Archives par mot-clé : william shakespeare

LE PLEIN & LE VIDE – SONNET DE SHAKESPEARE XLV -So are you to my thoughts as food to life

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 75

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE

So are you to my thoughts as food to life

****

LE PLEIN & LE VIDE
*****

1598 

**

*

So are you to my thoughts as food to life,
Ainsi tu es à mes pensées comme la nourriture à la vie,
Or as sweet-season’d showers are to the ground;
Ou comme les pluies de la saison douce à la terre ;
And for the peace of you I hold such strife
Et pour ta paix, je suis en lutte
As ‘twixt a miser and his wealth is found.
Comme un avare inquiet qui admire ses richesses.

*

Now proud as an enjoyer, and anon
Là, il est fier de le posséder, et ensuite
Doubting the filching age will steal his treasure;
Il redoute les morsures des âges qui lui voleront son trésor ;
Now counting best to be with you alone,
Maintenant, je souhaite profiter seul de ta présence,
Then better’d that the world may see my pleasure:
Puis je préfère que le monde soit témoin de mon plaisir :

*

Sometime all full with feasting on your sight,
Parfois, je suis rassasié de ta vue,
And by and by clean starved for a look;
Et parfois, j’ai faim d’un seul de tes regards ;
Possessing or pursuing no delight
Ne poursuivant et ne cherchant d’autres plaisirs

*

Save what is had, or must from you be took.
Que ceux que j’ai trouvés en toi, ou ceux que je peux encore trouver.
Thus do I pine and surfeit day by day,
Ainsi, je dépéris ou je me repais jour après jour,
Or gluttoning on all, or all away.
Dans une pleine orgie ou dans une complète abstinence.

*****************

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

MA MEILLEURE PART – SONNET 74 SONNET LXXIV – SONNETS DE SHAKESPEARE – SHAKESPEARE’S SONNETS – But be contented when that fell arrest

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Rembrandt, Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Philosophe en méditation, 1632
Sonnet shakespeare
sonnet shakespeare
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-sonnets-Shakespeare-The-Sonnets-William-Shakespeare-Artgitato-815x1024.jpg.

SONNET 74
SONNET LXXIV
ou SONNET 147 – SONNET CXLVII

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE



********************


But be contented when that fell arrest
Mais sois satisfait quand cet arrêt tombera
Without all bail shall carry me away,
Sans préavis, et qu’il m’emportera,
My life hath in this line some interest,
Ma vie dans ces lignes se retrouvera,
Which for memorial still with thee shall stay.
Qui pour toi tel un mémorial restera.

*

When thou reviewest this, thou dost review
Quand tu les reliras, tu y verras
The very part was consecrate to thee:
La part qui t’y était consacrée :
The earth can have but earth, which is his due;
La terre ne peut avoir de la terre que ce qui lui est dû ;
My spirit is thine, the better part of me:
Mon esprit est à toi, et c’est ma meilleure part :

*

So then thou hast but lost the dregs of life,
Ainsi tu n’as perdu que la lie de ma vie,
The prey of worms, my body being dead;
La proie des vers de mon corps mort ;
The coward conquest of a wretch’s knife,
La lâche conquête du couteau d’un misérable,

*

Too base of thee to be remembered.
Trop vile pour toi pour qu’on s’en souvienne.
The worth of that is that which it contains,
    Son unique valeur est dans ce qu’il contient,
   And that is this, and this with thee remains.
Et ça, c’est ce qui te restera à jamais.

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

************
SHAKESPEARE SONNET
SONNET 74 – SONNET LXXIV

SONNETS DE SHAKESPEARE – SHAKESPEARE’S SONNETS
*********************



sonnet shakespeare

SONNET 73 SONNET LXXIII – SONNETS DE SHAKESPEARE – SHAKESPEARE’S SONNETS -That time of year thou mayst in me behold

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Sonnet shakespeare
sonnet shakespeare

WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

SONNET 73 – SONNET LXXIII ou SONNET 141 – SONNET CXLI

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE

****
LE CRÉPUSCULE D’UN TEL JOUR
*****
1598 


That time of year thou mayst in me behold
Ce temps de l’année, tu peux en moi le voir, ce temps
When yellow leaves, or none, or few, do hang
Où les feuilles jaunissent, ou aucune, ou si peu, pendent
Upon those boughs which shake against the cold,
Sur ces branches, tremblant à la fraîcheur des vents,
Bare ruin’d choirs, where late the sweet birds sang.
Chœurs dévastés et nus où chantaient jadis les oiseaux bienveillants.

