Archives par mot-clé : madrid

TERRE DE CASTILLE – Poème de Miguel de Unamuno – Tú me levantas, tierra de Castilla

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

***************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Miguel-de-Unamuno.jpg.
Miguel de Unamuno en 1925

*****************

TERRE DE CASTILLE
TIERRA DE CASTILLA

*******************

Martín Rico, Puerta de una casa en Toledo, 1878, Museo del Prado, Madrid

***********************

Tú me levantas, tierra de Castilla,
Tu me soulèves, terre de Castille,
en la rugosa palma de tu mano,
dans la paume rugueuse de ta main,
al cielo que te enciende y te refresca,
vers le ciel qui t’incendie et te rafraîchit,
al cielo, tu amo,
au ciel, ton maître,

*

Tierra nervuda, enjuta, despejada,
Terre nerveuse, maigre et dépouillée
madre de corazones y de brazos,
mère des cœurs et des bras,
toma el presente en ti viejos colores
prends le présent dans tes vieilles couleurs
del noble antaño.
du noble passé.

*

Con la pradera cóncava del cielo
Au pré concave du ciel
lindan en torno tus desnudos campos,
bordent tes champs nus,
tiene en ti cuna el sol y en ti sepulcro
le soleil trouve en toi ton berceau et ta tombe
y en ti santuario.
et ton sanctuaire.

*

Es todo cima tu extensión redonda
Elle est toute en haut ta ronde extension
y en ti me siento al cielo levantado,
et en toi je sens le ciel se soulever,
aire de cumbre es el que se respira
c’est l’air des sommets qui se respire
aquí, en tus páramos.
ici, dans tes landes.

*

¡Ara gigante, tierra castellana,
Autel géant, terre castillane,
a ese tu aire soltaré mis cantos,
dans ton air je chanterai mes chansons,
si te son dignos bajarán al mundo
si elles sont dignes de toi, elles descendront du monde
desde lo alto!
d’en haut !

**********************
LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-1911-02-01_A_Águia_Portugal_Miguel_de_Unamuno_firma.svg_-1024x157.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

LA PREMIÈRE FOIS QU’IL A VU LA MER – Poème de LOPE DE VEGA La primera vez que vio la mar

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

********************
LA PREMIÈRE FOIS QU’IL A VU LA MER
La primera vez que vio la mar

********************

L’Invincible Armada, Philippe-Jacques de Loutherbourg

******


¡Válate Dios, el charco, el que provocas
Avec l’aide de Dieu, flaque d’eau, tu provoques
con verte a helar el alma de las venas,
à voir geler l’âme dans les veines,
Adán de tirubones y ballenas,
Adam des requins et des baleines,
almejas viles y estupendas focas!
des viles palourdes et des prodigieux phoques !

*

Cerúleo sorbedor por tantas bocas
Buveur céruléen par tant de bouches
de más naves que vio tu centro arenas;
de plus de navires que tes profondeurs n’ont vu de grains de sable ;
teatro en quien oyó trágicas scenas,
théâtre dans lequel lors des scènes les plus tragiques
sentada la Fortuna entre estas rocas.
la Fortune se tient toujours assise parmi ces rochers.

*

Tú, que enseñaste al Draque, a Magallanes
Toi, toi qui as enseigné à Drake et à Magellan
lo más estrecho de tu campo oblico,
la plus étroite ligne sur ton horizon oblique,
a pesar de sirenas y caimanes,
malgré les sirènes et malgré les caïmans,

*

en España nací con solo el pico,
en Espagne je suis né avec seulement ma faim,
cansado estoy de trajinar desvanes,
je suis épuisé dans l’agitation des greniers,
dime, ¿por dónde van a Puerto Rico?
dis-moi, par où va-t-on à Porto Rico ?

***********************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

***********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES DÉSIRS D’UNE FEMME – Poème de LOPE DE VEGA – Si el padre universal de cuanto veo (Sonnet – Soneto)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.
BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LES DÉSIRS D’UNE FEMME
SI EL PADRE UNIVERSAL DE CUANTO VEO

Bethsabée recevant la lettre de David, Willem Drost, 1654

*********


Si el padre universal de cuanto veo 
Si le père universel de tout ce que je vois
en la naturaleza nuestra humana, 
dans la nature de notre humanité,
despreció la sentencia soberana, 
a méprisé la loi souveraine,
obedeciendo un femenil deseo; 
la laissant soumise aux désirs d’une femme ;

