Archives par mot-clé : traduction jacky lavauzelle

Traduction Allemand Jacky Lavauzelle – Übersetzung Deutsch Text

**************************
Traduction Allemand Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************************

Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

*******
Übersetzung Deutsch Text
Traduction Allemand

 

 

TRADUCTION ALLEMAND

Die Übersetzung der deutschen Texte

*******

Gottfried August Bürger

Gedichte – Poèmes

**

Joseph von Eichendorff
La poésie de Joseph von Eichendorff – Gedichte von Joseph von Eichendorff
Poésie de Joseph von Eichendorff Gedichte von Joseph von Eichendorff Poesie Artgitato 
***

Goethe FAUST

La Dédicace – Zueignung

 

Goethe FAUST
Vorspiel auf dem Theater – Prologue sur le théâtre

Goethe FAUST
Prolog im Himmel – Prologue au Ciel

Goethe  FAUST
Der Tragödie erster Teil – La Tragédie Première Partie

Goethe
Traduction Française de Geständnis [Confessions]
Livre du Chanteur – Moganni Nameh

**

Stefan George


Komm in den totgesagten park – Viens voir le parc que l’on dit mort
Vogelschau – Le Spectacle des oiseaux (1892)

**

Marlene DIETRICH

SAG MIR, WO DIE BLUMEN SIND
Où sont les fleurs ? Dis-moi
Marlene DIETRICH

**

EMANUEL GEIBEL

Auferstehung
RESURRECTION

**

Anastasius GRÜN

Dir allein !
A toi seule !

**
Heinrich HEINE


Poèmes de Heine – die Gedichte von Heinrich Heine
Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato
**

Friedrich Hölderlin

die Gedichte – Les poèmes
Friedrich_hoelderlin

**

Hugo von Hofmannsthal

La Poésie d’Hugo von Hofmannsthal – Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal
Gedichte Hugo von Hofmannsthal Poésie Poème Poesie Artgitato Les Poèmes de Hofmannsthal Artgitato 

**

Nikolaus Lenau

Poésie – Gedichte

**
NOVALIS

Muß immer der Morgen wiederkommen?- Le Matin doit-il toujours revenir ?
Hymnen an die Nacht -Hymnes à la Nuit
1ère partie – Welcher Lebendige – Quel vivant…

**
Rainer Maria Rilke

Œuvre de RAINER MARIA RILKE – Werk des Dichters Rainer Maria Rilke
Rainer Maria Rilke Portrait de Paula Modersohn-Becker 1906

**
Friedrich von SCHILLER

 Le Camp de Wallenstein – Wallensteins Lager
An die Freude – Ode à la Joie – L’Hymne à la Joie – 1785
Der Tanz – La Danse (extrait) – 1796

**
Ludwig UHLAND

La Poésie de Ludwig Uhland – Die Gedichte von Ludwig Uhland
Ludwig Uhland Gedichte Poèmes Artgitato

**

Richard WAGNER

Tannhäuser (Opéra)

**

FRANK WEDEKIND

Frühlings Erwachen
L’EVEIL DU PRINTEMPS
Pièce en 3 actes

*******

Traduction allemand

*****

LE MANDARIN Eça de Queiroz – O Mandarim – 1ère Partie – 3ème section

LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português
Le Mandarin Eça de Queiroz

Eça de Queiroz
(1845-1900)
Tradução – Traduction
texto bilingue

Eça de Queirós 1882 O Mandarim Le Mandarin

O Mandarim

(1880)

LE MANDARIN

I

Première Partie

Traduction Jacky Lavauzelle

Le Mandarin Eça de Queiroz
Troisième Section

Eça de Queiroz Le Mandarin O Mandarim Artgitato L'enfance de Jupiter 1630 Jacob Jordaens Le Louvre
Jacob Jordaens
L’Enfance de Jupiter
1630
Musée du Louvre

*****

 

 Se o volume fosse de uma honesta edição Michel-Levy, de capa amarela, eu, que por fim não me achava perdido numa floresta de balada alemã, e podia da minha sacada ver branquejar à luz do gás o correame da patrulha
Si cela n’était qu’une simple édition Michel-Levy, à la couverture jaune, moi qui, enfin, n’étais pas perdu dans une forêt de ballade allemande, et qui pouvais, de mon balcon, voir briller la lumière des becs de gaz,
– teria simplesmente fechado o livro, e estava dissipada a alucinação nervosa.
– tout simplement, j’aurais fermé le livre, ce qui aurait dissipé cette hallucination nerveuse.
Mas aquele sombrio in-fólio parecia exalar magia;
Mais cette magie semblait sortir de ce sombre in-folio ;
cada letra afectava a inquietadora configuração desses sinais da velha cabala, que encerram um atributo fatídico;
chaque lettre affectait la configuration des signes inquiétants de l’ancienne cabale, qui enfermait un attribut fatidique ;
as vírgulas tinham o retorcido petulante de rabos de diabinhos, entrevistos numa alvura de luar;
les virgules avait les queues tordues de pétulants diablotins entrevus dans une blancheur lunaire ;
no ponto de interrogação final eu via o pavoroso gancho com que o Tentador vai fisgando as almas que adormeceram sem se refugiar na inviolável cidadela da Oração!…
dans le point d’interrogation final,  je voyais le terrible crochet du Tentateur qui transperçait les âmes endormies, celles qui ne s’étaient pas réfugiées dans la citadelle inviolable de la prière ! …
Uma influência sobrenatural apoderando-se de mim, arrebatava-me devagar para fora da realidade, do raciocínio:
Une influence surnaturelle me saisissant, je le saisit lentement hors de la réalité, le raisonnement
e no meu espírito foram-se formando duas visões – de um lado um mandarim decrépito, morrendo sem dor, longe, num quiosque chinês, a um ti-li-tim de campainha;
et mon esprit ont commencé à former deux visions- d’un côté un mandarin décrépit, mourant sans douleur loin de tous, dans un kiosque chinois, accompagné de sons de cloches ;
do outro toda uma montanha de ouro cintilando aos meus pés!
l’autre toute une montagne d’or miroitant à mes pieds!
Isto era tão nítido, que eu via os olhos oblíquos do velho personagem embaciarem-se, como cobertos de uma ténue camada de pó;
C’était si clair, je voyais les yeux bridés du vieillard se couvrir d’une sorte de fine couche de poussière;
e sentia o fino tinir de libras rolando juntas.
et j’entendais au final tinter les livres qui roulaient.
E imóvel, arrepiado, cravava os olhos ardentes na campainha, pousada pacatamente diante de mim sobre um dicionário francês
Et immobile, terrifié, mes yeux ne se détachaient plus de la cloche, cloche qui reposait paisiblement devant moi sur un dictionnaire français
– a campainha prevista, citada no mirífico in-fólio…
– la cloche qu’évoquait l’in-folio mirifique …

