Archives par mot-clé : jacky lavauzelle

LES MOTS DE LA FOI – Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Glaubens GEDICHTE VON SCHILLER

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES GLAUBENS
LES MOTS DE LA FOI

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,
 Doch stammen sie nicht von außen her,
Mais ils ne viennent pas de l’extérieur,
 Das Herz nur gibt davon Kunde,
Le cœur seulement nous les livre ;
Dem Menschen ist aller Wert geraubt,
L’homme perd toute valeur
Wenn er nicht mehr an die drei Worte glaubt.
S’il ne croit plus à ces trois mots.

Der Mensch ist frei geschaffen, ist frei,
L’homme est créé libre et libre il est,
Und würd er in Ketten geboren,
Même s’il naît sous le joug,
 Laßt euch nicht irren des Pöbels Geschrei,
Ne vous laissez pas berner par la foule qui crie,
Nicht den Mißbrauch rasender Toren,
Pas les propos incohérents d’imbéciles enragés,
Vor dem Sklaven, wenn er die Kette bricht,
Autant devant l’esclave, quand il brise la chaîne,
Vor dem freien Menschen erzittert nicht.
Que devant l’homme libre, ne tremblez pas !

Und die Tugend, sie ist kein leerer Schall,
Et la vertu, ce n’est pas un son vide,
Der Mensch kann sie üben im Leben,
L’homme peut la pratiquer dans la vie,
Und sollt er auch straucheln überall,
Et devrait-il trébucher aussi partout,
  Er kann nach der göttlichen streben,
Il peut aspirer au divin,
Und was kein Verstand der Verständigen sieht,
Et ce que ne comprend pas l’homme intelligent,
Das übet in Einfalt ein kindlich Gemüt.
En termes simples un esprit enfantin le saisit.

Und ein Gott ist, ein heiliger Wille lebt,
Il existe un Dieu, une sainte volonté qui vit,
Wie auch der menschliche wanke,
Quand l’homme vacille,
Hoch über der Zeit und dem Raume webt
Plus haut que le temps et l’espace
Lebendig der höchste Gedanke,
Vit la plus haute pensée,
 Und ob alles in ewigem Wechsel kreist,
Et si tout tourne dans un perpétuel changement,
Es beharret im Wechsel ein ruhiger Geist.
Il existe en son cœur un esprit calme et serein.

Die drei Worte bewahret euch, inhaltschwer,
Ces trois mots, gardez-les ! Si intenses et profonds,
 Sie pflanzet von Munde zu Munde,
Qu’ils partent de bouche en bouche,
Und stammen sie gleich nicht von außen her,
Ils ne viennent pas de l’extérieur,
  Euer Innres gibt davon Kunde,
Ils émanent de l’intérieur ;
Dem Menschen ist nimmer sein Wert geraubt,
L’homme ne sera jamais privé de sa valeur,
So lang er noch an die drei Worte glaubt.
Tant qu’il croira encore à ces trois mots.

****

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


ESPERANCE Poème de Friedrich SCHILLER – HOFFNUNG GEDICHTE VON SCHILLER

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
HOFFNUNG
ESPERANCE

POEME DE

 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Hoffnung
Espérance

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;
 nach einem glücklichen, goldenen Ziel
vers un but heureux et glorieux
sieht man sie rennen und jagen.
vous les voyez courir et courir encore.
Die Welt wird alt und wird wieder jung,
Le monde vieillit et rajeunit,
doch der Mensch hofft immer Verbesserung.
mais l’homme espère toujours des jours plus beaux. 

Die Hoffnung führt ihn ins Leben ein,
L’espérance l’accompagne toute sa vie :
sie umflattert den fröhlichen Knaben,
 elle s’agite autour du garçon joyeux,
 den Jüngling locket ihr Zauberschein,
le jeune homme, lui, est attiré par sa magie,
 sie wird mit dem Greis nicht begraben;
enfin, elle ne sera pas enterrée avec le vieil homme ;
 denn beschließt er im Grabe den müden Lauf,
car, dans la tombe, il termine son parcours fatigué,
 noch am Grabe pflanzt er – die Hoffnung auf.
toujours sur la tombe, il plante… l’espérance.

Es ist kein leerer, schmeichelnder Wahn,
Ce n’est pas une illusion vide et flatteuse,
 erzeugt im Gehirne des Toren,
générée dans le cerveau de l’insensé,
 im Herzen kündet es laut sich an:
dans le cœur puissamment nous entendons une voix :
zu was Besserm sind wir geboren.
Nous sommes nés pour quelque chose de mieux !
Und was die innere Stimme spricht,
Et ce que dit la voix intérieure
das täuscht die hoffende Seele nicht.
ne trompe pas l’âme qui espère.

*****

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LE GANT – POEME DE FRIEDRICH SCHILLER – Der Handschuh – GEDICHTE VON SCHILLER

DER HANDSCHUH
LE GANT POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DER HANDSCHUH
 LE GANT
POEME DE
 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Der Handschuh

Vor seinem Löwengarten,
Devant le jardin aux lions,
 Das Kampfspiel zu erwarten,
Où ils vont combattre
Saß König Franz,
Est assis le Roi Franz,
  Und um ihn die Großen der Krone,
Et autour de lui les grands de la couronne,
Und rings auf hohem Balkone
Et sur les hauts balcons
Die Damen in schönem Kranz.
Les dames formant une belle couronne.

Und wie er winkt mit dem Finger,
Le Roi agite son doigt,
Auf tut sich der weite Zwinger,
Devant ce grand chenil,
Und hinein mit bedächtigem Schritt
Et alors, avec un pas volontaire,
 Ein Löwe tritt,
Un lion avance avec prestige,
Und sieht sich stumm
Et regarde tranquillement
Rings um,
Tout autour de lui,
 Mit langem Gähnen,
Dans un long bâillement,
Und schüttelt die Mähnen,
Il secoue sa crinière,
 Und streckt die Glieder,
Etend ses membres,
 Und legt sich nieder.
Et se couche.

