Archives par mot-clé : jacky lavauzelle

LES SORCIÈRES – IV – ERIK AXEL KARLFELDT – HÄXORNA – L’HÉRITAGE D’ISACHARUM

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

Diktsamlingen Fridolins visor och andra dikter
karlfeldt dikter
Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
Poesi
Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

Svensk litteratur
svensk poesi –

Traduction Jacky Lavauzelle

Erik Axel Karlfeldt 1864 – 1931

översättning – Traduction

 

 

LES SORCIÈRES
HÄXORNA
IV

Flore et Pomone
Flora och Pomona
(1906)

 IV.

*******


Långt, långt
Loin loin,
bort i kvällarnas kväll
loin au cœur du soir des soirs,
har skymningsfursten sin boning.
le prince du crépuscule dans sa demeure.
Grå står hans borg under blekblå päll
Dans son château gris sous une fourrure bleu pâle
med irrande eldsken till skoning.
avec des feu de lamentations à ses pieds.
Tungt, tungt går vindarnas spel
Lourd, lourd va le vent
och bruset ur flodernas töcken.
et le bruit des fleuves de brume.
Det är Isacharums arvedel,
C’est l’héritage d’Isacharum,
de ruvande drömmarnas öken.
le rêve de la désolation.

*

Kom, kom, du skall drömma en dröm
Viens, viens donc, tu rêveras le rêve
som aldrig en kvinna drömde.
qu’aucune une femme n’a jamais rêvé.
Trädet vid Pisons heliga ström,
L’arbre au ruisseau sacré de Pison,
ett frö av dess frukt jag gömde;
j’ai cherché une graine de son fruit ;
långt, långt bort i höstarnas höst
loin, très loin à l’automne des automnes
vaggar dess nya krona,
se berce sa nouvelle couronne,
tusende år har jag hört dess röst
Pendant des milliers d’années, j’ai entendu sa voix
sina paradisvisor tona.
clamer des chansons paradisiaques.

*

Evigt i höstarnas höst bär det frukt,
Toujours à l’automne, il porte ses fruits,
dess grenar bågna och bäva,
ses branches se courbent et tremblent,
sköna till åsyn och ljuva till lukt
agréable à la vue et douces à l’odeur,
som väntande åter på Eva.
attendant encore Ève .
Kunskapens frukt av glädje och sorg,
Le fruit de la connaissance de la joie et de la douleur,
som Eva blott flyktigt fick smaka,
qu’ Ève ne pouvait que goûter fugitivement,
flödar ur kvistarnas flätade korg
ressort des brindilles du panier en osier,
till lust för Isacharums maka.
pour le plaisir de la femme d’Isacharum.

*

Långt, långt bort på hedarnas hed
Loin, très loin sur les landes des landes,
skall du sitta i ödsligt Eden.
tu seras assise dans un Éden désolé.
Jordlivets solar gå upp och gå ned,
Les soleils de la vie terrestre montent et descendent,
men du skönjer ej år och skeden.
mais tu ne comprends plus les années et la nostalgie.
Vissnande snabbt, skall du vandra tungt
Flétrissant rapidement, tu devras beaucoup marcher
häruppe mot hemliga målet,
vers le but secret,
till dess du bestiger leende lugnt
jusqu’à ce que tu montes en souriant, sereinement,
din flammande brudbädd, bålet.
vers ton lit nuptial enflammé, le bûcher.


*****

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES SORCIÈRES – III – ERIK AXEL KARLFELDT – HÄXORNA- BURIAN, URIEL, BEHEMOT & ISACHARUM

Photo Jacky Lavauzelle
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

Diktsamlingen Fridolins visor och andra dikter
karlfeldt dikter
Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
Poesi
Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

Svensk litteratur
svensk poesi –

Traduction Jacky Lavauzelle

Erik Axel Karlfeldt 1864 – 1931

översättning – Traduction

 

 

LES SORCIÈRES
HÄXORNA
III

Flore et Pomone
Flora och Pomona
(1906)

III.

