Archives par mot-clé : jacky lavauzelle

LE JOUR LE PLUS HEUREUX-EDGAR ALLAN POE POEME – THE HAPPIEST DAY

EDGAR ALLAN POE POEME
LITTERATURE AMERICAINE

EDGAR ALLAN POE POEME Traduction Jacky Lavauzelle*******

EDGAR ALLAN POE POEME Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

EDGAR ALLAN POE POEME

*********




 The Happiest Day
LE JOUR LE PLUS HEUREUX

 *1827*

*****

Traduction Jacky Lavauzelle - Edgar Allan Poe
Sculpture de roche -Museu Sao Roque – Lisbonne – Photo Jacky Lavauzelle

**

The happiest day – the happiest hour
Le jour le plus heureux – l’heure la plus heureuse
My sear’d and blighted heart hath known,
Mon coeur consumé et brisé l’a connue,
The highest hope of pride and power,
Le plus grand espoir de fierté et de pouvoir,
I feel hath flown.
Je sens qu’il s’est envolé.

*

Of power! said I? yes! such I ween;
De puissance ! dis-je ? Oui ! tel je le vois ;
But they have vanish’d long, alas!
Mais disparu depuis longtemps, hélas !
The visions of my youth have been-
Les visions de ma jeunesse ont été …
But let them pass.
Mais laissez-les passer.

*

And, pride, what have I now with thee?
Et, fierté, qu’ai-je maintenant avec toi ?
Another brow may even inherit
Un autre front peut même hériter
The venom thou hast pour’d on me
Du venin que tu as versé en moi
Be still, my spirit!
Calme-toi, mon esprit !

*

The happiest day – the happiest hour
Le jour le plus heureux – l’heure la plus heureuse –
Mine eyes shall see – have ever seen,
Que mes yeux verront – ont déjà vu –
The brightest glance of pride and power,
Le plus brillant regard de fierté et de puissance,
   I feel- have been:
Je le sens – il a existé :

*

But were that hope of pride and power
Mais si cet espoir de fierté et de pouvoir
Now offer’d with the pain
Maintenant devait s’offrir avec la douleur
Even then I felt — that brightest hour
Qu’alors je ressentais – cette heure la plus brillante
I would not live again:
Je ne voudrais plus la revivre :

*

For on its wing was dark alloy,
Car sur son aile en sombre alliage,
 And, as it flutter’d — fell
Alors qu’elle volait- tomba
 An essence — powerful to destroy
Une essence – puissante à détruire
A soul that knew it well.
Une âme qui la connaissait.

W. H. P.
[William Henry Leonard Poe – Frère d’Edgar]

***************

LES PERSONNAGES D’EDGAR POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

EDGAR ALLAN POE POEME 

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle EDGAR ALLAN POE POEME

LE PALAIS HANTE Edgar Allan POE Poème The Haunted Palace – 1839

EDGAR ALLAN POE POEME
LITTERATURE AMERICAINE

EDGAR ALLAN POE POEME Traduction Jacky Lavauzelle*******

EDGAR ALLAN POE POEME Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

EDGAR ALLAN POE POEME

*********




 The Haunted Palace
LE PALAIS HANTE

 

 *1839*

*****

Edgar Allan Poe Poème Trad Jacky Lavauzelle
Photo Jacky Lavauzelle

 

**

In the greenest of our valleys
Dans la plus verte de nos vallées
By good angels tenanted,
Par de bons anges loués,
Once a fair and stately palace—
Il y avait un palais fier et majestueux
Radiant palace—reared its head.
Qui dressait sa tête – Ô palais radieux !
In the monarch Thought’s dominion,
Possession du monarque de la Pensée,
   It stood there!
Là, il dominait !
Never seraph spread a pinion
Jamais séraphin ne répandit de plume
Over fabric half so fair!
Sur une toile deux fois moins belle !

