Archives par mot-clé : 1927

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS Canto Terceiro Chant III

OS LUSIADAS Canto Terceiro
LES LUSIADES III Luis de Camoes Oeuvres obras ArtgitatoOS LUSIADAS Canto Terceiro
LES LUSIADES III CHANT 3
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
resumo
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS – Les Lusiades 

A Epopeia Portuguesa

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

***************************

LES LUSIADES III
OS LUSIADAS Canto Terceiro


 óleo de António Carneiro
1927

******

III-1

Agora tu, Calíope, me ensina
Maintenant, toi, Calliope, enseigne-moi
O que contou ao Rei o ilustre Gama:
 Ce que conta au Roi l’illustre Gama :

**

III-2

Põe tu, Ninfa, em efeito meu desejo,
 Peux-tu, ô Nymphe, exaucer mon désir,
  Como merece a gente Lusitana;
Comme le mérite le peuple lusitanien ;

**

III-3

Prontos estavam todos escutando
Tous attentivement écoutaient
O que o sublime Gama contaria,
Ce que le sublime Gama contait,

**

III-4

« Que outrem possa louvar esforço alheio,
 « De louer les efforts déployés par d’autres,
Cousa é que se costuma e se deseja;
 Voici un phénomène des plus habituels ;

**




III-5

« Além disso, o que a tudo enfim me obriga,
«D’ailleurs, ce qui m’oblige enfin,
É não poder mentir no que disser,
   C’est de ne pas déformer mes propos,

**

III-6

« Entre a Zona que o Cancro senhoreia,
« Entre la zone que le Cancer recouvre,
Meta setentrional do Sol luzente,
 Limite septentrionale de l’éclatant Soleil,

**

III-7

« Da parte donde o dia vem nascendo,
« Dans la partie où le jour naît,
Com Ásia se avizinha; mas o rio
  A l’Asie, elle se rapproche ; mais une rivière

**

III-8




« Lá onde mais debaixo está do Pólo,
«Là où elle est à son maximum sous le pôle,
Os montes Hiperbóreos aparecem,
  Les collines Hyperboréennes apparaissent,

**

III-9

« Aqui dos Citas grande quantidade
«Ici, des Scythes en nombre
Vivem, que antigamente grande guerra
   Vivaient ; une antique grande Guerre

**

III-10

« Agora nestas partes se nomeia
« Maintenant, les parties se nomment
A Lápia fria, a inculta Noruega,
  La froide Laponie, la Norvège inculte,

**

III-11

« Entre este mar e o Tánais vive estranha
« Entre cette mer et le fleuve Tanaïs* vivent des étranges
 Gente: Rutenos, Moseos e Livónios,
Peuples : les Ruthènes**, les Moscovites et les Livoniens***,

**

III-12

« Entre o remoto Istro e o claro Estreito,
«Entre le lointain Ister* le Détroit prestigieux**,
Aonde Hele deixou co’o nome a vida,
  Où Hellé** laissa et son nom et sa vie,

**

III-13

« Logo de Macedónia estão as gentes,
« Ensuite nous avons les Macédoniens,
A quem lava do Axio a água fria;
  Qui vivent au bord des eaux froides d’Axios* ;

**

III-14

« Logo os Dálmatas vivem; e no seio,
« Bientôt les terres des Dalmates*, et à l’intérieur,
Onde Antenor já muros levantou,
  Où Anténor** éleva les murs,

**

III-15




« Em torno o cerca o Reino Neptunino,
« Tout autour, le Royaume de Neptune, le cerne
Co’os muros naturais por outra parte;
   De parois naturelles d’autre part ;

**

III-16

« Gália ali se verá que nomeada
«La Gaule, ensuite, se présente, connue,
Co’os Cesáreos triunfos foi no mundo,
 Depuis les triomphes de César, de par le monde,

**

III-17

« Eis aqui se descobre a nobre Espanha,
« Ici, on trouve la noble Espagne,
Como cabeça ali de Europa toda,
Considérée comme la tête de toute l’Europe,




**

III-18

« Com Tingitânia entesta, e ali parece
« Avec la Mauritanie Tingitane, elle se touche, et semble
  Que quer fechar o mar Mediterrano,
 Vouloir fermer la mer Méditerranée,

**

III-19

« Tem o Tarragonês, que se fez claro
« Il y a là la Tarraconaise, qui fit
Sujeitando Parténope inquieta;
Soumettre le royaume de Parthénope agité ;

**

III-20

« Eis aqui, quase cume da cabeça
«Ici, se trouve, comme le sommet de la tête
De Europa toda, o Reino Lusitano,
De toute l’Europe, le Royaume Lusitanien,

**

III-21

« Esta é a ditosa pátria minha amada,
« Ceci est ma patrie bénie bien-aimée,
A qual se o Céu me dá que eu sem perigo
 Et si le Ciel me permet d’y revenir 

**

III-22

« Desta o pastor nasceu, que no seu nome
« D’elle, le pasteur Viriate est né, qui par son nom
 Se vê que de homem forte os feitos teve;
 Montre combien les actes furent ceux d’un vaillant homme ;

**

III-23

« Um Rei, por nome Afonso, foi na Espanha,
« Un roi, nommé Alphonse VI, en Espagne,
  Que fez aos Sarracenos tanta guerra,
 Guerroya tant contre les Sarrasins,

**

III-24

« E com um amor intrínseco acendidos
« Et avec un amour suscité intrinsèquement
 Da Fé, mais que das honras populares,
Par la Foi, plus que par les honneurs populaires,

**

III-25

« Destes Anrique, dizem que segundo
« Parmi ceux-ci, Henri, dit-on second 
  Filho de um Rei de Ungria exprimentado,
 Fils d’un roi de Hongrie expérimenté,

**

III-26

« Este, depois que contra os descendentes
« Ainsi, après les descendants
  Da escrava Agar vitórias grandes teve,
 De l’esclave Agar, il conquit de grandes victoires,

**

III-27

« Já tinha vindo Anrique da conquista
«Henri était déjà de retour de la conquête
 Da cidade Hierosólima sagrada,
 La ville sainte de Jérusalem,

**

III-28

« Quando chegado ao fim de sua idade,
«Quand, arrivé à la fin de sa vie,
O forte e famoso Úngaro estremado,
Le preux et célèbre Hongrois,

**

III-29

« Mas o velho rumor, não sei se errado,
« Mais une vieille rumeur, nous ne savons pas si elle est fausse,
Que em tanta antiguidade não há certeza,
 Car rien n’est certain au vu de l’ancienneté des faits,

**

III-30




« Mas o Príncipe Afonso, que desta arte
« Mais le prince Afonse, qui
Se chamava, do avô tomando o nome,
 S’appelait ainsi car de son grand-père il avait pris le nom,

**

III-31

« De Guimarães o campo se tingia
« De Guimarães, la plaine se teinta
Co’o sangue próprio da intestina guerra,
Avec le propre sang de guerres intestines fratricides,

