Archives par mot-clé : larmes

GUIDE – POÈME DE ZINAÏDA HIPPIUS – 1925- Поэзия Зинаиды Гиппиус – Наставление

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Zinaida.jpg.

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Zinaïda Hippius
Поэзия Зинаиды Гиппиус
___________________________________

Zinaïda Nicolaïevna Hippius
Зинаи́да Никола́евна Ги́ппиус

8 novembre 1869 Beliov Russie – 9 septembre 1945 Paris,
8 ноября 1869 Белёв, Российская империя — 9 сентября 1945 Париж Франция

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

GUIDE
1925
Наставление  
_______________________________________________

 

*


Молчи. Молчи. Не говори с людьми,
Taisez-vous ! Taisez-vous ! Ne parlez pas aux gens,
Не подымай с души покрова.
Ne soulevez pas le voile de votre âme.
Все люди на земле — пойми! Пойми! —
Tous les gens sur terre – comprenez cela ! Comprenez ! –
Ни одного не стоят слова.
Ne valent même pas la peine d’un seul mot.

*

Не плачь. Не плачь. Блажен, кто от людей
Ne pleurez pas. Ne pleurez pas. Bénis ceux
Свои печали вольно скроет.
Qui cachent librement leurs chagrins.
Весь этот мир одной слезы твоей,
Ce monde entier ne mérite pas une seule de vos larmes,
Да и ничьей слезы не стоит.
Et personne ne vaut une larme.

*

Таись, стыдись страданья твоего,
Restez caché, sans montrer vos souffrances
Иди — и проходи спокойно.
Allez et allez calmement.
Ни слов, ни слез, ни вздоха, — ничего
Pas un mot, pas une larme, pas un soupir – rien !
Земля и люди недостойны.
La Terre et les gens n’en sont pas dignes.

*******

Начало 1925 г., Париж
1925, Paris

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

Élégie à Ramón Sijé – Poème de Miguel Hernández – ELEGIA A RAMÓN SIJÉ – 1936

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*******



********
ELEGIA A RAMÓN SIJÉ
Élégie à Ramón Sijé

(L’écrivain Ramón Sijé (José Ramón Marín Gutiérrez) est né, comme Miguel Hernández, trois ans avant, à Orihuela le 16 novembre 1913)

*********

(En Orihuela, su pueblo y el mío, se me ha
muerto como del rayo Ramón Sijé, con quien
tanto quería.)

Francisco de Goya, Visión fantástica o Asmodea, Museo del Prado, Madrid

**********

Yo quiero ser llorando el hortelano
Avec mes pleurs, je veux être le jardinier
de la tierra que ocupas y estercolas,
de la terre que tu foules et que tu fertilises,
compañero del alma, tan temprano.
compagnon de l’âme, tôt le matin.

Alimentando lluvias, caracolas
Elle alimente les pluies, les coquillages
y órganos mi dolor sin instrumento,
et les organes ma douleur sans instrument,
a las desalentadas amapolas
et aux coquelicots découragés

daré tu corazón por alimento.
je donnerai ton cœur comme aliment.
Tanto dolor se agrupa en mi costado
Tant de douleur se regroupe dans mes côtes
que por doler me duele hasta el aliento.
que je souffre au plus haut point.

Un manotazo duro, un golpe helado,
Un coup dur, un coup glacial,
un hachazo invisible y homicida,
une hache invisible et criminelle,
un empujón brutal te ha derribado.
une poussée brutale t’a assommé.



 No hay extensión más grande que mi herida,
Il n’existe aucune extension plus grande que ma plaie,
lloro mi desventura y sus conjuntos
je pleure mon malheur, et tout ce qui l’entoure
y siento más tu muerte que mi vida.
et je sens ta mort plus que je ne sens ma vie.

Ando sobre rastrojos de difuntos,
Je marche sur les chaumes des défunts,
y sin calor de nadie y sin consuelo
et sans la chaleur de personne et sans réconfort
voy de mi corazón a mis asuntos.
Je vais tantôt vers mon cœur tantôt à mes affaires.

