Archives par mot-clé : Francisco de Zurbarán

LE PASTEUR DIVIN – Poème de LOPE DE VEGA – El Pastor divino

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

********************

Francisco de Zurbarán, Crucifixion, The Art Institute of Chicago

**********************

Pastor, que con tus silbos amorosos
Pasteur, de tes sifflets amoureux
me despertaste del profundo sueño;
tu m’as réveillé du profond sommeil ;
tú, que hiciste cayado de este leño
toi, toi qui as fabriqué une cicatrice de ce bois
en que tiendes los brazos poderosos:
dans lequel se sont étirés tes bras puissants:

*

vuelve los ojos a mi fe piadosos,
tourne les yeux vers ma foi sincère,
pues te confieso por mi amor y dueño
car oui je te confesse : tu es mon amour et mon guide
y la palabra de seguirte empeño
et je m’engage à suivre ta parole
tus dulces silbos y tus pies hermosos.
ta douce voix et tes beaux pieds.

*

Oye, Pastor, que por amores mueres,
Hé, Pasteur, pour l’amour tu es mort,
no te espante el rigor de mis pecados,
n’aie donc pas peur de la rigueur de mes péchés,
pues tan amigo de rendidos eres.
toi l’ami des brisés et des vaincus.

*

Espera, pues, y escucha mis cuidados—
Attends, alors, et écoute mes malheurs-
pero ¿cómo te digo que me esperes
mais comment puis-je te demander de m’attendre
si estás para esperar los pies clavados?
toi qui, cloué à la croix, attend pour toujours ?

*************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

MA TRISTE MÉMOIRE -Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Si a mi triste memoria en hondo olvido

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

MA TRISTE MÉMOIRE
SI A MI TRISTE MEMORIA EN HONDO OLVIDO


************************

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

********

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,
  jamás yo ausente en mísera figura
Je n’aurai dans l’absence cette figure misérable
 lamentaría el daño no debido;
regrettant à l’envi des dommages injustifiables ;

mas preséntela llevo, y voy perdido
mais cette ombre est là et je suis perdu
por cierto error a estrecha desventura,
 par cette erreur certaine qui me réduit au malheur,
y es muerte fiera él, ya de mi ventura
 et quelle mort féroce, déjà ma fortune
rico despojo al corazón caído.
 généreuse dans mon cœur est tombée.

De mi gloria me acuerdo para pena,
 De ma gloire, le souvenir me peine,
del mal para dolor, y nunca veo
 et de ce mal je souffre, et jamais ne vois
 o pienso cosa ajena de mi engaño.
ou ne pense quelque chose d’étranger à mon illusion.

Pobre de bien mi suerte, y de afán llena
 Mon triste sort de plein d’affliction
fue; y aunque no, bastara mi deseo
s’est retrouvé ; mais si mon sort eût été différent, mon désir eût suffi
para no dar lugar al desengaño.
 à me diriger vers une inéluctable déception.

***********************

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
********************************************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

*********************************************

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port

****

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire

****

BLANC
Ahora, que cubrió de blanco hielo

Kasimir Malevitch, Carré blanc sur fond blanc, White on White, 1918


Ahora, que cubrió de blanco hielo
Maintenant, la blanche glace couvre
el oro la hermosa aurora mía,
l’or de la belle mine de l’aurore

****

MA PURE LUMIERE
MI PURA LUZ

Caspar David Friedrich, Lever de lune sur la mer, 1821
Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

Mi pura Luz, si olvida el fértil suelo
Ma pure Lumière, si tu oublies le sol fertile
que Betis enriquece en Occidente,
 que le Guadalquivir enrichit à l’Ouest,

****

SOLEIL ROUGE
Rojo sol que con hacha luminosa

(Sonnet – Soneto)

Fernando de Herrera Artgitato Soleil Rouge Rojo Sol que scarlet-sunset-1830 Turner

Rojo sol que con hacha luminosa
Soleil rouge qui, d’une torche flamboyante,
coloras el purpúreo alto cielo,
colore d’une couleur pourpre les hauteurs des cimes,

*****

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,

*****

LAS HEBRAS DE ORO PURO
LES BRINS D’OR PUR

Santiago Rusiñol, Le patio bleu

Las hebras de oro puro que la frente
Les brins d’or pur, ton front
cercan en ricas vueltas, do el tirano
les abrite en abondantes volutes, le tyran

****

POR ESTRECHO CAMINO
PAR UN CHEMIN ÉTROIT

Albert Bierstadt, Estes Park, Colorado, Whyte’s Lake, 1877

Por estrecho camino, al sol abierto
Par un chemin étroit, offert au soleil,
de espinas y de abrojos mal sembrado,
d’épines et des ronciers parsemé,

*****

LA FORCE DU DESIR
¿Quién rompe mi reposo?

