MA TRISTE MÉMOIRE -Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Si a mi triste memoria en hondo olvido

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

MA TRISTE MÉMOIRE
SI A MI TRISTE MEMORIA EN HONDO OLVIDO


************************

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

********

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,
  jamás yo ausente en mísera figura
Je n’aurai dans l’absence cette figure misérable
 lamentaría el daño no debido;
regrettant à l’envi des dommages injustifiables ;

mas preséntela llevo, y voy perdido
mais cette ombre est là et je suis perdu
por cierto error a estrecha desventura,
 par cette erreur certaine qui me réduit au malheur,
y es muerte fiera él, ya de mi ventura
 et quelle mort féroce, déjà ma fortune
rico despojo al corazón caído.
 généreuse dans mon cœur est tombée.

De mi gloria me acuerdo para pena,
 De ma gloire, le souvenir me peine,
del mal para dolor, y nunca veo
 et de ce mal je souffre, et jamais ne vois
 o pienso cosa ajena de mi engaño.
ou ne pense quelque chose d’étranger à mon illusion.

Pobre de bien mi suerte, y de afán llena
 Mon triste sort de plein d’affliction
fue; y aunque no, bastara mi deseo
s’est retrouvé ; mais si mon sort eût été différent, mon désir eût suffi
para no dar lugar al desengaño.
 à me diriger vers une inéluctable déception.

***********************

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

BLANC – Sonnet de Fernando de Herrera – Ahora, que cubrió de blanco hielo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

BLANC
AHORA, QUE CUBRIO DE BLANCO HIELO

***********************

Kasimir Malevitch, Carré blanc sur fond blanc, White on White, 1918

**********

Ahora, que cubrió de blanco hielo
Maintenant, la blanche glace couvre
el oro la hermosa aurora mía,
l’or de la belle mine de l’aurore
blanco es el puro sol y blanco el día,
blanc est le pur soleil et blanc est le jour,
y blanco el color lúcido del cielo.
et blanc la couleur lucide du ciel.

Blancas todas tus viras, que recelo,
Blanches toutes tes flèches, que je redoute,
es blanco el arco y rayos de alegría,
blanc est l’arc et les expressions de joie,
Amor, con que me hieres a porfía;
Amour, par lequel tu me blesses ;
blanco tu ardiente fuego y frío hielo.
blanc est ton feu brûlant et blanc ta froide glace.

Mas, ¿qué puedo esperar de esta blancura,
Mais que puis-je espérer de cette blancheur,
pues tiene en blanca nieve el pecho tierno
de cette neige blanche qui recouvre ta tendre poitrine
contra mi fiera llama defendido?
pour éteindre ma sauvage flamme défendue ?

¡Oh, beldad sin amor! ¡Oh, mi ventura!
Ô beauté sans amour ! Ô ma fortune !
Que abrasado en rigor de fuego eterno,
Brûlant dans la rigueur du feu éternel,
muero en un blanco hielo convertido.
je meurs transformé en une dure glace blanche.

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES VAGUES DE LA MER – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Del mar las ondas quebrantarse vía

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

*******

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

**********

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port ;
y en conflicto las naves que el desierto
 et se briser aussi les navires en conflit que l’aride
Bóreas, bramando con furor, batía,
 Borée, beuglant de fureur, fouettait,

cuando gozoso de la suerte mía,
quand, me félicitant de mon incroyable chance,
aunque afligido del naufragio cierto,
 tempérée néanmoins par ce certain naufrage,
dije: no cortará del Ponto incierto
 je dis : jamais sous de tels déluges incertains
jamás mi nave la temida vía.
ne pénétrera mon navire de si terrible voie.

¡Mas, ay triste, que apena se presenta
Mais triste, si triste que se présente inattendue
  de mi fingido bien una esperanza
de ce bonheur irréel une espérance
cuando las velas tiendo sin recelo!
 que je hisse alors mes voiles sans crainte !

Vuelo cual rayo, y súbita tormenta
 Je vole comme un éclair, mais un soudain tourbillon
me niega la salud y la bonanza,
 me refuse la salut et la quiétude,
y en negra sombra cubre todo el cielo.
 et son ombre noire alors recouvre tout le ciel.

*******************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA



*******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

GUADALQUIVIR – Sonnet de Fernando de Herrera – Alegre, fértil, vario, fresco prado

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Guadalquivir
Alegre, fértil, vario, fresco prado


**********************

Alegre, fértil, vario, fresco prado,
Joyeuse, fertile, variée, fraîche prairie,
tú monte, y bosque d’ árboles hermoso,
toi, la montagne, toi, la forêt d’arbres jolis,
el uno y otro siempre venturoso,
l’un et l’autre toujours enjoués,
que de las bellas plantas fue tocado;
quand, par de beaux pieds, vous êtes pénétrés ;

Betis, con puras ondas ensalçado,
Guadalquivir, aux vagues pures fameuses,
y con ricas olivas abundoso,
entouré par de riches oliviers,
cuánto eres más felice y gloriöso,
combien plus heureux et glorieux aussi,
pues eres de mi Aglaya visitado.
tu es quand d’Aglaé t’offre sa visite.

