SUR LA TOMBE DE LA MÈRE DE SCHILLER – Poème de MÖRIKE – AUF DAS GRAB VON SCHILLERS MUTTER

*

Mörike
____________________

Traduction Jacky Lavauzelle

__________________


LITTÉRATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

EDUARD MÖRIKE

8. September 1804  Ludwigsburg- 4. Juni 1875 Stuttgart
8 septembre 1804 – 4 juin 1875

__________________

AUF DAS GRAB VON SCHILLERS MUTTER
SUR LA TOMBE DE LA MÈRE DE SCHILLER

__________________

*

Elisabetha Dorothea Schiller, geb. Kodweiß, auf einem Gemälde von Ludovike Simanowiz – Elisabetha Dorothea Schiller, née Kodweiß, sur un tableau de Ludovike Simanowiz

Cleversulzbach, im Mai
Cleverssulzbach, mai

********************


Nach der Seite des Dorfs, wo jener alternde Zaun dort
Du côté du village, où cette clôture vieillissante
Ländliche Gräber umschließt, wall ich in Einsamkeit oft.
Encercle les vieilles tombes, je déambule souvent dans la solitude.
Sieh den gesunkenen Hügel; es kennen die ältesten Greise
Voir la colline engloutie ; les personnes âgées s’en souviennent
Kaum ihn noch, und es ahnt niemand ein Heiligtum hier
À peine encore, et personne ne soupçonne un sanctuaire ici
Jegliche Zierde gebricht und jedes deutende Zeichen;
Sans ornements ni signes ;…





****************************

La mère de Friedrich Schiller
Mutter von Friedrich Schiller
Elisabetha Dorothea Schiller
geb. Kodweiß
Née Kodweiß
(13. Dezember 1732 Marbach am Neckar – 29. April 1802 Cleversulzbach), 13 décembre 1732 – 29 avril 1802


****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LE CHEVALIER A LA PEAU DE PANTHÈRE- CHOTA ROUSTAVÉLI – SHOTA ROUSTAVELI – ვეფხისტყაოსანი, შოთა რუსთაველი – Le prologue დასაწყისი – 21 à 25

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Le-Chevalier-à-la-peau-de-panthère-920x1024.jpg.
Mihály Zichy, Chota Roustavéli présente son poème à la reine Tamar, vers 1880
*****
SHOTA ROUSTAVELI
CHOTA ROUSTAVÉLI
LITTÉRATURE GÉORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POÉSIE GÉORGIENNE
ქართული პოეზია

LA POÉSIE DE
CHOTA ROUSTAVÉLI
შოთა რუსთაველის პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI NIKOLOZ BARATASHVILI
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI - POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI NIKOLOZ BARATASHVILI

____________________________________________________________

POÉSIE GÉORGIENNE
ქართული პოეზია


SHOTA ROUSTAVELI
CHOTA ROUSTAVÉLI
vers 1172 – vers 1216

_______________________________________________

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

ვეფხისტყაოსანი
LE CHEVALIER A
LA PEAU DE PANTHÈRE

PROLOGUE
დასაწყისი

VERSETS DE 21 à 25
___________________________

XXI
LES SAGES INCULTES EN LA MATIÈRE

მას ერთსა მიჯნურობასა ჭკვიანნი ვერ მიჰხვდებიან,
mas ertsa mijnurobasa ch’k’vianni ver mihkhvdebian,
Cet amour ne sera pas compris par les sages,…

**

XXII
L’AMANT FOU ou MIDJNOUR

მიჯნური შმაგსა გვიქვიან არაბულითა ენითა,
mijnuri shmagsa gvikvian arabulita enita,
« Midjnour », en arabe, désigne l’amant « fou »…

**

XXIII
LES VERTUS DU MIDJNOUR

მიჯნურსა თვალად სიტურფე ჰმართებს მართ ვითა მზეობა,
mijnursa tvalad sit’urpe hmartebs mart vita mzeoba,
Pour le midjnour, il se doit de posséder les vertus suivantes : …

**

XXIV
AMOUR & LIBERTINAGE

მიჯნურობა არის ტურფა, საცოდნელად ძნელი გვარი;
mijnuroba aris t’urpa, satsodnelad dzneli gvari;
Aimer est chose fragile, difficile à aborder ;…

**

XXV
LA CONSTANCE DE L’AMANT

ხამს მიჯნური ხანიერი, არ მეძავი, ბილწი, მრუში,
khams mijnuri khanieri, ar medzavi, bilts’i, mrushi,
La constance est la marque de l’amant, dépourvu d’intempérances,…

********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Le-chevalier-à-la-peau-de-panthere2.jpg.
Bataille navale, Mamouka Tavaqalachvili, 1646
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

MES PENSÉES MUETTES – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXV – SONNET 85 -My tongue-tied Muse in manners holds her still

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 85
LXXXV

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

My tongue-tied Muse in manners holds her still
MES PENSÉES MUETTES

 

1598 

**

*

My tongue-tied Muse in manners holds her still,
Ma muse muette sobrement reste calme,
While comments of your praise richly compiled,
Alors que les commentaires de vos riches éloges sont compilés,
Reserve thy Character with golden quill,
Marqués pour toujours par une plume d’or,
And precious phrase by all the Muses filed.
Avec de précieuses phrases façonnées par toutes les muses.

