Archives par mot-clé : sculpteur

La fontaine Bartholdi – place des Terreaux-Frédéric Auguste Bartholdi 1892 – LYON

FRANCE
LA FONTAINE BARTHOLDI
Montaigu de Quercy Jacky Lavauzelle

 


 PHOTOS JACKY LAVAUZELLE

Photo Jacky Lavauzelle

*************************

 

LYON

 

LA FONTAINE BARTHOLDI
*
Le Char Triomphal de la Garonne
*
Place des Terreaux
Ier Arrondissement de Lyon

**

Photo Jacky Lavauzelle

LE QUADRIGE DE BARTHOLDI FUMAIT DES NASEAUX

« Place des Terreaux, devant le vieux palais noir qui vit mourir Cinq-Mars, mademoiselle Dax s’arrêta encore pour regarder si le quadrige de Bartholdi fumait des naseaux. Les énormes chevaux de plomb bondissent au milieu d’une cascade, et un artifice du fondeur a fait jaillir des bouches et des narines un souffle visible d’eau pulvérisée. La machine jouait ; le quadrige fumait ; enfantine, mademoiselle Dax contempla une grande minute. Plantée ainsi devant la cascade, sa silhouette de grande fille robuste attira un passant, qui vint la frôler. »
Claude Farrère
Mademoiselle Dax
Première Partie
Paris, Henri Jonquières et Cie, éditeurs, 1922

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

Photo Jacky Lavauzelle

*****

BARTHOLDI
LE GENIE DU GRAND SCULPTEUR
par
PIERRE DE COUBERTIN

Elle reçut à cet égard communication d’un projet dû au génie du grand sculpteur Bartholdi. Deux ans avant j’avais pensé à commémorer par un monument approprié le renouveau de la gymnastique et des sports — et c’est à lui que j’en avais parlé. Bartholdi s’était passionné pour cette idée et dans une lettre, après l’avoir creusée, il me disait peu de temps avant sa mort : « Je placerai au centre la Meta, la borne fatidique autour de laquelle, dans le Stade, la lutte, s’avivant, devenait plus audacieuse et plus âpre — cette borne où la terreur superstitieuse des anciens installait une divinité subalterne, méchante et sournoise, empressée à tromper et à perdre les concurrents. Contre le marbre poli viendra se ruer la cohue des sports : escrime et football, patinage et boxe, hippisme et cyclisme, jusqu’à une auto dernier modèle ; car la tempête musculaire change d’aspect avec les âges mais l’âme en est identique, l’expression similaire — et toujours la Meta domine, silhouette rude, inexorable et par là même attachante et compréhensible. » Bartholdi voulait cette Meta en porphyre, haute et large, avec de blanches images d’ephèbes et d’athlètes s’enroulant autour. « Ce serait, disait-il encore, une leçon d’histoire en même temps que de philosophie — un ressouvenir de l’Hellade éternelle, mère de toute civilisation et un avertissement que le heurt de l’effort et du destin demeure la loi suprême de la vie. »

 Pierre de Coubertin
Une Campagne de vingt-et-un ans
Librairie de l’Éducation Physique, 1909 

********************

LA FONTAINE BARTHOLDI
FRANCE
Montaigu de Quercy Jacky Lavauzelle

FRANCISCO FRANCO A LISBONNE – Esculturas de Francisco Franco em Lisboa

FRANCISCO FRANCO
LISBOA – LISBONNE





Francisco Franco

**

Photo Jacky Lavauzelle

 




 FRANCISCO FRANCO A LISBONNE

Esculturas de Francisco Franco em Lisboa
*

Francisco Franco
Funchal, 9 de Outubro de 1885 — Lisboa, 15 de Fevereiro de 1955
9 octobre 1885 – 15 février 1955

**
SUR LE PEINTRE MANUEL JARDIM

Peintre Portugais
Pintor português
6 novembre 1884 – 7 juin 1923
6 de novembro de 1884 — Lisboa, 7 de junho de 1923

Manuel Jardim – 1906
Manuel Jardim – Autorretrato – Autoportrait
Busto de Manuel Jardim
1921
bronze
44 x 32,5 x 26 cm
Museu do Chiado
Musée du Chiado
Manuel Jardim par Francisco Franco Musée du Chiado Lisbonne
Manuel Jardim par F.  Franco Musée du Chiado Lisbonne
Manuel Jardim par F. Franco Musée du Chiado Lisbonne

