Archives par mot-clé : poème

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI TBILISSI შოთა რუსთაველი – Le Chevalier à la peau de panthère (Extrait)

*

  MONUMENT SHOTA RUSTAVELI TBILISSI შოთა რუსთაველი

თბილისის ქანდაკებები
Sculptures Tbilissi

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI
შოთა რუსთაველი
TBILISSI
MONUMENT SHOTA RUSTAVELI TBILISSI შოთა რუსთაველი

 


 PHOTO  JACKY LAVAUZELLE

 

SHOTA RUSTAVELI
შოთა რუსთაველი
vers 1172 – vers 1216


************************* 





TBILISSI

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI TBILISSI შოთა რუსთაველი

ბრინჯაო
BRONZE
1965

SCULPTEUR
მოქანდაკე
mokandake

Merab Berdzenishvili
მერაბ ბერძენიშვილი
დ. 10 ივნისი, 1929, თბილისი — გ. 17 სექტემბერი, 2016, სტამბოლი, თურქეთი
Né le 10 juin 1929 Tbilissi – 17 septembre 2016 Istanbul (Turquie)

Plaque sous le monument Shota Rustaveli de Tbilissi

****

Extrait de
Le Chevalier à la peau de panthère
ვეფხისტყაოსანი
de Shota Rustaveli
(Fin XIIe – Début XIIIe siècle)

De Mihály Zichy, Shota Rustavéli présente son poème à la reine Tamar, vers 1880

1

რომელმან შექმნა სამყარო ძალითა მით ძლიერითა,
romelman shekmna samq’aro dzalita mit dzlierita,
Celui qui a créé le monde avec le pouvoir de la volonté,
ზეგარდმო არსნი სულითა ყვნა ზეცით მონაბერითა,
zegardmo arsni sulita q’vna zetsit monaberita,
Qui a répandu la sagesse l’Esprit céleste,
ჩვენ, კაცთა, მოგვცა ქვეყანა, გვაქვს უთვალავი ფერითა,
chven, k’atsta, mogvtsa kveq’ana, gvakvs utvalavi perita,
Donna aux humains un monde aux innombrables couleurs,
მისგან არს ყოვლი ხელმწიფე სახითა მის მიერითა.
misgan ars q’ovli khelmts’ipe sakhita mis mierita.
Il est celui qui détient le pouvoir suprême sur toute autre autorité.

2

ჰე, ღმერთო ერთო, შენ შეჰქმენ სახე ყოვლისა ტანისა,
he, ghmerto erto, shen shehkmen sakhe q’ovlisa t’anisa,
Ô, mon Dieu, toi qui as créé à ton image toutes choses,
შენ დამიფარე, ძლევა მეც დათრგუნვად მე სატანისა,
shen damipare, dzleva mets datrgunvad me sat’anisa,
protège-moi en éloignant Satan
მომეც მიჯნურთა სურვილი, სიკვდიდმდე გასატანისა,
momets mijnurta survili, sik’vdidmde gasat’anisa,
Inonde-moi de cet amour qui perdure  au-delà de la mort,
ცოდვათა შესუბუქება, მუნ თანა წასატანისა.
tsodvata shesubukeba, mun tana ts’asat’anisa.
et absous mes péchés, en te conduisant près de moi.

3

ვის ჰშვენის, – ლომსა, – ხმარება შუბისა, ფარ-შიმშერისა,
vis hshvenis, – lomsa, – khmareba shubisa, par-shimsherisa,
Guerriers porteurs de lance, lion rugissant, soleil levant,
– მეფისა მზის თამარისა, ღაწვ-ბადახშ, თმა-გიშერისა, –
– mepisa mzis tamarisa, ghats’v-badakhsh, tma-gisherisa, –
-gardiens de la reine Tamar  aux longs cheveux éclatants, –
მას, არა ვიცი, შევჰკადრო შესხმა ხოტბისა, შე, რისა?
mas, ara vitsi, shevhk’adro sheskhma khot’bisa, she, risa?
Comment être digne de toi et porter ton message ?
მისთა მჭვრეტელთა ყანდისა მირთმა ხამს მართ, მი, შერისა.
mista mch’vret’elta q’andisa mirtma khams mart, mi, sherisa.
La plus grande joie vient d’une si douce voie.

