Archives par mot-clé : 1914

LA POÉSIE d’Essénine – поэзия есенина – SERGUEÏ ESSÉNINE POÈME

**********************
SERGUEÏ ESSÉNINE POÈME

 

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

***
стихотворение  – Poésie

***

 

 

Sergueï Essénine
Сергей Александрович Есенин

3 octobre 1895 Konstantinovo (Rybnov) – 28 décembre 1925 à Leningrad
3 октября 1895, Константиново – 28 декабря 1925, Ленинград
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

****

LA POÉSIE DE SERGUEÏ ESSÉNINE
****

поэзия есенина
****

*******************

1910
Выткался на озере алый свет зари…
LE ROUGE DE L’AUBE

Выткался на озере алый свет зари.
Le rouge de l’aube a tissé le lac.
На бору со звонами плачут глухари.
Toute la forêt frisonne aux chants de scie du grand tétras.

**

1914
Не ветры осыпают пущи,
LES PSAUMES DES ÉTOILES FILANTES

Не ветры осыпают пущи,
Ce ne sont pas les vents qui fouettent les forêts,
Не листопад златит холмы.
Ce ne sont pas les feuilles qui dorent les vallées.

**

1915
Я странник убогий
JE SUIS UN PAUVRE PELERIN

Я странник убогий.
Je suis un pauvre pèlerin.
С вечерней звездой
Suivant l’étoile du soir

**

1917
Бабушкины сказки
CONTE DE FÉES -IVAN LE FOU

В зимний вечер по задворкам
Le soir d’hiver à la périphérie
Разухабистой гурьбой
Se réunit la joyeuse foule

**

1917
Где ты, где ты, отчий дом
LA MAISON DE MON PERE

Где ты, где ты, отчий дом,
Où es-tu, où es-tu, maison de mon père,
Гревший спину под бугром?
Qui te réchauffait en retrait sous la colline ?

**

1918
Я покинул родимый дом
LE VIEIL ÉRABLE

Я покинул родимый дом,
Je t’ai quittée, ma chère maison,
Голубую оставил Русь.
Russie azurée, je t’ai quittée .

**

1918
Закружилась листва золотая
LA NUÉE DE PAPILLONS

Закружилась листва золотая.
La feuille d’or file
В розоватой воде на пруду
Sur l’eau rosée du bassin

**

1918
Хорошо под осеннюю свежесть
L’ÉTINCELLE DES MOTS

Хорошо под осеннюю свежесть
Comme il est bon dans la fraîcheur de l’automne
Душу-яблоню ветром стряхать
De laisser vaquer son âme comme une pomme au vent

**

Исповедь хулигана
CONFESSION D’UN VOYOU
1920

**

Essénine poème

**

1920
Я последний поэт деревни
JE SUIS LE DERNIER POETE DES CAMPAGNES

Я последний поэт деревни,
Je suis le dernier poète des campagnes,
Скромен в песнях дощатый мост.
Le dernier à chanter le modeste pont de bois.

**

 

**

1921
Не жалею, не зову, не плачу,
LA BLANCHEUR DES POMMIERS

Не жалею, не зову, не плачу,
Je ne regrette ni les suppliques ni les douleurs.
Все пройдет, как с белых яблонь дым.
Comme la blancheur des pommiers, tout passe.

**

1922
Да! Теперь решено
L’ÉCLAT DU DIABLE

Да! Теперь решено. Без возврата
Oui ! Maintenant, c’est fini. Sans me retourner
Я покинул родные поля.
Je quitte ma maison, mon pays.

**

Essénine poème

**

1924
Мы теперь уходим понемногу
LE FRISSON

Мы теперь уходим понемногу
Maintenant, nous partons là-bas
В ту страну, где тишь и благодать.
Dans un pays de paix et de sérénité.

**

1925
Вижу сон
LES RÊVES BLEUS

Вижу сон. Дорога чёрная.
Je rêve. La route est noire.
Белый конь. Стопа упорная.
Le cheval blanc. Il avance.

**

1925
мчатся сани, слышишь – сани мчатся
LE TRAÎNEAU

Слышишь – мчатся сани, слышишь – сани мчатся.
Écoute ! Écoute le chant du traîneau dans sa course.
Хорошо с любимой в поле затеряться.
Partons nous perdre là-bas au loin !

**

1925
Вечером синим, вечером лунным
LE BONHEUR BLEU

Вечером синим, вечером лунным
Un soir de lune dans ce bleu du soir
Был я когда-то красивым и юным.
J’étais jeune et j’étais beau.

**

1925
Гори, звезда моя, не падай.
EPITHAPHE

Гори, звезда моя, не падай.
Etoile, mon étoile, ne tombe pas
Роняй холодные лучи.
Laisse tomber tes froids rayons.

**

SON DERNIER POÈME

1925
До свиданья, друг мой, до свиданья.
AU REVOIR MON AMI

До свиданья, друг мой, до свиданья.
Au revoir mon ami, au revoir.
Милый мой, ты у меня в груди.
Mon ami, tu es dans mon cœur.

[autre traduction d’octobre 2015]

*******************

LES POEMES DE SERGUEÏ ESSENINE

*****

****

 SERGUEÏ ESSÉNINE POÈME
****

поэзия есенина
****

LE NUAGE EN PANTALON (Vladimir Maïakovski 1915) TROISIEME PARTIE

****

Владимир Маяковский

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Théâtre de Vladimir Maïakovski

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
1915
Облако в штанах
LE NUAGE EN PANTALON

Тетраптих – Tétraptyque

III


TROISIEME PARTIE



**

Ах, зачем это,
Ah, pourquoi,
откуда это
d’où proviennent
в светлое весело
contre cette joyeuse lumière
грязных кулачищ замах!
ces sales poings levés !

Пришла
Arrive,
и голову отчаянием занавесила
le désespoir comme un rideau est tombé sur ma tête,
мысль о сумасшедших домах.
l’idée des asiles d’aliénés.