**

III-32

« Ó Progne crua! ó mágica Medeia!
« O brute Procné* ! O magicienne Médée !
Se em vossos próprios filhos vos vingais
Si, en vos propres enfants, vous vengez

**

III-33

« Mas já o Príncipe claro o vencimento
« Mais déjà le Prince éclairé gagnait
Do padrasto e da iníqua mãe levava;
Le combat contre son inique mère ;

**

III-34

« Eis se ajunta o soberbo Castelhano,
« Ici se joignent les superbes Castillans,
Para vingar a injúria de Teresa,
Pour venger l’insulte faite à Thérèse,

**

III-35

« Não passa muito tempo, quando o forte
« Peu de temps passe que le vaillant
  Príncipe em Guimarães está cercado
 Prince à Guimarães est cerné

**

III-36




« Mas o leal vassalo, conhecendo
« Mais le fidèle vassal, sachant
Que seu senhor não tinha resistência,
Que son maître n’avait que trop peu de résistance,

**

III-37

« Chegado tinha o prazo prometido,
« Arriva le temps promis,
Em que o Rei Castelhano já aguardava
 Où le Roi Castillan attendait

**

III-38

« E com seus filhos e mulher se parte
« Et avec ses fils et son épouse, ils partent
A alevantar com eles a fiança,
 Debout se livrer comme caution,

**

III-39

« V ês aqui trago as vidas inocentes
«Voici, j’apporte les vies innocentes
Dos filhos sem pecado e da consorte;
   De mes enfants et de ma compagne ;

**




III-40

« Q ual diante do algoz o condenado,
« Quand, devant le bourreau, le condamné,
Que já na vida a morte tem bebido,
  Sent, même vivant, la mort l’infiltrer,

**

III-41

« Ó grão fidelidade Portuguesa,
« O grande fidélité Portugaise
  
De vassalo, que a tanto se obrigava!
D’un vassal qui autant s’oblige !

**

III-42

« Mas já o Príncipe Afonso aparelhava
Mais déjà le Prince Alphonse préparait
O Lusitano exército ditoso,
 La vaillante armée Lusitanienne,

**

III-43

« Em nenhuma outra cousa confiado,
« Ils [Les Lusitaniens] ne se confiaient à personne,
Senão no sumo Deus, que o Céu regia,
Sinon au majestueux Dieu, que régit le Ciel,

**

III-44

« Cinco Reis Mouros são os inimigos,
« Cinq rois Maures sont les ennemis,
Dos quais o principal Ismar se chama;
  Dont le chef principal est appelé Esmar ;

**

III-45

« A matutina luz serena e fria,
« La lumière du petit matin, froide et sereine,
 « 
 As estrelas do Pólo já apartava,
 Effaçait déjà les étoiles du Pôle,

**

III-46

« Com tal milagre os ânimos da gente
« Avec un tel miracle, l’esprit des troupes
Portuguesa inflamados, levantavam
Portugaises s’enflammant, ils choisirent

**

III-47

« Qual co’os gritos e vozes incitado,
« Comme les cris et les voix galvanisent,
 Pela montanha o rábido Moloso,
Dans la montagne, le molosse enragé




**

III-48

« Tal do Rei novo o estâmago acendido
« Ainsi le nouveau Roi porté
Por Deus e pelo povo juntamente,
Tant par Dieu et que par son peuple,

**

III-49




« Bem como quando a flama, que ateada
« Ainsi, lorsque la flamme naît
Foi nos áridos campos (assoprando
Au cœur des champs arides (souffle




**

III-50

« Desta arte o Mouro atónito e torvado,
« Au cœur de cette maestria, les Maures étonnés et fébriles,
Toma sem tento as armas mui depressa;
Se saisissent de leurs armes ;

**

III-51

« Ali se vêem encontros temerosos,
« Là, vous voyez des téméraires affrontements,
Para se desfazer uma alta serra,
A faire se déplacer une haute montagne,

**

III-52

« Cabeças pelo campo vão saltando
« Des têtes dévalent sur le champ de bataille
 
Braços, pernas, sem dono e sem sentido;
Des bras, des jambes, sans tronc jonchent le sol ;

**

III-53

« Já fica vencedor o Lusitano,
« Les vainqueurs Lusitaniens portent
Recolhendo os troféus e presa rica;
Les trophées et d’importantes richesses ;

**

III-54

« E nestes cinco escudos pinta os trinta
« Et à ces cinq écus, il peint les trente
Dinheiros por que Deus fora vendido,
Deniers pour qui Dieu fut vendu,

**

III-55

« Passado já algum tempo que passada
« Quelques temps passèrent après cette
Era esta grão vitória, o Rei subido
 Grande victoire, puis le Roi se remit en marche

**

III-56

« A estas nobres vilas sometidas,
« A ces nobles villes conquises,
Ajunta também Mafra, em pouco espaço,
 Il ajoute aussi Mafra, à proximité,

**

III-57

« E tu, nobre Lisboa, que no Mundo
« Et toi, noble Lisbonne, dans le Monde
Facilmente das outras és princesa,
   Des autres cités, une princesse,

**

III-58

« Lá do Germânico Albis, e do Rene,
« De l’Elbe et du Rhin germaniques,
E da fria Bretanha conduzidos,
   Et de la froide Bretagne froide était portée




**

III-59

« Cinco vezes a Lua se escondera,
« Cinq fois la lune s’était cachée,
E outras tantas mostrara cheio o rosto,
Et avait tout autant montrée son plein visage,

**

III-60

« Desta arte enfim tomada se rendeu
« Par cet art, elle se rendit finalement
Aquela que, nos tempos já passados,
Celle qui, dans les temps anciens,

**

III-61

« Que cidade tão forte por ventura
« Quelle ville, si forte fût-elle,
 
Haverá que resista, se Lisboa
Pouvait donc résister, si Lisbonne elle-même




**

III-62

« E vós também, ó terras Transtaganas,
« Et vous aussi, ô terres au-delà du Tage,
 Afamadas co’o dom da flava Ceres,
Réputées comme un don de la flavescente Cérès,

**

III-63

« E is a nobre Cidade, certo assento
«C’est désormais Evora, la Ville noble, où s’installa
Do rebelde Sertório antigamente,
Le rebelle Sertorius jadis,

**

III-64

« Já na cidade Beja vai tomar
« Déjà ville de Beja est prise,
Vingança de Trancoso destruída
Vengeant ainsi la destruction de Trancoso ;

**

III-65

« Com estas sojugada foi Palmela,
« Avec la prise de Palmela,
E a piscosa Cezimbra, e juntamente,
Et du port de Sesimbra,  en même temps,

**

III-66

« O Rei de Badajoz era alto Mouro,
« Le Taïfa de Badajoz était un éminent Maure,
Com quatro mil cavalos furiosos,
  Entouré de quatre mille chevaux piaffants,

