Archives par mot-clé : 1855

SZÓZAT Poème de Mihály Vörösmarty – UNE VOIX (1836) – Poema – Uma voz

Mihály VörösmartyMihály Vörösmarty

 


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 

Mihály Vörösmarty

   1ᵉʳ décembre 1800 Kápolnásnyék
19 novembre 1855 Pest

Poète et écrivain hongrois

 




——–


Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom








Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction française et portugaise Jacky Lavauzelle
Tradução para o português


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

 

Magyar Költő
Poète Hongrois








Mihály Vörösmarty

SZÓZAT
Une Voix
Uma voz
1836

**

Mihály Vörösmarty
Viktor Madarász – Hunyadi László a ravatalon (1859), Le deuil de Ladislas Hunyadi avec sa mère Erzsébet Szilágyi

****

Hazádnak rendületlenűl
A ta patrie inébranlable
Para sua pátria inabalável
Légy híve, oh magyar;
Sois croyant, ô Magyar ;
Seja um crente, ó magiar;
Bölcsőd az s majdan sírod is,
C’est ton berceau et ton caveau,
Este é o seu berço e o seu cofre
Mely ápol s eltakar.
Qui te soigne et t’inhume.
Quem te cura e te enterra.

*

A nagy világon e kivűl
Dans le grand monde, au-delà,
No grande mundo, além,
Nincsen számodra hely;
Il n’y a pas de place pour toi.
Não há lugar para voce.
Áldjon vagy verjen sors keze;
Béni ou maudit
Abençoado ou amaldiçoado
Itt élned, halnod kell.
Tu dois vivre ici, tu dois mourir.
Você tem que viver aqui, você tem que morrer.

*

Ez a föld, melyen annyiszor
C’est la terre où tant de fois
É a terra onde tantas vezes
Apáid vére folyt;
Le sang de tes pères a coulé ;
O sangue de seus pais fluiu;
Ez, melyhez minden szent nevet
Cette terre que tous les saints noms
Esta terra todos os nomes sagrados
 Egy ezredév csatolt.
Ont assemblé depuis un millénaire.
Reunidos por mil anos.

*

Itt küzdtenek honért a hős
Ici, le héros se bat pour l’honneur
Aqui, o herói está lutando pela honra
 Árpádnak hadai;
Dans les troupes d’Arpad ;
Nas tropas de Arpad;
 Itt törtek össze rabigát
Ils sont déchaînés ici
Eles estão furiosos aqui
Hunyadnak karjai.
Les bras de l’immense Hunyad.
Os braços do enorme Hunyad.

*

Szabadság! itten hordozák
Liberté ! Ici, contemple le théâtre
Liberdade! Aqui, contemple o teatro
   Véres zászlóidat,
Où se sont ensanglantées tes bannières,
Onde seus banners estão sangrando,
S elhulltanak legjobbjaink
Et où les meilleurs sont morts
E onde os melhores estão mortos
 A hosszu harc alatt.
Pendant ce long combat.
Durante esta longa luta.

*

És annyi balszerencse közt,
Et après tant de malchance,
E depois de tanto fracasso,
 Oly sok viszály után,
Après tant de controverses,
Depois de muita controvérsia,
 Megfogyva bár, de törve nem,
Épuisée cependant, mais pas vaincue,
Exausto no entanto, mas não derrotado,
Él nemzet e hazán.
La nation irrigue la patrie.
A nação vive na terra natal.

*

S népek hazája, nagy világ!
Ô patrie des peuples, ô vaste monde !
Ó pátria dos povos, ó vasto mundo!
 Hozzád bátran kiált:
Elle t’implore :
Ela te implora:
   « Egy ezredévi szenvedés
« Mille ans de souffrance
« Mil anos de sofrimento

 Kér éltet vagy halált! »
Donne droit à vivre pleinement ou à mourir !  »
Dê o direito de viver plenamente ou morrer! « 

*

Az nem lehet hogy annyi szív
Se peut-il qu’autant de cœurs
Pode ser que tantos corações
Hiában onta vért,
Aient souffert en vain,
Sofreu em vão,
 S keservben annyi hű kebel
Se peut-il qu’autant d’âmes
Pode ser que tantas almas
  Szakadt meg a honért.
Se soient consumées en vain pour la patrie.
Foram consumidos em vão pelo país.

*

Az nem lehet, hogy ész, erő,
Il n’est pas possible que tant d’esprit et tant de force,
Não é possível que tanto espírito e tanta força,
 És oly szent akarat
Et animé d’une si sainte volonté
E animado por tal vontade sagrada
 Hiába sorvadozzanak
En vain, s’enlisent
Em vão, atolar-se
Egy átoksúly alatt.
Sous le poids de la malédiction.
Sob o peso da maldição.

*

Még jőni kell, még jőni fog
Il doit encore venir, il reviendra
Ele ainda tem que vir, ele vai voltar
Egy jobb kor, mely után
Ce meilleur avenir
Este futuro melhor
 Buzgó imádság epedez
Que prient ardemment
O que deixe centenas de lábios 
  Százezrek ajakán.
Des centaines de lèvres.
Rezarem ardentemente.

*

Vagy jőni fog, ha jőni kell,
Ou qu’elle vienne, si elle doit venir,
Ou se ela vier, se tiver que vir
 A nagyszerű halál,
La grande mort,
A grande morte
Hol a temetkezés fölött
A l’enterrement
No funeral
 Egy ország vérben áll.
D’un pays en sang.
De um país em sangue.

*

S a sírt, hol nemzet sűlyed el,
Et ils pleureront le mort d’une nation,
E eles vão lamentar a morte de uma nação,
 Népek veszik körűl,
Les peuples réunis,
Os povos unidos,
 S az ember millióinak
Et de millions de personnes
E em milhões de pessoas
  Szemében gyászköny űl.
Scintilleront des yeux endeuillés.
Cintila os olhos enlutados.

*

Légy híve rendületlenűl
Sois inflexible
Seja inflexível
Hazádnak, oh magyar:
Pour ton pays, ô Magyar :
Para o seu país, ó Magiar:
 Ez éltetőd, s ha elbukál,
C’est ta vie, et si tu échoues,
É a sua vida e se você falhar
 Hantjával ez takar.
T’ensevelira sa poussière.
Sua poeira te enterrará.

*

A nagy világon e kivűl
Dans le grand monde, au-delà,
No grande mundo, além,
Nincsen számodra hely;
Il n’y a pas de place pour toi.
Não há lugar para voce.
Áldjon vagy verjen sors keze;
Béni ou maudit
Abençoado ou amaldiçoado
Itt élned, halnod kell.
Tu dois vivre ici, tu dois mourir.
Você tem que viver aqui, você tem que morrer.