И —
Et –
  « 
в гибель дредноута
comme dans un navire naufragé
 от душащих спазм
quand arrivent ces spasmes de suffocation
  бросаются в разинутый люк —
on se jette par le hublot béant –
сквозь свой
par votre
до крика разодранный глаз
cri déchirant, il sort de ses yeux
лез, обезумев, Бурлюк.
ahuris, David Bourliouk.
Почти окровавив исслезенные веки,
De ses paupières presqu’ensanglantées,
вылез,
il émerge,
 встал,
il se lève,
пошел
il avance
 и с нежностью, неожиданной в жирном человеке
et avec tendresse, inattendue pour un homme de sa corpulence
 взял и сказал:
Il se dresse et dit:
«Хорошо!»
« Bien! »
 Хорошо, когда в желтую кофту
C’est utile dans ces cas-là, d’avoir posé la veste jaune
 душа от осмотров укутана!
sur l’âme pour lui éviter les regards inquisiteurs !
 Хорошо,
C’est bien,
 когда брошенный в зубы эшафоту,
quand jeté dans les dents de l’échafaud
крикнуть:
de pouvoir crier :
«Пейте какао Ван-Гутена!»
« Buvez du cacao Van Houten ! »

*

Бурлюк, Давид Давидович
David Bourliouk

*

И эту секунду,
Et cette seconde-là,
бенгальскую,
de feu de Bengale,
громкую,
explosive,
я ни на что б не выменял,
je ne pourrai l’échanger,
я ни на…
Je ne suis pas pour …

А из сигарного дыма
Et la fumée de cigare,
ликерною рюмкой
tel un verre de liqueur,
вытягивалось пропитое лицо Северянина.
s’étirait Igor Severianine ivre.
Как вы смеете называться поэтом
Comment osez-vous vous appeler poète
и, серенький, чирикать, как перепел!
quand grisé vous chantez comme une caille !
Сегодня
Aujourd’hui
надо
il faut
кастетом
avec un coup de poing
кроиться миру в черепе!
éclater le crâne du monde !

*

Игорь Северянин
Igor Severianine

*

 

Вы,
vous
обеспокоенные мыслью одной —
préoccupé par l’idée fixe –
«изящно пляшу ли»,—
« Avons-nous dansé gracieusement ? » –
смотрите, как развлекаюсь
Voyez comment  vous vous amusez
я —
Moi –
 площадной
faussaire
сутенер и карточный шулер.
filou proxénète et tricheur de carte.
От вас,
Loin de vous,
которые влюбленностью мокли,
qui aimaient la mollesse,
 от которых
d’où
 в столетия слеза лилась,
tant de larmes coulent sur les siècles,
уйду я,
je partirai,
солнце моноклем
pour monocle, le soleil,
вставлю в широко растопыренный глаз.
incrusté dans un regard largement évasif.

Невероятно себя нарядив,
Incroyablement fagoté
пойду по земле,
je traverserai la terre,
 чтоб нравился и жегся,
pour plaire et me consumer,
а впереди
et avec
на цепочке Наполеона поведу, как мопса.
Napoléon au bout d’une chaîne, comme un roquet.
Вся земля поляжет женщиной,
Comme une femme se couchera la terre
 заерзает мясами, хотя отдаться;
animale et débridée ;
вещи оживут —
les choses viendront à la vie –
губы вещины
de pulpeuses lèvres
засюсюкают:
murmureront :
«цаца, цаца, цаца!»
« la cocotte, la cocotte, la cocotte ! » 

Вдруг
tout à coup
 
и тучи
les nuages
 и облачное прочее
tous les nuages.
подняло на небе невероятную качку,
se lèveront dans un incroyable bazar.
как будто расходятся белые рабочие,
comme une sortie de blancs travailleurs,
небу объявив озлобленную стачку.
en grève contre le ciel
Гром из-за тучи, зверея, вылез,
derrière un nuage, la foudre est sortie,
 громадные ноздри задорно высморкая,
mouchant les énormes narines avec ferveur,
и небье лицо секунду кривилось
et la face du ciel
 суровой гримасой железного Бисмарка.
a fait la moue sévère d’un Bismarck de fer.
И кто-то,
Et quelqu’un,
запутавшись в облачных путах,
empêtré dans les nuages
вытянул руки к кафе —
tendit ses bras pour prendre un café –
и будто по-женски,
d’une manière féminine,
 и нежный как будто,
et douce,
и будто бы пушки лафет.
comme on tire au canon.

Вы думаете —
Pensez-vous que
это солнце нежненько
les rayons du soleil
треплет по щечке кафе?
caressent le café sur sa joue ?
Это опять расстрелять мятежников
C’est un nouveau massacre de rebelles
 грядет генерал Галифе!
orchestré par le général Gaston de Galliffet !

Выньте, гулящие, руки из брюк —
Sortez, rôdeurs, les mains de votre pantalon –
берите камень, нож или бомбу,
Prenez une pierre, un couteau ou une bombe,
а если у которого нету рук —
et si vous êtes amputés des mains –
пришел чтоб и бился лбом бы!
venez quand même et frappez avec le front !
 Идите, голодненькие,
Allez, mendiants,
потненькие,
puant la sueur,
 покорненькие,
esclaves,
закисшие в блохастом грязненьке!
qui moisissaient ainsi !
Идите!
Allez !
Понедельники и вторники
Lundi et mardi
окрасим кровью в праздники!
tachés de sang, ces jours seront chômés !
Пускай земле под ножами припомнится,
Que la terre sous le couteau n’oublie pas
кого хотела опошлить!
ceux qu’elle a voulu avilir !

 

Земле,
La terre
обжиревшей, как любовница,
lardée comme une maîtresse,
которую вылюбил Ротшильд!
soumise à Rothschild !
Чтоб флаги трепались в горячке пальбы,
Que flottent les drapeaux dans la chaleur de la rébellion,
как у каждого порядочного праздника —
comme toutes les fêtes décentes –
выше вздымайте, фонарные столбы,
éclairez lampadaires,
окровавленные туши лабазников.
les carcasses sanglantes des marchands.

Изругивался,
Invectives,
вымаливался,
prières,
резал,
canifs,
лез за кем-то
un guet-apens
вгрызаться в бока.
un coup dans les hanches.

На небе, красный, как марсельеза,
Au ciel, rouge comme la Marseillaise,
вздрагивал, околевая, закат.
tremblotant, le coucher de soleil finissant.

Уже сумашествие.
Déjà la folie.

Ничего не будет.
Rien ne se passera.

Ночь придет,
Viendra la nuit,
перекусит
d’une seule bouchée
и съест.
gobera tout illico.
  Видите —
Vous voyez –
небо опять иудит
le ciel à nouveau comme Judas
пригоршнью обгрызанных предательством звезд?
trahira-t-il une poignée d’étoiles ?

Пришла.
Elle est venue.
Пирует Мамаем,
Comme un festin de l’émir Mamaï de la Horde bleue,
задом на город насев.
le cul sur la ville.
Эту ночь глазами не проломаем,
Nos yeux ne traverseront jamais l’épaisseur de la nuit,
черную, как Азеф!
noir comme Yevno Azev, infiltré de la Police Tsariste !