Und der König winkt wieder,
Et le Roi fait un nouveau signe,
Da öffnet sich behend
Alors, s’ouvre rapidement
Ein zweites Tor,
Une deuxième porte,
Daraus rennt
Rapide
Mit wildem Sprunge
Dans un puissant saut sauvage
Ein Tiger hervor,
Un tigre,
Wie der den Löwen erschaut,
Voyant le lion,
Brüllt er laut,
Se met à rugir puissamment,
Schlägt mit dem Schweif
Fouettant avec la queue
 Einen furchtbaren Reif,
Ouvre sa gueule
Und recket die Zunge,
Et étire sa langue,
Und im Kreise scheu
Fait un cercle
Umgeht er den Leu
Contourne le lion
Grimmig schnurrend;
Sombrement rugit ;
Drauf streckt er sich murrend
Et va se coucher
Zur Seite nieder.
Sur son côté.

Und der König winkt wieder,
Et le roi fait un nouveau signe,
 Da speit das doppelt geöffnete Haus
Une porte laisse alors sortir
Zwei Leoparden auf einmal aus,
Deux léopards à la fois,
Die stürzen mit mutiger Kampfbegier
Qui s’élancent comme pour un combat courageux
Auf das Tigertier,
Sur notre tigre,
Das packt sie mit seinen grimmigen Tatzen,
Qui lui les attrape avec ses fortes griffes,
Und der Leu mit Gebrüll
Et le lion dans un long rugissement
Richtet sich auf, da wird’s still,
Se redresse, là tout se calme,
Und herum im Kreis,
Et autour en cercle,
Von Mordsucht heiß,
Dans cette odeur de sang,
Lagern die greulichen Katzen.
Se posent les deux léopards.

Da fällt von des Altans Rand
Alors tombe du bord du balcon
Ein Handschuh von schöner Hand
Un gant tenu par une belle main
Zwischen den Tiger und den Leun
Entre le tigre et le lion
Mitten hinein.
En plein milieu.

Und zu Ritter Delorges spottenderweis
Et moqueuse, au chevalier de Lorges
Wendet sich Fräulein Kunigund:
Se tourne Dame Cunégonde :
« Herr Ritter, ist Eure Lieb so heiß,
« Monsieur le Chevalier, si votre amour est si ardent,
Wie Ihr mir’s schwört zu jeder Stund,
Comme vous me le clamez à chaque instant,
Ei, so hebt mir den Handschuh auf. »
Aller récupérer mon gant. » 

Und der Ritter in schnellem Lauf
Et le chevalier dans une course rapide
 Steigt hinab in den furchtbarn Zwinger
Descend au cœur du terrible chenil
 Mit festem Schritte,
D’un pas ferme,
 Und aus der Ungeheuer Mitte
Au milieu des monstres
Nimmt er den Handschuh mit keckem Finger.
Il relève le gant d’un doigt audacieux.

Und mit Erstaunen und mit Grauen
Dans un étonnement et dans un effroi
Sehen’s die Ritter und Edelfrauen,
Les chevaliers et les nobles dames le regardent
Und gelassen bringt er den Handschuh zurück.
Qui revient calmement, rendre le gant.
Da schallt ihm sein Lob aus jedem Munde,
Sa louange parcourt toutes les bouches,
Aber mit zärtlichem Liebesblick –
Elle lui souffle un amour tendre –
Er verheißt ihm sein nahes Glück –
Et lui promet un bonheur parfait –
Empfängt ihn Fräulein Kunigunde.
La dame Cunégonde.
Und er wirft ihr den Handschuh ins Gesicht:
Mais lui jette le gant au visage :
  « Den Dank, Dame, begehr ich nicht »
« Merci, madame, tel n’est pas mon désir ! »
Und verläßt sie zur selben Stunde.
Et la quitte sur le champ.

******

DER HANDSCHUH
LE GANT POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie




 Deutsch Literatur

Friedrich von Schiller
Johann Christoph Friedrich von Schiller
1759-1805

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




Poèmes de Friedrich Schiller

Gedichte von Friedrich Schiller

*




 DER TANZ
LA DANSE
1796

DER TANZ Schiller Jacky Lavauzelle Friedrich Schiller
Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent…

***

WALLENSTEINS LAGER
LE CAMP DE WALLENSTEIN
1799

 

Le Camp de Wallenstein Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

SOMMAIRE
Inhaltsverzeichnis

1. Auftritt
Scène 1

2. Auftritt
Scène 1

3. Auftritt
Scène 3

4. Auftritt
Scène 4

5. Auftritt
Scène 5

6. Auftritt
Scène 6

7. Auftritt
Scène 7

8. Auftritt
Scène 8
Huitième Tableau
Kapuzinerpredigt Schiller
Le Sermon du Capucin

9. Auftritt
Scène 9
Neuvième Tableau

10. Auftritt
Scène 10
Dixième Tableau

11. Auftritt
Scène 11
Onzième Tableau
Erste Teil – Première Partie
Zweite Teil – Seconde Partie
Teil Drei – Troisième Partie
Vierter Teil – Quatrième Partie
Fünfter Teil – Cinquième Partie
Teil Sechs – Sixième Partie
Teil 7 – Septième Partie
Teil 8 – Ende des Spiels – Fin de la pièce

**

An die Freude 
Hymne à la Joie
Ode à la Joie
1785

An di Freude Schiller Hymne à la Joie Ode à la Joie Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

Freude, schöner Götterfunken,
Joie, belle étincelle des dieux,
Tochter aus Elisium,
Fille d’Elysée,
Wir betreten feuertrunken

Nous entrons ivres avec le feu

**

DER HANDSCHUH
LE GANT

Vor seinem Löwengarten,
Devant le jardin aux lions,
 Das Kampfspiel zu erwarten,
Où ils vont combattre

**

HOFFNUNG
ESPERANCE

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;

**

LES MOTS DE LA FOI
DIE WORTE DES GLAUBENS

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,

**

An die Freude SCHILLER – Hymne à la Joie – Ode à la Joie (1785)

****

La Poésie de Schiller par

Xavier Marmier
(préface)

