Archives par mot-clé : été

L’ESPRIT D’AMOUR – SONNETS DE SHAKESPEARE SONNET 56 – LVI – Sweet love, renew thy force

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNETS
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 56

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
***
Sweet love, renew thy force
****

L’ESPRIT D’AMOUR
***

1598 

**

*

 Sweet love, renew thy force; be it not said
Doux amour, renouvelle ta force ! Qu’il ne soit pas dit
Thy edge should blunter be than appetite,
Que ton ardeur est plus faible que ton appétit,
Which but to-day by feeding is allay’d,
Qui est aujourd’hui par un banquet apaisé,
To-morrow sharpened in his former might:
Mais qui, demain, de toute son ancienne force sera aiguisé :

*

So, love, be thou, although to-day thou fill
Alors, fais-en de même, mon amour,
Thy hungry eyes, even till they wink with fulness,
Tes yeux affamés, même s’ils sont contentés ce jour,
 To-morrow see again, and do not kill
Demain, qu’ils admirent encore, afin que ne meurt
The spirit of love, with a perpetual dulness.
L’esprit d’amour d’une perpétuelle langueur.

*


*

Let this sad interim like the ocean be
Que ce triste intérim soit comme l’océan
 Which parts the shore, where two contracted new
Qui séparent deux fiancés sur deux rivages opposés
Come daily to the banks, that when they see
Et qui viennent chaque jour, afin que, quand viendra

*

Return of love, more blest may be the view;
Le retour de l’amour, plus belle soit la rencontre ;
Or call it winter, which being full of care,
Ou soit comme l’hiver plein d’un interminable ennui,
Makes summer’s welcome, thrice more wished, more rare. 
Rendant l’été, trois fois plus souhaité et plus rare.

*


 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET LVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE SONNETS

DE PRAIRIE EN PRAIRIE – Chanson de William BLAKE – Song – How sweet I roamed from field to field

How sweet I roamed from field to field
LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Poems From Poetical Sketches
Poèmes tirés des Poetical Sketches
1769-1778

William Blake

 


by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807
by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807


poèmes – poems
WILLIAM BLAKE
1757-1827

William Blake signature.svg

 

SONG
How sweet I roamed
from field to field

CHANSON
DE PRAIRIE EN PRAIRIE


Traduction Jacky Lavauzelle

How sweet I roam’d from field to field,
Comme délicatement je cheminais de prairie en prairie,
         And tasted all the summer’s pride,
          Et goûtais toute la fierté de l’été,
‘Till I the prince of love beheld,
Jusqu’à ce que je contemple le prince de l’amour,
Who in the sunny beams did glide!
         Qui, sur les rayons ensoleillées, glissait !

*

He shew’d me lilies for my hair,
Il me montra les lys pour mes cheveux,
And blushing roses for my brow;
         Et des roses rougissantes  pour mon front ;
He led me through his gardens fair,
Il me conduisit à travers ses beaux jardins,
        Where all his golden pleasures grow.
        Où tous ses plaisirs d’or poussent.

*

With sweet May dews my wings were wet,
Avec les douces rosées de Mai, mes ailes étaient humides,
And Phoebus fir’d my vocal rage;
        Et Phébus enflammait ma rage vocale ;
He caught me in his silken net,
Il m’a pris dans son filet de soie,
           And shut me in his golden cage.
          Et me jeta dans sa cage dorée.

*

He loves to sit and hear me sing,
Il aime à s’asseoir et m’écoute chanter,
          Then, laughing, sports and plays with me;
          Puis, rie et joue avec moi ;
Then stretches out my golden wing,
Puis il étire mon aile d’or,
And mocks my loss of liberty.
         En se moquant de ma perte de liberté.