*****************



Dansen går på grobladsplan.
La danse se déroule sur un plan verdoyant.
« Dansa mot, herr Burian!
  « Dansez donc, Monsieur Burian !
Du är den gamla ärkedraken,
  Vous êtes le vieux dragon de l’arche,
häxornas bålde storsultan.
  le grand sultan bien-aimé des sorcières.
Dig har jag vigt mitt levnadslopp,
  Je vous ai voué ma vie,
allt se’n jag stod i min mörka knopp.
  tout ce que j’ai vu comme sombre bourgeon.
Genom paltorna ser du mig naken:
  A travers mes hardes, vous, vous me voyez nue :
svart är min själ och svart min kropp. »
  le noir est mon âme et le noir est mon corps.« 

*


« Luften är full av djur i kväll,
« L’air est plein d’animaux ce soir,
full av eld, herr Uriel.
  plein de feu, Monsieur Uriel.
Mellan ugglevingarna brinna
  Brûle entre les ailes du hibou
 
vintergatsormens blanka fjäll.
la peau du serpent de la voie lactée.
Tag mig i famn och städ mig till din,
  Prenez-moi dans vos bras et que je sois vôtre,
dansa mig yr i din lustgård in.
  portez-moi dans le vertige de votre cour.
Jag är en ung och lågande kvinna,
  Je suis une femme jeune et humble,
 
röd är min själ och vitt mitt skinn. »
le rouge est mon âme et le blanc est ma peau. »

*


« Stolt är din dans på bullig fot,
« Fier est votre danse, fier vous me guidez,
studsande mjuk, herr Behemot.
  bondissant agilement, Monsieur Behemot.
 
Sluten hårt i scharlakansdräkten,
Engoncé fortement dans votre costume écarlate,
välver din kropp sina svällda klot.
  votre corps cambre ses formes gonflées.
Är jag dig värd, min ädle patron?
  Puis-je vous accueillir, mon noble maître?
Har du ett fetare tjänstehjon?
  Avez-vous de plus grasse servante ?
 
Dansar en digrare fru i släkten,
Avez-vous une femme plus grosse dans la famille,
vaggande fostret med tunga ron? »
  Berçant son fœtus sur de généreuses cuisses ? »

*


« Spel hör jag gå ur lönnliga rum.
« J’entends des sons sortir de salles retirées.
Dansa mig död, Isacharum!
  Danse avec moi, jusqu’à la mort, Isacharum !
 
Yngling, främling, du är min like,
Jeune homme, étranger, tu es mon égal,
smäktande, längtande, blek och stum.
  nostalgique, langoureux, pâle et muet.
Glömt har jag allt, den grå kaplan,
  Tout, j’ai tout oublié, l’aumônier gris,
 
graven i blom under sorgsen gran,
le tombeau en fleur sous l’épinette triste,
drömmer jag flyr till ett fjärran rike
  Je rêve de fuir vers un royaume lointain
 
bort med dig som en svartnande svan.« 
loin avec toi, comme un cygne à la queue noire. »


*********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES SORCIÈRES – II – ERIK AXEL KARLFELDT – HÄXORNA – LA FLÈCHE DU DÉMON

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.
Photo Jacky Lavauzelle

Diktsamlingen Fridolins visor och andra dikter
karlfeldt dikter
Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
Poesi
Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

Svensk litteratur
svensk poesi –

Traduction Jacky Lavauzelle

Erik Axel Karlfeldt 1864 – 1931

översättning – Traduction

 

LES SORCIÈRES
HÄXORNA
II

Flore et Pomone
Flora och Pomona
(1906)

II.

********************



Gå ej bland olvonträ och slån,
Ne pars pas parmi les oliveraies et les buissons,
då kvällens luft är ljum!
  quand l’air du soir est tiède !
Där dväljs en underbar demon
  Là, réside un merveilleux démon
 i trädens dunkla rum.
sous la sombre frondaison des arbres.
 Det är den gamle Liothans son,
C’est le fils du vieux Liothan,
benämnd Isacharum.
  qui se nomme Isacharum.