 Foi então que, do outro lado da mesa, uma voz insinuante e metálica me disse, no silêncio:
Puis, de l’autre côté de la table, une voix métallique insinuante me dit dans le silence:

 – Vamos, Teodoro, meu amigo, estenda a mão, toque a campainha, seja um forte!
– Allez, Teodoro, mon ami, tendez la main, agitez la cloche, soyez fort !

 O abat-jour verde da vela punha uma penumbra em redor.
Du vert abat-jour émanait une pénombre tout autour.
Ergui-o, a tremer.
Je le levai, tremblant.
E vi, muito pacificamente sentado, um indivíduo corpulento, todo vestido de preto, de chapéu alto, com as duas mãos calçadas de luvas negras gravemente apoiadas ao cabo de um guarda-chuva.
Et je vis, assis paisiblement, un homme corpulent, habillé tout en noir, chapeau haut de forme, avec les deux mains dans des gants noirs, gravement appuyé sur le pommeau d’un parapluie.
Não tinha nada de fantástico.
Il n’y avait là rien de fantastique.
Parecia tão contemporâneo, tão regular, tão classe média como se viesse da minha repartição…
Il semblait ordinaire, de la classe moyenne, comme s’il venait de mon service…

Toda a sua originalidade estava no rosto, sem barba, de linhas fortes e duras;
Tout son originalité était dans son visage, pas de barbe, des traits forts et durs ;
o nariz brusco, de um aquilino formidável, apresentava a expressão rapace e atacante de um bico de águia;
le nez brusque, d’un aquilin redoutable, lui donnait l’expression rapace et guerrière du bec d’aigle;
o corte dos lábios, muito firme, fazia-lhe como uma boca de bronze;
la coupe de ses lèvres, très ferme, lui faisait une bouche de bronze ;
os olhos, ao fixar-se, assemelhavam dois clarões de tiro, partindo subitamente de entre as sarças tenebrosas das sobrancelhas unidas;
les yeux, en vous fixant, ressemblaient à deux coups de feu, tout à coup tirés du feuillu ténébreux des sourcils réunis ;
era lívido – mas, aqui e além na pele, corriam-lhe raiações sanguíneas como num velho mármore fenício.
Il était livide – mais, ici et là, sur sa peau, couraient des ramifications de vaisseaux, tel un vieux marbre phénicien.

Veio-me à ideia de repente que tinha diante de mim o Diabo:
L’idée me vint soudain que j’avais devant moi le Diable :
mas logo todo o meu raciocínio se insurgiu resolutamente contra esta imaginação.
mais bientôt toute ma raison résolument protesta contre cette divagation.
Eu nunca acreditei no Diabo – como nunca acreditei em Deus.
Je ne croyais pas au Diable – comme je ne croyais pas en Dieu.
Jamais o disse alto, ou o escrevi nas gazetas, para não descontentar os poderes públicos, encarregados de manter o respeito por tais entidades:
Je ne l’ai jamais dit à haute voix, ou écrit dans les journaux, pour ne pas déplaire aux autorités en charge de maintenir le respect de ces entités :
mas que existam estes dois personagens, velhos como a Substância, rivais bonacheirões, fazendo-se mutuamente pirraças amáveis,
mais penser qu’il existe deux personnages, vieux comme la Matière, débonnaires rivaux, passant leur temps à se quereller aimablement,
– um de barbas nevadas e túnica azul, na toilette do antigo Jove, habitando os altos luminosos, entre uma corte mais complicada que a de Luís XIV;
– l’un doté d’une barbe blanche et d’une tunique bleue, dans la toilette de l’antique Zeus, habitant les lumières célestes, au milieu d’une cour plus compliquée que celle de Louis XIV ;
e o outro enfarruscado e manhoso, ornado de cornos, vivendo nas chamas inferiores, numa imitação burguesa do pitoresco Plutão
et l’autre, malin et sombre, orné de cornes, vivant dans les flammes inférieures, une imitation bourgeoise du pittoresque Pluton
– não acredito. Não, não acredito!
– je n’y crois pas. Non, je n’y crois pas !
Céu e Inferno são concepções sociais para uso da plebe
Le ciel et l’enfer sont des concepts sociaux pour l’utilisation du peuple
– e eu pertenço à classe média.
– et j’appartiennent à la classe moyenne.
Rezo, é verdade, a Nossa Senhora das Dores:
Je prie, il est vrai, à Notre-Dame des Douleurs:
porque, assim como pedi o favor do senhor doutor para passar no meu acto; 
car j’ai recherché les faveurs de mon professeur pour avoir mes diplômes ;
assim como, para obter os meus vinte mil réis, implorei a benevolência do senhor deputado; 
j’ai imploré la bienveillance de mon député pour gagner mes vingt mille reis ;
igualmente para me subtrair à tísica, à angina, à navalha de ponta, à febre que vem da sarjeta, à casca da laranja escorregadia onde se quebra a perna, a outros males públicos, necessito ter uma protecção extra-humana. 
également pour me soustraire à la phtisie, à l’angine de poitrine, à la lame du rasoir qui vient du trottoir, à l’écorce de l’orange glissante où je peux me casser une jambe, à bien d’autres malédictions publiques, je dois avoir une protection extra-humaine.
Ou pelo rapapé ou pelo incensador, o homem prudente deve ir fazendo assim uma série de sábias adulações, desde a Arcada até ao Paraíso.
Avec des encensoirs, l’homme sage doit pouvoir ainsi faire un certain nombre de sages adulations, de l’Arcada au Paradis.
Com um compadre no bairro, e uma comadre mística nas alturas
Avec un compère dans un quartier, et commère mystique dans un autre
– o destino do bacharel está seguro.
– le destin du bachelier est assuré.