4

თამარს ვაქებდეთ მეფესა სისხლისა ცრემლ-დათხეული,
tamars vakebdet mepesa siskhlisa tsreml-datkheuli,
La grande Tamar règne aussi sur mes larmes,
ვთქვენი ქებანი ვისნი მე არ-ავად გამორჩეული.
vtkveni kebani visni me ar-avad gamorcheuli.
Même si je ne suis pas le meilleur, je veux lui rendre hommage.
მელნად ვიხმარე გიშრის ტბა და კალმად მე ნა რხეული,
melnad vikhmare gishris t’ba da k’almad me na rkheuli,
Mon encrier est ce doux lac doux et que ma plume
ვინცა ისმინოს, დაესვას ლახვარი გულსა ხეული.
vintsa isminos, daesvas lakhvari gulsa kheuli.
soit cette lance qui touche en plein cœur.

5

მიბრძანეს მათად საქებრად თქმა ლექსებისა ტკბილისა,
mibrdzanes matad sakebrad tkma leksebisa t’k’bilisa,
On me demande des poèmes en son honneur,
ქება წარბთა და წამწამთა, თმათა და ბაგე-კბილისა,
keba ts’arbta da ts’amts’amta, tmata da bage-k’bilisa,
de louer ses paupières et ses cils, ses cheveux et sa bouche,
ბროლ-ბადახშისა თლილისა, მის მიჯრით მიწყობილისა.
brol-badakhshisa tlilisa, mis mijrit mits’q’obilisa.
La splendeur de ses dents et l’éclat de son sourire.
გასტეხს ქვასაცა მაგარსა გრდემლი ტყვიისა ლბილისა.
gast’ekhs kvasatsa magarsa grdemli t’q’viisa lbilisa.
Une tige flexible peut briser bien des pierres.

6

აწ ენა მინდა გამოთქმად, გული და ხელოვანება, –
ats’ ena minda gamotkmad, guli da khelovaneba, –
Je veux exprimer la langue, le cœur et l’art, –
ძალი მომეც და შეწევნა შენგნით მაქვს, მივსცე გონება;
dzali momets da shets’evna shengnit makvs, mivstse goneba;
Donne-moi de Ta force et insuffle-moi Ton esprit;
მით შევეწივნეთ ტარიელს, ტურფადცა უნდა ხსენება,
mit shevets’ivnet t’ariels, t’urpadtsa unda khseneba,
Louons le beauté de Tariel par les cieux et les océans,
მათ სამთა გმირთა მნათობთა სჭირს ერთმანერთის მონება.
mat samta gmirta mnatobta sch’irs ertmanertis moneba.
Les trois seigneurs à l’amitié éternelle.

******

თბილისის ქანდაკებები
Sculptures Tbilissi

MONUMENT SHOTA RUSTAVELI
შოთა რუსთაველი
TBILISSI
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

 


 PHOTO  JACKY LAVAUZELLE

 

SHOTA RUSTAVELI
შოთა რუსთაველი
vers 1172 – vers 1216


*************************

 

LE JEU DE LA VIE Poème de Friedrich von SCHILLER – Das Spiel des Lebens Gedichte Friedrich von SCHILLER

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DAS SPIEL DES LEBENS
LE JEU DE LA VIE

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

  Wollt ihr in meinen Kasten sehn?
Voulez-vous voir ma boîte ?
Des Lebens Spiel, die Welt im Kleinen,
Le jeu de la vie, le monde en miniature,
Gleich soll sie eurem Aug’ erscheinen;
Aussitôt apparaîtrà vos yeux ;
Nur müßt ihr nicht zu nahe stehn,
Mais vous ne devez pas être trop près,
Ihr müßt sie bei der Liebe Kerzen
Vous devez les apprécier avec des bougies de l’amour
  Und nur bei Amors Fackel sehn.
Et seulement avec le flambeau de Cupidon.

    Schaut her! Nie wird die Bühne leer:
Regardez ici ! La scène n’est jamais vide:
Dort bringen sie das Kind getragen,
Là ! ils apportent l’enfant,
 Der Knabe hüpft, der Jüngling stürmt einher,
Le garçon sautille déjà, le jeune homme s’agite,
Es kämpft der Mann, und Alles will er wagen.
L’homme se bat, et qui ose tout.

    Ein Jeglicher versucht sein Glück,
Chacun tente sa chance,
Doch schmal nur ist die Bahn zum Rennen;
Mais seul le chemin est étroit ;
Der Wagen rollt, die Achsen brennen,
Le char roule, les essieux brûlent,
Der Held dringt kühn voran, der Schwächling bleibt zurück,
Le héros avance hardiment, le faible reste en retrait,
Der Stolze fällt mit lächerlichem Falle,
Le fier tombe dans un piège ridicule,
Der Kluge überholt sie alle.
Le malin les dépasse tous.