Temprano levantó la muerte el vuelo,
La mort tôt le matin s’est envolée,
temprano madrugó la madrugada,
tôt le matin l’aurore s’est levée,
temprano estás rodando por el suelo.
tôt le matin, sur le sol, tu es tombé.

No perdono a la muerte enamorada,
Je ne pardonne pas à la mort amoureuse,
no perdono a la vida desatenta,
 Je ne pardonne pas à la vie inattentive,
no perdono a la tierra ni a la nada.
Je ne pardonne ni à la terre ni au néant.

En mis manos levanto una tormenta
De mes mains je soulève une tempête
de piedras, rayos y hachas estridentes
de pierres, de rayons et d’axes stridents
sedienta de catástrofes y hambrienta.
assoiffée de catastrophes et affamée.

Quiero escarbar la tierra con los dientes,
Je veux creuser la terre avec mes dents,
quiero apartar la tierra parte a parte
Je veux répartir la terre, morceaux après morceaux
a dentelladas secas y calientes.
par des morsures sèches et chaudes.

Quiero minar la tierra hasta encontrarte
Je veux miner la terre jusqu’à ce que je te trouve
y besarte la noble calavera
et embrasser ce noble crâne
y desamordazarte y regresarte. 
et te libérer et te ramener.

Volverás a mi huerto y a mi higuera:
Tu retourneras dans mon jardin et à mon figuier :
por los altos andamios de las flores
parmi les hautes plantes en fleurs
pajareará tu alma colmenera
butinera ton âme bourdonnante

de angelicales ceras y labores.
de cires laborieuses et angéliques.
Volverás al arrullo de las rejas
Tu reviendras vers le roucoulement des grilles
de los enamorados labradores.
des paysans amoureux.

Alegrarás la sombra de mis cejas,
Tu apprécieras l’ombre de mes sourcils,
y tu sangre se irá a cada lado
et ton sang partira de tous les côtés
disputando tu novia y las abejas.
disputé entre ton amie et les abeilles.

Tu corazón, ya terciopelo ajado,
Ton cœur, velours fripé,
llama a un campo de almendras espumosas
appelle vers un champ d’amandes bouillonnant
mi avariciosa voz de enamorado.
ma voix avide d’amant.

A las aladas almas de las rosas
Aux âmes des roses ailées
del almendro de nata te requiero,
de l’amandier de crème je t’appelle,
que tenemos que hablar de muchas cosas,
nous avons tant de choses encore à nous dire,
compañero del alma, compañero.
compagnon de l’âme, mon compagnon.  

**********

10 de enero de 1936
10 janvier 1936

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE BON VIEUX chanson Poésie de Aimé Ruffier et Musique de A. Fattorini

SELECTION ARTGITATO
CHANSON FRANCAISE
LE BON VIEUX CHANSON
 

PAROLES de Aimé RUFFIER (18xx-1912)
MUSIQUE de A FATTORINI

 

 

Le Bon Vieux Chanson Jean-Baptiste_Siméon_Chardin_023


LE BON VIEUX

 

1er COUPLET
Moderato
Le bon vieux n’a plus qu’une jambe,
Plus qu’un bras et quatre-vingts ans,
Pourtant il est encore moins ingambe
Et moins triste que bien des gens ;
Car il porte sur sa poitrine
La croix gagnée au champ d’honneur,
C’est un brave de la marine,
Un de ceux qui n’ont jamais peur.

REFRAIN
Les gamins vont avec malice
Rôder près de sa jambe en bois,
Fais nous donc faire l’exercice
Lui demandent-ils quelques fois.

2ème COUPLET
Et le bon vieux se met en quatre,
Leur fait des fusils et des bâtons
Et leur apprend l’art de se battre
Au son des tambours et clairons ;
Il leur parle de la revanche,
Du pays que l’on reprendra,
Et sa voix est si vibrante et franche
Quand il leur dit : « qu’il le faudra !« 

REFRAIN
Lorsque d’enfant vous serez homme,
Vous serez la force et l’espoir
Je serai mort, moi, mais en somme
J’aurai bien rempli mon devoir.

