Archives par mot-clé : sol

LE DEPART DES TROUPES – OS LUSIADAS IV-27 LES LUSIADES LUIS DE CAMOES – « Respondem as trombetas mensageiras

*

traduction Jacky LavauzelleOS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-27 LES LUSIADES IV-27
LITTERATURE PORTUGAISE

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes




Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades Trad Jacky Lavauzelle

 Obra Poética  (1556)




OS LUSIADAS IV-27
A Epopeia Portuguesa

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Camoes Traduction Jacky Lavauzelle
Vasco de Gama

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




******

Les préparatifs au combat
Départ des troupes

*******

« Respondem as trombetas mensageiras,
« Répondent les trompettes messagères,
  Pífaros sibilantes e atambores;
Les fifres sibilants et les tambours ;
 Alférezes volteam as bandeiras,
 Les bannières flottent,
  Que variadas são de muitas cores.
Aux nombreuses couleurs variées.
 Era no seco tempo, que nas eiras
 C’était un temps sec, où, sur les terres
   Ceres o fruto deixa aos lavradores,
 De Cérès, les paysans récoltaient ses fruits,
Entra em Astreia o Sol, no mês de Agosto,
  Astrée avait la visite du Soleil, en ce mois d’Août,
  Baco das uvas tira o doce mosto.
Bacchus tirait les suaves douceurs aux raisins.

**

Traduction Jacky Lavauzelle
Nuno Álvares Pereira

****

OS LUSIADAS CANTO IV

****

Traduction Jacky Lavauzelle

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

**************

**

LA MORT DU VETERAN CAMOES

Et puis, pour qu’un royaume ait des gens de lettres, il lui faut de l’argent pour les pensionner. Le Portugal, qui épuisait son épargne en flottes, en armées, en constructions de citadelles, ne pouvait avoir dans son budget un chapitre d’encouragemens aux lettres et aux arts. Bientôt même l’état ruiné par ses conquêtes, obéré par la victoire, n’eut plus de quoi suffire aux besoins de ses armées : il finit par ne pouvoir plus nourrir ceux qui l’avaient servi. Camoens mourut à l’hôpital, ou à-peu-près ; mais ce ne fut pas comme poète ; ce ne fut pas comme Gilbert et Maifilâtre à côté d’autres écrivains largement rentes: ce fut comme un vétéran dont la solde manque, ou dont la pension de retraite est suspendue.il mourut comme beaucoup de ses compagnons d’armes, comme mouraient les vice-rois eux-mêmes, qui n’avaient pas toujours (témoin dom Joâo de Castro) de quoi acheter une pouie dans leur dernière maladie.

« Qu’y a-t-il de plus déplorable que de voir un si grand génie si mal récompensé ? Je l’ai vu mourir dans un hôpital de Lisbonne, sans avoir un drap pour se couvrir, lui qui avait si bravement combattu dans l’Inde orientale et qui avait fait cinq mille cinq cents lieues en mer. Grande leçon pour ceux qui se fatiguent à travailler nuit et jour et aussi vainement que l’araignée qui ourdit sa toile pour y prendre des mouches. »
Il peut résulter de cette apostille que José Indio a vu Camoens à l’hôpital, sans qu’il faille prendre à la lettre les mots je l’ai vu mourir.
Ce fut dans ces circonstances que le désastre d’AIkacer Kébir (4 août 1578) frappa de mort le Portugal. Il restait encore à Camoens une larme pour sa patrie : Ah ! s’écria-t-il, du moins je meurs avec elle ! Il répéta la même pensée dans la dernière lettre qu’il ait écrite. « Enfin, disait-il, je vais sortir de la vie, et il sera manifeste à tous que j’ai tant aimé ma patrie, que non-seulement je me trouve heureux de mourir dans son sein, mais encore de mourir avec elle. »
Il ne survécut que peu de mois à ce désastre, et mourut au commencement de 1579, à l’âge de cinquante-cinq ans.
Il fut enterré très pauvrement dans l’église de Santa Anna, dit Pedro de Mariz, à gauche en entrant et sans que rien indiquât sa sépulture. Ses malheurs firent une impression si profonde, que personne ne voulut plus occuper la maison qu’il avait habitée. Elle est restée vide depuis sa mort. Les prévisions de Camoens ne tardèrent pas à s’accomplir. Le Portugal, ce royaume né d’une victoire et mort dans une défaite, tomba bientôt sous le joug de Philippe IL Ce monarque visitant ses nouvelles provinces, s’informa du poète, et, en apprenant qu’il n’existait plus, il témoigna un vif regret….