*


si un rey David y un nazareno hebreo, 
si un roi David et un hébreu nazaréen,
a Bersabé y a Dálida tirana, 
à Bethsabée, tout comme à la cruelle Dalida,
la fuerza y la vitoria rinde llana, 
ont cédé et la force et la victoire aisément,
que no pudo el león ni el filisteo, 
plus vite que le lion ou le philistin,

*


¿en qué valor mis ojos se fiaron, 
en quoi donc mes yeux peuvent-ils se fier,
y presumió mi ingenio saber tanto 
et en quoi alors mon esprit présumé pense pouvoir connaître
que no le hiciera tu hermosura agravio? 
quand ta beauté, mon aimée, se joue si bien de moi ?

*


Pues con fuerza, virtud y ciencia erraron 
Car avec force, vertu et science se sont tant égarés
Adán el primer hombre, David santo, 
Adam le premier homme, David le saint,
Sansón el fuerte y Salomón el sabio. 
Samson le fort et Salomon le sage.

*******************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*******************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE SONNET IMPÉRIEUX – Poème de LOPE DE VEGA – Soneto de repente

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.
Jean-Marc Nattier, Terpsichore, 1739, Musée des beaux-arts de San Francisco

LE SONNET IMPÉRIEUX
Soneto de repente


**************


Un soneto me manda hacer Violante,
Violante m’ordonne d’écrire sonnet
que en mi vida me he visto en tanto aprieto;
que dans ma vie je n’ai eu tant de peine ;
catorce versos dicen que es soneto,
il est dit que quatorze vers forment un sonnet,
burla burlando van los tres delante.
se moquant des trois malheureux qui précédent.

Yo pensé que no hallara consonante
Je pensais que je n’irai pas si loin
y estoy a la mitad de otro cuarteto,
mais déjà je suis à mi-chemin de l’autre quatrain,
mas si me veo en el primer terceto,
mais si je vois arriver le premier tercet,
no hay cosa en los cuartetos que me espante.
rien dans les quatrains ne me fait peur.

Por el primer terceto voy entrando,
Déjà dans le premier tercet j’entre,
y parece que entré con pie derecho
et il semble que je suis entré du bon pied
pues fin con este verso le voy dando.
et ainsi qu’avec ce vers-là je le clôture.

Ya estoy en el segundo y aun sospecho
Je suis déjà dans le second et je suspecte donc
que voy los trece versos acabando:
que j’ai terminé treize vers :
contad si son catorce y está hecho.
comptez-les, ils sont quatorze et c’est ainsi terminé !

************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA NUIT – Poème de LOPE DE VEGA – Noche, fabricadora de embelecos (Sonnet)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

*************************

LA NUIT
Noche, fabricadora de embelecos

Nils Blommér, 1850

*************************

Noche, fabricadora de embelecos,
La nuit, fabricante d’artifices,
loca, imaginativa, quimerista,
folle, imaginative, chimérique,
que muestras al que en ti su bien conquista
la nuit montre ce que tu désires
los montes llanos y los mares secos;
montagnes aplanies et mers asséchées ;

habitadora de cerebros huecos,
habitante de cerveaux creux,
mecánica, filósofa, alquimista,
mécanicienne, philosophe, alchimiste,
encubridora vil, lince sin vista,
complice vile, lynx aveugle,
espantadiza de tus mismos ecos:
épouvantée de tes propres échos :

la sombra, el miedo, el mal se te atribuya,
les ténèbres, la peur, le mal sont les tiens,
solícita, poeta, enferma, fría,
prudente, poétesse, infirme, froide,
manos del bravo y pies del fugitivo.
mains de brut et pieds du fugitif.

Que vele o duerma, media vida es tuya:
Que je veille ou que je dorme, la moitié de vie t’appartient :
si velo, te lo pago con el día,
si je veille, je te le paie le lendemain,
y si duermo, no siento lo que vivo.
et si je dors, je ne ressens plus ce que je vis.



**************************

*************************************
LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

*************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA POÉSIE de LOPE DE VEGA – LA POESIA DE LOPE DE VEGA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*****************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.

