ce rêve est né,

And in keeping yourself with labour you are in truth loving life,
Et c’est en vous gardant au travail que vous êtes dans l’aimable vérité de la vie,

And to love life through labour is to be intimate with life’s inmost secret.
Et à aimer la vie par le travail c’est devenir intime avec le secret le plus fondamental de la vie.

But if you in your pain call birth an affliction and the support of the flesh a curse written upon your brow, then I answer that naught but the sweat of your brow shall wash away that which is written.
Mais si vous voyez votre naissance, dans votre peine, telle une affliction et le poids de la chair telle une malédiction écrite sur votre front, alors je réponds que rien d’autre que la sueur de votre front ne pourra laver ce qui y est écrit.

You have been told also life is darkness, and in your weariness you echo what was said by the weary.
On vous a dit aussi : « la vie est obscurité« , et dans votre lassitude vous faites écho à ce qui a été dit par lassitude.

And I say that life is indeed darkness save when there is urge,
Et je dis que la vie est en effet obscurité, sauf quand il y a envie,

And all urge is blind save when there is knowledge,
Et toute envie est aveugle sauf quand il y a la connaissance,

And all knowledge is vain save when there is work,
Et toute connaissance est vaine sauf quand il y a du travail,

And all work is empty save when there is love;
Et tout le travail est vide, sauf quand il y a l’amour ;

And when you work with love you bind yourself to yourself, and to one another, and to God.
Et quand vous travaillez avec amour vous vous liez à vous-même et aux autres, et à Dieu.

And what is it to work with love?
Et que veut donc dire travailler avec amour ?

It is to weave the cloth with threads drawn from your heart, even as if your beloved were to wear that cloth.
C’est tisser la toile avec des fils tirés de votre cœur, comme si votre bien-aimé devait porter ce tissu.

It is to build a house with affection, even as if your beloved were to dwell in that house.
C’est de construire une maison avec affection, comme si votre bien-aimé devait habiter dans cette maison.

It is to sow seeds with tenderness and reap the harvest with joy, even as if your beloved were to eat the fruit.
C’est semer les graines avec tendresse et récolter la moisson avec joie, comme si votre bien-aimé devait en manger le fruit.

It is to charge all things you fashion with a breath of your own spirit,
C’est charger toutes les choses que vous réalisez avec un souffle de votre propre esprit,

And to know that all the blessed dead are standing about you and watching.
Et savoir que tous les morts bienheureux sont debout à vos côtés et vous regardent.

Often have I heard you say, as if speaking in sleep, « he who works in marble, and finds the shape of his own soul in the stone, is a nobler than he who ploughs the soil.
J’ai souvent entendu dire, comme si  vous parliez en dormant, « celui qui travaille dans le marbre, et trouve la forme de son âme dans la pierre, est un plus noble que celui qui laboure le sol.

And he who seizes the rainbow to lay it on a cloth in the likeness of man, is more than he who makes the sandals for our feet. »
Et celui qui saisit l’arc en ciel pour le poser sur un chiffon à la ressemblance de l’homme, est plus grand que celui qui réalise les sandales pour nos pieds. « 

But I say, not in sleep but in the over-wakefulness of noontide, that the wind speaks not more sweetly to the giant oaks than to the least of all the blades of grass;
Mais je dis, non pas en dormant, mais en étant totalement éveillé en plein midi, que le vent ne parle pas plus doucement aux chênes géants qu’au moindre brin d’herbe ;

And he alone is great who turns the voice of the wind into a song made sweeter by his own loving.
Et lui seul est grand celui qui a changé la voix du vent en une chanson plus douce par son propre amour.

Work is love made visible.
Le travail est l’amour devenu visible.

And if you cannot work with love but only with distaste, it is better that you should leave your work and sit at the gate of the temple and take alms of those who work with joy.
Et si vous ne pouvez pas travailler avec amour mais seulement avec dégoût, il est préférable que vous quittiez votre travail et que vous vous asseyiez à la porte du temple et receviez l’aumône de ceux qui travaillent avec joie.

For if you bake bread with indifference, you bake a bitter bread that feeds but half man’s hunger.
Car si vous faites cuire du pain avec indifférence, vous faites cuire un pain amer qui ne nourrit que la moitié de la faim d’un homme.