La poésie lyrique est l’une des joies les plus pures, et l’une des gloires littéraires les plus brillantes du peuple allemand. On n’a point vu se développer dans ce vaste pays d’Allemagne certains rameaux de la pensée humaine qui, dans d’autres contrées, ont porté tant de fleurs précieuses et tant de fruits vivifiants. L’Allemagne n’a point eu de Molière, point de Walter Scott ni de La Fontaine, et le drame, qui, dans les derniers temps, lui a donné une si grande illustration, le drame n’est apparu sur la scène allemande avec une réelle originalité et un véritable éclat, qu’après une longue suite d’obscurs tâtonnements, de froids essais, de fades imitations. Sa rapide durée, sa subite décadence, prouvent qu’il n’était point issu du génie de la nation allemande, mais de la pensée puissante de quelques hommes. Ce drame commence à Lessing et finit à Goethe. Après la mort de Schiller, après le silence de l’immortel auteur de Faust, les théâtres d’Allemagne sont retombés dans leur viduité première ; les œuvres de Werner, de Mullner, de Grillparzer ; les trop nombreuses productions de Raupach et le brillant début de M. Munch-Bellinghausen, ne lui ont donné qu’une lueur fugitive. Le désordre est entré dans les rangs de ces écrivains dramatiques que deux bannières illustres ralliaient, il y a vingt ans, autour d’un sentiment de création originale, d’une grande idée d’art. Dans leur vague incertitude, dans leurs désirs flottants et leur impuissance, ils en sont réduits maintenant à chercher une substance étrangère, à prendre, qui de-ci, qui de-là, une comédie du Théâtre-Français, un vaudeville de Boulevard, qu’ils revêtent de langues germaniques, et conduisent à la lisière sur le théâtre de Vienne ou de Berlin.

Mais depuis les plus anciens temps, l’Allemagne, avec sa nature tendre, rêveuse, idéale, a senti s’éveiller en elle le sentiment mélodieux de la poésie lyrique. Les vieux guerriers chantaient en allant au combat ; les Minnesinger ont répandu à travers les sombres mœurs du moyen âge les trésors de l’inspiration la plus suave, et les délicieux accents d’une pensée d’amour unie à la religion par un lien mystique. Les Meistersanger conservaient la même inspiration, et ils n’en altérèrent le charme primitif qu’en se trompant eux-mêmes sur certains effets de style et certains raffinements de forme. C’est par la poésie lyrique que la première école silésienne se signala au XVIIe siècle ; c’est par la poésie lyrique que Bürger, Holly et leurs jeunes amis de Goettingue ramenèrent les beaux esprits de leur temps à une tendance littéraire plus juste, à un langage plus simple et plus vrai. Enfin, c’est par la poésie lyrique que les principaux écrivains de l’époque actuelle, Novalis, Uhland, Ruckert, se sont fait une renommée qui de l’Allemagne s’est promptement répandue dans les autres contrées. À travers les tempêtes qui ont agité l’Europe, les événements politiques qui en ont changé la face, au milieu des questions vitales dont le monde poursuivait chaque jour la solution, l’Allemagne est apparue comme le scalde scandinave, qui ne pouvait en prenant l’épée abandonner sa harpe. Elle n’a pas cessé un instant de rêver, et pas un instant de chanter. Klopstock saluait par une ode l’aurore de notre révolution, et Théodore Korner, après avoir suivi tout le jour son escadron de chasseurs sur le champ de bataille, composait le soir au bivouac la chanson du lendemain. Il faut avoir visité les diverses contrées de l’Allemagne, pour savoir tout ce qu’il y a là d’instinct musical et de sentiment lyrique. Dès qu’on a passé la frontière, il semble qu’on entre dans une région fabuleuse où les hommes gazouillent et chantent comme des oiseaux. L’ouvrier chante en s’en allant le sac sur l’épaule, de ville en ville, gagner ses titres de maîtrise ; l’étudiant chante en cheminant sur la route de son Université ; l’humble famille bourgeoise qui, le dimanche, va se reposer des fatigues de la semaine sous le feuillage d’un Lustgarten, ne rentre guère dans sa demeure sans entonner aussi quelque chanson d’Uhland mise en musique par Strauss ; et dans les salons du grand monde, on serait bien étonné de passer une soirée sans cahiers de musique et sans piano. Il y a en Allemagne des chants pour toutes les fêtes et toutes les circonstances solennelles de la vie, pour toutes les classes de la société, toutes les corporations, tous les métiers, et chaque jour en augmente encore le nombre. Là, pas un site pittoresque qui n’ait été célébré plusieurs fois par les poëtes, pas une ruine des bords du Danube qui n’ait sa légende populaire, pas un château de la Thuringe, des bords du Rhin, de la Silésie, dont le nom ne se retrouve dans plusieurs recueils littéraires, dont l’histoire, réelle ou fictive, n’ait été racontée dans mainte et mainte strophe.

Ces chants de l’Allemagne n’ont point en général la vive et émouvante gaieté de ceux de la France, ni le caractère humoristique de ceux de l’Angleterre. Il en est peu qui n’allient à l’élan le plus joyeux une réflexion philosophique, une pensée religieuse. On y trouve d’ailleurs, même dans les plus vulgaires, un indice de vague rêverie, un sentiment de la nature qui ne se révèlent point dans les nôtres. L’ouvrier allemand ne se contente point de célébrer en vers plus ou moins corrects l’amour et le vin, il chante souvent avec une douce et naïve mélancolie la verdure des champs, la fraîcheur des bois ; et il y a telles de ces chansons d’artisan, de ces Burschenlieds qui retentissent chaque jour dans les plus obscurs cabarets et que l’on pourrait citer comme de petites odes harmonieuses, et remarquables par une pensée exquise.