****************************

Autres poèmes

Poems written in a copy of Poetical Sketches – Poèmes écrits dans un exemplaires des Poetical Sketches
Songs of Innocence – Chants d’Innocence (1789)
Songs of Experience – Chants d’Experience (1794)

************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***************

WILLIAM BLAKE : POEMES TIRES DES POETICAL SKETCHES (de 1769 à 1778)

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry

 

William Blake

 


by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807
by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807


poèmes – poems
WILLIAM BLAKE
1757-1827

William Blake signature.svg

 

Poèmes tirés des Poetical Sketches

ESQUISSES POETIQUES

POEMS FROM POETICAL SKETCHES


Traduction Jacky Lavauzelle

Forty copies were printed in 1783
Quarante copies ont été imprimées en 1783

*

Mad Song
Chanson Folle

*

Song
Chanson
Fresh from the dewy hill, the merry year
Des collines couvertes de rosée…

*

Song
Chanson
How sweet I roam’d from field to field
De prairie en prairie

*

Song
Chanson
I love the jocund dance
La danse délirante

*

Song
Chanson
Love and harmony 
L’amour et l’harmonie

*

Song
Chanson
Memory, hither come
Mémoire, viens ici

*

Song
Chanson
My silks and fine array
Mes Soies

*

Song
Chanson
When early morn walks forth in sober grey
Le matin naissant

*

To Autumn
A l’Automne

*

To Morning 
Au Matin

*

To Spring
Au Printemps

*

To Summer
A l’été

*

To the Morning Star 
A l’Etoile du Soir

*

To the Muses 
Aux Muses

*

To Winter 
A l’Hiver

****************************

Autres poèmes

Poems written in a copy of Poetical Sketches – Poèmes écrits dans un exemplaires des Poetical Sketches
Songs of Innocence – Chants d’Innocence (1789)
Songs of Experience – Chants d’Experience (1794)

************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***************

ETE- Poème Hongrois d’Attila Jozsef – Nyár

Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom
Attila Jozsef

Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

Attila József
1905-1937

Magyar Költő
Poète Hongrois

Nyár

été

 

A ranyos lapály, gólyahír,
Les champs se parent d’or et de  souci,
áramló könnyűségű rét.
Doucement coule la prairie.
Ezüst derűvel ráz a nyír
Un bonheur argenté des bouleaux
egy szellőcskét és leng az ég.
Balançoires dans le ciel.

*

Jön a darázs, jön, megszagol,
Une guêpe tourne et renifle,
dörmög s a vadrózsára száll.
Son bourdonnement se stabilise.
A mérges rózsa meghajol –
La rose s’arc-boute de colère
vörös, de karcsú még a nyár.
rouge été, mais toujours mince.

*

Ám egyre több lágy buggyanás.
Mais un frémissement de plus en plus doux.
Vérbő eper a homokon,
Des fraises sur le sable,
bóbiskol, zizzen a kalász.
assoupissement des fruits lourds.
Vihar gubbaszt a lombokon.
Tempête perchée dans le feuillage.

 *

Ily gyorsan betelik nyaram.
Passe rapidement l’été.
Ördögszekéren hord a szél –
porté par le vent du convoi du diable
 csattan a menny és megvillan
lueur du ciel et scintillement
kék, tünde fénnyel fönn a tél.
bleu, et déjà la lumière de l’hiver.


*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Hongrie- Magyarországon
A magyar irodalom
Attila Jozsef
1905-1937

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg Homonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svgHomonnai_József_AttilaFlag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

MIKROKOSMOS KARLFELDT – Texte & Traduction – Microcosme

 

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
MIKROKOSMOS KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Mikrokosmos Karlfeldt Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction Microcosme

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 Fridolins Lustgård och Dalmålningar på rim
Le Jardin de Fridolin
&
Peintures Dalécarliennes en vers
1901


MIKROKOSMOS

Microcosme

 

*

Jag är av jorden, jag är sval och tung,
Je suis de la terre, je suis fraîche et lourde,
trögvulen, gammalstämd fast ganska ung.
lente et vieille mais jeune encore.
Det står ett gulnat höstträd i min själ,
Ces arbres jaunis par l’automne se lovent dans mon âme,
dess alla grenar susa som farväl.
et toutes les branches s’agitent comme pour un dernier adieu.

*

Jag är av vattnet, jag är kall och våt,
Je suis de l’eau, je suis froide et humide,
  min stela flegma är som frusen gråt.
mon flegme est aussi raide que des larmes congelées.
Min vinterglädje bullrar stark men bråd,
Ma joie d’hiver bruyamment s’exalte,
vid fulla bord med vin och villebråd.
auprès des tables débordant de vin et de venaison.

