Archives par mot-clé : william turner

AUTOPORTRAIT – Poème de Marina Tsvétaëva – 1920 – Марина Ивановна Цветаева

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Par-Pierre-Choumoff.jpg.
Marina Tsvétaïeva – photo de Pierre Choumoff ( Пётр Ива́нович Шу́мов )

Marina Ivanovna Tsvetaïeva
Марина Ивановна Цветаева

poétesse russe
русская поэтесса
Moscou 26 septembre 1892 – Ielabouga 31 août 1941
26 сентября 1892, Москва — 31 августа 1941, Елабуга

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1911-Photo-de-Maximilian-Voloshin-801x1024.jpeg.

____________________________________________

AUTOPORTRAIT
1920
Кто создан из камня
____________________________________________

William Turner, Уи́льям Тёрнер, Lumière et Couleur, свет и цвет, 1843

***********


Кто создан из камня, кто создан из глины,-
Certains sont de pierre, d’autres d’argile –
А я серебрюсь и сверкаю!
Moi, je brille et scintille !
Мне дело – измена, мне имя – Марина,
Mon souci – la trahison, je m’appelle Marina,
Я – бренная пена морская.
Moi – mortelle écume sur la mer.

*

Кто создан из глины, кто создан из плоти –
Certains sont de pierre, d’autres de chair-
Тем гроб и нагробные плиты…
Les attendent cercueils et pierres tombales …
– В купели морской крещена – и в полете
– baptisée dans les profondeurs de la mer – dans un envol
Своем – непрестанно разбита!
Constamment brisée !

*

Сквозь каждое сердце, сквозь каждые сети
Dans tous les cœurs, dans tous les filets
Пробьется мое своеволье.
Mon heure est venue.
Меня – видишь кудри беспутные эти?-
Moi – tu vois ces boucles dissolues ?
Земною не сделаешь солью.
Je ne suis pas du sel de la terre.

*

Дробясь о гранитные ваши колена,
M’écrasant sur tes genoux de granit
Я с каждой волной – воскресаю!
Je ressuscite à chaque vague !
Да здравствует пена – веселая пена –
Vive l’écume – écume joyeuse –
Высокая пена морская!
Haute écume de mer !

*****

23 мая 1920
23 mai 1920

************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2.png.

__________________________________________
Poésie de Marina Tsvétaïéva
Поэзия Марины Чветаевой

__________________________________________

*****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est En-1924.jpg.
Marina Tsvétaïeva en 1924
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

FUMÉE – Poème de FLORBELA ESPANCA – FUMO – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.

Poème paru dans
« 
Livro de Sóror Saudade »
1923

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

***************

FUMÉE
FUMO

***************

William Turner, Hannibal traversant les Alpes, 1810-1812, détail

***********


Longe de ti são ermos os caminhos,
Loin de toi sont les chemins,
Longe de ti não há luar nem rosas;
Loin de toi pas de clair de lune ni de roses ;
Longe de ti há noites silenciosas,
Loin de toi des nuits silencieuses,
Há dias sem calor, beirais sem ninhos!
Des jours sans chaleur, des toits sans nids !

*

Meus olhos são dois velhos pobrezinhos
Mes yeux sont deux pauvres vieillards
Perdidos pelas noites invernosas…
Perdus dans les nuits d’hiver …
Abertos, sonham mãos cariciosas,
Ouverts, ils rêvent de mains caressantes,
Tuas mãos doces plenas de carinhos!
A tes douces mains pleines d’affection !

*

Os dias são Outonos: choram… choram…
Les jours sont des Automnes : ils pleurent … pleurent …
Há crisântemos roxos que descoram…
Les chrysanthèmes violets blanchissent…
Há murmúrios dolentes de segredos…
Il y a ces murmures endeuillés de secrets …

*

Invoco o nosso sonho! Estendo os braços!
J’invoque notre rêve ! J’écarte les bras !
E ele é, ó meu amor pelos espaços,
Qui est, ô mon amour pour les espaces,
Fumo leve que foge entre os meus dedos…
Une fumée qui fuit entre mes doigts …

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

DANS UN PROFOND DÉTROIT – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Al mar desierto en el profundo estrecho

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO



********************

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

******************

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire
desnuda tras el canto voy suäve,
nu je vais suivant la suave voix,
que forçado me lleva a mi despecho.
qui me porte à la suivre par dépit.

Temerario deseo, incauto pecho,
Désir sans peur, poitrine imprudente,
a quien rendí de mi poder la llave,
à qui j’ai remis la clé de mon pouvoir,
al peligro m’ entregan fiero y grave;
au danger féroce et grave je me livre ;
sin que pueda apartarme del mal hecho.
sans que je puisse sortir du mal déjà fait.

