Archives par mot-clé : sphinx

LA SELVA DE LOS RELOJES -LA FORÊT DES HORLOGES – FREDERICO GARCIA LORCA – Poèmes de 1922

***
FREDERICO GARCIA LORCA POÈMES

Frederico Garcia Lorca sonetos del amor oscuro sonnet de l'amour obscur

sonetos del amor oscuro

*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Federico García Lorca

1898 – 1936

*


Poèmes de Federico García Lorca
Poesía


________________________

 

 LA SELVA DE LOS RELOJES
LA FORÊT DES HORLOGES
1922
_______________________

 

Horloge à eau et système de sonnerie, ca. 1250.
(File source: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:07_Cleps_tambour_1250-1.jpg)

**************



Entré en la selva
JE SUIS ENTRE DANS LA FORÊT

Entré en la selva
Je suis entré dans la forêt
de los relojes.
des horloges.

*


Frondas de tic-tac,
Frondaison de tic-tac,
racimos de campanas
grappes de cloches
y, bajo la hora múltiple,
et, sous l’heure multiple,
constelaciones de péndulos.
constellations du pendules.

*


Los lirios negros
Les lys noirs
de las horas muertas,
des heures mortes,
los lirios negros
les lys noirs
de las horas niñas.
des heures enfantines.
¡Todo igual!
Tout se vaut !
¿Y el oro del amor?
Et l’or de l’amour ?

*


Hay una hora tan sólo.
Il n’y a qu’une heure.
¡Una hora tan sólo!
Une heure seulement !
¡La hora fría!
L’heure froide !



*******

Maleza
LES MAUVAISES HERBES


Me interné
J’ai pénétré
por la hora mortal.
dans l’heure mortelle.
Hora de agonizante
Heure de la mort
y de últimos besos.
et des derniers baisers.
Grave hora en que sueñan
Heure grave qui hanten
las campanas cautivas.
les cloches captives.

Relojes de cuco,
Horloges à coucou,
sin cuco.
sans coucou.
Estrella mohosa
Étoile moisie
y enormes mariposas
et énormes papillons
pálidas.
pâles.

Entre el boscaje
Au cœur des boqueteaux
de suspiros
des soupirs
el aristón
l’ariston
sonaba
résonnait
que tenía cuando niño.
qu’enfant je possédais.

¡Por aquí has de pasar,
Tu dois passer par ici,
corazón!
mon cœur !
¡Por aquí,
Par ici,
corazón!
mon cœur !



***************



Vista general
VUE GENERALE


Toda la selva turbia
Toute la nuageuse forêt
es una inmensa araña
est une énorme araignée
que teje una red sonora
qui tisse un filet solide
a la esperanza.
à l’espérance.
¡A la pobre virgen blanca
À la pauvre vierge blanche
que se cría con suspiros y miradas!
qui grandit avec des soupirs et des regards !



***********


Él
LUI


[La verdadera esfinge
[Le vrai sphinx
es el reloj.
c’est l’horloge.
Edipo nacerá de una pupila.
Œdipe naîtra d’une pupille.
Limita al Norte
Limitée au nord
con el espejo
par le miroir
y al Sur
et au sud
con el gato.
avec le chat.
Doña Luna es una Venus.
Dame Lune est une Vénus.
(Esfera sin sabor.)
(Sphère sans saveur.)
Los relojes nos traen
Les horloges nous apportent
los inviernos.
les hivers.
(Golondrinas hieráticas
(Hirondelles hiératiques
emigran el verano.)
migrant l’été.)
La madrugada tiene
L’aube possède
un pleamar de relojes
une marée haute d’horloges
donde se ahoga el sueño.
où le sommeil se noie.
Los murciélagos nacen
Les chauves-souris naissent
de las esferas
des sphères
y el becerro los estudia
et le veau les étudie
preocupado.
inquiet.
¿Cuándo será el crepúsculo
Quand arrivera-t-il le crépuscule
de todos los relojes?
de toutes les horloges ?
¿Cuándo esas lunas blancas
Quand ces lunes blanches
se hundirán por los montes?
sombreront-elles à travers les montagnes ?