CODA
Et les bambins sont tout moroses,
Ils ont des larmes dans les yeux,
En entendant toutes ces choses,
Il pleure aussi le pauvre vieux !

DOWN BY THE SALLEY GARDENS Yeats Texte et Traduction – PAR LES JARDINS DE SAULES

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

 

YEATS
1865-1939

[The Wanderings of Oisin and Other Poems-  1889]


DOWN BY THE SALLEY GARDENS
poem
Par les Jardins de Saules
poème

DOWN BY THE SALLEY GARDENS Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Par le jardin de saules

————————–

Down by the salley gardens my love and I did meet;
Par les jardins de saules, mon amour et moi sommes rencontrés ;
She passed the salley gardens with little snow-white feet.
Elle passa les jardins de saules de ses petits pieds blancs comme neige.
She bid me take love easy, as the leaves grow on the tree;
Elle me demanda de prendre l’amour simplement, comme les feuilles qui poussent sur l’arbre ;
But I, being young and foolish, with her would not agree.
Mais moi, étant jeune et stupide, avec elle je n’étais pas d’accord.

In a field by the river my love and I did stand,
Dans un champ près de la rivière mon amour et moi nous posâmes,
And on my leaning shoulder she laid her snow-white hand.
Et sur mon épaule penchée elle posa sa main blanche comme neige.
She bid me take life easy, as the grass grows on the weirs;
Elle me demanda de prendre la vie simplement, comme l’herbe qui pousse sur les barrages;
But I was young and foolish, and now am full of tears.
Mais je suis jeune et stupide, et maintenant suis plein de larmes.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Down by the salley gardens Yeats

 

LINES WRITTEN IN DEJECTION Yeats Texte & Traduction – Lignes écrites dans l’abattement

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

 

YEATS
1865-1939

[The Wild Swans At Coole
1919]


LINES WRITTEN IN DEJECTION
poem
LIGNES ECRITES DANS
L’ABATTEMENT
poème

LINES WRITTEN IN DEJECTION Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

————————–

When have I last looked on
Quand ai-je, la dernière fois, regardé
The round green eyes and the long wavering bodies
Les ronds yeux verts et les longs corps ondoyants
Of the dark leopards of the moon?
  Des léopards sombres de la lune ?
All the wild witches, those most noble ladies,
Tous les sorcières sauvages, les plus nobles dames,
    For all their broom-sticks and their tears,
Avec tous leurs manches à balai et leurs larmes,
 Their angry tears, are gone.
Leurs larmes de colère ont disparu.
  The holy centaurs of the hills are vanished;
Les saints centaures des collines ont disparu;
I have nothing but the embittered sun;
 Je n’ai plus rien que ce soleil plein d’amertume;
  Banished heroic mother moon and vanished,
Le lune, mère héroïque, est bannie et a disparu,
And now that I have come to fifty years
Et maintenant que je suis à la cinquantaine 
 I must endure the timid sun.
 Je dois supporter le craintif  soleil.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Line written in dejection Yeats

SI TU M AS AIME PARDONNE Valse Chantée Paroles de Jack CAZOL & Musique de Eugène Rosi

SELECTION ARTGITATO
CHANSON FRANCAISE
 

PAROLES de Jack CAZOL  (1874-1935)
MUSIQUE de EUGENE ROSI (18xx-1928)

 Si tu m'as aimé pardonne Chanson sélection Artgitato Watteaucousines


SI TU M’AS AIME …
PARDONNE !

Valse Chantée

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

Si tu m'as aimé pardonnne Refrain Selection Artgitato

1er COUPLET
Je t’en prie garde moi,
J’ai connu près de toi
Tous les bonheurs et toutes les ivresses,
Oubliant ton baiser,
J’ai voulu me griser
En cherchant d’autres caresses.

