Archives par mot-clé : chanson française

LES RUBANS DE LA VIE – Paroles Armand FOUCHER – Musique de VERCOLIER

LES RUBANS DE LA VIE
1910

Créée par
JUNKA ( Léonce Junca né à Bordeaux en 1878- mort en 1945) au Petit Casino
C. VILDEZ (Carmen Vildez – Carmen Vallejo – Chanteuse lyrique des concerts parisiens – 17 mars 1884 – 8 mars 1977) à l’Eldorado
Mme DEPARME (Jane Deparme) à Ba-ta-clan (Le Grand Café Chinois-Théâtre Ba-ta-clan, future salle du Bataclan)
VILETTE au Casino Saint Martin (ex Fantaisies Saint-Martin, créé en 1896 – Casino Saint-Martin, en 1907, sous la direction des frères Comte)
STRADEL au Kursaal
ROSEL à la Fauvette (En 1891, le Bal du Siècle – 1894 Gaîté des Gobelins puis et La Fauvette (Concert Pacra -Restauration Ernest Pacra). En 1937 devient un cinéma – En 1992 devient le Gaumont Gobelins)
SIGARD – HAUPTO – NIOT – NODER- Mme J. HESBLY (Jeanne Hesbly)- O’REVIL

Paroles de ARMAND FOUCHER (1872-1954)
Musique de JULES VERCOLIER (Jules Amable Vercolier (18..-1912)

Paris – Edition Vercolier – 53 Faubourg St Martin – Paris
Imprimerie Moderne

C’EST DU LAPIN (1926)- Chanson créée par ALIBERT aux FOLIES-BERGÈRE – Paroles de Lucien BOYER et Louis MARCHAND – Musique de Jean BOYER

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
C’est du lapin

PAROLES de Lucien BOYER (né le 20 janvier 1876 à Leognan (Gironde) et mort le 16 juin 1942)et Louis MARCHAND (né en 18xxx et mort le 22 octobre 1967)
MUSIQUE de Jean BOYER

1926

Couverture de C’est du Lapin
Les Editions du Music-Hall

Premier Couplet

*****

poète, compositeur, chansonnier et goguettier français
LUCIEN BOYER
(père de JEAN BOYER 1901-1965)

Lucien Boyer
« Le Chansonnier des poilus »

Lucien Boyer dessiné par Jules Alexandre Grün en 1920

SOUVENIRS DE VENISE Chanson de Lucien COLONGE & H PION & Samuel FISCHER & B DELVAUX

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SOUVENIRS DE VENISE CHANSON


 

 

 
SOUVENIRS DE VENISE

Paroles de Lucien Colonge (18xx-1914) & Honoré Pion (18xx-1946)
Musique de Samuel  Fischer & B Devaux
 

Romance

=

(Chantée par M. Sardet, Ténor du Théâtre de la Gaîté)

PREMIER COUPLET
Sous l’azur de tes cieux
Venise enchanteresse
Que de songes heureux
M’a donné ton ivresse
Mon pauvre cœur brisé
S’en va toujours sans trêve
Où le flot d’un baiser
Fait tressaillir la grève.

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

SECOND COUPLET
Oui, j’ai connu l’amour,
Sur ta vague indécise,
Au déclin du beau jour,
Qui te dorait Venise !
Tes gondoliers chantaient
Frappant l’onde en cadence
Et leurs chants s’envolaient
Perdus dans le silence !

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

TROISIEME COUPLET
Nous voguions en rêvant,
Sur ta vague endormie,
Dans un songe enivrant
D’ivresse et d’harmonie !
Je voyais dans ces yeux
Où scintillait la flamme,
Resplendir radieux
L’amour de mon âme.

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

QUATRIEME COUPLET
Depuis loin de ton ciel,
De ton flot qui caresse,
Dans un rêve vermeil,
Je vois l’enchanteresse !
Et mon cœur plein d’émoi,
A son amour fidèle,
Venise va vers toi,
Ainsi que l’hirondelle !

REFRAIN
Souvenirs de Venise
Vous me charmez toujours
Près de vous sur la brise
S’en volent mes amours
Vers la plage rêveuse
J’ai connu le bonheur
Ô Venise amoureuse
Je t’ai laissée mon cœur.

***********

Souvenirs de Venise Chanson

PETITE CHOSE Chanson de Charlys

 

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
PETITE CHOSE CHANSON


 

PAROLES de CHARLYS (18xx-1955)
MUSIQUE de CHARLYS

 

 
PETITE CHOSE

Paroles de Charlys
Musique de Charlys
 

Mélodie-Valse
(Très nuancé)

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

PREMIER COUPLET
Pour que tes chagrins s’envolent
Comme des papillons noirs
Je sais de belles paroles
Qui consolent ton désespoir
Si tu veux, toi qui m’enchantent
Je peux te faire oublier
Toutes ces peines méchantes
Et je chante
Pour te bercer
Dans mes bras tendrement
Comme on berce un enfant.