Por isso, livre de torpes superstições, disse familiarmente ao indivíduo vestido de negro:
Donc, libre de superstitions grossières, je dis familièrement à cet individu fardé de noir :

– Então, realmente, aconselha-me que toque a campainha?
– Alors, vraiment, vous me conseillez de sonner la cloche ?

 Ele ergueu um pouco o chapéu, descobrindo a fronte estreita, enfeitada de uma gaforinha crespa e negrejante como a do fabuloso Alcides, e respondeu, palavra a palavra:
Il souleva légèrement son chapeau, découvrant un front étroit, que surplombait une chevelure crépue et noire comme le fabuleux Alcide, et dit, mot pour mot :
– Aqui está o seu caso, estimável Teodoro.
– C’est là qu’est votre problème, estimable Teodoro.
Vinte mil réis mensais são uma vergonha social!
Vingt mille reis mensuels sont une honte sociale !
Por outro lado, há sobre este globo coisas prodigiosas:
D’autre part, il y a sur ce globe des choses prodigieuses :
há vinhos de Borgonha, como por exemplo o Romanée-Conti de 58 e o Chambertin, de 61, que custam, cada garrafa, de dez a onze mil réis;
Il y a des vins de Bourgogne, comme le Romanée-Conti de 58 et le Chambertin de 61, qui coûte, par bouteille, de dix à onze mille reis;
e quem bebe o primeiro cálice, não hesitará, para beber o segundo, em assassinar seu pai…
et qui boit une première coupe, n’hésitera pas, pour en boire une seconde, à assassiner son père …
Fabricam-se em Paris e em Londres carruagens de tão suaves molas, de tão mimosos estofos, que é preferível percorrer nelas o Campo Grande, a viajar, como os antigos deuses, pelos céus, sobre os fofos coxins das nuvens…
Il se fabrique à Paris et à Londres des voitures avec des ressorts si doux, de si minutieux revêtements, que cela devient plus agréable d’aller de la sorte au Campo Grande que de voyager, comme les anciens dieux, par les cieux, sur des coussins moelleux de nuages …
Não farei à sua instrução a ofensa de o informar que se mobilam hoje casas, de um estilo e de um conforto, que são elas que realizam superiormente esse regalo fictício, chamado outrora a «bem-aventurança».
Je ne ferai pas offense à votre instruction en vous informant que le mobilier d’aujourd’hui de ces maisons abrite un tel style et un tel confort, que nous y trouvons ce que jadis nous appelions le «bonheur».
Não lhe falarei, Teodoro, de outros gozos terrestres:
Je ne vous parelerai pas, Teodoro, des autres jouissances terrestres :
como, por exemplo, o Teatro do Palais Royal, o baile Laborde, o Café Anglais…
comme, par exemple, le Théâtre du Palais Royal, la bal Laborde, le Café Anglais …
Só chamarei a sua atenção para este facto:
Il suffit de rappeler à votre attention ces faits :
existem seres que se chamam Mulheres
il y a des êtres qui s’appellent des femmes
– diferentes daqueles que conhece, e que se denominam Fêmeas. – différentes de celles que vous connaissez, et qui se nomment des Femelles.
Estes seres, Teodoro, no meu tempo, a páginas 3 da Bíblia, apenas usavam exteriormente uma folha de vinha.
Ces êtres, Teodoro, dans mon temps, à la page 3 de la Bible, se couvraient d’à peine une feuille de vigne.
Hoje, Teodoro, é toda uma sinfonia, todo um engenhoso e delicado poema de rendas, baptistes, cetins, flores, jóias, caxemiras, gazes e veludos…
Aujourd’hui, Teodoro, c’est une symphonie, tout un ingénieux et délicat poème de dentelles, de baptiste, de satins, de fleurs, de bijoux, de cachemires, de velours et de gazes …
Compreende a satisfação inenarrável que haverá, para os cinco dedos de um cristão, em percorrer, palpar estas maravilhas macias; Vous comprendrez la satisfaction indicible qu’il y a, pour les cinq doigts d’un chrétien à aller palper de si merveilleuses douceurs ;
– mas também percebe que não é com o troco de uma placa honesta de cinco tostões que se pagam as contas destes querubins…
– Mais aussi vous réalisez bien que ce n’est pas une simple pièce de cinq tastões que vous pourrez payer les factures de ces chérubins …
Mas elas possuem melhor, Teodoro:
Mais elles possèdent quelque chose de plus, Teodoro :
são os cabelos cor do ouro ou cor da treva, tendo assim nas suas tranças a aparência emblemática das duas grandes tentações humanas
elles ont des cheveux couleur d’or ou couleur des grandes obscurités, avec, dans leurs tresses, l’apparence emblématique de deux grandes tentations humaines
– a fome do metal precioso e o conhecimento do absoluto transcendente.
– l’appétit du métal précieux et de la connaissance de l’absolue transcendance.
E ainda têm mais:
Et elles ont encore plus:
são os braços cor de mármore, de uma frescura de lírio orvalhado;
elles possèdent des bras couleur de marbre, d’une fraîcheur de rosée ;
são os seios, sobre os quais o grande Praxíteles modelou a sua Taça, que é a linha mais pura e mais ideal da Antiguidade…
des seins, sur lesquels le grand Praxitèle a modelé sa Coupe, qui se trouve être la ligne la plus pure et la plus idéale de l’antiquité …
Os seios, outrora (na ideia desse ingénuo Ancião que os formou, que fabricou o mundo, e de quem uma inimizade secular me veda de pronunciar o nome),
Les seins, autrefois (dans l’idée de cet Ancien ingénu qui les a formés, qui a fait le monde, et dont l’inimitié séculaire m’interdit de prononcer le nom),
eram destinados à nutrição augusta da humanidade;
étaient destinées à l’auguste nutrition de l’humanité;
sossegue porém, Teodoro;
soyez tranquille, Teodoro;
hoje nenhuma mamã racional os expõe a essa função deterioradora e severa;
aujourd’hui aucune maman rationnelle ne les expose à cette fonction destructrice et sévère ;
servem só para resplandecer, aninhados em rendas, ao gás das soirées,
ils ne servent qu’à briller, nichés dans la dentelle, et les gazes des soirées,
– e para outros usos secretos.
– ainsi qu’à d’autres utilisations secrètes.
As conveniências impedem-me de prosseguir nesta exposição radiosa das belezas que constituem o fatal feminino
Les convenances m’empêchent de poursuivre cette exposition radieuse des beautés qui constituent l’éternel féminin
De resto as suas pupilas já rebrilham…
D’ailleurs déjà vos pupilles scintillent …
Ora todas estas coisas, Teodoro, estão para além, infinitamente para além dos seus vinte mil réis por mês…
Maintenant, toutes ces choses, Teodoro, sont au-delà, infiniment au-delà de vos vingt mille reis par mois …
Confesse, ao menos, que estas palavras têm o venerável selo da verdade!…
Avouez, au moins, que ces mots porte le vénérable sceau de la vérité! …