**

O Gil
1923
Gesso patinado – plâtre patiné
Museu do Chiado
Musée du Chiado
O Gil – F. Franco – Musée du Chiado
O Gil – Francisco Franco – Musée du Chiado

**

Cabeça de rapaz
Tête d’enfant
Museu Calouste-Gulbenkian
Musée Calouste-Gulbenkian
Cabeça de rapaz Tête d’enfant Museu Calouste-Gulbenkian

**

Rapariga francesa
Française
1923
Museu do Chiado
Musée du Chiado
Rapariga francesa F Franco Musée du Chiado
Rapariga francesa F Franco Musée du Chiado

**

A Polaca
La Polonaise
1921
Museu Calouste-Gulbenkian
A Polaca La Polonaise 1921 Museu Calouste-Gulbenkian

**

Torso de mulher
Torse de femme
1922
bronze
115 x 56 x 43 cm
Museu do Chiado
& Museu Calouste-Gulbenkian
Torse de femme – Francisco Franco – Musée du Chiado
Torse de femme – F.  Franco – Musée du Chiado
Torse de femme – F.  Franco – Musée du Chiado
Torse de femme – F.  Franco – Musée du Chiado
Torso de mulher Torse de femme Museu Calouste-Gulbenkian
**
Cabeça de rapariga
Tête de jeune fille
Não datado – Non daté
Museu do Chiado
Musée du Chiado
Cabeça de rapariga – F.  Franco – Musée du Chiado
Cabeça de rapariga – Francisco Franco Musée du Chiado

**

Monumento ao Cristo Rei
Monument au Christ Roi
Monumento ao Cristo Rei Christ Roi F.  Franco Lisbonne
Monumento ao Cristo Rei Christ Roi F.  Franco Lisbonne

**

FRANCISCO FRANCO
LISBOA – LISBONNE





Francisco Franco

LATIFF MOHIDIN KERIS (KRISS) KUALA LUMPUR 1987 MENARA MAYBANK

‘Keris’ arca yang telah dihasilkan oleh Lattif Mohidin

Malaysia
Voyage en Malaisie
PHOTO JACKY LAVAUZELLE




 

 

LATIFF MOHIDIN
KERIS
1987


 Visiter Kuala Lumpur
Meneroka kota Kuala Lumpur
Melawat Kuala Lumpur
吉隆坡
Куала-Лумпур

 

*












LATIFF MOHIDIN
KERIS
KRISS
1987

Pengarca – Sculpteur – Sculptor
Ecrivain et Peintre

Né le 20 août 1941 à Seremban
20 Ogos 1941 di Seremban

**




Année – Year – Tahun 1987
Hauteur – Height – Tinggi 17 m
Poids – Weight – Berat 2024kg
Métal inoxydable – Stainless metal – Keluli Berkilat
Fabrique – Fabricator – Fabrikator Tajima Metalwork

************************

Le sculpteur Latiff Mohidin a travaillé l’espace d’une manière remarquable. Il s’est intégré totalement dans le décor de la modernité de la ville de Kuala Lumpur en habillant de son Kriss/Keris traditionnel une des tours les plus emblématiques de Kuala Lumpur : la MayBank, reconnaissable de très loin, posée entre la modernité des quartiers d’affaires et ChinaTown.

Mais la sculpture ne s’offre pas ainsi au passant. Il faut rentrer dans les jardins de la MayBank où nous attendent de multiples restaurants d’entreprise dans un cadre de verdure et de tranquillité propice à la pause méridienne des secrétaires, des comptables et commerciaux.

Latiff Mohidin a marié ce métal inoxydable avec la brillance de la tour et ainsi personnifie la Menara Maybank comme un chevalier ou noble Malais qui porterait à la ceinture son Keris / Kriss traditionnel.

Le pourpoint du guerrier vient moins rappeler le côté combattant que l’esprit de la tradition. Il glorifie la Menara, la sacralise en sorte et donne un prestige à l’ensemble.

Cette fusion dans ce cœur de la ville, dans l’écrin de verdure ne donne pas son sens non plus dans l’immédiateté. Cette tour ressemble plus à une Tour Eiffel quand on l’aborde la première fois. Mais le Kriss/Keris n’est plus une arme depuis longtemps mais un des symboles fondamentaux de la culture et de la vie Malaise.

