Archives par mot-clé : troie

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI – ნარიყალა

*****
გენო ზაქარაია
GENO ZAKARAIA
TBILISSI –  ნარიყალა

Geno Zakaraia- TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

გენო ზაქარაია Geno Zakaraia TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________

SCULPTURE
ქანდაკება
[Kandakeba]
SCULPTEUR GEORGIEN
ქართველი მოქანდაკე
[Kartveli Mokandake]

 

გენო ზაქარაია
GENO ZAKARAIA


____________________________________________________________

Paisible Troie
Peaceful Troy
მშვიდიბიანი ტროა

ბრინჯაო, გრანიტი
[brinjao, graniti]
Bronze – Granite

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2017

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

****

EMANCIPATION
ემანსიპაცია
[emansipatsia]

ბრინჯაო, გრანიტი
[brinjao, graniti]
Bronze – Granite

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2017

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

*

CHEVAL, VERTICAL
Horse, Vertical
ცხენი, ვერტიკალი
[tskheni, vertikali]

ბრინჯაო, გრანიტი
[brinjao, graniti]
Bronze – Granite

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

Sculptures de Geno Zakaraia გენო ზაქარაია- TBILISSI - ნარიყალა

 

***

ცხენი, მუსიკალური ინსტრუმენტი
Tskheni, Musikaluri Instrumenti
HORSE, MUSICAL INSTRUMENT
CHEVAL, INSTRUMENT MUSICAL

პლაივუდი, მოხატული ლითონი
Contreplaqué, métal peint
Plywood, painted metal

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

 

***

ADAM et EVE
Adam and Eve
ადამი და ევა
[Adami da Eva]

პლაივუდი, მოხატული ლითონი
Contreplaqué, métal peint
Plywood, painted metal

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

****

ALLEGORY OF THE HORSE
ALLEGORIE DU CHEVAL
ცხენის ალეგორია
tskhenis alegoria

ბრინჯაო, გრანიტი
[brinjao, graniti]
Bronze – Granite

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

 

****

FEMME A LA TROMPETTE
Women with a Trumpet
ქალი საყვირით

ბრინჯაო, გრანიტი
[brinjao, graniti]
Bronze – Granite

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

***

TBILISSI
TBILISI
თბილისი

პლაივუდი, ბრინჯაოს
Contreplaqué, bronze
Plywood, bronze

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2013

****

ფორმა სივრცეში
porma sivrtseshi
FORM IN SPACE
FORME DANS L’ESPACE

გრანიტი – მოხატული ხე
 Granit – Bois peint
Granite – Painted wood

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2016-2017

***

FORM IN INTERIOR
FORME EN INTERIEUR
ფორმა ინტერიერში
porma interiershi

გრანიტი – მოხატული ხე
 Granit – Bois peint
Granite – Painted wood

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

****

ჩემი ცოლი
chemi tsoli
MY WIFE
MA FEMME

პლაივუდი, მოხატული ლითონი
Contreplaqué, métal peint
Plywood, painted metal

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2015

****

ცხენის წელიწათი
Tskhenis Tselitsati
THE YEAR OF THE HORSE
L’ANNEE DU CHEVAL

პლაივუდი, მოხატული ლითონი
Contreplaqué, métal peint
Plywood, painted metal

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2001

****

განწყობა
Gantsqoba
MOOD
HUMEUR

მოხატული ხე, ქვა
Painted wood, Stone
Bois peint, Pierre

ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilisi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

2000

****

გენო ზაქარაია
GENO ZAKARAIA
TBILISSI –  ნარიყალა

Geno Zakaraia- TBILISSI - ნარიყალა

Géorgie
საქართველო

*******

SUR ACHILLE (2) Friedrich Hölderlin – ÜBER ACHILL (1799)

ESSAIS D’HÖLDERLIN

****

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Poème de Hölderlin

Friedrich Hölderlin
1770-1843

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

 
Friedrich_hoelderlin


Friedrich Hölderlin

ÜBER ACHILL
SUR ACHILLE
(II)
1799

**

 

