Archives par mot-clé : Revue Comœdia

KETI DANDUROVI – LE ROMANTISME AUX REFLETS D’INFINI – ქეთი დანდუროვი – Aux sources obscures de l’Être

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი

KETI DANDUROVI
ქეთი დანდუროვი

 

Aux sources obscures de l’Être
LE ROMANTISME AUX
REFLETS D’INFINI

Texte Jacky Lavauzelle

*****

 

Huile sur papier
50×70

« Après des siècles de déchirement de l’âme, à l’heure de l’agonie des grandes religions établies, se dressant contre les faciles et déplorablement stériles philosophies de progrès, nées de la jobardise de l’homme émerveillé par ses petites découvertes, voici la réclamation de l’enfant sevré du lait maternel, l’appel de l’homme assoiffé, qui veut retourner aux sources obscures de l’Être : la protestation profonde du Romantisme. Là où certains ne voient que fatras sentimental, nous voyons, nous, l’un des plus grands retournements de l’esprit humain. Le plus sûr mérite à nos yeux du Romantisme, c’est d’avoir contraint l’homme à se tenir à l’extrême-pointe de lui-même. En ouvrant les portes des puissances de l’âme aux profondes inspirations du Rêve, de l’Amour et de la Mort, le Romantisme a rendu à l’homme sa noblesse primitive. « Quand je donne aux choses communes un sens auguste, aux réalités ordinaires un aspect mystérieux, aux objets connus, aux êtres finis un reflet d’infini, je les romantise » (Novalis). »
Le Romantisme allemand
Roger Gilbert-Lecomte
Revue Comœdia n°54 du 4 juillet 1942

From love letters
De lettres d’amour
150×110
huile sur toile

Keti Dandurovi marche ainsi constamment à l’extrême pointe de la réalité, toujours proche de l’infini. Elle marche un pied dans le néant et l’autre dans la passion. Entre le rouge et le noir. Un long et fragile balancement continu où les êtres se rencontrent et s’accrochent désespérément.
Elle porte le plus vieux secret du monde et la plus lourde histoire des hommes. Elle plonge dans les failles quand le monde croit s’évader dans la technique et le divertissement. Elle plonge dans les failles, au creux de l’arbre que tout le monde croit mort mais qui ne fait que se poser un peu dans la folie du présent.
Il lui faut une grande maîtrise pour ne pas plonger un peu plus dans les arcanes de l’infini et de ses rivières longues et pénétrantes et de ces arbres qui longent son entrée magistrale.
Mais elle en revient avec le noir qu’un soleil fulgurant lui a dévoilé.

« une synthèse des deux états précédents et éclairer ainsi le devenir de l’humanité, célébrer à nouveau les épousailles mystiques de l’homme et de la nature, non plus dans l’innocence primitive, mais avec l’expérience douloureuse de l’enfantement de la conscience. » Roger Gilbert-Lecomte

« La Poésie est le réel absolu…Le sens de la poésie est proche parent de la divination et, d’une façon générale, du sens religieux, de l’intuition du voyant. » soulignait Novalis. La peinture de Keti Dandurovi est aussi essentiellement poétique. Elle écrit avec les plaies du monde, les absences et les manques. Elle écrit comme elle peint et peint comme elle souffre. Elle rentre dans ce monde où elle aperçoit la réalité augmentée, non fractionnée mais unifiée. Dans l’absolu de cette vision, elle se regarde en nous regardant. Elle peint comme un moine en transe peindrait son ultime icône, source et océan à la fois, l’alpha et l’oméga.

Farewell – Adieu
Acrylique
150×150

 » La seule liberté possible pour un homme lucide jusqu’à la voyance étant d’agir dans le sens du devenir du monde. » (Le Romantisme allemand
Roger Gilbert-Lecomte)
Aux premières lueurs de l’aube, Keti Dandurovi arrache peu à peu les secrets des mondes et nous les montre dans leur vérité nue. Les danses redoutables des morceaux de vie continuent devant nos yeux étonnés. Des restes de voyages que nous continuons alors. Nous les gardons longtemps comme les trésors qu’un explorateur du lointain a bien voulu nous laisser en témoignage.

JL

Keti Dandurovi dans son atelier
My depressed daughters
Mes filles déprimées
Huile sur toile

200×200
Mistake
Erreur
130×90
Self-love