En ce sens son œuvre se pose en une structure classique, c’est-à-dire globalisante, assertive, une somme en somme. Il interprète l’objet dans un esprit de totalité : modernité et tradition, symbole et concept, légèreté et massification, fonctionnalité de la tour et esthétisme de la sculpture, identité nationale et mondialisation, lignes courbes et lignes droites, la souplesse et la rigidité…

Charles Baudelaire précisait que “La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable. Il y a eu une modernité pour chaque peintre ancien.” (Le Peintre de la vie moderne). Latiff Mohidin, en intégrant tant d’éléments qui constituent en partie l’âme Malaise, dans cette voie largement ouverte sur la modernité, dans ce respect profond et sincère de la tradition, construit ce pont vers l’éternel et l’immuable.

Jacky Lavauzelle

**************************

« This sculpture inspired by Malay Keris symbolises the fusion of tradition, strengh and vitality which are reflected in Menara Maybank. »
« Arca yang diilhamkan dari keris ini melambangkan gabunkan unsur tradisional, kekuatan dan daya hidup sepertimana tercemin di Menara Maybank. »
« Cette sculpture inspirée du Kriss Malay symbolise la fusion de la tradition, de la force et de la vitalité qui se reflètent dans la Tour  Maybank ».

    

****************************************

LATIFF MOHIDIN

*******************************************

Martín Chirino – el árbol de la Cruz – l’arbre de la Croix – 2006 – CATEDRAL CATHEDRALE DE BURGOS

Martín Chirino
CATEDRAL DE BURGOS

martin-chirino-martin-chirino-el-arbol-de-la-cruz-larbre-de-la-croix-2006-artgitato-1

CATHEDRALE DE BURGOS

BURGOS
布尔戈斯
ブルゴス
Бургос
——

Photos Jacky Lavauzelle
*


 LA CATHEDRALE  de BURGOS
Cathédrale Sainte-Marie de Burgos
Catedral de Santa María de Burgos
布尔戈斯圣玛丽大教堂
ブルゴス大聖堂の聖マリア
Собор Святой Марии Бургос


 Martín Chirino
El árbol de la Cruz
L’arbre de la Croix
2006

Martín Chirino
Las Palmas de Gran Canaria, 1 de marzo de 1925
Las Palmas (Canaries) 1er mars 1925

Escultor Español
Sculpteur Espagnol

*************

 el árbol de la Cruz
l’arbre de la Croix
Hierro ferjado
Fer forgé
253 x 248 x 244 cm

Claustro de la Catedral de Burgos
Cloître de la Cathédrale de Burgos

*****************

martin-chirino-martin-chirino-el-arbol-de-la-cruz-larbre-de-la-croix-2006-artgitato-1

« Je n’ai pas tenu sous mes doigts
Une lyre orgueilleuse et rare,
Mais un pauvre instrument barbare
Taillé dans l’arbre de la croix. »

Germain Nouveau
Aphorismes
Poésies d’Humilis et vers inédits
Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1924
pp. 110-112

martin-chirino-martin-chirino-el-arbol-de-la-cruz-larbre-de-la-croix-2006-artgitato-3

« Vous aussi, campagnards, venez ! avec chaque branche,
Faites des pieux et des fléaux, avec la souche une charrue !
Pourtant élevons d’abord à l’angle des chemins
L’arbre de la croix sur lequel fut attaché Notre-Seigneur. »

Auguste Brizeux
La Harpe d’Armorique
Le Chêne, VII
Œuvres de Auguste Brizeux
Alphonse Lemerre, éditeur, Marie
La Harpe d’Armorique, Sagesse de Bretagne
pp. 211-213

martin-chirino-martin-chirino-el-arbol-de-la-cruz-larbre-de-la-croix-2006-artgitato-4

« Celle-ci resta quelque temps encore debout sur la plate-forme du rocher, le dos appuyé à l’arbre de la croix. Mais ce n’était plus la mer qu’elle regardait. Ses yeux limpides, d’où les larmes coulaient doucement comme une averse printanière, ses yeux couleur de ciel d’avril suivaient à l’horizon la ligne onduleuse des bois. Le soleil venait d’apparaître. Une pluie d’or s’égouttait au loin, ruisselait en lumineuses cascades sur tout le versant, des cimes les plus éloignées aux frondaisons les plus proches. C’était un spectacle magique. »

Anatole Le Braz
Vieilles histoires du pays breton
1893

*********************

Martín Chirino

Rotunda da Boavista – Praça de Mouzinho de Albuquerque – La Place d’Albuquerque PORTO