Charles Magnin
Luiz de Camoëns
Revue des Deux Mondes
Période Initiale, tome 6

*********************

Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
*********************


Camoes Os Lusiadas IV Traduction Jacky Lavauzelle

 OS LUSIADAS IV

LUIS DE CAMOES LES LUSIADES

Camoes Canto III

Visão – VISION – Poème de Cruz e Sousa (Faróis-1900)

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira




Traduction du Brésilien Jacky Lavauzelle
João da Cruz e Sousa


João da Cruz e Sousa
poète brésilien

Dante Negro – Cisne Negro




 Obra Poética 





 

João da Cruz e Sousa
Visão
VISION

(Faróis – Phares – 1900)

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




*

Traduction Jacky Lavauzelle
Jérôme Bosch – Le Jardin des délices (détail Panneau droit)- Musée du Prado – Madrid

**

Noiva de Satanás, Arte maldita,
Epouse de Satan, Art maudit,
Mago Fruto letal e proibido,
Fruit mortel magique et interdit,
Sonâmbula do Além, do Indefinido
Somnambule de l’Au-delà et de l’Indéfini
 Das profundas paixões, Dor infinita.
Des passions profondes et de la Douleur infinie.

*

 Astro sombrio, luz amarga e aflita,
Sombre astre, lumière amère et en détresse,
 Das Ilusões tantálico gemido,
Des Illusions torturées gémissent,
Virgem da Noite, do luar dorido,
Vierge de la Nuit, du clair de lune meurtri,
Com toda a tua Dor oh! sê bendita!
Avec toute ta douleur  oh ! sois béni !

*

 Seja bendito esse clarão eterno
Bénie soit cette éternelle lumière.
De sol, de sangue, de veneno e inferno,
De soleil, de sang, de poison et d’enfer,
  De guerra e amor e ocasos de saudade…
De guerre et d’amour et de couchers de nostalgie …

*

 Sejam benditas, imortalizadas
Âmes immortalisées, soyez bénies !
As almas castamente amortalhadas
Vous, les âmes chastement enveloppées
    Na tua estranha e branca Majestade!
Dans ton étrange et blanche Majesté !

 

******

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira

CAMOES OS LUSIADAS II-110 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-110 LES LUSIADES II-110
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-110

OS LUSIADAS II-110

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  110
Strophe 110

II-110

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-110
LES LUSIADES II-110

 *****

« E assim também nos conta dos rodeios
« Et aussi conte-nous tes pérégrinations
Longos, em que te traz o mar irado,
Si longues, sur la mer déchaînée,
 Vendo os costumes bárbaros alheios
Où tu observas des coutumes barbares si étranges,
Que a nossa África ruda tem criado.
Que notre inhospitalière Afrique a créé.
 Conta: que agora vêm co’os áureos freios
Conte, car maintenant arrivent avec leurs freins dorés
  Os cavalos que o carro marchetado
Les chevaux et les chars
  Do novo Sol, da fria Aurora trazem,
Du Soleil naissant, venant de la froide Aurore ;
  O vento dorme, o mar e as ondas jazem.
Déjà le vent dort, la mer et les vagues se posent.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-110 LES LUSIADES II-110

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

OS LUSIADAS II-110
Luís Vaz de Camões Les Lusiades

CAMOES LES LUSIADES II-72 OS LUSIADAS

LUIS DE CAMOES OS CAMOES LES LUSIADES
OS LUSIADAS II-72 LES LUSIADES II-72
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-72

OS LUSIADAS II-72

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  72
Strophe 72

II-72

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

LUIS DE CAMOES
OS LUSIADAS
LES LUSIADES II-72

 *****

Era no tempo alegre, quando entrava
Nous étions au cœur du riant printemps
No roubador de Europa a luz Febeia,
Où le ravisseur d’Europe, Jupiter, rencontre la lumière de Phébus,
Quando um e outro corno lhe aquentava,
Quand l’une et l’autre corne s’embrasaient,
E Flora derramava o de Amalteia:
Et quand Flore verse la corne d’abondance d’Amalthée :
A memória do dia renovava
La mémoire du jour est ramenée
O pressuroso Sol, que o Céu rodeia,
Par le rapide Soleil que le Ciel entraîne,
Em que Aquele, a quem tudo está sujeito,
Où Celui, à qui tout est soumis,
O selo pôs a quanto tinha feito;
Appose le sceau sur sa création ;