August Macke, Arbre dans un champ de blé, 1907

¿Quién rompe mi reposo? ¿Quién desata
Qui brise mon repos ? Qui délie
el dulce sueño al corazón cansado?
Le doux rêve de mon cœur fatigué ?

****

GUADALQUIVIR
Alegre, fértil, vario, fresco prado

Alegre, fértil, vario, fresco prado,
Joyeuse, fertile, variée, fraîche prairie,
tú monte, y bosque d’ árboles hermoso,
toi, la montagne, toi, la forêt d’arbres jolis

****

MA TRISTE MEMOIRE
Si a mi triste memoria en hondo olvido

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,

****

LE TRAVAIL DE PHIDIAS
un capitán valeroso

(El trabajo de Fidia ingenioso)
(Le travail de l’ingénieux Phidias)

Statue chryséléphantine de Zeus à Olympie
Le Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique, Gravure, Quatremère de Quincy, 1815

El trabajo de Fidia ingenioso,
Le travail de l’ingénieux Phidias,
que a Júpiter Olimpio dio la gloria,
que le Jupiter Olympien a rendu célèbre,

*****

LÀ OÙ LA BEAUTÉ FLEURIT
Aquí donde florece la belleza

Cupidon, William Adolphe Bouguereau

Aquí donde florece la belleza,
Là où la beauté fleurit,
en cuyo dulce fuego el Amor prueba
dans le feu où l’amour éprouve

*****
LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR
Después que en mí tentaron su crudeza

Joaquín Sorolla
Joaquín Sorolla y Bastida
Académie d’homme, musée des beaux-arts de Valence, Espagne

1887
Academia de los Hombres, Museo de Bellas Artes de Valencia, España

Después que en mí tentaron su crudeza
Après qu’en moi j’ai subi la cruauté
de Amor y vos las flechas y los ojos,
 de l’Amour et ses flèches et ses yeux,

*****************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

**********************

****************

L’AMITIÉ ENTRE CERVANTÈS ET FERNANDO DE HERRERA

Au milieu d’occupations si peu dignes de lui, Cervantès cependant n’avait pas dit aux muses le dernier adieu ; il leur conservait un culte secret, et entretenait soigneusement le feu sacré de son génie. La maison du célèbre peintre Francisco Pacheco, maître et beau-père du grand Velazquez, s’ouvrait alors à tous les genres de mérites ; l’atelier de ce peintre, qui cultivait aussi la poésie, était, au dire de Rodrigo Caro, l’académie ordinaire de tous les beaux-esprits de Séville. Cervantès comptait parmi les plus assidus visiteurs, et son portrait figura dans cette précieuse galerie de plus de cent personnages distingués qu’avait tracés et réunis le pinceau du maître. Il se lia d’amitié, dans cette académie, avec l’illustre poëte lyrique Fernando de Herrera, dont ses compatriotes ont presque laissé périr la mémoire, puisqu’on ne connaît ni la date de sa naissance, ni celle de sa mort, ni aucune particularité de sa vie, et dont les œuvres, ou plutôt celles qui restent, furent trouvées par fragments dans les portefeuilles de ses amis. Cervantès, qui fit un sonnet sur la mort d’Herrera, était également l’ami d’un autre poëte, Juan de Jauregui, l’élégant traducteur de l’Aminta du Tasse, dont la copie, égalant l’original, a le rare privilége d’être aussi comptée parmi les œuvres classiques. Le peintre Pacheco cultivait la poésie ; le poëte Jauregui cultivait la peinture, et fit également le portrait de son ami Cervantès.

