Archives par mot-clé : littérature anglaise

L’EPERON SANGLANT – SHAKESPEARE SONNET L – SONNET 50 – How heavy do I journey on the way

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNET
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 50

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
How heavy do I journey on the way
****

L’EPERON SANGLANT
*****

1598 

**

*

How heavy do I journey on the way,
Quand lourdement je voyage sur la route,
When what I seek, my weary travel’s end,
Quand la fin de mon harassant voyage
Doth teach that ease and that repose to say,
Enseigne à cette quiétude et à ce repos atteints à dire :
‘Thus far the miles are measured from thy friend!’
« Toute cette distance pour t’éloigner d’autant de ton ami! »

*

The beast that bears me, tired with my woe,
La bête qui me porte, épuisée par mon malheur,
Plods dully on, to bear that weight in me,
Se traîne péniblement, supportant ce poids en moi,
As if by some instinct the wretch did know
Comme si par un instinct, la malheureuse savait
His rider lov’d not speed, being made from thee:
Que son cavalier abhorrait la vitesse qui l’éloigne de toi :

*




*

The bloody spur cannot provoke him on,
L’éperon sanglant ne sert plus à rien,
That sometimes anger thrusts into his hide,
Que parfois la colère enfonce dans sa peau,
Which heavily he answers with a groan,
Répondant seulement par un seul gémissement,

*

More sharp to me than spurring to his side;
Plus douloureux encore que l’éperon sur ses flancs ;
For that same groan doth put this in my mind,
Car ce seul gémissement me remémore
My grief lies onward, and my joy behind.
Que devant m’attend le chagrin, et que ma joie derrière se trouve.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET L

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

CONTRE CE TEMPS – SONNET SHAKESPEARE XLIX – Against that time if ever that time come

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 49

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Against that time if ever that time come
****

CONTRE CE TEMPS
*****

1598 

**

*

Against that time, if ever that time come,
Contre ce temps, si jamais ce temps-là arrive,
When I shall see thee frown on my defects,
Où je te verrai froncer les sourcils sur mes défauts,
When as thy love hath cast his utmost sum,
Quand ton amour me présentera l’addition finale,
Call’d to that audit by advis’d respects;
Poussé à cet examen par de prudents avis ;

*

Against that time when thou shalt strangely pass,
Contre ce temps où tu me croiseras, étrangère,
And scarcely greet me with that sun, thine eye,
Et à peine me gratifiant d’un regard, ce soleil,
When love, converted from the thing it was,
Quand l’amour, n’étant plus le même,
Shall reasons find of settled gravity;
Trouveras les raisons d’une extrême gravité ;

*




*

Against that time do I ensconce me here,
Contre ce temps, je me prépare dès maintenant,
Within the knowledge of mine own desert,
Dans la connaissance de mon propre néant,
And this my hand, against my self uprear,
Et lève ma main, contre moi-même,

*

To guard the lawful reasons on thy part:
Pour conserver les justes raisons de ton côté :
To leave poor me thou hast the strength of laws,
Pour me laisser misérable, tu as la force des lois,
Since why to love I can allege no cause.
Puisque, pour que tu m’aimes, je ne peux prétendre à aucune cause.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

MON PLUS GRAND TRESOR – SONNETS SHAKESPEARE – XLVIII – How careful was I when I took my way

SONNETS SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 48

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
How careful was I when I took my way
****

MON PLUS GRAND TRESOR
*****

1598 

**

*

 

How careful was I when I took my way,
En partant en voyage, je prends des précautions,
Each trifle under truest bars to thrust,
Et mets sous protection la moindre des bagatelles,
That to my use it might unused stay
Pour qu’à mon unique usage, elle soit utilisée.
From hands of falsehood, in sure wards of trust!
Loin de mains corrompus, dans un lieu de confiance !

*

But thou, to whom my jewels trifles are,
Mais toi, pour qui tous mes bijoux ne sont que bagatelles,
Most worthy comfort, now my greatest grief,
Mon incomparable confort, désormais mon plus grand chagrin,
Thou best of dearest, and mine only care,
Toi, mon plus grand trésor et mon unique attention,
Art left the prey of every vulgar thief.
Je t’ai laissée en proie à tous les vulgaires voleurs.

