Archives par mot-clé : poème portugais

LA VIE – Poème de FLORBELA ESPANCA – A VIDA – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

*****
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

LA VIE
A VIDA
Poème paru dans
« 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

____________________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Утро, Matin, Manhã, 1897

*************


É vão o amor, o ódio, ou o desdém;
Vains sont l’amour, la haine ou le dédain ;
Inútil o desejo e o sentimento…
Inutiles sont le désir et le sentiment …
Lançar um grande amor aos pés d’alguém
Jeter un grand amour aux pieds de quelqu’un
O mesmo é que lançar flores ao vento!
C’est jeter des fleurs au vent !

*

Todos somos no mundo « Pedro Sem »,
Nous sommes tous dans le misérable monde,
Uma alegria é feita dum tormento,
Une joie est faite de tourment,
Um riso é sempre o eco dum lamento,
Un rire est toujours l’écho d’une lamentation,
Sabe-se lá um beijo donde vem!
Qui sait d’où vient le baiser !

*

A mais nobre ilusão morre… desfaz-se…
L’illusion la plus noble meurt … s’effrite …
Uma saudade morta em nós renasce
Une nostalgie ardente en nous renaît
Que no mesmo momento é já perdida…
Qui, au même moment, est déjà perdue …

*

Amar-te a vida inteira eu não podia…
T’aimais toute ma vie, je ne le pouvais …
A gente esquece sempre o bem dum dia.
Nous oublions toujours le bien d’une journée.
Que queres, ó meu Amor, se é isto a Vida!…
Que veux-tu, mon Amour, si tout cela c’est la Vie !

***

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LES MAGIQUES FATIGUES – Poème de Florbela Espanca – Se tu viesses ver-me hoje à tardinha

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________

LES MAGIQUES FATIGUES

Se tu viesses ver-me hoje à tardinha
Poème paru dans

« Charneca em Flor » 
1931

_________________________

Konstantin Alexeyevich Korovin, Константин Алексеевич Коровин, Gourzouf, Gurzuf, Коровин К. « Гурзуф », 1914

***************


Se tu viesses ver-me hoje à tardinha,
Si tu venais me voir ce soir,
A essa hora dos mágicos cansaços,
En cette heure des magiques fatigues,
Quando a noite de manso se avizinha,
Quand la douce nuit s’approche,
E me prendesses toda nos teus braços…
Et que tu me tiennes toute entière dans tes bras …

*

Quando me lembra: esse sabor que tinha
Quand je me rappelle cette saveur qu’avait
A tua boca… o eco dos teus passos…
Ta bouche … l’écho de tes pas …
O teu riso de fonte… os teus abraços…
Ton rire jaillissant … Tes étreintes…
Os teus beijos… a tua mão na minha…
Tes baisers … ta main dans la mienne …

*

Se tu viesses quando, linda e louca,
Si tu venais quand, belle et folle,
Traça as linhas dulcíssimas dum beijo
Traçant les plus douces lignes d’un baiser
E é de seda vermelha e canta e ri
De soie rouge et qui chante et rit

*

E é como um cravo ao sol a minha boca…
Et ma bouche comme un œillet au soleil …
Quando os olhos se me cerram de desejo…
Quand les yeux se ferment de désir …
E os meus braços se estendem para ti…

Et quand mes bras se tendent vers toi …

************************

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

La Haine ? – Poème de Florbela Espanca – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

LA HAINE ?
Ódio?
Poème paru dans « 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

______________________________

L’Enlèvement de Psyché, William Bouguereau

*****************


Ódio por Ele? Não… Se o amei tanto,
De la haine pour lui ? Non … Si je l’ai aimé autant,
Se tanto bem lhe quis no meu passado,
Si tant de bien dans mon passé je lui voulais,
Se o encontrei depois de o ter sonhado,
Si je l’ai rencontré après l’avoir rêvé,
Se à vida assim roubei todo o encanto,
Si à la vie j’ai volé tout le charme,

*

Que importa se mentiu? E se hoje o pranto
Qu’importe qu’il ait menti ? Et si aujourd’hui les pleurs
Turva o meu triste olhar, marmorizado,
Troublent mon regard mélancolique, marbré,
Olhar de monja, trágico, gelado
Regard de religieuse, tragique, froid
Com um soturno e enorme Campo Santo!
Comme une immense et maussade nécropole !

*

Nunca mais o amar já é bastante!
Ne plus jamais l’aimer c’est déjà assez !
Quero senti-lo doutra, bem distante,
Je veux le sentir d’un autre, très loin,
Como se fora meu, calma e serena!
Comme s’il était mien, calme et sereine !

