Archives par mot-clé : aimer

LA POESIE POLONAISE Francuskie tłumaczenie tekstów polskich

**************************
Traduction POLONAIS
Poésie Polonaise
Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
Francuskie tłumaczenie tekstów polskich
**************************





Traductions Artgitato Français Portugais Latin Tchèque Allemand Espagnol

*******




POESIE POLONAISE

Francuskie tłumaczenie tekstów polskich

*******

Krzysztof Kamil Baczyński

Biała magia
Magie Blanche
1942

**

Władysław Bełza

Katechizm polskiego dziecka
Le Catéchisme de l’Enfant Polonais
1912

**

Mieczysław Karłowicz

Skad Pierwsze gwiazdy
Les Premières Etoiles

**

Kniaznin Franciszek
F.D. Kniaznin

Do miłości – Aimer

**

Jan KOCHANOWSKI

Ku Musom
Aux Muses

*
Tren VIII
Huitième Lamentation

**

Adam MICKIEWICZ

Do Matki Polki
(1830)
A LA MERE POLONAISE

**

Julian NIEMCEWICZ

Hedwiga, Krolowa Polska
Hedwige de Kalisz, Reine de Pologne

**

Cyprian Kamil Norwid

Fortepian Szopena
Le Piano de Chopin
1865

Traduction Jacky Lavauzelle

ODE AUX CONTEMPORAINS
DO SPÓŁCZESNYCH (ODA)
1867

Traduction Jacky Lavauzelle

CIEL ET TERRE
NIEBO I ZIEMIA

Traduction Jacky Lavauzelle Cyprian Norwid

LE PASSE 
Przeszłość

Traduction Jacky Lavauzelle

CENDRES ET DIAMANTS
Popiół i Diament

Photo et Traduction Jacky Lavauzelle Poème de Norwid

TENDRESSE 
Czułość

Photo et Traduction Jacky Lavauzelle

**

Wacław POTOCKI

Opak
Dissonance

**

CZESŁAW ŚPIEWA

Une machine à devenir fou
Maszynka Do Swierkania

**

Maciej Kazimierz Sarbiewski

Tęsknota do ojczyzny błękitnej
Nostalgie de ma Céleste Patrie

**********

Francuskie tłumaczenie tekstów polskich
Poésie Polonaise

************

La Pologne est la Niobé des nations

« Il est un peuple, de nos jours, qui trouve dans l’alliance du patriotisme et de la religion le principe et comme la garantie de son existence. La compression étrangère n’a fait que l’affermir dans ce double culte. Sous cette douloureuse, mais féconde influence, s’est développée toute une poésie énergique et neuve, empreinte d’un mysticisme étrange, et qui puise ses inspirations dans ce qu’il y a de plus sacré, de plus vivace au cœur de l’homme. Ce peuple, c’est le peuple polonais. Depuis bien des années déjà, il travaille à la réédification de sa nationalité. Son courage est infatigable. S’il s’affaisse un moment sous le nombre, c’est pour se relever bientôt plus ardent à la lutte. Prêtres et vieillards, guerriers et poètes, tous marchent ici dans une même pensée, tous combattent et meurent sous un même drapeau. Héroïque infortune ! persévérance plus héroïque encore ! La Pologne est la Niobé des nations, mais c’est une Niobé qui ne connaît pas le désespoir. Ses victoires, ses crises intestines, ses déceptions sanglantes, rien n’a encore pu entamer sa robuste foi dans l’avenir. Du milieu des ruines qui l’entourent se dresse indestructible sa confiance en ses destinées, et sa littérature contemporaine, littérature active et militante, bulletin magnifique de ses défaites, est l’expression vivante de son martyre et de son espérance.