Am meisten aber lieb’ ich und bewundere den Dichter aller Dichter um des Achilles willen.
Mais l’admiration que je voue au poète des poètes me vient de l’admiration et de l’amour que je porte à Achille.
Es ist einzig, mit welcher Liebe und welchem Geiste er diesen Karakter urchschaut und gehalten und gehoben hat.
En effet, que d’amour et que d’esprit il a fallu pour élever ce personnage.
Nimm die alten Herrn Agamemnon und Ulysses und Nestor mit ihrer Weisheit und Thorheit, nimm den Lärmer Diomed, den blindtobenden Ajax, und halte sie gegen den genialischen, allgewaltigen, melancholischzärtlichen Göttersohn, den Achill, gegen dieses enfant gaté der Natur, und wie der Dichter ihn, den Jüngling voll Löwenkraft und Geist und Anmuth, in die Mitte gestellt hat zwischen Altklugheit und Rohheit und du wirst ein Wunder der Kunst in Achilles Karakter finden.
Prends ces vieux héros, Agamemnon, Ulysse et Nestor avec leur sagesse et leur folie, prends le larmoyant Diomède, la rage aveugle d’Ajax et compare-les au génie, à la toute puissance, à la douce mélancolie du fils des dieux, Achille, cet enfant gâté par la nature, et comme le poète dépeint pleinement sa force de lion, avec de l’esprit et de la grâce, entre précocité et expérience et tu auras un des miracles de l’art qui dessine le caractère d’Achille.
Im schönsten Kontraste stehet der Jüngling mit Hector, dem edeln treuen frommen Manne, der so ganz aus Pflicht und feinem Gewissen Held ist, da der andre alles aus reicher schöner Natur ist.
Dans les plus forts et beaux contrastes, tu trouveras l’opposition avec Hector, noble, fidèle et pieux, toujours se tenant dans la route du devoir et la conscience, alors que l’autre est héros par sa riche beauté naturelle.
Sie sind sich eben so entgegengesetzt, als sie verwandt sind, und eben dadurch wird es um so tragischer, wenn Achill am Ende als Todtfeind des Hector auftritt.
Ils sont si opposés que semblables, et cela apportera au dénouement un tragique encore plus poignant quand Achille apparaîtra comme l’ennemi mortel d’Hector.
Der freundliche Patroklus gesellt sich lieblich zu Achill und schikt sich so recht zu dem Trozigen.
Le sympathique Patrocle avec son amitié pour Achille, donne aussi un contrepoint parfait à son insolence redoutable.
Man siehet auch wohl, wie hoch Homer den Helden seines Herzens achtete.
On voit ainsi aussi combien Homère respectait le héros de son cœur.
Man hat sich oft gewundert, warum Homer, der doch den Zorn des Achill besingen wolle, ihn fast gar nicht erscheinen lasse.
On s’est souvent demandé pourquoi Homère, qui voulait chanter la colère d’Achille, n’a presque rien fait paraître.
Er wollte den Götterjüngling nicht profaniren in dem Getümmel vor Troja.
C’est qu’il ne souhaitait pas profaner le jeune dieu dans la tourmente qui agitait la cité troyenne.
Der Idealische durfte nicht alltäglich erscheinen.
Le personnage idéal ne pouvait pas se mélanger au commun et paraître ordinaire.
Und er kont’ ihn wirklich nicht herrlicher und zärtlicher besingen, als dadurch, daß er ihn zurüktreten läßt (weil sich der Jüngling in seiner genialischen Natur vom rangstolzen Agamemnon, als ein Unendlicher unendlich belaidiget fühlt) so daß jeder Verlust der Griechen, von dem Tag an wo man den Einzigen im Heere vermißt, an seine Überlegenheit über die ganze prächtige Menge der Herren und Diener mahnt, und die seltenen Momente, wo der Dichter ihn vor uns erscheinen läßt, durch seine Abwesenheit nur desto mehr ins Licht gesezt werden.
Et pour que celui paraisse encore plus beau et encore avec plus de tendresse, il se devait de le dessiner à la marge des autres (car la jeunesse dans sa géniale nature rejette l’affable et arrogant Agamemnon, qu’il ressent infiniment de par sa nature-même) et il renforce par son absence les pertes massives des Grecs, en rappelant sa supériorité sur cet ensemble de maîtres et de serviteurs et, dans les rares moments où le poète le fait paraître, sa lumineuse présence en devient d’autant plus remarquable.
Diese sind dann auch mit wunderbarer Kraft gezeichnet und der Jüngling tritt wechselweise, klagend und rächend, unaussprechlich rührend, und dann wieder furchtbar so lange nacheinander auf, bis am Ende, nachdem sein Leiden und sein Grimm aufs höchste gestiegen sind, nach fürchterlichem Ausbruch das Gewitter austobt, und der Göttersohn, kurz vor seinem Tode, den er vorausweiß, sichmit allem, so gar mit dem alten Vater Priamus aussöhnt.
Ces descriptions sont alors réalisées avec une force merveilleuse et admirable et le jeune homme se montre tour à tour plaintif et vengeur, touchant indiciblement, et puis ainsi jusqu’à la fin, et, quand sa souffrance et sa colère sont arrivées au stade ultime, une terrible tempête fait rage et ainsi le fils des dieux finit par s’apaiser et va même jusqu’à se réconcilier avec le vieux père Priam juste avant sa mort, qu’il attend.
Diese lezte Scene ist himmlisch nach allem, was vorhergegangen war.
Cette scène touche alors au sublime, après tout ce qui a précédé.