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

SECOND COUPLET
Sur ton cœur je fais un rêve
Le plus beau rêve d’amour
Mais j’ai peur que l’heure brève
Ne l’achève
Avec le jour
Avant que l’aube merveille
Ne vienne nous désunir
Je voudrais que tu sommeilles
Et je veille
Pour t’endormir
Dans mes bras tendrement
Comme on berce un enfant.

REFRAIN
Petite chose
Tu es morose
Sais-tu la cause
De ton chagrin ?
Pour te séduire
Dans un sourire
Je peux te dire
Des mots câlins !

petite chose chanson de charlys

SUR LA RIVIERA Chanson de Marcel Bertal & Emile Ronn et Léo Daniderff

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LA RIVIERA CHANSON


 Paroles de Marcel Bertal & Ronn
Musique de Léo Daniderff

 
SUR LA RIVIERA

Paroles de Marcel Bertal (1882-1953) & Emile Ronn (18xx-1935)
Musique de Léo Daniderff (1878-1943)
 

PREMIER COUPLET
Nice est en folie,
C’est le soir du carnaval ;
Les femmes jolies
Au bras des galants se pressent vers le bal.
Mais parmi les masques
Passe un joli domino,
Un Pierrot fantasque
Lui soupire quelques mots.
C’est si doux d’écouter ce qu’il dit
Que la danse aussitôt le suit

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

SECOND COUPLET
Puis au clair de lune
Le Pierrot parla d’amour
Si bien que la brune
Laissa retirer son masque de velours
Ah ! Je vous adore
Fit-il, ce soir c’est permis !
Et jusqu’à l’aurore
Ce fut un vrai paradis
Demain dit-elle en le quittant
Ici-même je vous attends !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

TROISIEME COUPLET
Le Pierrot si tendre
Ne vint jamais la revoir
Et lasse d’attendre
Elle dit : pourquoi ne m’aime-t-il qu’un soir ?
Ses douces paroles
Pour toujours ont pris mon cœur
Ah ! Que j’étais folle
De croire à tant de bonheur !
Comme lui l’amour s’est déguisé
C’est fini le rêve c’est brisé !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise attristée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont cruels et menteurs les serments
C’est l’amour qui s’éloigne
En pleurant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

Sur la Riviera Chanson de Bertal & Ronn et Léo Daniderfp

SUR LE TROTTOIR Chanson de Charlys & Montagnon

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LE TROTTOIR CHANSON


 

PAROLES de CHARLYS (18xx-1955) & MONTAGNON
MUSIQUE de CHARLYS (18xx-1955) & MONTAGNON
  

 

 
SUR LE TROTTOIR

Paroles de Charlys & Montagnon
Musique de Charlys & Montagnon

PREMIER COUPLET
Elle naquit un matin de printemps
Ainsi que viennent les roses
Fleur du hasard qu’on jette à peine éclose
Sur le chemin du passant
Elle était née d’un beau serment d’amour
Mais les serments sont frivoles
L’amour s’envole et dans le vieux faubourgs
L’enfant reste seul un jour.

REFRAIN
Sur le trottoir près du ruisseau
Epave de la rue
Abandonnée loin du berceau
Pauvre fille perdue
Fleur du pavé que par devoir
Une passante émue
Par charité recueille un soir
Là-bas sur le trottoir.

SECOND COUPLET
Elle grandit sans soutien, sans tuteur,
Comme les herbes sauvages.
A dix-huit ans un amour de passage
Vint déjà, prendre son cœur
Et pour un homme, un vaurien sans aveu,
On la vit, vendre ses charmes.
Combien de larmes
Et de chagrins honteux
Pouvaient se lire en ses yeux.

REFRAIN
Sur le trottoir près du ruisseau
Epave de la rue
Vendant son cœur pour ce qu’il vaut
Elle se prostitue
Ses cheveux courts, ses grands yeux noirs,
Dans la foule inconnue
Sont au passant qui veut l’avoir,
Là-bas sur le trottoir.

TROISIEME COUPLET
Mais le temps passe, elle a déjà vieilli,
Comme les fleurs éphémères,
Les fleurs d’amour ne se conservent guère
Une saison les flétrit
Maintenant c’est un objet de dédain,
Que l’homme regarde à peine
Femme qui traîne,
Epuisée de chagrin
Sans abri, sans feu, sans pain.