*

Du hör hans gång i lundens fläkt,
Tu entends ses pas dans le bruissement du bosquet,
  som irrar skygg och vill
qui errent timides et hésitants
på mark av bruna höstlöv täckt
  sur le sol couvert des feuilles brunies de l’automne
i tinande april,
  à l’arrivée des douceurs d’avril,
och ångan av hans andedräkt
  et de la vapeur de son souffle,
  är mull som kvicknar till.
lors du réveil de la terre.

*


När korsmässmånen nyss var tänd
Quand la lune de la Sainte Croix s’alluma,
och göt sitt svaga stril,
  elle répandit sa faible lueur,
  då stod i skyn en båge spänd
quand un arc se tendit dans le ciel
och sköt en plötslig il.
  et apporta un vent glacial.
Då skalv du, frysande och bränd;
  Alors tu te mis à trembler, à grelotter et à brûler ;
det var demonens pil.
  c’était la flèche du démon.

*


Minns du en lilja, dystert grann,
Te souviens-tu d’un lis, à la sombre beauté,
i skuggan där du gick?
  dans cette ombre que tu parcourais ?
  Dess mörka eld ur kalken rann
Son feu sombre coulait de son vase
som en förtrollad drick.
  comme une boisson enchantée.
Ditt öga drack och sansen svann;
  Ton œil a bu et tes sens se sont égarés ;
  det var demonens blick.
c’était le regard du démon.

*


Vad vill han i din barndomslund?
Que veut-il dans ton bosquet d’enfance ?
Vi kom han dristelig
pourquoi es-t-il là, audacieux,
så när den vigda altarrund
  à tourner près du saint autel
  och lammens frälsta stig?
et du chemin du salut de l’Agneau ?
  Rys, jungfru, i din hjärtegrund:
Attention, jeune fille, au plus profond de ton être :
  han söker dig, han söker dig.
il te cherche, il te cherche.

*


Han följer dig i storm som gnyr
Il te suit dans la tempête dans un long gémissement
vid dina vägars brädd,
 tout autour de ton chemin,
han är den lösa hamn som flyr,
comme un fantôme qui vole,
  för dag och lärksång rädd,
dans la peur du chant de l’alouette au petit jour,
när ur en mardröm het och yr
  quand loin du cauchemar, chaude et étourdie,
du vaknar i din bädd.
  tu te réveilles dans ton lit.

*


Ty allt vad skumt det unga år,
Tout ce que ce jeune âge effrayant,
  det unga bröst bär gömt,
cache dans sa jeune poitrine,
 allt som slår ut med suck och tår,
tout ce qui sort en soupirs et en larmes,
av sol och himmel glömt,
  du soleil et du ciel oubliés,
allt trånsjukt liv i höstsjuk vår
  toute la vie nostalgique du printemps
är honom underdömt.
tout cela, est en son pouvoir.

*


Din fader står på vredens dag
Ton père, au jour de la colère
rättfärdig, stark och vis
  juste, fort et sage,
och dömer häxor med Guds lag
Juge les sorcières avec la loi de Dieu
från liv och paradis,
  de la vie et du paradis ;
gå, bikta vid hans fot och
  va, penche-toi à ses pieds et
tag hans tuktans hårda ris!
  attends son jugement !

*


Vik bort från slån och olvonträ
Pars loin des buissons et du bois d’olivier
  och snårens falska sång!
et de la fausse chanson des branchages !
Bland häckarna är saligt lä
  Parmi les haies, bénie, tu trouveras
på kyrkogårdens gång.
le sentier du cimetière.
  Bed vid din moders grav på knä,
Prie sur la tombe de ta mère, à genoux,
då Satan gör dig bång!
  si Satan te fait peur !