PORTUGAL
PORTO
Rotunda da Boavista

Photo Jacky Lavauzelle




Praça de Mouzinho de Albuquerque

Place d’Albuquerque

Rotunda da Boavista

sculpteur Alves de Sousa

Hommage à
Joaquim Augusto Mouzinho de Albuquerque
1855-1902




Monument représentant
la Guerre d’indépendance espagnole
1808 – 1814

L’Angleterre vient en aide au Portugal contre les troupes françaises de Napoléon Ier Bonaparte
Coalition anglo-portugaise menée par Arthur Wellesley Wellington contre l’armée Française menée par André Masséna (1758-1817)

Quelques batailles :
Bataille de Talavera en juillet 1809
la Bataille de Fuentes de Oñoro en mai 1811
le siège de Ciudad Rodrigo en 1812

rotunda-da-boavista-artgitato-porto-2 rotunda-da-boavista-artgitato-porto-3 rotunda-da-boavista-artgitato-porto

Le lion anglais terrassant l’aigle napoléonien

 

praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-1 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-2 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-3 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-4 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-5 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-6 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-7 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-8 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-9

Rotunda da Boavista

praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-10

Rotunda da Boavista





praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-11 praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-12

Rotunda da Boavista

praca-de-mouzinho-de-albuquerque-la-place-dalbuquerque-porto-portugal-rotunda-da-boavista-artgitato-14

***
VIE DE MASSENA

duc de Rivoli, prince d’Essling, maréchal de France, né à Nice en Piémont le 6 mai 1758. Orphelin dès l’enfance, embarqué comme mousse sur un navire marchand, il s’engagea à 17 ans. Il devint sous-officier dans le régiment Royal-Italien et y était encore quatorze ans après, au moment de la Révolution. Il fit la première campagne du Piémont dans les armées de la République, et parvint rapidement au grade de général de brigade qui lui fut conféré en 1793. Général de division en 1795, il commanda l’aile droite de l’immortelle armée d’Italie, où il mérita le surnom d’enfant chéri de la victoire. On lui doit le gain de la célèbre bataille de Loano, dont nous allons tracer une courte esquisse.

Envoyé en Portugal en 1810 pour en chasser les Anglais, il échoua comme avaient échoué Junot et Soult ; mais il faut dire que les forces qu’il commandait étaient fort inégales, qu’il manquait de munitions et qu’il fut mal secondé.

Rentré en France, il fut mal accueilli par Napoléon qui ne l’employa pas dans les fameuses campagnes de 4812 et de 1813 ; mais, après la bataille de Leipzig, l’Empereur lui confia la 8e division militaire.

Louis XVIII le maintint dans ce poste, le fit commandeur de Saint-Louis et lui octroya des lettres de naturalisation, formalité passablement ridicule à l’égard du vainqueur de Zurich.

En 1815, il resta fidèle aux Bourbons aussi longtemps qu’il le put, n’accepta aucun service pendant les Cent-Jours, commanda la garde nationale sous le gouvernement provisoire, refusa de faire partie du conseil de guerre appelé à juger le maréchal Ney, fut dénoncé aux Chambres comme coupable de félonie au 20 mars, se justifia de cette calomnie et en mourut de chagrin le 4 avril 1817, âgé de 59 ans.

« Général d’un rare courage et d’une ténacité si remarquable, dont le talent croissait par l’excès du péril, qui, vaincu, était toujours prêt à recommencer comme s’il eût été vainqueur. »

{Mémorial de Sainte-Hélène.)

« Masséna était fortement constitué, infatigable, nuit et jour à cheval parmi les rochers et dans les montagnes. C’était le genre de guerre qu’il entendait spécialement. Il était décidé, brave, intrépide, plein d’ambition et d’amour-propre ; son caractère distinctif était l’opiniâtreté ; il n’était jamais découragé ; il négligeait la discipline ; soignait mal l’administration, et, par cette raison, était peu aimé du soldat. Il faisait assez mal les dispositions d’une attaque. Sa conversation était peu intéressante ; mais au premier coup de canon, au milieu des boulets et des dangers, sa pensée acquérait de la force et de la clarté. Était-il battu, il recommençait comme s’il eût été vainqueur. » (MONTHOLON.)