Siempre tendréis perpetua primavera,
Vous aurez toujours le printemps perpétuel,
y del Elisio campo tiernas flores,
et des fleurs tendres des Champs-Elysées,
si os viere el resplandor de la Luz mía.
si le rayonnement de ma Lumière vous voit.

Ni estéril ielo, o soplo crudo os hiera;
Ni la glace stérile, ni le vent glacial ne vous ont blessés ;
antes Venus, las Gracias, los Amores
avant que Vénus, les Grâces, les Amours
os miren, y en vos reine l’Alegría.
ne vous regardent, et vous comblent alors de Joie.


**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE VOILE – Sonnet de Fernando de Herrera – Aquí yo vi el luciente y puro velo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

***********

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE


*********

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,
que se puso en mi cuello, y sacudido
poser sur mon cou, flottant
a la aura, el oro retocó en su vuelo.
dans le vent, l’or saisi pendant son vol.

Cual baja el bello Amor del alto cielo
Aussi le bel Amour descend du haut ciel
con crispante esplendor esclarecido,
pourvu d’une splendeur lumineuse,
tal mi Luz pareció con encendido
ainsi ma Lumière apparaissait d’une telle
vigor, que hace ilustre y rico el suelo.
vigueur que le sol en devenait illustre et riche.

Mis ojos, que gozaron esta gloria,
Mes yeux, qui appréciaient cette gloire,
son dichosos, y guardan la alegría
devenaient heureux, tout en conservant cette joie
para el dolor que el alma presa siente.
douloureuse que ressent l’âme emprisonnée.

¡Oh qué dulce holganza a la memoria,
Ô quel doux repos pour la mémoire,
dulce bien y regalo de aquel día,
doux bonheur et cadeau de ce jour,
que siempre alabo en soledad ausente!
que je loue toujours dans la solitude absente !

********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES BRINS D’OR PUR – Sonnet de Fernando de Herrera – Las hebras de oro puro que la frente

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Santiago Rusiñol, Le patio bleu

*******

Las hebras de oro puro que la frente
Les brins d’or pur, ton front
cercan en ricas vueltas, do el tirano
les abrite en abondantes volutes, le tyran
señor teje los lazos con su mano,
Seigneur y tisse les liens de sa main,
y arde en la dulce luz resplandeciente;
et brûle en la douce lumière rougeoyante ;

cuando el invierno frío se presente,
quand l’hiver froid se présentera,
vencedor de las flores del verano,
hiver vainqueur des fleurs de l’été,
el purpúreo color tornando vano,
la couleur violacée devenue vaine,
en plata volverán su lustre ardiente.
en argent changera le brûlant éclat.

Y no por eso amor mudará el puesto;
Mais l’amour lui ne changera pas ;
que el valor lo asegura y cortesía,
affirmé par la vertu, la courtoisie,
el ingenio y del alma la nobleza.
l’ingéniosité et la noblesse de l’âme.

Es mi cadena y fuego el pecho honesto,
Ma chaîne et mon feu sera ta chaste poitrine,
y virtud generosa lumbre mía,
et ta vertu généreuse sera ma lumière,
de vuestra eterna, angélica belleza.
de ton éternelle et angélique beauté.

************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA FORCE DU DÉSIR – Sonnet de Fernando de Herrera – ¿Quién rompe mi reposo?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LA FORCE DU DESIR
¿Quién rompe mi reposo?

August Macke, Arbre dans un champ de blé, 1907

********

¿Quién rompe mi reposo? ¿Quién desata
Qui brise mon repos ? Qui délie
el dulce sueño al corazón cansado?
Le doux rêve de mon cœur fatigué ?
¿Quién despierta el temor de mi cuidado?
Qui réveille la peur de mes soins ?
¿Quién mi sosiego amado desbarata?
Qui contrarie ma tranquillité chérie ?

La fuerza de mi afán, que me maltrata
La force de mon désir qui me maltraite
turbando mi descanso, y tan pagado
dérange ma paix, et, tant assiégé
estoy del mal, que en él, enajenado
par tant de mal, qu’en lui, aliéné
de lo más, el sentido se recata.
totalement, le sens désormais se perd.

Fuera yo a mi pasión no agradecido
A ma passion, je ne serai reconnaissant
si no buscara extremos en la pena,
si je ne cherchais pas les extrêmes chagrins,
como en la presunción de mi osadía.
comme en l’orgueil de mes audaces.