***************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES SORCIÈRES – I – ERIK AXEL KARLFELDT – HÄXORNA – LE ROYAUME DU DIABLE

Photo Jacky Lavauzelle
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

Diktsamlingen Fridolins visor och andra dikter
karlfeldt dikter
Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
Poesi
Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

Svensk litteratur
svensk poesi –

Traduction Jacky Lavauzelle

Erik Axel Karlfeldt 1864 – 1931

översättning – Traduction

 

LES SORCIÈRES
HÄXORNA
I
LE ROYAUME DU DIABLE

Flore et Pomone
Flora och Pomona
(1906)

I.

******


Två stora nattfjärilsvingar,
Deux grandes ailes de papillon de nuit,
en grubblande fåra av beck,
Une rainure de poix contemplative,
det är dina ögonringar
ce sont tes cernes
och näsrotens brådmogna veck;
et les plis qui dansent à la racine de ton nez ;
på skuldran under särken
sur l’épaule sous ta chemise de nuit
du bär som en brännjärnsfläck;
Tu portes comme une tache ;
och det är mina märken,
et c’est une de mes marques,
i dem är kvinnan mig täck.
par elles, je marque les femmes gracieuses.

*

De vittna att blickens duva
Elles témoignent que le vol de la colombe du regard
kan lyftas till korpens flykt,
peut se transformer en un vol de corbeau,
att drömmen, den jungfruljuva,
que le rêve, de la jeune demoiselle,
haft skydrag av hemligt och styggt.
possédait des abris secrets et coquins.
De vittna: änglarnas like,
Ils témoignent : comme les anges,
ett stänk din lekamen bär
une souillure que ton corps transporte,
av sot från Diaboli rike,
de la suie du royaume du Diable,
en skugga av skumma begär.
une ombre de désirs troubles.



**********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

ALFRED CAPUS – PAR JULES LEMAÎTRE – CRITIQUE THÉÂTRALE DE BRIGNOL ET SA FILLE (1894)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.
LITTÉRATURE FRANÇAISE
THÉÂTRE 

 

JULES LEMAÎTRE

 né le  à Vennecy et mort le  à Tavers

 

THEATRE D’ALFRED CAPUS

 

CRITIQUE THÉÂTRALE 
DE BRIGNOL ET SA FILLE
(1894)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Jules_Lemaître_-_Project_Gutenberg_eText_17662.jpg.
Jules Lemaître

_______________

Parution
IMPRESSIONS DE THÉÂTRE
NOUVELLE BIBLIOTHÈQUE LITTÉRAIRE
PARIS
SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’IMPRIMERIE ET DE LIBRAIRIE
Ancienne Librairie Lecêne, Oudin et Cie
15 Rue de Cluny
Paris XVe

_______________

Photo Jacky Lavauzelle

Vaudeville : Brignol et sa Fille, comédie en trois actes de M. Alfred Capus.
[1894]

M. Alfred Capus, romancier, est l’auteur de Qui perd gagne, un récit délicieusement ironique, de Faux départ et d’Années d’aventure. Il possède, à un degré éminent, le talent de « conter » ; il a quelque chose de la tranquillité et de la lucidité d’Alain Lesage. Et, toujours aussi tranquillement, il vient, pour son début au théâtre, d’obtenir un succès de la meilleure qualité et de l’espèce la plus flatteuse. C’est que, en dépit de quelques gaucheries de composition et d’enchaînement, et d’une marche un peu monotone et lente, et d’un dénouement un peu brusque et d’ailleurs conventionnel (j’expédie vite les critiques pour n’y point revenir), Brignol est, dans ses parties, excellentes, une rare comédie de moeurs et presque une comédie de caractère.

Le principal personnage est un type tout-à-fait remarquable de filou qui a le don de la rêverie, d’escroc innocent à force d’inconscience et d’optimisme ; plus simplement, d’homme d’affaires « illusionniste », comme on l’a dit avec quelque impropriété « visionnaire », comme on disait autrefois.