    Die Frauen seht ihr an den Schranken stehn,
Vous voyez les femmes debout aux barrières,
Mit holdem Blick, mit schönen Händen
Avec un beau regard, avec de belles mains
Den Dank dem Sieger auszuspenden.
Congratuler le gagnant.

**********

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE L’ILLUSION Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Wahns Gedichte Friedrich von SCHILLER

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER
Publication en 1800

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES WAHNS
LES MOTS DE L’ILLUSION

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

Drei Worte hört man, bedeutungsschwer,
Trois mots fondamentaux s’entendent
 Im Munde der Guten und Besten;
Dans la bouche du bon et du meilleur d’entre nous ;
 Sie schallen vergeblich, ihr Klang ist leer,
Ils sonnent en vain, leur son est vide,
 Sie können nicht helfen und trösten.
Ils ne peuvent ni aider ni réconforter.
Verscherzt ist dem Menschen des Lebens Frucht,
Il est perdu, le fruit de la vie de l’homme,
Solang er die Schatten zu haschen sucht.
Tant qu’il essaie de chasser les ombres.

 Solang er glaubt an die Goldene Zeit,
Illusion du droit ! Tant qu’il croit en l’âge d’or,
 Wo das Rechte, das Gute wird siegen, –
Là où le droit prévaudra, là où le bien l’emportera,
Das Rechte, das Gute führt ewig Streit,
Le droit, le bien, mène un éternel combat,
Nie wird der Feind ihm erliegen,
Jamais l’ennemi ne succombera,
Und erstickst du ihn nicht in den Lüften frei,
S’il n’est pas étouffé dans les airs,
 Stets wächst ihm die Kraft auf der Erde neu.
Il reprendra de nouvelles forces sur terre.

 Solang er glaubt, daß das buhlende Glück
Illusion de la fortune ! Tant qu’il croit avoir la fortune
Sich dem Edeln vereinigen werde –
Pour rejoindre les nobles cœurs –
Dem Schlechten folgt es mit Liebesblick,
Les mauvais, la suivent avec un regard d’envie,
Nicht dem Guten gehöret die Erde.
La terre n’appartient pas au bien !
 Er ist ein Fremdling, er wandert aus
Il est étranger, il migre
 Und suchet ein unvergänglich Haus.
Et cherche une maison éternelle.

 Solang er glaubt, daß dem irdschen Verstand
Illusion de la vérité ! Tant il croit qu’à l’esprit sur terre
Die Wahrheit je wird erscheinen,
La vérité apparaîtra et régnera, pourtant,
Ihren Schleier hebt keine sterbliche Hand,
Son voile ne sera levé par aucune main mortelle ;
Wir können nur raten und meinen.
Nous pouvons seulement que deviner et déblatérer.
Du kerkerst den Geist in ein tönend Wort,
Tu noies l’esprit dans un mot qui résonne,
Doch der freie wandelt im Sturme fort.
Mais la pensée libre continue d’errer dans la tempête.

 Drum, edle Seele, entreiß dich dem Wahn
Alors, noble âme, échappe à l’illusion
Und den himmlischen Glauben bewahre!
Et garde ta foi céleste!
Was kein Ohr vernahm, was die Augen nicht sahn,
Ce qu’aucune oreille n’entend, ce qu’aucun œil ne voit,
Es ist dennoch, das Schöne, das Wahre!
C’est encore, le beau, le vrai !
Es ist nicht draußen, da sucht es der Tor,
Ce n’est pas dehors que tu le trouveras.
 Es ist in dir, du bringst es ewig hervor.
C’est en toi, tu le portes en toi pour toujours !

*****************************

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE LA FOI – Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Glaubens GEDICHTE VON SCHILLER

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES GLAUBENS
LES MOTS DE LA FOI

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,
 Doch stammen sie nicht von außen her,
Mais ils ne viennent pas de l’extérieur,
 Das Herz nur gibt davon Kunde,
Le cœur seulement nous les livre ;
Dem Menschen ist aller Wert geraubt,
L’homme perd toute valeur
Wenn er nicht mehr an die drei Worte glaubt.
S’il ne croit plus à ces trois mots.