*




*

Thee have I not lock’d up in any chest,
Dans nul coffre, je ne t’ai enfermé,
Save where thou art not, though I feel thou art,
Sauf là où tu n’es pas, même si je te sens,
Within the gentle closure of my breast,
Dans la douce prison de mon cœur,

*

From whence at pleasure thou mayst come and part;
D’où, à ta guise, tu peux aller et venir ;
And even thence thou wilt be stol’n I fear,
Et même de là, je crains qu’on ne puisse te dérober,
For truth proves thievish for a prize so dear.
Car la justice se fait voleuse pour un aussi grand trésor.

*




 

*****************

SONNETS SHAKESPEARE
SONNET XLVIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

L’ACCORD – SHAKESPEARE SONNETS – XLVII – Betwixt mine eye and heart a league is took

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 46

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Betwixt mine eye and heart a league is took
****

L’ACCORD
*****

1598 

**

*

Betwixt mine eye and heart a league is took,
Entre mon oeil et mon cœur, un accord est conclu,
And each doth good turns now unto the other:
Et chacun désormais avec l’autre s’entraide :
When that mine eye is famish’d for a look,
Quand mes yeux sont affamés de regard,
Or heart in love with sighs himself doth smother,
Ou quand mon cœur amoureux s’étouffe de soupirs,

*

 With my love’s picture then my eye doth feast,
Avec l’image de mon amour, mes yeux organisent une fête,
And to the painted banquet bids my heart;
Et à ce pictural banquet invite mon cœur ;
Another time mine eye is my heart’s guest,
Parfois, c’est au tour de mon cœur d’inviter mes yeux,
And in his thoughts of love doth share a part:
Ils partagent alors ensemble mes pensées d’amour :

*




*

So, either by thy picture or my love,
Ainsi, soit par ton image, soit par mon amour,
Thy self away, art present still with me;
Même absente, tu ne cesses en moi d’être toujours présente ;
For thou not farther than my thoughts canst move,
Car tu ne peux aller plus loin que mes pensées, 

*

And I am still with them, and they with thee;
Et je suis toujours avec elles, et elles avec toi ;
Or, if they sleep, thy picture in my sight
Ou, si jamais elles sommeillent, ton image à ma vue
Awakes my heart, to heart’s and eye’s delight.
Réveille mon cœur, pour le contentement et du cœur et des yeux.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET XLVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

Le Coeur et les Yeux – SHAKESPEARE SONNETS – XLVI – Mine eye and heart are at a mortal war

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPARE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 46

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Mine eye and heart are at a mortal war
****

Le Cœur et les Yeux
*****

1598 

**

*

Mine eye and heart are at a mortal war,
Mes yeux et mon cœur sont en guerre mortelle,
 
How to divide the conquest of thy sight;
Pour partager la conquête de ta vue ;
Mine eye my heart thy picture’s sight would bar,
Mes yeux censurent ton image à mon cœur,
My heart mine eye the freedom of that right.
Mon cœur refuse la liberté de ce droit à mes yeux.

*

My heart doth plead that thou in him dost lie,—
Mon coeur plaide qu’en lui tu demeures,
A closet never pierc’d with crystal eyes—
Retraite qu’aucun œil même de cristal n’a jamais pu percer,
But the defendant doth that plea deny,
Mais les défenseurs refusent ce plaidoyer,
And says in him thy fair appearance lies.
Et soulignent qu’en eux seulement ta juste apparence réside.