**

HÖLDERLIN
SUR ACHILLE

SUR ACHILLE (1) Friedrich Hölderlin – ÜBER ACHILL (1799)

ESSAIS D’HÖLDERLIN

****

LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Poème de Hölderlin

Friedrich Hölderlin
1770-1843

 

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

 
Friedrich_hoelderlin


Friedrich Hölderlin

ÜBER ACHILL
SUR ACHILLE
(I)
1799

**

Mich freut es, daß du von Achill sprichst.
Je suis heureux que tu aies parlé d’Achille.
Er ist mein Liebling unter den Helden, so stark und zart, die gelungenste, und vergänglichste Blüthe der Heroenwelt, “so für kurze Zeit geboren” nach Homer, eben weil er so schön ist.
C’est mon préféré parmi les héros, si fort et si tendre, la floraison parfaite, la floraison la plus éphémère du monde des héros « né ainsi pour si peu temps » d’après Homère, précisément parce qu’il est beau.
Ich möchte auch fast denken, der alte Poët lass’ ihn nur darum so wenig in Handlung erscheinen, und lasse die andern lärmen, indeß sein Held im Zelte sitzt, um ihn so wenig, wie möglich unter dem Getümmel vor Troja zu profaniren.
Je pense que si le poète antique ne le laisse apparaître que fort peu dans les périodes d’action, pendant que les autres eux font du bruit, c’est pour ne pas qu’il se trouve ainsi profané dans la mêlée de Troie.
Von Ulyß konnte er Sachen genug beschreiben.
D’Ulysse, il pouvait suffisamment écrire de choses.
Dieser ist ein Sak voll Scheidemünze, wo man lange zu zählen hat, mit dem Gold ist man viel bälder fertig.
C’est comme une poche qui serait pleine de menues monnaies si longues à compter, alors qu’avec de l’or, c’est tellement plus rapide.