*****

Mihály VörösmartyMihály Vörösmarty

 


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Adam MICKIEWICZ (1830) A LA MERE POLONAISE – Do Matki Polki

*




POESIE POLONAISE

Traduction – Texte Bilingue

Poésie Polonaise
Polish poetry
poezja polska

 

Adam MICKIEWICZ
1798 – 1855

Traduction Jacky Lavauzelle

Do Matki Polki

À la mère polonaise

*****

 

O matko Polko! gdy u syna twego
O mère Polonaise ! quand dans l’œil de ton fils
W źrenicach błyszczy genijuszu świetność,
Brille la splendeur du génie,
Jeśli mu patrzy z czoła dziecinnego
Se reflète sur son visage d’enfant
Dawnych Polaków duma i szlachetność;
La fière noblesse de ses ancêtres polonais ;

**

 

Jeśli rzuciwszy rówienników grono
S’il quitte ardemment ses compagnons
Do starca bieży, co mu dumy pieje,
C’est pour entendre du vieillard les orgueilleuses chansons,
Jeżeli słucha z głową pochyloną,
Il écoute pensif, tête baissée,
Kiedy mu przodków powiadają dzieje:
La grandeur des légendes passées :

 




O matko Polko! źle się twój syn bawi!
O mère Polonaise ! Prends garde à ta postérité !
Klęknij przed Matki Boleśnej obrazem
Agenouille-toi devant la Mère des Douleurs
I na miecz patrzaj, co Jej serce krwawi:
Regarde l’épée qui ensanglante son cœur :
Takim wróg piersi twe przeszyje razem!
Elle percera le tien d’une telle témérité !

**

Bo choć w pokoju zakwitnie świat cały,
Car, bien que la paix dans le monde fleurisse,
Choć się sprzymierzą rządy, ludy, zdania,
Bien que les nations et les peuples s’unissent
Syn twój wyzwany do boju bez chwały
Ton fils est destiné à des batailles sans gloire
I do męczeństwa… bez zmartwychpowstania.
Et … au martyr sans résurrection ni espoir.



Każże mu wcześnie w jaskinią samotną
Qu’il parte tôt dans une grotte solitaire
Iść na dumanie… zalegać rohoże,
Qu’il médite sans cesse… couché sur la terre,
Oddychać parą zgniłą i wilgotną
Respirant cet air humide et pourri
I z jadowitym gadem dzielić łoże.
Et avec le reptile venimeux partageant son lit.

**

Tam się nauczy pod ziemię kryć z gniewem
Il apprendra à terrer sa colère ineffable,
I być jak otchłań w myśli niedościgły;
A rendre comme l’abîme sa pensée insondable ;
Mową truć z cicha, jak zgniłym wyziewem,
Et distiller dans son discours le poison savamment ,
Postać mieć skromną jako wąż wystygły.
A attendre comme le froid serpent patiemment.






Nasz Odkupiciel, dzieckiem w Nazarecie,
Notre Rédempteur, un enfant de Nazareth,
Piastował krzyżyk, na którym świat zbawił.
Portait sa croix par laquelle le monde a été sauvé.
O Matko Polko! ja bym twoje dziecię
O Mère Polonaise ! N’amuse ton fils
Przyszłymi jego zabawkami bawił.
Qu’avec les jeux de ses futurs supplices.

**

Wcześnie mu ręce okręcaj łańcuchem,
Que ses mains à de lourdes chaînes se plissent,
Do taczkowego każ zaprzęgać woza,
Que son dos à la charge s’endurcisse,
By przed katowskim nie zbladnął obuchem
Que son front devant la hache ne pâlisse
Ani się spłonił na widok powroza;
Ni à la vue d’une corde ne rougisse ;

**




Bo on nie pójdzie, jak dawni rycerze,
Il ne chevauchera pas comme les anciens chevaliers,
Utkwić zwycięski krzyż w Jeruzalemie,
Pour que la victorieuse croix  se dresse à Jérusalem,
Albo jak świata nowego żołnierze
Ni comme les fantassins du tricolore emblème
Na wolność orać… krwią polewać ziemię.
Creuser un sillon et verser son sang … pour la liberté.

**

obrazie / image
Grigorija Miasojedowa

**

Wyzwanie przyszle mu szpieg nieznajomy,
D’abord, un espion étranger le défier viendra
Walkę z nim stoczy sąd krzywoprzysiężny,
Là, contre un tribunal parjure le combat continuera,
 A placem boju będzie dół kryjomy,
Puis, dans un cachot sous terre il moisira,
A wyrok o nim wyda wróg potężny.
Enfin, un ennemi puissant sa sentence prononcera.

**

Zwyciężonemu za pomnik grobowy
Vaincu, comme pierre tombale funèbre
Zostaną sucha drewna szubienicy,
Il trouvera sa  sèche potence en bois austère
Za całą sławę krótki płacz kobiécy
Une femme qui pleure comme seule gloire éphémère
I długie nocne rodaków rozmowy.
Et de ses compatriotes de longues conversations crépusculaires.

*

 




aquarelle Juliusz Kossak

Adam MICKIEWICZ
1830

 

NOVEMBRE Giovanni Pascoli – Poesia – Poésie

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-




NOVEMBRE

**

Gemmea l’aria, il sole così chiaro
Air cristallin, soleil si clair
che tu ricerchi gli albicocchi in fiore,
Que tu recherches les abricotiers en fleurs,
e del prunalbo l’odorino amaro senti nel cuore…
Que ton cœur inhale l’amère fragrance des aubépines…

*




Ma secco è il pruno, e le stecchite piante
Mais le prunier est sec et les arbres étiques
di nere trame segnano il sereno,
Des lignes noires seules soulignent cette sérénité,
vuoto il cielo, e cavo al piè sonante sembra il terreno.
Le ciel est vide, tes pieds semblent faire résonner le creux de la terre.

*




Silenzio, intorno: solo, alle ventate,
Silence, tout autour, rafales de vent, seul,
odi lontano, da giardini ed orti,
Tu entends au loin, des jardins et des vergers,
di foglie un cader fragile.
La chute fragile des feuilles.
È l’estate, fredda, dei morti.
C’est le glacial été des morts.