*

I think good thoughts, whilst others write good words,
Je pense de bonnes pensées, quand d’autres écrivent de bons mots,
And like unlettered clerk still cry ‘Amen’
Et comme un clerc illettré, je crie toujours ‘Amen
To every Hymn that able spirit affords,
À chaque hymne qui émane de l’esprit habile,
In polished form of well-refined pen.
Sous la forme parfaite d’une plume ô combien raffinée.

*

Hearing you praised, I say tis so, ’tis true,’
En vous entendant louer, je clame : « c’est ça ! c’est vrai !« 
And to the most of praise add something more;
Et à l’éloge, j’ajoute quelque chose de plus ;
But that is in my thought, whose love to you,
Mais c’est dans ma pensée, où l’amour que j’ai pour vous,

*

Though words come hindmost, holds his rank before.
Malgré les mots qui arrivent encore, tient son rang comme avant.
Then others, for the breath of words respect,
Des autres, respectez le souffle des mots,
Me for my dumb thoughts, speaking in effect.
De moi, appréciez mes pensées muettes qui s’expriment dans les actes.

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LA PLUME & SON SUJET- SONNET DE SHAKESPEARE LXXXIV – SONNET 84 – Who is it that says most

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 84
LXXXIV

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

Who is it that says most
LA PLUME ET SON SUJET

 

1598 

**

*

Who is it that says most, which can say more,
Qui est celui qui en dit le plus ? qui peut dire plus
Than this rich praise, that you alone are you,
Que ce riche éloge, que vous seul vous êtes ?
In whose confine immured is the store
Dans quelle cachette se trouve le trésor
Which should example where your equal grew?
Qui montrerait où grandit votre égal ?

*

Lean penury within that Pen doth dwell
La pénurie indigente habite la Plume
That to his subject lends not some small glory;
Qui pour son sujet ne prête la moindre gloire ;
But he that writes of you, if he can tell
Mais celui qui écrit sur vous, s’il peut dire
That you are you, so dignifies his story.
Que vous êtes vous, rend alors digne son histoire.

*

Let him but copy what in you is writ,
Laissez-le, mais qu’il copie qui est écrit en vous,
Not making worse what nature made so clear,
Sans dénaturer ce que la nature a rendu si clair,
And such a counterpart shall fame his wit,
Et une telle copie apportera la renommée à son esprit,

*

Making his style admired every where.
Et son style sera alors admiré partout.
You to your beauteous blessings add a curse,
A vos belles bénédictions, ajoutez-y une malédiction,
Being fond on praise, which makes your praises worse.
Vous, friands de louanges, et vos louanges s’en trouveront dégradées.


*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXIV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

NUL BESOIN DE FARD – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXIII – SONNET 83 -I never saw that you did painting need

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 83
LXXXIII

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

NUL BESOIN DE FARD
I never saw that you did painting need

 

1598 

**

*

I never saw that you did painting need,
Je n’ai jamais vu que vous eussiez besoin de fard,
And therefore to your fair no painting set;
Et donc à votre beauté, l’ajout est inutile ;
I found, or thought I found, you did exceed
J’ai trouvé, ou j’ai pensé que vous dépassiez
The barren tender of a Poet’s debt:
L’offre stérile d’une quelconque dette de Poète :

*

And therefore have I slept in your report,
Et donc j’ai dormi en vous évoquant,
That you yourself, being extant, well might show
Afin que vous-même, étant là, puissiez démontrer
How far a modern quill doth come too short,
Jusqu’où une plume moderne est par trop restreinte
Speaking of worth, what worth in you doth grow.
A évoquer la valeur qui en vous fleurit.

*

This silence for my sin you did impute,
Ce silence, en crime vous me l’avez imputé,
Which shall be most my glory being dumb;
Mais ce sera ma plus gloire d’être resté muet ;
For I impair not beauty being mute,
Car je n’altère pas votre beauté dans mon mutisme,

*

When others would give life, and bring a tomb.
Quand d’autres voulant donner la vie ne porte que la tombe.
There lives more life in one of your fair eyes
Il y a plus de vie dans l’un de vos beaux yeux
Than both your Poets can in praise devise.
Que vos deux poètes ne peuvent en faire l’éloge.

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

PARFAIT EN CONNAISSANCE ET EN APPARENCE – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXII – SONNET 82 – I grant thou wert not married to my Muse

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 82
LXXXII

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

PARFAIT EN
CONNAISSANCE ET EN APPARENCE
I grant thou wert not married to my Muse

 

1598 

**

*

I grant thou wert not married to my Muse,
J’accorde que tu n’étais pas marié à ma Muse,
And therefore mayst without attaint o’erlook
Et donc peut-être sans être infidèle peux tu lire
The dedicated words which writers use
Les mots en dédicace que les écrivains utilisent
Of their fair subject, blessing every book.
Pour leur noble sujet, bénissant chaque livre.