***********



Eco del reloj
ECHO DE L’HORLOGE


Me senté
Je me suis assis
en un claro del tiempo.
dans un dégagement du temps.
Era un remanso de silencio,
C’était un havre de silence,
de un blanco
d’un blanc
silencio.
silence
Anillo formidable
Anneau formidable
donde los luceros
où les étoiles
chocaban con los doce flotantes
entrèrent en collision avec les douze flottants
números negros.
chiffres noirs.



*************


Meditación primera y última
MEDITATION PREMIERE ET ULTIME


El Tiempo
Le temps
tiene color de noche.
a une couleur nocturne.
De una noche quieta.
D’une nuit tranquille.
Sobre lunas enormes,
Sur d’énormes lunes,
la Eternidad
l’Eternité
está fija en las doce.
s’est bloquée à minuit.
Y el Tiempo se ha dormido
Et le temps s’est endormi
para siempre en su torre.
pour toujours dans sa tour.
Nos engañan
Elles nous trompent
todos los relojes.
toutes ces horloges.
El Tiempo tiene ya
Le temps a maintenant
horizontes.
des horizons.



************


La hora esfinge
L’HEURE DU SPHINX



En tu jardín se abren
Dans ton jardin, s’ouvrent
las estrellas malditas.
les étoiles maudites.
Nacemos bajo tus cuernos
Nous naissons sous tes cornes
y morimos.
et nous mourons.
¡Hora fría!
Heure froide !
Pones un techo de piedra
Tu mets un toit de pierre
a las mariposas líricas
aux papillons lyriques
y, sentada en el azul,
et assise dans le bleu
cortas alas
tu coupes les ailes
y límites.
désormais limitées.

***************



[Una… Dos… y Tres]
UN…DEUX….ET TROIS


Una… dos… y tres.
Un … deux … et trois.
Sonó la hora en la selva.
L’heure a sonné dans la jungle.
El silencio
Le silence
se llenó de burbujas
s’est rempli de bulles
y un péndulo de oro
et un pendule d’or
llevaba y traía
portait et balançait
mi cara por el aire.
mon visage dans l’air.
¡Sonó la hora en la selva!
L’heure a sonné dans la jungle !
Los relojes de bolsillo,
Les montres de poche,
como bandadas de moscas,
comme des bandes de mouches,
iban y venían.
sont venus et repartis.
En mi corazón sonaba
Dans mon cœur, sonnait
el reloj sobredorado
la montre dorée
de mi abuelita.
de ma grand-mère.


*************





Federico García Lorca Poèmes

LA POÉSIE DE VIATCHESLAV IVANOV – Поэзия Вячеслава Иванова

Sergueï Svetoslavski,  Сергей Иванович Светославский , Vue de la fenêtre de l’Académie des Beaux-Arts de Moscou, 1878

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________


___________________________________

VIATCHESLAV IVANOV
Вячеслав Иванович Иванов

16 février 1866 Moscou – 16 juillet 1949 Rome
16 февраля 1866 г. Москва – 16 июля 1949 г. Рим

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

Poésie de Viatcheslav Ivanov

Поэзия Вячеслава Иванова

_________________________________________________

*

1890

L’ESPRIT RUSSE
Русский ум

Своеначальный, жадный ум, —
L’esprit russe puissant et avide,
Как пламень, русский ум опасен
Dangereux comme une flamme

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Aivasovsky_Ivan_Constantinovich_caucasus_from_sea_1899_IBI.jpg.
Ivan Aïvazovski, Иван Айвазовский, Chaîne du Caucase vue de la mer,Кавказская цепь с моря, 1894

1891

VAGABONDS ET STATUES
Странник и Статуи

« Дети Красоты невинной!
« Enfants à l’innocente beauté !
В снежной Скифии, у нас,
Dans la Scythie enneigée, avec nous,

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Scythian_comb.jpg.
Peigne gréco-scythe en or
Kourgane de Soloha
IVe siècle avant J.-C.
Musée de l’Ermitage