In me thou see’st the twilight of such day
En moi, tu vois le crépuscule d’un tel jour
As after sunset fadeth in the west;
Comme un coucher du soleil qui à l’ouest s’évanouit ;
Which by and by black night doth take away,
Qui, peu à peu, laisse dominer la sombre nuit,
Death’s second self, that seals up all in rest.
Cette autre mort, qui scelle tout dans la paix.


In me thou see’st the glowing of such fire,
Tu vois en moi la lueur d’un tel feu,
That on the ashes of his youth doth lie,
Qui, sur les cendres de sa jeunesse, se consume,
As the death-bed, whereon it must expire,
Tel un lit de mort où il doit expirer,


that which it was nourish’d by.
Abattu par ce qui le nourrissait.
This thou perceiv’st, which makes thy love more strong,
Tu le vois, ce qui rend ton amour plus fort,
To love that well, which thou must leave ere long.
Pour aimer au mieux ce que bientôt tu devras quitter.

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 73 – SONNET LXXIII ou SONNET 141 – SONNET CXLI
SONNETS DE SHAKESPEARE – SHAKESPEARE’S SONNETS
That time of year thou mayst in me behold

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare


sonnets de Shakespeare -LE VERTUEUX MENSONGE – SONNET 72 SONNET LXXII ou SONNET 146 – SONNET CXLVI – O! lest the world should task you to recite

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 72 – SONNET LXXII ou SONNET 146 – SONNET CXLVI

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
O! lest the world should task you to recite

****

LE VERTUEUX MENSONGE
*****

1598 

**

*

O! lest the world should task you to recite
Oh ! de peur que le monde ne vous demande de narrer
What merit lived in me, that you should love
Quel mérite a vécu en moi, qui vous fait m’aimer
After my death,— dear love, forget me quite,
Même après ma mort, cher amour, oubliez-moi bien,
For you in me can nothing worthy prove;
Car en moi rien qui vaille vous ne pourriez trouver ;

*

Unless you would devise some virtuous lie,
À moins que vous n’imaginiez un mensonge vertueux,
To do more for me than mine own desert,
Trouvant plus que mon propre désert,
And hang more praise upon deceased I
Et accrochant plus d’éloges sur ma dépouille
Than niggard truth would willingly impart:
Que l’avare vérité n’en pourrait trouver :

*


*

O! lest your true love may seem false in this
Oh ! de peur que votre véritable amour ne paraisse falsifier
That you for love speak well of me untrue,
Par amour en parlant exagérément de moi,
My name be buried where my body is,
Que mon nom, où se trouve mon corps, soit enterré ,

*

And live no more to shame nor me nor you.
Et ne survive plus pour ma honte et la vôtre.
For I am shamed by that which I bring forth,
Car j’ai honte moi de ce que j’apporte,
And so should you, to love things nothing worth.
Et vous aussi devriez, pour aimer des choses qui ne valent rien.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 70 ou SONNET 89 SONNET LXXXIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

sonnets de Shakespeare – VERS LES VERS LES PLUS VILS – SONNET 71 ou SONNET 145 – SONNET CXLV- No longer mourn for me when I am dead

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 71 – SONNET LXXI ou SONNET 145  -SONNET CXLV 

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
No longer mourn for me when I am dead

****

VERS LES VERS LES PLUS VILS
*****

1598 

**

*

No longer mourn for me when I am dead
Ne pleurez plus pour moi quand je serai mort
Than you shall hear the surly sullen bell
Dès que vous entendrez le triste glas
Give warning to the world that I am fled
Annonçant au monde que je me suis enfui
From this vile world with vilest worms to dwell:
De ce monde vil vers les vers les plus vils :

*

Nay, if you read this line, remember not
Non, si vous lisez ces lignes, ne vous rappelez pas
The hand that writ it, for I love you so,
La main qui les a écrites, car je vous aime tant,
That I in your sweet thoughts would be forgot,
Que, dans vos douces pensées, je voudrais être oublié,
If thinking on me then should make you woe.
Si penser à moi doit vous attrister.