**

HÖLDERLIN
SUR ACHILLE

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS III-57 LES LUSIADES

*Luís de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-57 LES LUSIADES III-57
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-57

OS LUSIADAS III-57

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 57
Strophe 57

III-57

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-57
LES LUSIADES III-57

 *****

Précisions historiques

Camoes a évoqué du verset 42 au verset 54 la bataille d’Ourique qui sera gagné par le premier roi de Portugal sous le nom d’Alphonse Ier – Alfonso I – Afonso Henriques (1109 Guimarães /Viseu-1185  Coimbra) –
Alfonso sera couronné roi de Portugal en 1139 après la bataille d’Ourique.
Dans le sonnet, Camoes évoque la séquence suivante à partir de la bataille de Leiria. Cette bataille n’a pas la même portée symbolique d’Ourique qui méritait une dizaine de sonnets, il s’agissait de la Grande Victoire, grão vitória. Nous nous trouvons à 7 kilomètres du Campo de Ourique. Nous sommes ici à la limite entre le nouveau royaume et les possessions des musulmans Almohades. D’où les premiers vers de Camoes sur la conquête récente de la ville par les Mahométans. Paio Guterres da Cunha, un noble portugais, se fera remarquer à plusieurs reprises dans la défense du château de Leiria Nous le retrouverons aussi dans le siège par les maures de Lisbonne.
Les autres villes citées dans le sonnet 55 sont Arronches, petite ville de l’Alentejo, située à proximité de l’actuelle frontière avec l’Espagne et Scabelicastro – nommée Scalabis par les Romains, puis Shantarin par les Maures – s’appelle aujourd’hui Santarém et se trouve au nord de Lisbonne, dans le Ribatejo.
Sonnet 56, Alphonse Ier continue ses conquêtes avec Sintra et Mafra situées à une vingtaine de kilomètres au nord de Lisbonne. Sintra tombe en 1147. Les Monts de Sintra sont nommés les Montagnes de la Lune, serras da Lua ; lien fait entre Sintra et Cynthie. Cynthie est associée à Diane, la déesse de la Lune (Première Encyclopédie – Diderot – 1751 – Tome 4 : CYNTHIUS & CYNTHIA, surnoms d’Apollon & de Diane, ainsi appelés du mont Cynthie situé au milieu de l’île de Délos où ils avoient pris naissance.)
Sonnet 57, voici la ville de Lisbonne et des références à sa fondation par Ulysse. Dans la Première Encyclopédie, en 1765 (Tome 11), Louis de Jaucourt souligne à la définition Olysippo : « c’est ainsi que plusieurs auteurs écrivent le nom d’une ville très-ancienne, située à l’embouchure du Tage, & qui est aujourd’hui Lisbonne. Elle est si ancienne, que Solin a cru qu’elle avoit été fondée par Ulysse ; & Strabon même ne juge pas impossible qu’Ulysse ait été en Espagne. Dans le passage de Solin on lit : Ibi oppidum Olysipone Ulyxi conditum. Solin met ici un ablatif pour un nominatif ; car, selon l’usage de son tems, les noms de ville se mettoient à l’ablatif, & étoient regardés comme indéclinables. Ainsi Vopiscus dans la vie d’Aurelien dit, Copto & Plotemaïde urbes cepit. Dans Antonin, les noms sont de même à l’ablatif, tandis que chez les Grecs ils sont au génitif. » »
La Dardanie d’Asie Mineure est dans l’actuelle Anatolie du nord-ouest. Les Dardaniens et les Troyens sont ici confondus.
Les troupes qui viennent des régions boréales sont les troupes croisées des régions nordiques venues à la rescousse d’Alphonse Ier.

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

******

« E tu, nobre Lisboa, que no Mundo
« Et toi, noble Lisbonne, dans le Monde
Facilmente das outras és princesa,
Des autres cités, une princesse,
 Que edificada foste do facundo,
  Edifiée par le héros,
  Por cujo engano foi Dardânia acesa;
 Qui par la duperie, embrasa la ville Dardanienne ;
Tu, a quem obedece o mar profundo,
 Toi qui obéit à la mer profonde,
Obedeceste à força Portuguesa,
  Obéit à la force Portugaise,
 Ajudada também da forte armada,
Secondée par la forte armée,
Que das Boreais partes foi mandada.
  Que les régions Boréales envoyèrent.