*

Banners yellow, glorious, golden,
Bannières jaunes, glorieuses, dorées,
On its roof did float and flow
Sur son toit flottaient et coulaient
(This—all this—was in the olden
(Ceci-tout cela – dans un autre temps
Time long ago)
Il y a si longtemps)
And every gentle air that dallied,
Et chaque air suave qui badinait,
In that sweet day,
En cette douce journée,
Along the ramparts plumed and pallid,
Le long des remparts blafards et empanachés,
A wingèd odor went away.
Sur une odeur ailée repartait.

*

Wanderers in that happy valley,
Les étrangers dans cette vallée heureuse,
 Through two luminous windows, saw
Par deux fenêtres lumineuses,
 Spirits moving musically
Des esprits se déplaçant musicalement, regardaient,
To a lute’s well-tunèd law,
Sous la loi d’un luth bien accordé,
Round about a throne where, sitting,
Autour d’un trône où, assis,
 Porphyrogene!
Porphyrogénète !
 In state his glory well befitting,
Dans un état conforme à sa gloire, ainsi
The ruler of the realm was seen.
Le souverain du royaume de tous était vu. 

*

And all with pearl and ruby glowing
Perle et rubis se répandaient
Was the fair palace door,
Sur la porte du majestueux palais,
Through which came flowing, flowing, flowing
A travers laquelle coulait, coulait, coulait
And sparkling evermore,
Et étincelant toujours,
 A troop of Echoes, whose sweet duty
Une troupe d’Echos, dont le doux devoir
Was but to sing,
Se résumait à chanter,
In voices of surpassing beauty,
Avec des voix d’une incomparable beauté,
 The wit and wisdom of their king.
L’esprit et la sagesse de leur roi.

*

But evil things, in robes of sorrow,
Mais des choses mauvaises, en robes de chagrin,
Assailed the monarch’s high estate;
Assaillirent le grand pouvoir du monarque ;
 (Ah, let us mourn!—for never morrow
(Ah ! Pleurons ! Plus jamais
Shall dawn upon him, desolate!)
Le jour ne viendra sur lui, désolé !
And round about his home the glory
Et autour de sa maison, la gloire
 That blushed and bloomed
Qui l’irradiait et le fleurissait
Is but a dim-remembered story
N’est plus qu’une histoire ignorée
Of the old time entombed.
D’un ancien temps oublié.

*

And travellers, now, within that valley,
Et les voyageurs, désormais, dans cette vallée,
Through the red-litten windows see
Par les fenêtres rougeâtre regardent
Vast forms that move fantastically
De vastes formes qui se meuvent fantastiquement
To a discordant melody;
Dans une mélodie discordante ;
 While, like a ghastly rapid river,
Alors que, comme une rapide rivière horrible,
Through the pale door
À travers la pâle porte
A hideous throng rush out forever,
Une foule hideuse se précipite pour toujours,
 And laugh—but smile no more.
Et rit, mais elle, ne sourit plus.

***************

LES PERSONNAGES D’EDGAR POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

EDGAR ALLAN POE POEME 

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle EDGAR ALLAN POE POEME

UN RÊVE DANS UN RÊVE Poème Edgar POE – A DREAM WITHIN A DREAM (1849)

POEME EDGAR POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Edgar Poe Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

EDGAR POE

*********




A DREAM WITHIN A DREAM
UN RÊVE DANS UN RÊVE
* 1849
 *

Edgar Allan Poe - Jacky Lavauzelle
Photo Jacky Lavauzelle

*****

Take this kiss upon the brow!
Tiens ce baiser sur le front !
And, in parting from you now,
Et, en te quittant à présent,
Thus much let me avow —
Laisse-moi t’avouer –
 You are not wrong, who deem
Tu n’as pas tort, toi qui estime
That my days have been a dream;
Que mes jours n’ont été qu’un rêve ;
Yet if hope has flown away
Pourtant, si l’espoir s’est envolé
  In a night, or in a day,
En une nuit, ou en un jour,
In a vision, or in none,
Dans une vision, ou dans aucune,
Is it therefore the less gone? 
A-t-il pour autant disparu ?
 All that we see or seem
Tout ce que nous voyons ou nous semblons
Is but a dream within a dream.
N’est qu’un rêve dans un rêve.