« Masséna était un homme d’un talent supérieur. Néanmoins, il faisait de mauvaises dispositions avant une bataille ; et ce n’était que lorsque les hommes tombaient de tous côtés qu’il commençait à agir avec le jugement qu’il aurait dû montrer auparavant. Au milieu des morts et des mourants, de la grêle de’ balles qui moissonnaient tout autour de lui, Masséna était toujours lui-même ; il donnait ses ordres et faisait ses dispositions avec le plus grand sang-froid. Voilà la vera nobilità di sanque. On disait avec vérité de Masséna qu’il ne commençait à agir avec discernement, que lorsque la chance d’une bataille se déclarait contre lui. C’était néanmoins un grand pillard. Il était toujours de moitié avec les fournisseurs et les commissaires de l’armée. Je lui dis plusieurs fois que, s’il voulait cesser ses spéculations, je lui ferais présent de 800,000 francs ou d’un million ; mais il en avait tellement pris l’habitude, qu’il ne pouvait s’empêcher de se mêler de ces sales intrigues pécuniaires. Il était haï, pour cela, par les soldats, qui se révoltèrent plusieurs fois contre lui. Cependant, c’était un homme précieux, et il eût été un grand homme, si ces qualités n’eussent été obscurcies par le vice honteux de l’avarice. » (O’MÉARA.)

Masséna
Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850
C. Mullié
M

***

« Or cette classe ne comprend et ne croit à la longue, que ce qu’elle lit imprimé ; les bruits de société expirent avant de lui arriver ou s’effacent bientôt de sa mémoire. Il n’y avait au monde qu’un moyen de la rendre sensible à ce qu’elle ne lit pas imprimé ; c’était de l’alarmer sur les biens nationaux. Quant à Moreau, il fallait employer ce général, le mettre dans des circonstances où sa faiblesse parût dans tout son jour. Par exemple, lui faire perdre sa gloire par quelque expédition dans le genre de celle de Masséna en Portugal. »

Stendhal
Vie de Napoléon
Texte établi par Henri Martineau, Le Livre du divan, 1930 (Napoléon. Tome I, pp. 102-104).

*****************

Rotunda da Boavista

Stefan Milkov – Faunův odpočinek – Le Repos du Faune – 2005 – zámek Mikulov – Château de Mikulov

TCHEQUIE
Česká republika
捷克共和国
République tchèque
Mikulov

—-
Sculptures Tchèques
Stefan Milkov

né en 1955
narozený v 1955

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Faunův odpočinek
Le Repos du Faune
2005

Stefan Milkov
Sculpteur – sochař

zámek Mikulov – 2005
MORAVIE

Stefan Milkov Mikulov Artgitato Mikulov Faunuv odpocinek (1) Stefan Milkov Mikulov Artgitato Mikulov Faunuv odpocinek (2) Stefan Milkov Mikulov Artgitato Mikulov Faunuv odpocinek (4) Stefan Milkov Mikulov Artgitato Mikulov Faunuv odpocinek (5) Stefan Milkov Mikulov Artgitato Mikulov Faunuv odpocinek (6)

******************

L’Après-midi d’un Faune

« De paroles vacante et ce corps alourdi
Tard succombent au fier silence de midi :
Sans plus il faut dormir en l’oubli du blasphème,

Sur le sable altéré gisant et comme j’aime
Ouvrir ma bouche à l’astre efficace des vins ! »

Stéphane Mallarmé
Poésies
Nouvelle Revue française, 1914
8e éd – pp. 71-80
L’Après-midi d’un Faune
Églogue

************

Le satyre

Un satyre habitait l’Olympe, retiré
Dans le grand bois sauvage au pied du mont sacré ;
Il vivait là, chassant, rêvant, parmi les branches ;
Nuit et jour, poursuivant les vagues formes blanches.

Il tenait à l’affût les douze ou quinze sens
Qu’un faune peut braquer sur les plaisirs passants.
Qu’était-ce que ce faune ? On l’ignorait ; et Flore
Ne le connaissait point, ni Vesper, ni l’Aurore
Qui sait tout, surprenant le regard du réveil ;
On avait beau parler à l’églantier vermeil,
Interroger le nid, questionner le souffle,
Personne ne savait le nom de ce maroufle.
Les sorciers dénombraient presque tous les sylvains ;
Les aegipans étant fameux comme les vins,
En voyant la colline on nommait le satyre ;
On connaissait Stulcas, faune de Pallantyre,
Gès, qui, le soir, riait sur le Ménale assis,
Bos, l’aegipan de Crète ; on entendait Chrysis,
Sylvain du Ptyx que l’homme appelle Janicule,
Qui jouait de la flûte au fond du crépuscule ;
Anthrops, faune du Pinde, était cité partout ;
Celui-ci, nulle part ; les uns le disaient loup ;
D’autres le disaient dieu, prétendant s’y connaître ;
Mais, en tout cas, qu’il fût tout ce qu’il pouvait être,
C’était un garnement de dieu fort mal famé.