*

Ódio seria em mim saudade infinda,
La haine serait en moi une mélancolie infinie,
Mágoa de o ter perdido, amor ainda!
Chagrin de t’avoir perdu, amour encore !
Ódio por Ele? Não… não vale a pena…
La haine pour lui ? Non … ça ne vaut pas la peine …

*

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

QU’IMPORTE ? – Poème de FLORBELA ESPANCA – Que Importa?… – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

QU’IMPORTE ?…
QUE IMPORTA ?…
Poème paru dans « 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

Albert Flamm, Abendstimmung am Rhein, Ambiance du soir sur le Rhin

************************


Eu era a desdenhosa, a indif’rente.
J’étais la méprisante, l’indifférente.
Nunca sentira em mim o coração
Je n’avais jamais senti mon cœur en moi
Bater em violências de paixão
Battre en violence de passion
Como bate no peito à outra gente.
Comme il peut battre dans la poitrine d’autrui.

*

Agora, olhas-me tu altivamente,
Maintenant, tu me regardes fièrement,
Sem sombra de Desejo ou de emoção,
Sans ombre de Désir ou d’émotion,
Enquanto a asa loira da ilusão
Alors que l’aile blonde de l’illusion
Dentro em mim se desdobra a um sol nascente.
En moi, se déploie devant un soleil levant.

*

Minh’alma, a pedra, transformou-se em fonte;
Mon âme, de pierre est devenue source ;
Como nascida em carinhoso monte
Comme née dans une agréable montagne
Toda ela é riso, e é frescura, e graça!
Tout est rire, fraîcheur et grâce !

*

Nela refresca a boca um só instante…
Par elle, se rafraîchit la bouche un instant …
Que importa?… Se o cansado viandante
Qu’importe ? … Si la fatigue vagabonde
Bebe em todas as fontes… quando passa?…
Boit à toutes les fontaines … quand elle passe ? …

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

FANATISME – Poème de FLORBELA ESPANCA – FANATISMO -1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

________________________________________________________________

FANATISME
FANATISMO
Poème paru dans « 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

________________________________________________________________

 

 

Caspar David Friedrich, Le Voyageur contemplant une mer de nuages, 1818, Hambourg Kunsthalle

********************


Minh’alma, de sonhar-te, anda perdida.
Mon âme, rêvant de toi, s’est perdue.
Meus olhos andam cegos de te ver.
Mes yeux sont devenus aveugles de te voir.
Não és sequer razão do meu viver
Tu n’es même pas la raison de ma vie.
Pois que tu és já toda a minha vida!
Car déjà tu es toute ma vie !

*

Não vejo nada assim enlouquecida…
Je ne vois rien d’aussi fou …
Passo no mundo, meu Amor, a ler
Entrez dans le monde, mon Amour, à lire
No misterioso livro do teu ser
Dans le livre mystérieux de ton être
A mesma história tantas vezes lida!…
La même histoire si souvent lue ! …

*

« Tudo no mundo é frágil, tudo passa… »
« Tout dans le monde est fragile, tout va …« 
Quando me dizem isto, toda a graça
Quand on me dit ça, toute la grâce
Duma boca divina fala em mim!
D’une bouche divine parle de moi !

*

E, olhos postos em ti, digo de rastros:
Et, les yeux posés sur toi, je dis en me traînant :
« Ah! podem voar mundos, morrer astros,
« Ah, les mondes peuvent voler, les étoiles mourir,
Que tu és como Deus: princípio e fim!… »
Que te es comme Dieu : l’alpha et l’oméga ! …  »

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

FUMÉE – Poème de FLORBELA ESPANCA – FUMO – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.

Poème paru dans
« 
Livro de Sóror Saudade »
1923

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

***************

FUMÉE
FUMO

***************

William Turner, Hannibal traversant les Alpes, 1810-1812, détail

***********


Longe de ti são ermos os caminhos,
Loin de toi sont les chemins,
Longe de ti não há luar nem rosas;
Loin de toi pas de clair de lune ni de roses ;
Longe de ti há noites silenciosas,
Loin de toi des nuits silencieuses,
Há dias sem calor, beirais sem ninhos!
Des jours sans chaleur, des toits sans nids !

*

Meus olhos são dois velhos pobrezinhos
Mes yeux sont deux pauvres vieillards
Perdidos pelas noites invernosas…
Perdus dans les nuits d’hiver …
Abertos, sonham mãos cariciosas,
Ouverts, ils rêvent de mains caressantes,
Tuas mãos doces plenas de carinhos!
A tes douces mains pleines d’affection !

*

Os dias são Outonos: choram… choram…
Les jours sont des Automnes : ils pleurent … pleurent …
Há crisântemos roxos que descoram…
Les chrysanthèmes violets blanchissent…
Há murmúrios dolentes de segredos…
Il y a ces murmures endeuillés de secrets …

*

Invoco o nosso sonho! Estendo os braços!
J’invoque notre rêve ! J’écarte les bras !
E ele é, ó meu amor pelos espaços,
Qui est, ô mon amour pour les espaces,
Fumo leve que foge entre os meus dedos…
Une fumée qui fuit entre mes doigts …

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

DANS TES YEUX – Poème de FLORBELA ESPANCA – O Teu Olhar – 1915

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

DANS TES YEUX
O TEU OLHAR
Poème paru dans
« 
O Livro D’Ele« 
1915

La vallée du Douro – Photo Jacky Lavauzelle

***************

Quando fito o teu olhar,
Quand je te regarde,
Duma tristeza fatal,
D’une tristesse fatale,
Dum tão íntimo sonhar,
Dans un rêve si intime,
Penso logo no luar
Je pense au clair de lune
Bendito de Portugal!
Bienheureux du Portugal !