*

I stand amid the roar
Je me tiens au milieu du rugissement
Of a surf-tormented shore,
D’un rivage tourmenté,
  And I hold within my hand
Et je tiens dans ma main
Grains of the golden sand —
Des grains de sable doré-
How few! yet how they creep
Si peu ! Comme ils glissent
 Through my fingers to the deep,
Entre mes doigts vers les profondeurs,
 While I weep — while I weep!
Pendant que je pleure – pendant que je pleure !
O God! Can I not grasp
Ô mon Dieu ! Ne puis-je donc les saisir
Them with a tighter clasp?
Avec une plus grande fermeté ?
O God! can I not save
Ô mon Dieu ! Ne puis-je en sauver
 One from the pitiless wave?
De l’onde impitoyable ?
 Is all that we see or seem
Est-ce que tout ce que nous voyons ou semblons,
But a dream within a dream?
N’est qu’un rêve dans un rêve ?

 

***************

LES PERSONNAGES D’EDGAR POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

POEME EDGAR POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

EULALIE Poème d’EDGAR POE (1845)

POEME D’EDGAR POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Edgar Poe Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

*********




EULALIE
1845
*

Edgar Allan Poe Van Gogh Trad Jacky Lavauzelle
Van Gogh – Route avec un cyprès et une étoile, 1890 musée Kröller-Müller (Otterlo) – Détail

*****

I dwelt alone
Je demeurais seul
In a world of moan,
Dans un monde de gémissements,
  And my soul was a stagnant tide,
Et mon âme n’était plus qu’une mare stagnante,
Till the fair and gentle Eulalie became my blushing bride-
Jusqu’à ce que la belle et douce Eulalie devienne ma fiancée
   Till the yellow-haired young Eulalie became my smiling bride.
Jusqu’à ce qu’Eulalie, la jeune fille aux cheveux dorés, devienne ma souriante femme.

*

 Ah, less- less bright
Ah ! Elles n’étaient pas moins brillantes
The stars of the night
Les étoiles de la nuit
 Than the eyes of the radiant girl!
Que les yeux de la fille radieuse !
That the vapor can make
Ce que la vapeur peut faire
  With the moon-tints of purple and pearl,
Avec les teintes de lune, de pourpre et de perle,
Can vie with the modest Eulalie’s most unregarded curl-
Ne peut rivaliser avec la plus négligeable tresse d’Eulalie
Can compare with the bright-eyed Eulalie’s most humble and careless curl.
Ne peuvent se comparer en Eulalie les yeux brillants et la plus humble et indifférente de ses tresses.

*

 Now Doubt- now Pain
Maintenant le Doute-maintenant la Douleur
 Come never again,
Ne viennent plus jamais,
For her soul gives me sigh for sigh,
Car son âme me pousse à soupirer,
And all day long
Et toute la journée
     Shines, bright and strong,
Brille et luit intensément
  Astarte within the sky,
Astarté dans le ciel,
While ever to her dear Eulalie upturns her matron eye-
Pendant que la chère Eulalie lève pour toujours son œil vers elle
 While ever to her young Eulalie upturns her violet eye.
Pendant que la jeune Eulalie lève pour toujours son œil pourpre vers elle.

EULALIE

***************

LES PERSONNAGES DE POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

POEME D’EDGAR POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

LA POESIE D’EDGAR ALLAN POE

LA POESIE D’EDGAR ALLAN POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

*********




LA POESIE D’EDGAR ALLAN POE

*****

A DREAM WITHIN A DREAM
UN RÊVE DANS UN RÊVE 
1849

Take this kiss upon the brow!
Tiens ce baiser sur le front !
And, in parting from you now,
Et, en te quittant à présent,

Photo et traduction Jacky Lavauzelle

**

BRIDAL BALLAD
BALLADE NUPTIALE

The ring is on my hand,
L’anneau est à ma main,
  And the wreath is on my brow;
Et la couronne à mon front ;

Edgar Allan Poe Trad Jacky Lavauzelle

******

EULALIE
(1845)

I dwelt alone
Je demeurais seul
In a world of moan,
Dans un monde de gémissements,