*****************

Le Mandarin Eça de Queiroz

CALIGULA – CALIGOLA – 卡利古拉 -GALLERIA BORGHESE- GALERIE BORGHESE – 博吉斯画廊- ROME – ROMA- 罗马

ROME – ROMA – 罗马
CALIGULA – CALIGOLA – 卡利古拉
Bustes Romains – Busti Romani
LA VILLA BORGHESE
博吉斯画廊

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


CALIGULA
CALIGOLA
卡利古拉
12 – 41
Empereur romain de 37 à 41
Succède à Tibère

LA GALERIE BORGHESE
GALLERIA BORGHESE
博吉斯画廊

Buste de Caligula
Busto di Caligola

Caligula Caligola Galleria Borghese Galerie Borghese artgitato Gallerie Borghese Galleria Borghese la salle des bustes la sala dei busti romani artgitato

De vita duodecim Caesarum         libri VIII

CALIGULA

CHAPITRE XII

Vita Gai

Les projets de Caligula contre Tibère

 Caligula Suetone Junia Claudilla 1ère épouse de Caligula

Non ita multo post Iuniam Claudillam M. Silani nobilissimi uiri f(iliam) duxit uxorem.
Peu après, Junia Claudilla, fille de Marcus Silanus, un homme de la grande noblesse devint sa femme.
Deinde augur in locum fratris sui Drusi destinatus,
Puis nommé augure, à la place de son frère Drusus,
prius quam inauguraretur ad pontificatum traductus est insigni testimonio pietatis atque indolis,
avant qu’il n’eût sa nomination, il eût le pontificat traduisant le témoignage de piété et de caractère,
cum deserta desolataque reliquis subsidiis aula, Seiano hoste suspecto mox et oppresso, ad spem successionis paulatim admoueretur.
quand la demeure impériale, déserte et privée de ses autres supports, Séjan, lui, avait été déjà soupçonné, était prête à s’éteindre peu à peu, lui faisant apparaître un espoir pour la succession.
Quam quo magis confirmaret, amissa Iunia ex partu Enniam Naeuiam, Macronis uxorem, qui tum praetorianis cohortibus praeerat, sollicitauit ad stuprum, pollicitus et matrimonium suum, si potitus imperio fuisset;
Pour qu’elle soit meilleure encore, après avoir perdu Junia pendant ses couches, avec Ennia, la femme de Macron, qui, à ce moment-là commandait la garde prétorienne, il commet l’adultère, lui promettant même de l’épouser s’il est devenait empereur,
deque ea re et iure iurando et chirographo cauit.
et à la fois par un serment, et par un acte, il s’engageât.
Per hanc insinuatus Macroni ueneno Tiberium adgressus est, ut quidam opinantur, spirantique adhuc detrahi anulum et,
 A travers les faveurs de Macron, il empoisonna Tibère, comme certains le pensent, et il ordonna que sa bague lui fut enlevé, alors même qu’il respirait encore,
quoniam suspicionem retinentis dabat, puluinum iussit inici atque etiam fauces manu sua oppressit,
et comme il pensait qu’il la retenait, il lui mit un oreiller sur la bouche de sa main,
liberto, qui ob atrocitatem facinoris exclamauerat, confestim in crucem acto. 
un affranchi qui alors cria à l’acte terrible, fut immédiatement crucifié.
Nec abhorret a ueritate,
Et cela est encore très loin de la vérité,
cum sint quidam auctores, ipsum postea etsi non de perfecto, at certe de cogitato quondam parricidio professum;
car quelques auteurs disent que plus tard, que même si ce parricide il n’avait pas réalisé, il l’aurait toutefois cogité ;
gloriatum enim assidue in commemoranda sua pietate, ad ulciscendam necem matris et fratrum introisse se cum pugione cubiculum Tiberi[i] dormientis et
car ils disent qu’il se vantait, en parlant de sa piété filiale, avec un poignard pour venger la mort de sa mère, d’être entré dans la chambre de Tibère qui dormait,
misericordia correptum abiecto ferro recessisse; 
et il fut tellement ému de compassion qu’il en jeta son épée et disparu ;
nec illum, quanquam sensisset, aut inquirere quicquam aut exequi ausum.
Tibère le savait mais, cependant, ne dit rien ni ne chercha à le poursuivre.