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

2nd  COUPLET
Pour la joie d’un moment,
Brandissant mon serment
Que de regrets j’ai trouvé
Dans la vie, Je reviens t’implorer
Laisse-moi t’adorer
Ce n’était qu’une folie.

Si tu m'as aimé pardonnne 1er & 2nd couplet Selection Artgitato

REFRAIN
Si tu m’as aimé, pardonne
Oui, je fus parjure d’amour,
Près de toi mon cœur frissonne,
Comme une feuille au vent d’automne.
Vois mon repentir, mes larmes
Ma douleur et mes alarmes,
Si tu m’as aimé, pardonne
A toi je m’abandonne
Toujours.

—-

Si tu m as aimé pardonne

LES GRANDS PAROLIERS DE LA CHANSON FRANCAISE

LES GRANDS COMPOSITEURS DE LA CHANSON FRANCAISE

THE SORROW OF LOVE Yeats Texte et Traduction LA DOULEUR D’AIMER

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
The Sorrow of Love
LA DOULEUR D’AIMER

The Sorrow of Love Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

 

————————–

The brawling of a sparrow in the eaves,   
Le tintamarre d’un moineau dans les combles,
The brilliant moon and all the milky sky,   
La lune brillante et tout le ciel laiteux,
And all that famous harmony of leaves,   
Et tout ce qui célèbre l’harmonie des feuilles,
Had blotted out man’s image and his cry.
Avaient effacé l’image de l’homme et son cri.
**
A  girl arose that had red mournful lips
Une jeune fille surgit, lèvres rouges tristes,
And seemed the greatness of the world in tears,   
Qui ressemblait à la grandeur du monde en larmes,
Doomed like Odysseus and the labouring ships   
Condamné comme Ulysse et ses navires
And proud as Priam murdered with his peers;
Et fier comme Priam assassiné avec ses pairs;

**

Arose, and on the instant clamorous eaves,  
Elle se leva, et sur les toits de bruyantes clameurs,
A climbing moon upon an empty sky,   
Une lune à l’escalade d’un ciel vide,
And all that lamentation of the leaves,   
Et toute cette lamentations de feuilles,
Could but compose man’s image and his cry.
Mais qui ne pouvait que composer l’image de l’homme et de son cri.
*************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************

INSCRIPCION PARA EL SEPULCRO DE DOMINICO GRECO de LUIS DE GONGORA Texte & Traduction

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Esta en forma elegante, oh peregrino…
Vers 1614

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco
Inscription pour le sépulcre du Gréco

 

Esta en forma elegante, oh peregrino,
C’est dans cette forme élégante, Ô pèlerin,
de pórfido luciente dura llave,
brille la clef du dur porphyre,
el pincel niega al mundo más süave, 
que se niche le pinceau au monde le plus doux
que dio espíritu a leño, vida a lino.
qui au bois donna de l’esprit et de la vie à la toile.

**

Su nombre, aún de mayor aliento dino
Son nom, d’un souffle encore plus digne
que en los clarines de la Fama cabe, 
que celles que joueraient les trompettes de la renommée,
el campo ilustra de ese mármol grave:
illustre le champ de cette tombe de marbre :
venéralo y prosigue tu camino.
vénérez-la et passez votre chemin.

**

Yace el Griego. Heredó Naturaleza 
Ici gît le Greco. Il a hérité de la nature
Arte; y el Arte, estudio; Iris, colores; 
Son Art, et de l’Art, sa connaissance, de l’Iris, ses couleurs;
Febo, luces -si no sombras, Morfeo-.
de Phébus, la lumière, de Morphée, les ombres.

**

Tanta urna, a pesar de su dureza, 
Que cette urne, malgré sa dureté,
 lágrimas beba, y cuantos suda olores
boive les larmes, et les fragrances qui exhalent
corteza funeral de árbol sabeo.
des écorces de l’arbre funéraire.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************