And if you grudge the crushing of the grapes, your grudge distils a poison in the wine.
Et si vous écrasez des raisins sans joie, votre rancune distille alors un poison dans le vin.

And if you sing though as angels, and love not the singing, you muffle man’s ears to the voices of the day and the voices of the night.
Et si vous chantez comme les anges, mais que vous n’aimiez pas le chant, vous voilez aux oreilles de l’homme les voix du jour et les voix de la nuit.

******
The Prophet
working citation

Eating and Drinking Khalil GIBRAN – Manger & Boire

eating-and-drinking-khalil-gibran-artgitato-le-dejeuner-dhuitres-jean-francois-de-troy-1735-musee-conde-chantillyEating and Drinking – Manger & Boire- Le Prophète VI
The Prophet KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET VI
Eating and Drinking
Manger & Boire 

1923




The Prophet
Eating and Drinking
Khalil Gibran
Le Prophète VI
Manger & Boire

Traduction Jacky Lavauzelle

**

eating-and-drinking-khalil-gibran-artgitato-le-dejeuner-dhuitres-jean-francois-de-troy-1735-musee-conde-chantilly

Le Déjeuner d’huîtres Jean-François de Troy 1735 Musée Condé Chantilly

*******

Then an old man, a keeper of an inn, said, « Speak to us of Eating and Drinking. »
Puis un vieil homme, le gardien d’une auberge, dit : «Parle-nous du manger et du boire.« 

And he said:
Et il dit :

Would that you could live on the fragrance of the earth, and like an air plant be sustained by the light.
Vivez du parfum de la terre, et comme une plante être inondé par la lumière.

But since you must kill to eat, and rob the young of its mother’s milk to quench your thirst, let it then be an act of worship,
Mais puisque vous devez tuer pour manger, et voler pour les jeunes le lait de sa mère pour étancher votre soif, que cela devienne alors un acte d’adoration,

And let your board stand an altar on which the pure and the innocent of forest and plain are sacrificed for that which is purer and still more innocent in many.
Et considérez votre table comme un autel sur lequel le pur et l’innocent de la forêt et de la plaine sont sacrifiés pour ce qui est plus pur et encore plus innocent chez de nombreux hommes.

When you kill a beast say to him in your heart,
Lorsque vous tuez une bête, en votre cœur dites-lui :

« By the same power that slays you, I too am slain; and I too shall be consumed.
«Par la même puissance que te tue, moi aussi je suis tué, et je serai aussi consommé.

For the law that delivered you into my hand shall deliver me into a mightier hand.
La loi que t’a livré dans ma main me livrera dans une main plus puissante.

Your blood and my blood is naught but the sap that feeds the tree of heaven. »
 Ton sang et mon sang ne sont rien d’autres que cette sève qui nourrit l’arbre des cieux ».

And when you crush an apple with your teeth, say to it in your heart,
Et quand vous mangez une pomme avec vos dents, dites en votre cœur,

« Your seeds shall live in my body,
« Tes graines doivent vivre dans mon corps,

And the buds of your tomorrow shall blossom in my heart,
Et les bourgeons de ton lendemain fleuriront dans mon cœur,

And your fragrance shall be my breath,
Et ta fragrance sera mon souffle,

And together we shall rejoice through all the seasons. »
Et ensemble, nous nous réjouirons à travers toutes les saisons « .

And in the autumn, when you gather the grapes of your vineyard for the winepress, say in your heart,
Et à l’automne, lorsque vous réunissez les raisins de ta vigne pour le pressoir, dites dans votre cœur :

« I too am a vineyard, and my fruit shall be gathered for the winepress,
« Moi aussi, je suis une vigne, et mon fruit sera cueilli pour le pressoir,

And like new wine I shall be kept in eternal vessels. »
Et comme le vin nouveau je serai gardé dans d’éternelles amphores « .

And in winter, when you draw the wine, let there be in your heart a song for each cup;
Et en hiver, lorsque vous tirez votre vin, qu’il y ait dans votre cœur une chanson pour chaque tasse ;

And let there be in the song a remembrance for the autumn days, and for the vineyard, and for the winepress.
Et qu’il y ait dans cette chanson un souvenir pour les jours d’automne, pour la vigne et le pressoir.