**

Панацея
PANACÉE

Кто — скорбит по езуите,
Qui pleurent un Ésus ,
Кто — зовет в страну царей:
Qui appellent le pays des rois :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Panacée-707x1024.jpg.
Taranis avec roue et foudre
Musée d’Archéologie nationale
Saint-Germain en Laye

1901

Любовь
AMOUR

Мы — два грозой зажженные ствола,
Nous sommes deux troncs éclairés par l’orage,
Два пламени полуночного бора;
Au cœur de la forêt, deux flammes de minuit ;

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-Bonaparte_ante_la_Esfinge_por_Jean-Léon_Gérôme-1024x553.jpg.

1902

L’ESPRIT
Дух

Над бездной ночи Дух, горя,
L’Esprit, au-dessus de l’abîme misérable de la nuit,
Миры водил Любви кормилом;
Sur les mondes laisse conduire l’Amour ;

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Costume_of_Cleopatra_for_Ida_Rubinstain-815x1024.jpg.

1906

LA PÊCHE
Улов

Обнищало листье златое.
Dorée se trouvait la feuille mendiante et appauvrie.
Просквозило в сенях осенних
A travers la canopée d’automne

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Pêche-1024x750.jpg.
Arkhip Kouïndji, Архип Куинджи, Coucher de soleil rouge, Красный закат ou Красный закат на Днепре, 1908

1909

APOLLON
APOLLINI

Когда вспоит ваш корень гробовой
Quand ta racine s’est nourrie
Ключами слез Любовь, и мрак суровый,
De lourdes larmes d’Amour et de sombres ténèbres,

Apollon et Daphné, Piero Pollaiuolo, 1470, 1480, National Gallery, Londre
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Ivanov-3.jpg.
Вячеслав Иванов с Лидией Зиновьевой-Аннибал. Фото из Римского архива Вяч. Иванова
Ivanov avec Lydia Zinovieva-Annibal
Photo de l’archive romaine Vyach. Ivanova
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

AMOUR – 1901 – Poème de Viatcheslav Ivanov – Поэзия Вячеслава Иванова – Любовь

Bonaparte devant le Sphinx ,Jean-Léon Gérôme, 1868 – détail

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Viatcheslav Ivanov
Поэзия Вячеслава Иванова


___________________________________

VIATCHESLAV IVANOV
Вячеслав Иванович Иванов

16 février 1866 Moscou – 16 juillet 1949 Rome
16 февраля 1866 г. Москва – 16 июля 1949 г. Рим

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

Любовь
AMOUR
1901

_________________________________________________


**********

Мы — два грозой зажженные ствола,
Nous sommes deux troncs éclairés par l’orage,
Два пламени полуночного бора;
Au cœur de la forêt, deux flammes de minuit ;
Мы — два в ночи летящих метеора,
Nous sommes deux météores planant dans la nuit,
Одной судьбы двужалая стрела!
Un destin avec une double flèche !

*

Мы — два коня, чьи держит удила
Nous sommes deux chevaux aux rênes
Одна рука, — одна язвит их шпора;
Dans une seule main tenues, saignés par un unique éperon ;
Два ока мы единственного взора,
Les deux yeux d’un même regard,
Мечты одной два трепетных крыла.
D’une unique rêverie deux ailes vibrantes.

*

Мы — двух теней скорбящая чета
Nous sommes deux ombres d’un couple en deuil
Над мрамором божественного гроба,
Au-dessus du marbre du tombeau divin
Где древняя почиет Красота.
Où l’ancienne Beauté repose.

*

Единых тайн двугласные уста,
Nous sommes le mystère d’une bouche à deux voix,
Себе самим мы — Сфинкс единый оба.
Pour nous-mêmes, nous sommes le Sphinx, à nous deux.
Мы — две руки единого креста.
Nous sommes les deux mains d’une même croix.