Victor Hugo
 La Légende des siècles
Première série – VIII
Seizième siècle – Renaissance – Paganisme
Le Satyre – Prologue

Jiří Marek – Sochu Lišky Bystroušky – Statue de la Petite Renarde Rusée – Příhody lišky Bystroušky

TCHEQUIE
Česká republika
捷克共和国
République tchèque
BRNO

—-
Sculptures Tchèques
Jiří Marek

16.1.1914 Velké Meziříčí – 16.2.1993 Brno

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Sochu Lišky Bystroušky
Statue de la Petite Renarde Rusée
1993

Jiří Marek
Sculpteur – sochař



Janáčkovo náměstí

Příhody lišky Bystroušky
La Petite Renarde Rusée
Opéra de Leoš Janáček
1921 et 1923
Création le 6 novembre 1924 à Brno

Leoš Janáček
3 juillet 1854 à Hukvaldy – 12 août 1928 Ostrava
3. července 1854 – 12. srpna 1928
Leoš_Janáček

Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (1) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (2) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (3) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (4) Jiří Marek Sochu Lišky BystrouškyStatue de la Petite Renarde Rusée 1993 Brno Artgitato (5)

 

Marius Kotrba Socha Spravedlnosti La Statue de la Justice – Brno – Moravské náměstí

TCHEQUIE
Česká republika
捷克共和国
République tchèque
BRNO

—-
Sculptures Tchèques
Marius Kotrba

Datum narození: 30.9.1959- Datum úmrtí: 17.5.2011
1959-2011

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 


Socha Spravedlnosti
Statue de la Justice

Marius Kotrba
Sculpteur – sochař


27. dubna 1957, Praha
Né le 27 janvier 1957 à Prague

Moravské náměstí

Socha Spravedlnosti statue de la Justice Marius Kotrba culpteur - sochař Brno Artgitato (1) Socha Spravedlnosti statue de la Justice Marius Kotrba culpteur - sochař Brno Artgitato (2) Socha Spravedlnosti statue de la Justice Marius Kotrba culpteur - sochař Brno Artgitato (3)

**********
LA JUSTICE par VOLTAIRE

JUSTICE

Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on dit que la justice est bien souvent très-injuste : Summum jus, summa injuria, est un des plus anciens proverbes. Il y a plusieurs manières affreuses d’être injuste : par exemple, celle de rouer l’innocent Calas sur des indices équivoques, et de se rendre coupable du sang innocent pour avoir trop cru de vaines présomptions.
Une autre manière d’être injuste est de condamner au dernier supplice un homme qui mériterait tout au plus trois mois de prison : cette espèce d’injustice est celle des tyrans, et surtout des fanatiques, qui deviennent toujours des tyrans dès qu’ils ont la puissance de malfaire.
Nous ne pouvons mieux démontrer cette vérité que par la lettre qu’un célèbre avocat au conseil écrivit, en 1766, à M. le marquis de Beccaria, l’un des plus célèbres professeurs de jurisprudence qui soient en Europe.

Voltaire
Dictionnaire philosophique
1764

VILLA BORGHESE : Monumento a Alexander Pushkin – MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE

ROME – ROMA
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

MONUMENTO A ALEXANDER PUSHKIN
Monument à Alexandre Pouchkine

 

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine
Alexander Sergeyevich Pushkin
Александр Сергеевич Пушкин
1799-1837

*************************

« Я вас любил : любовь еще, быть может,
Je vous aimais : cet amour, peut-être,
В душе моей угасла не совсем;
Dans mon cœur, n’est pas tout à fait encore éteint  »
Je vous aimais

********************************
Plaque commémorative de la Villa Borghèse
est inscrit :

« Chi conosce la terre dove il cielo
Qui connaît la terre d’où le ciel
Risplende de ineffabile azzurro… ?
Resplendit d’un ineffable azur…?
Italia, Terra incantata,
Italie, Terre enchantée
Contrada di elevate ispirazioni ! »
Lieu de hautes inspirations ! »