Capra almatea la chèvre amalthée Le Bernin Bernini Galerie Borghese Galleria Borghese artgitato 3

***

Voir aussi article
La sculpture du Bernin à la Galerie Borghèse montrant la chèvre Amalthée nourrissant Jupiter

BERNINI : La Chèvre Amalthée
GALERIE BORGHESE
Capra Amaltea GALLERIA BORGHESE
The Goat Amalthea with the Infant Jupiter and a Faun

****

DIDEROT
L’ENCYCLODEDIE
1ère édition – 1751
AMALTHÉE
c’est le nom de la chevre qui allaita Jupiter, & que ce dieu par reconnoissance plaça parmi les astres. Les Grecs ont fait d’une de ses cornes leur corne d’abondance.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LUIS DE CAMOES
OS LUSIADAS LES LUSIADES II-72

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

OS LUSIADAS II-68 LES LUSIADES

LUIS DE CAMOES
OS LUSIADAS II-68 LES LUSIADES II-68
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-68

OS LUSIADAS II-68

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  68
Strophe 68

II-68

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-68
OS LUSIADAS II-68

 *****

Tinha uma volta dado o Sol ardente
Il avait accompli son tour, le Soleil ardent
E n’outra começava, quando viram
Et en commençait un autre, quand ils virent
Ao longe dous navios, brandamente
Au loin, deux navires, qui, doucement,
 Co’os ventos navegando, que respiram:
Naviguaient suivant la brise :
 Porque haviam de ser da Maura gente,
Comme il devait s’agir des Maures,
 Para eles arribando, as velas viram:
Ils orientèrent les voiles pour les affronter :
Um, de temor do mal que arreceava,
L’un des deux, s’en apercevant,
Por se salvar a gente à costa dava.
Se sauva en se dirigeant vers la côte.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LUIS DE CAMOES
LES LUSIADES II-68
OS LUSIADAS II-68

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

LUIS DE CAMOES LUSIADES

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 42- Verso 42

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 42
Strophe 42

I-42

Typhon par Klimt
Typhon dans la frise Beethoven, de Gustav Klimt

Enquanto isto se passa na formosa
Bien que tout ceci se passait dans la magnifique
Casa etérea do Olimpo onipotente,
Maison éthérée du tout-puissant Olympe,
Cortava o mar a gente belicosa,
La mer était parcourue par les guerriers,
Já lá da banda do Austro e do Oriente,
Déjà du côté de l’Austral et de l’Orient,
Entre a costa Etiópica e a famosa
Entre la côte Éthiopienne et la célèbre
Ilha de São Lourenço; e o Sol ardente
Île Saint-Laurent ; et le Soleil ardent
Queimava então os Deuses, que Tifeu
Brûlait alors les Dieux, que Typhon
Com o temor grande em peixes converteu.
Dans une grande terreur en poissons avait transformés.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 28- Verso 28

 

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 28
Strophe 28

I-28

« Prometido lhe está do Fado eterno,
« La Promesse  est celle du Destin éternel,
 Cuja alta Lei não pode ser quebrada,
Dont la loi ne peut jamais être brisée,
Que tenham longos tempos o governo
D’avoir longtemps le gouvernement
Do mar, que vê do Sol a roxa entrada.
De la mer, où vous voyez du Soleil pourpre l’entrée.
Nas águas têm passado o duro inverno;
Les eaux sont passées avec le dur hiver ;
A gente vem perdida e trabalhada;
Ils se voyaient perdus et fatigués ;
 Já parece bem feito que lhe seja
Déjà le moment semble venu
Mostrada a nova terra, que deseja.
De leur montrer la nouvelle terre qu’ils désirent.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 21- Verso 21

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 21
Strophe 21

I-21

Deixam dos sete Céus o regimento,
Ils laissèrent les sept Ciels où ils règnent,
Que do poder mais alto lhe foi dado,
Par le pouvoir le plus haut qui puisse être donné,
Alto poder, que só co’o pensamento
Pouvoir suprême, qui seulement par la pensée
Governa o Céu, a Terra, e o Mar irado.
Gouverne le Ciel, la Terre, et la Mer en furie.
Ali se acharam juntos num momento
Il y avait ensemble à un moment
Os que habitam o Arcturo congelado,
Ceux qui habitent l’Arctique congelé,
E os que o Austro tem, e as partes onde
Et ceux des terres Australes, et les parties
A Aurora nasce, e o claro Sol se esconde.
L’Aurore est né, et où le clair Soleil clair décline.