Ежусь, зашвырнувшись в трактирные углы,
Niché dans un coin des tavernes,
вином обливаю душу и скатерть
le vin aspergera tant mon âme que la nappe
и вижу:
et je vois :
 в углу — глаза круглы,—
dans le coin – les yeux ronds –
глазами в сердце въелась богоматерь.
les yeux profondément ancrés au cœur par la Mère de Dieu.
Чего одаривать по шаблону намалеванному
Qui confèrent de la sainteté
 сиянием трактирную ораву!
à cette taverne de mal léchés !
Видишь — опять
Vous voyez – encore une fois
голгофнику оплеванному
pourquoi à l’homme du Golgotha
предпочитают Варавву?
préfèrent-ils Barrabas ?
Может быть, нарочно я
Peut-être est-ce délibérément
  в человечьем месиве
dans ce désordre humain
лицом никого не новей.
que mon visage n’est pas inconnu.
Я,
Moi
может быть,
peut-être
  самый красивый
la plus beau
из всех твоих сыновей.
de tous tes fils.
 Дай им,
Permets-leur,
заплесневшим в радости,
à ceux qui croupissent dans la joie,
скорой смерти времени,
et dans la rapide mort du temps
чтоб стали дети, должные подрасти,
aux enfants de grandir immédiatement,
 мальчики — отцы,
que les garçons – deviennent des pères,
девочки — забеременели.
que les filles – se retrouvent enceintes.
И новым рожденным дай обрасти
Et permets aux nouveau-nés
пытливой сединой волхвов,
de posséder de suite les cheveux gris des sages,
и придут они —
et ils viendront –
и будут детей крестить
et les enfants seront baptisés
 именами моих стихов.
du nom de mes poèmes.

Я, воспевающий машину и Англию,
Je glorifie les machines et l’Angleterre,
может быть, просто,
peut-être suis-je juste,
в самом обыкновенном Евангелии
dans l’Évangile ordinaire
тринадцатый апостол.
le treizième apôtre.
И когда мой голос
Et quand ma voix
похабно ухает —
porte des hululements obscènes –
от часа к часу,
d’heure en heure,
сутки,
toute la journée,
целые может быть, Иисус Христос нюхает
peut-être que Jésus Christ renifle tout simplement
моей души незабудки.
les myosotis mon âme.

 





*******

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
1915




LE NUAGE EN PANTALON MAÏAKOVSKI (1915) PREMIERE PARTIE –

****

Владимир Маяковский

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Théâtre de Vladimir Maïakovski

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
1914
Облако в штанах
LE NUAGE EN PANTALON

Тетраптих – Tétraptyque

I


PREMIERE PARTIE



**

Вы думаете, это бредит малярия?
Pensez-vous que cela provienne de la malaria ?

Это было,
C’était
было в Одессе.
C’était à Odessa

«Приду в четыре»,— сказала Мария.
« Je viendrai à quatre heures » – avait précisé Marie.
Восемь.
Huit
Девять.
Neuf.
Десять.
Dix

Вот и вечер
Ce soir
в ночную жуть
cette horrible nuit
 ушел от окон,
est passée par les fenêtres
хмурый,
de ce sombre
декабрый.
décembre.

В дряхлую спину хохочут и ржут
Dans mon dos fatigué, les rires et les ricanements
канделябры.
des candélabres.

Меня сейчас узнать не могли бы:
Mais maintenant qui pourrait me reconnaître :
жилистая громадина
objet noué informe
 стонет,
gémissant,
корчится.
se tordant.
Что может хотеться этакой глыбе?
Qui peut vouloir d’un morceau pareil ?
А глыбе многое хочется!
Ce morceau a beaucoup d’envies !

Ведь для себя не важно
Il n’est pas important pour soi
 
и то, что бронзовый,
d’être de bronze,
и то, что сердце — холодной железкою.
et comme cœur – d’avoir un bloc de fer glacial.
Ночью хочется звон свой
La nuit, on veut que son tintement
спрятать в мягкое,
soit caché dans un chiffon doux,
в женское.
dans quelque chose de féminin.

И вот,
Et maintenant,
громадный,
énorme,
горблюсь в окне,
je suis encadré dans la fenêtre,
плавлю лбом стекло окошечное.
je fais fondre la vitre avec mon front.
Будет любовь или нет?
Cela donnera-t-il de l’amour ou non ?
Какая —
Et lequel ?-
большая или крошечная?
Un amour grand ou riquiqui ?
Откуда большая у тела такого:
L’emplacement idéal pour un tel organisme :
должно быть, маленький,
il devra être minuscule,
смирный любёночек.
tout doux, gentillet.
Она шарахается автомобильных гудков.
Elle répugne aux klaxons des véhicules.
Любит звоночки коночек.
Elle aime les cloches des cochers.

Еще и еще,
De plus en plus,
уткнувшись дождю
entrant dans la pluie
лицом в его лицо рябое,
mon visage dans son visage grêlé,
жду,
j’attends
обрызганный громом городского прибоя.
éclaboussé par des vagues de tonnerre urbain .

Полночь, с ножом мечась,
Minuit, minuit se jette avec un couteau,
догнала,
m’a rejoint,
зарезала,—
m’a poignardé –
вон его!
il a gagné !

Упал двенадцатый час,
Elle est tombée la douzième heure,
как с плахи голова казненного.
tel un billot sur la tête à exécuter.

В стеклах дождинки серые
Sur les vitres tombent grises les gouttes de pluie
свылись,
gémissantes,
гримасу громадили,
grimacements de masse,
как будто воют химеры
comme hurlaient les chimères
Собора Парижской Богоматери.
de la Cathédrale Notre-Dame.

Проклятая!
Bon sang !
Что же, и этого не хватит?
Eh bien, cela ne suffit pas?
Скоро криком издерется рот.
Bientôt le cri emportera la bouche.
Слышу:
J’entends :
тихо,
tranquillement,
как больной с кровати,
comme sur son lit le malade,
спрыгнул нерв.
un nerf claqua.
И вот,—
Et maintenant –
сначала прошелся
fait le premier pas
едва-едва,
tranquillement,
потом забегал,
puis court,
взволнованный,
tout excité,
четкий.
clair et précis.
Теперь и он и новые два
Maintenant, deux nouveaux le suivent
мечутся отчаянной чечеткой.
se précipitant en claquettes désespérées.

Рухнула штукатурка в нижнем этаже.
Le plâtre s’émiette au rez-de-chaussée.

Нервы —
Les nerfs –
большие,
les grands,
маленькие,
les petits
многие!—
beaucoup! –
скачут бешеные,
partent dans un galop débridé,
и уже
et déjà
  у нервов подкашиваются ноги!
leurs jambes sont sectionnées !

А ночь по комнате тинится и тинится,—
Une boue est montée dans la chambre par la nuit-
из тины не вытянуться отяжелевшему глазу.
une boue captivant les yeux lourds.