*******

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-57 CAMOES LUSIADES III-57
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS LES LUSIADES

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS III-44 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-44 LES LUSIADES III-44
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-44

OS LUSIADAS III-44

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 44
Strophe 44

III-44

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-44
LES LUSIADES III-44

 *****

Précisions historiques

Camoes évoque, par l’intermédiaire de la voix de Vasco de Gama, la guerre entre Thérèse de León – Teresa Alfónsez de León (1080-1130) et son fils Afonso Henriques (1109 Guimarães /Viseu-1185  Coimbra) -Alfonso deviendra le premier roi de Portugal sous le nom d’Alphonse Ier – Alfonso I
Afonso Henriques sera couronné roi de Portugal en 1139 après la bataille d’Ourique.
Nous sommes dans le verset 42 du chant III à la veille de cette bataille entre Alphonse Ier et les maures sur les bords du Tage.
Dans le verset 43, la bataille se prépare et Luis de Camoes insiste sur la disproportion des forces en présence. Les Lusitaniens sont en nombre, dit Camoes, cent fois moins nombreux.
Mais les Chrétiens, « povo batizado« , sont si concentrés et recueillis dans leur foi que tout reste possible.
Dans notre verset 44, Camoes présente les forces Maures, les cinq rois Maures Almoravides et notamment Ismar / Esmar.

Ensuite Camoes parle d’une «  forte Dama« , il s’agit de Penthésilée, reine des Amazones (cf. tableau ci-dessous), qui vivaient les rives du Thermodon, avec Thémiscyre pour capitale (dans l’actuelle Turquie). Cette reine vient au secours des Troyens après la mort d’Hector. Elle sera tuée par Achille, « le plus beau des Hellènes‘. Voici un extrait du poème de Catulle Mendès , Penthésilée Reine des Amazones :

« Avec ses sœurs vierges comme elle,
Elle gagne la plaine où la bataille mêle
Les courages sanglants et les blêmes effrois.
Qu’une autre en son logis file les lentes laines !
Elle, un désir la mord, indocile aux retards,
De vaincre le plus fort, le plus beau des Hellènes,
Achille ! Et son cheval bondit, les crins épars,
        Et l’emporte vers la mêlée,
        Et le cri de Penthésilée
S’ajoute au bruit montant des armes et des chars ! »
(Catulle Mendès – Bibliothèque-Charpentier – Paris – 1892)

Jacky Lavauzelle

**

La Bataille d’Ourique
Domingos Sequeira

**

******

« Cinco Reis Mouros são os inimigos,
« Cinq rois Maures sont les ennemis,
Dos quais o principal Ismar se chama;
  Dont le chef principal est appelé Esmar ;
Todos exprimentados nos perigos
Tous sont expérimentés dans l’art
  Da guerra, onde se alcança a ilustre fama.
De la guerre, où l’on obtient l’illustre renommée.
Seguem guerreiras damas seus amigos,
  Les dames guerrières suivent leurs compagnons,
 Imitando a formosa e forte Dama,
  Imitant la belle et forte Dame,
De quem tanto os Troianos se ajudaram,
Qui aida tant les Troyens,
  E as que o Termodonte já gostaram.
Accompagnée des guerrières qui vivaient au bord du Thermodon.
      

************

La vision de D. Afonso Henriques
Frei Manuel dos Reis

**

Penthésilée
Miniature de Robinet Testard tirée d’un manuscrit du De mulieribus claris de Boccace
vers 1488-1496, BNF, Fr.599, f.27v.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-44 CAMOES LUSIADES III-44
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LUIS DE CAMOES LUSIADES

******

CAMOES OS LUSIADAS III-7 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-7 LES LUSIADES III-7
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-7

OS LUSIADAS III-7

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  7
Strophe 7

III-7

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-7
LES LUSIADES III-7

 *****

« Da parte donde o dia vem nascendo,
« Dans la partie où le jour naît,
Com Ásia se avizinha; mas o rio
A l’Asie, elle se rapproche ; mais une rivière
Que dos montes Rifeios vai correndo,
Qui, des Monts Riphées*, va se jeter,
Na alagoa Meotis, curvo o frio,
  Dans la Palus Méotide**, froide courbe,
As divide: e o mar que, fero e horrendo,
La sépare ;  et aussi par la mer qui, féroce et horrible,
  Viu dos Gregos o irado senhorio,
Vit la colère des Grecs,
Onde agora de Tróia triunfante
Où maintenant, là où brillait la triomphante Troie,
Não vê mais que a memória o navegante.
Un marin n’y trouverait plus aucun souvenir.