Der Mensch ist frei geschaffen, ist frei,
L’homme est créé libre et libre il est,
Und würd er in Ketten geboren,
Même s’il naît sous le joug,
 Laßt euch nicht irren des Pöbels Geschrei,
Ne vous laissez pas berner par la foule qui crie,
Nicht den Mißbrauch rasender Toren,
Pas les propos incohérents d’imbéciles enragés,
Vor dem Sklaven, wenn er die Kette bricht,
Autant devant l’esclave, quand il brise la chaîne,
Vor dem freien Menschen erzittert nicht.
Que devant l’homme libre, ne tremblez pas !

Und die Tugend, sie ist kein leerer Schall,
Et la vertu, ce n’est pas un son vide,
Der Mensch kann sie üben im Leben,
L’homme peut la pratiquer dans la vie,
Und sollt er auch straucheln überall,
Et devrait-il trébucher aussi partout,
  Er kann nach der göttlichen streben,
Il peut aspirer au divin,
Und was kein Verstand der Verständigen sieht,
Et ce que ne comprend pas l’homme intelligent,
Das übet in Einfalt ein kindlich Gemüt.
En termes simples un esprit enfantin le saisit.

Und ein Gott ist, ein heiliger Wille lebt,
Il existe un Dieu, une sainte volonté qui vit,
Wie auch der menschliche wanke,
Quand l’homme vacille,
Hoch über der Zeit und dem Raume webt
Plus haut que le temps et l’espace
Lebendig der höchste Gedanke,
Vit la plus haute pensée,
 Und ob alles in ewigem Wechsel kreist,
Et si tout tourne dans un perpétuel changement,
Es beharret im Wechsel ein ruhiger Geist.
Il existe en son cœur un esprit calme et serein.

Die drei Worte bewahret euch, inhaltschwer,
Ces trois mots, gardez-les ! Si intenses et profonds,
 Sie pflanzet von Munde zu Munde,
Qu’ils partent de bouche en bouche,
Und stammen sie gleich nicht von außen her,
Ils ne viennent pas de l’extérieur,
  Euer Innres gibt davon Kunde,
Ils émanent de l’intérieur ;
Dem Menschen ist nimmer sein Wert geraubt,
L’homme ne sera jamais privé de sa valeur,
So lang er noch an die drei Worte glaubt.
Tant qu’il croira encore à ces trois mots.

****

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


ESPERANCE Poème de Friedrich SCHILLER – HOFFNUNG GEDICHTE VON SCHILLER

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
HOFFNUNG
ESPERANCE

POEME DE

 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Hoffnung
Espérance

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;
 nach einem glücklichen, goldenen Ziel
vers un but heureux et glorieux
sieht man sie rennen und jagen.
vous les voyez courir et courir encore.
Die Welt wird alt und wird wieder jung,
Le monde vieillit et rajeunit,
doch der Mensch hofft immer Verbesserung.
mais l’homme espère toujours des jours plus beaux. 

Die Hoffnung führt ihn ins Leben ein,
L’espérance l’accompagne toute sa vie :
sie umflattert den fröhlichen Knaben,
 elle s’agite autour du garçon joyeux,
 den Jüngling locket ihr Zauberschein,
le jeune homme, lui, est attiré par sa magie,
 sie wird mit dem Greis nicht begraben;
enfin, elle ne sera pas enterrée avec le vieil homme ;
 denn beschließt er im Grabe den müden Lauf,
car, dans la tombe, il termine son parcours fatigué,
 noch am Grabe pflanzt er – die Hoffnung auf.
toujours sur la tombe, il plante… l’espérance.

Es ist kein leerer, schmeichelnder Wahn,
Ce n’est pas une illusion vide et flatteuse,
 erzeugt im Gehirne des Toren,
générée dans le cerveau de l’insensé,
 im Herzen kündet es laut sich an:
dans le cœur puissamment nous entendons une voix :
zu was Besserm sind wir geboren.
Nous sommes nés pour quelque chose de mieux !
Und was die innere Stimme spricht,
Et ce que dit la voix intérieure
das täuscht die hoffende Seele nicht.
ne trompe pas l’âme qui espère.