**

III-67

« Desta arte Afonso súbito mostrado
« Soudain, apparaît Alphonse
 Na gente dá, que passa bem segura,
 Qui se rue sur les troupes se croyant en toute sécurité,

**

III-68

« Logo segue a vitória sem tardança
« Immédiatement dans la voie de la victoire,
O grão Rei incansábil, ajuntando
  Le grand Roi inassouvi rassembla,

**

III-69




« Mas o alto Deus, que para longe guarda
« Mais le majestueux Dieu, qui conserve longtemps
O castigo daquele que o merece,
Le châtiment que nous méritons,

**

*****

LES LUSIADES III

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Achille Millien : Vie & Œuvre




 


ACHILLE MILLIEN
1838-1927
(Beaumont-la-Ferrière)

-Photos Jacky Lavauzelle-

Achille Millien par Paul Adolphe Rajon Artgitato Oeuvres et Poèmes

Achille Millien
Gravure de Paul Adolphe Rajon

************




1
CROQUIS DE JUILLET

2
À Camoëns

3
LABOUR

4
BRUIT DE CHAR
(Sonnet)

5
LE RIRE

6
LES TROIS FILLES

7
LA VIEILLE AVARE

8
L’INVALIDE

9
PAUVRES DIABLES

10
LA MORT DU CHAT

11
LE DERNIER SOUPIR DE L’ANNÉE

*

Annexe
Vie & Œuvre d’Achille Millien

********

1
CROQUIS DE JUILLET

Le soleil de juillet flétrit la marguerite
Et pèse lourdement au front du bouton d’or.
La brise au plus profond des bois muets s’abrite :
Le soleil luit toujours, le soleil luit encor !

Dans les prés à demi desséchés, rien ne bouge ;
Pas un bruit n’interrompt le sommeil des échos.
Les faucheurs sont couchés au bord du sainfoin rouge,
Marqué de traits de feu par les coquelicots.

Au cœur des charmes tors, penchés le long des orges,
Où nul épi tremblant ne frôle un autre épi,
Les oiseaux se sont tus, même les rouges-gorges ;
Et le grillon jaseur déjà s’est assoupi.

Les roseaux, dans le lit où bruissait la mare,
Quand le vent s’y baignait en passant autrefois,

Cachent trop aisément une eau dormante et rare
Où se blottit la raine immobile et sans voix.

La vie est ralentie et comme suspendue
Sous ce ciel d’azur clair, implacablement beau,
Qui verse aux champs, privés de l’ondée attendue,
Un calme où l’on pressent le calme du tombeau.

Ce silence m’effraie !… à ton vol, alouette !
Cigale, éveille-toi !… Mais d’un pli du terrain
Émerge tout à coup l’étrange silhouette
D’un être dont la voix écorche un gai refrain.

C’est un vieux mendiant, nu comme Diogène,
Qui s’abreuve à la source et qui loge au grand air,
Qui s’en va seul, toujours chantant, et que ne gêne
Ni l’ardeur de l’été ni le gel de l’hiver !

Le Parnasse contemporain
Recueil de vers nouveaux
1876

************

2
À Camoëns
[Luis de Camões]

 

I




Tout peuple a ses grands jours que burine l’Histoire,
Soit qu’après la bataille il fête la victoire,
Soit qu’à ses fils d’élite il dresse un monument
Ou que, tenant domptés les éléments esclaves,
D’un travail, dont sa force a vaincu les entraves,
Il célèbre l’achèvement.

 

Sans doute, au lendemain des heures meurtrières,
Il est beau d’applaudir les trompettes guerrières,
D’acclamer sous les plis du drapeau glorieux
Ces fiers soldats au front noir encore de poudre,
Qui couraient au combat aussi prompts que la foudre
Dont ils ont l’éclair dans les yeux ;

Mais dans ces rangs pressés sous nos regards avides,
La mort, la mort jalouse a creusé bien des vides :
Tous étaient au péril, tous sont-ils à l’honneur ?
Nos clameurs d’allégresse à beaucoup sont amères
Et le chant de triomphe éveille aux cœurs des mères
Des cris d’immortelle douleur.

Ah ! combien est plus douce et plus pure, la gloire
De ces grands et féconds esprits dont la mémoire
Rappelle un pas de plus fait par l’humanité
Sur le chemin étroit, mais lumineux, qui mène,
Loin de l’iniquité, de la nuit, de la haine,
À l’éternelle vérité !


II 


Pavoisez la place publique !
Voici qu’un large piédestal
Porte le héros pacifique
Dont s’illustre le sol natal.
La foule empressée et sereine,
Qui voit sa tête souveraine
Resplendir d’immortalité,
D’abord le contemple en silence ;
Puis l’applaudissement s’élance,
De tous les seins, dans la cité.Ô Camoëns, je te salue !
Ce feu qui brûle les grands cœurs
Avait trempé ton âme élue
Pour les plus sublimes labeurs.
L’Histoire aux mains impartiales
Fait aujourd’hui dans ses annales
Briller un nimbe sur ton nom,
Génie ardent, soldat fidèle,
Qui bondis d’un puissant coup d’aile
De l’hôpital au Panthéon !

 

 L’hôpital !… Après tant d’orages,
Injustement persécuté,
Souffrir les périls, les naufrages,
L’exil et la captivité ;
Chanter d’une voix surhumaine,
À laquelle répond la haine,
Le triomphe du Portugal ;
Vouer à ce but ton génie
Et mourir dans l’ignominie
Sur une couche d’hôpital !..

Mais sois vengé ! car ce génie
Si haut à nos yeux s’est placé
Que personne ne le dénie
Et que nul ne l’a dépassé !
Entends ce peuple qui t’acclame,
Qui pour te fêter n’a qu’une âme,
Offrir à ton nom rayonnant
Cette louange expiatoire ;
Vois-le, glorieux de ta gloire,
S’honorer en te couronnant !

III
 Ta patrie, ô poète, est ici tout entière ;
Ses enfants les plus chers te chantent à la fois ;
Ceux qui font son espoir et ceux dont elle est fière,
Eux tous pour te louer n’ont qu’une même voix. Dans ce pays, toujours à la muse fidèle,
Tous ceux qu’anime encor son souffle inspirateur
Reconnaissent en toi leur maître et leur modèle
Et te font en ce jour un cortège d’honneur. Au-dessus de la ville où les foules s’empressent,
Vision vague au fond de l’azur transparent,
Tes émules, les grands Portugais, m’apparaissent
Honorés, eux aussi, dans l’honneur qu’on te rend.Quebedo, Menezès, les chanteurs d’épopée,
Les voici ! Ribeiro près de Cortéréal ;
Ceux qui dans Alcaçar brisèrent leur épée ;
Toi, Bernardès, avec le pipeau pastoral ;Vicente, Miranda, Ferreira qui d’Horace
S’assimila le charme et s’appropria l’art ;
Lobo, qui du printemps rendit si bien la grâce ;
Manoël enfin, seul, seul et triste à l’écart.