*******

The Prophet
Eating and Drinking
Khalil Gibran
Le Prophète VI
Manger & Boire

GIVING KHALIL GIBRAN – LE PROPHETE V LE DON

Giving – Le Don – Le Prophète V
The Prophet Giving KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET V
GIVING
Le Don 

1923




Traduction Jacky Lavauzelle

The Prophet
Giving Khalil Gibran
Le Prophète V
LE DON

*******

giving-khalil-gibran-artgitato-van-dyck-16-18-saint-martin-partageant-son-manteau

Saint Martin partageant son manteau
Van Dyck, 1618  Église Saint-Martin, Zaventem, Belgique

***********

Giving Khalil Gibran

Then said a rich man, « Speak to us of Giving. »
Puis un homme riche demanda : « Parle-nous du Don. »

And he answered:
Et il répondit :

You give but little when you give of your possessions.
Vous donnez, mais vous donnez  peu lorsque vous donnez de vos biens.

It is when you give of yourself that you truly give.
C’est quand vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment !

For what are your possessions but things you keep and guard for fear you may need them tomorrow?
Que sont vos biens, sinon des choses que vous gardez, que vous conservez de peur d’en manquer demain ?

And tomorrow, what shall tomorrow bring to the over prudent dog burying bones in the trackless sand as he follows the pilgrims to the holy city?
Et demain ? Qu’apportera demain au chien prudent qui a enterré ses os dans le sable sans faire de traces, alors qu’il suit les pèlerins de la ville sainte ?

And what is fear of need but need itself?
Et qu’est-ce que la peur de la nécessité si ce n’est la nécessité elle-même ?

Is not dread of thirst when your well is full, thirst that is unquenchable?
N’est-ce  pas redouter la soif quand votre puits est plein, cette soif n’est-elle pas inextinguible ?

There are those who give little of the much which they have – and they give it for recognition and their hidden desire makes their gifts unwholesome.
Il y a ceux qui donnent peu de bien de ce qu’ils ont – et ils le donnent pour de la reconnaissance et leur désir caché de faire des dons malsain.

And there are those who have little and give it all.
Et il y a ceux qui ont peu et qui donnent tout.

These are the believers in life and the bounty of life, and their coffer is never empty.
Ce sont des croyants dans la vie et dans la bonté de la vie, et leur coffre n’est jamais vide.

There are those who give with joy, and that joy is their reward.
Il y a ceux qui donnent avec joie, et cette joie est leur récompense.

And there are those who give with pain, and that pain is their baptism.
Et il y a ceux qui donnent avec douleur, et la douleur est leur baptême.

And there are those who give and know not pain in giving, nor do they seek joy, nor give with mindfulness of virtue;
Et il y a ceux qui donnent et n’ont pas de douleur à donner, ils ne recherchent pas la joie, ni ne donnent avec la pleine conscience de la vertu ;

They give as in yonder valley the myrtle breathes its fragrance into space.
Ils donnent comme le myrte dans ce vallon qui respire sa fragrance dans l’espace.

Through the hands of such as these God speaks, and from behind their eyes He smiles upon the earth.
Par les mains de ceux-là, c’est Dieu qui parle, et à travers leurs yeux Il sourit à la terre.

It is well to give when asked, but it is better to give unasked, through understanding;
Il est bon de donner quand on le demande, mais il est préférable de donner quand on ne demande rien, grâce à la compréhension;

And to the open-handed the search for one who shall receive is joy greater than giving
Et à la main ouverte, la recherche de celui qui reçoit est une joie plus grand que le don.

And is there aught you would withhold?
Et n’y a-t-il pas des choses à garder ?

All you have shall some day be given;
Tout ce que vous avez un jour doit être donné ;

Therefore give now, that the season of giving may be yours and not your inheritors’.
donnez donc maintenant que la saison des dons puisse être vôtre et non celle de vos héritiers.

You often say, « I would give, but only to the deserving. »
Vous dites souvent: «Je donnerais, mais seulement à ceux qui le méritent. »

The trees in your orchard say not so, nor the flocks in your pasture.
Les arbres dans votre verger ne disent pas cela, pas plus les troupeaux dans votre pâturage.