*************

GIOVANNI PASCOLI
par
PAUL HAZARD
en 1912

« Il aimera toute la nature« 

Cet art très objectif est tout pénétré de sentiment. Ce pourrait être la haine de la nature marâtre, qui met au inonde les créatures pour les torturer, si nous ne nous rappelions ici la bonté essentielle de Pascoli : il ne se lasse jamais d’exprimer sa douleur, parce qu’il ne l’oublie jamais : mais de sa souffrance, plutôt qu’à la légitimité de la révolte, il conclut à la nécessité du pardon. Désirer la vengeance, blasphémer ou maudire, ne serait-ce pas perpétuer le mal sur la terre, et prendre rang parmi les coupables ? Ayant éprouvé qu’il y a dans la vie un insondable mystère, ils doivent se serrer les uns contre les autres, ceux que le même mystère angoisse ; ils doivent se chérir et s’entr’aider, pour prendre leur revanche contre le sort. La pitié, la tendresse, la douceur, voilà donc les sentimens qui pénétreront les vers du poète, et qui, partant des hommes, aboutiront aux choses. Parmi les hommes, il s’intéressera d’abord aux victimes, aux orphelins, aux malades ; puis aux humbles, aux pauvres, aux misérables ; puis encore, aux simples et aux primitifs. Pareillement, il aimera les arbres qui frémissent au vent, les fleurs qui tremblent sur leur tige, et la faiblesse gracieuse des oiseaux : comme saint François d’Assise, puisqu’on a dit de lui qu’il était un Virgile chrétien, ou un saint François païen ; comme ce Paolo Uccollo dont il a écrit la touchante histoire. Il aimera toute la nature : soit qu’il aperçoive en elle des symboles, et veuille voir des berceaux dans les nids ; soit qu’il manifeste une reconnaissance émerveillée pour les tableaux de beauté qu’elle lui présente ; soit qu’il l’associe aux hommes dans la lutte contre le mystère qui l’enveloppe elle-même, il finit par la considérer comme une mère très douce, qui nous berce encore à l’heure où nous nous endormons. « Ah ! laissons-la faire, car elle sait ce qu’elle fait, et elle nous aime !… » Ce sentiment-là, il nous le communique sans prétendre nous l’imposer. En effet, cet artiste épris d’exactitude, connaissant la valeur de la précision, en connaît aussi les limites. Il sait qu’au-delà du terme où l’analyse peut atteindre, il y a les forces presque inconscientes qu’il faut laisser agir par elles-mêmes après les avoir mises en mouvement. Il possède la pudeur rare qui consiste à ne pas vouloir tout dire ; à faire crédit à la sensibilité du lecteur ; à se taire lorsqu’il a provoqué le rêve, afin de ne le point troubler.
Giovanni Pascoli
Paul Hazard
Revue des Deux Mondes Tome 10-  1912




*****************



Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

Reviczky Gyula LA MORT DE PAN Pán halála Poème Hongrois

 

LA MORT DE PAN
Reviczky Gyula
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 

Reviczky Gyula
Vitkóc, 1855. április 9. – Budapest, 1889. július 11.
19 avril 1855 – 11 juillet 1889
magyar költő, író
Poète et écrivain hongrois




——–


Hongrie- Magyarországon
Szöveggyûjtemény
A magyar irodalom








Traduction – Texte Bilingue
Fordítás –  Kétnyelvű szöveget

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE HONGROISE
POESIE HONGROISE

A Magyar Irodalom
Magyar Költészet

Flag_of_Hungary_(1920–1946)_svg

 

Magyar Költő
Poète Hongrois








Pán halála  

La Mort de Pan

Jacob Jordaens
Le Satyre et le Paysan
Munich Alte Pinakothek

**

 

Alkonybiborban úszik a hajó.
Le pourpre nocturne flotte autour du bateau,
A tenger keble álmodón piheg.
Que soulèvent les rêves intimes de la mer.
Csélcsap Zefír, az arra illanó,
Le coquet Zéphyr volatile,
Hableplét pajkosan lebbenti meg.
Le frôle malicieusement.
Langyos párázat rezg a légben;
De tièdes vapeurs vibrent dans l’azur ;
A holdtányér az alkonyégen
La lune dans le ciel crépusculaire
Bágyadt szinéből lángba olvad át…
Jette à travers des languissantes flammes…
Köröskörül merengő némaság.
Tout autour le silence couve.

*

Lent a hajóba’
Au fond du navire
  Pattog a nóta.
Chavire la chanson.
Durva hajósnak
Les marins rugueux
Víg lakomátul
Joyeusement gueuletonnent
Keble kitágul;
Les poitrines s’entrouvrent ;
Szűk nyaku korsók összekoczódnak.
Les cruches au col étroit sensuellement se choquent.
Perdül a koczka, csalfa szerencse
Les dés se frôlent, la fortune trompeuse
 Pörgeti arra, pörgeti erre.
Passe par ici, passe par là.
Ölben a lányok,
Autour des filles
Ing a ruhájok,
Frissonnent les tuniques,
  Szív az ajak hiblájai mézet.
Aux lèvres au goût du miel d’Hybla.
« Lezbia, csókolj! éljen az élet!
« Lesbie, embrasse-moi ! Vive la vie !
 Éljen a kedvnek mámora, gőze
Vive le frisson vaporeux de mon désir,
Éljen a vágy, mely minden időbe’
Vive le désir qui tout le temps s’abreuve 
 Inni mohón kéjserleget unszol.
Goulûment à la fontaine des voluptés.
Nincs zene, bor, lány, hol Koczitusz foly! »
Plus de musique, de vin, plus de fille, où continue le Cocyte ! « 

*

S még hangosabb lesz a hajófenék.
Des huées plus fortes encore dans le fond du navire.
Szitok, kurjantás röpköd szerteszét.
Le vacarme partout dans l’espace.
Padlóra öntik a caecubumit,
Du vin sur le sol se verse,
  Tiberiust, a császárt így köszöntve.
Tibère l’empereur est salué.
Egy ifju pár függöny mögé buvik;
Derrière le rideau se caresse un jeune couple ;
 Pajkos manó incselkedik körötte.
Un malicieux elfe autour d’eux s’affaire.
  Mások szilaj cordaxot lejtenek,
D’autres s’inclinent dans une sauvage ronde,
S a gondtalan, a dévaj istenek
Et les dieux, au milieu des plaisirs insouciantes
 Látatlanul vegyülnek el e körbe.
S’introduisent invisibles dans le cercle.








*

És hallga, a hajó kormányosa
Et le commandant entend
Hangot hall, mely nevén szólítja zordul.
Une voix l’appelant sinistrement.
« Thamus! »… Ki az? Ki volna! Nem csoda.
« Thamus! » … Qui est-ce ? Qui sait ! Rien d’étonnant.
Csak feje zúg, csak füle cseng a bortul.
Seule la clameur dans sa tête, où le vin chante encore.
  De ni! Nem volt ez az előbbi hang?
Une voix à nouveau ! Différente de la première voix ?
  « Thamus! »… No várj, nem tréfálsz meg, bitang!
« Thamus! « … Non, attends, je ne plaisante plus, maraud !
 S fölmegy, hogy lássa. Gyönyörű az éj:
Il remonte sur le pont. Une belle nuit :
Ezüstszegélyü a hullámkarély.
Lumineux scintillement des vagues.
A tengerből lágyan kirezgenek
La mer doucement redessine
A csillagok, vagy tán najád-szemek?
Les étoiles, ou peut-être les yeux des naïades ?
S távol, hová a szem sötétben ér,
Et au loin, là où l’œil atteint l’obscurité,
Etóliának partja feketél.
Les côtes d’Étolie se cachent.