 

  Et, groupe souverain que la lumière inonde,
— Descendus aujourd’hui des lieux supérieurs,
J’aperçois ces esprits qui sont l’orgueil du monde,
Tes frères en génie aussi bien qu’en malheurs,

Le Tasse, avec des pleurs sous sa paupière ardente,
Puis Homère et Milton aveugles tous les deux.
Et le rude exilé que l’on appelle Dante,
Qui fixa sur l’enfer son regard hasardeux.

Chacun veut, Camoëns, assister à ta fête ;
Ta fête, c’est la leur ; ta gloire et tes combats
Sont connus d’eux ; chacun effeuille sur ta tête
Un brin de ce laurier qui renaît sous leurs pas.


IV

Puissance du génie ! aux deux pôles du monde
Plus vive que l’éclair, la lumière féconde
De son flambeau sacré que Dieu même alluma,
Court et vole ! Il n’est point d’obstacle qui l’arrête,
Et le pauvre soldat a porté sa conquête
Plus loin que celle de Gama.

Les âmes sont à lui. Que sur la terre entière
Les cités d’aujourd’hui ne soient plus que poussière,
Tes plaintes, tendre Inès, se rediront encor
Partout, en quelque lieu qu’un cœur d’amant frissonne.
Et bien loin par-delà le rivage où résonne
L’éternel cri d’Adamastor.

Camoëns, du milieu de la France, un poète.
De même qu’un vassal qui vient, courbant la tête
Devant son suzerain témoigner de sa foi,
T’admire, te salue et t’envoie en hommage,
Au pied du monument qui porte ton image,
Ces vers trop peu dignes de toi.


V
 Portugal, Portugal, fertile et noble terre,
Où fleurit le rameau du progrès salutaire,
Où la muse est chérie, où règnent les beaux-arts,
Marche vers l’avenir dont l’appel te convie,
Marche en avant toujours sans que ton pied dévie
En dépit de tous les hasards.

Ton bras n’est point lassé ni ta veine tarie,
Espère et souviens-toi !.. Louange à la patrie
Qui, pour guider ses pas vers des jours triomphants,
Pour aller aux destins que le siècle lui garde,
Peut, vantant son passé, faire sa sauvegarde
De la gloire de ses enfants !

Alphonse Lemerre, Éditeur
pp. 1-8
****************

3

LABOUR

Par le champ qui décrit sa courbe dans l’azur,
Les six bœufs deux par deux vont d’un pas lent et sûr,
Traînant le soc où l’homme aux cheveux gris s’appuie
Et qui fend le sol dur tant assoiffé de pluie.
Matin ensoleillé de juin qui resplendit.
Un jeune paysan, toucheur de bœufs, brandit
L’aiguillon d’un geste ample et comme hiératique
Et chante à pleine voix selon le mode antique :

« Ho ! les beaux bœufs nourris par moi
 Dans les étables de la ferme,
 Tio ! tio ! holéha holé !
 Bons au labour, bons au charroi,
 Tirez bien droit, marchez bien ferme,
 Tio ! tio ! hip ! »

Les bœufs blancs, œil mi-clos, mufle rose et baveux,
En un commun effort tendent leurs cous nerveux.
Jusques au bas du champ droite descend la raie.
Un bref instant de pause à l’ombre de la haie,
Puis les couples vaillants vont, patients et doux,
Pour un autre sillon repartir… Etles jougs
Grincent sous la courroie, et le soc luisant crie
En pénétrant au sein de la terre meurtrie.

« Ho ! mes valets, mes compagnons
 De tous les temps, calme ou tempête,
 Tio ! tio ! holéha holé !
 Gentils et forts, fiers et mignons,
 Hardi ! mes bœufs que rien n’arrête,
 Tio ! tio ! hip ! »

Et toujours les six bœufs vont d’un pas régulier,
D’un bout à l’autre bout, par le champ familier,
le sol s’échauffe tel qu’un fourneau qu’on allume ;
Par essaims s’attachant au poil mouillé qui fume,
Le taon vorace fait rougir un point sanglant
Sur la rose blancheur du poitrail ou du flanc…
Et toujours le soc clair, sans hâte, sans secousse,
Soulève en frémissant la glèbe brune et rousse.

« Courage, amis ; tirez, mes bœufs !
 Encore un tour ou deux peut-être,
 Tio ! tio ! holéha holé !
 Et vous irez aux prés herbeux
 Jusqu’à demain dormir et paître,
 Tio ! tio ! bip ! »

L’attelage gravit la côte, raffermi
Au rythme caressant de ce langage ami
Qui berce doucement sa fatigue trompée.
Et le vieux laboureur, qu’aussi la mélopée
Ranime pour guider le soc d’un effort sûr,
Un pied dans le sillon, l’autre sur le sol dur,
Dans sa marche inégale aux bras de la charrue
Se courbe, en arrosant de sa sueur, accrue
Parle soleil qui monte au plein ciel de l’été,
Son œuvre de puissance et de fécondité.

[Aux Champs et au Foyer]

**************

4

BRUIT DE CHAR

(Sonnet)

L’horizon, lac de pourpre où le soleil se plonge,
Blesse par trop d’éclat mes yeux endoloris ;
Voici que des hauteurs l’ombre descend, s’allonge
Sur la plaine où déjà s’appellent les perdrix.

 Et d’instant en instant le crépuscule ronge
Les dernières lueurs au flanc des coteaux gris :
Heure du vol muet de la chauve-souris ;
Heure où dans l’âme en paix éclot la fleur du songe.

 Solitude et silence alentour… Seulement,
Du plus profond des bois obscurs un roulement
De chariot m’arrive en rumeur incertaine…

Sais-je pourquoi, le cœur serré sous un poids lourd,
Avec anxiété j’écoute ce bruit sourd
Et saccadé d’un char sur la route lointaine ?

[Aux Champs et au Foyer]

****************

5

LE RIRE

Le rire clair et sain ne hante plus nos lèvres.
Le rire large et haut, joyeusement vibrant,
Ne sait plus, comme aux jours de l’aïeul calme et franc,
S’envoler de nos cœurs brûlés de folles fièvres.

Le rire où se mêlait liesse et réconfort,
Le rire cordial pour la lutte prochaine,
Qui, détendant l’esprit oublieux de la peine,
Le rendait plus égal, plus tranquille et plus fort,

Lumineux, éclatant, plus vif qu’une fusée,
Sonore, épanoui, plus gai qu’un chant d’oiseau,
Plus frais que le premier bouton de l’arbrisseau ;
C’était comme la fleur de l’âme reposée.

Notre sombre gaité sonne faux. Aujourd’hui
Que nous errons sans but, privés d’espoirs suprêmes,
Inquiets, défiants de tous et de nous-mêmes,
Le rire, sous un vent d’âpre amertume, a fui ;

Et d’un ennui nouveau traînant le poids immense,
Nos fronts portent le sceau d’une morosité
Où — Dieu garde nos fils de cette hérédité ! —
Plus d’un voit en tremblant des germes de démence.