Van Gogh Edgar Allan Poe Jacky Lavauzelle

**

THE HAPPIEST DAY
LE JOUR LE PLUS HEUREUX
1827

The happiest day – the happiest hour
Le jour le plus heureux – l’heure la plus heureuse
My sear’d and blighted heart hath known,
Mon coeur consumé et brisé l’a connue,

Tableau et Traduction Jacky Lavauzelle

**

THE HAUNTED PALACE
LE PALAIS HANTE
1839

In the greenest of our valleys
Dans la plus verte de nos vallées
By good angels tenanted,
Par de bons anges loués,

photo et traduction Jacky Lavauzelle

**

TO HELEN
A HELENE
1831

Helen, thy beauty is to me
Hélène, ta beauté est pour moi
Like those Nicéan barks of yore,
Ces barques Nicéennes d’autrefois,

To Helen Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle

*********************************

POE PAR BAUDELAIRE

LES PERSONNAGES DE POE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

**

L’accord de l’homme et du poète

L’ardeur même avec laquelle il se jette dans le grotesque pour l’amour du grotesque et dans l’horrible pour l’amour de l’horrible, me sert à vérifier la sincérité de son œuvre et l’accord de l’homme avec le poëte. — J’ai déjà remarqué que, chez plusieurs hommes, cette ardeur était souvent le résultat d’une vaste énergie vitale inoccupée, quelquefois d’une opiniâtre chasteté, et aussi d’une profonde sensibilité refoulée. La volupté surnaturelle que l’homme peut éprouver à voir couler son propre sang, les mouvements soudains, violents, inutiles, les grands cris jetés en l’air, sans que l’esprit ait commandé au gosier, sont des phénomènes à ranger dans le même ordre.

la phosphorescence de la pourriture et la senteur de l’orage

Au sein de cette littérature où l’air est raréfié, l’esprit peut éprouver cette vague angoisse, cette peur prompte aux larmes et ce malaise du cœur qui habitent les lieux immenses et singuliers. Mais l’admiration est la plus forte, et d’ailleurs l’art est si grand ! Les fonds et les accessoires y sont appropriés aux sentiments des personnages. Solitude de la nature ou agitation des villes, tout y est décrit nerveusement et fantastiquement. Comme notre Eugène Delacroix, qui a élevé son art à la hauteur de la grande poésie, Edgar Poe aime à agiter ses figures sur des fonds violâtres et verdâtres où se révèlent la phosphorescence de la pourriture et la senteur de l’orage. La nature dite inanimée participe de la nature des êtres vivants, et, comme eux, frissonne d’un frisson surnaturel et galvanique. L’espace est approfondi par l’opium ; l’opium y donne un sens magique à toutes les teintes, et fait vibrer tous les bruits avec une plus significative sonorité. Quelquefois, des échappées magnifiques, gorgées de lumière et de couleur, s’ouvrent soudainement dans ses paysages, et l’on voit apparaître au fond de leurs horizons des villes orientales et des architectures, vaporisées par la distance, où le soleil jette des pluies d’or.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.

***************

LA POESIE D’EDGAR ALLAN POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

A HELENE – Poème d’Edgar Allan POE – TO HELEN (1831)

POEME D’EDGAR ALLAN POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

*********




TO HELEN
A HELENE
* 1831 *

 

*****

To Helen Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle

******

Helen, thy beauty is to me
Hélène, ta beauté est pour moi
Like those Nicéan barks of yore,
Ces barques Nicéennes d’autrefois,
That gently, o’er a perfumed sea,
Qui, doucement, sur une mer parfumée,
The weary, way-worn wanderer bore
Portaient le vagabond fatigué
To his own native shore.
Vers sa rive natale.

*

On desperate seas long wont to roam,
Par des mers désespérées, après avoir longtemps erré,
Thy hyacinth hair, thy classic face,
Tes cheveux de hyacinthe, ton visage classique,
Thy Naiad airs have brought me home
Tes airs de Naïade m’ont porté dans mon foyer
To the glory that was Greece,      
Pour la gloire de la Grèce antique,
And the grandeur that was Rome.
Et la grandeur de l’antique Rome.