Mais, tout d’abord, je crois de mon devoir de déclarer que risquer et perdre à la Bourse trente mille francs que vous avez reçu en dépôt et auxquels vous avez promis de ne pas toucher ; puis, ayant remarqué que votre fille fait impression sur un jeune homme très riche, admettre instantanément ce jeune homme dans votre intimité ; lui emprunter ces trente mille francs et quelques autres petites sommes ; lui faire payer les trois termes que vous devez à votre propriétaire ; ménager aux deux jeunes gens de continuels tête-à-tête avec le vague espoir, -oh ! si vague ! – que, entre le mariage et la séduction, votre bienfaiteur optera pour le mariage, tout cela, si je ne m’abuse, correspond peut-être insuffisamment à l’idée que nous pouvons nous former d’un honnête homme. Pensez-vous comme moi ? Iriez-vous jusqu’à l’affirmer ? Nous vivons dans des temps où cette affirmation n’est point inutile et ne saurait-être sous-entendue.

Alfred Capus en 1911.
Agence de presse Meurisse — Bibliothèque nationale de France

Ceci posé, Brignol est charmant. C’est un homme qui n’a pas un sou de méchanceté, ni même de duplicité volontaire, puisqu’il n’a pas de conscience. Et il n’a pas de conscience, parce qu’il n’a pas où la loger : pas de for intérieur, pas de « centre » ; il n’est jamais rentré chez soi. Il n’a en lui nulle mesure morale de ses relations avec les autres hommes. Ses indélicatesses ne sont vraiment, à ses yeux, que des expédients de guerre, des moyens de stratégie dans la lutte enivrante pour l’argent ; et, d’ailleurs, comme celui qu’il escroque ne lui reste jamais entre les mains, est aventuré et perdu d’avance, il n’est pas assez attentif pour s’apercevoir qu’il le voie : comment l’aurait-il volé, puisqu’il ne l’a déjà plus ? Il marche, les yeux attachés sur de fuyants et toujours reconnaissants mirages d’entreprises industrielles et de spéculations financières, dont il ne voit que la beauté abstraite, -travail et intelligence mués en argent, que l’intelligence et l’audace de nouveau multiplient, -avec l’illusion qu’il est un beau lutteur, un homme à idées, bien qu’il n’ait jamais pu en préciser une seule… »C’est un homme… vague, qui commet des actions… vagues« , dit de lui son beau-frère magistrat. Bref, ce n’est point un malhonnête homme : c’est une espèce de crétin qui est un poète.

Son optimisme est fou, -et touchant. Il a été avocat dans sa ville de province. Vingt fois, des amis ou des parents lui ont offert des emplois où il aurait eu la vie assurée. Il a toujours refusé, sans hésitation. Pour qui le prend-on ? Ce qu’il lui faut, c’est l’ivresse et la poésie des grandes affaires. Quelles affaires ? Il ne saurait dire ; mais il sourit, on ne sait à quoi, à quelque chose qui est son rêve. Criblé de dettes, harcelé par les créanciers, il ne prend pas garde à ces misères ; ou plutôt, il les considère comme des épisodes de la grande bataille indéterminée et noble où il se démène. Depuis vingt ans, tous les jours, imperturbablement, il déclare que demain, pas plus tard, il aura son million. Et, comme son beau-frère lui conseille de penser à l’avenir : « je songe à des choses plus positives. » Car naturellement la grande prétention de ce poète est d’être le plus pratique des hommes.