*


*

O! if,— I say you look upon this verse,
Oh !  je dis que si vous regardez ces vers,
When I perhaps compounded am with clay,
Quand je serai peut-être d’argile composé,
Do not so much as my poor name rehearse;
Mon pauvre nom, veuillez ne pas le répéter ;

*

But let your love even with my life decay;
Mais laissez votre amour avec ma vie se faner ;
Lest the wise world should look into your moan,
De peur que le monde sage regarde dans vos pleurs,
And mock you with me after I am gone.
A mon sujet, ne se moque de vous après mon trépas.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 70 ou SONNET 89 SONNET LXXXIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

UN CORBEAU DANS UN CIEL SI PUR – SONNET SHAKESPEARE – SONNET 70 – SONNET LXX ou SONNET 89 SONNET LXXXIX- That thou art blam’d shall not be thy defect

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 70 – SONNET LXX ou SONNET 89 – SONNET LXXXIX 

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
That thou art blam’d shall not be thy defect

****

UN CORBEAU DANS UN CIEL SI PUR
*****

1598 

**

*

That thou art blam’d shall not be thy defect,
Peu importe que tu sois blâmé,
For slander’s mark was ever yet the fair;
Car la beauté attire toujours la calomnie ;
The ornament of beauty is suspect,
L’ornement de la beauté est suspect,
A crow that flies in heaven’s sweetest air.
Comme un corbeau dans un ciel si pur.

*

So thou be good, slander doth but approve
Alors sois vertueux, la calomnie ne fait que confirmer
Thy worth the greater being woo’d of time;
Ton mérite que le temps bonifie ;
For canker vice the sweetest buds doth love,
Comme le chancre préfère le plus doux bourgeon,
And thou present’st a pure unstained prime.
Ton printemps se présente ainsi pur et sans tache.

*


*

Thou hast passed by the ambush of young days
Tu as passé les embuscades de la jeunesse
Either not assail’d, or victor being charg’d;
Sans être assailli, en restant victorieux ;
Yet this thy praise cannot be so thy praise,
Mais ta louange ne peut être totalement tienne,

*

To tie up envy, evermore enlarg’d,
Pour lier l’envie, qui toujours s’accroît,
If some suspect of ill mask’d not thy show,
Si un voile maléfique ne te recouvrait pas,
Then thou alone kingdoms of hearts shouldst owe.
Alors tu gouvernerais seul aux royaumes des cœurs.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 70 ou SONNET 89 SONNET LXXXIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

LES VOIX DES ÂMES – SONNET SHAKESPEARE – SONNET 69 – ou SONNET 86 – SONNET LXXXVI – Those parts of thee that the world’s eye doth view

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 69 ou SONNET 86 SONNET LXXXVI 

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Those parts of thee that the world’s eye doth view

****

LES VOIX DES ÂMES


*****

1598 

**

*

Those parts of thee that the world’s eye doth view
Des parties de toi que les yeux du monde voient
Want nothing that the thought of hearts can mend;
Je ne vois rien que la pensée des coeurs puisse réparer ;
All tongues— the voice of souls— give thee that due,
Toutes les langues – ces voix des âmes – font le même constat,
Uttering bare truth, even so as foes commend.
Annoncent cette vérité nue, même de la part de tes adversaires.

*

Thy outward thus with outward praise is crown’d;
Ton apparence est couronnée par tant de louanges ;
But those same tongues, that give thee so thine own,
Mais ces mêmes langues, qui te louent si bien,
In other accents do this praise confound
Dans d’autres accents font entendre ces éloges
By seeing farther than the eye hath shown.
En voyant plus loin que ce que l’œil ne voit.

*


*

They look into the beauty of thy mind,
Ils regardent la beauté de ton âme,
And that in guess they measure by thy deeds;
Par ce qu’ils peuvent juger de tes actes;
Then— churls— their thoughts, although their eyes were kind,
Puis, leurs pensées, malgré la bienveillance des regards,

*

To thy fair flower add the rank smell of weeds:
A ta belle fleur, mêlent des effluves de mauvaises herbes :
But why thy odour matcheth not thy show,
Ton odeur ne correspond pas à ton aspect,
The soil is this, that thou dost common grow.
Le sol qui l’a fait croître est si commun.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 69 ou SONNET 86 SONNET LXXXVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

LA CARTE DES JOURS PASSES – SONNET SHAKESPEARE – SONNET 68 ou SONNET 88 LXXXVIII – Thus is his cheek the map of days outworn

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 68 ou SONNET 88 SONNET LXXXVIII  

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Thus is his cheek the map of days outworn

****

LA CARTE DES JOURS PASSES
*****

1598 

**

*

Thus is his cheek the map of days outworn,
Ainsi sa joue est devenue la carte des jours passés,
When beauty lived and died as flowers do now,
Quand la beauté vivait, mourait, telle une fleur,
Before these bastard signs of fair were born,
Avant que l’on ne porte ces bâtards insignes,
Or durst inhabit on a living brow;
Qui s’affichaient sur le front des vivants ;