*

Lo! in yon brilliant window-niche
Là ! Dans l’embrasure éclatante
How statue-like I see thee stand,
Je te vois telle une statue,
The agate lamp within thy hand!
Dans ta main, la lampe d’agate  !
Ah, Psyche, from the regions which
Ah ! Psyché, venue de régions
Are Holy-Land!
Qui sont Terre sainte !

*********************************

LES PERSONNAGES DE POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.

***************

POEME D’EDGAR ALLAN POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

Bridal Ballad – BALLADE NUPTIALE Poème d’Edgar Allan Poe

POEME D’EDGAR ALLAN POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849

 




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

*********




Bridal Ballad
BALLADE NUPTIALE

Poème Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle

*****

The ring is on my hand,
L’anneau est à ma main,
  And the wreath is on my brow;
Et la couronne à mon front ;
   Satin and jewels grand
Bijoux et satins
   Are all at my command,
Commandent à mes injonctions,
And I am happy now.
Et je suis heureuse désormais.

*

 And my lord he loves me well;
Et, mon seigneur, il m’aime bien en effet ;
 But, when first he breathed his vow,
Mais, quand il souffla son vœu,
  I felt my bosom swell-
Je sentis ma poitrine gonfler …
  For the words rang as a knell,
Ces mots sonnèrent comme un glas,
And the voice seemed his who fell
Et la voix ressemblait à celle qui tomba
In the battle down the dell,
Dans la bataille au bas de la vallée,
 And who is happy now.
Et qui est heureux désormais ?

*

 But he spoke to re-assure me,
Mais, pour me rassurer, il parla
 And he kissed my pallid brow,
Et, mon front si pâle, il embrassa
While a reverie came o’er me,
Tandis qu’une rêverie me vint,
  And to the church-yard bore me,
Au cimetière me transporta,
 And I sighed to him before me,
Et j’ai soupiré devant lui,
   Thinking him dead D’Elormie,
Pensant qu’il était mort D’Élormie,
  « Oh, I am happy now! »
« Oh ! je suis heureuse désormais ! »

*

 And thus the words were spoken,
Et ainsi les mots ont été prononcés,
And this the plighted vow,
Et ainsi, le vœu annoncé,
  And, though my faith be broken,
Et, bien que ma foi soit brisée,
 And, though my heart be broken,
Et, bien que mon coeur soit brisé,
  Here is a ring, as token
Voici une bague qui peut attester
 That I am happy now!
Que je suis heureuse désormais !

*

 Would God I could awaken!
Dieu ! que je puisse me réveiller!
For I dream I know not how!
Car je rêve, ne sachant comment !
And my soul is sorely shaken
Et mon âme en reste gravement ébranlée
  Lest an evil step be taken,-
De peur qu’un pas maléfique ne soit fait, –
   Lest the dead who is forsaken
De peur que le mort qui est abandonné
May not be happy now.
Ne soit pas heureux désormais.