Двери вдруг заляскали,
Les portes se frappèrent tout à coup,
будто у гостиницы
mais si cet hôtel
не попадает зуб на зуб.
avaient les dents qui claquent.

Вошла ты,
Tu es entrée,
резкая, как «нате!»,
déterminée comme un « vous êtes ici ! »
муча перчатки замш,
caressant le dos de tes gants,
 сказала:
elle dit :
 «Знаете —
« Vous savez…
 я выхожу замуж».
je vais me marier »

Что ж, выходите.
Eh bien, soit.
Ничего.
Qu’à cela ne tienne.
Покреплюсь.
Contrôle.
Видите — спокоен как!
Vous voyez – combien je suis calme !
Как пульс
comme le pouls
покойника.
d’un décédé.
Помните?
Rappelez-vous?
Вы говорили:
Vous avez dit:
«Джек Лондон,
« Jack London,
деньги,
l’argent,
 любовь,
l’amour,
 страсть»,—
la passion », …
а я одно видел:
et je ne voyais que ça :
 вы — Джоконда,
Vous – Mona Lisa,
которую надо украсть!
et qu’il fallait vous voler!
И украли.
Et vous avez été volée.

Опять влюбленный выйду в игры,
Encore une fois amoureux,
огнем озаряя бровей загиб.
feu éclairant des sourcils repliés.
Что же!
Quoi !
И в доме, который выгорел,
Et dans la maison qui a brûlé,
иногда живут бездомные бродяги!
parfois survivent des clochards, des  sans-abris !

Дразните?
Vous taquinez ?
«Меньше, чем у нищего копеек,
« Le mendiant a moins de sous
у вас изумрудов безумий».
que vous n’avez d’émeraudes de folie. »
Помните!
Souvenez-vous!
Погибла Помпея,
Pompéi est mort,
когда раздразнили Везувий!
en chatouillant le Vésuve!

Эй!
Hé !
Господа!
Messieurs !
Любители
Amoureux
святотатств,
de sacrilèges
преступлений,
de crimes
боен,—
de pugilats…
а самое страшное
et pire que ça
видели —
avait vous vu…
лицо мое,
mon visage
когда
quand
я
je suis
абсолютно спокоен?
totalement serein ?

И чувствую —
Et je sens…
«я»
que ‘moi’
для меня мало.
pour moi c’est trop peu.
Кто-то из меня вырывается упрямо.
Quelqu’un veut se tirer obstinément.

Allo!
Allo !
Кто говорит?
Qui est là ?
Мама?
Maman ?
Мама!
Maman !
Ваш сын прекрасно болен!
Votre fils est bien malade !
Мама!
Maman !
У него пожар сердца.
Il a le cœur en feu.
Скажите сестрам, Люде и Оле,—
Dites à mes sœurs Lyouda et Olya,…
ему уже некуда деться.
qu’il n’a nulle part où aller.
Каждое слово,
Chaque mot
даже шутка,
même une blague,
которые изрыгает обгорающим ртом он,
brûle sa bouche et le fait vomir
выбрасывается, как голая проститутка
se jette comme une prostituée dénudée
из горящего публичного дома.
fuit d’un bordel en flamme.
 Люди нюхают —
Les personnes sentent
запахло жареным!
ça sent la friture !
Нагнали каких-то.
Quelques-uns nous rattrapent.
Блестящие!
Brillants
В касках!
Casqués !
Нельзя сапожища!
Pas les bottes grossières !
Скажите пожарным:
Dites aux pompiers :
на сердце горящее лезут в ласках.
que pour un cœur brûlant il faut des gants et des bottes de caresses.
Я сам.
J’irai.
Глаза наслезнённые бочками выкачу.
Comme des barils, je ferai rouler mes yeux gorgés de larmes.
Дайте о ребра опереться.
Laissez-moi souffler.
Выскочу! Выскочу! Выскочу! Выскочу!
Je sors ! Je sors ! Je sors ! Je sors !
Рухнули.
Je m’effondre.
Не выскочишь из сердца!
Ne pas sauter hors de son cœur !

На лице обгорающем
Sur le visage brûlé
из трещины губ
aux gerçures des lèvres
обугленный поцелуишко броситься вырос.
sort un petit baiser carbonisé.

Мама!
Maman !
Петь не могу.
Je ne peux pas chanter.
У церковки сердца занимается клирос!
Dans la petite église du cœur, le chœur brûle !

Обгорелые фигурки слов и чисел
Les mots et les chiffres calcinés
из черепа,
du crâne,
как дети из горящего здания.
comme des enfants fuyant un immeuble en feu.
Так страх
Alors la crainte
схватиться за небо
pour saisir le ciel
высил
tendit
горящие руки «Лузитании».
les mains brûlantes du « Lusitania« .

Трясущимся людям
Aux tremblants
в квартирное тихо
dans la quiétude des maisons
стоглазое зарево рвется с пристани.
l’éclat aux cent regards
Крик последний,—
Mon ultime cri…
ты хоть
Toi
о том, что горю, в столетия выстони!
de douleur, tu gémis dans les siècles !

*******

1914




LE NUAGE EN PANTALON – PROLOGUE (VLADIMIR MAÏAKOVSKI) ПРОЛОГ -Облако в штанах

****

Владимир Маяковский

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Théâtre de Vladimir Maïakovski

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
PROLOGUE
1914
Облако в штанах
LE NUAGE EN PANTALON

Тетраптих – Tétraptyque

ПРОЛОГ

PROLOGUE



**

Вашу мысль,
Votre pensée,
 мечтающую на размягченном мозгу,
rêvant sur un cerveau ramolli,
как выжиревший лакей на засаленной кушетке,
comme un serviteur grassouillet dans un canapé gras,
буду дразнить об окровавленный сердца лоскут:
je vais la taquiner sur le lambeau sanglant du cœur :
досыта изъиздеваюсь, нахальный и едкий.
je serai  impertinent et piquant.




У меня в душе ни одного седого волоса,
Je ne pense pas avoir un seul cheveu gris dans l’âme,
и старческой нежности нет в ней!
ni sénile tendresse !
Мир огромив мощью голоса,
Dans le monde par la puissance de ma voix,
иду — красивый,
j’avance dans l’éclat
двадцатидвухлетний.
de mes vingt-deux ans.

Нежные!
Délicats !
Вы любовь на скрипки ложите.
Vous aimez coucher l’amour sur des violons.
Любовь на литавры ложит грубый.
Tandis que les brutes le couchent sur des timbales.
А себя, как я, вывернуть не можете,
Mais comme moi, vous ne pouvez pas vous retourner,
чтобы были одни сплошные губы!
et être deux solides lèvres !