********************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
********************************

SPQR

VILLA BORGHESE – LA FONTAINE DE VENUS – LA FONTANA DELLA VENERE

ROME – ROMA
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

Traductions & Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


FONTANA DELLA VENERE
La Fontaine de Vénus

« cuius effigiem habitu Cupidinis in aede Capitolinae Veneris Liuia dedicauit »
Livia mit son effigie sous la protection de Cupidon, et la consacra dans le temple de
Vénus au Capitole
Caligula – Suétone (Chapitre VII)

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 1

 Venere Callipige in una oscena
Venus Callipyge dans une obscène

posa. Scolpiti nel tondeggiamento
pose. Sculptées dans les courbes
de’ lombi stan due solchi; ampia la schiena
de ses reins deux rainures son échine ample
piegasi ad un profondo incavamento.
qu’elle plie, profondément se creuse.
Argentea -Argentée- Sonnet de Gabriele d’Annunzio

 

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 2

Sustentava contra ele Vénus bela,
Se tenait contre lui la belle Vénus,
Afeiçoada à gente Lusitana,
Affectueuse avec  le peuple Lusitanien,
Por quantas qualidades via nela
Pour les nombreuses qualités qu’elle voyait en lui
Da antiga tão amada sua Romana
De l’antique et tant aimée Rome 

Os Lusiadas – Les Lusiades
Luis de Camões – Canto Primeiro – Verso 33

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 3

Lugete, O Veneres Cupidinesque,
Pleurez, O Amours

 et quantum est hominum venustiorum:
et vous aussi hommes vénérables :
passer mortuus est meae puellae,
le passereau de mon amie est mort,
passer, deliciae meae puellae,
Le passereau, que la délicieuse enfant
quem plus illa oculis suis amabat.
aimait plus que ses propres yeux.

La Mort du Passereau – Luctus in morte passeris
Catulle – Catullus
Poésie III

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 4 fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 5

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 6

PHILOLACHES
(Elle voit Philématie – à part)
O Venus venusta !
Ô belle Vénus,

Haec illa est tempestas mea, mihi quae modestiam omnem
 Voici ma tempête, qui a modestement mis à nu

 Detexit, tectus qua fui, quam Amor et Cupido
 Ma couverture ; que l’Amour et Cupidon

In pectus perpluit meum, neque jam umquam optegere possum.
En mon sein, ruissellent, que déjà maintenant je ne puis plus me protéger.

PLAUTE
Mostellaria – Le Revenant
Acte I -Scène 3

fontana della venere Fontaine de Venus Villa Borghese Roma Rome Artgitato 7

VILLA BORGHESE – Monumento a Garcilaso de la Vega

ROME – ROMA
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos  & Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio

MONUMENTO A GARCILASO DE LA VEGA
Monument à Garcilaso de la Vega

 

GARCILASO DE LA VEGA
(1501 ou 1503 — 1536)

Garcilaso de la vega artgitato villa borghese roma rome 1 Garcilaso de la vega artgitato villa borghese roma rome 2

Fragmento de la « Égloga I »
Fragment de la Première Eglogue
Fragments des Plaintes de Nemoroso

Corrientes aguas, puras, cristalinas,
Eau courante, pure et claire,
árboles que os estáis mirando en ellas,
arbres qui en elle se mirent,
verde prado, de fresca sombra lleno,
verte prairie, emplie d’une ombre fraîche,
aves que aquí sembráis vuestras querellas,
ici, les plaintes des oiseaux se répandent,
hiedra que por los árboles caminas,
ici, le lierre qui sur les arbres se déploient,
torciendo el paso por su verde seno:
tordant un passage en son sein :
yo me vi tan ajeno
étranger, je me suis vu,
del grave mal que siento,
au puissant mal que je ressens,
que de puro contento
autant que du pur contentement
con vuestra soledad me recreaba,
qu’avec votre solitude je retrouvais,
donde con dulce sueño reposaba,
où, d’un si doux sommeil, je reposais,
o con el pensamiento discurría
où la pensée ne cheminait
por donde no hallaba
que là où elle ne rencontrait
sino memorias llenas de alegría.
que des souvenirs joyeux.

Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato

 

Poèmes de DH LAWRENCE – DH Lawrence poems

Traduction Jacky Lavauzelle LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

Traduction – Translation
French and English text
texte bilingue français-anglais

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 Poemes de DH Lawrence DH Lawrence's peom Traduction Jacky Lavauzelle

Les Poèmes de DH Lawrence      (Sélection)

DH Lawrence’s poems

 

Bare almond-trees
Amandiers dépouillés

Wet almond-trees, in the rain,
Amandiers humides, sous la pluie,
Like iron sticking grimly out of earth ;
Comme le fer se colle sinistrement sur la terre;

*




Destiny
Destinée

O destiny, destiny,
Ô destinée, destinée,
do you exist, and can a man touch your hand ?
existez-vous et un homme peut-il toucher votre main ?

*Traduction Jacky Lavauzelle




*




First Morning
Premier Matin

The night was a failure
La nuit a été un échec
 but why not – ?
mais pourquoi pas-?
Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

*

Natural Complexion
Teint Naturel

But you see, said the handsome Young man with the chamois gloves to the woman rather older than himself,
Mais voyez-vous, dit le beau jeune homme avec les gants de chamois à la femme plutôt âgée que lui,

Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence




*

Old People
Les Vieilles Personnes

Nowadays everybody wants to be young
Aujourd’hui, tout le monde veut être jeune
so much so, that even the young are old with the efforts of being young.
tant et si bien, que même les jeunes sont vieux par les efforts qu’ils font pour être jeune.

*

Peach
Pêche

Would you like to throw a stone at me?
Aimeriez-vous  jeter une pierre sur ma personne ?
Here, take all that’s left of my peach.
Tenez, prenez tout ce qui reste de ma pêche.

Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

*

Piano

Softly, in the dusk, a woman is singing to me;
Doucement, au crépuscule, pour moi, une femme chante ;
Taking me back down the vista of years, till I see
Je revois alors mes années passées, jusqu’à ce que j’aperçoive

Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

*

Spiral Flame
Flamme en Spirale

There have been so many gods
Il y a eu tant de dieux
that now there are none.
que maintenant il n’y en a plus.

*




The Evening Land
Le Pays du soir

Oh, America,
 Ô Amérique,
The sun sets in you.
En toi se couche le soleil.