REFRAIN
Sur le trottoir, près du ruisseau
Epave de la rue,
Elle est tombée sans dire un mot,
C’est le froid qui la tue.
Puissants du jour, votre pouvoir
Vos lois qu’on institue,
Ne sont rien tant qu’on pourra voir
Des femmes sur le trottoirs.

sur le trottoir paroles  & musique de Charlys & Montagnon

LA VALSE BRUNE Chanson de Georges Villard et Georges Krier

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
LA VALSE BRUNE CHANSON


 

PAROLES de Georges VILLARD (18xx-1927)
MUSIQUE de Georges KRIER (1872-1946)
   

 

 
LA VALSE BRUNE
1909

Paroles de Georges Villard
Musique de Georges Krier
 Valse

PREMIER COUPLET
Ils ne sont pas des gens à valse lente
Les bons rôdeurs qui glissent dans la nuit
Ils lui préfèrent la valse entraînante
Souple, rapide où l’on tourne sans bruit
Silencieux ils enlacent leurs belles
Mêlant la colle avec le cotillon
Légers, légers ils partent avec elle
Dans un gai tourbillon.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

SECOND COUPLET
Ils ne sont pas tendres pour leurs épouses
Et, quand il faut, savent les corriger,
Un seul soupçon de leurs âmes jalouses,
Et les rôdeurs sont prêts à se venger.
Tandis qu’ils font à Berthe, à Léonore
Un madrigal en vers de leur façon
Un brave agent de son talon sonore
Souligne la chanson.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

TROISIEME COUPLET
Quand le rôdeur, dans la nuit, part en chasse
Et qu’à la gorge il saisit un passant,
Les bons amis, pour que tout bruit s’efface,
Non loin de lui chantent en s’enlaçant.
Tandis qu’il pille un logis magnifique,
Où d’un combat qu’il sait sortir vainqueur,
Les bons bourgeois grisés par la musique
Murmurent tous en chœur :

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

BENGALI JOLI CHANSON de Ernest Dumont & Louis Bénéch

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE

BENGALI JOLI CHANSON

 

PAROLES de Ernest DUMONT (1877-1941)
MUSIQUE de (Ferdinand) Louis Bénéch(1875-1925)
   

 

 BENGALI JOLI

Paroles de E. Dumont
Musique de F. L. Bénech
 

PREMIER COUPLET
Sur les bords des flots,
Là-bas à Java,
Un bel étranger un soir rencontra
Une jeune indienne,
Mignonne sirène,
Avec des yeux grands comme ça !
Comme elle rougissait en les regardant,
Il s’approcha d’elle en lui souriant
Et sans trop de peine,
Au bout d’une semaine,
Il pouvait chanter gaiement.

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Mon bel oiseau des pays jolis !
Elle est belle avec pas grand-chose,
Une simple fleur, un ruban rose…
Son tout petit cœur d’oiseau,
Ne rêve pas à de grands chapeaux.
C’est moi qu’elle aime et ça me suffit,
Aussi je l’emmène à Paris.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

SECOND COUPLET
Dans sa garçonnière, une fois à Paris,
Il la présente à un de ses amis,
Elle était exquise,
Dans sa p’tite chemise,
A la mode de son pays !
Achète-lui au moins un chapeau ou deux,
ça la couvrira toujours un p’tit peu,
Ou ta p’tit’ sauvage
Faut la mettre en cage,
Il lui dit ; ça vaut bien mieux !

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Un bel oiseau des pays jolis !
Elle est belle avec pas grand-chose,
Une simple fleur, un ruban rose…
Son petit, petit cœur d’oiseau,
N’a pas besoin de vos grands chapeaux.
Je préfère qu’elle reste au logis,
C’est moi qu’elle aime et ça me suffit.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

TROISIEME COUPLET
La petite Indienne eut un succès fou,
Des amis venaient la voir de partout,
Oh ! la jolie fille,
Comme elle est gentille,
ça rendit l’amant jaloux,
Et quand Bengali lui dit un beau jour
Je veux des bottines une robe de velours
Craignant que son rêve
Bientôt ne s’achève,
Il lui dit avec amour :

REFRAIN
C’est mon petit, petit Bengali !
Mon bel oiseau des pays jolis !
Retournons vite en notre île,
Ici les amours sont fragile
Et ton petit, petit cœur d’oiseau
N’a pas besoin de ces jeux nouveaux
Tu sais que je t’aime pour la vie.
C’est le bonheur et ça suffit.
Mon petit Bengali
Des pays si jolis !