Приходите учиться —
Venez apprendre –
из гостиной батистовая,
avec votre dentelle de salon,
чинная чиновница ангельской лиги.
officiel digne de la ligue angélique.

И которая губы спокойно перелистывает,
Et vous qui tournez les lèvres tout à fait détendu,
как кухарка страницы поваренной книги.
comme si vous tourniez les pages d’un livre de recettes.

Хотите —
si vous voulez-
буду от мяса бешеный
je serai viande folle
 — и, как небо, меняя тона —
– et, comme le ciel, aux changeantes couleurs –
хотите —
si vous voulez –
буду безукоризненно нежный,
je serai parfaitement tendre,
 не мужчина, а — облако в штанах!
pas comme un homme, mais… un nuage en pantalon !




Не верю, что есть цветочная Ницца!
Je ne crois pas qu’il y a une Nice en fleur !
Мною опять славословятся
A nouveau je loue
мужчины, залежанные, как больница,
les hommes, rassis, ratatinés comme un brancard d’hôpital,
и женщины, истрепанные, как пословица.
et les femmes en haillons comme le dit le proverbe.

*******

1914




VLADIMIR MAÏAKOVSKI
LE NUAGE EN PANTALON
1914

LA POESIE ET LA PROSE DE MAÏAKOVSKI – поэзия и проза Маяковский

 поэзия и проза Маяковский

 русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 

LA POESIE ET LA PROSE DE MAÏAKOVSKI
Поэмы
стихи русского поэта Владимира Маяковского

1913

**

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
Владимир Маяковский

Tragédie en deux actes
Трагедия в двух действиях

PROLOGUE – ПРОЛОГ
ACTE I
ACTE II
EPILOGUE – ЭПИЛОГ

***

1915

**

LA FLÛTE DES VERTEBRES
Флейта-позвоночник

LE PROLOGUE
пролог



**

1915

LE NUAGE EN PANTALON
Облако в штанах

LE PROLOGUE
пролог

Вашу мысль,
Votre pensée,
 мечтающую на размягченном мозгу,
rêvant sur un cerveau ramolli,
как выжиревший лакей на засаленной кушетке,
comme un serviteur grassouillet dans un canapé gras,

PREMIERE PARTIE
I

Вы думаете, это бредит малярия?
Pensez-vous que cela provienne de la malaria ?
Это было,
C’était
было в Одессе.
C’était à Odessa

SECONDE PARTIE
II

Славьте меня!
Grâce !
Я великим не чета.
Je ne fais pas le poids.

TROISIEME PARTIE
III

Ах, зачем это,
Ah, pourquoi,
откуда это
d’où proviennent

**

1917

L’HOMME
Человек

PASSION DE MAÏAKOVSKI
Страсти Маяковского

Слышите?
Entendez-vous ?
Слышите лошажье ржанье?
Entendez-vous hennir les montures ?



 


*****

 «Я, пожалуй, последний поэт …»
« Je suis, peut-être, le dernier poète … »




*************

 

LA POESIE ET LA PROSE DE MAÏAKOVSKI
Поэмы
стихи русского поэта Владимира Маяковского

 поэзия и проза Маяковский

FERNANDO PESSOA Poemas Inconjuntos Poèmes Désassemblés (1913-1915) Alberto Caeiro

 Poème de Fernando Pessoa
Alberto Caeiro
Poemas Inconjuntos
Poèmes Désassemblés





Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 





Poema de Fernando Pessoa
por Alberto Caeiro
Poemas Inconjuntos

Poème de Fernando Pessoa
Alberto Caeiro
POEMES DESASSEMBLES
1913-1914-1915

Entrada
1917
Amadeo de Souza-Cardoso
Musée Calouste-Gulbenkian, Lisbonne

********

Criança desconhecida e suja
Enfant inconnu et sale

Criança desconhecida e suja brincando à minha porta,
Enfant inconnu et sale jouant devant ma porte,
Não te pergunto se me trazes um recado dos símbolos.
Je ne te demande pas si tu m’apportes un message de symboles.

**

Entre o que vejo
Entre ce que je vois

Entre o que vejo de um campo e o que vejo de outro campo
Entre ce que je vois d’un champ et ce que je vois d’un autre champ
    Passa um momento uma figura de homem.
Passe un moment la figure d’un homme.

**

Falas de civilização
Tu parles de civilisation

Falas de civilização, e de não dever ser,
Tu parles de la civilisation, et de ce qui ne devrait pas être,
Ou de não dever ser assim.
Ou ne devrait pas être ainsi.

**

Não basta abrir a janela
Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre

Não basta abrir a janela
Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre
 Para ver os campos e o rio.
Pour voir les champs, la rivière.

**

Noite de S. João
Nuit de Saint Jean

Noite de S. João para além do muro do meu quintal.
Nuit de Saint-Jean au-delà du mur de ma cour.
Do lado de cá, eu sem noite de S. João.
  De ce côté, moi, sans nuit de la Saint-Jean.

**

Ontem o pregador
Le Prédicateur

Ontem o pregador de verdades dele
Hier, le prédicateur des vérités qui sont les siennes
Falou outra vez comigo.
Est venu me parler.

**

Pastor do monte
Berger de la montagne

Pastor do monte, tão longe de mim com as tuas ovelhas
Berger de la montagne, loin de moi avec tes moutons
Que felicidade é essa que pareces ter — a tua ou a minha?
Quel bonheur tu sembles avoir- le tien ou le mien ?

**

Quando tornar a vir a Primavera
Quand le Printemps

Quando tornar a vir a Primavera
Quand le printemps sera de nouveau là
  Talvez já não me encontre no mundo.
Peut-être n’appartiendrai-je plus à ce monde.

**

Se depois de eu morrer
Si après ma mort

Se depois de eu morrer, quiserem escrever a minha biografia,
Si après ma mort, je veux écrire ma biographie,
Não há nada mais simples
  Il n’y a rien de plus simple

**

Uma gargalhada de raparigas soa do ar da estrada
Un Rire de Fille

Uma gargalhada de raparigas soa do ar da estrada.
Un rire de fille résonne de l’air de la rue.
Riu do que disse quem não vejo.
 Elle a ri de celui que je ne vois pas.

**

Verdade mentira certeza incerteza
Vérité mensonge certitude incertitude

Verdade, mentira, certeza, incerteza…
Vérité, mensonge, certitude, incertitude …
Aquele cego ali na estrada também conhece estas palavras.
Cet homme aveugle là, sur la route, connaît aussi ces mots.