****

LES DÉSIRS D’UNE FEMME
SI EL PADRE UNIVERSAL DE CUANTO VEO

Bethsabée recevant la lettre de David, Willem Drost, 1654

Si el padre universal de cuanto veo 
Si le père universel de tout ce que je vois
en la naturaleza nuestra humana, 
dans la nature de notre humanité,

****

LAS PAJAS DEL PESEBRE
LA PAILLE DE LA CRÈCHE

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Don_Lorenzo_Monaco_002-1024x952.jpg.
Lorenzo Monaco, Adoration des mages, 1422

Las pajas del pesebre
La paille de la crèche
niño de Belén 
enfant de Bethléem

****

L’AMOUR
Desmayarse, atreverse, estar furioso
Sonnet

Carlo FACHINETTI , Amour maternel

Desmayarse, atreverse, estar furioso,
S’évanouir, oser, se fâcher,
áspero, tierno, liberal, esquivo,
rugueux, tendre, libéral, insaisissable
,

****

LA CRÉATION POÉTIQUE
Versos de amor, conceptos esparcidos

Rimas
1604

Icare et Dédale, Charles-Paul Landon,1799

Versos de amor, conceptos esparcidos
Vers d’amour, concepts dispersés
engendrados del alma en mis cuidados,
engendrés dans une âme attentionnée,

****

LA NUIT
NOCHE, FABRICADORA DE EMBELECOS

Nils Blommér, 1850

Noche, fabricadora de embelecos,
La nuit, fabricante d’artifices,
loca, imaginativa, quimerista,
folle, imaginative, chimérique,

****

LE SONNET IMPÉRIEUX
Soneto de repente

Jean-Marc Nattier, Terpsichore, 1739, Musée des beaux-arts de San Francisco

Un soneto me manda hacer Violante,
Violante m’ordonne d’écrire un sonnet
que en mi vida me he visto en tanto aprieto;
que dans ma vie je n’ai eu tant de peine ;

****

LA PREMIÈRE FOIS QU’IL A VU LA MER
La primera vez que vio la mar

L’Invincible Armada, Philippe-Jacques de Loutherbourg

¡Válate Dios, el charco, el que provocas
Avec l’aide de Dieu, flaque d’eau, tu provoques
con verte a helar el alma de las venas,
à voir geler l’âme dans les veines,

*****

LE PASTEUR DIVIN
El Pastor divino

Francisco de Zurbarán, Crucifixion, The Art Institute of Chicago

Pastor, que con tus silbos amorosos
Pasteur, de tes sifflets amoureux
me despertaste del profundo sueño;
tu m’as réveillé du profond sommeil ;

****

TROIE BRÛLE
Árdese Troya, y sube el humo escuro

Enrique Simonet, Jugement de Pâris, 1904


Árdese Troya, y sube el humo escuro
Troie brûle et monte la sombre fumée
al enemigo cielo, y entretanto,
vers le ciel ennemi, et en attendant,

****

LE MYTHE DE MIDAS
A Baco pide Midas que se vuelva

A Baco pide Midas que se vuelva
A Bacchus*, Midas demande de pouvoir transformer
oro cuanto tocare (¡ambición loca!);
en or tout ce qu’il touche (ambition folle !) ;

****

FLEUVE DE SEVILLE
Río de Sevilla
(Du chansonnier de Turin – Cancionero de Turin)

Séville au XVIe siècle, Alonso Sánchez Coello

Río de Sevilla,
Fleuve de Séville,
¡quién te passase
tant je désire te traverser

****

INGRATITUDE
¿Qué tengo yo, que mi amistad procuras?

Wenzel Coebergher, Ecce homo, Musée des Augustins de Toulouse

¿Qué tengo yo, que mi amistad procuras?
Qu’ai-je, que mon amitié te procure ?
¿Qué interés se te sigue, Jesús mío,
Quel intérêt ai-je pour Toi, Seigneur,

****

LA MALÉDICTION DE BABEL
No entiendo lo que dice la criada

La Tour de Babel, Pieter Brueghel l’Ancien, XVIe siècle

-Boscán, tarde llegamos. ¿Hay posada?
– Boscán*, nous arrivons en retard. Y a-t-il encore une place ?
-Llamad desde la posta, Garcilaso.
– Appelez l’aubergiste, Garcilaso.