*

Before the golden tresses of the dead,
Avant les cheveux d’or des morts, en effet,
The right of sepulchres, were shorn away,
Dans la règle des sépulcres, étaient coupés,
To live a second life on second head;
Pour qu’ils vivent une seconde vie sur une seconde tête ;
Ere beauty’s dead fleece made another gay: 
La toison d’une beauté morte pour une autre beauté :

*



*

In him those holy antique hours are seen,
On voit en lui les heures antiques et sacrées,
Without all ornament, itself and true,
Sans nul ornement, que d’être soi-même et vrai,
Making no summer of another’s green,
Ne cherchant pas l’été d’un verdoyant ailleurs.

*

Robbing no old to dress his beauty new;
Ne dérobant pas le passé pour habiller sa beauté nouvelle ;
And him as for a map doth Nature store,
Et lui, comme une toile, la Nature le garde,
To show false Art what beauty was of yore.
Montrant au faux Art ce qu’était la beauté d’antan.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 68 ou SONNET 88 SONNET LXXXVIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

LES OMBRES DE ROSE – SONNET SHAKESPEARE – SONNET 67 ou SONNET 87 SONNET LXXXVII – Ah! wherefore with infection should he live

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 67 ou SONNET 87 SONNET LXXXVII 

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Ah! wherefore with infection should he live

****

LES OMBRES DE ROSE
*****

1598 

**

*

Ah! wherefore with infection should he live,
Ah! pourquoi vivre dans cette insanité,
And with his presence grace impiety,
Et par sa présence apporter tant de grâce à tant d’impiété,
That sin by him advantage should achieve,
Qu’ainsi de nombreux avantages pareraient le péché,
And lace itself with his society? 
Qu’il s’en glorifierait en se montrant à ses côtés ?

*

Why should false painting imitate his cheek,
Pourquoi le fard imiterait-il sa joue,
And steel dead seeming of his living hue?
Et le terne métal sa vive couleur ?
Why should poor beauty indirectly seek
Pourquoi la pauvre beauté devrait-elle rechercher
Roses of shadow, since his rose is true?
Les ombres de rose, quand elle possède la véritable rose ?

*


*

Why should he live, now Nature bankrupt is,
Pourquoi vivre dans cette Nature en faillite
Beggar’d of blood to blush through lively veins?
Manquant de sang pour rougir ses veines vives ?
For she hath no exchequer now but his,
Car il n’y a d’autre trésor que le sien,

*

And proud of many, lives upon his gains.
Et si fier, elle vit de ce capital.
O! him she stores, to show what wealth she had
Elle le garde, montrant la richesse qu’elle avait
In days long since, before these last so bad.
Les jours passés,  avant que tout ne se détériore.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 67 ou SONNET 87 SONNET LXXXVII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare

Fatigué de tout ça ! SONNET SHAKESPEARE – SONNET 66 – ou SONNET 48 XLVIII – Tired with all these for restful death I cry

SONNET SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS – SOMMAIRE – INDICE

Sonnet shakespeare

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*

sonnet shakespeare


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 66 ou SONNET XLVIII SONNET 48

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Tired with all these for restful death I cry

****

FATIGUE DE TOUT CA !
*****

1598 

**

*

Tired with all these, for restful death I cry,
Fatigué de tout ça, j’implore une mort paisible,
As to behold desert a beggar born,
Observant comme le mérite naît dans la mendicité,
And needy nothing trimm’d in jollity,
Comme le néant dans la joie se trouve travesti,
And purest faith unhappily forsworn,
Et la foi la plus pure, se trouve malheureusement abandonnée,

*

And gilded honour shamefully misplac’d,
Et l’honneur doré honteusement égaré,
And maiden virtue rudely strumpeted,
Et la jeune fille férocement brutalisée,
And right perfection wrongfully disgrac’d,
Et la perfection du droit injustement bafouée,
And strength by limping sway disabled
Et la force paralysée par un pouvoir diminué

*


*

And art made tongue-tied by authority,
Et la liberté de l’art contrainte par l’autorité,
And folly—doctor-like—controlling skill,
Et la folie – comme un docteur – qui maîtrise le savoir,
And simple truth miscall’d simplicity,
Et la simple vérité simplifiée à sa seule simplicité,

*

And captive good attending captain ill:
Et le bien captif d’un mal devenu son maître :
Tir’d with all these, from these would I be gone,
Fatigué de tout ça, je voudrais partir,
Save that, to die, I leave my love alone.
Sauf que, en mourant, je laisserais seul mon amour.