Il est clair cependant que dans cette quantité de poésies lyriques qui inondent l’Allemagne, il y a un nombre infini de chansonnettes qui ne peuvent être considérées que comme des motifs de composition musicale, ou comme la pâle expression d’une pensée banale. C’est à la critique à chercher, au milieu de tant de productions, ce qui mérite d’être conservé et classé parmi les véritables œuvres d’art. Dans ces œuvres choisies, on distinguera les poésies lyriques de Schiller. L’homme de génie a mis là les qualités que l’on aime à retrouver dans ses drames, sa tendresse de cœur, ses grandes idées sociales, sa philosophie religieuse. Quand il n’aurait point écrit Marie Stuart, Guillaume Tell, Wallenstein, son petit volume d’élégies, de ballades, suffirait pour lui assurer une belle place parmi les poëtes de notre époque. Nous avons publié, en tête de la traduction de son théâtre, une notice biographique qui nous dispense de revenir sur les divers incidents de la vie de ce grand écrivain. Nous essaierons ici de rechercher les premières traces de ses compositions lyriques, et d’indiquer les différentes phases que sa pensée a suivies, le cercle qu’elle a parcouru, jusqu’à ce qu’elle arrivât à sa dernière manifestation, à son dernier développement, interrompu, brisé par une mort prématurée.

Xavier Marmier
Préface
Poésies de Schiller
Charpentier

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
IRAKLI TSULADZE
ქანდაკება ‘გაზაფხულის ხმა’
L’AIR DU PRINTEMPS
Monument Sound of Spring
LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d'IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა - გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

IRAKLI TSULADZE -LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d'IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა - გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

**

IRAKLI TERADZE
ირაკლი წულაძე

ქანდაკება
გაზაფხულის ხმა
L’AIR DU PRINTEMPS
Monument Sound of Spring
ცეკვის და მუსიკის შადრევანი
LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE
1973
Dancing and Music Fountain

____________________________________________________________

გრიგოლ ორბელიანის ბაღი
Jardin Grigol  Orbeliani
16 ანტონ ფურცელაძის ქუჩა
16 Rue Anton Purtseladze 

თბილისი
Tbilissi

___________________________________________________________

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent.
 Seh’ ich flüchtige Schatten von ihren Leibern geschieden?
Des ombres fugaces de leurs corps sortent-elles ?
   Ist es Elysiums Hain, der den Erstaunten umfängt?
Où sont-ce des esprits qui les enveloppent de leurs ailes ?

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

 Wie, vom Zephyr gewiegt, der leichte Rauch durch die Luft schwimmt,
Comme, secouée par le Zéphyr, la fumée légère dans l’air se répand,
  Wie sich leise der Kahn schaukelt auf silberner Flut,
Avec la douceur du bateau qui se balance sur une mer d’argent,
 Hüpft der gelehrige Fuß auf des Takts melodischen Wellen,
Le pied docile saute sur les ondes mélodieuses de la cadence,
    Säuselndes Saitengetön hebt den ätherischen Leib. »
Le son de cordes grésillant soulève ces corps éthérés qui dansent.

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

Keinen drängend, von keinem gedrängt, mit besonnener Eile,
Poussé par une étrange et puissante force,
 Schlüpft ein liebliches Paar dort durch des Tanzes Gewühl.
Un charmant couple ouvre son chemin à travers la danse.
Vor ihm her entsteht seine Bahn, die hinter ihm schwindet,
Cette nouvelle voie disparaît aussitôt  derrière eux,
Leis wie durch magische Hand öfnet und schließt sich der Weg.
Comme par magie, le chemin s’ouvre devant eux puis se referme.
Sieh! jetzt verliert es der suchende Blick. Verwirrt durcheinander
Vois ! maintenant nous l’avons perdu ! Dans cette confusion
Stürzt der zierliche Bau dieser beweglichen Welt.
Gracieusement se déplace ce mystérieux fluide merveilleux.
Nein, dort schwebt es frohlockend herauf. Der Knoten entwirrt sich,
Non ! il flotte et se réjouit. Le nœud se défait,
Nur mit verändertem Reiz stellt sich die Ordnung mir dar.
Muni d’un nouveau charme, il se présente.
Ewig zerstört und ewig erzeugt sich die drehende Schöpfung,
Éternellement détruit et éternellement créé, cette création tournoyante
Und ein stilles Gesetz lenkt der Verwandlungen Spiel.
Et une loi silencieuse dirigent le doux jeu des métamorphoses.
Sprich, wie geschiehts, daß rastlos bewegt die Bildungen schwanken, 
Dis ! comment se fait-il que, continuellement renouvelées, dans ce mouvant tableau,
Und die Regel doch bleibt, wenn die Gestalten auch fliehn?
La règle reste la même alors que la forme se délite ?
Daß mit Herrscherkühnheit einher der einzelne wandelt,
Pourquoi chaque individu réalise ses prouesses,
Keiner ihm sklavisch weicht, keiner entgegen ihm stürmt?
Comment personne n’est asservi, personne ne s’oppose à lui ?
Willst du es wissen? Es ist des Wohllauts mächtige Gottheit,
Veux-tu le savoir ? C’est la divine puissance de l’harmonie !
Die zum geselligen Tanz ordnet den tobenden Sprung,
C’est elle qui donne à la danse la magie de transformer de tels soubresauts,
Die, der Nemesis gleich, an des Rhythmus goldenem Zügel
Qui, comme Némésis, au rythme de ses rênes d’or
Lenkt die brausende Lust, und die gesetzlose zähmt.
Guide le rugissant plaisir et apaise sa vigueur.
Und der Wohllaut der großen Natur umrauscht dich vergebens?
Et le son du grand univers, pour toi, n’est-il donc rien ?

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

Nicht der begeisternde Takt, den alle Wesen dir schlagen?
N’es-tu pas saisis par la cadence que tous ces êtres te marquent ?
Nicht der wirbelnde Tanz, der durch den ewigen Raum
N’entends-tu pas la danse tourbillonnante qui traverse l’éternel espace ?
Leuchtende Sonnen wälzt in künstlich schlängelnden Bahnen?
Ne vois-tu donc pas les astres brillants qui partent sur de sinueuses pistes ?
Handelnd fliehst du das Maaß, das du im Spiele doch ehrst?
Pourquoi alors fuir la mesure que tu respectes dans le jeu ?