***************

LES PERSONNAGES DE POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

POEME D’EDGAR ALLAN POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

A BIBLIOTECA Poema Jacky Lavauzelle

A BIBLIOTECA
Poema
*Jacky Lavauzelle La Bibiothèque





Poema Jacky Lavauzelle

L’HYPOTHESE DE L’HOMME
A hipótese do homem


*
A BIBLIOTECA

Poema

*

A biblioteca Jacky Lavauzelle

****

O que diabos você tem?
Segredos continuam a se moldar em silêncio
Em um longo bocejo
Quem faria um corsário dormir e toda a sua tripulação
Para esquecer até o embarque
A vida se refugiou na cidade
Aqui
Doravante
As frases não respondem umas às outras.
Se não passar o tempo
Passe as ondas
E se perder em uma floresta de ébano
Algumas intenções observam a parte inferior das páginas
Resistente como pode ser pórfiro
E pérolas de Toledo lutando contra o próprio Vulcano
Esmagando as histórias e contos do seu pergaminho de ouro
Vermes infinitos dançam em versos íntimos
Coma as últimas rimas inúteis
Dance nas bordas da prateleira exausta
Esmagar paixões e pensamentos
Não há mais caras amadas
Não há mais vermelho ou preto
Mas dos esplêndidos esqueletos velhos e bordados
Como quartetos perdidos
Anunciando a vinda das últimas almas
Nesta candura lenta e quieta
Vazio para não mais ser lido
Um resto de vinho ao lado da fatia
Eles estão em silêncio
Por muito tempo a espuma maluca da competição verbal
Fechou-se neste jardim de inverno
Onde o inverno em si não vem mais
Onde os olhos se fecharam novamente
Lutas de uma ruptura de infância
Jogos de outra sintaxe
Incêndios de outra literatura
Nós nunca mais teremos esse typo de palavras
Essa luta dos críticos
O aglomerado do antigo
Os livros não vão mais abrir
Nunca mais fechou
As palavras mudaram tanto
Eles se mudaram mais uma vez ainda em um ritmo frenético
Antes de afundar
Batendo e afundando
Bater palmas com toques animados
Eu não consigo mais ouvir essa respiração
Quem tocou nos nossos sonhos
Neste palácio do espírito
Onde tudo está terminado
Para as praias das paixões
Eu não posso mais ouvir as ondas
Nas margens dos sentimentos
Faça um último agradecimento
As ondas de almas em rochas de chifres
O sangue fluiu
ainda
Em tantas fatias
descascadas
Uma última cortina
De memórias silenciosas
Por falta de amor
Por tanta fadiga
Por muitos abatimentos
Nas ruas dos pensamentos
Ter colocado as poucas vírgulas
Tantos tronos destronados em fatias seguem um ao outro
Em um silêncio do céu
Tantos precipícios se estenderam
Tantas vidas fantasiadas
Risos fora pegando cenas da vida
A noite se casou com as cristas dos raios
As palavras estão se retirando
E deite-se
Como o mar recua para se perder lá
Quando ela cai de falésias
Você não ouve nada
Segurando sua orelha
Você não sente mais
Abrindo seu coração
Que essas páginas em putrefação
Você só empurra a poeira estranha
Ruídos da infância e lágrimas estripadas
Os couros se esvaziaram novamente
As palavras guardiões da prisão
Ter entregado as sirenes e os dragões primeiro
Passos e encantos então
Swann do Jockey, Odette e M. de Norpois finalmente
A barbárie desapareceu no café local
As palavras nunca se mataram
assim
Eles se extinguem por não apertar os pontos
aqui
No esquecimento
Um dia tão lindo da primavera