BENGALI JOLI CHANSON de Ernest Dumont & Louis Bénéch

LES BIJOUX Chanson Française de Ernest DUMONT & Louis Bénéch

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
LES BIJOUX CHANSON


 

PAROLES de Ernest DUMONT (1877-1941)
MUSIQUE de (Ferdinand) Louis Bénéch(1875-1925)
   

 

 
LES BIJOUX

Paroles de E. Dumont
Musique de F. L. Bénech
Fox Trot chanté

PREMIER COUPLET
De tous les sourires et les baisers
Qu’on a donné
De tous les serments que l’on échange
Un soir d’été,
Jolis mots d’amour des rendez-vous,
Tout petits chagrins d’un cœur jaloux.
Que retrouve-t-on pour rappeler les jours passés ?
Quelques fleurs, quelques rubans,
Billets doux, lettres d’amant,
Bague d’or et de brillants,
Qui fait dire en rougissant :

REFRAIN
Les tendresses,
Les caresses,
C’est troublant…
Les toilettes,
Les violettes,
C’est charmant…
On les aime,
Mais quand même
Et malgré tout,
Les souvenirs les plus doux
Sont les bijoux !

SECOND COUPLET
Petite poupée aux jolis yeux,
Couleur de cieux,
Qui rêvait de fleurs et de pays
Mystérieux,
Dans notre voyage à Singapour,
Témoin merveilleux de nos amours,
Dis-moi ce qui t’a le plus charmé,
Par sa beauté ?
Enlevant son manteau blanc,
Elle montre en souriant
Un collier, riche présent
Rapporté de l’Orient…

REFRAIN
Les tendresses,
Les caresses,
C’est troublant…
Les toilettes,
Les violettes,
C’est charmant…
On les aime,
Mais quand même
Et malgré tout,
Les souvenirs les plus doux
Sont les bijoux !

TROISIEME COUPLET
La danse infernale où le danseur
Prend votre cœur !
Le réveil brutal, songe trompeur,
Matin de pleurs !
Reine de beauté, qui voit mourir
Un soir de plaisirs, tous ses désirs,
A quoi rêvez-vous, que voulez-vous
Par-dessus tout ?
Un anneau, tout simplement,
Qu’il soit d’or, même d’argent,
Un anneau qui pour toujours,
Unira deux vrais amours…

REFRAIN
Les tendresses,
Les caresses,
C’est troublant…
Les toilettes,
Les violettes,
C’est charmant…
On les aime,
Mais quand même
Et malgré tout,
Le souvenir le plus doux
C’est un bijou !

Les Bijoux Chanson Bénech & Ernest Dumont

 

SERENADE A ROSINETTE Chanson de Ernest Dumont et de Louis Bénéch

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SERENADE A ROSINETTE CHANSON


 

PAROLES de Ernest DUMONT (1877-1941)
MUSIQUE de (Ferdinand) Louis Bénéch(1875-1925)
   

Sérénade à Rosinette chanson de Ernest Dumont et Louis Bénéch Sélection Artgitato Dicksee Romeo & Juliet

 
SERENADE A ROSINETTE

 Mouvement de Valse

1er COUPLET
Au loin de la nuit
Viens de sonner minuit
Tremblant, le passant regagne son logis
Car il vient de voir
Là-bas dans le noir
Un homme qui fait le guet au coin du trottoir
Passant, n’aie pas peur
Ce n’est pas un rôdeur
C’est un amoureux qui chante
Pour sa belle amie
Qui s’est endormie
Ou qui se moque de lui

REFRAIN
O hé ! Ma jolie Rosinette
Comme un gai troubadour
Je viens chanter sous ta fenêtre
Pour tes beaux yeux d’amour
Bien qu’on ne soit pas à Grenade
Entends ma sérénade
Allons ne fait pas la coquette
Rosinette !

SECOND COUPLET
Ton concierge est sourd
Comme un vieux tambour
Elle me laisse sonner jusqu’au jour
Et voilà qu’il pleut
Crois-moi si tu veux
L’pépin qu’t’as pour moi me couvre bien peu
Vraiment t’as pas d’cœur
Si c’était ta sœur
Elle m’ouvrirait de suite
Mais comm’ t’en as pas
Ell’ ne m’ouvre pas
Et je suis forcé d’rester là !

REFRAIN
O hé ! Ma jolie Rosinette
 Entends ton troubadour
 Pour moi, ouvre donc ta fenêtre
 Ta fenêtre d’amour
 Nous ne sommes pas à Grenade
 J’peux pas faire l’escalade
Descends réveiller la pip’lette

 Rosinette !

TROISIEME COUPLET
Le voilà entre
Il va l’attraper
Mais elle qui voit ça commenc’ par crier
« Deux heur’s du matin !
D’où viens-tu gredin ?
Et c’est encor’ toi qui fais toi qui fais tout c’potin ! »
Ah ! ça c’est trop fort !
Mais d’peur d’avoir tort
Il se calme tout de suite
Et d’un ton câlin
Il lui dit : « Mon chien,
Je t’expliqu’rai ça demain

REFRAIN
Dodo ma jolie Rosinette
 Bientôt viendra le jour
 Et c’est alors que l’on regrette
 Les douces nuits d’amour

 Nous ne sommes pas à Grenade
 Ne m’fais pas de sérénade
Endormons-nous mas mignonette,

 Rosinette ! »

*