*

Thamus körültekint figyelmesen.
Thamus regarde tout autour.
Lélek se. Minden néma, nesztelen.
Personne. Tout est silencieux, calme.
Csalódott mégis; s már indulna vissza.
Encore déçu, il redescend.
  Lent koczka várja, bor s tüzes Melissza.
Le vin est là et la chaude Mélissa.
De ím, a titkos hang az éjhomályba’
Mais la voix secrète énigmatique
Harmadszor is Thamus nevét kiáltja.
Souffle une troisième fois le nom de Thamus.
  « A földi hang embertől jő; ez égi.
  « Toi, la voix qui provient pas de la terre, voix céleste,
Ki vagy? Mi kell? » – Thamus szepegve kérdi.
Qui es-tu ? Que veux-tu ? »- Demande Thamus agacé.
Harsány szózat zúg erre át a légen;
La voix forte traverse alors les airs ;
Meghallják lent is, a hajófenéken.
Et s’entend même au fond du navire.
  S ez íge hallik: « Thamus, vén hajós,
Et dit : « Thamus, vieux marin,
Légy tudtodon kivűl ma jós.
 Tu deviendras oracle aujourd’hui.
Elérve Palodesz magaslatot,
 En atteignant le haut lieu de Pallentès,
Add hírűl: « A nagy Pán halott! »
Et tu proclameras alors : Le grand Pan est mort! »

*

S elnémul a duhajkodó csapat.
L’équipage se tut.
Nem kell a korty, nem izlik a falat.
Plus aucunes gorgées, plus rien ne passe.
Thamusnak nem jön álom a szemére;
Les rêves pénètreront les yeux de Thamus ;
Magába száll, merengő, meghatott;
Troublé et perdu ;
S midőn Palodeszt a hajó elérte:
Le navire atteignit Pallentès :
A part felé
S’approchant de la côte
Kiáltja, mint a szózat rendelé:
Il cria à pleins poumons :
« Meghalt a nagy Pán! A nagy Pán halott! »
  « Le grand Pan est mort ! Le grand Pan est mort ! » 

*

S egyszerre – ily csodát ugyan ki látott? –
Et soudain- a-t-on vu déjà un tel miracle ? –
Megindulnak fák, bokrok és kövek.
Les arbres se pliant, des buissons et des rochers.
Halk zokogás kél; elhaló sirámot
Sanglots silencieux ; sombres lamentations
Kinos nyöszörgés, jajgatás követ.
Gémissements, rochers en pleurs.
Velőt rázó, mély sóhajok keringnek,
Des secousses et des valses de profonds soupirs,
Sirás hangzik fel, csukló, szakgatott.
Des sons déchirants, des sanglots frémissants.
De kétségb’esve túlzokogja mindet:
Mais cette voix encore les dépasse :
« Meghalt a nagy Pán! A nagy Pán halott! »
  « Le grand Pan est mort ! Le grand Pan est mort ! » 

*








Némán hever hétcsővü fuvolája,
La flûte aux sept tuyaux sonores s’est éteinte,
A mellyel nimfákat rémítgetett.
Celle qui effarouchait les nymphes.
A föld mátul rideg, zord, néma, árva;
La terre est froide, sombre, orpheline muette ;
Nem élnek rajt’ a játszi istenek.
Ils ne vivent pas ici les dieux rieurs.
A szatirok, szilvánok és najádok
Les satyres, les sylvains et les naïades
– Minden bokorban istenség lakott –
– Chaque divinité habitait dans les buissons –
Ott hagytak fát, füvet, forrást, virágot…
Il ont déserté désormais les arbres, les herbes et les fleurs…
Meghalt a nagy Pán! A nagy Pán halott!
Le grand Pan est mort ! Le grand Pan est mort !

*

A természetből elszállott a lélek.
L’âme de la nature s’est envolée :
Eztán a földön isten nem mulat.
La terre n’amuse plus les dieux.
Nem lesznek többé gondtalan kedélyek;
Elle n’a plus la même insouciance ;
Jön a szivet fásító öntudat.
La conscience dans le cœur s’est installée.
Egyhanguság, elmélkedés unalma…
Uniforme, la pensée ennuie …
Óh Thamus, ezt jelenti jóslatod!
Oh Thamus, voilà ta prédiction !
Megszünt az istenek pogány uralma.
Les dieux païens ont cessé de régner.
Meghalt a nagy Pán! A nagy Pán halott!
Le grand Pan est mort ! Le grand Pan est mort !

*

Hallják ezt a hajósok, de nem értik.
Les marins entendent, mais ne comprennent pas.
« Meghalt a nagy Pán? » Álmélkodva kérdik.
« Il est mort le grand Pan ? » demandent-ils étonnés.
Ki fejti meg e százhangú siralmat?…
S’expliquent-ils ce deuil unanime ? …
Ti embersorsot intéző hatalmak,
Vous les puissances souveraines,
Óh, küldjetek fényjelt e vak homályba,
Oh ! envoyez un signal lumineux dans cette aveugle obscurité,
Hogy mit jelent a természet siráma.
Expliquez-nous d’où proviennent ces lamentations.

*

És zúg az erdő, hűs szellőcske támad,
Et un murmure frissonne dans la forêt, un vent passe,
Az éj sötétje szürkeségre bágyad.
L’obscurité de la nuit devient gris doré.
A lejtőn fínom ködburok lapul,
Une fine nuée tombe
S titkos szózat kél íme válaszul:
Et une voix secrète donna la réponse suivante :

*

« Pán és családja meghalt. Él az Isten:
 « Pan et sa famille sont morts dans le Dieu vivant :
Nem fűben, fában, kőben, de a szivben.
Il ne se trouve ni dans les herbes, ni dans les bois, ni dans la pierre, mais dans le cœur.
A kicsapongó istenek halottak,
Les dieux paillards sont morts,
Kora lejárt a dölyfös boldogoknak,
  L’ère heureuse des gens arrogants est terminée,
A szenvedők birják eztán a földet.
  Maintenant, la terre s’ouvre désormais à la souffrance.
  Édes gyönyör leszen hullatni könnyet.
Il y aura un doux plaisir versé de larmes.
  Az erdő hallgatag, szelid magánya
La calme forêt, la solitude douce
A búsulóknak lesz vigasztalása.
Consoleront les peines.
  Ki szomorú nem volt, az mind pogány,
 Ceux qui n’éprouvent pas de tristesse sont païens,
Ő rendelé ezt így a Golgothán.
Voici Ses révélations des hauteurs du Golgotha.
Ő, a ki jámbor, irgalmas, szelid
 Lui, saint, miséricordieux, doux
 S elvette a világnak bűneit. »
Qui enleva les péchés du monde « .