**********************

A BIBIOTECA
Poesia
*Jacky Lavauzelle La Bibliothèque




LA BIBLIOTHEQUE Poème de Jacky Lavauzelle

LA BIBLIOTHEQUE
Poésie
*Jacky Lavauzelle La Bibiothèque





Poème Jacky Lavauzelle

L’HYPOTHESE DE L’HOMME
A hipótese do homem


*
LA BIBLIOTHEQUE

Poème

*

****

Que diable as-tu ?
Les secrets moisissent en silence
Dans un long et profond bâillement
Qui endormirait un corsaire et tout son équipage
A en oublier l’abordage
La vie s’est réfugiée dans la ville
Ici
Les phrases aux phrases ne se répondent plus
Sinon pour passer le temps
Passer les vagues
Et se perdre dans une forêt d’ébène
Quelques intentions scrutent des bas de page
Résistantes comme peut être le porphyre
Et des perles de Tolède luttant contre Vulcain lui-même
Ecrasant les récits et les contes de son rouleau d’or
Des vers infinis dansent sur des vers intimes
Mangent les dernières rimes inutiles
Dansent sur les bords de l’étagère épuisée
Ecrasent les passions et les pensées
Il n’y a plus de visages aimés
Il n’y a plus de rouge ni de noir non plus
Mais de splendides squelettes brodés et fauves de jadis
Comme des quatuors paumés et perdus
Annonçant la venue de la dernière des âmes
Dans cette lente et tranquille candeur
Vidés de n’être plus lus
Un reste de vin sur le côté de la tranche
Ils se sont tus
Depuis longtemps les folles écumes des joutes verbales
Se sont tues dans ce jardin d’hiver
Où l’hiver lui-même ne vient plus
Où les yeux eux-mêmes se sont refermés
Joutes d’une jeunesse si courte
Jeux d’une autre syntaxe
Feu d’une autre littérature
Nous n’aurons plus jamais ce fracas des mots
Ce combat des critiques
L’amas des antiques
Les livres ne s’ouvriront plus
A jamais refermés
Les mots  ont bougé
Ils ont bougé une fois encore pourtant à un rythme effréné
Avant de sombrer
Claquant et sombrant
Claquant d’accents vifs
Je n’entends plus ce souffle
Qui touchait nos rêves
Dans ce palais de l’esprit
Où tout est fini
Aux plages des passions
Je n’entends plus les vagues
Aux ressacs des sentiments
Se rend une dernière grâce
Les ondes des âmes sur des rochers écornés
Le sang a coulé
Pourtant
Sur tant de tranches écorchées
Blanchies
Un dernier coucher de rideau
Sur des mémoires tues
Par manque d’amour
Par tant de fatigue
Par tant d’abattements
Sur les rues des pensées
Ont couché les quelques virgules
Tant de trônes détrônés aux tranches se suivent
Dans un silence des cieux
Tant de précipices enjambés
Tant de vies fantasmées
Des rires dehors rattrapant des scènes de vie
La nuit a épousé les crêtes des rayons
Les mots se retirent
Et se couchent
Comme se retire la mer pour se perdre là-bas
Quand elle tombe des falaises
Vous n’entendez plus rien
En tendant l’oreille
Vous ne sentez plus
En ouvrant votre cœur
Que ces pages putréfiées
Vous ne poussez plus que de la poussière étrange
Des bruits accouchés et des larmes éventrées
Les cuirs se sont vidés une nouvelle fois
Les mots gardiens de la prison
Ont livré les sirènes et les dragons d’abord
Les passades et les charmes ensuite
Swann du Jockey, Odette et M. de Norpois enfin
La barbarie a disparu au café du coin
Jamais les mots ne se tuèrent les uns les autres
Ainsi
Ils se sont éteints en ne serrant même plus les points
Ici
Dans l’oubli
D’une si belle journée de printemps

**********************

LA BIBLIOTHEQUE
Poésie – Poesia
*Jacky Lavauzelle La Bibliothèque




LE PROPHETE MALACHIE A LA CATHEDRALE SAINT JEAN DE LYON

**
PROPHETE MALACHIE



FRANCE – LYON

CATHEDRALE SAINT-JEAN
La primatiale Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne
1175-1480

Prophète Malachie Photo Jacky Lavauzelle


Prophète Malachie Photo Jacky Lavauzelle Cathédrale Saint-Jean

  


Photo Jacky Lavauzelle Cathédrale Saint-Jean Lyon PHOTOS JACKY LAVAUZELLE

*************************

 

LYON

LA CATHEDRALE SAINT-JEAN
La primatiale Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne
LE PROHETE MALACHIE

Cathédrale Saint-Jean
Cinquième arrondissement de Lyon
Place Saint-Jean, 69005 Lyon

*****

LE PROPHETE MALACHIE vu par la Comtesse de Ségur

« Je vous raconterai l’histoire intéressante et terrible des Machabées, après avoir parlé d’un des petits prophètes, nommé Jonas, qui vivait du temps de Jéroboam, roi d’Israël.
Petit-Louis. Il y avait donc des petits prophètes et des grands prophètes ?
Grand’mère. Certainement ; les quatre grands prophètes sont Isaïe, Jérémie, Ézéchiel et Daniel ; on appelle les autres petits prophètes, parce qu’ils ont moins écrit, qu’ils ont moins prophétisé la venue de Notre-Seigneur et joué un rôle moins important dans l’histoire du peuple de Dieu.
Paul. Est-ce qu’il y a beaucoup de petits prophètes ?
Grand’mère. Il y en a douze :…
Malachie fut le dernier des prophètes.
Tous ces prophètes prédirent la venue du Fils de Dieu, et les faits importants de sa vie. »