*****

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


DER TANZ – LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER (1796)

LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER
DER TANZ – LA DANSE

DER TANZ Schiller Jacky Lavauzelle Friedrich Schiller
Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DER TANZ
LA DANSE
 FRIEDRICH SCHILLER


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent.
 Seh’ ich flüchtige Schatten von ihren Leibern geschieden?
Des ombres fugaces de leurs corps sortent-elles ?
   Ist es Elysiums Hain, der den Erstaunten umfängt?
Où sont-ce des esprits qui les enveloppent de leurs ailes ?
 Wie, vom Zephyr gewiegt, der leichte Rauch durch die Luft schwimmt,
Comme, secouée par le Zéphyr, la fumée légère dans l’air se répand,
  Wie sich leise der Kahn schaukelt auf silberner Flut,
Avec la douceur du bateau qui se balance sur une mer d’argent,
 Hüpft der gelehrige Fuß auf des Takts melodischen Wellen,
Le pied docile saute sur les ondes mélodieuses de la cadence,
    Säuselndes Saitengetön hebt den ätherischen Leib. »
Le son de cordes grésillant soulève ces corps éthérés qui dansent.
Keinen drängend, von keinem gedrängt, mit besonnener Eile,
Poussé par une étrange et puissante force,
 Schlüpft ein liebliches Paar dort durch des Tanzes Gewühl.
Un charmant couple ouvre son chemin à travers la danse.
Vor ihm her entsteht seine Bahn, die hinter ihm schwindet,
Cette nouvelle voie disparaît aussitôt  derrière eux,
Leis wie durch magische Hand öfnet und schließt sich der Weg.
Comme par magie, le chemin s’ouvre devant eux puis se referme.
Sieh! jetzt verliert es der suchende Blick. Verwirrt durcheinander
Vois ! maintenant nous l’avons perdu ! Dans cette confusion
Stürzt der zierliche Bau dieser beweglichen Welt.
Gracieusement se déplace ce mystérieux fluide merveilleux.
Nein, dort schwebt es frohlockend herauf. Der Knoten entwirrt sich,
Non ! il flotte et se réjouit. Le nœud se défait,
Nur mit verändertem Reiz stellt sich die Ordnung mir dar.
Muni d’un nouveau charme, il se présente.
Ewig zerstört und ewig erzeugt sich die drehende Schöpfung,
Éternellement détruit et éternellement créé, cette création tournoyante
Und ein stilles Gesetz lenkt der Verwandlungen Spiel.
Et une loi silencieuse dirigent le doux jeu des métamorphoses.
Sprich, wie geschiehts, daß rastlos bewegt die Bildungen schwanken, 
Dis ! comment se fait-il que, continuellement renouvelées, dans ce mouvant tableau,
Und die Regel doch bleibt, wenn die Gestalten auch fliehn?
La règle reste la même alors que la forme se délite ?
Daß mit Herrscherkühnheit einher der einzelne wandelt,
Pourquoi chaque individu réalise ses prouesses,
Keiner ihm sklavisch weicht, keiner entgegen ihm stürmt?
Comment personne n’est asservi, personne ne s’oppose à lui ?
Willst du es wissen? Es ist des Wohllauts mächtige Gottheit,
Veux-tu le savoir ? C’est la divine puissance de l’harmonie !
Die zum geselligen Tanz ordnet den tobenden Sprung,
C’est elle qui donne à la danse la magie de transformer de tels soubresauts,
Die, der Nemesis gleich, an des Rhythmus goldenem Zügel
Qui, comme Némésis, au rythme de ses rênes d’or
Lenkt die brausende Lust, und die gesetzlose zähmt.
Guide le rugissant plaisir et apaise sa vigueur.
Und der Wohllaut der großen Natur umrauscht dich vergebens?
Et le son du grand univers, pour toi, n’est-il donc rien ?
Nicht der begeisternde Takt, den alle Wesen dir schlagen?
N’es-tu pas saisis par la cadence que tous ces êtres te marquent ?
Nicht der wirbelnde Tanz, der durch den ewigen Raum
N’entends-tu pas la danse tourbillonnante qui traverse l’éternel espace ?
Leuchtende Sonnen wälzt in künstlich schlängelnden Bahnen?
Ne vois-tu donc pas les astres brillants qui partent sur de sinueuses pistes ?
Handelnd fliehst du das Maaß, das du im Spiele doch ehrst?
Pourquoi alors fuir la mesure que tu respectes dans le jeu ?