*

Jag är av luften, jag är ljus och blid,
Je suis de l’air, je suis lumière et douceur,
jag går som i beständig lådingstid.
Je vais comme un printemps perpétuel.
Vad långa år försummat och försönt
Ce que de longues années ont négligé
står upp vid vädrens lekar friskt och grönt.
revient avec les vents frais et verts.

*

Jag är av elden, jag är torr och het
Je suis du feu, je suis sec et chaud
  av sommarsol som ingen nedgång vet.
ce soleil d’été qui jamais ne capitule.
Väl må jag undra att hon ej förbränt
Eh bien je me demande pourquoi il ne m’a pas brû
mig själv med alla mina element.
moi avec tous les éléments.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

mikrokosmos Karlfeldt 1901
microcosme Karlfeldt 1901

THE FOLLY OF BEING COMFORTED Yeats Texte Bilingue – LA FOLIE D’ÊTRE RECONFORTE – VERSIONS 1902 & 1933

ARTGITATO

William Butler Yeats
Irish poet – Poète Irlandais
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
The Folly of Being Comforted Yeats 1904
VERSION 1902 & VERSION 1933

 

the folly of being comforted yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

YEATS
1865-1939

[In the Seven Woods- 1904]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


THE FOLLY OF BEING COMFORTED
poem
La Folie d’être réconforté
[Poème]

VERSION 1902

 One that is ever kind said yesterday:  
Une femme qui a toujours été bienveillante m’a déclaré hier:
“Your well beloved’s hair has threads of grey, 
« Les cheveux de votre bien-aimée ont des fils gris,
And little shadows come about her eyes; 
Et de petites ombres apparaissent autour de ses yeux;
Time can but make it easier to be wise,  
Le temps ne peut que rendre plus facile d’être sage,
Though now it’s hard, till trouble is at an end;    




Bien que maintenant ce soit difficile, jusqu’à ce que ce que le trouble se termine ;
And so be patient, be wise and patient, friend.”  
Mais sois patient, sois sage et patient, ami. « 
But heart, there is no comfort, not a grain; 
Mais pour le cœur, il n’y a pas de réconfort, pas un grain;
Time can but make her beauty over again:
 Le temps peut faire que sa beauté renaisse :
 Because of that great nobleness of hers; 
En raison de cette grande noblesse qui est la sienne;
The fire that stirs about her, when she stirs     
Le feu qu’elle suscite autour d’elle, quand elle se meut,
Burns but more clearly. O she had not these ways,  
N’en brûlera que plus clairement. O elle n’avait pas ces manières
When all the wild Summer was in her gaze.  





Quand toute l’ardeur de l’été était dans son regard.
O heart! O heart! If she’d but turn her head,
cœur! O cœur! Si elle tournait la tête,
You’d know the folly of being comforted.
Tu saurais la folie d’être réconforté.

——

VERSION 1933

 One that is ever kind said yesterday:  
Une femme qui a toujours été bienveillante m’a déclaré hier:
“Your well beloved’s hair has threads of grey, 
« Les cheveux de votre bien-aimée ont des fils gris,
And little shadows come about her eyes; 
Et de petites ombres apparaissent autour de ses yeux;
Time can but make it easier to be wise,  
Le temps ne peut que rendre plus facile d’être sage,
Though now it seems impossible, and so
Bien que maintenant cela semble impossible, et ainsi 
All that you need is patience.’
Tout ce dont vous avez besoin : c’est la patience. « 
     Heart cries, `No,




Le cœur crie : `Non,
I have not a crumb of comfort, not a grain.
Je n’ai pas une miette deconfort, pas un grain.
Time can but make her beauty over again:
Le temps peut faire que sa beauté renaisse :
Because of that great nobleness of hers




En raison de cette grande noblesse qui est la sienne
The fire that stirs about her, when she stirs,
Le feu qu’elle suscite autour d’elle, quand elle se meut,
Burns but more clearly. O she had not these ways
N’en brûlera que plus clairement. O elle n’avait pas ces manières
When all the wild summer was in her gaze.’




Quand toute l’ardeur de l’été était dans son regard. »

O heart! O heart! If she’d but turn her head,
cœur! O cœur! Si elle tournait la tête,
You’d know the folly of being comforted.
Tu saurais la folie d’être réconforté.