*

És ím kelet felől, a hol pirosra
Et de l’Est, où le rouge
Leget, párát a hajnal fénye fest:
Teinte le brouillard aux premières lueurs de l’aube :
Az ég alján, a földdel összefolyva
Du fond du ciel au plus profond de la terre
Feltűnik a kereszt.
Apparaît la croix.

****

Reviczky Gyula
LA MORT DE PAN

ON TEACHING KHALIL GIBRAN SUR L’ENSEIGNEMENT

The Prophet
On Teaching
Sur l’Enseignement

The Prophet XVIII
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898



جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET XVIII
On Teaching
SUR L’ENSEIGNEMENT

 

1923


*

on-teaching-khalil-gibran-sur-lenseignement-artgitato-hippolyte-flandrin-jeune-homme-assisJeune homme nu assis
Hippolyte Flandrin
1855 musée du Louvre

*


Then said a teacher, « Speak to us of Teaching. »
Puis un professeur demanda : « Parle-nous de l’Enseignement. »
And he said:
Et il dit :
No man can reveal to you aught but that which already lies half asleep in the dawning of our knowledge.
Aucun homme ne peut vous révéler autre chose que ce qui est déjà à moitié endormi dans l’aube de notre connaissance.

 The teacher who walks in the shadow of the temple, among his followers, gives not of his wisdom but rather of his faith and his lovingness.
 Le maître qui marche dans l’ombre du temple, parmi ses disciples, ne donne pas de sa sagesse, mais plutôt de sa foi et de son amour.  
  If he is indeed wise he does not bid you enter the house of wisdom, but rather leads you to the threshold of your own mind.
S’il est sage, il ne vous fera pas entrer dans la maison de la sagesse, mais il vous conduira au seuil de votre propre esprit.
The astronomer may speak to you of his understanding of space, but he cannot give you his understanding.
L’astronome peut vous parler de sa compréhension de l’espace, mais il ne peut vous donner sa compréhension elle-même.
The musician may sing to you of the rhythm which is in all space, but he cannot give you the ear which arrests the rhythm nor the voice that echoes it.
  Le musicien peut vous jouer le rythme qui est dans tout espace, mais il ne peut pas vous donner l’oreille qui capte le rythme ni la voix qui lui fait écho.
 And he who is versed in the science of numbers can tell of the regions of weight and measure, but he cannot conduct you thither.
Et celui qui est versé dans la science des nombres peut dire des correspondances des poids et mesures, mais il ne peut vous y conduire.
For the vision of one man lends not its wings to another man.
Car la vision d’un homme ne prête pas ses ailes à un autre homme.
      And even as each one of you stands alone in God’s knowledge, so must each one of you be alone in his knowledge of God and in his understanding of the earth.
Et comme chacun de vous se tient seul dans la connaissance de Dieu, il faut que chacun d’entre vous soit seul dans sa connaissance de Dieu et dans sa compréhension de la terre.  

***

Sur l’Enseignement
Khalil Gibran
On Teaching

LA PIERRE TOMBALE Poésie de GIOVANNI PASCOLI – LAPIDE

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-




Lapide
La Pierre Tombale

Dietro spighe di tasso barbasso,
Derrière un amas de molène,
   
tra un rovo, onde un passero frulla
parmi les ronces, où un moineau s’agite
improvviso, si legge in un sasso:
tout à coup, il est dit sur une pierre:
 
     QUI DORME PIA GIGLI FANCIULLA. 
ICI REPOSE PIA JEUNE DEMOISELLE.

*




Radicchiella dall’occhio celeste,
Chicorée sauvage à l’œil céleste,
  
  dianto di porpora, sai,
pourpre, que sais-tu,
sai, vilucchio, di Pia? la vedeste,
que sais-tu, liseron, de Pia ? vous l’avez vue,
 
     libellule tremule, mai?
tremblantes libellules, jamais ?

*




Ella dorme. Da quando raccoglie
Elle dort. Depuis quand se recueille
nel cuore il soave oblio? Quante
dans ce cœur ce suave oubli ? Combien
oh! le nubi passate, le foglie
oh ! de nuages passés, de feuilles
  cadute, le lagrime piante;
tombées, de plantes larmoyantes ;

*

quanto, o Pia, si morì da che dormi
combien, ô Pia, sont mortes depuis que tu dors
   tu! Pura di vite create
toi ! Pure de vie créée
 
a morire, tu, vergine, dormi,
à mourir, toi, vierge, dors,
   le mani sul petto incrociate.
les mains croisées sur sa poitrine. 

*




Dormi, vergine, in pace: il tuo lene
Dors, vierge, en paix : ton léger
  
respiro nell’aria lo sento
souffle dans l’air, je le sens
 assonare al ronzìo delle andrene,
s’associer au bourdonnement des Andrènes,
   
    coi brividi brevi del vento.
avec les brefs frissons du vent.

*




Lascia argentei il cardo al leggiero
Laisse argenté le chardon, sur la légèreté
  
   tuo alito i pappi suoi, come
de ton souffle, des aigrettes, comme
 il morente alla morte un pensiero,
le mourant laissant à la mort une pensée,
   vago, ultimo: l’ombra d’un nome.
vague, ultime : l’ombre d’un nom.

*****************




Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

Giovanni Pascoli – POESIE – Selezione di poesie – Traduction

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Sélection de Poèmes
selezione di poesie


La felicità
 La Félicité

Quando, all’alba, dall’ombra s’affaccia,
Lorsque, à l’aube, de l’ombre elle surplombe,
discende le lucide scale
descendant les escaliers polis

*

Lapide
La Pierre tombale

Dietro spighe di tasso barbasso,
Derrière un amas de molène,
   
tra un rovo, onde un passero frulla
parmi les ronces, où un moineau s’agite

*

Novembre

Gemmea l’aria, il sole così chiaro
Air cristallin, soleil si clair
che tu ricerchi gli albicocchi in fiore,
Que tu recherches les abricotiers en fleurs,

*

Nebbia
La Brume
Canti di Castelvecchio

Nascondi le cose lontane,
Tu dissimules les choses lointaines,
tu nebbia impalpabile e scialba,
Toi brume impalpable et terne,

*

Il Gelsomino Notturno
Le Jasmin dans la nuit

 E s’aprono i fiori notturni,
Et les fleurs nocturnes s’ouvrent,
nell’ora che penso ai miei cari.
Alors qu’à mes proches je pense.