DER TANZ – LA DANSE
FRIEDRICH SCHILLER
Traduction Jacky Lavauzelle

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI
LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d’IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა – გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI
   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
IRAKLI TSULADZE
ქანდაკება ‘გაზაფხულის ხმა’
L’AIR DU PRINTEMPS
Monument Sound of Spring

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d'IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა - გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

IRAKLI TSULADZE -LA FONTAINE DE LA DANSE ET DE LA MUSIQUE TBILISSI d'IRAKLI TSULADZE ქანდაკება გაზაფხულის ხმა - გრიგოლ ორბელიანის ბაღი Jardin Grigol ORBELIANI

**

IRAKLI TERADZE
ირაკლი წულაძე

IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – წულაძე ირაკლი – 2008

   *****
Sculptures de Tbilissi
თბილისის ქანდაკება
IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – წულაძე ირაკლი

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - წულაძე ირაკლი
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - ირაკლი ტალუდაძე

**

IRAKLI TERADZE
ირაკლი წულაძე

LE LAMPISTE
The statue of a lamplighter

____________________________________________________________

Rue Baratashvili
Baratashvili Street
მეფარნე
ბარათაშვილის ქუჩა
თბილისი, 310 სმ, ბრინჯაო, რკინა, ქვა, 2008
à côté du Théâtre – rue Baratashvili, Tbilissi, 310 cm, bronze, fer, pierre, 2008

___________________________________________________________

LAMPISTERIE

La lampisterie est cet endroit plein de silence,
Où sont les lampes,
Où, dans les huiles et les pétroles,
Les mèches trempent,
Les mèches molles, —

Lampisterie, endroit obscur où sont les lampes.

Et le lampiste coule là,
Coule des jours monotones et sans éclat,
Sans gloire, sans smart : — en général,
Le lampiste s’habille mal,

Et les occasions sont rares,
(Peut-être le premier
Janvier ?)
Bien rares où le chef de gare
Serre sa main, sa main loyale,
Mais sale.

Mais le lampiste est un modeste,
Qu’inquiètent peu les égards :
Il se fiche du tiers, du quart,
Et du ziste comme du zeste, —
Pourvu que les lampes lui restent.

Il ne demande même pas à monter en grade :
Tout au plus, parfois, songe-t-il
Que, s’il avait des appointements comme Rothschild,
Peut-être mettrait-il une autre huile
Que celle de l’administration, dans sa salade…
(Et puis, au fond,
C’est encore une affaire d’appréciation.)

Lampisterie, endroit plein d’ombre et de silence, où trempe

La salade du lampiste, dans l’huile des lampes.

Franc-Nohain
Lampisterie
Les Chansons des trains et des gares
Édition de la Revue blanche, 1900

   *****
IRAKLI TSULADZE – LE LAMPISTE – ირაკლი წულაძე

GEORGIE
საქართველო
Sakartvelo

******

IRAKLI TSULADZE - LE LAMPISTE - ირაკლი წულაძე
Géorgie
საქართველო

LE SACRIFICE DE FERDINAND DE PORTUGAL – OS LUSIADAS IV-53 LES LUSIADES LUIS DE CAMOES – Codro, porque o inimigo não vencesse

*

FERDINAND DE PORTUGAL

Ferdinand de Portugal traduction Jacky LavauzelleOS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-53 LES LUSIADES IV-53
LITTERATURE PORTUGAISE

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes




Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades Trad Jacky Lavauzelle

 Obra Poética  (1556)




OS LUSIADAS IV-53
A Epopeia Portuguesa

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Ferdinand de Portugal Camoes Traduction Jacky Lavauzelle
Vasco de Gama

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




******

Ferdinand de Portugal
Ferdinand de Portugal (1402-1443)


FERDINAND DE PORTUGAL
1402  – 1443

LE COURAGE DE FERDINAND LE BIENHEUREUX

*******

LE SACRIFICE DE CODROS

Domenico Beccafumi, Le Sacrifice de Codros, roi d’Athènes, 1529-1535, Palazzo Pubblico à Sienne

Codros apprend d’un oracle que la victoire, dans la guerre qui oppose les Doriens et les Athéniens, reviendrait au peuple dont le chef serait tué en premier. Codros décide alors de se sacrifier en se jetant dans la bataille pour y succomber avant le chef dorien.

**

Le retour de Regulus à Carthage par Andreis Cornelis Lens (1791)

LE SACRIFICE DE REGULUS
Marcus Atilius Regulus (consul en -267)

« Tombé au pouvoir des Carthaginois, il est envoyé à Rome pour proposer l’échange des prisonniers. Prisonnier lui-même, il se considère comme indigne d’entrer dans la ville, dans sa propre maison. Introduit avec l’ambassadeur carthaginois dans le temple de Belloné, il refuse de s’asseoir à là place qu’il avait occupée comme consul ; son fils, par piété filiale, veut rester debout comme lui, et Régulus gémit de son peu de patriotisme. Puis, il s’oppose fortement à l’échange, et pourtant, si cet échange ne se fait pas, il a promis de retourner à Carthage, où l’attendent les plus cruels supplices. « Ces barbares, dit-il aux sénateurs, m’ont cru assez lâche pour vous trahir par crainte. Ah ! cet outrage est plus cruel que tous les tourments. Vengez-moi, sénateurs, etc. » Le consul Manlius lui répond : « Je ne sais de quel côté le péril est le plus grand, ou de ne pas suivre ton conseil, ou de perdre un citoyen capable de donner un si grand conseil. »

Pierre Larousse
Grand dictionnaire universel du XIXe siècle
As-At – Attilius
Administration du grand dictionnaire universel, 1866

***

LE SACRIFICE DE FERDINAND DE PORTUGAL

« Codro, porque o inimigo não vencesse,

« Codros, afin que ne soit pas victorieux l’ennemi,
Deixou antes vencer da morte a vida;
Préfère résolument la mort à la vie ;
Régulo, porque a pátria não perdesse,
Regulus, pour que la patrie ne soit pas perdu,
Quis mais a liberdade ver perdida.
Préfère courageusement perdre sa liberté.
Este, porque se Espanha não temesse,
De même, pour que l’Espagne ne souffre plus,
Ao cativeiro eterno se convida:
 Ferdinand se donne à une éternelle captivité :
Codro, nem Cúrcio, ouvido por espanto,
Ni Codros, ni Curce, tellement engagés pourtant,
Nem os Décios leais fizeram tanto.
Ni les loyaux Décius n’en firent jamais autant.