Comtesse de Ségur
La Bible d’une grand’mère
L. Hachette et Cie

Prophète Malachie Photo Jacky Lavauzelle

**

REPROCHES du Seigneur adressés à Israël par Malachie

2
Je vous ai aimés, dit le Seigneur, et vous avez dit : Quelles marques nous avez-vous données de cet amour ? Esaü n’était-il pas frère de Jacob ? dit le Seigneur ; et cependant j’ai aimé Jacob,
3
et j’ai haï Ésaü. J’ai réduit ses montagnes en une solitude, et j’ai abandonné son héritage aux dragons des déserts.
4
Si l’Idumée dit, Nous avons été détruits ; mais nous reviendrons, et nous rebâtirons ce qui a été détruit : voici ce que dit le Seigneur des armées : Ils bâtiront, et moi je détruirai ; et on les appellera une terre d’impiété, et un peuple contre qui le Seigneur a conçu une colère qui durera éternellement.
5
Vous verrez ceci de vos propres yeux, et vous direz alors : Que le Seigneur soit glorifié dans la terre d’Israël.
6
Le fils honore son père, et le serviteur révère son seigneur. Si donc je suis votre Père, où est l’honneur que vous me rendez ? et si je suis votre Seigneur, où est la crainte respectueuse que vous me devez ? dit le Seigneur des armées. Je m’adresse à vous, ô prêtres ! qui méprisez mon nom, et qui dites : Quel est le mépris que nous avons fait de votre nom ?
7
Vous offrez sur mon autel un pain impur, et vous dites : En quoi vous avons-nous déshonoré ? En ce que vous avez dit : La table du Seigneur est dans le mépris.
8
Si vous présentez une hostie aveugle pour être immolée, n’est-ce pas un mal que vous faites ? si vous en offrez une qui soit boiteuse ou malade, n’est-ce pas encore un mal ? Offrez ces bêtes à celui qui vous gouverne, pourvoir si elles lui plairont, ou s’il vous recevra favorablement, dit le Seigneur des armées.
9
Étant donc coupables de toutes ces choses, offrez maintenant vos prières devant Dieu, afin qu’il vous fasse miséricorde, et qu’il vous reçoive enfin d’une manière plus favorable, dit le Seigneur des armées.
10
Qui est celui d’entre vous qui ferme les portes de mon temple, et qui allume le feu sur mon autel gratuitement ? Mon affection n’est point en vous, dit le Seigneur des armées, et je ne recevrai point de présents de votre main.
11
Car depuis le lever du soleil jusqu’au couchant, mon nom est grand parmi les nations ; et l’on me sacrifie en tout lieu, et l’on offre à mon nom une oblation toute pure ; parce que mon nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur des armées.
12
Et cependant vous avez déshonoré mon nom, en ce que vous dites : La table du Seigneur est devenue impure, et ce que l’on offre dessus est méprisable aussi bien que le feu qui le dévore.
13
Vous me dites, Ce que nous vous sacrifions est le fruit de notre travail ; et cependant vous le rendez digne de mépris, dit le Seigneur des armées. Vous m’avez amené des hosties boiteuses et malades, qui étaient le fruit de vos rapines, et vous me les avez offertes en présent : pensez-vous que je reçoive un tel présent de votre main ? dit le Seigneur.
14
Malheur à l’homme trompeur, qui après avoir fait un vœu, ayant dans son troupeau un mâle sans défaut, offre en sacrifice au Seigneur une bête malade ! car c’est moi qui suis le grand Roi, dit le Seigneur des armées, et mon nom sera révéré avec une sainte frayeur parmi les nations.

La Sainte Bible
traduite par Le Maistre de Saci
Malachie
Premier Chapitre

*********

LE PROPHETE MALACHIE
LA CATHEDRALE SAINT-JEAN LYON
La primatiale Saint-Jean-Baptiste-et-Saint-Étienne

Prophète Jérémie LA CATHEDRALE SAINT-JEAN Photo Jacky Lavauzelle