*


 

*****

L’ENIGME DES SONNETS DE SHAKESPEARE

Les sonnets de Shakespeare sont encore aujourd’hui une énigme pour les historiens et pour les critiques. La dédicace mystérieuse qui les accompagnait dans la première édition, le désordre involontaire ou préconçu dans lequel ils parurent, l’obscurité de certains passages ont donné lieu à mille interprétations diverses. Les uns ont déclaré que ces sonnets étaient uniquement adressés à une femme ; les autres, qu’ils étaient adressés uniquement à un homme ; ceux-ci en ont attribué l’inspiration à un personnage bizarre qui n’aurait été ni homme, ni femme, ou plutôt qui aurait été l’un et l’autre ; ceux-là y ont vu autant de petits poëmes séparés, adressés à diverses personnes ; d’autres enfin, et ce sont les plus nombreux, ont soutenu qu’ils étaient dédiés à des créatures imaginaires, n’ayant jamais existé que dans le cerveau du poëte. Déroutée par tant de contradictions, la postérité, si curieuse pourtant de tout ce qui porte le nom de Shakespeare, a fini par perdre patience : ne pouvant résoudre l’énigme, elle a donné sa langue aux chiens et jeté par dépit ce livre impertinent qu’elle ne comprenait pas. C’est ainsi que les sonnets qui, au temps d’Élisabeth, étaient plus celèbres que les drames même de Shakespeare, sont aujourd’hui tombés dans un oubli complet. Un écrivain distingué de l’Angleterre nous disait dernièrement qu’il n’y avait peut-être pas cent de ses compatriotes qui les eussent lus en entier…

Nous l’avouons, en lisant ces admirables poésies où le plus grand poëte du moyen âge a, suivant l’expression de Wordsworth, donné la clef de son cœur, nous nous sommes indigné de cet oubli de la postérité, et nous aurions cru manquer à un devoir si nous n’avions pas au moins essayé de réparer ce qui nous semblait presque une ingratitude. D’ailleurs, nous nous sentions attiré vers cette œuvre étrange par le mystère même qui avait rebuté tant d’autres.

À force de relire ces poëmes, en apparence décousus, nous finîmes par y retrouver les traces de je ne sais quelle unité perdue. Il nous sembla que les sonnets avaient été jetés pêle-mêle dans l’édition de 1609, comme ces cartes des jeux de patience dont les enfants s’amusent à remettre en ordre les fragments. Nous fîmes comme les enfants : nous nous mîmes patiemment à rapprocher, dans ces poésies, les morceaux en apparence les plus éloignés, et nous réunîmes ensemble tous ceux que le sens adaptait les uns aux autres. Tel sonnet, par exemple, marqué le xxie dans l’édition de 1609 et dans toutes les éditions modernes, nous parut faire suite à un autre marqué le cxxxe ; tel autre qui, dans ces mêmes éditions, n’avait aucun sens après le xxxiie sonnet, devenait parfaitement intelligible après le cxlive. Nous n’avons pas hésité à faire presque partout ces transpositions nécessaires. Ainsi restitués à leur unité logique et rationnelle, les sonnets, tout en conservant chacun son charme lyrique intrinsèque, auront pour le lecteur un intérêt nouveau, l’intérêt dramatique.

Les sonnets de Shakespeare contiennent en effet tout un drame. Exposition, complications, péripéties, dénoûment, rien ne manque à ce drame intime où figurent trois personnages : le poëte, sa maîtresse et son ami. Là le poëte paraît, non sous le nom que le genre humain lui donne, mais sous celui qu’il recevait dans la vie privée : ce n’est plus William Shakespeare, c’est Will que nous voyons. Ce n`est plus ]’auteur dramatique qui parle, c’est l’ami, c’est l’amant. Ce n’est plus l’homme public, c’est l’homme. Quant aux deux autres personnages, ils restent anonymes. Comment s’appelle cette femme, cette brune aux yeux noirs que Shakespeare honore de son amour ? Comment s’appelle ce jeune homme qu’il glorifie de son amitié ? L’auteur n’a pas voulu dire leurs noms…

Introduction au William Shakespeare de François-Victor Hugo
William Shakespeare
Introduction
Traduction par François-Victor Hugo
Œuvres complètes de Shakespeare, Pagnerre, 1872, 15

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET 66 ou SONNET 

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

sonnet shakespeare