**

Traduction Jacky Lavauzelle
Nuno Álvares Pereira

****

OS LUSIADAS CANTO IV

****

Ferdinand de Portugal Traduction Jacky Lavauzelle

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

**************

**

LA MORT DU VETERAN CAMOES

Et puis, pour qu’un royaume ait des gens de lettres, il lui faut de l’argent pour les pensionner. Le Portugal, qui épuisait son épargne en flottes, en armées, en constructions de citadelles, ne pouvait avoir dans son budget un chapitre d’encouragemens aux lettres et aux arts. Bientôt même l’état ruiné par ses conquêtes, obéré par la victoire, n’eut plus de quoi suffire aux besoins de ses armées : il finit par ne pouvoir plus nourrir ceux qui l’avaient servi. Camoens mourut à l’hôpital, ou à-peu-près ; mais ce ne fut pas comme poète ; ce ne fut pas comme Gilbert et Maifilâtre à côté d’autres écrivains largement rentes: ce fut comme un vétéran dont la solde manque, ou dont la pension de retraite est suspendue.il mourut comme beaucoup de ses compagnons d’armes, comme mouraient les vice-rois eux-mêmes, qui n’avaient pas toujours (témoin dom Joâo de Castro) de quoi acheter une pouie dans leur dernière maladie.

« Qu’y a-t-il de plus déplorable que de voir un si grand génie si mal récompensé ? Je l’ai vu mourir dans un hôpital de Lisbonne, sans avoir un drap pour se couvrir, lui qui avait si bravement combattu dans l’Inde orientale et qui avait fait cinq mille cinq cents lieues en mer. Grande leçon pour ceux qui se fatiguent à travailler nuit et jour et aussi vainement que l’araignée qui ourdit sa toile pour y prendre des mouches. »
Il peut résulter de cette apostille que José Indio a vu Camoens à l’hôpital, sans qu’il faille prendre à la lettre les mots je l’ai vu mourir.
Ce fut dans ces circonstances que le désastre d’AIkacer Kébir (4 août 1578) frappa de mort le Portugal. Il restait encore à Camoens une larme pour sa patrie : Ah ! s’écria-t-il, du moins je meurs avec elle ! Il répéta la même pensée dans la dernière lettre qu’il ait écrite. « Enfin, disait-il, je vais sortir de la vie, et il sera manifeste à tous que j’ai tant aimé ma patrie, que non-seulement je me trouve heureux de mourir dans son sein, mais encore de mourir avec elle. »
Il ne survécut que peu de mois à ce désastre, et mourut au commencement de 1579, à l’âge de cinquante-cinq ans.
Il fut enterré très pauvrement dans l’église de Santa Anna, dit Pedro de Mariz, à gauche en entrant et sans que rien indiquât sa sépulture. Ses malheurs firent une impression si profonde, que personne ne voulut plus occuper la maison qu’il avait habitée. Elle est restée vide depuis sa mort. Les prévisions de Camoens ne tardèrent pas à s’accomplir. Le Portugal, ce royaume né d’une victoire et mort dans une défaite, tomba bientôt sous le joug de Philippe IL Ce monarque visitant ses nouvelles provinces, s’informa du poète, et, en apprenant qu’il n’existait plus, il témoigna un vif regret….

Charles Magnin
Luiz de Camoëns
Revue des Deux Mondes
Période Initiale, tome 6

*********************

Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
*********************


Ferdinand de Portugal Camoes Os Lusiadas IV Traduction Jacky Lavauzelle

FERDINAND DE PORTUGAL

 OS LUSIADAS IV

LUIS DE CAMOES LES LUSIADES


Camoes Canto III

SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

    *****
Rue Gorgasali à Tbilisi
გორგასლის ქუჩა თბილისში
Saint Abo ou saint Habo, jeune arabe chrétien, venu de Bagdad esclave qui mourut martyr par la main des musulmans.
Il est fêté le 6 janvier en Orient.
Il a confessé sa foi au procès et a été martyrisé le 6 janvier 786.

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Artiste géorgien
ქართველი მხატვარი
Sculpture géorgienne
ქართული ქანდაკება

 

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI

____________________________________________________________

1988

აბო თბილელი
ჰაბო ტფილელი
Saint Abo de Tiflis
Abo Tbileli
აბო თბილელი
né à Bagdad en 756 – ბაღდადი
Mort le 6 janvier 786 à Tbilissi –თბილისი
გარდაიცვალა : 6 იანვარი 786
martyr chrétien et le saint patron de Tbilissi

Icône de saint Abo de Tiflis

 

__________________________________________________________________

 

SAINT ABO

****

En 786, saint Abo de Tiflis fut dénoncé aux chrétiens par les autorités arabes à Tbilissi et arrêté. Il a confessé sa foi au procès et a été martyrisé le 6 janvier 786.

La statue se trouve dans le grand square qui se trouve entre la Rue Gorgasali გორგასლის ქუჩა et la Rue Ioseb Grishashvili იოსებ გრიშაშვილის ქუჩა , à proximité de l’Ambassade d’Azerbaïdjan.