——————————

*Monts Riphées
dans la Première Encyclopédie

Parmi les premieres on doit placer en Europe les Pyrénées, les Alpes, l’Apennin, les montagnes du Tyrol, le Riesemberg ou monts des Géans en Silésie, les monts Crapacs, les montagnes de la Saxe, celles des Vosges, le mont Bructere au Hartz, celles de Norwege, &c. en Asie, les monts Riphées, le Caucase, le mont Taurus, le mont Liban ; en Afrique, les monts de la Lune ; & en Amérique, les monts Apalaches, les Andes ou les Cordilieres qui sont les plus hautes montagnes du monde.
Baron d’Holbach, Jaucourt
L’Encyclopédie, 1re édition
1751 – Tome 10, pp. 672-679

**Palus Méotide = Mer d’Azov [Азовское море] à l’ouest de la Crimée, au-dessus de la Mer Noire

Définition dans la Première Encyclopédie
PALUS-MEOTIDE, le, (Géog. anc.) en latin Palus-Mœtis, grand golfe ou mer, entre l’Europe & l’Asie, au nord de la mer noire, avec laquelle le Palus-Méotide communique, par le moyen d’une embouchure appellée anciennement le bosphore Cimmérien. Les anciens lui ont donné tantôt le nom de lac, tantôt celui de marais. Pline, l. II. c. lxvij. l. V. c. xxvij. & Pomponius Mela, l. I. c. i. & ij. se servent indifféremment des mots lacus & palus, pour désigner cette mer. En effet, on pourroit ne la considérer que comme un grand marais, attendu le peu d’eau qu’on y trouve en plusieurs endroits. Lucain dit, l. II. v. 641.
Jaucourt
L’Encyclopédie, 1re édition
1765 Tome 11, p. 804

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-7 LES LUSIADES III-7

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES

OS LUSIADAS II-35 LES LUSIADES

OS LUSIADAS II-35 LES LUSIADES II-35
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-35

OS LUSIADAS II-35

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  35
Strophe 35

II-35

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

LES LUSIADES II-35
OS LUSIADAS II-35

E por mais namorar o soberano
Et afin de plaire au souverain
 Padre, de quem foi sempre amada e eriça,
Père, qui l’a toujours aimée et hérissée,
Se lhe apresenta assim como ao Troiano,
Elle se présente comme à Troie,
Na selva Idea*, já se apresentara.
Dans la forêt de l’Ida*, elle était apparue.
 Se a vira o caçador, que o vulto humano
Si le chasseur Actéon** l’avait vue, à la figure humaine
Perdeu, vendo Diana na água clara,
Perdue, en voyant Diana dans l’eau claire,
 Nunca os famintos galgos o mataram,
Jamais les lévriers affamés ne l’auraient tué,
Que primeiro desejos o acabaram.
Car la force du désir aurait été plus fort.


 

*IDA
ARTICLE DE L’ENCYCLOPEDIE SUR LE MONT IDA

IDA, s. m. (Géog. anc.) il y a deux montagnes de ce nom également célebres dans les écrits des anciens, l’une dans la Troade, & l’autre dans l’île de Crete.

Le mont Ida en Troade, pris dans toute son étendue, peut être regardé comme un de ces grands réservoirs d’eau, que la nature a formé pour fournir & entretenir les rivieres ; de celles-là, quelques-unes tombent dans la Propontide, comme l’Æsepe & le Granique ; d’autres dans l’Hellespont, comme les deux entre lesquelles la ville d’Abidos étoit située ; j’entends le Ximois, & le Xante qui se joint avec l’Andrius : d’autres enfin vont se perdre au midi dans le Golphe d’Adramyte, entre le Satniœis & le Cilée. Ainsi Horace, liv. III. ode 20, a eu raison d’appeller l’Ida de la Troade, aquatique, lorsqu’il dit de Ganymede,

Raptus ab aquosâ Idâ.