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades

Böljebyvals KARLFELDT Poesi -Texte & Traduction de la poésie : LA VALSE DE BÖLJEBY

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Böljebyvals KARLFELDT

LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Böljebyvals Karlfeldt La Valse de Böljeby Erik Axel Karlfeldt Poésie Artgitato Traduction

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 Fridolins Lustgård och Dalmålningar på rim
Le Jardin de Fridolin
&
Peintures Dalécarliennes en vers
1901


Böljebyvals

La Valse de Böljeby

Sjung, sjung i alarna,
Chante, chante dans les aulnes,
flygande storm, du kämpars vän,

  tempête tournoyante, toi l’amie des guerriers,
sjung, sjung i salarna;

  chante, chante dans les salles;
  glimmande höstlöv fara.

  scintillement des feuilles de l’automne.
 Stolt under ekarna

  Fière sous les chênes
 prunkar en senad skara än,

 arbore une foule en retard,
trofast i lekarna,

  fidèle dans les jeux,
  trofast i storm och fara

fidèle dans la tempête et le danger    

*

Fast, fast mot rockarna
Solide, solide sous les manteaux
 slå dessa bröst som stormen spänt,
battent ces poitrines que la tempête gonfle,
 lugnt under lockarna
calmes sous les boucles
trotsiga blickar fara.
les regards défiant le danger.
Än från altanerna,
Que depuis les balcons,
   där sina lyktor vildvin tänt,
où les lanternes s’allument par la vigne vierge,
 ler mot kompanerna
souriant à la compagnie
  kvinnornas unga skara.
la foule de jeunes femmes.

*

 Snart, snart på planerna
Bientôt, bientôt sur les lieux
möter jag dig som ingen vet.
je te rencontrerai toi que personne ne connaît.
 Starkt som orkanerna
Puissante comme un ouragan
längtar min själ att fara.
languit mon âme pour le voyage.
 Går du i tågande
Où pars-tu,
skyarnas svalka röd och het?
dans les glaciaux nuages, rouge et chaud ?
 Ord har jag lågande,
Mes paroles flamboient,
länge jag måst dem spara.
longtemps j’ai dû les conserver.

*

Sol, sol i ekarna
Soleil, soleil dans les chênes
tänd nu till balen höstens bloss!
Eclaire maintenant pour le bal les feux de l’automne !
 Mörkt brinna vekarna;
Les mèches brûlent sombres ;
dånande vågor fara.
des vagues rugissent de peur.
  Våren, den susande,
Le bruissement du printemps
 har inga visor mer för oss.
ne chante plus pour nous.
 Livet är brusande
La vie est le rugissement
stormsång och stormdans bara.
des chants et des danses de la tempête.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato
******************

Böljebyvals Karlfeldt 1901
La Valse de Böljeby Karlfeldt 1901

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos DE LUIS DE GONGORA Texte et Traduction

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos
1620

Peinaba al sol Belisa sus cabellos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Peinaba al sol Belisa sus cabellos

Bélise peignait ses cheveux au soleil

Peinaba al sol Belisa sus cabellos
Bélise peignait ses cheveux au soleil
con peine de marfil, con mano bella,
avec un peigne en ivoire, de sa belle main,
mas no se parecía el peine en ella
mais le peigne se voyait moins
como se escurecía el sol en ellos.
que le soleil qui se ternissait en eux.

 **

En cuanto, pues, estuvo sin cogellos,
Comme, ensuite, elle les fit retomber,
 el cristal solo, cuyo margen huella,
le seul cristal, dont les marges laissaient les empreintes,
bebía de una y otra dulce estrella
buvait d’une douce étoile et puis d’autres,
en tinieblas de oro rayos bellos.
en ténèbres d’or, les splendides rayons.

**

Fileno en tanto, no sin armonía, 
Philène pourtant, non sans harmonie,
las horas acusando, así invocaba 
se plaignant des heures,  invoquait
la segunda deidad del tercer cielo:
la seconde divinité du troisième ciel :

**

«Ociosa, Amor, será la dicha mía,
« Amour, la joie serait mienne,
si lo que debo a plumas de tu aljaba
si ce que je dois aux plumes de ton carquois
no lo fomentan plumas de tu vuelo».
n’encourageaient les plumes de ton vol. « 

 

**********
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********