**********

Poemas Inconjuntos

TRADUCTION JAPONAIS Jacky LAVAUZELLE & Léon de ROSNY 日本語のテキスト翻訳

**************************
Traduction Japonais Jacky Lavauzelle & Léon de Rosny
ARTGITATO
日本語のテキスト翻訳
**************************





Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

*******




TRADUCTION JAPONAIS

日本語のテキスト翻訳

*******




Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

**
Matsuo Bashō
Traduction Haiku (Période Edo)
Traduction Jacky Lavauzelle

Basho par Buson Traduction Française Haiku période Edo Artgitato

********

 雲雀
銭屋金埓
Zeniya Kinrachi
1751-1808

L’ALOUETTE DES CHAMPS 雲雀

*******

Tsuburi Hikaru
つぶりひかる
Tsuburi-kō
つぶり光

 LA CAILLE  鶉

********

LE LIVRE DE LA RÉCOMPENSE DES BIENFAITS SECRETS
Traduction Léon de Rosny
1837 – 1914
leon-de-rosny-artgitato-le-livre-de-la-recompense-des-bienfaits-secrets

**************

日本語のテキスト翻訳

**********

Léon de ROSNY : LE LIVRE DE LA RÉCOMPENSE DES BIENFAITS SECRETS

Léon de Rosny
LE LIVRE DE LA RÉCOMPENSE DES BIENFAITS SECRETS

LITTERATURE JAPONAISE
日本文学

 

 Léon de Rosny

LE LIVRE DE LA RÉCOMPENSE DES BIENFAITS SECRETS

Traduction du Japonais

Observations préliminaires

leon-de-rosny-artgitato-le-livre-de-la-recompense-des-bienfaits-secrets

Le livre de la récompense des bienfaits secrets, dont nous donnons ici la première traduction faite sur le texte original chinois, forme un petit ouvrage attribué par les Tao-sse à une de leurs divinités appelée 文昌梓潼帝君 Wen-tchang-tse-tong-ti-kiun. Il est composé de 541 caractères et rédigé dans un style qui offre les plus grands rapports avec celui du Kan-ing-pien, Livre des récompenses et des peines, recueil de maximes de l’école du Tao, attribué au philosophe Lao-tse. C’est ainsi qu’il renferme une suite de sentences morales et de conseils pour guider les hommes dans ce qu’ils doivent faire pour atteindre à la perfection, et dans ce qu’ils doivent éviter pour ne point devenir criminels. Il se termine par l’expression du bonheur qui doit couronner tôt ou tard l’homme qui a accompli les devoirs qui lui sont imposés.

Quoique ce livre appartienne plus particulièrement à l’école du Tao qu’à tout autre, on y remarque cependant un mélange de diverses doctrines, mélange qui, du reste, se rencontre fréquemment dans les ouvrages des Tao-sse, surtout dans ceux qui furent rédigés durant l’époque moyenne de l’existence de cette secte. C’est un fait aujourd’hui généralement reconnu par tous ceux qui se sont livrés à l’étude historique des diverses religions humaines, que l’esprit des institutions primitives des grands fondateurs de doctrines philosophiques est rapidement dénaturé et faussé par leurs disciples ; et qu’après quelques siècles, il ne reste plus qu’un amas de monstruosités trompeuses, qui démentent leur origine dès lors environnée de ténèbres. C’est ainsi qu’en Chine les Tao-sse ou sectateurs de l’école philosophique du Tao, fondée par Lao-tse, ont, de siècle en siècle, tellement falsifié les préceptes de leur maître, qu’aujourd’hui leur doctrine n’est plus, en réalité, qu’un mysticisme déréglé, et leur culte des pratiques de routine.

Au moyen âge de la secte des Tao-sse, l’influence du Bouddhisme indien s’y fit surtout sentir. L’écrivain que nous traduisons ci-dessous insiste sur la défense de faire subir aucun mauvais traitement à tout ce qui a vie dans la nature ; il cite, à l’appui de ses préceptes, plusieurs exemples de récompenses accordées par le Ciel à ceux qui se sont montrés compatissants pour les animaux. C’est cette même répugnance de faire subir aucune souffrance à quiconque a vie dans la nature, qui a porté l’auteur du Livre des récompenses et des peines à recommander à ses disciples de ne point faire périr ni de maltraiter un simple insecte, et même une plante, un arbuste 昆蟲草木猶不可傷.

Le texte chinois original du Yin-tchi-wen (Livre de la récompense des bienfaits secrets) a été lithographié en 1833 et publié pur la Société asiatique de Paris. On le trouve ordinairement indiqué dans les bibliographies chinoises, conjointement à un autre opuscule du même genre, intitulé : Yu-kong yu-tsao-chin ki, ou Récit de la visite de l’Esprit du foyer à Yu-kong, dont le texte forme une des histoires intercalées dans les commentaires du Kan-ing-pien. La version tartare de ces deux petits ouvrages a été publiée par Jules Klaproth, dans sa Chrestomathie Mandchou, mais sans version européenne.

La traduction que nous donnons ici est généralement littérale : nous avons eu soin, autant qu’il nous a été possible, de laisser aux phrases que nous avions à rendre en français, une tournure telle qu’elle se prêtât aux divers sens que l’auteur chinois laisse entrevoir dans son écrit. Quelques phrases étaient d’une certaine difficulté à entendre, n’ayant eu, en notre possession, que le texte seul de ce livre, sans aucun commentaire pour en faciliter l’interprétation. Aussi espérons-nous qu’on nous pardonnera les fautes qui auraient pu se glisser dans notre travail, quoique nous pensions avoir, le plus souvent, surmonté les obstacles que nous présentait le texte du Yin-tchi-wen, et donné ainsi une traduction aussi fidèle que possible avec le peu de secours dont nous pouvions disposer.

LE LIVRE DE LA RÉCOMPENSE DES BIENFAITS SECRETS.

Ti-kiun a dit :

Pendant dix-sept générations, j’ai été lettré et ta-fou. Jamais je n’ai opprimé le peuple ni tyrannisé les employés. J’ai arraché les hommes au malheur, j’ai soulagé leur infortune ; j’ai eu pitié de leurs orphelins, j’ai supporté leur crime ; j’ai fait de nombreux bienfaits secrets. En haut, j’ai ému le Ciel azuré. Puissent les hommes, comme moi, conserver leur cœur, le Ciel t’enverra la félicité !

C’est pour cela qu’enseignant aux hommes, je leur dis : Autrefois Yu-kong, après avoir rempli la charge de juge criminel [devint puissant et] éleva un portail, par où un quadrige [pouvait passer]. Tou-chi, pour avoir secouru les hommes, en haut, il cueillit l’olivier à cinq branches ; pour avoir [à l’aide d’un pont de paille] sauvé une fourmi qui allait se noyer, il parvint à être inscrit sur la liste des docteurs ; pour avoir enterré un serpent, il eut la gloire d’être nommé ministre.