[Aux Champs et au Foyer]

*********

6

LES TROIS FILLES

Trois filles — c’est à l’heure où la journée expire —
S’en vont le long des prés et la main dans la main.
L’une chante gaiment en suivant le chemin,
L’autre rêve et sourit, la troisième soupire.

L’une dit : « Qu’est-ce donc que l’amour, ô mes sœurs ?
— Je l’ignore, répond la seconde ; en un livre
J’ai lu que sans l’amour un cœur ne saurait vivre.
— L’amour, je le connais, reprend l’autre, et j’en meurs !

[Chez nous]

***********

7
LA VIEILLE AVARE

(Sonnet)

 

Donc la vieille avare est au lit de mort,
L’agonie au cœur l’étreint et la mord :
A-t-elle un regret ? A-t-elle un remord ?
Ah ! quitter ses biens, c’est ce qui la navre.

 Elle a dès longtemps rompu tout lien ;
Parents, amis, rien ! elle n’a plus rien,
Pas un serviteur et pas même un chien
Pour veiller ce soir près de son cadavre.

 Sur une escabelle une lampe luit,
Tremblante clarté que l’ombre poursuit ;
Au dehors s’élève un étrange bruit :

 L’oiseau de la Nuit hulule à la porte,
L’oiseau de la Mort appelle la morte,
L’oiseau de l’Enfer attend qu’on l’emporte

[Chez nous]

**********

8
L’INVALIDE

Je sais tel homme ayant renom de débauché
Qui se pique, s’offense et fait l’effarouché
Sitôt qu’à son oreille arrive un mot trop libre.
Tel autre qui perdra volontiers l’équilibre
A force de vider ses flacons de bon vin,
Se scandalise à voir l’ivresse du voisin.
Leur indignation n’est pas hypocrisie,
Calcul intéressé ni simple fantaisie ;
La vertu qu’ils n’ont plus s’émeut sincèrement.
Or chacun sur leur cas émet son sentiment,
Les uns pour les blâmer, les autres pour en rire.
« Moi, je les comprends bien, très bien, se met à dire
L’invalide ; je souffre encor de temps en temps
Du bras que j’ai perdu depuis plus de trente ans ! »

[Chez nous]

**********

9

PAUVRES DIABLES

 

Les pauvres diables vont trimant
Vers un but qui toujours recule.
A l’aube comme au crépuscule
Et sous le soleil inclément,
Honteuse engeance à triste mine,
Dans la guenille et la vermine,
Les pauvres diables vont trimant.
Les pauvres diables vont peinant ;
Le fardeau leur courbe l’échine.
Dans la mine, avec la machine,
Sur la mer, sur le continent,
Dur est le pain, rude est la tâche,
Rare l’aubaine… Sans relâche,
Les pauvres diables vont peinant.
Les pauvres diables vont mourant.
Pour les consoler à cette heure,
La foi, l’espoir, rien ne demeure :
En maudissant, en exécrant
Le destin si peu tutélaire,
Fous de vengeance et de colère,
Les pauvres diables vont mourant.

[Chez nous]

**********

10

LA MORT DU CHAT

Sonnet

 

Cadet, le jeune chat, fin museau rose à peindre,
Dans sa robe tigrée au long velours soyeux,
Si vif et si mignon, si doux, si gracieux,
A senti, soudain triste, un mal cruel l’étreindre.

Il a passé six jours malade, sans se plaindre.
Malgré l’âpre douleur écrite en ses grands yeux
Attendant résigné, calme, silencieux,
La minute où la vie en lui devait s’éteindre.

Il a jeté trois fois un sec miaulement,
Une clameur d’angoisse et de déchirement,
Comme un mystérieux appel dont l’accent navre

Et c’est tout. Il est mort. Ses membres haletants
Se sont raidis… Et moi, je suis resté longtemps
Grave et sombre devant ce tout petit cadavre.

[Chez nous]

**********

11

LE DERNIER SOUPIR DE L’ANNÉE

 

L’aiguille au cadran d’albâtre
Va bientôt marquer minuit.
Décembre s’évanouit,
L’année expire ; dans l’âtre
Danse une flamme bleuâtre,
Et je rêve à l’an qui fuit.

L’espoir riait sur ta mine ;
Quoi lut ton œuvre, an qui meurs ?
llôlas ! tes rayons charmeurs
N’ont pas chassé la bruine,
Et toujours git la ruine

Dans le vide de nos cœurs.

Minuit sonne, voici l’heure :
J’entends, près de m’assoupir,
S’élever, hurler, glapir,
La bise sur ma demeure…
Pauvre année, au vent qui pleure
Jette ton dernier soupir !

[Chez nous]

 

***********

ANNEXE
Vie & Œuvre d’Achille MILLIEN

M. Achille Millien a donné des vers, des nouvelles, des articles de critique, etc., à des périodiques nombreux : la Revue Française, la Revue de la Province, le Mercure de France, l’Europe Littéraire, la Revue Indépendante, la Revue de Paris, la Semaine des Familles, la Gazette des Etrangers, la Suisse, le Cor’ respondant, la Vie Littéraire, le Musée Universel, la Revue Britannique, l’Art Universel, etc. ; il a collaboré à différents recueils collectifs : la Gerbe, l’Almanach du Sonnet, le Parnasse Contemporain, etc. En 1896, M. Achille Millien a fondé la Revue du Nivernais.

M. Achille Millien est né à Beaumont-la-Ferriere le 4 septembre 1838. Peu de temps après sa naissance, ses parents s’installèrent dans la maison qu’il occupe aujourd’hui et qu’il n’a guère quittée que tout jeune pour faire ses études au collège de Nevers.

Tout enfant, et dès l’âge de huit ans, — quoique très ardent au jeu, — il était déjà passionné de lecture. Il dut ses premières impressions littéraires au bon Florian, à la Jérusalem délivrée, au Roland furieux, et à toute cette bibliothèque de colportage qui allait de L’Enfant de la Forêt, de Ducray-Duminil, à Mathilde, de Mme Cottin. Et La Petite Fadette fut pour lui une révélation.

Après avoir subi l’épreuve du baccalauréat, M. Millien fut pendant quelque temps clerc de notaire dans l’unique étude de son village natal ; mais, cédant à sa vocation, il dit bientôt adieu au notariat. Vers cette même époque, il eut la douleur de perdre son père, et, dès lors, sa vive affection pour sa mère et les intérêts de son modeste patrimoine le retinrent plus que jamais au village.

En 1860, il publiait son premier recueil de vers .’ La Moisson’ qui, tout aussitôt, eut un succès éclatant. Hugo écrivait au jeune poète : « La senteur des prés et le souffle des bois sont dans vos charmantes géorgiques. » Le Morvan, au dire de la critique, avait trouvé « son Burns et son Brizeux ».