***

Friedrich von Schiller
Le Camp de Wallenstein – Wallensteins Lager – 1799
An die Freude – Ode à la Joie – L’Hymne à la Joie – 1785
Der Tanz – La danse (extrait) – 1796

***

DER TANZ – LA DANSE
LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU – Jacky Lavauzelle

LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU

La Preuve de l'existence de Dieu Jacky Lavauzelle
Veloso Salgado, Amor e Psyche, Amour et Psyché, MNAC, Lisboa, Lisbonne

*LA PREUVE DE L'EXISTENCE DE DIEU Jacky Lavauzelle





Jacky Lavauzelle Poème

*
L’HYPOTHESE DE L’HOMME


****
LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU

Poème

**

Le monde ignorait le grand désastre
Le monde comme toujours
Aurait détourné la tête
La baissant
En refermant ses yeux
Le printemps déjà avait sonné l’alarme
Par mes fenêtres à petits carreaux
J’avais aperçu des mains tremblantes
Là-bas
Aux confins des espaces incommensurables
J’ai entendu des soupirs grandissants
Et aperçu des âmes en larmes
J’ai vu
Les oiseaux se fracasser
Pénétrer mes entrailles
Et s’écraser
Enfin
Et mes rideaux
Devenir écarlates
Au printemps
J’ai vu tomber la neige
Les pauvres mères du quartier se prostituaient
Pour un quignon de pain
Demandant des choses qu’elles-mêmes ne soupçonnaient pas
J’ai vu des aiguilles desséchées
Pénétrer dans les chairs de poulets innocents
Et les poussins s’esclaffer
Les poursuivre
et les picorer de haine
Tout ça ne semblait pas normal
Me disais-je
En me grattant les couilles
Comme tous les soirs
En regardant la lune
Au printemps
Je sentais que tout cela partait mal
Que rien de bon ne viendrait du ciel
J’ai médité et je me suis secoué
Je devais témoigner
Moi
L’oublié de la nuit
Banni
D’entre les hommes et les femmes
Moi
Le triste sire
Le bouffon du monde
J’ai crié dans les rues
Dans les bordels et les églises
L’on s’est moqué de moi
L’on m’a frappé
Et craché
Copieusement
Mais Il est arrivé
Le créateur solitaire
Plongé dans une profonde mélancolie
Est arrivé nu sur la terre
Après le fracas de l’anéantissement du ciel
Les missionnaires, les anges et les saints
A ses trousses
Criaient Vociféraient Beuglaient
Comme des manants des bandits de grands chemins
Ils parlèrent en chœur
De troubles musculo-spirituels inexcusables
De risques psycho-sociaux intolérables
En un mot
Il avait merdé
Sans aucun mystère
Sans aucun pouvoir
Nu
Il est arrivé
Des erreurs de management
Certainement
Qu’importe
 Il est arrivé homme
Homme seulement
Homme pleinement
Tristement homme
Tout extraordinaire s’était évanoui
Sans force
Sans volonté
Sans intelligence
Sans compréhension
Sans être désemparé
Il est arrivé chez moi
Sans rien ajouter
Sans rien dire
Chez moi
Face à moi
Qui n’était
Rien
Qu’un triste sire
Athée
 Moi
Et lui
Ensemble
Je ne ressentais rien
Puisqu’il n’était rien
Rien qu’un homme
Donc un peu plus que moi
Qui
Je le rappelle
N’étais rien
Lui
N’ayant plus
Ni miséricorde, ni justice, ni bonté
Me parla de substance
Qui englobait toute les perfections
Et j’ai souri
Il m’a parlé de l’être de soi
Des possibles
Du néant et de la plénitude
Et j’ai souri
Encore
Il m’a parlé de ce qui m’échappe
Il m’a parlé de l’inconcevable
A moi qui jamais n’avais rien conçu
Et tout m’a échappé
Il m’a pris les mains
Et nous avons ri
Simplement
Je lui ai dit combien il me gonflait
Avec toutes ses conneries
Il a ri
De lui
Du monde
Et des hommes
Nous nous sommes endormis
Je crois
Que nous nous sommes aimés

****************************

LA PREUVE DE L’EXISTENCE DE DIEU

*********************

Version Italienne

PROVA DELL’ESISTENZA DI DIO

Il mondo non sapeva del grande disastro
Il mondo codardo avrebbe girato la testa
E il mondo avrebbe abbassato i suoi occhi

PROVA DELL'ESISTENZA DI DIO Jacky Lavauzelle**

Version Portugaise

A PROVA DE EXISTÊNCIA DE DEUS

O Mundo não sabia do grande desastre
O mundo teria desviado a cabeça de qualquer maneira
 E o mundo teria baixado os olhos

********************

 

