Archives par mot-clé : soneto

LE SOLEIL ET LA MER – Poème de Florbela Espanca – 1919- Eu q’ria ser o Mar ingente e forte

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

_____________________________

 

LE SOLEIL ET LA MER
Eu q’ria ser o Mar ingente e forte


Poème paru dans

« Livro das Mágoas
« 
« Le Livre des Peines »
1919

 

_________________________________________

Paul Gauguin, Cavaliers sur la plage,1902, collection Stavros Niarchos, Grèce

***************


Eu q’ria ser o Mar ingente e forte
Je voulais être la Mer puissante et forte
O mar enorme, a vastidão imensa…
La mer immense, la vaste étendue …
Eu q’ria ser a árvore que não pensa,
Je voulais être l’arbre qui ne pense pas,
Que ri do mundo vão e até a morte…
Qui se moque du monde qui va et à la mort …

*

Eu q’ria ser o Sol, o irmão do Mar
Je voulais être le Soleil, le frère de la Mer
O bem do que é humilde e pobrezinho…
Le bien de ce qui est humble et pauvre …
Eu q’ria ser a pedra no caminho
Je voulais être le rocher sur le chemin
Que não sofre a tortura do pensar…
Qui ne souffre pas le supplice de penser …

*

Mas o Mar também chora de tristeza…
Mais la Mer pleure aussi de tristesse …
E a árv’re também, como quem reza,
Et l’arbre aussi, comme celui qui prie,
Levanta aos céus os braços como um crente!
Lève les bras au ciel comme un croyant !

*

E o Sol cheio de mágoa ao fim de um dia,
Et le soleil plein de chagrin en fin de journée,
Tem lágrimas de sangue na agonia,
A des larmes de sang dans l’agonie,
E as pedras, essas, pisa-as toda a gente…
Et les pierres, elles, sont foulés par les hommes …

********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

SANS REMÈDE – Poème de FLORBELA ESPANCA – Sem Remédio – 1919

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

_____________________________

 

SANS REMÈDE 
Sem Remédio


Poème paru dans

« Livro das Mágoas
« 
« Le Livre des Peines »
1919

 

_________________________________________

Grotte en soirée, Cave at evening, Joseph Wright, 1774, Smith College Museum of Art, Northampton, Massachusetts

*************


Aqueles que me têm muito amor
Ceux qui pour moi ont tant d’amour
Não sabem o que sinto e o que sou…
Ne savent pas ce que je ressens et ce que je suis …
Não sabem que passou, um dia, a Dor
Ne savent pas qu’un jour la douleur est passée
À minha porta e, nesse dia, entrou.
À ma porte et que, ce jour-là, elle est entrée.

*

E é desde então que eu sinto este pavor,
Et depuis lors, je ressens cette crainte,
Este frio que anda em mim, e que gelou
Ce froid qui marche en moi, et qui a gelé
O que de bom me deu Nosso Senhor!
les bonnes choses que notre Seigneur m’a donné !
Se eu nem sei por onde ando e onde vou!!
Je ne sais même pas où je marche et où je vais !!

*

Sinto os passos da Dor, essa cadência
Je sens les pas de la douleur, cette cadence
Que é já tortura infinda, que é demência!
Qui est déjà une torture infinie, qui est démence !
Que é já vontade doida de gritar!
Qui est déjà cette folle envie de crier !

*

E é sempre a mesma mágoa, o mesmo tédio,
Et c’est toujours la même peine, le même ennui,
A mesma angústia funda, sem remédio,
La même profonde angoisse, sans remède,
Andando atrás de mim, sem me largar!…
Marchant derrière moi sans lâcher prise ! …

****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

JE – Poème de FLORBELA ESPANCA – EU – Poème de 1919

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

*******************
Recueil
Livro das Mágoas
1919
**********************

EU
JE


********************

Vilhelm Hammershøi, La Très Haute Fenêtre, 1913, Ordrupgaard museum, Copenhague



*************

Eu sou a que no mundo anda perdida,
Je suis celle qui marche perdue dans le monde,
Eu sou a que na vida não tem norte,
Je suis celle qui dans la vie n’a pas de nord,
Sou a irmã do Sonho,e desta sorte
Je suis la sœur du Rêve, et de ce sort
Sou a crucificada … a dolorida …
Je suis la crucifiée … la douloureuse …

*

Sombra de névoa tênue e esvaecida,
Ombre de brouillard faible et évanescent,
E que o destino amargo, triste e forte,
Et que l’amer destin, triste et fort,
Impele brutalmente para a morte!
Pousse brutalement à la mort !
Alma de luto sempre incompreendida!…
Âme de deuil toujours incomprise ! …

*

Sou aquela que passa e ninguém vê…
Je suis celle qui passe et que personne ne voit …
Sou a que chamam triste sem o ser…
Je suis celle qu’ils nomment triste sans l’être …
Sou a que chora sem saber porquê…
Je suis celle qui pleure sans savoir pourquoi …

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

Sou talvez a visão que Alguém sonhou,
Je suis peut-être la vision que Quelqu’un a rêvé,
Alguém que veio ao mundo pra me ver,
Quelqu’un qui est venu au monde pour me voir,
E que nunca na vida me encontrou!
Et qui ne m’a jamais trouvée dans la vie !