*




*

To ‘cide this title is impannelled
Pour résoudre cette affaire, a été convoqué
A quest of thoughts, all tenants to the heart;
Un jury de pensées avec tous les locataires au cœur ;
And by their verdict is determined
Et par leur verdict, il a été décidé

*

The clear eye’s moiety, and the dear heart’s part:
la part revenant à mes ardents yeux et celle pour mon tendre cœur :
As thus; mine eye’s due is thy outward part,
Il en sera donc ainsi, à mes yeux, ta partie extérieure,
And my heart’s right, thy inward love of heart.
Et à mon coeur, l’amour intime de ton cœur.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET XLVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LES AMBASSADEURS DE MON AMOUR – SONNET DE SHAKESPEARE XLV – The other two, slight air, and purging fire

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 45

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
The other two, slight air, and purging fire
****

LES AMBASSADEURS DE MON AMOUR
*****

1598 

**

*

The other two, slight air, and purging fire
Les deux autres, l’air subtil et le feu purificateur,
Are both with thee, wherever I abide;
Sont toujours avec toi, où que je me trouve ;
The first my thought, the other my desire,
Le premier : ma pensée, l’autre : mon désir,
These present-absent with swift motion slide.
Présents ou absents, ils sont toujours véloces.

*

For when these quicker elements are gone
Quand ces rapides éléments partent vers toi,
In tender embassy of love to thee,
Tendres ambassadeurs de mon amour,
My life, being made of four, with two alone
Ma vie,  de quatre éléments composée, avec deux seulement,
Sinks down to death, oppress’d with melancholy;
Se retrouve blessé mortellement, sous le joug de la mélancolie ;

*




*

Until life’s composition be recur’d
Jusqu’à ce que le désir de vie renaisse
By those swift messengers return’d from thee,
Par de véloces messages de toi,
Who even but now come back again, assur’d,
Qui me reviennent et me rassurent,

*

Of thy fair health, recounting it to me:
Sur ta santé et sur ta vie :
This told, I joy; but then no longer glad,
J’en suis réjoui ; mais heureux peu de temps,
I send them back again, and straight grow sad.
Te les renvoyant à nouveau, et triste aussitôt redevenant.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LA TERNE SUBSTANCE DE MA CHAIR – SONNET SHAKESPEARE XLIV – If the dull substance of my flesh were thought

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 44

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
If the dull substance of my flesh were thought
****

LA TERNE SUBSTANCE DE MA CHAIR
*****

1598 

**

*

If the dull substance of my flesh were thought,
Si la terne substance de ma chair n’était que pur esprit,
Injurious distance should not stop my way;
L’injurieuse séparation ne ralentirait pas mon pas ;
For then despite of space I would be brought,
Car alors, malgré l’espace, j’arriverais
From limits far remote, where thou dost stay.
Au lieu de ta présence des lieux les plus éloignés.

*

No matter then although my foot did stand
Peu importe alors, même si mes pieds
Upon the farthest earth remov’d from thee;
S’étaient fixés sur la terre de toi la plus éloignée ;
For nimble thought can jump both sea and land,
Car survolerait à la fois et la mer et la terre mon agile pensée ,
As soon as think the place where he would be.
Dès qu’elle souhaiterait rejoindre le lieu tant désiré.

*




*

But, ah! thought kills me that I am not thought,
Mais, hélas ! La pensée me tue que de pensée ne sois fait,
To leap large lengths of miles when thou art gone,
Pour sauter ces longues distances qui nous séparent,
But that so much of earth and water wrought,
Et que tant de terre et que de tant d’eau, je sois composé,

*

I must attend, time’s leisure with my moan;
Je dois attendre, gémissant, que le temps nous rapproche ;
Receiving nought by elements so slow
N’attendant rien de ces inertes éléments
But heavy tears, badges of either’s woe.
Que de lourdes larmes, gages de notre double malheur.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLIV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LA JOIE, LE DECOURAGEMENT ET LA FOLIE POEME DE WILLIAM WORDSWORTH – RESOLUTION ET INDEPENDANCE -VII

 ** 
Poésie anglaise
William Wordsworth
7 April 1770 – 23 April 1850
7 avril 1770 – 22 avril 1850
*

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English Text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE WILLIAM WORDSWORTH

*******

William Wordsworth’s poems
POEMS
POEMES

*******
*

 RESOLUTION AND INDEPENDENCE

*
RESOLUTION & INDEPENDANCE

La Mort de Thomas Chatterton
Henry Wallis
1856
Birmingham Museum and Art Gallery

VII
LA JOIE, LE DECOURAGEMENT ET LA FOLIE

 
I thought of Chatterton, the marvellous Boy,
Je pensais à Chatterton, ce garçon merveilleux,
The sleepless Soul that perished in his pride;
Cette âme sans sommeil qui périt dans son orgueil ;
Of Him who walked in glory and in joy
A celui qui marchait dans la gloire et dans la joie
Following his plough, along the mountain-side:
Suivant sa charrue, le long de la montagne :
By our own spirits are we deified:
Par nos propres esprits, nous sommes déifiés :
We Poets in our youth begin in gladness;
Nous, les jeunes poètes, commençons dans la joie ;
But thereof come in the end despondency and madness.
Viennent ensuite le découragement puis la folie.