Si tu veux élargir le champ de ton bonheur, appuie-toi sur la région de ton cœur. Fais continuellement des bienfaits ; fais à chaque espèce des actions méritoires ; tu seras utile aux créatures, tu seras utile aux hommes. Cultivant le bien, tu cultives ton bonheur. Droit, juste, pour le ciel, renouvelle-toi toi-même. Avec compassion et amour, pour (le bonheur de) l’empire, aime le peuple. Sois fidèle à ton maître, pieux envers tes parents. Honore ton frère aîné ; sois confiant en tes amis.

Tantôt offre un hommage sincère à l’étoile Teou ; tantôt prosterne-toi devant Bouddha et prie dans les livres sacrés. Récompense les quatre bienfaits ; pratique largement les trois enseignements ; aide le malheureux, et de même le poisson [abandonné] sur un chemin sec. Délivre celui qui est en péril, et de même délivre l’oiseau [pris] dans un lacet à mailles serrées. Aie pitié de l’orphelin ; sois compatissant pour la veuve ; honore les vieillards ; aie pitié des pauvres ; apporte des habits et de la nourriture pour ceux qui, sur les routes, ont faim et froid. Mets dans un cercueil les restes d’un cadavre exposé au jour [sans sépulture].

Si ta maison est riche, soutiens tes parents ; et si, cette année, il y a une disette, secours généreusement tes voisins et tes amis. Que ton boisseau et ta balance soient parfaitement exacts. Ne fais point lever de lourds impôts, pour dépenser peu [pour le peuple]. Quant à tes esclaves et tes serviteurs, traite-les avec magnanimité, car serait-il juste d’être dur à leur égard ?

Par l’impression, publie des livres sacrés. Répare les pagodes et les monastères, s’ils sont abîmés. Donne des remèdes et des secours pour soulager les maladies et la pauvreté. Prépare une infusion de thé pour apaiser la chaleur de la soif. Les uns achètent les animaux pour leur conserver la vie et les mettre en liberté ; d’autres observent le jeûne et s’abstiennent de répandre le sang.

En marchant regarde toujours [s’il n’y a point sous tes pieds] des insectes et des fourmis [que, par mégarde, tu pourrais écraser]. Ne brûle point les forêts des montagnes. Allume, dans la nuit, un flambeau pour éclairer la marche des hommes. Fais une barque pour leur faciliter la traversée du fleuve. Ne monte point sur les montagnes pour saisir les oiseaux dans des filets. Ne t’approche pas de l’eau pour empoisonner les poissons et les reptiles. Ne tue point le bœuf laboureur. Ne jette point un papier couvert de caractères ; ne médite point un stratagème contre le riche patrimoine de ton prochain. Ne convoite point le talent et l’habileté d’autrui. N’envie point des hommes et les épouses et les filles. Garde-toi d’exciter des disputes et des procès parmi les hommes. Garde-toi de rompre leurs mariages. Garde-toi, pour des intérêts personnels, de rompre la concorde existant entre le frère aîné et le cadet. Garde-toi, pour de petits profits, de faire que le père et le fils ne se réconcilient point. Ne profite point de ta puissance pour déshonorer les bons. Ne t’appuie point sur tes richesses pour opprimer les pauvres. Aime les hommes bons, invite à la vertu, en la pratiquant toi-même dans ton corps et dans ton âme. Fuis les méchans : C’est ainsi que tu pourras éviter les malheurs qui te menacent.

Cache toujours les fautes [d’autrui] et montre le bien [qu’il fait]. Que ta bouche n’accède point lorsque ton cœur refuse. Enlève les chardons et les épines qui croissent sur la voie. Enlève aussi les pierres et les matériaux qui s’opposent à la route (d’autrui). Répare les sentiers que quelques siècles ont rendus difficiles dans les montagnes. Fais construire des ponts sur lesquels mille et dix mille hommes puissent aller et venir. Livre à la postérité l’instruction (destinée) à corriger le mal des hommes. Abandonne tes richesses pour le bien de l’humanité tout entière. Dans tes actions, conforme-toi à la Raison céleste, en émettant des paroles, conforme-toi au sentiment humain. Vois les sages de l’antiquité dans tes actions les plus privées. Examine ta conscience à l’ombre de ta couverture.

Évitant le mal et pratiquant la vertu, jamais la mauvaise étoile ne descendra sur toi ; toujours tu trouveras des esprits de bonheur pour te protéger. La récompense la plus prochaine que tu recevras, sera pour toi même ; une plus éloignée sera pour tes descendants. Cent bonheurs réunis t’atteindront ; mille nuages de félicité se réuniront [pour toi]. Toutes ces choses heureuses ne proviennent-elles pas [de la pratique] des bienfaits secrets ?

Léon de Rosny

CHAROLLES

VILLAGE DE FRANCE
BOURGOGNE
CHAROLLES


Charolles Bourgogne Artgitato




 


CHAROLLES

-Photos Jacky Lavauzelle-

Charolles Bourgogne Artgitato (2)

LA VACHE
de Jules Renard

Las de chercher, on a fini par ne pas lui donner de nom. Elle s’appelle simplement « la vache » et c’est le nom qui lui va le mieux.

D’ailleurs, qu’importe, pourvu qu’elle mange ! et l’herbe fraîche, le foin sec, les légumes, le grain et même le pain et le sel, elle a tout à discrétion, et elle mange de tout, tout le temps, deux fois, puisqu’elle rumine.

Dès qu’elle m’a vu, elle accourt d’un petit pas léger, en sabots fendus, la peau bien tirée sur ses pattes comme un bas blanc, elle arrive certaine que j’apporte quelque chose qui se mange, et l’admirant chaque fois, je ne peux que lui dire : Tiens, mange !

Mais de ce qu’elle absorbe elle fait du lait et non de la graisse. À heure fixe, elle offre son pis plein et carré. Elle ne retient pas le lait, — il y a des vaches qui le retiennent, — généreusement, par ses quatre trayons élastiques, à peine pressés, elle vide sa fontaine. Elle ne remue ni le pied, ni la queue, mais de sa langue énorme et souple, elle s’amuse à lécher le dos de la servante.

Quoiqu’elle vive seule, l’appétit l’empêche de s’ennuyer. Il est rare qu’elle beugle de regret au souvenir vague de son dernier veau. Mais elle aime les visites, accueillante avec ses cornes relevées sur le front, et ses lèvres affriandées d’où pendent un fil d’eau et un brin d’herbe.