**************

1901

Вячеслав Иванов с Лидией Зиновьевой-Аннибал. Фото из Римского архива Вяч. Иванова
Ivanov avec Lydia Zinovieva-Annibal
Photo de l’archive romaine Vyach. Ivanova
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

GERMAIN NOUVEAU SPHINX (POEME)

 SPHINX GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
SPHINX

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*
sphinx-germain-nouveau-sphinx-non-renove-1867
*

GERMAIN NOUVEAU
SPHINX

Toutes les femmes sont des fêtes,
Toutes les femmes sont parfaites,
Et dignes d’adoration,
Sous les fichus ou sous les mantes
Toutes les femmes sont charmantes,
Oui, toutes, sans exception ;

Toutes les femmes sont des Belles
Sous les chapeaux ou les ombrelles
Et sous le petit bonnet blanc ;
Toutes les femmes sont savantes,
Les princesses et les servantes,
Les ignorantes… font semblant ;

Toutes les femmes sont des reines :
Impératrices souveraines
Et grisettes de magasin,
Et premières communiantes,
Avant comme après si liantes
Avec les lèvres du cousin ;

 Toutes les femmes sont honnêtes,
Le cœur loyal et les mains nettes,
En sabots, ou sur les patins ;
Adorables prostituées,
Nous mériterions vos huées :
C’est nous qui sommes les… pantins.

Toutes les femmes sont des saintes,
Surtout celles qui sont enceintes
Tous les neuf mois sans perdre un jour,
Et qui de janvier à décembre
Se pâment la nuit dans leur chambre
Par la volonté de l’Amour.

Toutes, toutes, sont bienheureuses
D’élargir leur grottes ombreuses
D’où l’amour a fichu la peur
Par la fenêtre… déchirée.
« Et la fille déshonorée ? »
Rit dans sa barbe… de sa peur.

Plus fines que nous et meilleures,
Elles nous sont supérieures…
Chaque français, dans tous les cas,
S’il les aborde se découvre
Et c’est le plus grand, dans le Louvre,
Qui sait saluer… le plus bas.

Belle, parfaite, reine, sainte,
Honnête si ce n’est enceinte,
Tout cela s’applique fort bien
À la femme que tu veux être…
Mais… si l’on pouvait Vous connaître,
Ah !… quant à moi… je ne sais rien…

Devant Vous je songe, immobile,
Tel, droit, sur son cheval Kabyle,
Bonaparte, au regard de lynx,
Sans suite, seul, un grand quart d’heure,
Au soleil des sables, demeure
Fixe et rêveur, devant le Sphinx !

******

SPHINX
Germain Nouveau

LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA

LES CHÂTEAUX OS DOS CASTELOS 
Poème de Fernando Pessoa
Poema de Fernando Pessoa
Mensagem Pessoa
os dos castelos poema de fernando pessoa les châteaux poème de Fernando Pessoa Artgitato




Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 




Os Dos Castelos
poema de Fernando Pessoa

Les Châteaux
poème de Fernando Pessoa

A Europa jaz, posta nos cotovelos:
L’Europe a posé ses coudes
De Oriente a Ocidente jaz, fitando,
De l’Est à l’Ouest, elle est là, fixant
E toldam-lhe românticos cabelos
Et obscurcissant ses cheveux romantiques
Olhos gregos, lembrando.
Sur ses yeux grecs, elle se souvient.

O cotovelo esquerdo é recuado;
Le coude gauche est en retrait ;
O direito é em ângulo disposto.
Le droit en angle droit.
Aquele diz Itália onde é pousado;
Celui-ci l’Italie d’où elle part;
Este diz Inglaterra onde, afastado,
Celui-là l’Angleterre d’où part
A mão sustenta, em que se apoia o rosto.
La main qui maintien son visage.

Fita, com olhar esfíngico e fatal,
Fixe, regard de sphinx, fatal,
O Ocidente, futuro do passado.
L’Occident est l’avenir du passé.

O rosto com que fita é Portugal.
Le visage fixe voilà le Portugal.

**********
8 de dezembro de 1928
8 décembre 1928

************
LES CHÂTEAUX Poème de Fernando PESSOA
OS DOS CASTELOS Poema de Fernando PESSOA