**************************

POESIE DE WILLIAM WORDSWORTH

************************************

UN STYLE SANS ARTIFICE

Une poésie sans cesse recommencée

Son style populaire et sans artifice s’est débarrassé d’une fois de toutes les friperies usées de la vieille versification. Les tours couronnées de nuages, les temples solennels, les palais majestueux, tout cela a été balayé du sol. C’a été comme l’édifice sans fondements d’une vision ; il n’est pas même resté un débris de ruines. Toutes les traditions du savoir, toutes les superstitions du passé, ont disparu sous un trait de plume. Nous avons fait table rase ; nous recommençons toute poésie. Le manteau de pourpre, le panache ondoyant de la tragédie, sont rejetés ainsi que de vains oripeaux de pantomime. Voici que nous en sommes revenus à la simple vérité de la nature. Rois, reines, nobles, prêtres, trône, autel, distinction des rangs, naissance, richesse, pouvoir, ne cherchez plus rien de tout cela, ni la robe du juge, ni le bâton du maréchal, ni le faste des grands. L’auteur foule aux pieds plus fièrement encore l’antique forme dont s’enorgueillissait l’art ; il se rit de l’ode, de l’épode, de la strophe et de l’antistrophe. Vous n’entendrez plus résonner la harpe d’Homère, ni retentir la trompette de Pindare et d’Alcée. Point de merci pour le costume éclatant, pour la décoration splendide. Tout cela n’est que spectacle vide, barbare, gothique. Les diamants parmi les cheveux tressés, le diadème sur le front brillant de la beauté, ne sont que parure vulgaire, joyaux de théâtre et de prostituée. Le poète dédaigneux ne peut plus des couronnes de fleurs ; il ne se prévaudra pas non plus des avantages que le hasard lui aura offerts ; il lui plait que son sujet soit tout entier de son invention, afin de ne devoir rien qu’à lui-même ; il recueille la manne dans le désert ; il frappe le rocher de sa baguette et en fait jaillir la source. A son souffle, le brin de paille qui gisait dans la poussière monte au soleil dans un rayon lumineux ; il puisera dans ses souvenirs assez de grandeur et de beauté pour en revêtir le tronc nu du vieux saule. Son vers ne s’embaume point du parfum des bosquets, mais son imagination prête une joie intime aux arbres dépouillés sur la montagne dépouillée, à l’herbe verte du pré vert :

To the bare trees and mountains bare.
And grass in the green field.

Plus de tempête, ni de naufrage, dont l’horreur nous épouvante. C’est l’arc-en-ciel qui attache aux nuages son ruban diapré. C’est la brise qui soupire dans la fougère fanée. Point de triste vicissitude du sort, point de menaçante catastrophe de la nature qui assombrisse ses pages. C’est la goutte de rosée qui se suspend aux cils de la fleur penchée ; ce sont les pleurs qui s’amassent dans l’œil brillant.

Antoine Fontaney
(poète romantique français ())
Cinquième Partie
WILLIAM WORDSWORTH
Poètes et Romanciers de la Grande-Bretagne
Revue des Deux Mondes
Tome 3 – 1835

*************************************

LA VIE AU GOÛT D’ETE – POEME DE WILLIAM WORDSWORTH – RESOLUTION ET INDEPENDANCE -VI

 ** 
Poésie anglaise
William Wordsworth
7 April 1770 – 23 April 1850
7 avril 1770 – 22 avril 1850
*

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English Text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE WILLIAM WORDSWORTH