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Extrait du poème
de
Shota Nishnianidze
(18 mars 1929 Tbilissi – 1999 Tbilissi)
შოთა ნიშნიანიძე
ჰაბო ანუ ფერფლის ლეგენდა
Abo ou la légende des cendres

რაც არ უნდა დიდი იყოს საქართველოს მსხვერპლი,
Qui que soit la plus grande victime de la Géorgie,

სიყრუე და გულქვაობა გადამთიელ ხეპრის, –
Surdité et chasteté
იმ ფერფლს, შავ ფერფლს,
Les cendres, les cendres noires,
სიძულვილის აუწონელ ზღვა ფერფლს
Une mer impie de cendres
აბოს ფერფლი გადასწონის,
Au-dessus des cendres,

ერთი მუჭა ფერფლი…
Une poignée de cendres …

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI
Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI
Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS – აბო თბილელი – TBILISSI

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

Sculpture de SAINT ABO DE TIFLIS - აბო თბილელი - TBILISSI

____________________________________________________________

LES DRAPEAUX FLOTTANTS – 1988 – SCULPTURE DE GIORGI SHKHVATSABAIA გიორგი შხვაცაბაია – დროშები ჩქარა

    *****
Artiste géorgien
ქართველი მხატვარი
Sculpture géorgienne
ქართული ქანდაკება
 

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

LE MONUMENT A NIKOLOZ BARATASHVILI - ნიკოლოზ ბარათაშვილი
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

LE MONUMENT A NIKOLOZ BARATASHVILI - ნიკოლოზ ბარათაშვილი

____________________________________________________________

LES DRAPEAUX FLOTTANTS

 

__________________________________________________________________

 

გიორგი შხვაცაბაია
GIORGI SHKHVATSABAIA

დაბადების თარიღი 15 აპრილი, 1940
Né le 15 avril 1940

****

დროშები ჩქარა

1988

 

ქანდაკების სახელი აღებულია გალაქტიონ ტაბიძის ლექსის „დროშები ჩქარა“ დასახელებიდან. ქანდაკება 1988 წელს დადგეს, ლექსი „დროშები ჩქარა“ კი, 1917 წელს დაიწერა. საბჭოთა ეპოქაში გვასწავლიდნენ, რომ ეს ლექსი გალაქტიონმა 1917 წლის ოქტომბრის რევოლუციას მიუძღვნაო, თავისუფლად შეიძლება შხვაცაბაიას ქმნილებაც სწორედ 1917 წლის ოქტომბრის რევოლუციის 70 წლისთავისადმი მიძღვნილად ჩაითვალოს.

Le nom de la sculpture est tiré du poème « Drapeaux » de Galaktion Tabidze. La sculpture a été érigée en 1988 et le poème de Tabidze a été écrit en 1917.
À l’époque soviétique, on nous a appris que ce poème était consacré à la révolution d’Octobre 1917, on pourrait donc considérer cette sculpture comme une commémoration du 70e anniversaire de la révolution d’Octobre 1917.
გალაქტიონის ლექსი “დროშები ჩქარა” დღეს, საქართველოს დამოუკიდებლობისადმი მიძღვნილ, პოეტის ერთგვარ სიხარულის გამომხატველ შეძახილად მიიჩნევა.
Le poème de Galaktion Tabidze est considéré comme une expression joyeuse qui célèbre aujourd’hui l’indépendance de la Géorgie.

*****

მოქანდაკე
Mokandake
Sculpteur
გიორგი შხვაცაბაია
GIORGI SHKHVATSABAIA

****

არქიტექტორი
Arkitektori
Architectes
თ. თევზაძე, გ. ჯაფარიძე, დ. სულთანიშვილი

H Tevzadze, G. Japaridze, d. Sultanishvili
****
წელი
Tseli
Année
1988
****
 მასალა
Masala
Matériel
ბრინჯაო
brinjao
Bronze
*****
ადგილმდებარეობა
Adgilmdebareoba
Emplacement
გიორგი ლეონიძის სახელობის ბაღი
giorgi leonidzis sakhelobis baghi
Le jardin de Giorgi Leonidze
თბილისი
Tbilissi
***

PARCOURS DE GORGI SHKHVATSABAIA

გადაეცა სსრკ სამხატვრო აკადემიის ვერცხლის დიდი მედალი; ტრეტიაკოვის გალერეა, მოსკოვი)
Médaille d’argent de l’académie des arts de l’URSS –  Galerie Tretiakov, Moscou
მირზა გელოვანის ძეგლი (ბრინჯაო, 1977)
Monument Mirza Gelovani (Bronze, 1977)
შინმოუსვლელთა მემორიალი » (სპილენძი, ბეტონი, 1978; ორივე ახალგაზრდული ქალაქი ჟიული შარტავა)
« Souvenirs de la Maison des Artistes » (Cuivre, Béton, 1978)
« მეგობრობის ყვავილი » (1980)
Les fleurs de l’amitié en 1980
ხსოვნის კედელი (ქვა, 1981)
Le Mur du Souvenir (1981)
« დროშები ჩქარა » (ბრინჯაო, 1988, ორივე – გიორგი ლეონიძის სახელობის ბაღი)
L’Œuvre que nous présentons ici de 1988
« ვერიკო  ანჯაფარიძე » (1990)
Veriko Anjaparidze en 1990 Panthéon de Mtatsminda
La Flamme de la Paix – 1992, Grèce
Sculpture de Zhiuli Shartava (1997, Senaki)
Sculpture de Yevgeny Mikeladze (2000, Z.Paliashvili Opera & Ballet House, Tbilissi)
Elévation  (2004, Square des Héros à Tbilisi).
Ces œuvres sont notamment visibles au musée d’art géorgien, à la galerie Tretiakov de Moscou, ou au musée d’art moderne d’Amsterdam.
**

PRIX ET RECOMPENSES

2001 – საქართველოს სახელმწიფო პრემია
2001 – Prix d’Etat de Géorgie
2001 – თბილისის საპატიო მოქალაქე
2001 – Citoyen d’honneur de Tbilissi
1999 – ღირსების ორდენი
1999 – Ordre d’honneur
1990 – საქართველოს სახალხო მხატვარი
1990 – Artiste du peuple de Géorgie
1976 – საქართველოს კომკავშირის პრემია
1976 – Prix Komsomol de Géorgie

PEINTURES DE LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი

*****

 

PEINTURES
Levan Chogoshvili – ლევან ჭოღოშვილი

*

Levan Chogoshvili - ლევან ჭოღოშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