Veo los uesos blanquear, y siento
Je vois les os blanchir et je ressens
el triste son de la engañada gente;
alors le triste son du peuple trompé ;
y crecer de las ondas el bramido.
et le hurlement des vagues va croissant.

Huir no puedo ya mi perdimiento;
Fuir ne peux me permettre d’échapper à ma perte ;
que no me da lugar el mal presente,
tant le mal est présent en tous lieux,
ni osar me vale en el temor perdido.
ni oser tant je suis perdu par tant de peur.

*****************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES VAGUES DE LA MER – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Del mar las ondas quebrantarse vía

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

*******

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

**********

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port ;
y en conflicto las naves que el desierto
 et se briser aussi les navires en conflit que l’aride
Bóreas, bramando con furor, batía,
 Borée, beuglant de fureur, fouettait,

cuando gozoso de la suerte mía,
quand, me félicitant de mon incroyable chance,
aunque afligido del naufragio cierto,
 tempérée néanmoins par ce certain naufrage,
dije: no cortará del Ponto incierto
 je dis : jamais sous de tels déluges incertains
jamás mi nave la temida vía.
ne pénétrera mon navire de si terrible voie.

¡Mas, ay triste, que apena se presenta
Mais triste, si triste que se présente inattendue
  de mi fingido bien una esperanza
de ce bonheur irréel une espérance
cuando las velas tiendo sin recelo!
 que je hisse alors mes voiles sans crainte !

Vuelo cual rayo, y súbita tormenta
 Je vole comme un éclair, mais un soudain tourbillon
me niega la salud y la bonanza,
 me refuse la salut et la quiétude,
y en negra sombra cubre todo el cielo.
 et son ombre noire alors recouvre tout le ciel.

*******************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA



*******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
********************************************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

*********************************************

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port

****

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire

****

BLANC
Ahora, que cubrió de blanco hielo

Kasimir Malevitch, Carré blanc sur fond blanc, White on White, 1918


Ahora, que cubrió de blanco hielo
Maintenant, la blanche glace couvre
el oro la hermosa aurora mía,
l’or de la belle mine de l’aurore

****

MA PURE LUMIERE
MI PURA LUZ

Caspar David Friedrich, Lever de lune sur la mer, 1821
Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

Mi pura Luz, si olvida el fértil suelo
Ma pure Lumière, si tu oublies le sol fertile
que Betis enriquece en Occidente,
 que le Guadalquivir enrichit à l’Ouest,

****

SOLEIL ROUGE
Rojo sol que con hacha luminosa

(Sonnet – Soneto)

Fernando de Herrera Artgitato Soleil Rouge Rojo Sol que scarlet-sunset-1830 Turner

Rojo sol que con hacha luminosa
Soleil rouge qui, d’une torche flamboyante,
coloras el purpúreo alto cielo,
colore d’une couleur pourpre les hauteurs des cimes,

*****

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,

*****

LAS HEBRAS DE ORO PURO
LES BRINS D’OR PUR

Santiago Rusiñol, Le patio bleu

Las hebras de oro puro que la frente
Les brins d’or pur, ton front
cercan en ricas vueltas, do el tirano
les abrite en abondantes volutes, le tyran

****

POR ESTRECHO CAMINO
PAR UN CHEMIN ÉTROIT

Albert Bierstadt, Estes Park, Colorado, Whyte’s Lake, 1877

Por estrecho camino, al sol abierto
Par un chemin étroit, offert au soleil,
de espinas y de abrojos mal sembrado,
d’épines et des ronciers parsemé,

*****

LA FORCE DU DESIR
¿Quién rompe mi reposo?

August Macke, Arbre dans un champ de blé, 1907

¿Quién rompe mi reposo? ¿Quién desata
Qui brise mon repos ? Qui délie
el dulce sueño al corazón cansado?
Le doux rêve de mon cœur fatigué ?