*

La Tessitrice
La Tisseuse

1897

Mi son seduto su la panchetta
Je me suis assis sur le banc
come una volta… quanti anni fa?
comme jadis … quand était-ce donc ?

*

Gloria
Gloire
LE GIOIE DEL POETA
LES JOIES DU POETE
Myricae
1891

— Al santo monte non verrai, Belacqua? —
– Sur la sainte montagne, ne viendras-tu pas, Belacqua ? –




Io non verrò: l’andare in su che porta?
Non, je ne viendrai pas : pourquoi la gravirais-je ?

*

 IL BACIO DEL MORTO
LE BAISER DU MORT

I

È tacito, è grigio il mattino;
C’est ainsi, le matin est gris ;
 
la terra ha un odore di funghi;
Les champignons parfument la terre ; …

II

Chi sei, che venisti, coi lievi
Qui es-tu, qui es venu, à petits
 tuoi passi, da me nella notte?
Pas vers moi dans la nuit ? …

III

Chi sei? donde vieni? presente
Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Présent ici
tuttora? mi vedi? mi sai?
encore ? Me vois-tu ? Me connais-tu ?…

*

Temporale – Orage
IN CAMPAGNA
XII
Myricae
1891

Un bubbolìo lontano…
Au loin, un grondement…

****

Il sogno della vergine
Le Rêve de la vierge
Canti di Castelvecchio

I

La vergine dorme. Ma lenta
La vierge dort. Mais indolente
la fiamma dal puro alabastro
La flamme d’albâtre pur tente

II

Stupisce le placide vene
Stupéfiant les placides veines
quel flutto soave e straniero,
Quel étranger flux suave,

III

Un figlio! che posa nel letto
Un fils ! Sur son lit
suo vergine! e cerca assetato
De vierge ! Assoiffé, il cherche

IV

Si dondola dondola dondola
Oscillant, se balançant, se ballotant
senza rumore la cuna
Sans bruit le berceau

V

Il lume inquieto ora salta
L’inquiète clarté lumière oscillante
guizzando, ora crepita e scende:
Illumine, puis crépite et décroît :

**

*************

GIOVANNI PASCOLI
par
PAUL HAZARD
en 1912

« Il aimera toute la nature« 

Cet art très objectif est tout pénétré de sentiment. Ce pourrait être la haine de la nature marâtre, qui met au inonde les créatures pour les torturer, si nous ne nous rappelions ici la bonté essentielle de Pascoli : il ne se lasse jamais d’exprimer sa douleur, parce qu’il ne l’oublie jamais : mais de sa souffrance, plutôt qu’à la légitimité de la révolte, il conclut à la nécessité du pardon. Désirer la vengeance, blasphémer ou maudire, ne serait-ce pas perpétuer le mal sur la terre, et prendre rang parmi les coupables ? Ayant éprouvé qu’il y a dans la vie un insondable mystère, ils doivent se serrer les uns contre les autres, ceux que le même mystère angoisse ; ils doivent se chérir et s’entr’aider, pour prendre leur revanche contre le sort. La pitié, la tendresse, la douceur, voilà donc les sentimens qui pénétreront les vers du poète, et qui, partant des hommes, aboutiront aux choses. Parmi les hommes, il s’intéressera d’abord aux victimes, aux orphelins, aux malades ; puis aux humbles, aux pauvres, aux misérables ; puis encore, aux simples et aux primitifs. Pareillement, il aimera les arbres qui frémissent au vent, les fleurs qui tremblent sur leur tige, et la faiblesse gracieuse des oiseaux : comme saint François d’Assise, puisqu’on a dit de lui qu’il était un Virgile chrétien, ou un saint François païen ; comme ce Paolo Uccollo dont il a écrit la touchante histoire. Il aimera toute la nature : soit qu’il aperçoive en elle des symboles, et veuille voir des berceaux dans les nids ; soit qu’il manifeste une reconnaissance émerveillée pour les tableaux de beauté qu’elle lui présente ; soit qu’il l’associe aux hommes dans la lutte contre le mystère qui l’enveloppe elle-même, il finit par la considérer comme une mère très douce, qui nous berce encore à l’heure où nous nous endormons. « Ah ! laissons-la faire, car elle sait ce qu’elle fait, et elle nous aime !… » Ce sentiment-là, il nous le communique sans prétendre nous l’imposer. En effet, cet artiste épris d’exactitude, connaissant la valeur de la précision, en connaît aussi les limites. Il sait qu’au-delà du terme où l’analyse peut atteindre, il y a les forces presque inconscientes qu’il faut laisser agir par elles-mêmes après les avoir mises en mouvement. Il possède la pudeur rare qui consiste à ne pas vouloir tout dire ; à faire crédit à la sensibilité du lecteur ; à se taire lorsqu’il a provoqué le rêve, afin de ne le point troubler.
Giovanni Pascoli
Paul Hazard
Revue des Deux Mondes Tome 10-  1912




La felicità – La Félicité – Poésie de Giovanni Pascoli

 

Giovanni Pascoli

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

GIOVANNI PASCOLI
1855-1912

Giovanni Pascoli artgitato poesie poesia

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

La felicità
La Félicité

In Myricae, 1891 

Quando, all’alba, dall’ombra s’affaccia,
Lorsque, à l’aube, de l’ombre elle surplombe,
discende le lucide scale
descendant les escaliers polis
e vanisce; ecco dietro la traccia
puis disparaît ; ici, derrière la trace,
d’un fievole sibilo d’ale,
d’un léger sifflement d’ailes,

*

io la inseguo per monti, per piani,
je la suis par les montagnes, les plaines,
nel mare, nel cielo: già in cuore
au-dessus des mers, dans le ciel :  déjà, dans le cœur
io la vedo, già tendo le mani,
je la vois, déjà, je lui tends les mains,
già tengo la gloria e l’amore.
déjà, j’ai la gloire et l’amour.

*

Ahi! ma solo al tramonto m’appare,
Ah ! mais seulement au coucher du soleil elle m’apparaît,
su l’orlo dell’ombra lontano,
sur le bord de l’ombre lointaine,
e mi sembra in silenzio accennare
et il me semble en silence qu’elle m’indique
lontano, lontano, lontano.
le lointain, le lointain, le lointain.

*

La via fatta, il trascorso dolore,
La route faite, la douleur vécue,
m’accenna col tacito dito:
elle m’indique avec son doigt tacite:
improvvisa, con lieve stridore,
soudain, avec un léger bruit,
discende al silenzio infinito.
elle descend vers le silence infini.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
artgitato
******************

 

PAUL HEYSE ou LE BALANCEMENT DES HUMEURS (L’ARRABBIATA, LE GARDE-VIGNES, RESURRECTION)

PAUL HEYSE (1830-1914)

L’ARRABBIATA (1855)
LE GARDE-VIGNES (1855)

RESURRECTION (1855)

Heyse Artgitato

Le balancement des humeurs

Paul Heyse saisit des êtres,

dans la nouvelle, courte et condensée, qui possèdent en eux des cassures certaines.