On ne s’explique bien cette toute-puissance que lorsqu’on se rend compte de l’action qu’a exercée de tout temps la poésie en Pologne. Nous ne nous arrêterons pas à cette poésie primitive de contes et de légendes, à cette littérature que Michiewicz a appelée fossile ou latente, « parce qu’elle est déposée tout entière dans l’ame du peuple et n’apparaît que rarement à la surface de la publicité. » Nous ne ferons que mentionner en passant le chant de Boga Rodzica, Dziwica (Vierge, mère de Dieu). Ce chant, que les soldats entonnaient avant les batailles et qui témoigne de l’alliance qui existait dès-lors entre l’esprit religieux et l’esprit militaire, est regardé comme le plus ancien monument de la langue polonaise. La véritable littérature pour la Pologne commence avec la renaissance des lettres en Europe. L’époque jagellonienne (1386-1572), appelée l’âge d’or de la poésie et de la science, voit naître alors de grands écrivains dans les trois frères Kochanowski, dont Jean porte à juste titre le nom de prince des poètes. Les deux autres, Nicolas et Pierre, ont laissé, le premier des poésies légères, le second la plus parfaite traduction qu’on ait en langue polonaise des poèmes de l’Arioste et du Tasse. Cette époque donne également naissance à Gornicki, l’historien publiciste, à Rey, le Montaigne de la Pologne, à Szymonowicz, et à quelques autres écrivains qui se distinguent surtout par l’élégance de la diction. Dès-lors, la langue se fixe dans toutes ses parties. Néanmoins c’est sous la dynastie élective des Waza (1587-1669) que la littérature polonaise devait rencontrer son plus glorieux représentant. Pierre Skarga, tribun religieux, sermonnaire politique, nous offre l’idéal du prêtre et du patriote. Ses ouvrages respirent une véhémente éloquence. Venu dans l’épanouissement d’un siècle de prospérité, il ne se laissa point éblouir ; son génie, au milieu des splendeurs du présent, prévoyait les malheurs qui, deux cents ans plus tard, devaient fondre sur la Pologne. Il sentait que la société était minée dans ses fondemens, et qu’elle perdait l’avenir en perdant les anciennes vertus. L’égoïsme et l’orgueil, en effet, avaient remplacé le dévouement et le sacrifice ; l’enthousiasme, cette ame de la nation, allait s’éteignant dans les coeurs. A ce spectacle, saisi de colère, de douleur, et comme pénétré de l’esprit de prophétie, Skarga se lève et annonce les désastres futurs ; il se lamente et maudit ; il exalte le patriotisme ; il rappelle le passé ; il parle de la patrie, non de cette patrie dont l’amour ne consiste que dans l’attachement au sol natal, mais de la patrie selon les idées slaves, de cette société idéale et fraternelle dont la divine pensée a été déposée dans le sein d’un peuple pour être un jour par lui fécondée et réalisée… »

Revue des Deux Mondes
Tome 15, 1846
A. L.
De la poésie polonaise

Kniaznin Franciszek : Do miłości F. D. Kniaźnin Poème d’amour polonais – AIMER

Franciszek Dionizy Kniaźnin
Dzieło F. D. Kniaźnin
Œuvre de F. D. Kniaźnin
Work of Franciszek Dionizy Kniaźnin

Traduction – Texte Bilingue

Poésie Polonaise – Polish poetry
poezja polska

 

LITTERATURE POLONAISE

literatura polska

Krzysztof Kamil Baczyński
1750-1807

Traduction Jacky Lavauzelle

 


Kniaznin Franciszek

 


Do miłości

AIMER

Miłości, sroga miłości!
Amour ! Amour féroce !
Kielich podałaś gorzkości:
Tu m’as donné une coupe amère :
Piję go, trując dni moje.
Je la bois et j’empoisonne mes jours.
Te nudów i tęsknot roje
Ces ennuis et cette nostalgie
Wszystko w umyśle zaćmiły:
Tout embrume mon esprit :
Świat moim oczom niemiły.
Le monde dans mes yeux est devenu hargneux.
Takież to twoje słodycze,
Ainsi sont-elles tes douceurs,
Okrutne bóstwo zwodnicze?
trompeuse divinité cruelle ?