El bien de mi dolor tan bien sufrido
Dans cette douleur où tant je souffre
es pensar que cuan fiero me condena
je pense que plus féroce est la peine
tanto es mayor con él la gloria mía.
plus plus grande en est alors la gloire.


**************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
********************************************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

*********************************************

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port

****

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire

****

BLANC
Ahora, que cubrió de blanco hielo

Kasimir Malevitch, Carré blanc sur fond blanc, White on White, 1918


Ahora, que cubrió de blanco hielo
Maintenant, la blanche glace couvre
el oro la hermosa aurora mía,
l’or de la belle mine de l’aurore

****

MA PURE LUMIERE
MI PURA LUZ

Caspar David Friedrich, Lever de lune sur la mer, 1821
Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

Mi pura Luz, si olvida el fértil suelo
Ma pure Lumière, si tu oublies le sol fertile
que Betis enriquece en Occidente,
 que le Guadalquivir enrichit à l’Ouest,

****

SOLEIL ROUGE
Rojo sol que con hacha luminosa

(Sonnet – Soneto)

Fernando de Herrera Artgitato Soleil Rouge Rojo Sol que scarlet-sunset-1830 Turner

Rojo sol que con hacha luminosa
Soleil rouge qui, d’une torche flamboyante,
coloras el purpúreo alto cielo,
colore d’une couleur pourpre les hauteurs des cimes,

*****

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,

*****

LAS HEBRAS DE ORO PURO
LES BRINS D’OR PUR

Santiago Rusiñol, Le patio bleu

Las hebras de oro puro que la frente
Les brins d’or pur, ton front
cercan en ricas vueltas, do el tirano
les abrite en abondantes volutes, le tyran

****

POR ESTRECHO CAMINO
PAR UN CHEMIN ÉTROIT

Albert Bierstadt, Estes Park, Colorado, Whyte’s Lake, 1877

Por estrecho camino, al sol abierto
Par un chemin étroit, offert au soleil,
de espinas y de abrojos mal sembrado,
d’épines et des ronciers parsemé,

*****

LA FORCE DU DESIR
¿Quién rompe mi reposo?

August Macke, Arbre dans un champ de blé, 1907

¿Quién rompe mi reposo? ¿Quién desata
Qui brise mon repos ? Qui délie
el dulce sueño al corazón cansado?
Le doux rêve de mon cœur fatigué ?

****

GUADALQUIVIR
Alegre, fértil, vario, fresco prado

Alegre, fértil, vario, fresco prado,
Joyeuse, fertile, variée, fraîche prairie,
tú monte, y bosque d’ árboles hermoso,
toi, la montagne, toi, la forêt d’arbres jolis

****

MA TRISTE MEMOIRE
Si a mi triste memoria en hondo olvido

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,

****

LE TRAVAIL DE PHIDIAS
un capitán valeroso

(El trabajo de Fidia ingenioso)
(Le travail de l’ingénieux Phidias)

Statue chryséléphantine de Zeus à Olympie
Le Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique, Gravure, Quatremère de Quincy, 1815

El trabajo de Fidia ingenioso,
Le travail de l’ingénieux Phidias,
que a Júpiter Olimpio dio la gloria,
que le Jupiter Olympien a rendu célèbre,

*****

LÀ OÙ LA BEAUTÉ FLEURIT
Aquí donde florece la belleza

Cupidon, William Adolphe Bouguereau

Aquí donde florece la belleza,
Là où la beauté fleurit,
en cuyo dulce fuego el Amor prueba
dans le feu où l’amour éprouve

*****
LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR
Después que en mí tentaron su crudeza

Joaquín Sorolla
Joaquín Sorolla y Bastida
Académie d’homme, musée des beaux-arts de Valence, Espagne

1887
Academia de los Hombres, Museo de Bellas Artes de Valencia, España

Después que en mí tentaron su crudeza
Après qu’en moi j’ai subi la cruauté
de Amor y vos las flechas y los ojos,
 de l’Amour et ses flèches et ses yeux,