*


Thou art as fair in knowledge as in hue,
Tu es aussi parfait en connaissance qu’en apparence,
Finding thy worth a limit past my praise;
La limite de tes mérites dépasse mes louanges ;
And therefore art enforced to seek anew
Et tu forces ainsi l’art à chercher à nouveau
Some fresher stamp of the time-bettering days.
Des touches plus fraîches qui s’améliorent avec le temps.

*

And do so, love; yet when they have devis’d,
Et fais-le, amour ! pourtant, quand ils auront imaginé
What strained touches Rhetoric can lend,
Quelles touches peut donner la Rhétorique,
Thou truly fair, wert truly sympathiz’d
Tu ne trouveras de véritable sympathie,

*

In true plain words, by thy true-telling friend;
En mots clairs, que de ton véritable ami fidèle ;
And their gross painting might be better used
Et leur peinture brute pourrait être mieux utilisée
Where cheeks need blood; in thee it is abused.
Là où les joues ont besoin de sang ; en toi, elle est inutile.


*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

L’ÉPITAPHE – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXI – SONNET 81 – Or I shall live your Epitaph to make

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 81
LXXXI

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

L’ÉPITAPHE
Or I shall live your Epitaph to make

 

1598 

**

*

Or I shall live your Epitaph to make,
Ou je vivrai pour rédiger votre Épitaphe,
Or you survive when I in earth am rotten,
Ou vous me survivrez quand je pourrirai sur terre,
From hence your memory death cannot take,
La mort ne peut effacer votre mémoire,
Although in me each part will be forgotten.
Alors qu’en moi chaque partie sera oubliée.

*

Your name from hence immortal life shall have,
Ici, votre nom désormais deviendra immortel,
Though I (once gone) to all the world must die:
Alors que moi (une fois parti) pour le monde entier, je doive mourir :
The earth can yield me but a common grave,
La terre ne peut me donner qu’une tombe commune,
When you entombed in men’s eyes shall lie.
Quand vous vous serez enterrez dans les yeux des hommes.

*

Your monument shall be my gentle verse,
Votre monument sera mon doux vers,
Which eyes not yet created shall o’er-read;
Que les yeux, non encore créés, liront ;
And tongues to be, your being shall rehearse,
Et les langues à venir parleront de votre être,

*

When all the breathers of this world are dead;
Quand tous ce qui respirent en ce monde seront morts ;
You still shall live (such virtue hath my Pen)
Vous vivrez toujours (telle est la vertu de ma Plume)
Where breath most breathes, even in the mouths of men.
Là où le souffle est le plus grand : dans la bouche même des hommes.



*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

Douces colères, doux dédains et douces paix – LE CHANSONNIER de Pétrarque 205-CANZONIERE PETRARCA 205 – CCV – Dolci ire, dolci sdegni et dolci paci

*

FRANCESCO PÉTRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca 
Sonetto 205

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE
Sonnet 205
CCV

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

205/263

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

*

Dolci ire, dolci sdegni et dolci paci,
Douces colères, doux dédains et douces paix,
dolce mal, dolce affanno et dolce peso,
doux mal, douce affliction et doux fardeau,
dolce parlare, et dolcemente inteso,
doux parler, doucement compris,…


********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 205
le chansonnier Pétrarque Sonnet 205
canzoniere poet

FRANCESCO PÉTRARQUE

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

Ô MON ÂME – LE CHANSONNIER de Pétrarque Sonnet 204-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 204- CCIV – Anima, che diverse cose tante

*

FRANCESCO PÉTRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca 
Sonetto 204

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE
Sonnet 204
CCIV

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

204/263

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

*

Anima, che diverse cose tante
Ô mon âme, que tant de choses différentes
vedi, odi et leggi et parli et scrivi et pensi;
tu vois, entends, lis, parles, écris et penses ;
occhi miei vaghi, et tu, fra li altri sensi,
mes yeux errants, et toi, mon ouï, entre tous les autres sens,…




********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 204
le chansonnier Pétrarque Sonnet 204
canzoniere poet

FRANCESCO PÉTRARQUE

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

AU CŒUR DE LA TEMPÊTE – OS LUSIADAS VI-71- LES LUSIADES – Luís de Camões – Não eram os traquetes bem tomados

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO VI
CANTO SEXTO

Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VI-71 LES LUSIADES VI-71

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

Não eram os traquetes bem tomados,
Ils n’étaient pas encore prêts,
Quando dá a grande e súbita procela:
Quand la grande et soudaine tempête s’abattit :
« Amaina, disse o mestre a grandes brados,
« Apportez, cria le maître d’équipage,
Amaina, disse, amaina a grande vela! »
Apportez, dit-il, apportez la grand-voile ! »
Não esperam os ventos indinados
Mais les vents violents les empêchaient
Que amainassem; mas juntos dando nela,
De la descendre ; mais en se retrouvant tous ensemble,
Em pedaços a fazem, com um ruído
En morceaux, ils la transforment, avec un tel bruit
Que o mundo pareceu ser destruído.
Que le monde semblait s’être effondrer.


*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.