LA PREUVE DE L'EXISTENCE DE DIEU- Jacky Lavauzelle

LA VALLEE DES TROUBLES – Poème d’EDGAR ALLAN POE -The Valley of Unrest

The Valley of Unrest
POEME D’EDGAR POE
LITTERATURE AMERICAINE

Edgar Allan Poe Traduction Jacky Lavauzelle*******

Edgar Poe Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

*********




The Valley of Unrest
LA VALLEE DES TROUBLES

Published in American Review in April 1845
Publié en avril 1845

*

Edgar Allan Poe The Valley of Unrest Trad Jacky Lavauzelle************

Once it smiled a silent dell
Jadis un val silencieux souriait
Where the people did not dwell;
Que les gens avaient déserté ;
They had gone unto the wars,
Ils étaient partis à la guerre,
 Trusting to the mild-eyed stars,
Confiant aux doux yeux des étoiles,
Nightly, from their azure towers,
La nuit tombée, de leurs tours d’azur,
 To keep watch above the flowers,
De surveiller les fleurs,
In the midst of which all day
Au milieu desquelles toute la journée
The red sun-light lazily lay.
Le soleil rouge s’allongeait paresseusement.
Now each visitor shall confess
Maintenant, chaque visiteur avouera
The sad valley’s restlessness.
L’agitation de la triste vallée.
Nothing there is motionless —
Rien n’y est immobile –
Nothing save the airs that brood
Rien ! Rien excepté les airs qui nichent
Over the magic solitude.
Dans la solitude magique.
Ah, by no wind are stirred those trees
Ah ! par aucun vent ces arbres ne sont agités
That palpitate like the chill seas
Qui palpitent comme les mers froides
Around the misty Hebrides!
Autour des Hébrides brumeuses !
Ah, by no wind those clouds are driven
Ah ! par aucun vent ces nuages ne sont conduits
That rustle through the unquiet Heaven
Qui bruissent à travers le paradis inquiet
Uneasily, from morn till even,
Mal à l’aise, du matin jusqu’au soir,
Over the violets there that lie
Sur les violettes là-bas, qui reposent
In myriad types of the human eye —
Dans une myriade de types de l’œil humain
Over three lilies there that wave
Au-dessus de trois lis là-bas qui ondulent
And weep above a nameless grave!
Et pleurent au-dessus d’une tombe sans nom !
They wave: — from out their fragrant tops
Ils ondulent : – de leurs sommets parfumés
Eternal dews come down in drops.
Les rosées éternelles tombent en gouttes.
They weep: — from off their delicate stems
Ils pleurent : – de leurs tiges délicates
Perennial tears descend in gems.
Les larmes éternelles descendent en pierres.

***************

LES PERSONNAGES DE POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

The Valley of Unrest
POEME D’EDGAR POE

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Edgar Allan Poe

TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE – Poème de Jacky Lavauzelle

TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE

Tous les péchés du monde Poème Jacky Lavauzelle
Photo Jacky Lavauzelle

*A hipótese do homem TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE Jacky Lavauzelle





Jacky Lavauzelle Poème

*
L’HYPOTHESE DE L’HOMME


****
TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE

Poème

**

Le chat qui descend l’escalier
Vient de saloper les ombres de la lune
Ce soir
C’est lui !
C’est lui qui s’est pris pour un agneau de Dieu !
Une pantoufle est tombée puis un opulent craquement
Une première et innocente gouttelette
Sur mon front
Tous les péchés du monde se sont ensuite déversés
D’une hauteur infinie
Dans un fracas du diable
De tempête sacrée et de foudre suppliciée
Comme ça !
 Un clown et un cygne ont refermé la marche
Une araignée au chapelet pendu a retissé la toile
Avec deux ou trois nuages qui passaient par là
 Il ne restait plus rien
Un ciel vide
Sans aucune obscurité
Ni angoisse
 Un ciel qui se rendait compte que tout ça allait bien trop loin
Que ça finirait mal
Mais que faire ?
 Le chat a sali les ombres de la lune
A ruiné le ciel
Vidé les phobies du monde et des cœurs
Vidé les troubles obsessionnels compulsifs
Et s’est recouché
Paisiblement
Sans d’autres paniques que de paresser ensuite
 Les romans sont redevenus des arbres
Ou des papillons de candeur
Les conserves des fringants poissons
Ou des cœurs d’azur
Nos cœurs sont redevenus des âmes
Ou des vauriens mal peignés
A la passion de travers
Le chat remonte l’escalier
Que peut-il encore se passer ?