****

GUADALQUIVIR
Alegre, fértil, vario, fresco prado

Alegre, fértil, vario, fresco prado,
Joyeuse, fertile, variée, fraîche prairie,
tú monte, y bosque d’ árboles hermoso,
toi, la montagne, toi, la forêt d’arbres jolis

****

MA TRISTE MEMOIRE
Si a mi triste memoria en hondo olvido

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,

****

LE TRAVAIL DE PHIDIAS
un capitán valeroso

(El trabajo de Fidia ingenioso)
(Le travail de l’ingénieux Phidias)

Statue chryséléphantine de Zeus à Olympie
Le Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique, Gravure, Quatremère de Quincy, 1815

El trabajo de Fidia ingenioso,
Le travail de l’ingénieux Phidias,
que a Júpiter Olimpio dio la gloria,
que le Jupiter Olympien a rendu célèbre,

*****

LÀ OÙ LA BEAUTÉ FLEURIT
Aquí donde florece la belleza

Cupidon, William Adolphe Bouguereau

Aquí donde florece la belleza,
Là où la beauté fleurit,
en cuyo dulce fuego el Amor prueba
dans le feu où l’amour éprouve

*****
LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR
Después que en mí tentaron su crudeza

Joaquín Sorolla
Joaquín Sorolla y Bastida
Académie d’homme, musée des beaux-arts de Valence, Espagne

1887
Academia de los Hombres, Museo de Bellas Artes de Valencia, España

Después que en mí tentaron su crudeza
Après qu’en moi j’ai subi la cruauté
de Amor y vos las flechas y los ojos,
 de l’Amour et ses flèches et ses yeux,

*****************
LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA
LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

**********************

****************

L’AMITIÉ ENTRE CERVANTÈS ET FERNANDO DE HERRERA

Au milieu d’occupations si peu dignes de lui, Cervantès cependant n’avait pas dit aux muses le dernier adieu ; il leur conservait un culte secret, et entretenait soigneusement le feu sacré de son génie. La maison du célèbre peintre Francisco Pacheco, maître et beau-père du grand Velazquez, s’ouvrait alors à tous les genres de mérites ; l’atelier de ce peintre, qui cultivait aussi la poésie, était, au dire de Rodrigo Caro, l’académie ordinaire de tous les beaux-esprits de Séville. Cervantès comptait parmi les plus assidus visiteurs, et son portrait figura dans cette précieuse galerie de plus de cent personnages distingués qu’avait tracés et réunis le pinceau du maître. Il se lia d’amitié, dans cette académie, avec l’illustre poëte lyrique Fernando de Herrera, dont ses compatriotes ont presque laissé périr la mémoire, puisqu’on ne connaît ni la date de sa naissance, ni celle de sa mort, ni aucune particularité de sa vie, et dont les œuvres, ou plutôt celles qui restent, furent trouvées par fragments dans les portefeuilles de ses amis. Cervantès, qui fit un sonnet sur la mort d’Herrera, était également l’ami d’un autre poëte, Juan de Jauregui, l’élégant traducteur de l’Aminta du Tasse, dont la copie, égalant l’original, a le rare privilége d’être aussi comptée parmi les œuvres classiques. Le peintre Pacheco cultivait la poésie ; le poëte Jauregui cultivait la peinture, et fit également le portrait de son ami Cervantès.

Miguel de Cervantes Saavedra
L’Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche
Notice sur la vie et les ouvrages de Cervantès
Traduction par Louis Viardot
J.-J. Dubochet
1836 Tome 1


***********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LA VOILE LERMONTOV Poème de 1831 Парус

Парус LA VOILE LERMONTOV
Poème de Lermontov

1831

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
Михаил Юрьевич Лермонтов
Poésie de Lermontov

стихотворение  – Poésie

 

 

Михаил Юрьевич Лермонтов
Mikhaïl Lermontov

1814-1841

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE LERMONTOV

Парус
LA VOILE
1831

**

Snow Storm: Steam-Boat off a Harbour’s Mouth
Tempête de neige en mer
1842
William Turner

**

Парус
LA VOILE

 

Белеет парус одинокой
Une solitaire voile blanche
   В тумане моря голубом!..
Dans brouillard bleu de la mer ! ..
Что ищет он в стране далекой?
Que cherche -t-elle dans ce pays lointain ?
Что кинул он в краю родном?..
Pour quelle raison quitter son pays ? ..

*

Играют волны – ветер свищет,
Jouent les vagues – siffle le vent,
И мачта гнется и скрыпит…
Et le mât se penche en criant…
Увы! он счастия не ищет
Hélas ! elle ne cherche pas le bonheur
И не от счастия бежит!
Ni ne le fuit !

*

Под ним струя светлей лазури,
Au-dessous, une onde bleu clair,
Над ним луч солнца золотой…
Au-dessus, un rayon de soleil d’or …
А он, мятежный, просит бури,
Mais elle réclame des tempêtes, la rebelle,
Как будто в бурях есть покой!
Comme si dans les tempêtes se trouvait la paix !

*******
LA VOILE LERMONTOV

Poème de Lermontov