Les hommes, qui ne craignent rien, flattent son ventre débordant ; les femmes, étonnées qu’une si grosse bête soit si douce, ne se défient plus que de ses caresses et font des rêves de bonheur.

Jules Renard
Le Vigneron dans sa vigne
Mercure de France, 1914
pp. 222-223

Charolles Bourgogne Artgitato (3) Charolles Bourgogne Artgitato (5) Charolles Bourgogne Artgitato (6) Charolles Bourgogne Artgitato (7) Charolles Bourgogne Artgitato (8) Charolles Bourgogne Artgitato (9)

1868

Charolles Bourgogne Artgitato (10)

L’Orgue
Église du Sacré-Cœur de Charolles

Charolles Bourgogne Artgitato (11) Charolles Bourgogne Artgitato (12) Charolles Bourgogne Artgitato (13) Charolles Bourgogne Artgitato (15) Charolles Bourgogne Artgitato (17)

 

LA VACHE
Poème de Victor Hugo

Devant la blanche ferme où parfois vers midi
Un vieillard vient s’asseoir sur le seuil attiédi,
Où cent poules gaîment mêlent leurs crêtes rouges,
Où, gardiens du sommeil, les dogues dans leurs bouges
Ecoutent les chansons du gardien du réveil,
Du beau coq vernissé qui reluit au soleil,
Une vache était là, tout à l’heure arrêtée.
Superbe, énorme, rousse et de blanc tachetée,
Douce comme une biche avec ses jeunes faons,
Elle avait sous le ventre un beau groupe d’enfants,
D’enfants aux dents de marbre, aux cheveux en broussailles
Frais, et plus charbonnés que de vieilles murailles,
Qui, bruyants, tous ensemble, à grands cris appelant
D’autres qui, tout petits, se hâtaient en tremblant,
Dérobant sans pitié quelque laitière absente,
Sous leur bouche joyeuse et peut-être blessante
Et sous leurs doigts pressant le lait pas mille trous,
Tiraient le pis fécond de la mère au poil roux.
Elle, bonne et puissante et de son trésor pleine,
Sous leurs mains par moments faisant frémir à peine
Son beau flanc plus ombré qu’un flanc de léopard,
Distraite, regardait vaguement quelque part.

Ainsi, Nature ! abri de toute créature !
O mère universelle ! indulgente Nature !
Ainsi, tous à la fois, mystiques et charnels,
Cherchant l’ombre et le lait sous tes flancs éternels,
Nous sommes là, savants, poëtes, pêle-mêle,
Pendus de toutes parts à ta forte mamelle !
Et tandis qu’affamés, avec des cris vainqueurs,
A tes sources sans fin désaltérant nos cœurs,

Pour en faire plus tard notre sang et nos âme,
Nous aspirons à flots ta lumière et ta flamme,
Les feuillages, les monts, les prés verts, le ciel bleu,
Toi, sans te déranger, tu rêves à ton Dieu !

15 mai 1837
Victor Hugo
Les Voix intérieures – XV

 

**********

CHAROLLES DANS LA PREMIERE ENCYCLOPEDIE

« CHAROLLES, (Géog.) petite ville de France en Bourgogne, capitale du Charolois, sur la Réconce. Long. 21. 42. lat. 46. 25. »

L’Encyclopédie – Première Edition
Tome 3 – Page 214

Sonnets from the Portuguese VII (Elizabeth Barrett Browning) Sonette aus dem Portugiesischen VII (RILKE) Sonnets du Portugais VII

Rainer Maria Rilke
1875-1926
Sonette aus dem Portugiesischen

Rainer Maria Rilke Portrait de Paula Modersohn-Becker 1906

Elizabeth Barrett Browning
1806-1861

 

 

Elizabeth Barrett Browning

*

Sonnets from the Portuguese
1850

VII


Rainer Maria Rilke
Sonette aus dem Portugiesischen
1908
VII

Traduction Française
Jacky Lavauzelle
Sonnets Portugais
VII

 

*

Elizabeth-Barrett-Browning Sonnets from the Portuguese Elizabeth Barrett Browning Sonette aus dem Portugiesischen RILKE

VII
Septième Sonnet

*

Sonnets from the Portuguese VII Elizabeth Barrett Browning Sonette aus dem Portugiesischen VII Rainer Maria Artgitato Sonnets du Portugais Fugue 1914 Vassily Kandinsky
Fugue Vassily Kandinsky 1914

*

The face of all the world is changed, I think,
Mir scheint, das Angesicht der Welt verging
Le visage du monde est changé, je pense,
Since first I heard the footsteps of thy soul
in einem andern. Deiner Seele Schritt
La première fois où j’ai entendu les pas de ton âme
Move still, oh, still, beside me, as they stole
war leise neben mir, o leis, und glitt
S’approcher, à côté de moi ; puis ils s’envolèrent
Betwixt me and the dreadful outer brink
leis zwischen mich und das was niederhing
Entre moi et le bord de l’abîme

*

Of obvious death, where I, who thought to sink,
in meinen Tod. Auf einmal fing –
De l’évidente mort, où moi, qui pensais couler,
Was caught up into love, and taught the whole
– da ich schon sinkend war – mich Liebe auf,
Fut rattrapé par l’amour qui m’apprit
Of life in a new rhythm. The cup of dole
und ein ganz neuer Rhythmus stieg hinauf
La vie dans un nouveau rythme. La coupe amère
God gave for baptism, I am fain to drink,
mit mir ins Leben. Den ich einst empfing,
Que Dieu me donna pour le baptême, je la bus,

*

And praise its sweetness, Sweet, with thee anear.
den Taufkelch voller Leid, ich trink ihn gern
Et je louais sa douceur, Cher, avec toi.
The names of country, heaven, are changed away
und preis ihn, Süßer, süß, bist du nur nah.
Les noms des pays, le ciel, sont changés 
For where thou art or shall be, there or here;
Die Namen: Heimat, Himmel schwanden fern,
Car  ils sont là où tu es, ici ou là ;

*

And this . . . this lute and song . . . loved yesterday,
nur wo du bist, entsteht ein Ort. Und da:
Et ce … ce luth et ces chansons … que j’aimais jadis,
 (The singing angels know) are only dear
dies Saitenspiel (die Engel wissen wie
(Les anges qui chantent le savent) ne me sont chères
Because thy name moves right in what they say.
geliebt) hat nur in dir noch Melodie.
 Qu’avec ton nom parfaitement évoqué.

*******

Sonette aus dem Portugiesischen

***********
Robert Browning
Photogravure de 1865
de Julia Margaret Cameron

Robert Browning 1865 photogravure Julia Margaret Cameron