******************

TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE
*

Version Portugaise

TODOS OS PECADOS DO MUNDO

TODOS OS PECADOS DO MUNDO - Poema Jacky Lavauzelle

Version Italienne

TUTTI I PECCATI DEL MONDO

TUTTI I PECCATI DEL MONDO Poesia di Jacky Lavauzelle
****TOUS LES PÉCHÉS DU MONDE- Jacky Lavauzelle

UN CORPS PARFAIT- POEME – JACKY LAVAUZELLE

Un corps parfait Jacky Lavauzelle
Photo Jacky Lavauzelle – Lisbonne

Un Corps Parfait
*A hipótese do homem Un corps Parfait- Jacky Lavauzelle





Jacky Lavauzelle Poème

*
L’HYPOTHESE DE L’HOMME


****
UN CORPS PARFAIT

UM CORPO PERFEITO
****

*

**

Poème et traduction Jacky Lavauzelle
D’après Victor Meirelles Moema

****

Le sable sous l’abîme trembla de mille ondulations
A areia sob o abismo tremeu com milhares de ondulações

Un sultan de corail sorti le premier
Um sultão de coral lançado primeiro
Des prunelles de marbre sortaient quelques larmes
Lágrimas saíram dos grandes olhos de mármore

Les geôliers ont ouvert les dômes bleutés des derniers jours
Os carcereiros abriram as cúpulas azuladas dos últimos dias
Les pas du condamné se sont arrêtés
Os degraus do condenado pararam

Il ne manquait rien
Nada estava faltando
Pas même un millionième de millimètre
Nem mesmo um milionésimo de milímetro
Pas même un paradoxe
Nem mesmo um paradoxo
Juste un royaume à étendre
Apenas um reino para expandir

 Pas même une aiguille au bout du tunnel
Nem mesmo uma agulha no final do túnel

Chaque atome de  xénon rayonnait 
Cada átomo de xenônio irradiado
Sur une gaufrette de dioxyde de silicium
Em uma bolacha de dióxido de silício

Un corps parfait dans un cœur endurci
Um corpo perfeito em um coração endurecido
A bouleversé le monde et les femmes
Aborreceu o mundo e as mulheres
A embaumé toutes les tempêtes
Embalsaçou todas as tempestades
Et ta petite tête
E sua cabecinha
Et le petit matin
E o amanhecer

 Un corps parfait sans étoile et sans voile
Um corpo perfeito sem estrela e sem véu
Juste dans sa grâce et une totale nudité
Apenas em sua graça e total nudez
A brisé la tempête la plus hurlante 
Quebrou a tempestade mais uivante
Comme un voleur de violettes
Como um ladrão de violetas

 Les ardeurs éphémères salies par les hommes
O ardor efêmero sujado pelos homens
Embaument son âme dans son étui de feu
Embelezar sua alma em seu coldre de fogo
D’une secrète rage aux sommets des montagnes
De uma fúria secreta aos topos das montanhas
Monte l’étrange et chaude pudeur des anges
Monte a estranha e calorosa modéstia dos anjos
De la sublime Sphère
Da Esfera sublime
Montent au temple les arômes des anges
Suba ao templo o aroma dos anjos
Et l’amour qui se répand
E o amor que está se espalhando
 De son ombre effacée
Na sua sombra clareou
Ne se voit plus qu’en Dieu
Apenas visto em Deus
Qu’en Dieu seulement
Isso só em Deus

Et des anges indignés dans l’absolu
E anjos indignados no absoluto
Absolument cruels et absolument beaux
Absolutamente cruel e absolutamente lindo
Se suicident tous ensemble
Cometer suicídio juntos
Bel effroi absolu dans un regard
Lindo absoluto pavor em um olhar
Lui
Ele
Garde son univers et trace le trait idéal

Mantenha seu universo e trace o traço ideal
De l’homme parfait
Do homem perfeito
Dans les méandres
Nos meandros
Du petit matin
De manhã cedo

Il ne manquait rien
Nada estava faltando
Pa même un millionième de millimètre
Pa até um milionésimo de milímetro
Pas même un paradoxe
Nem mesmo um paradoxo
Juste un royaume à étendre
Apenas um reino para expandir

 Pas même une aiguille au bout de l’enfer
Nem mesmo uma agulha no final do inferno

Les ondes au-delà des cieux tremblèrent de mille ondulations
As ondas além dos céus tremeram com mil ondulações

**********************

UN CORPS PARFAIT
*Un corps parfait- Jacky Lavauzelle