*

Scultore – Sculpteur
YURIY OREKOV
Youri Orekhov
(1927 – 2001)

 

Monumento a Alexander Pushkin - MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE-artgitato Villa borghese Rome Roma 1 Monumento a Alexander Pushkin - MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE-artgitato Villa borghese Rome Roma 2  Monumento a Alexander Pushkin - MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE-artgitato Villa borghese Rome Roma 4

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexanderПРОРОК
стихотворение
Le Prophète
[Poème]

 

Духовной жаждою томим,
Tourmenté par la soif spirituelle,
В пустыне мрачной я влачился, —
Dans un sombre désert je me traînais-
 И шестикрылый серафим
Et un séraphin à six ailes
На перепутье мне явился.
M’attendait  à un carrefour.
Перстами легкими как сон
Avec des doigts légers comme un rêve
Моих зениц коснулся он.
Il m’a touché les yeux.
Отверзлись вещие зеницы,
Qui s’écarquillèrent
Как у испуганной орлицы.
Comme un aigle apeuré.
Моих ушей коснулся он, —
Il m’a touché les oreilles-
И их наполнил шум и звон:
Qui se remplirent de bruits et de sons :
И внял я неба содроганье,
Et je pus entendre le frisson du ciel,
И горний ангелов полет,
Et la fuite des anges dans la montagne,
И гад морских подводный ход,
Et le glissement du serpent des mers dans les profondeurs,
И дольней лозы прозябанье.
Et la croissance des végétaux.
И он к устам моим приник,
Et il se cramponna à mes lèvres,
И вырвал грешный мой язык,
Et me coupa la langue pécheresse,
И празднословный и лукавый,
Fausse et sournoise,
И жало мудрыя змеи
Et me piqua par le sagace serpent
В уста замершие мои
Dans ma bouche endormie
Вложил десницею кровавой.
De ses main ensanglantées.
И он мне грудь рассек мечом,
Et il coupa ma poitrine avec l’épée,
И сердце трепетное вынул,
Et pris mon cœur en un frémissement,
И угль, пылающий огнем,
Et jeta une flamme de feu,
Во грудь отверстую водвинул.
Au plus profond de mes entrailles.
Как труп в пустыне я лежал,
Comme un cadavre dans le désert, je mentais,
 И бога глас ко мне воззвал:
Et la voix de Dieu se fit entendre pour me dire :
«Восстань, пророк, и виждь, и внемли,
« Lève-toi,  Ô Prophète, et ouvre les yeux, et prête l’oreille,
Исполнись волею моей,
Que tu sois remplis de ma propre volonté,
И, обходя моря и земли,
Et, en sillonnant la mer et la terre,
Глаголом жги сердца людей».
De ton verbe brûle le cœur des gens ».

 

***********************
Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
***********************

CUAL DEL GANGES MARFIL, o cuál de Paro DE GONGORA Texte et Traduction

Cuál del Ganges marfil o cuál de Paro Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

 

  ¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro-
Quel est cet ivoire du Gange ou de Paros
1583

 

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
Par quel ivoire du Gange, ou de Paros
blanco mármol, cuál ébano luciente,
le marbre blanc, par quel brillant ébène,
cuál ámbar rubio o cuál oro excelente,
par quel excellent ambre doré ou par quel or raffiné,
cuál fina plata o cuál cristal tan claro,
par quel argent fin ou ce cristal si clair,

**

cuál tan menudo aljófar, cuál tan caro
par quelles si parfaites perles, par quel si cher
oriental safir, cuál rubí ardiente,
safir d’orient, par quel rubis de feu,
o cuál, en la dichosa edad presente,
ou par quelle, en cet âge heureux présent,
mano tan docta de escultor tan raro
main si habile d’un si talentueux sculpteur

**

vulto dellos formara, aunque hiciera
des formes douces, pourrait se réaliser,
ultraje milagroso a la hermosura
outrage miraculeux à la beauté,
su labor bella, su gentil fatiga,  
ce beau travail, sa douce fatigue,

**

que no fuera figura, al sol, de cera,
qui ne serait figure de cire au soleil,
delante de tus ojos, su figura,  
devant tes yeux, sa figure,
oh bella Clori, oh dulce mi enemiga?
Ô belle Chloris, Ô ma douce ennemie ?

*************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************