The evening land DH Lawrence Traduction Française Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

*

The Mess of Love 
Le Gâchis de l’Amour

We’ve made a great mess of love
Nous avons fait un grand gâchis de l’amour
Since we made an ideal of it.
Depuis que nous avons fait de lui un idéal.

*




The Oxford Voice
L’Accent d’Oxford

When you hear it languishing
Quand vous l’entendez languir
and hooing and cooing, and sidling through the front teeth,
et couiner et roucouler et se faufiler à travers les dents de devant,

*

The Worm either way 
Ver de toute façon

If you live along with all the other people
Si vous vivez avec toutes les autres personnes
and are just like them, and conform, and are nice
et êtes comme eux, et conforme, et agréable




Things made by Iron 
Les Choses faites de fer

Things made by iron and handled by steel
Les choses faites de fer et traitées par l’acier
are born dead, they are shrouds, they soak life out of us.
sont mort-nées, elles sont linceuls, elles nous vident en absorbent notre vie.

Things made by iron Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

*




Things Men Have Made 
Les Choses que les hommes ont faites

Things men have made with wakened hands, and put soft life into
are awake through years with transferred touch, and go on glowing for long years.

Les choses que les hommes ont faites avec leurs mains éveillées, où s’est immiscée la vie en douce, sont éveillées pour des années avec ce transfert du toucher, et rayonnent pendant de longues années.




*

To let go or to hold on – ?
Lâcher ou Tenir bon ?

Shall we let go,
Allons-nous laisser aller,
and allow the soul to find its level
et permettre à l’âme de retrouver son niveau




*

To Women, as far as I’m concerned
Aux Femmes, pour autant que je sois concerné

The feelings I don’t have I don’t have.
Les sentiments que je n’ai pas, je ne les ai pas.
The feeling I don’t have, I won’t say I have.
Le sentiment que je n’ai pas, je ne vais pas dire que je les possède.

*




When wilt thou teach the people…?
Quand vas-tu enseigner au peuple…?

When wilt thou teach the people,
Quand vas-tu enseigner au peuple,
  God of justice, to save themselves – ?
Dieu de justice, à se sauver lui-même…?

*




Work
Travail

There is no point in work
Il n’y a pas de sens dans le travail
unless it absorbs you
à moins qu’il ne vous absorbe

********************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************************
Poèmes de DH Lawrence
DH Lawence’s poems

Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

***************

Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

 Traduction Jacky Lavauzelle D. H. Lawrence

WILLIAM BLAKE : POEMES TIRES DES POETICAL SKETCHES (de 1769 à 1778)

 LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry

 

William Blake

 


by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807
by Thomas Phillips, oil on canvas, 1807


poèmes – poems
WILLIAM BLAKE
1757-1827

William Blake signature.svg

 

Poèmes tirés des Poetical Sketches

ESQUISSES POETIQUES

POEMS FROM POETICAL SKETCHES


Traduction Jacky Lavauzelle

Forty copies were printed in 1783
Quarante copies ont été imprimées en 1783

*

Mad Song
Chanson Folle

*

Song
Chanson
Fresh from the dewy hill, the merry year
Des collines couvertes de rosée…

*

Song
Chanson
How sweet I roam’d from field to field
De prairie en prairie

*

Song
Chanson
I love the jocund dance
La danse délirante

*

Song
Chanson
Love and harmony 
L’amour et l’harmonie

*

Song
Chanson
Memory, hither come
Mémoire, viens ici

*

Song
Chanson
My silks and fine array
Mes Soies

*

Song
Chanson
When early morn walks forth in sober grey
Le matin naissant

*

To Autumn
A l’Automne

*

To Morning 
Au Matin

*

To Spring
Au Printemps

*

To Summer
A l’été

*

To the Morning Star 
A l’Etoile du Soir

*

To the Muses 
Aux Muses

*

To Winter 
A l’Hiver

****************************

Autres poèmes

Poems written in a copy of Poetical Sketches – Poèmes écrits dans un exemplaires des Poetical Sketches
Songs of Innocence – Chants d’Innocence (1789)
Songs of Experience – Chants d’Experience (1794)

************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***************

EMPIFFREZ-VOUS !- Poésie Turque TEVFIK FIKRET – han-ı yağma

TURQUIE – Türkiye
LITTERATURE TURQUE
Tevfik Fikret Şiirleri

Tevfik Fikret Poesie Artgitato Traduction Poèmes

 Poésie TurqueTurkish poetry
Türk edebiyatı –  Türk şiiri

Blason

Blason de l’Empire Ottoman

Tevfik Fikret
[1867-1915]
Türk şairi –  Poète Turc

Tevfik Fikret

han-ı yağma

Empiffrez-vous !

Traduction Jacky Lavauzelle

Bu sofracık, efendiler – ki iltikaama muntazır
Ce festin, Messieurs- qui vous attend
Huzurunuzda titriyor – bu milletin hayatıdır;
Qui s’impatiente de votre présence – qui est la vie de la nation ;
Bu milletin ki mustarip, bu milletin ki muhtazır!
De cette nation qui souffre, que cette nation qui meurt !
Fakat sakın çekinmeyin, yiyin, yutun hapır hapır…
Mais ne vous retenez pas, mangez, avalez autant que vous pourrez…

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
Empiffrez-vous ! cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

**

Efendiler pek açsınız, bu çehrenizde bellidir
Vous êtes nombreux, messieurs, qui semblez affamés, cela se lit évidemment sur votre visage
Yiyin, yemezseniz bugün, yarın kalır mı kim bilir?
Mangez, car si vous ne mangez pas aujourd’hui, demain qui sait ce qui restera ?
Bu nadi-i niam, bakın kudumunuzla müftehir!
Ces mets affriolants, regardez-les au son de votre darbouka !
Bu hakkıdır gazanızın, evet, o hak da elde bir…
Ceci vous revient, oui, vous les méritez …

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
 Empiffrez-vous, cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