*****************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

**********************

****************

L’AMITIÉ ENTRE CERVANTÈS ET FERNANDO DE HERRERA

Au milieu d’occupations si peu dignes de lui, Cervantès cependant n’avait pas dit aux muses le dernier adieu ; il leur conservait un culte secret, et entretenait soigneusement le feu sacré de son génie. La maison du célèbre peintre Francisco Pacheco, maître et beau-père du grand Velazquez, s’ouvrait alors à tous les genres de mérites ; l’atelier de ce peintre, qui cultivait aussi la poésie, était, au dire de Rodrigo Caro, l’académie ordinaire de tous les beaux-esprits de Séville. Cervantès comptait parmi les plus assidus visiteurs, et son portrait figura dans cette précieuse galerie de plus de cent personnages distingués qu’avait tracés et réunis le pinceau du maître. Il se lia d’amitié, dans cette académie, avec l’illustre poëte lyrique Fernando de Herrera, dont ses compatriotes ont presque laissé périr la mémoire, puisqu’on ne connaît ni la date de sa naissance, ni celle de sa mort, ni aucune particularité de sa vie, et dont les œuvres, ou plutôt celles qui restent, furent trouvées par fragments dans les portefeuilles de ses amis. Cervantès, qui fit un sonnet sur la mort d’Herrera, était également l’ami d’un autre poëte, Juan de Jauregui, l’élégant traducteur de l’Aminta du Tasse, dont la copie, égalant l’original, a le rare privilége d’être aussi comptée parmi les œuvres classiques. Le peintre Pacheco cultivait la poésie ; le poëte Jauregui cultivait la peinture, et fit également le portrait de son ami Cervantès.

Miguel de Cervantes Saavedra
L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche
Notice sur la vie et les ouvrages de Cervantès
Traduction par Louis Viardot
J.-J. Dubochet
1836 Tome 1


***********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

PAR UN CHEMIN ÉTROIT Sonnet de Fernando de Herrera – Por estrecho camino, al sol abierto

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

*************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

POR ESTRECHO CAMINO
PAR UN CHEMIN ÉTROIT

Albert Bierstadt, Estes Park, Colorado, Whyte’s Lake, 1877

*********

Por estrecho camino, al sol abierto
Par un chemin étroit, offert au soleil,
de espinas y de abrojos mal sembrado,
d’épines et des ronciers parsemé,
al tardo paso muevo, y voy cansado
je marche fatigué à pas lourds épuisés
a do cierra la vuelta el mar incierto.
vers la rive fermée de la mer incertaine.

Silencio triste habita este desierto,
Le silence triste habite ce désert,
y el mal que hay me importa ser callado;
et il m’importe de taire le mal qui m’attend ;
cuando acaballo cuido, acrecentado
pensant être arrivé, je vois se rallonger
veo el sendero y veo el daño cierto.
le chemin et je pressens les évidents dommages.

A un lado empina yerto inmensa cumbre
D’un côté, un gigantesque sommet
el monte hórrido, opuesto al alto cielo;
de l’horrible montagne, surplombant le haut ciel ;
corta un despeñadero la otra parte.
de l’autre, une plongeante falaise tranchante.

Crecer la sombra y anublar la lumbre
L’ombre croît et couvre la lumière
siento, y no hallo, solo en mi recelo,
Je la sens, et je ne trouve, seulement en mes doutes,
a do pueda valerme alguna parte.
plus rien pour me retirer quelque part.


*********************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

DANS LA NUIT DE L’ÂME – Gustavo Adolfo Bécquer – RIMA I – Yo sé un himno gigante y extraño

LITTERATURE ESPAGNOLE
POEMAS – POEMES
RIMAS – RIMES

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Gustavo Adolfo Bécquer
1836 – 1870

poemas poèmes de Gustavo Adolfo Bécquer par Valeriano en 1862 Traduction Française Artgitato

Gustavo Adolfo becquer
*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**************

María Blanchard, Femme à l’éventail, 1916, Musée National centre d’art Reina Sofía, Madrid

*****
RIMAS
El libro de los gorriones

Groupe de soixante-dix poèmes
Publication en 1871


*****

RIMA I
Yo sé un himno gigante y extraño
LA NUIT DE L’ÂME

*******

Yo sé un himno gigante y extraño
Je connais un hymne grandiose et étrange
Que anuncia en la noche del alma una aurora,
qui annonce l’aurore dans la nuit de l’âme,
Y estas páginas son de ese himno
Et ces pages sont cet hymne
Cadencias que el aire dilata en las sombras.
Des rythmes que l’air dilate dans les ombres.

Yo quisiera escribirle, del hombre
Je voudrais l’écrire, de l’homme
Domando el rebelde, mezquino idioma,
Apprivoiser le rebelle et vulgaire langage,
Con palabras que fuesen á un tiempo
Avec des mots qui seraient à la fois
Suspiros y risas, colores y notas.
Soupirs et rires, couleurs et notes.

Pero en vano es luchar; que no hay cifra
Mais en vain c’est se battre ; il n’y a pas de chiffre
Capaz de encerrarlo, y apenas ¡oh hermosa!
Capable de l’enfermer, et à peine, ô splendeur !
Si, teniendo en mis manos las tuyas,
Ai-je mes mains dans la tienne,
Pudiera, al oirlo, cantártelo á solas.
Pourrais-je, à l’oreille, te le chanter.

****************************

GUSTAVO ADOLFO BECQUER POEMAS RIMAS-RIMES TRADUCTION FRANÇAISE DE POÈMES


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.