****

OMBRE & LUMIERE
De la abrasada eclíptica que ignora

Phaéton foudroyé par Zeus, Jan Carel van Eyck (XVIIe siècle)

De la abrasada eclíptica que ignora
De cette éclipse embrasée qu’ignore
intrépido corrió las líneas de oro
cet intrépide, courant sur des lignes dorées,

****

LA SUPPLIQUE DU BERGER
SUELTA MI MANSO

Évariste-Vital Luminais, Le Pâtre de Kerlaz, 1852

Suelta mi manso, mayoral extraño,
Relâche mon doux agneau, berger étranger
pues otro tienes de tu igual decoro;
recherche un autre à toi ton égal ;

****

CARPE DIEM
Vierte racimos la gloriosa palma

Apollon et Daphné, Tiepolo, 1744

Vierte racimos la gloriosa palma
Tombent les branches du glorieux palmier
y sin amor se pone estéril luto;
qui sans amour porte désormais les habits d’un stérile deuil

****


LE FIL DE L’AMOUR
Cual engañado niño que, contento

jeune fille se coiffant, Auguste Renoir

Cual engañado niño que, contento,
Comme un enfant heureux qui insouciant
pintado pajarillo tiene atado,
tient dans sa main noué un oiseau aux vives couleurs

****

POUR UNE HEURE D’AMOUR
No sabe qué es amor quien no te ama

Ramon Casas, Sífilis, affiche, 1900, Barcelone, musée national d’art de Catalogne

No sabe qué es amor quien no te ama,
Il ne sait pas ce qu’est l’amour celui qui ne t’aime pas,
celestial hermosura, esposo bello;
beauté céleste, bel époux ;

***********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

L’AMOUR – Poème de LOPE DE VEGA – Desmayarse, atreverse, estar furioso

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Lope-de-Vega-849x1024.jpg.
Carlo FACHINETTI , Amour maternel

**************

Desmayarse, atreverse, estar furioso,
S’évanouir, oser, se fâcher,
áspero, tierno, liberal, esquivo,
rugueux, tendre, libéral, insaisissable,
alentado, mortal, difunto, vivo,
conforté, mortel, décédé, vivant,
leal, traidor, cobarde y animoso;
loyal, traître, lâche et courageux ;

*

no hallar fuera del bien centro y reposo,
ne pas chercher la paix et le repos hors du bien,
mostrarse alegre, triste, humilde, altivo,
être joyeux, triste, humble, fier
enojado, valiente, fugitivo,
en colère, courageux, peureux,
satisfecho, ofendido, receloso;
satisfait, offensé, méfiant ;

huir el rostro al claro desengaño,
fuir le visage à l’évidente rancœur,
beber veneno por licor süave,
boire le poison comme une douce liqueur,
olvidar el provecho, amar el daño;
oublier le profit, aimer la chute ;

creer que un cielo en un infierno cabe,
croire qu’un paradis en enfer se tient,
dar la vida y el alma a un desengaño;
donner vie et âme à une déception ;
esto es amor, quien lo probó lo sabe.
c’est cela l’amour, celui qui l’a éprouvé, celui-là le sait.

************************

LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lope_de_Vega_firma.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA PAILLE DE LA CRÈCHE Poème de LOPE DE VEGA LAS PAJAS DEL PESEBRE

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

BNE Biblioteca Nacional de España Biblitothèque Nationale d'Espagne Artgitato Madrid Lope de Vega
Lope de Vega, La Bibliothèque d’Espagne – Biblioteca de españa – Photo Jacky Lavauzelle

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

LOPE DE VEGA
Félix Lope de Vega y Carpio
Madrid 25 novembre 1562 – Madrid 27 août 1635

*************

LAS PAJAS DEL PESEBRE
LA PAILLE DE LA CRÈCHE

********

Lorenzo Monaco, Adoration des mages, 1422

***********

Las pajas del pesebre
La paille de la crèche
niño de Belén 
enfant de Bethléem
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Lloráis entre pajas,
Vous pleurez dans la paille,
del frío que tenéis,
du froid qui vous prend,
hermoso niño mío,
mon bel enfant,
y del calor también.
et de chaleur aussi.
Dormid, Cordero santo;
Dormez, Agneau sacré ;
mi vida, no lloréis;
ma vie, ne pleurez pas :
que si os escucha el lobo,
que si le loup vous écoute
vendrá por vos, mi bien.
pour vous il viendra.
Dormid entre pajas
Dormez dans la paille
que, aunque frías las veis,
même si froide vous la trouvez,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Las que para abrigaros
Pour garder de la chaleur
tan blandas hoy se ven,
si doux aujourd’hui, ils paraissent,
serán mañana espinas
seront demain les épines
en corona crüel.
d’une couronne cruelle.
Mas no quiero deciros,
Mais je ne veux pas vous dire,
aunque vos lo sabéis,
bien que vous le sachiez,
palabras de pesar
des mots de regret
en días de placer;
dans ces jours de joie ;
que aunque tan grandes deudas
que bien que vous ayez de grandes dettes
en pajas las cobréis,
en paille vous les couvrirez,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.
Dejad en tierno llanto,
Laisse-toi pleurer tendrement,
divino Emmanüel;
divin Emmanuel;
que perlas entre pajas
les perles dans la paille
se pierden sin por qué.
se perdent sans raison.
No piense vuestra Madre
Ta Mère ne pense pas
que ya Jerusalén
que déjà Jérusalem
previente sus dolores
se doute de ses douleurs
y llora con José;
et pleure avec Joseph ;
que aunque pajas no sean
les pailles ne sont pas
corona para rey,
une couronne pour un roi,
hoy son flores y rosas,
aujourd’hui des fleurs et des roses,
mañana serán hiel.
demain seront de fiel.