Encouragé par un tel accueil, M. Achille Millien fit paraître, en 1862, un second volume, Chants agrestes, qui confirma brillamment le succès du premier et dont Emile Deschamps disait : « Je recommande Chants agrestes comme une des plus heureuses et des plus hautes manifestations de la poésie actuelle. »

Le troisième volume de M. Millien, Poeme de la nuit (1863), couronné par l’Académie française, consacra définitivement la réputation de son auteur, qui, dès lors, se donna eutièrement aux lettres et s’occupa spécialement de recherches sur les légendes, les chansons, les mœurs et les coutumes de sa province. 

En 18S5, M. Millien perdit sa mère. « Du coup tout son être fut ébranlé. Sa veine poétique si riche, si féconde, parut épuisée… Pas d’autre travail possible que celui de ses explorations a travers le Nivernais… Sa santé s’altéra profondément… »

Cependant le ressort n’était pas brisé. Le poète finit par se remettre au travail, et, en peu d’années, publia, outre diverses brochures, plusieurs volumes d’une autre partie de son œuvre, traductions, prose et vers, de chants populaires ou de poètes étrangers. Il donnait aussi ses Etrennes nivernaises pour 1895 et pour 1896, et augmentait son bagage poétique d’un nouveau recueil : Chez nous (1896), voué à la glorification du terroir natal, des mœurs et des traditions ancestrales et que l’Académie couronna. Enfin, en 1900, parut Aux Champs et au Foyer, accueilli très favorablement, et qui faisait dire à M. Louis Tiercelin : « C’est une bonne fortune pour une province d’avoir pour défenseurs et pour apôtres des hommes comme Achille Millien… Robuste et sincère traducteur de la vie champêtre, Millien conserve dans ce décor profond toute l’indépendance de sa pensée, ne sert l’Idée que pour le grand profit des humbles de la glèbo, et non pour le sien. — Toute son ceuvre a un charme rayonnant qui a valu à ce fidèle du Nivernais la grande notoriété, la notoriété par infiltration, —pour ainsi dire, — la seule durable… » (Revue Nouvelle.)

Gérard Walch
Anthologie des poètes français contemporains
Ch. Delagrave, éditeur ; A.-W. Sijthoff, éditeur
1906
11e mille
Tome premier, pp. v-576

SUB LUNA KARLFELDT – Poème Suédois d’Erik Axel Karlfeldt

Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
SUB LUNA KARLFELDT Poesi
Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Traduction Jacky Lavauzelle


SUB LUNA

[Hösthorn 1927 Cor d’Automne]

Sub luna amo.
Mörk är min brud,
Sombre est ma fiancée,
brinner i bruna kvällar,
elle illumine dans le noir de la nuit,
dansar i månglitterskrud,
et danse dans une robe couleur de lune,
doftar som nattglim
aux odeurs de violettes
under en kornblixtsky,
sous une vague de chaleur,
svalkar som morgondaggen,
elle devient
fraîche comme la rosée du matin,
växlar som nedan och ny.
et nouvelle comme peut l’être la lune.

Sub luna bibo.
Mörkt är mitt öl,
Sombre est ma bière,
svartmältat korn dess kärna,
Noir l’orge malté est son noyau,
skummet som månglittermjöl.
avec sa mousse farineuse.
Tankar och löjen
Les pensées et les rires
sväva kring kannans rund,
oscillent à la ronde autour de la cruche,
sväva som läderlappar,
flottent comme des taches de cuir,
sväva som guldlöv i lund.
flottent comme des feuilles d’or dans le bosquet.

Sub luna canto.
Mörk är min sång,
Sombre est ma chanson,
suckar som våg i vassen,
soupirs des vagues au milieu des roseaux,
rullar som bränningens gång,
fracas des roulements contre les rochers,
reser sig trotsig,
elle se dresse tel un défi,
sjunker tillbaka tung,
puis lourde
retombe,
ebbar sin tid och flödar,
flux et reflux par intermittence,
gammal och kvalfullt ung.
vieille ou angoissante et jeune.

*

 Sub luna vivo.
Mörkt är mitt liv,
Sombre est ma vie,
ringa och vanligt i öden,
humble destinée ordinaire,
sorger och tidsfördriv.
chagrins et passe-temps.
Gärna jag delar
Je partage volontiers
tingens förgängliga lott,
Beaucoup du destin des choses,
lycklig att lida och njuta
heureux de souffrir et de profiter
jordlivets fulla mått.
de la pleine mesure de ma vie terrestre.

*

Sub luna morior.
Mörk är min grav.
Sombre est ma tombe.
Giv mig åt namnlös torva
Donnez-moi une herbe sans nom
eller åt vind och hav:
ou au vent à la mer :
vilan i mullen,
reposer dans le sol ;
eller ett skärat stoft,
d’où une poussière s’est faufilée,
fladdrande som min längtan
flottant comme mon désir
fladdrat mot månklara loft.
qui flotte ainsi vers le ciel au clair de lune.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Sub Luna Karlfeldt 1927

 

LA VALSE BRUNE Chanson de Georges Villard et Georges Krier

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
LA VALSE BRUNE CHANSON


 

PAROLES de Georges VILLARD (18xx-1927)
MUSIQUE de Georges KRIER (1872-1946)
   

 

 
LA VALSE BRUNE
1909

Paroles de Georges Villard
Musique de Georges Krier
 Valse

PREMIER COUPLET
Ils ne sont pas des gens à valse lente
Les bons rôdeurs qui glissent dans la nuit
Ils lui préfèrent la valse entraînante
Souple, rapide où l’on tourne sans bruit
Silencieux ils enlacent leurs belles
Mêlant la colle avec le cotillon
Légers, légers ils partent avec elle
Dans un gai tourbillon.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

SECOND COUPLET
Ils ne sont pas tendres pour leurs épouses
Et, quand il faut, savent les corriger,
Un seul soupçon de leurs âmes jalouses,
Et les rôdeurs sont prêts à se venger.
Tandis qu’ils font à Berthe, à Léonore
Un madrigal en vers de leur façon
Un brave agent de son talon sonore
Souligne la chanson.

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

TROISIEME COUPLET
Quand le rôdeur, dans la nuit, part en chasse
Et qu’à la gorge il saisit un passant,
Les bons amis, pour que tout bruit s’efface,
Non loin de lui chantent en s’enlaçant.
Tandis qu’il pille un logis magnifique,
Où d’un combat qu’il sait sortir vainqueur,
Les bons bourgeois grisés par la musique
Murmurent tous en chœur :

REFRAIN
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune
Que la lumière importune
Et qui recherchent un coin noir.
C’est la valse brune
Des chevaliers de la lune,
Chacun avec sa chacune
La danse le soir.