Miguel de Cervantes Saavedra
L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche
Notice sur la vie et les ouvrages de Cervantès
Traduction par Louis Viardot
J.-J. Dubochet
1836 Tome 1


***********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

O Deus de Deus – Jacky Lavauzelle – O DEUS VAGABUNDO

O DEUS VAGABUNDO
***
O Deus de Deus

O Deus de Deus - Jacky Lavauzelle - O DEUS VAGABUNDO
Francisco de Zurbarán, Cristo na Cruz, 1627, Instituto de Arte, Chicago

**
O Deus Vagabundo

*O Deus de Deus - Jacky Lavauzelle - O DEUS VAGABUNDO Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Poesia

*
Serie « O DEUS VAGABUNDO »
*


****
O Deus de Deus


*
**

**
Louise Labe perguntou: « Quão grande é o homem venerável? Que tamanho? Que cabelo? Qual cor? Nós provavelmente só vemos a palma da mão de Deus. O próprio Deus não nos vê, escondidos por suas próprias mãos.
A mão que surge nos protege da luz celestial ou divina. Sem a mão de Deus nós queimaríamos!
Ou talvez a gente veja finalmente! Quem sabe?
E o Deus de Deus, quem é ele? Ele também tem uma mão descansando em sua cabeça? E Deus de Deus de Deus, quem é ele? Quão grande é o Deus venerável ? Que tamanho? Que cabelo? Qual cor?

**
O Deus de Deus
O DEUS VAGABUNDO

*O Deus de Deus Jacky Lavauzelle


Der Gott Gottes – Jacky Lavauzelle – DER VAGABUNDENGOTT

DER VAGABUNDENGOTT
***
Der Gott Gottes

Gedicht Jacky Lavauzelle
Francisco de Zurbarán, Christus am Kreuz, 1627, Art Institute, Chicago

**
DER VAGABUNDENGOTT

*L'ORIGINE DELL'UOMO Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Poesia

*
Serie « DER VAGABUNDENGOTT » 


****
der Gott Gottes


Gedicht
**

**
Louise Labé fragte sich: « Wie groß ist der ehrwürdige Mann? Welche Größe? Was für Haare? Welche Farbe? Wir sehen wahrscheinlich nur die Handfläche Gottes.
Gott selbst sieht uns nicht.
Seine Hand schützt uns vor seinem großen Licht.
Die Hand, die aufsteht, schützt uns vor dem himmlischen oder göttlichen Licht. Ohne die Hand Gottes würden wir verbrennen!
Oder, vielleicht werden wir sehen, endlich! Wer weiß?
Und der Gott Gottes, wer ist er? Hat er auch eine Hand auf seinem Kopf ruhend? Und Gottes Gott Gottes, wer ist er? Wie groß ist ehrwürdiger Gott? Welche Größe? Was für Haare? Welche Farbe?
Der Vagabundengott

**
der Gott Gottes
DER VAGABUNDENGOTT

*Der vagabundengott Jacky Lavauzelle


LE DIEU DE DIEU – Jacky Lavauzelle

LE DIEU DE DIEU

Le Dieu de Dieu Jacky Lavauzelle
Francisco de Zurbarán, Christ en croix, 1627, Art Institute, Chicago

*Le dieu de dieu Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Poésie

*
Serie « Le Dieu Vagabond »


****
LE DIEU DE DIEU


**

**

**

 

Louise Labé se demandait « Quelle grandeur rend l’homme vénérable ? Quelle grosseur ? Quel poil ? Quelle couleur ? » Nous ne voyons sans doute que la paume de la main de Dieu. Dieu lui-même ne nous voit pas, nous, qui sommes cachés par sa propre main.
La main qui se pose nous protège de la lumière céleste ou divine. Sans la main de Dieu nous brûlerions !
Ou alors, peut-être verrions-nous vraiment, enfin ! Qui sait ?
Et le Dieu de Dieu, qui est-il ? A-t-il aussi une main posée sur sa tête. Et le Dieu de Dieu de Dieu, qui est-il ? Quelle grandeur rend Dieu vénérable ? Quelle grosseur ? Quel poil ? Quelle couleur ?

 

LE DIEU DE DIEU
****
LE DIEU VAGABOND

*Le dieu de dieu Jacky Lavauzelle