LE BALANCEMENT DES CULTURES

Il les place dans des univers que parfois tout oppose. Mais ces divergences n’en sont jamais vraiment tout à fait. Une harmonie tend à régner et à cicatriser. Il faut chercher dans le parcours et dans la vie de Heyse, ce goût pour les brusques changements de braquet.

Depuis son enfance, il jongle entre sud et nord de l’Europe. Allemand du nord, originaire de Berlin, il travaille à la Cour de Bavière, voyageant à de multiples reprises en Italie, Naples, Venise, le lac de Garde, traduisant Leopardi et d’autres poètes italiens.

Pour l’Italie, la lumière franche, la vélocité et l’énergie, à l’image de Laurella qui descend des hauteurs de Sorrente, « On pouvait apercevoir, en haut, une jeune fille svelte, qui descendait rapidement les escaliers et faisait signe avec un mouchoir…elle avait seulement une façon distinguée, quoique un peu sauvage, de jeter la tête en arrière, et les noires tresses qu’elle portait enroulées sur son front, lui faisaient comme un diadème» (L’Arrabbiata).

Pour l’Allemagne, ou l’Autriche, la réflexion, la gravité, la lenteur et la profondeur, « Les derniers bruits de la ville où le travail cessait de bonne heure, les derniers sons des cloches s’éteignaient doucement ; bientôt on ne distingua plus que le bruissement rapide des eaux qui descendaient de la montagne…vers onze heures, le silence devint plus profond encore, et la nuit noire, lourde, sans étoiles, sans le moindre souffle d’air, étendit ses vapeurs humides et chaudes sur la terre… » (Le Garde-vignes)

LE BALANCEMENT DES COULEURS


Paul Heyse aime animer ses nouvelles par des bouleversements rapides des sentiments des personnages, à travers une palette de noir, de rouge et de blanc, et de temps en temps de gris. Les couleurs sont franches comme les sentiments. Le fade n’existe pas. Il ne convient pas à la structure même de ses nouvelles.

C’est l’occasion, dans le rouge du sang et le noir des humeurs, de faire saisir le manque. Dans ce manque, les personnages trouveront la possibilité d’agir, même s’il faut passer par la crise d’un épisode tragique.

LE BALANCEMENT DES COEURS

Il ne dépeint donc que des hommes et des femmes à la limite, avec une fracture, une énigme. « Le prêtre s’aperçut qu’il avait mis le doigt sur une blessure profonde. »  (Le garde-vignes). Ils se retrouvent dans une nécessité qui relègue le libre-arbitre un peu plus loin. Ils suivent leur destin, les saltners…, « Le jour et la nuit, sans repos ni trêve, sans que le dimanche même leur apporte une heure de liberté, les saltners, ces épouvantails vivants des oiseaux, parcourent chacun le district qui lui est assigné » (Le Garde-vignes),  …comme les travailleurs de Capri, comme Taddeo qui garde la Citadelle et qui accueille Eugène, l’officier, « La souffrance et une sorte de colère sourde contre le destin donnaient à la physionomie quelque chose de sinistre. » (Résurrection).

Mais cette tragédie ne dure pas si longtemps, et elle est contrebalancée elle-aussi par une fin le plus souvent heureuse. Toujours ce mouvement de balancier que Heyse propulse dans son récit« Mais bientôt sa voix retentit pleine et joyeuse dans la vaste nef, et quand l’orgue se fit entendre, il leva ses regards vers le ciel, invoquant avec ferveur les bénédictions d’en haut sur la tête d’Anna et sur celle des deux jeunes gens qui se tenait à ses côtés. » (Le Garde-vignes).

Pour les dépeindre, il les place donc dans des lieux magnifiques mais inquiétants, la mer qui sépare Sorrente de

ET PARTOUT DES VAPEURS

Capri, les montagnes du Tyrol. Le danger est latent, il plane, s’engouffre, envahit. Les êtres y sont plongés, ne pouvant rejeter le lent cheminement de la tragédie.  « Au sud du Tyrol, à l’endroit où le lac de Garde prolonge jusque dans les montagnes ses rives pittoresques, un vieux château se dresse fièrement sur une pointe du rocher, pareil à un nid de mouettes accroché à un écueil. » (Résurrection). L’Arrabbiata s’ouvre sur la terrible protection du Vésuve, « Une large couche de vapeurs grisâtres s’allongeait sur le Vésuve en descendant de Naples, et mettait dans l’ombre les petites villes de cette partie de la côte. » Dans le Garde-vigne, les vignobles sont généreux, les ceps magnifiques. Tout est pour le mieux, le Saltner veille, les raisins attendent les mains prochaines des vendangeurs… mais la chaleur est là, enveloppante et étouffante, menaçante, « aucun souffle n’agitait l’air sous ces voûtes de feuillage, aussi la chaleur y était-elle énervante, et si, pour respirer plus librement, on s’approchait des petits escaliers de pierre brute, qui conduisent d’une pièce de vigne à l’autre, on sentait une mer de vapeurs embrasés vous peser lourdement sur la tête et la poitrine. »  La vapeur est partout, remplit les hommes et l’espace, elle n’aura plus qu’à laisser le temps la dissiper au large…

DES CHANGEMENTS BRUSQUES EN OPPOSITION

Dans ces espaces, les sentiments sont compressés par la vapeur comme par le récit court de la nouvelle. L’action va vite, les changements sont brusques et soudains. Dans ces poèmes déjà, Paul Heyse évoque ces ruptures.

« Une nouvelle vie commence, un nouvel amour, un nouvel enfant :
J’étais si vieux déjà – me revoici tout jeune…
J’étais muet déjà – et je chante à voix claire…
J’étais déjà cynique – et me voici pieux… »

Ou encore :

« Cime et bas-fonds ont leurs joies et leurs peines,
Repousse l’envie insensée :
A d’autres maux sont liées d’autres joies. »

Et enfin :

Ah, l’amour et le bonheur
Passé comme un rêve!
Attention, attention,
Donc, les choses sont en cours d’exécution:
Fleurs et blessures