**

Bütün bu nazlı beylerin ne varsa ortalıkta say
Que tout autour, à tous, on parle de ce que vous possédez
Haseb, neseb, şeref, oyun, düğün, konak, saray,
Noblesses, lignées, honneurs, jeux, mariages, manoirs, palais,
Bütün sizin, efendiler, konak, saray, gelin, alay;
Tout ce que vous voulez, Messieurs, manoirs, palais, mariées et moqueries ;
Bütün sizin, bütün sizin, hazır hazır, kolay kolay…
Tout ce que vous voulez, tout à vous, facilement prenez tout …

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
 Empiffrez-vous, cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

**

Büyüklüğün biraz ağır da olsa hazmı yok zarar
C’est peut-être un peu lourd à digérer, mais il n’y a aucun dommage
Gurur-ı ihtişamı var, sürur-ı intikaamı var.
L’on vous doit la gloire, le bonheur est à votre main.
Bu sofra iltifatınızdan işte ab u tab Umar.
Cette table complimente votre travail.
Sizin bu baş, beyin, ciğer, bütün şu kanlı lokmalar…
A vous les têtes, les cerveaux, le foie, tous ces abats sanguinolents …

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
 Empiffrez-vous, cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

**

Verir zavallı memleket, verir ne varsa, malını
Ce sont les pauvres qui vous donnent, toutes leurs possessions
Vücudunu, hayatını, ümidini, hayalini
Son corps, sa vie, l’espoir, le rêve
Bütün ferağ-ı halini, olanca şevk-i balini.
Tout ce à quoi ils renoncent, à sa vie même.
Hemen yutun düşünmeyin haramını, helalini…
Juste avalez sans pensée interdite ou légale …

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
 Empiffrez-vous, cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

**

Bu harmanın gelir sonu, kapıştırın giderayak!
La fin approche, prenez, prenez encore !
Yarın bakarsınız söner bugün çıtırdayan ocak!
Crépitant encore aujourd’hui, avant que demain la poêle ne refroidisse !
Bugünkü mideler kavi, bugünkü çorbalar sıcak,
Aujourd’hui, l’estomac a encore de la place pour une soupe chaude,
Atıştırın, tıkıştırın, kapış kapış, çanak çanak…
Bouffez, bouffez, pressez-vous, le temps est compté

**

Yiyin efendiler yiyin, bu han-ı iştiha sizin,
 Empiffrez-vous, cette auberge ouvre grand ses portes,
Doyunca, tıksırınca, çatlayıncaya kadar yiyin!
Remplissez-vous jusqu’à vomir, bouffez jusqu’à l’explosion!

 

****************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************************

Tevfik Fikret Şiirleri
Poèmes de Tevfik Fikret

JE SUIS AMOUREUX Pir Sultan Abdal – Bir Güzelin Aşığıyım – Poème Turc du XVIème Siècle

TURQUIE – Türkiye

LITTERATURE TURQUE
Poésie TurqueTurkish poetry
Türk edebiyatı –  Türk şiiri

Blason

Blason de l’Empire Ottoman

Pir Sultan Abdal
Türk şairi
Poète Turc et Barde
şair ve ozan
16. yüzyılda – XVIème Siècle

PIR SULTAN ABDAL

Bir Güzelin Aşığıyım (özüt)

Je suis Amoureux (extrait)

Traduction Jacky Lavauzelle

Bir güzelin aşığıyım erenler
Je suis amoureux d’une belle
Onun için taşa tutar el beni 
L’on jette sur moi des pierres.
Gündüz hayalimde gece düşümde
Jour et nuit, dans mon rêve comme dans mes désirs
Kumdan kuma savuruyor yel beni
Du sable sur du sable, je pars.

**

Al gül olsam, al gerdana takılsam,
Que me cueillant rose blanche je me retrouve contre tes joues,
Kemer olsam, ince bele sarılsam,
Que je puisse serrer ta fine taille en devenant ceinture,
Köle olsam ,pazarlarda satılsam,
Que je sois troqué au marché aux esclaves,
Yarim deyi al sinene sar beni.
Que je devienne tien pour me tenir à tes côtés.

İnanmazsan git Allah’a sor beni.
Si vous ne me croyez pas, allez demander à Dieu.

****************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************************

Pir Sultan Abdal

LE MANDARIN – Eça de Queiroz – O Mandarim – 1ère Partie – 2nde section

LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Eça de Queiroz
(1845-1900)
Tradução – Traduction
texto bilingue

Eça de Queirós 1882 O Mandarim Le Mandarin

O Mandarim

(1880)

LE MANDARIN

I

Première Partie

Traduction Jacky Lavauzelle

Seconde Section

 

Ainda assim, eu não me considerava sombriamente um «pária».
Pourtant, je ne me considérais pas sinistrement comme un « paria ».
A vida humilde tem doçuras: é grato, numa manhã de sol alegre, com o guardanapo ao pescoço, diante do bife de grelha, desdobrar o «Diário de Notícias»;
La vie humble possède une certaine douceur : l’on est reconnaissant, d’un gai matin ensoleillé, d’une serviette autour de son cou, face à un steak grillé, en dépliant le « Diário de Notícias »;
pelas tardes de Verão, nos bancos gratuitos do Passeio, gozam-se suavidades de idílio;
par des après-midi d’été, au Passeio, sur des bancs gratuits, s’amuser de douceurs idylliques ;
é saboroso à noite no Martinho, sorvendo aos goles um café, ouvir os verbosos injuriar a pátria…
et savourer le soir au Martinho, en sirotant par petites gorgées son café, en écoutant injurier son pays …