***************************************************

LA POÉSIE de LOPE DE VEGA
LA POESIA DE LOPE DE VEGA

**************************************************

Signature de Lope de Vega
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE VOILE – Sonnet de Fernando de Herrera – Aquí yo vi el luciente y puro velo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

***********

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE


*********

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,
que se puso en mi cuello, y sacudido
poser sur mon cou, flottant
a la aura, el oro retocó en su vuelo.
dans le vent, l’or saisi pendant son vol.

Cual baja el bello Amor del alto cielo
Aussi le bel Amour descend du haut ciel
con crispante esplendor esclarecido,
pourvu d’une splendeur lumineuse,
tal mi Luz pareció con encendido
ainsi ma Lumière apparaissait d’une telle
vigor, que hace ilustre y rico el suelo.
vigueur que le sol en devenait illustre et riche.

Mis ojos, que gozaron esta gloria,
Mes yeux, qui appréciaient cette gloire,
son dichosos, y guardan la alegría
devenaient heureux, tout en conservant cette joie
para el dolor que el alma presa siente.
douloureuse que ressent l’âme emprisonnée.

¡Oh qué dulce holganza a la memoria,
Ô quel doux repos pour la mémoire,
dulce bien y regalo de aquel día,
doux bonheur et cadeau de ce jour,
que siempre alabo en soledad ausente!
que je loue toujours dans la solitude absente !

********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

DANS LA NUIT DE L’ÂME – Gustavo Adolfo Bécquer – RIMA I – Yo sé un himno gigante y extraño

LITTERATURE ESPAGNOLE
POEMAS – POEMES
RIMAS – RIMES

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Gustavo Adolfo Bécquer
1836 – 1870

poemas poèmes de Gustavo Adolfo Bécquer par Valeriano en 1862 Traduction Française Artgitato

Gustavo Adolfo becquer
*******

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**************

María Blanchard, Femme à l’éventail, 1916, Musée National centre d’art Reina Sofía, Madrid

*****
RIMAS
El libro de los gorriones

Groupe de soixante-dix poèmes
Publication en 1871


*****

RIMA I
Yo sé un himno gigante y extraño
LA NUIT DE L’ÂME

*******

Yo sé un himno gigante y extraño
Je connais un hymne grandiose et étrange
Que anuncia en la noche del alma una aurora,
qui annonce l’aurore dans la nuit de l’âme,
Y estas páginas son de ese himno
Et ces pages sont cet hymne
Cadencias que el aire dilata en las sombras.
Des rythmes que l’air dilate dans les ombres.

Yo quisiera escribirle, del hombre
Je voudrais l’écrire, de l’homme
Domando el rebelde, mezquino idioma,
Apprivoiser le rebelle et vulgaire langage,
Con palabras que fuesen á un tiempo
Avec des mots qui seraient à la fois
Suspiros y risas, colores y notas.
Soupirs et rires, couleurs et notes.

Pero en vano es luchar; que no hay cifra
Mais en vain c’est se battre ; il n’y a pas de chiffre
Capaz de encerrarlo, y apenas ¡oh hermosa!
Capable de l’enfermer, et à peine, ô splendeur !
Si, teniendo en mis manos las tuyas,
Ai-je mes mains dans la tienne,
Pudiera, al oirlo, cantártelo á solas.
Pourrais-je, à l’oreille, te le chanter.

****************************

GUSTAVO ADOLFO BECQUER POEMAS RIMAS-RIMES TRADUCTION FRANÇAISE DE POÈMES


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.