Diodore de Sicile ajoute que cette montagne est la plus haute de tout l’Hellespont, & qu’elle a au milieu d’elle un antre qui semble fait exprès pour y recevoir des divinités ; c’est là où l’on prétend que Paris jugea les trois déesses, qui disputoient le prix de la beauté. On croit encore que dans ce même endroit, étoient nés les Dactyles d’Ida, qui furent les premiers à forger le fer, ce secret si utile aux hommes, & qu’ils tenoient de la mere des dieux ; ce qui est plus sûr, c’est que le mont Ida s’avance par plusieurs branches vers la mer, & de là vient qu’Homere se sert souvent de cette expression, les montagnes d’Ida. Virgile, Æneid. liv. III. v. 5. parle de même.

Classemque sub ipsâ
Antandro & Phrygiâ molimur montibus Ida.

En un mot, Homere, Virgile, Strabon, Diodore de Sicile, ne s’expriment guere autrement. En effet le mont Ida qui, comme on sait, est dans cette partie de la Natolie occidentale nommée Aidinzic, ou la petite Aidine, pousse plusieurs branches, dont les unes aboutissent au golphe d’Aidine ou de Booa dans la mer de Marmora ; les autres s’étendent vers l’Archipel à l’ouest, & quelques-unes s’avancent au sud, jusque au golphe de Gueresto, vis-à-vis de l’île de Mételin ; l’ancienne Troade étoit entre ces trois mers.

Parlons à présent du mont Ida de Crete, situé au milieu de cette île. Virgile, Æneid. liv. III. v. 104. l’appelle mons Idæus.

Creta Jovis magni medio jacet insula ponto,
Mons Idæus ubi, & gentis cunabula nostræ.

L’Ida de Crete étoit fameux, non-seulement par les belles villes qui l’environnoient, mais sur-tout parce que selon la tradition populaire, le souverain maître des dieux & des hommes, Jupiter lui-même, y avoit pris naissance. Aussi l’appelle-t-on encore aujourd’hui Monte-Giove, ou Psiloriti.

Cependant cet Ida de Crete n’a rien de beau que son illustre nom ; cette montagne si célebre dans la Poésie, ne présente aux yeux qu’un vilain dos d’âne tout pelé ; on n’y voit ni paysage ni solitude agréable, ni fontaine, ni ruisseau ; à peine s’y trouve-t-il un méchant puits, dont il faut tirer l’eau à force de bras, pour empêcher les moutons & les chevaux du lieu d’y mourir de soif. On n’y nourrit que des haridelles, quelques brebis & de méchantes chevres, que la faim oblige de brouter jusques à la Tragacantha, si hérissée de piquans, que les Grecs l’ont appellé épine de bouc. Ceux donc qui ont avancé que les hauteurs du mont Ida de Candie étoient toutes chauves, & que les plantes n’y pouvoient pas vivre parmi la neige & les glaces, ont eu raison de ne nous point tromper, & de nous en donner un récit très-fidele.

Au reste le nom Ida dérive du grec Ἴδη, qui vient lui-même d’ἰδεῖν, qui signifie voir, parce que de dessus ces montagnes, qui sont très-élevées, la vue s’étend fort loin, tant de dessus le mont Ida de la Troade, que dessus le mont Ida de Crete. (D. J.)