IA ARSENISHVILI - ია არსენიშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI -PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა - GEORGIE TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი





Levan Chogoshvili
ლევან ჭოღოშვილი

Né le 22 mai 1953
*
PEINTRE GEORGIEN
TBILISSI
ნარიყალა


LEVAN CHOGOSHVILI AU MUSEE GEORGIEN DES BEAUX-ARTS DE TBILISSI

________________________

Une partie de la salle consacrée à LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi (au centre la toile « Noël »)

***

შობა
Shoba
NOËL
CHRISTMAS
2016

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Noël

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
118×170

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi
***

გრიგოლ ხანძთელი
SAINT GREGOIRE DE KHANDZTA
SAINT GRIGOL KHANDZTELI
Gregory of Khandzta
2002

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Saint Grégoire de Khandzta

Grégoire de Khandzta est né 759 et mort le 5 octobre 861
Figure ecclésiastique géorgienne, il fonda et dirigea de nombreuses communautés monastiques à Tao-Klarjeti, région historique du sud-ouest de la Géorgie.

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
153×80

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

***

სტამბული
Stambuli
De la Série « La fin de l’Aristocratie »
From the « Annihilated Aristocracy » Series
ISTANBUL
2014

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Istanbul -2014
 

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
88×62

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi
**

თბილისი
TBILISSI
TBILISI
2000 – 2013

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi
LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi – Détail

ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier
Tempera on paper
92×67

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

***

DE LA SERIE « LA FIN DE L’ARISTOCRATIE »
From the « Annihilated Aristocraty » Series
2014

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – De la série « La Fin de l’Aristocratie »


ქაღალდი ტემპერა
kaghaldi, t’emp’era
Tempera sur papier

Tempera on paper
62×87

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts – Tbilissi
Georgian Museum of Fine Arts – Tbilisi

________________________

Toile de LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi

PARCOURS DE LEVAN CHOGOSHVILI

De 1970 à 1975 – Académie d’Etat des beaux-arts de Tbilissi, თბილისის სამხატვრო აკადემია  département de peinture
1979 Levan produit un film non officiel sur la culture ethnique géorgienne au-delà des frontières de la Géorgie soviétique
1990 – Membre de l’Association de l’histoire des sciences მეცნიერების ისტორიის ასოციაცია  (Académie des sciences de Géorgie  საქართველოს მეცნიერებათა აკადემია )
1995 – Président de l’Association pour la protection de l’art ancien chrétien
1997 – 2007 – Professeur à l’Académie des arts de Tbilissi, თბილისის სამხატვრო აკადემია responsable du studio interdisciplinaire des arts
De 1998 à aujourd’hui – Représentant du programme d’échange d’artistes en Géorgie (IAAB) « Basel-Tbilisi-Freiburg » de la Fondation Christoph Merian (Suisse)
2000 – Fondateur du Centre d’art contemporain
2000 – Cofondateur de l’Institut de la photographie et des nouveaux médias du Caucase (CCCD)
2001 – 2004 – Professeur à l’Institut de la photographie et des nouveaux médias du Caucase (Maf Media Art Farm)
2001 – Fondateur du Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les arts (AIRL)
2002 – subvention de la fondation Pollock-Krasner, New York
à partir de 2007 – Professeur à l’Université euro-caucasienne de l’IB

***

LEVAN CHOGOSHVILI ლევან ჭოღოშვილი – Tbilissi – Détail

PARTICIPATION AUX EXHIBITIONS DE LEVAN CHOGOSHVILI

1976 – exposition collective Tbilisi Cinema House
1977 – exposition collective  Maison des artistes de Tbilissi
1987 – exposition de groupe, Galerie Empedocle Restivo, Palerme
1987 – 1ère exposition du groupe « 10ème étage », Musée Karvasla, Tbilissi
1988 – exposition de groupe pour les victimes du séisme en Arménie, Maison des artistes, Tbilissi
1988 – exposition de groupe, CAH, Moscou
1988 – 1ère exposition d’artistes non-conformistes de Géorgie, Musée Karvasla, Tbilissi
1990 – exposition collective Fondation Mona Bismarck, Paris
1990 – exposition de groupe au festival international de l’art, Cagnes-sur-Mer (Prix du Président de la France pour la meilleure sélection nationale)
1990 – exposition collective «De Pirosmani à l’avant-garde, galerie «Brok » à Barcelone
1995 – exposition de groupe, Galerie d’art moderne, Tbilissi
1995 – exposition de groupe, Festival international d’art, Ankara, Premier prix de la meilleure sélection nationale
1995 – exposition collective, Centre d’art «Senet», Bakou
1996 – Sans titre, Galerie +/-, Bâle
1996 – exposition de deux hommes «Entre passé et présent», Centre international de l’art, Tbilissi
1996 – exposition de groupe dans le cadre du projet international «Icon and Perception», Tbilissi
1996 – 1ère Biennale internationale d’art contemporain de Tbilissi, Blue Gallery
2002 – exposition du centre pour la réhabilitation des victimes torturées, Tbilissi
Musée d’histoire
2002 – exposition de groupe, Tbilisi, Old Gallery
2002 – 2ème Biennale à Florence, Italie
2004 – Double Bottom, dans le cadre du projet international de la société AIRL «Tuesday is Gone», Club 22, Tbilissi
2004 – «Recherche sans frontières», conservation et échanges culturels à l’ère interculturelle, Institut Goethe, Tbilissi
2005 – “Saberebi Desert Group”, Air Gallery, Londres
2005 – Mercredi appelle l’avenir, conservateur Daniel Baumann, CNA, Tbilissi
2006 – Restons vivants jusqu’à lundi, Daniel Baumann, Galerie Elene Akhvlediani, Tbilissi
2007 – Chaque jour est samedi, Tbilissi

*

Levan Chogoshvili - ლევან ჭოღოშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

IA ARSENISHVILI - ია არსენიშვილი PEINTRE GEORGIEN TBILISSI -PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა - GEORGIE TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი





Levan Chogoshvili
ლევან ჭოღოშვილი