*

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Wiersz miłosny Franciszka Dioniziego Kniaźnina
Poème d’amour de F.D. Kniaznin
Kniaznin Franciszek

Kærlighed Sophus CLAUSSEN Poème danois – AIMER

Denmark– Danemark – Danmark
arbejde Sophus Claussen

Traduction – Texte Bilingue
Kærlighed
AIMER
Sophus Claussen

Poésie
Poesi


LITTERATURE DANOISE
POESIE DANOISE

dansk litteratur
dansk poesi
danske digte

Sophus CLAUSSEN
1865 – 1931

Traduction Jacky Lavauzelle

Kærlighed

AIMER

Tal ej om skuffet Kærlighed
Ne parlez pas de l’amour déçu
og Hjærter, som er brudt !
ni de ces cœurs qui sont brisés !
man gør sig lidt Besværlighed
à se faire si mal
og ta’r en ny til slut.
et pour finir tout changer.

*

Tal ej om evig Kærlighed!
Ne parlez pas de l’amour éternel !
vort Hjærte kun slaar Smut ;
notre cœur ne bat que par à coups ;
et hopper let fra Sted til Sted
il explose facilement d’un lieu à l’autre
og synker træt til slut.
et si fatigué à la fin qu’il se noie.

 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***********************

Kærlighed  Sophus Claussen
Aimer Sophus Claussen

Vad jag älskar Erik Gustaf GEIJER Dikter- Poème Suédois – Tout ce que j’aime

Sverige – Suède
Dikter av Erik Gustaf GEIJER
Erik Gustaf Geijer Dikter

Traduction – Texte Bilingue
Vad jag älskar
Tout ce que j’aime
 Erik Gustaf GEIJER
Poésie
Poesi


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi
svensk författare

Erik Gustaf GEIJER
1783-1847

Traduction Jacky Lavauzelle

Vad jag älskar

Tout ce que j’aime

 

 

Grönskande jord, min hälsning tag !
Terre verdoyante, tout mon salut !
   Blånande hav, dig älskar jag !
Mer bleue lointaine, je t’aime !
  Livande ljus i djup och höjd,
Lumière dans l’abîme et les cimes,
 himmelska sol ! Du är min fröjd.
soleil céleste ! Tu es ma joie.
  Men mer än jordens skönsta krans,
Mais plus que la couronne de la Terre,
och mer än blåa böljans dans,
et plus que la danse bleue des courants
  och mer än själva solens glans,
et plus que la vraie lumière du soleil,
 älskar, älskar jag
j’aime, j’aime …
 himmelska ljusets gryende tröst
lumière céleste d’une douce aube
 i ett bävande mänskobröst.
dans une tremblante poitrine humaine.

**************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**************************

 Vad jag älskar– Erik Gustaf GEIJER
Tout ce que j’aime-Erik Gustaf GEIJER
Erik Gustaf GEIJER dikter
Erik Gustaf GEIJER poet
Erik Gustaf GEIJER Poesi
svensk författare

THE SORROW OF LOVE Yeats Texte et Traduction LA DOULEUR D’AIMER

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
The Sorrow of Love
LA DOULEUR D’AIMER

The Sorrow of Love Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

 

————————–

The brawling of a sparrow in the eaves,   
Le tintamarre d’un moineau dans les combles,
The brilliant moon and all the milky sky,   
La lune brillante et tout le ciel laiteux,
And all that famous harmony of leaves,   
Et tout ce qui célèbre l’harmonie des feuilles,
Had blotted out man’s image and his cry.
Avaient effacé l’image de l’homme et son cri.
**
A  girl arose that had red mournful lips
Une jeune fille surgit, lèvres rouges tristes,
And seemed the greatness of the world in tears,   
Qui ressemblait à la grandeur du monde en larmes,
Doomed like Odysseus and the labouring ships   
Condamné comme Ulysse et ses navires
And proud as Priam murdered with his peers;
Et fier comme Priam assassiné avec ses pairs;

**

Arose, and on the instant clamorous eaves,  
Elle se leva, et sur les toits de bruyantes clameurs,
A climbing moon upon an empty sky,   
Une lune à l’escalade d’un ciel vide,
And all that lamentation of the leaves,   
Et toute cette lamentations de feuilles,
Could but compose man’s image and his cry.
Mais qui ne pouvait que composer l’image de l’homme et de son cri.
*************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************