 Depois, nunca fui excessivamente infeliz – porque não tenho imaginação:
Enfin, je n’ai jamais été trop malheureux – grâce à mon imagination :
não me consumia, rondando e almejando em torno de paraísos fictícios, nascidos da minha própria alma desejosa como nuvens da evaporação de um lago;
je ne me consumais pas, en tournant et en voulant atteindre des paradis fictifs, nés de ma propre âme jalouse comme des nuages le seraient de l’​​évaporation d’un lac ;
não suspirava, olhando as lúcidas estrelas, por um amor à Romeu ou por uma glória social à Camors.
je ne soupirais pas, regardant briller les étoiles, avec des amours à la Roméo ou une gloire sociale à la Camors.
Sou um positivo.
Je suis positif.
Só aspirava ao racional, ao tangível, ao que já fora alcançado por outros no meu bairro, ao que é acessível ao bacharel.
Seulement j’aspirais au rationnel, au tangible, à ce qui avait été réalisé par d’autres dans mon quartier, et accessible à un bachelier.
E ia-me resignando, como quem a uma table d’hôte mastiga a bucha de pão seco à espera que lhe chegue o prato rico da charlotte russe.
Et je me résignais,  comme celui qui, à une table d’hôte, mâche un quignon de pain sec dans l’attente d’un riche plat de charlotte russe.
As felicidades haviam de vir:
Les bonheurs allaient venir :
e para as apressar eu fazia tudo o que devia como português e como constitucional:
et pour que cela s’accélère, je faisais tout ce que je devais en honnête portugais et en juste constitutionnel :
– pedia-as todas as noites a Nossa Senhora das Dores, e comprava décimos da lotaria.
– je les demandais tous les soirs à Notre-Dame des Douleurs, et j’achetais des billets à la loterie des dixièmes.

No entanto procurava distrair-me.
Cependant, je cherchais toutefois à me distraire.
E como as circunvoluções do meu cérebro me não habilitavam a compor odes, à maneira de tantos outros ao meu lado que se desforravam assim do tédio da profissão;
Et comme les circonvolutions de mon cerveau ne me donnaient pas les moyens de composer des odes, à la manière de tant d’autres à mes côtés, atténuant l’ennui de la profession ;
como o meu ordenado, paga a casa e o tabaco, me não permitia um vício
que mon salaire, payé la maison et le tabac, ne me permettait nullement d’assouvir des vices
– tinha tomado o hábito discreto de comprar na Feira da Ladra antigos volumes desirmanados, e à noite, no meu quarto, repastava-me dessas leituras curiosas.
 j’avais pris l’habitude discrète d’acheter au marché aux puces de vieux volumes dépareillés, et le soir, dans ma chambre, je me contentais de ces curieuses lectures.
Eram sempre obras de títulos ponderosos:
C’étaient toujours des œuvres avec des titres pompeux :
«Galera da Inocência», «Espelho Milagroso», «Tristeza dos Mal-Deserdados»…
« La Galère de l’Innocence», «Le Miroir miraculeux« , « Tristesse des déshérités »
O tipo venerando, o papel amarelado com picadas de traça, a grave encadernação freirática, a fitinha verde marcando a página- encantavam-me!
L’aspect vénérable, le papier jauni avec des traces de morsures de vers, les graves reliures, le petit ruban vert comme marque-pages m’enchantaient !
Depois, aqueles dizeres ingénuos em letra gorda davam uma pacificação a todo o meu ser, sensação comparável à paz penetrante de uma velha cerca de mosteiro, na quebrada de um vale, por um fim suave de tarde, ouvindo o correr da água triste…
Ensuite, les écrits naïfs en gras donnaient la paix à tout mon être, comme si je pénétrais la paix d’un ancien monastère clôturé, oublié dans une vallée, pendant une douce fin de soirée, écoutant l’eau qui coule tristement ...

Uma noite, há anos, eu começara a ler, num desses in-fólios vetustos, um capítulo intitulado «Brecha das Almas»;
Une nuit, autrefois, je commençais à lire dans un de ces in-folio vétuste, un chapitre intitulé «Brèche des âmes »;
e ia caindo numa sonolência grata, quando este período singular se me destacou do tom neutro e apagado da página, com o relevo de uma medalha de ouro nova brilhando sobre um tapete escuro:
et je suis tombé dans une somnolence, quand une période singulière me réveilla par rapport au ton neutre de la page avec le scintillement d’une médaille d’or brillant sur un tapis sombre :
copio textualmente:
je copie textuellement :

«No fundo da China existe um mandarim mais rico que todos os reis de que a fábula ou a história contam.
« Au plus profond de la Chine, il est un riche mandarin plus riche que tous les rois des contes ou tous les rois historiques.
« Dele nada conheces, nem o nome, nem o semblante, nem a seda de que se veste.
De cet homme tu ne connais ni visage, ni la soie qui le vêt.
Para que tu herdes os seus cabedais infindáveis, basta que toques essa campainha, posta a teu lado, sobre um livro.
Pour que tu puisses hériter de ses bienfaits sans fin, tu dois juste toucher cette cloche, posée à tes côtés, sur un livre.
Ele soltará apenas um suspiro, nesses confins da Mongólia.
Il  lâchera alors un soupir, aux extrémités de la Mongolie.
Será então um cadáver:
Ensuite, ce ne sera plus qu’un cadavre:
e tu verás a teus pés mais ouro do que pode sonhar a ambição de um avaro.
et tu verras alors à tes pieds plus d’or que ne peut en rêver la cupidité d’un avare.
Tu, que me lês e és um homem mortal, tocarás tu a campainha?»
Toi qui me lis et qui est un homme mortel, toucheras-tu à la cloche ?

Estaquei, assombrado, diante da página aberta:
Je m’immobilisai, hanté, devant la page ouverte :
aquela interrogação «homem mortal, tocarás tu a campainha?»
Cette interrogation «homme mortel, toucheras-tu la cloche ?»
parecia-me faceta, picaresca, e todavia perturbava-me prodigiosamente.
me semblait facétieuse, picaresque, et pourtant me dérangeait prodigieusement.
Quis ler mais;
Je voulais en savoir plus ;
mas as linhas fugiam, ondeando como cobras assustadas, e no vazio que deixavam, de uma lividez de pergaminho, lá ficava, rebrilhando em negro, a interpelação estranha
mais les lignes ont fui, ondulant comme des serpents effrayés, et du vide qu’elles laissèrent d’une pâleur de parchemin, il restait, en noir brillant, le questionnement étrange
– «tocarás tu a campainha?»
– « toucheras-tu à la cloche ? »

*************************************************************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
***********************************

Portugal
Eça de Queiroz