Jaucourt
L’Encyclopédie, 1re édition
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand
1766
Tome 8, pp. 488-489

*******

**ACTEON
dans
LE DICTIONNAIRE DE 1771

ACTÉON. s. m. C’est le nom d’un grand Chasseur, petit-fils de Cadmus, & fils d’Aristée & d’Autonoé. Etant à la chasse dans le territoire de Mégare, il surprit Diane dans le bain, & l’ayant contemplée pendant qu’elle étoit toute nue, il en devint épris, & selon Hygin, il la voulut violer. La Déesse le métamorphosa en Cerf, & ses chiens l’ayant méconnu sous ce déguisement, le déchirèrent en morceaux, & le dévorèrent. Les Orchoniens lui faisoient tous les ans des sacrifices par ordre d’Apollon.

Actéon. s. m. C’est le nom d’un des chevaux qui conduisoient le char du Soleil dans la chute de Phaëton, selon Fulgence le Mythologue. Actéon signifie lumineux : d’ἀϰτίν, ίνος, rayon du Soleil. Ovide le nomme Æton.

Jésuites et imprimeurs de Trévoux
Dictionnaire universel françois et latin
6e édition
1771
Tome 1, p. 99

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LES LUSIADES II-35
OS LUSIADAS II-35

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

THE ROSE OF THE WORLD Yeats Texte & Traduction LA ROSE DU MONDE

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

 

YEATS
1865-1939

[The Rose –  1893]


THE ROSE OF THE WORLD
poem
La Rose du Monde
poème

The Rose of the World Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais la Rose du Monde

————————–

Who dreamed that beauty passes like a dream?
 Qui rêvait que la beauté passe comme un rêve ?
 For these red lips, with all their mournful pride,
Pour ces lèvres rouges, avec toute leur fierté lugubre,
Mournful that no new wonder may betide,
Il est triste qu’aucune nouvelle merveille ne puisse advenir,
 Troy passed away in one high funeral gleam,
Troie s’en est allé dans l’une des hautes lueurs funéraires,
And Usna’s children died.
Et les enfants de Usna sont morts.

We and the labouring world are passing by:
Nous et ce monde qui travaille nous passons :
Amid men’s souls, that waver and give place
Au milieu de l’âme des hommes, qui vacillent et qui dévalent
Like the pale waters in their wintry race,
Comme les eaux pâles dans leur course hivernale,
Under the passing stars, foam of the sky,
Sous les étoiles fuyantes, écume du ciel,
Lives on this lonely face.
Habitant sur cette face solitaire.

Bow down, archangels, in your dim abode:
Prosternez-vous, archanges, dans votre trouble demeure !
Before you were, or any hearts to beat,
Avant que nous ne passiez, ou avant que plus un cœur ne batte,
Weary and kind one lingered by His seat;
Lasse et bienfaisante, elle s’attardait près de Son siège ;
He made the world to be a grassy road
Il a fait le monde comme un chemin herbeux
Before her wandering feet. 
Devant ses pieds errants.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

The Rose of the world Yeats

NO SECOND TROY Yeats Texte et Traduction PAS DE DEUXIEME TROIE

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939

 

No Second Troy
Pas de deuxième Troie

No Second Troy Yeats_Boughton

 

————————–

Why should I blame her that she filled my days
Pourquoi devrais-je la blâmer qu’elle ait rempli mes jours
With misery, or that she would of late
De misère, ou qu’elle ait jadis
Have taught to ignorant men most violent ways,
enseigné aux hommes ignorants les moyens les plus violents,
Or hurled the little streets upon the great,
Ou jeté ceux qui vivaient dans les petites rues sur les grandes,
Had they but courage equal to desire?
Mais leur courage égalait-il leur désir ?
What could have made her peaceful with a mind
Ce qui aurait fait d’elle un esprit paisible avec
That nobleness made simple as a fire,
Cette noblesse de faire aussi simple que le feu,
With beauty like a tightened bow, a kind
Avec la beauté d’un arc tenducette espèce
That is not natural in an age like this,
qui n’est pas naturelle dans un âge comme ça,
Being high and solitary and most stern?
Etant noble et solitaire et la plus austère ?
Why, what could she have done, being what she is?
Pourquoi, qu’aurait t-elle pu faire, étant ce qu’elle est?
Was there another Troy for her to burn?
Y avait-il une autre Troie à brûler pour elle ?
***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************