Archives par mot-clé : Pô

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE POÉSIE CANZONIERE SONNET 148 (Première Partie) – CXLVIII

*

FRANCESCO PÉTRARQUE POÉSIE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 148

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE Sonnet 148
CXLVIII

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

148/263

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

 

Non Tesin, Po, Varo, Adige et Tebro,
Ni Tessin, Po, Var, Adige et Tibre,
Eufrate, Tigre, Nilo, Hermo, Indo et Gange,
Euphrate, Tigre, Nil, Hermos*, Indus et Gange,
Tana, Histro, Alpheo, Garona, e ‘l mar che frange,
Don, Danube*, Alphée, Garonne, et Timave****,
 Rodano, Hibero, Ren, Sena, Albia, Era, Hebro;
Rhône, Ebre, Rhin, Seine, Aube,  Aar, Hébron ;

[* Gediz Nehri fleuve de Turquie – **du grec Ἴστρος – Istros – ***Ρουφιάς / Roufiás (fleuve du Péloponnèse) – ****Reka ou Timave (Slovénie et Italie jusqu’à la mer Adriatique)

**

non edra, abete, pin, faggio, o genebro,
Ni lierre, sapin, pin, hêtre ou genévrier,
poria ‘l foco allentar che ‘l cor tristo ange,
Ne pourraient apaiser le feu qui consume mon triste cœur,
quant’un bel rio ch’ad ognor meco piange,
Comme un beau ruisseau* qui toutes les heures avec moi pleure,
co l’arboscel che ‘n rime orno et celebro.
Comme l’arbuste** qu’avec mes rimes j’orne et je célèbre.

[*La Sorgue – ** le Laurier / Laure]

**


**

Questo un soccorso trovo tra gli assalti
Je ne trouve pas d’autres secours aux assauts
d’Amore, ove conven ch’armato viva
D’Amour, et je dois vivre constamment armé
la vita che trapassa a si gran salti.
Cette vie qui trépasse à grands bonds.

**

Cosi cresca il bel lauro in fresca riva,
Que pousse le beau laurier sur la fraîche rive,
et chi ‘l pianto pensier’ leggiadri et alti
et pour celui qui le planta, de hautes et gracieuse pensées
ne la dolce ombra al suon de l’acque scriva.
Dans la douce ombre écrite au doux bruit de l’eau.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 148
PÉTRARQUE POÉSIE CANZONIERE
le chansonnier Pétrarque Sonnet 148
canzoniere poet

*******

PÉTRARQUE POÉSIE
CANZONIERE

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 46- Verso 46

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 46
Strophe 46

I-46

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

As embarcações eram, na maneira,
Les navires étaient, à leur manière,
Mui veloces, estreitas e compridas:
Très rapides, étroits et allongés :
As velas, com que, vêm, eram de esteira
Les voiles n’étaient que des épaisses
Dumas folhas de palma, bem tecidas;
Feuilles de palmier bien tissées ;
A gente da cor era verdadeira,
Les gens étaient réellement de la même couleur,
Que Faeton, nas terras acendidas,
Que Phaéton, dans les terres qu’il incendia
Ao mundo deu, de ousado, o não prudente:
Dans ce monde, que son audace et que son manque de prudence :
O Pado o sabe, o Lampetusa o sente.
Le Pô le sait, Lampedusa le sent.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

MOMENTO EPICO Carducci Texte Bilingue – Moment Epique

Traduction – Texte Bilingue
MOMENTO EPICO CARDUCCI
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARDUCCI

Momento Epico Carducci Moment Epique Giosuè Carducci Traduction Artgitato Poème


Giosuè Carducci
1835- 1907


Prix Nobel de Littérature 1906

Traduction Jacky Lavauzelle

——–
RIME NUOVE [1906]
LIBRO II

MOMENTO EPICO

MOMENT EPIQUE
Vers 1886

 

Addio, grassa Bologna! e voi di nera
Adieu, grasse Bologne ! et vous noirs
Canape nel gran piano ondeggiamenti,   

Chanvres dans les ondulations de la grande plaine,
 E voi pallidi in lunghe file a’ venti
Et vous pâles, dans de longues files aux vents,
Pioppi animati da l’estiva sera!
Peupliers
animés par le soir d’été !

 Ecco Ferrara l’epica. Leggera
Voici l’épique FerrareLe léger
  La mole estense i merli alza ridenti,
Château étend ses riants créneaux,
E specchiando le nubi auree fuggenti
Et reflétant les nuages d’or éphémères
Canta del Po l’ondisona riviera.
Chante du la rivière tumultueuse.

 O terre intorno a gli alti argini sole,
O terres autour des hautes berges,
Ove pianser l’Eliadi; a voi discende
Où les Héliades pleurèrent ; sur vous descend
La tenebra odïata, e a me non duole.
L’obscurité détestée, et je ne le regrette pas.

 A me ne l’ombre l’epopea distende
Pour moi, l’ombre de l’épopée étend
Le sue rosse ali, e su ’l mio cuore il sole
Ses ailes rouges, et dans mon cœur le soleil
De le immortali fantasie raccende.
Illumine d’immortelles fantaisies.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************