KARLFELDT Poesi VINTERHÄLSNING – Texte & Traduction de la Poésie de Karlfeldt – Vœu Hivernal –

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
VINTERHÄLSNING KARLFELDT Poesi
VOEU HIVERNAL KARLFELDT Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

VINTERHÄLSNING Karlfeldt poesi Voeu hivernal Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Flora och Pomona
&
FLORE & POMONE

1906


VINTERHÄLSNING

VOEU HIVERNAL

 *

Möter du nordanvinden, karl,
Si tu rencontres le vent du nord, homme,
 då möter du sång och yra.
tu rencontreras la mélodie et le vertige.
 Nordens Apoll bland tallarna far
L’Apollon nordique au-dessus des pins
med snöfjun på sin lyra.
avec des flocons sur sa lyre. 

*

 Möter du nordanvinden, karl,
Si tu rencontres le vent du nord, homme,
 då möter du eld och låge.
tu rencontreras le feu et la flamme.
 
 Nordens Cupid bland granarna far
Le Cupidon nordique au-dessus des sapins
 
 med lingonlindad båge.
avec des canneberges recouvrant son arc.

*

 Vädren blåsa utan ro
Les vents soufflent agités
 ur himmelens sexton grindar.
du ciel des seize portes.
 
 Vem kan du lita på och tro
Auquel peux-tu faire confiance et croire
 av alla de vilda vindar?
de tous ces vents sauvages?

*

 Möter du nordanvinden, karl,
Si tu rencontres le vent du nord, homme,
då möter du man och ära,
tu rencontreras un homme d’honneur,
 lustig och djärv, med blicken klar
joyeux et audacieux, ses yeux clairs
 
 som nyårsmånens skära.
comme le croissant de la lune nouvelle.

*

 Glad har jag hört hans muntra appell,
Content j’ai entendu son joyeux appel,
 
när han trummade till på rutan.
quand il frappait son tambour.
  Ljöd hans signal genom springor och spjäll,
A l’écoute de son signal, les fissures et les craintes,
då gömde jag svårmodslutan.
je les oubliais dans un coin obscure.

*

 Glad har jag följt så mången mil
Content j’ai parcouru mille lieux
 hans knarrande, vita vägar,
Ses routes blanches, qui grincent,
 
 druckit ur bergens frusande il
j’ai bu dans l’esprit glacé des montagnes
 hans ymniga hälsobägar.
son abondante source de santé.

*

 Kom, går du med för gammans skull?
Viens-tu avec moi en oubliant tes soucis ?
 Den kyliga kvällen lågar,
La fraîcheur du soir s’embrase,
 skyn är av glimmande strängar full
le ciel n’est plus que cordes chatoyantes
 till lyror och till bågar.
des lyres et des arcs.

*

 Hövding, ryck an, jag är din man,
Chef, au combat, je suis ton homme,
 din man under sälla stjärnor.
ton homme sous les étoiles bénies.
Bistra kämpar följa ditt Spann
Des valeureux guerriers suivent tes pas
 och leende vintertärnor.
et des filles de l’hiver sourient.

*

 Kom och följ med för gammans skull,
Que me rejoignent  pour l’amour,
 envar som kan le och sjunga!
ceux qui peuvent sourire et chanter!
 Skyarna gå som fanor av gull:
Les nuages ​​passent en bannières d’or :
framåt, I stridbart unga!
en avant, jeunes combattants !

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
********************

vinterhälsning Karlfeldt poesi 1906
Vœu hivernal Karlfeldt poésie 1906

Tillägnan KARLFELDT poesi – Texte & Traduction – DEDICACE poésie de Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Tillägnan KARLFELDT Poesi 

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Tillägnan poesi Karlfeldt Dédicace poésie Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Flora och Pomona
&
FLORE & POMONE

1906


Tillägnan

Dédicace

 *

Min mun är full av glädjerop och klagan,
Ma bouche est pleine de joie et de deuil,
 
min själ av dagslång storm och särlafläktar.
mon âme pleine de tempêtes infatigables.
Jag är den stilla svärmaren i sagan
Je suis toujours un rêveur dans un conte
och tidens son, den feberns färla jäktar.
et fils du temps, poursuivi par la fièvre.
Jag är den siste riddaren av liljan
Je suis le dernier chevalier de la fleur de lys
 
i dessa boleriska rosentider,
en ces temps de stupre et de roses,
och jag är dansaren som över tiljan
je suis le danseur qui sur la piste
de strödda purpurlöv med foten sprider.
étale les feuilles de pourpre.

*

 Vid pingstens gröna grind till häst jag stiger
Au vert portail de la Pentecôte, à cheval
och far så långt som sommarns vägar irra,
je chevauche aussi loin que les routes de l’été me portent,
 
och varje soldag till en fest jag viger,
et chaque jour ensoleillé est une joie,
där skratten smattra, sträng och sporrar klirra.
où le rire enveloppe, les cordes et les éperons cliquettent.
Lik en kurir vars horn har brått att ringa
Comme un courrier dont le cor dans une course résonne
sin muntra ottesång i tysta byar,
ses matins gaillards dans de tranquilles villages,
 
med Floras gördel framför hästens bringa
Avec la ceinture de Flora à l’avant de mon cheval
jag rider under gryningskyssta skyar.
Je monte dans les nuages ​​couvert par l’aube de baisers.

*

 Möt mig i kvällens land, vid kopparfloden,
Rencontre-moi dans le pays du soir, à la rivière de cuivre,
där ekar spegla sina höstfestonger.
où les chênes reflètent les variations de l’automne.
Ur dagens stungna hjärta droppar bloden,
Le cœur de ce jour touché saigne,
hans bleka mun är varm ännu av sånger.
sa bouche pâle est chaude encore des chansons.
Kom, låt oss följa alla skumma drömmar
Viens et suivons tous les rêves étranges
som gå med månskensögon under träden,
qui partent avec les yeux de lune sous les arbres,
ty livets andedräkt, den ljumma, strömmar
car l’encore chaud souffle de la vie coule
jämväl ur nattens skygga sorgekväden.
des poèmes endeuillés de la nuit.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Tillägnan  Karlfeldt poesi 1906
Dédicace poésie Karlfeldt 1906

Dina ögon äro Eldar Karlfeldt – Texte et Traduction – Tes Yeux sont des Feux

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Dina ögon äro eldar KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Dina ögon äro eldar Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction Tes yeux sont des feux

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 Fridolins Lustgård och Dalmålningar på rim
Le Jardin de Fridolin
&
Peintures Dalécarliennes en vers
1901


Dina ögon äro eldar

Tes Yeux sont des Feux

 *

Dina ögon äro eldar och min själ är beck och kåda.
Tes yeux sont des feux, et mon âme est une mèche.
 Vänd dig från mig, förr’n jag tändes som en mila innantill!
Détourne-toi de moiavant qu’elle ne prenne feu
   En fiol jag är med världens alla visor i sin låda,
Un violon, voilà ce que je suis avec toutes les chansons du monde dans sa boîte,
du kan bringa den att spela, hur du vill och hvad du vill.
Tu peux lui faire jouer, ce que tu veux et comment tu le veux.