Sa fille Cécile est exquise. Elle a grandi parmi les dettes, les papiers timbrés, les réclamations hargneuses, les menaces de saisies. Ça ne lui fait visiblement plus rien : elle a l’habitude. Elle est devenue insensiblement l’innocente complice de son père. Elle excelle à calmer, à éconduire les créanciers ; elle sait entrer à propos dans le cabinet de Brignol et interloquer les mécontents par sa gentille apparition. Moitié candeur, moitié prudence, elle ne tient pas à savoir au juste ce que fait son père ; elle l’aime, elle le sent incurable et elle ne le sent pas méchant, voilà tout. Elle est bien « celle qui ne veut pas savoir« , mais elle est surtout celle qui ne veut pas juger. Elle est i bien née que, au lieu de prendre, comme cela pouvait arriver, une âme de petit avoué véreux en jupons, elle a conçu, à voir de quelle bassesse et de quelle dureté l’argent fait les hommes capables, le profond mépris de l’argent. Avisée pour son père, elle est honnête pour son propre compte, dans tous les sens du mot ; et, dès qu’elle découvre la vérité qu’elle ne cherchait point ; dès qu’elle sait que Maurice Vernot a prêté les trente mille francs à Brignol, et dans quelle pensée, et ce qu’il espérait faire d’elle, sa probité et sa fierté éclate avec une simplicité émouvante… Je me hâte de vous rassurer sur le sort de cette charmante fille : Maurice l’aime décidément encore plus qu’il ne croyait, et il lui demande sa main. Sur quoi Brignol, nullement étonné : « Qu’est-ce que je disais ? Tout faisait prévoir ce mariage, tout ; c’est évident.« 

Je ne puis qu’indiquer les autre figures : la moutonnière et résignée Mme Brignol ; le beau-père, Valpierre, magistrat à Poitiers, représentant digne et désolé de la morale bourgeoise et de la morale du Code et, tout de même, à travers ces traductions, de la morale tout court ; Carriard, l’homme d’affaires pratique et direct, trapu, à gants rouges, à tête de bookmaker ou d’homme d’écurie ; et le commandant Brunet, type inoubliable du vieux joueur possédé. Tout cela vit. Mais au reste, il me serait difficile de vous faire sentir le mérite particulier de la comédie de Capus ; car ce mérite est surtout dans le détail. Point de mots d’auteur : des mots de nature à foison, et point « fabriqués« . Un dialogue d’une vérité vraie, – plus vraie peut-être que ne l’exige le théâtre, – et que je ne me souviens d’avoir rencontrée que dans les meilleures scènes de M. Georges Ancey, -qui lui, du reste, est un pessimiste déterminé et ajoute, le plus souvent, à la « rosserie » naturelle de ses contemporains. La vérité de M. Alfred Capus, car vous savez qu’il y en a plusieurs, est plus indulgent. – En résumé, son homme d’affaires visionnaire rappelle Mercadet, l’Arnoux de l’Education sentimentale*, le Delobelle de Fromont jeune, le Micawber de David Copperfield et l’Ekdal du Canard sauvage. Il les rappelle, dis-je, tout en étant bien lui-même. Il est de leur famille, et je crois bien qu’il est presque leu égal. C’est gentil pour un début.

******
* L’Education sentimentale de Gustave Flaubert, 1869
**Fromont jeune et Risler aîné d’Alphonse Daudet, 1874.
***David Copperfield (Mr Wilkins Micawber) de Charles Dickens, 1850
****Le Canard sauvage (Vildanden) de Henrik Ibsen, 1885