They give that they may live, for to withhold is to perish.
Ils donnent pour pouvoir vivre, retenir c’est périr.

Surely he who is worthy to receive his days and his nights is worthy of all else from you.
Certes, celui qui est digne de recevoir ses jours et ses nuits est digne de toute autre chose de vous.

And he who has deserved to drink from the ocean of life deserves to fill his cup from your little Stream.
Et celui qui a mérité de boire à l’océan de la vie mérite de remplir sa tasse à votre petit ruisseau.

And what desert greater shall there be than that which lies in the courage and the confidence, nay the charity, of receiving?
Et quel plus grand mérite y-a-il que celui qui se trouve dans le courage et la confiance, et même dans la charité, de recevoir ?

And who are you that men should rend their bosom and unveil their pride, that you may see their worth naked and their pride unabashed?
Et qui êtes-vous pour que des hommes dévoilent leur poitrine et leur fierté, que vous puissiez voir leur valeur à nu et leur fierté sans bornes ?

See first that you yourself deserve to be a giver, and an instrument of giving.
Faites que vous vous méritiez d’être un donneur, et un instrument du don.

For in truth it is life that gives unto life – while you, who deem yourself a giver, are but a witness.
Car en vérité, la vie donne à la vie – alors que vous, vous qui vous jugez un donneur, n’êtes qu’un témoin.

And you receivers – and you are all receivers – assume no weight of gratitude, lest you lay a yoke upon yourself and upon him who gives.
Et vous qui recevez- et qui recevez tout – ne ressentez pas un poids dans la gratitude, car vous vous posez un joug sur vous-même et sur celui qui donne.

Rather rise together with the giver on his gifts as on wings;
Grandissez-vous en même temps que le donneur avec ses dons comme avec des ailes ;

For to be over mindful of your debt, is to doubt his generosity who has the free-hearted earth for mother, and God for father.
Pour être trop conscient de votre dette, c’est mettre en doute sa générosité qui a la terre aimante pour mère, et Dieu pour père.

*********

Giving Khalil Gibran

LE PROPHETE IV – The Prophet CHILDREN KHALIL GIBRAN – IV- Les Enfants

Children – Les Enfants – Le Prophète IV
The Prophet Children KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET IV
CHILDREN
Les Enfants 

1923




Traduction Jacky Lavauzelle

The Prophet
Children Khalil Gibran
Le Prophète IV
CHILDREN
Les Enfants

children-khalil-gibran-les-enfants-jean-baptiste-greuze-lenfant-gate-1765-saint-petersbourg-musee-de-lermitage

Jean-Baptiste Greuze (détail)
L’Enfant gâté -1765 – Saint-Pétersbourg – Musée de l’Ermitage.

*

And a woman who held a babe against her bosom said, « Speak to us of Children. »
Et une femme qui tenait un bébé contre son sein dit : «Parle-nous des enfants.« 

And he said:
Et il a dit alors :

Your children are not your children.
Vos enfants ne sont pas vos enfants.

They are the sons and daughters of Life’s longing for itself.
Ils sont les fils et filles du désir de Vie pour elle-même.

They come through you but not from you,
Ils viennent à travers vous mais non de vous,

And though they are with you, yet they belong not to you.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

You may give them your love but not your thoughts.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées.

For they have their own thoughts.
Car ils ont leurs propres pensées.

You may house their bodies but not their souls,
Vous pouvez héberger leurs corps mais pas leurs âmes,

For their souls dwell in the house of tomorrow, which you cannot visit, not even in your dreams.
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

You may strive to be like them, but seek not to make them like you.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne cherchez pas à les faire comme vous.

For life goes not backward nor tarries with yesterday.
Car la vie va pas en arrière ni ne s’attarde avec hier.

You are the bows from which your children as living arrows are sent forth.
Vous êtes les arcs desquels vos enfants, comme des flèches vivantes, sont envoyés.

The archer sees the mark upon the path of the infinite, and He bends you with His might that His arrows may go swift and far.
L’archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance afin que ses flèches puissent aller vite et loin.

Let your bending in the archer’s hand be for gladness;
Laissez la tension dans la main de l’archer viser la joie ;

For even as he loves the arrow that flies, so He loves also the bow that is stable.
Car, comme il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

*****

Children Khalil Gibran