*

 Vänd dig från mig, vänd dig till mig! Jag vill brinna, jag vill svalna.
Détourne-toi de moi, retourne-toi vers moi ! Je veux brûler, je veux me refroidir.
Jag är lust och jag är längtan, gränsbo mellan höst och vår.
Je suis luxure et je suis désir, à la limite entre l’automne et le printemps.
 Spända äro alla strängar, låt dem sjunga, rusigt galna.
Tendues sont toutes les cordes, laisse-les chanter et vibrer follement.
 i en sista dråplig högsång alla mina kärleksår.
dans un dernier chant grandiose tout ce temps d’amour.

*

Vänd dig till mig, vänd dig från mig! Som en höstkväll låt oss brinna;
Retourne-toi vers moi, détourne-toi de moi! Comme un soir d’automne, brûlons ;
stormens glädje genomströmmar vårt banér av blod och gull —
la tempête de joie envahit notre bannière de sang et d’or
 till det lugnar och jag ser i skymning dina steg försvinna,
le calme revenu, je vois enfin dans le crépuscule tes pas disparaître,
du, den sista som mig följde för min heta ungdoms skull.
toi, la dernière qui suivait ma jeunesse brûlante. 

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

Dina ögon äro Eldar Karlfeldt 1901
Tes Yeux sont des Feux Karlfeldt 1901

Aspåkerspolska Karlfeldt Traduction du poème – La Polska d’Aspåker

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Aspåkerspolska KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Aspåkerspolska Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction La Polska d'Aspåker

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 Fridolins Lustgård och Dalmålningar på rim
Le Jardin de Fridolin
&
Peintures Dalécarliennes en vers
1901


Aspåkerspolska

La Polska d’Aspåker

 

Varför sitta vi så still och tysta?
Pourquoi sommes-nous là encore assis et silencieux ?
   Ha vi uttömt alla kära ord?
Avons-nous épuisé tous nos mots les plus précieux ?
 Äro alla de små läppar kyssta
Toutes ces petites lèvres ont-elles été baisées
som gå leende kring detta bord?
qui vont souriant autour de cette table?
Äro alla de små kvinnor gifta
Toutes ces petites femmes sont-elles mariées
 som gå trippande i denna sal?
qui vont trottinant dans cette salle?
 Finns här inga hjonelag att stifta,
Est-ce qu’il ne reste pas une famille à adopter,
 brinna inga hjärtan i vår dal?
afin de graver ce cœur dans notre vallée ?

*

 Jag skall varpa garn och jag skall nysta,
Je vais travailler les fils de laine et les démêler,
jag skall kärna smör och klippa får.
Je vais baratter ce beurre et tondre les moutons.
 Aldrig äro mina läppar kyssta,
Jamais mes lèvres elles ne furent embrassées,
aldrig bliva de i detta år.
Elles ne le seront pas plus cette année.
Jag skall plocka bär och väva vammal,
Je vais cueillir des baies et de tisser mon étoffe,
  jag skall verka, förr’n jag blir för tung.
Je vais travailler, tant que je ne serai pas trop grosse.
 Om jag gifter mej, när jag blir gammal,
Si je me marie quand je serai vieille,
 skall jag taga dej, om du är ung.
Je vous prendrai, si vous êtes jeune.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

Aspåkerspolska Karlfeldt 1901
microcosme Karlfeldt 1901

MIKROKOSMOS KARLFELDT – Texte & Traduction – Microcosme

 

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
MIKROKOSMOS KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Mikrokosmos Karlfeldt Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction Microcosme

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 Fridolins Lustgård och Dalmålningar på rim
Le Jardin de Fridolin
&
Peintures Dalécarliennes en vers
1901


MIKROKOSMOS

Microcosme

 

*

Jag är av jorden, jag är sval och tung,
Je suis de la terre, je suis fraîche et lourde,
trögvulen, gammalstämd fast ganska ung.
lente et vieille mais jeune encore.
Det står ett gulnat höstträd i min själ,
Ces arbres jaunis par l’automne se lovent dans mon âme,
dess alla grenar susa som farväl.
et toutes les branches s’agitent comme pour un dernier adieu.

*

Jag är av vattnet, jag är kall och våt,
Je suis de l’eau, je suis froide et humide,
  min stela flegma är som frusen gråt.
mon flegme est aussi raide que des larmes congelées.
Min vinterglädje bullrar stark men bråd,
Ma joie d’hiver bruyamment s’exalte,
vid fulla bord med vin och villebråd.
auprès des tables débordant de vin et de venaison.

*

Jag är av luften, jag är ljus och blid,
Je suis de l’air, je suis lumière et douceur,
jag går som i beständig lådingstid.
Je vais comme un printemps perpétuel.
Vad långa år försummat och försönt
Ce que de longues années ont négligé
står upp vid vädrens lekar friskt och grönt.
revient avec les vents frais et verts.

*

Jag är av elden, jag är torr och het
Je suis du feu, je suis sec et chaud
  av sommarsol som ingen nedgång vet.
ce soleil d’été qui jamais ne capitule.
Väl må jag undra att hon ej förbränt
Eh bien je me demande pourquoi il ne m’a pas brû
mig själv med alla mina element.
moi avec tous les éléments.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

mikrokosmos Karlfeldt 1901
microcosme Karlfeldt 1901

KANSKE KARLFELDT Poesi -Texte & Traduction du poème- Peut-Être !

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
KANSKE KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Kanske Karlfeldt Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction peut être

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 FRIDOLINS VISOR
CHANSONS DE FRIDOLIN
1898


KANSKE !

PEUT-ÊTRE

 

*

Jag har slitit ungefär
J’ai porté presque
allt vad lett och otäckt är;
toute la méchanceté et la douleur;
syns det mycket på mig?
est-ce que cela se voit sur moi ?
Kanske grönskas än min säng,
Peut-être que pour la noce mon lit sera fleuri,
givs mig mö och föds mig dräng – 
me donnera-t-on une femme et un fils
vem har lust att spå mig?
qui veut raconter mon destin ?

*

Skall jag gräla på min Gud?
Dois-je gronder mon Dieu ?
Nej, han såg väl, att min hud
Non, il a probablement vu, que ma peau
krävde bister smörja.
exigeait d’être assouplie.
Sved nog, men sved ganska gott: 
J’ai été piqué, mais bien piqué :
fick ej bli en riktig svott,
je ne suis pas une véritable fripouille,
skall jag därför sörja?
dois-je en pleurer ?

*

Skall jag nu ha mera stryk?
Va-t-on maintenant me détruire ?
Kanske tål jag än en byk.
Peut-être tolèrerais-je une purification ?
Storm på mina slätter,
Tempêtes sur mes plaines,
kom med ur och kom med skur! 
Sortez et amenez vos vents, vos pluies !
Jag är hård likt furans tjur,
Je suis dur comme l’écorce de pin,
som mot nordan vätter.
que le vent du nord travaille.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

kanske Karlfeldt
peut-être Karlfeldt