*******

William Wordsworth’s poems
POEMS
POEMES

*******
*

 RESOLUTION AND INDEPENDENCE

*
RESOLUTION & INDEPENDANCE

VI
LA VIE AU GOÛT D’ETE

 
My whole life I have lived in pleasant thought,
Toute ma vie j’ai vécu dans d’agréables pensées,
As if life’s business were a summer mood;
Comme si les affaires de la vie avaient un goût d’été ;
As if all needful things would come unsought
Comme si toutes les choses nécessaires n’étaient pas recherchées
To genial faith, still rich in genial good;
Vers la géniale foi, toujours riche en géniale bonté ;
But how can He expect that others should
Mais comment peut-Il demander à ce que d’autres personnes
Build for him, sow for him, and at his call
Construisent pour lui, sèment pour lui, et qu’à sa demande
Love him, who for himself will take no heed at all?
L’aime, lui qui, pour lui-même, ne porte aucune attention ?

**************************

POESIE DE WILLIAM WORDSWORTH

************************************

UN STYLE SANS ARTIFICE

Une poésie sans cesse recommencée

Son style populaire et sans artifice s’est débarrassé d’une fois de toutes les friperies usées de la vieille versification. Les tours couronnées de nuages, les temples solennels, les palais majestueux, tout cela a été balayé du sol. C’a été comme l’édifice sans fondements d’une vision ; il n’est pas même resté un débris de ruines. Toutes les traditions du savoir, toutes les superstitions du passé, ont disparu sous un trait de plume. Nous avons fait table rase ; nous recommençons toute poésie. Le manteau de pourpre, le panache ondoyant de la tragédie, sont rejetés ainsi que de vains oripeaux de pantomime. Voici que nous en sommes revenus à la simple vérité de la nature. Rois, reines, nobles, prêtres, trône, autel, distinction des rangs, naissance, richesse, pouvoir, ne cherchez plus rien de tout cela, ni la robe du juge, ni le bâton du maréchal, ni le faste des grands. L’auteur foule aux pieds plus fièrement encore l’antique forme dont s’enorgueillissait l’art ; il se rit de l’ode, de l’épode, de la strophe et de l’antistrophe. Vous n’entendrez plus résonner la harpe d’Homère, ni retentir la trompette de Pindare et d’Alcée. Point de merci pour le costume éclatant, pour la décoration splendide. Tout cela n’est que spectacle vide, barbare, gothique. Les diamants parmi les cheveux tressés, le diadème sur le front brillant de la beauté, ne sont que parure vulgaire, joyaux de théâtre et de prostituée. Le poète dédaigneux ne peut plus des couronnes de fleurs ; il ne se prévaudra pas non plus des avantages que le hasard lui aura offerts ; il lui plait que son sujet soit tout entier de son invention, afin de ne devoir rien qu’à lui-même ; il recueille la manne dans le désert ; il frappe le rocher de sa baguette et en fait jaillir la source. A son souffle, le brin de paille qui gisait dans la poussière monte au soleil dans un rayon lumineux ; il puisera dans ses souvenirs assez de grandeur et de beauté pour en revêtir le tronc nu du vieux saule. Son vers ne s’embaume point du parfum des bosquets, mais son imagination prête une joie intime aux arbres dépouillés sur la montagne dépouillée, à l’herbe verte du pré vert :

To the bare trees and mountains bare.
And grass in the green field.

Plus de tempête, ni de naufrage, dont l’horreur nous épouvante. C’est l’arc-en-ciel qui attache aux nuages son ruban diapré. C’est la brise qui soupire dans la fougère fanée. Point de triste vicissitude du sort, point de menaçante catastrophe de la nature qui assombrisse ses pages. C’est la goutte de rosée qui se suspend aux cils de la fleur penchée ; ce sont les pleurs qui s’amassent dans l’œil brillant.