*******

A LIRE EGALEMENT SUR ALFRED CAPUS

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

CHANT DES ELFES – EDUARD MÖRIKE – ELFENLIED

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

Mörike
____________________

Traduction Jacky Lavauzelle

__________________


LITTÉRATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

EDUARD MÖRIKE

8. September 1804  Ludwigsburg- 4. Juni 1875 Stuttgart
8 septembre 1804 – 4 juin 1875

__________________

ELFENLIED
LE CHANT DES ELFES

__________________

Tableau Jacky Lavauzelle, Le Chant des Elfes

********



Bei Nacht im Dorf der Wächter rief:
La nuit dans le village, le gardien a crié :
Elfe!
Onze !
Ein ganz kleines Elfchen im Walde schlief —
     Une toute petite Elfe dormait dans la forêt –
Wohl um die Elfe! —
Fermement à onze heures ! –
Und meint, es rief ihm aus dem Tal
Et elle pensa que l’appelait de la vallée
Bei seinem Namen die Nachtigall,
Le rossignol par son nom,
Oder Silpelit hätt’ ihm gerufen.
Ou que Silpelit l’appelait peut-être.
Reibt sich der Elf die Augen aus,
Frottant ses yeux d’Elfe,
Begibt sich vor sein Schneckenhaus
S’en retourne à sa coquille
Und ist als wie ein trunken Mann,
Et tel un homme ivre
Sein Schläflein war nicht voll getan,
S’en va finir sa sieste écourtée,
Und humpelt also tippe tapp
En boitant ainsi : tap tap tap !
Durch’s Haselholz in’s Tal hinab,
À travers le bois de noisetier de la vallée,
Schlupft an der Mauer hin so dicht,
Glisse contre le mur,
Da sitzt der Glühwurm Licht an Licht.
Où les vers luisants éclairent lumière sur lumière.
« Was sind das helle Fensterlein?
« Quelles sont ces petites fenêtres lumineuses ?
Da drin wird eine Hochzeit sein:
N’y a-t-il pas un mariage là-dedans :
Die Kleinen sitzen bei’m Mahle,
Les petits sont assis au repas,
Und treiben’s in dem Saale.
Et s’agitent dans le hall.
Da guck’ ich wohl ein wenig ‘nein! »
Je vais regarder un peu plus près « non! »
– Pfui, stößt den Kopf an harten Stein!
Pfui !, frappant sa tête contre la dure pierre !
Elfe, gelt, du hast genug?
Elfe, n’en as-tu donc pas assez ?
Gukuk! Gukuk!
Coucou ! Coucou !


*****************

LES TRACES DES ANNÉES PASSÉES – Poème de Pouchkine (Les Muses) – Мой друг – 1821

**

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
                                    TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

________________________________________________________

LES MUSES 
1821

Мой друг
LES TRACES DES ANNÉES PASSÉES 

________________________________________________________

Photo Jacky Lavauzelle

*************


‎Мой друг, забыты мной следы минувших лет
Mon amie, j’ai oublié les traces des années passées
И младости моей мятежное теченье.
Et le parcours rebelle de ma jeunesse.
Не спрашивай меня о том, чего уж нет,
Ne me demande rien sur ce qui est déjà parti,
Что было мне дано в печаль и в наслажденье,
Sur ce qui m’a été donné dans la douleur et le plaisir,
‎Что я любил, что изменило мне.
Sur ce que j’aimais, sur ce qui m’a trahi.
Пускай я радости вкушаю не в полне;
Permets-moi de ne pas goûter pleinement à la joie ;
Но ты, невинная! ты рождена для счастья.
Mais toi, cœur innocent ! Tu es née pour le bonheur.
Беспечно верь ему, летучий миг лови:
Crois-le allègrement, prends le moment au vol :
Душа твоя жива для дружбы, для любви,
Ton âme est vivante pour l’amitié, pour l’amour,
‎Для поцелуев сладострастья;
Pour les baisers de volupté ;
Душа твоя чиста; унынье чуждо ей;
Ton âme est pure ; le découragement lui est étranger ;
Светла, как ясный день, младенческая совесть.
Lumineuse comme une journée claire reste ta conscience infantile.
К чему тебе внимать безумства и страстей
As-tu besoin de prêter attention à la folie et aux passions ?
‎Не занимательную повесть?
A cette si peu divertissante histoire ?
Она твой тихий ум невольно возмутит;
Elle dérangerait calmement ton esprit serein ;
Ты слезы будешь лить, ты сердцем содрогнешься;
Tu verserais des larmes, ferais trembler ton cœur ;
Доверчивой души беспечность улетит,
Ton âme crédule s’envolerait,
И ты моей любви… быть может ужаснешься.
Et tu es, par mon amour, … peut-être horrifiée.
Быть может, навсегда… Нет, милая моя,
Peut-être pour toujours … Non, ma tendre amie,
Лишиться я боюсь последних наслаждений.
J’ai peur de perdre nos derniers plaisirs.
Не требуй от меня опасных откровений:
Ne me demande pas de dangereuses révélations :
Сегодня я люблю, сегодня счастлив я.
Aujourd’hui j’aime, aujourd’hui je suis heureux !