*

O mesmo tom de tristeza,
Le même ton de tristesse,
O mesmo vago sonhar,
Le même rêve vague,
Que me traz a alma presa
Qui me porte l’âme en proie
Às festas da Natureza
aux fêtes de la Nature
E à doce luz desse olhar!
Dans la douce lumière de ce regard !

Se algum dia, por meu mal,
Si un jour, pour mon mal,
A doce luz me faltar
La douce lumière me manque
Desse teu olhar ideal,
De ton regard idéal,
Não se esqueça Portugal
N’oublie pas Portugal
De dizer ao seu luar
De dire au clair de lune

Que à noite, me vá depor
Que la nuit, je témoignerai
Na campa em que eu dormitar,
Dans le champ où je m’endors,
Essa tristeza, essa dor,
De cette tristesse, de cette douleur,
Essa amargura, esse amor,
De cette amertume, de cet amour,
Que eu lia no teu olhar!
Que j’ai lu dans tes yeux !

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

MA DOULEUR – Poème de Florbela ESPANCA – A MINHA DOR – 1919

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

MA DOULEUR
A MINHA DOR
Poème paru dans « Livro de Mágoas« 
1919 

AUGUSTO SANTO escultor português ISMAËL – Bronze 1889 Musée national
Soares dos Reis 
Photo Jacky Lavauzelle

******

A minha Dor é um convento ideal
Ma douleur est un couvent idéal
Cheio de claustros, sombras, arcarias,
Plein de cloîtres, d’ombres, d’arches,
Aonde a pedra em convulsões sombrias
Où la pierre dans de sombres convulsions
Tem linhas dum requinte escultural.
A les lignes d’un raffinement sculptural.

*

Os sinos têm dobres de agonias
Les cloches clament leurs agonies
Ao gemer, comovidos, o seu mal …
En gémissant, émues, leur mal …
E todos têm sons de funeral
Et tous délivrent des sons funéraires
Ao bater horas, no correr dos dias …
En battant les heures, au cours des jours …

*

A minha Dor é um convento. Há lírios
Ma douleur est un couvent. Il y a des lys
Dum roxo macerado de martírios,
Du violet macéré de martyres,
Tão belos como nunca os viu alguém!
Si beaux comme personne jamais ne les a vus !

*

Nesse triste convento aonde eu moro,
Dans ce triste couvent où je vis,
Noites e dias rezo e grito e choro,
Nuits et jours je prie et je crie et je pleure,
E ninguém ouve … ninguém vê … ninguém …
Et personne n’entend … personne ne voit … personne …

**

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

AJOURNEMENT POEME DE FERNANDO PESSOA (ÁLVARO DE CAMPOS – 1928) ADIAMENTO

************

Poème de Fernando Pessoa





Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935

ÁLVARO DE CAMPOS
( heterónimo – hétéronyme)
Tavira ou Lisboa, 13 ou 15 de Outubro de 1890 — 1935
******


Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 





Poesia de Fernando Pessoa




ADIAMENTO
******
AJOURNEMENT

14 de abril de 1928
14 avril 1928
Primeira publicação in Solução Editora, nº1. Lisboa 1929
Première Publication 1929

Ramon Casas, Fatiguée, musée d’art de Dallas

*****

Depois de amanhã, sim, só depois de amanhã…
Après-demain, oui, juste après-demain …
 Levarei amanhã a pensar em depois de amanhã,
Je vais prendre tout demain rien que pour penser à après-demain,
E assim será possível; mas hoje não…
Et là ce sera possible ; mais pas aujourd’hui …


Sim, o porvir…
Oui, l’avenir…









 


****************

ÁLVARO DE CAMPOS

 

********

ADDIAMENTO
AJOURNEMENT

 

********
FERNANDO PESSOA
POESIA

Opiário (Fumerie) Fernando Pessoa Traduction Française

LITTERATURE PORTUGAISE
Literatura Português
Poésie Portugaise- poesia português
FERNANDO PESSOA
1888-1935

 

Opiário Fumerie Fernando Pessoa Artgitato Traduction Française

 

Opiário
FUMERIE

Álvaro de Campos
(Heterónimo de Fernando Pessoa
Hétéronyme de Pessoa)

**
Mars 1914

***

Opiário

É antes do ópio que a minh’alma é doente.
C’était bien avant l’opium que mon âme était malade.
Sentir a vida convalesce e estióla
Sentir la vie convalescent et faible
E eu vou buscar ao ópio que consóla
Et je vais chercher la consolation dans l’opium…

*

**
TRADUCTION Jacky Lavauzelle
ARTGITATO