Antoine Fontaney
(poète romantique français ())
Cinquième Partie
WILLIAM WORDSWORTH
Poètes et Romanciers de la Grande-Bretagne
Revue des Deux Mondes
Tome 3 – 1835

*************************************

POEME DE WILLIAM WORDSWORTH – RESOLUTION ET INDEPENDANCE -V – RESOLUTION AND INDEPENDENCE

 ** 
Poésie anglaise
William Wordsworth
7 April 1770 – 23 April 1850
7 avril 1770 – 22 avril 1850
*

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English Text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE WILLIAM WORDSWORTH

*******

William Wordsworth’s poems
POEMS
POEMES

*******
*

 RESOLUTION AND INDEPENDENCE

*
RESOLUTION & INDEPENDANCE

V
LOIN DU MONDE

 
I heard the sky-lark warbling in the sky;
J’entendis l’alouette flotter dans le ciel,
And I bethought me of the playful hare:
Et je pensai au plaisant lièvre ludique :
Even such a happy Child of earth am I;
Moi-même, j’étais un heureux Enfant de cette terre ;
Even as these blissful creatures do I fare;
Toutes ces créatures bienheureuses me répondaient ;
Far from the world I walk, and from all care;
Loin du monde je marche, loin des peines ;
But there may come another day to me—
Mais il se peut que d’autres jours adviennent, m’apportant
Solitude, pain of heart, distress, and poverty.
Solitude, peine de cœur, détresse et pauvreté.

**************************

POESIE DE WILLIAM WORDSWORTH

************************************

UN STYLE SANS ARTIFICE

Une poésie sans cesse recommencée

Son style populaire et sans artifice s’est débarrassé d’une fois de toutes les friperies usées de la vieille versification. Les tours couronnées de nuages, les temples solennels, les palais majestueux, tout cela a été balayé du sol. C’a été comme l’édifice sans fondements d’une vision ; il n’est pas même resté un débris de ruines. Toutes les traditions du savoir, toutes les superstitions du passé, ont disparu sous un trait de plume. Nous avons fait table rase ; nous recommençons toute poésie. Le manteau de pourpre, le panache ondoyant de la tragédie, sont rejetés ainsi que de vains oripeaux de pantomime. Voici que nous en sommes revenus à la simple vérité de la nature. Rois, reines, nobles, prêtres, trône, autel, distinction des rangs, naissance, richesse, pouvoir, ne cherchez plus rien de tout cela, ni la robe du juge, ni le bâton du maréchal, ni le faste des grands. L’auteur foule aux pieds plus fièrement encore l’antique forme dont s’enorgueillissait l’art ; il se rit de l’ode, de l’épode, de la strophe et de l’antistrophe. Vous n’entendrez plus résonner la harpe d’Homère, ni retentir la trompette de Pindare et d’Alcée. Point de merci pour le costume éclatant, pour la décoration splendide. Tout cela n’est que spectacle vide, barbare, gothique. Les diamants parmi les cheveux tressés, le diadème sur le front brillant de la beauté, ne sont que parure vulgaire, joyaux de théâtre et de prostituée. Le poète dédaigneux ne peut plus des couronnes de fleurs ; il ne se prévaudra pas non plus des avantages que le hasard lui aura offerts ; il lui plait que son sujet soit tout entier de son invention, afin de ne devoir rien qu’à lui-même ; il recueille la manne dans le désert ; il frappe le rocher de sa baguette et en fait jaillir la source. A son souffle, le brin de paille qui gisait dans la poussière monte au soleil dans un rayon lumineux ; il puisera dans ses souvenirs assez de grandeur et de beauté pour en revêtir le tronc nu du vieux saule. Son vers ne s’embaume point du parfum des bosquets, mais son imagination prête une joie intime aux arbres dépouillés sur la montagne dépouillée, à l’herbe verte du pré vert :

To the bare trees and mountains bare.
And grass in the green field.

Plus de tempête, ni de naufrage, dont l’horreur nous épouvante. C’est l’arc-en-ciel qui attache aux nuages son ruban diapré. C’est la brise qui soupire dans la fougère fanée. Point de triste vicissitude du sort, point de menaçante catastrophe de la nature qui assombrisse ses pages. C’est la goutte de rosée qui se suspend aux cils de la fleur penchée ; ce sont les pleurs qui s’amassent dans l’œil brillant.

Antoine Fontaney
(poète romantique français ())
Cinquième Partie
WILLIAM WORDSWORTH
Poètes et Romanciers de la Grande-Bretagne
Revue des Deux Mondes
Tome 3 – 1835

*************************************