***************

24 и 25 августа 1821
25 & 25 août 1821

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

BONNE NUIT ! Poème de GOETHE – GUTE NACHT !

LITTERATURE ALLEMANDE
Goethe Traduction
Deutsch Poesie – Poésie Allemande

Traduction Jacky Lavauzelle

Johann Wolfgang von Goethe
1836 – 1870


Portrait de Joseph Karl Stieler – 1828

__________________________________

GUTE NACHT!
BONNE NUIT !

_________________________________________

Arkhip Kouïndji, Arc en ciel, 1900-1905

*******


Nun, so legt euch, liebe Lieder,
Eh bien, allongez-vous, ô chères chansons,
An den Busen meinem Volke!
Sur la poitrine de mon peuple !
Und in einer Moschuswolke
Et, dans un nuage de musc,
Hüte Gabriel die Glieder
Que Gabriel garde les membres
Des Ermüdeten gefällig,
Du poète fatigué,
Daß er frisch und wohlerhalten,
Qu’il reste frais et en bon état,
Froh, wie immer, gern gesellig,
Heureux, comme toujours, sociable,
Möge Felsenklüfte spalten,
Pour pouvoir fendre les falaises,
Um des Paradieses Weiten
Traverser l’immensité du paradis
Mit Heroen aller Zeiten
Avec des héros de tous les temps
Im Genusse zu durchschreiten,
Traverser dans la joie,
Wo das Schöne, stets das Neue,
Où le beau, toujours nouveau,
Immer wächst nach allen Seiten,
Toujours s’accroît de tous côtés,
Daß die Unzahl sich erfreue.
Qu’une myriade de gens s’amuse.
Ja, das Hündlein gar, das treue,
Oui, le petit chien, si fidèle,
Darf die Herren hinbegleiten.
Pourra accompagner ses maîtres.

********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES DOUCES TAGIDES – OS LUSIADAS V-100 – LES LUSIADES – Luís de Camões – Porque o amor fraterno e puro gosto

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO V
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS V-100 LES LUSIADES V-100
Dernier verset du Chant V
*

LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

***********

Porque o amor fraterno e puro gosto
Car l’amour fraternel et la joie pure
De dar a todo o Lusitano feito
De donner aux hauts faits Lusitaniens
Seu louvor, é somente o pressuposto
La gloire, voilà ce qui animent
Das Tágides gentis, e seu respeito.
Les douces Tagides, et leur considération.
Porém não deixe enfim de ter disposto
Mais assurez-vous enfin d’avoir
Ninguém a grandes obras sempre o peito,
De grands desseins toujours dans le cœur,
Que por esta, ou por outra qualquer via,
Que par ceci ou par tout autre moyen,
Não perderá seu preço, e sua valia.
Que personne ne perde ni son prix ni sa valeur.



*********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

GAMA ET LES MUSES- OS LUSIADAS V-99 – LES LUSIADES – Luís de Camões – As Musas agradeça o nosso Gama

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO V
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS V-99 LES LUSIADES V-99
*

LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

***********


As Musas agradeça o nosso Gama
Que notre Gama remercie les Muses
Muito amor da Pátria, que as obriga
De tant d’amour de la Patrie, qui les oblige
A dar aos seus na lira nome e fama
A évoquer son nom et sa renommée sur la lyre
De toda a ilustro e bélica fadiga:
De toutes ces actions illustres et guerrières :
Que ele, nem quem na estirpe seu se chama,
Car ni lui, ni quiconque dans sa lignée, n’estiment
Calíope não tem por tão amiga,
Assez Calliope comme douce compagne,
Nem as filhas do Tejo, que deixassem
Ni même les filles du Tage, qu’elles délaissent
As telas douro fino, e que o cantassem.
Les toiles d’or fin, pour les louer enfin.



***********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.