LA FAILLE TOUJOURS PROCHE

L’éruption est toujours proche. Le cœur palpite et la tempête s’installe dans le cœur du bel Antonino. « Mais lui la battait que le cœur m’en brisait… Mais quand il la voyait à terre, il changeait tout à coup, la relevait l’embrassait tant qu’il l’étouffait presque. »  (L’Arrabbiata). Les hommes d’église, comme le curé de Capri ou le vicaire de Méran, connaissent ses tranformations mieux que quiconque. « Le vicaire continua sa route…mais l’habitude d’assister aux tempêtes de l’âme. » (Le garde-vignes)
La nature est aussi annonciatrice des évènements à venir. La montagne que l’ont gravie apaise, « Barberine voulait-elle l’attirer sur la montagne pour soulager son cœur ? » (Résurrection), La mer ou les nuages dans le ciel sont le signe d’une prochaine tempête, qui en fait se produira sur le bateau, « Il a dit à l’hôtesse de l’Osterie que le temps l’inquiétait, quoiqu’il fût clair ; qu’il connaissait cette couleur du ciel et de la mer. Ils avaient cette apparence avant la dernière grande tempête pendant laquelle il avait eu tant de peine à ramener à terre cette famille anglaise. …Ils étaient assis dans le bateau comme des ennemis acharnés. Le cœur leur tremblait terriblement fort. La figure, tout à l’heure bienveillante d’Antonio, était très rouge. Il frappait sur l’eau si fort que l’écume le couvrait, ses lèvres tremblaient comme s’il murmurait de mauvaises paroles. » (L’Arrabbiata)

LE CALME APRES LA TEMPÊTE

La tempête des sentiments se calme tout aussi rapidement qu’elle a commencé. Les nuages partent comme par enchantement. Les coups donnés à la mère sont suivis par les regrets du père. « Il faisait des yeux comme mon père quand il demandait pardon à ma mère, et voulait la prendre dans ses bras pour lui dire des bonnes paroles. Je connais ces yeux là. Celui-là aussi sait les faire, qui a le cœur de battre la femme qui ne lui a jamais fait de mal. » (L’Arrabbiata)

« Qui aurait pensé, se disait-il, que Dieu saurait émouvoir si vite cet incroyable cœur ? Je me faisais des reproches de n’avoir pas combattu plus vivement le démon en courant vers elle ; mais les yeux ont la vue courte pour les chemins du ciel. » (L’Arrabbiata)

« La crise à laquelle avait succédé un repos rafraîchissant, exempt de souvenirs, se manifestait encore par le battement plus précipité des artères, et la vue de ce visage plein de calme et d’innocence augmentait le trouble du jeune homme. » (Le garde-vignes)

« Mais, cette nuit-là, un éclat extraordinaire les animait : le visage de la tante Anna semblait rajeuni, ses joues s’étaient colorées, et elle marchait d’un pas si rapide que Rosine avait peine à la suivre. »(Le garde-vignes)

Un regard, un mot peuvent être à l’origine du bouleversement ; des paroles peuvent calmer aussi. « Ces paroles produisirent sur Moïdi une impression profonde. Depuis ce moment, elle parut complètement changée… A vrai dire, Moïdi était assez noire pour deux, et les ombres de son teint pouvaient contrebalancer l’éclat trop vif de celui de son fiancé.» (Le garde-vignes)

« La tendresse impétueuse que sa fille témoignait au pauvre déshérité avec toute la fougue de son caractère, parut augmenter la colère de Moïdi et faire naître dans son âme une jalousie sombre et mauvaise. » (Le garde-vignes)

« Oui, souvent quand elle était saisie d’une émotion soudaine, son rire joyeux se changeait en une contraction nerveuse qui se terminait par une crise violente …André n’avait pas eu à se reprocher d’être cause de ces terribles accès ; on le faisait venir au contraire pour chasser le mauvais esprit. » (Le garde-vignes)

« Une métamorphose complète semblait s’opérer sur lui, son visage avait pris une animation soudaine, la vigueur et l’éclat de la jeunesse brillaient de nouveau sur ses traits. » (Le garde-vignes)

« Après son départ, je me mis à sangloter, puis à chanter si fort que l’on aurait dû m’entendre de Méran. » (Le garde-vignes)

LA CONGRUENCE DES LIEUX ET DES ÊTRES

Les personnages de Heyse sont de véritables caméléons. Ils ressemblent à leur paysage. A ne plus savoir, si le paysage les a forgés, ou s’ils ont trouvé le lieu qui convenait le mieux à leur caractère. Cette congruence entre les lieux et les êtres est constitutive du roman ; elle se retrouve à chaque instant,  « au lieu de descendre dans le jardin, la jeune femme se tenait debout, pareille à une statue, sur les marches de pierre. » (Résurrection)

Le changement peut suivre les méandres d’un chemin, d’une voie. La pensée se fait à la nature des lieux. Les ornières de Résurrection sont autant celles qui parsèment le chemin que celles qu’il devra éviter dans le château.

« Voyant que son compagnon était décidé à n’en pas dire davantage, l’étranger cessa de lui adresser aucune question ; il marchait le long du chemin sillonné d’ornières profondes, réfléchissant aux conséquences probables de la démarche qu’il allait faire…Le château avait un aspect sombre et menaçant ; ses rares fenêtres étaient fermées par d’épais volets, comme si les habitants eussent voulu rompre avec le monde extérieur… » (Résurrection)

« Il ne tarda pas à s’en apercevoir, et continua lentement sa marche, l’esprit préoccupé de la sombre énigme de la nuit. Arrivé au sommet de la chaîne de collines qui enserre la vallée, il s’arrêta et porta ses regards sur le chemin qu’il venait de parcourir. A une centaine de pieds au-dessus de lui, le château dressait ses murailles grisâtres ; du point où Eugène était placé, il pouvait embrasser l’ensemble de l’édifice et plonger son regard dans le petit jardin qui, malgré ses rosiers en fleur, éveillait des pensées lugubres comme la tombe. … Avant de n’avoir pas à se reprocher de négliger entièrement sa mission officielle, il suivit le lit desséché du ruisseau dans la direction du nord, sautant de rocher en rocher, prenant note des divers accidents du terrain, sans parvenir à calmer par le travail les pensées qui agitaient son esprit. Quelques heures plus part, il fit halte dans une maisonnette en ruines dont l’aspect suspect annonçait qu’elle devait servir d’abri aux contrebandiers plutôt qu’à d’honnêtes voyageurs. Une femme en haillons lui offrit du pain de maïs, un morceau de fromage et un verre de mauvaise piquette. Quand il eut terminé ce maigre repas, il s’enfonça dans le taillis, marchant à l’aventure et suivant d’un œil pensif les capricieuses spirales de la fumée de son cigare. » (Résurrection)

La nouvelle Résurrection s’achève avec la mort symbolique de la montre. Celle qui fut trouvée au bord du chemin cassée, Eugène a perdu Giovanna. Celle qui fut jetée dans le lac, l’histoire est finie.

« Il tira brusquement la montre et la jeta dans l’eau profonde. » (Résurrection)

Les lieux nous parlent des êtres, et les choses, du temps qui passe.

Jacky Lavauzelle