————————–

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

the foly of being comforted Yeats 1904

DER HERBST HÖLDERLIN – Texte & Traduction – L’AUTOMNE

DER HERBST HÖLDERLIN
LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Friedrich Hölderlin

1770-1843

 

Der Herbst Hölderlin L Automne Friedrich holderlin Artgitato Texte et Traduction

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

 DER HERBST

L’AUTOMNE

Die Sagen, die der Erde sich entfernen,
Les légendes, celles qui de la Terre s’éloignent,
Vom Geiste, der gewesen ist und wiederkehret,
De l’esprit qui a été et qui est de retour,
Sie kehren zu der Menschheit sich, und vieles lernen
Reviennent vers l’humain et nous apprennent beaucoup
Wir aus der Zeit, die eilends sich verzehret.
Sur le Temps, lui-même si rapidement dévoré.

*

Die Bilder der Vergangenheit sind nicht verlassen
Les images du passé ne quittent plus
Von der Natur, als wie die Tag’ verblassen
La Nature, par elle les jours se terminent
Im hohen Sommer, kehrt der Herbst zur Erde nieder,
En plein été, l’automne alors retourne à la terre,
Der Geist der Schauer findet sich am Himmel wieder.
L’esprit des averses occupe à nouveau le ciel.

*

In kurzer Zeit hat vieles sich geendet,
En peu de temps beaucoup de choses se terminent,
Der Landmann, der am Pfluge sich gezeiget,
Le paysan,  qui regarde sa charrue,
Er siehet, wie das Jahr sich frohem Ende neiget,
Voit comment l’année finira joyeusement,
In solchen Bildern ist des Menschen Tag vollendet.
Dans ces images de l’homme se termine le jour.

*

Der Erde Rund mit Felsen ausgezieret 
La Terre ronde avec des rochers décorés
 Ist wie die Wolke nicht, die Abends sich verlieret,
non pas avec les nuages mais avec le soir qui se perd,
Es zeiget sich mit einem goldnen Tage,
et qui annonce une journée radieuse,
Und die Vollkommenheit ist ohne Klage.
Et la perfection est sans action.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************
Der Herbst Hölderlin

DER MENSCH Hölderlin Texte & Traduction – L’HOMME

DER MENSCH HÖLDERLIN
LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Friedrich Hölderlin

1770-1843

 

Der Mensch Hölderlin L'Homme Friedrich holderlin Artgitato Texte et Traduction

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

 DER MENSCH

L’HOMME


Juli 1842
Juillet 1842

Wenn aus sich lebt der Mensch und wenn sein Rest sich zeiget,
Quand homme vit en autarcie et quand son reste apparaît,
So ist’s, als wenn ein Tag sich Tagen unterscheidet,
C’est comme si un jour se différenciait des autres jours,
Daß ausgezeichnet sich der Mensch zum Reste neiget,
Que l’homme affable se prosterne devant ce qui perdure,
Von der Natur getrennt und unbeneidet.
Séparé de la nature et sans jamais être envié.

*

Als wie allein ist er im andern weiten Leben,
En tant que tel, il est seul dans l’autre immense vie,
Wo rings der Frühling grünt, der Sommer freundlich weilet
autour le printemps reverdit, où l’agréable été musarde
Bis daß das Jahr im Herbst hinunter eilet,
Jusqu’à ce que l’année vers l’automne se précipite,
Und immerdar die Wolken uns umschweben.
Et continuellement les nuages planent autour de nous.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************
Der Mensch Hölderlin

THE WHEEL Yeats Texte et Traduction LA ROUE

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
The Tower[1928]

THE WHEEL
La Roue

The Wheel Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais La Roue

 

————————–

Through winter-time we call on spring,
Pendant les heures d’hiver nous appelons le printemps,
 And through the spring on summer call,
  Et pendant le printemps nous appelons l’été,
And when abounding hedges ring
  Et quand les abondantes haies retentissent
   Declare that winter’s best of all;
Nous déclarons que l’hiver est le meilleur de tous ;
And after that there s nothing good
  Et après cela, il n y a rien de bon
  Because the spring-time has not come –
Parce que le printemps ne vient pas
   Nor know that what disturbs our blood
Nous ne savons pas que ce qui perturbe notre sang
Is but its longing for the tomb.
  N’est que le désir de la tombe.

 

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

 The Wheel Yeats