*

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LE PLUS GRAND TOURMENT – Poésie de Miguel de Unamuno – ¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

***************

Miguel de Unamuno en 1925

*****************

LE PLUS GRAND DES TOURMENTS
¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?


*******************

Alexandre Kisseliov, La Mort d’Hyacinthe, musée national de Varsovie


******************

¿Sabéis cuál es el más fiero tormento?
Savez-vous quel est le tourment le plus féroce ?
Es el de un orador volverse mudo;
C’est celui d’un orateur qui devient muet ;
el de un pintor, supremo en el desnudo,
celui d’un peintre, suprême dans le nu,
temblón de mano; perder el talento
avoir une main tremblante ; perdre son talent

*

ante los necios, y es en el momento
avant les insensés, c’est le moment
en que el combate trábase más rudo
quand le combat est le plus rude
sólo hallarse, sin lanza y sin escudo,
se retrouver seul, sans lance et sans bouclier,
llenando al enemigo de contento.
remplissant l’ennemi de contentement.

*

Verse envuelto en las nubes del ocaso
Se voir envelopper dans les nuages du coucher du soleil
en que al fin nuestro sol desaparece
dans lequel finalement notre soleil disparaît,
es peor que morir. ¡Terrible paso
voilà qui est pire que mourir. Terrible étape

*

sentir que nuestra mente desfallece!
que de sentir notre esprit vaciller !
¿Nuestro pecado es tan horrendo acaso
Notre péché est-il si horrible
que así el martirio de Luzbel merece?
qu’il mérite donc le tourment de Satan ?

*************************

LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

POUR UNE HEURE D’AMOUR – Poésie de Lope de Vega – No sabe qué es amor quien no te ama

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

RIMES SACRÉES
Rimas sacras


******************

POUR UNE HEURE D’AMOUR
No sabe qué es amor quien no te ama

******************

Ramon Casas, Sífilis, affiche, 1900, Barcelone, musée national d’art de Catalogne

**********


No sabe qué es amor quien no te ama,
Il ne sait pas ce qu’est l’amour celui qui ne t’aime pas,
celestial hermosura, esposo bello;
beauté céleste, bel époux ;
tu cabeza es de oro, y tu cabello
ta tête est d’or et tes cheveux
como el cogollo que la palma enrama.
comme le bourgeon que le palmier recouvre.

*

Tu boca como lirio que derrama
Ta bouche, un lis d’où se répand
licor al alba; de marfil tu cuello;
une liqueur à l’aube ; ton cou un bel ivoire ;
tu mano el torno y en su palma el sello
ta main une tour et dans sa paume le sceau
que el alma por disfraz jacintos llama.
que l’âme porte pour protéger les jacinthes.

*

¡Ay, Dios!, ¿en qué pensé cuando, dejando
Ô mon Dieu ! qu’ai-je pensé quand, laissant
tanta belleza y las mortales viendo,
tant de beauté au regard des mortels,
perdí lo que pudiera estar gozando?
j’ai perdu ce que j’aurai dû apprécier ?

*

Mas si del tiempo que perdí me ofendo,
Mais si le temps que j’ai perdu me peine,
tal prisa me daré, que una hora amando
je vais me presser pour qu’une heure d’amour
venza los años que pasé fingiendo.
détruise toutes les années passées à faire semblant.

*************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.

OMBRE & LUMIÈRE – Poésie de LOPE DE VEGA – De la abrasada eclíptica que ignora

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.
BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle
Phaéton foudroyé par Zeus, Jan Carel van Eyck (XVIIe siècle)

************

De la abrasada eclíptica que ignora
OMBRE & LUMIÈRE


************


De la abrasada eclíptica que ignora
De cette éclipse embrasée qu’ignore
intrépido corrió las líneas de oro
cet intrépide, courant sur des lignes dorées,
mozo infeliz, a quien el verde coro
serviteur malheureux, le chœur vert
vió sol, rayo tembló, difunto llora.
voit le soleil, la foudre trembler, les défunts pleurer.

*

Centellas, perlas no, vertió el aurora,
Avec des étincelles, non des perles, l’aurore se répand,
llamas el pez austral, bombas el toro,
enflamme les constellations du Poisson austral et du Taureau*,
etnas la nieve del Atlante moro,
illumine les neiges des cimes de l’Atlas maure**,
la mar incendios y cenizas Flora.
sur une mer en feu et Flore en cendres.

( * Virgile dans les Géorgiques (IV, 371) compare le fleuve Éridan, fleuve dans lequel meurt le Soleil, à un taureau aux cornes d’or – Phaéton passant trop près de la terre fut projeté hors du char de son père Hélios, dans le fleuve Éridan –
**Atlantes habitants les montagnes de l’Atlas mythologique)

Así me levanté, y a la presencia
Ainsi je me suis levé, et je me suis présenté
llegué de un sol; así también me asombra
au soleil ; aussi je me retrouve surpris
cayendo en noche eterna de su ausencia.
de tomber dans la nuit éternelle de son absence.

*

Así a los dos el Po Faetontes nombra,
Ainsi, le Pô nous recueille, moi et Phaéton,
pero muertos con esta diferencia,
mais tous deux morts, avec cette différence
que él quiso ser el sol y yo la sombra.
qu’il voulait être le soleil et moi l’ombre.

(*** Pline l’Ancien (III,16) identifie l’Éridan, le fleuve dans lequel meurt le Soleil au Pô)

*******************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*******************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.