Archives par mot-clé : coração

LE DISCOURS DE BACCHUS AUX DIEUX ET AUX DÉESSES (5) – OS LUSIADAS VI-30 – LES LUSIADES – Luís de Camões -Vedes agora a fraca geração

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO VI
CANTO SEXTO

Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VI-30 LES LUSIADES VI-30

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

******************


« Vedes agora a fraca geração
« Maintenant, vous voyez cette génération faible
Que dum vassalo meu o nome toma,
Provenant de Lusus, un des vassaux, dont ils ont pris le nom,
Com soberbo e altivo coração,
Avec un cœur fier et altier,
A vós, e a mi, e o mundo todo doma;
Vous dominer, me dominer et dominer le monde entier ;
Vedes, o vosso mar cortando vão,
Vous voyez comme ils traversent sans peine votre mer,
Mais do que fez a gente alta de Roma;
Plus que ne l’a jamais fait le grand peuple de Rome ;
Vedes, o vosso reino devassando,
Vous voyez comme ils violent votre royaume,
Os vossos estatutos vão quebrando.
Et enfreignent vos règles.


******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES VERS – Poème de FLORBELA ESPANCA – VERSOS – 1915

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

Florbela Espanca Flor Bela de Alma da Conceição Poétesse portugaise 8 décembre 1894 – 8 décembre 1930 Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

_____________________________

LES
VERS
VERSOS
Poème paru dans

« 
O Livro D’Ele »
1915

____________________________

Hugo Darnaut, Bois avec pont sur la rivière, Waldbach mit Brücke

****************


Versos! Versos! Sei lá o que são versos…
Des vers ! Des vers ! Je ne sais pas ce que sont les vers…  
Pedaços de sorriso, branca espuma, 
Morceaux de sourire, blanche écume, 
Gargalhadas de luz, cantos dispersos,
Rires forts, chansons dispersées,  
Ou pétalas que caem uma a uma.
Ou pétales tombant les uns après les autres.

*

Versos!… Sei lá! Um verso é teu olhar, 
Des vers !… Je ne sais pas ! Un vers est ton regard, 
Um verso é teu sorriso e os de Dante
Un vers est ton sourire et ceux de Dante
Eram o seu amor a soluçar 
Sont ton amour sanglotant
Aos pés da sua estremecida amante!
Aux pieds de ton amant tremblant !

*

Meus versos!… Sei eu lá também que são…
Mes vers! … Je sais aussi qu’ils sont … 
Sei lá! Sei lá!… Meu pobre coração
Je ne sais pas ! Je ne sais pas … mon pauvre cœur 
Partido em mil pedaços são talvez…
Parti en mille morceaux est peut-être …

Versos! Versos! Sei lá o que são versos..
Des vers ! Des vers ! Je ne sais pas ce que sont les vers..   
Meus soluços de dor que andam dispersos
Mes sanglots de douleur dispersés  
Por este grande amor em que não crês!…
Par ce grand amour en lequel tu ne crois pas !…

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA *******************

QU’IMPORTE ? – Poème de FLORBELA ESPANCA – Que Importa?… – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

QU’IMPORTE ?…
QUE IMPORTA ?…
Poème paru dans « 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

Albert Flamm, Abendstimmung am Rhein, Ambiance du soir sur le Rhin

************************


Eu era a desdenhosa, a indif’rente.
J’étais la méprisante, l’indifférente.
Nunca sentira em mim o coração
Je n’avais jamais senti mon cœur en moi
Bater em violências de paixão
Battre en violence de passion
Como bate no peito à outra gente.
Comme il peut battre dans la poitrine d’autrui.

*

Agora, olhas-me tu altivamente,
Maintenant, tu me regardes fièrement,
Sem sombra de Desejo ou de emoção,
Sans ombre de Désir ou d’émotion,
Enquanto a asa loira da ilusão
Alors que l’aile blonde de l’illusion
Dentro em mim se desdobra a um sol nascente.
En moi, se déploie devant un soleil levant.

*

Minh’alma, a pedra, transformou-se em fonte;
Mon âme, de pierre est devenue source ;
Como nascida em carinhoso monte
Comme née dans une agréable montagne
Toda ela é riso, e é frescura, e graça!
Tout est rire, fraîcheur et grâce !

*

Nela refresca a boca um só instante…
Par elle, se rafraîchit la bouche un instant …
Que importa?… Se o cansado viandante
Qu’importe ? … Si la fatigue vagabonde
Bebe em todas as fontes… quando passa?…
Boit à toutes les fontaines … quand elle passe ? …

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

Autopsicografia FERNANDO PESSOA Autopsychographie

Fernando Pessoa

Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Autopsicografia FERNANDO PESSOA Autopsychographie Artgitato

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 

Autopsicografia

Autopsychographie

O poeta é um fingidor.
Le poète est un dissimulateur.
Finge tão completamente
Il feint si totalement
Que chega a fingir que é dor
Qu’il en vient même à feindre la douleur
A dor que deveras sente.
Cette douleur qu’il ressent réellement.

E os que leem o que escreve,
Et ceux qui lisent ce qu’il a écrit
Na dor lida sentem bem,
Dans cette douleur, la ressentent bien,
 Não as duas que ele teve,
Non les deux qu’il a eus,
  Mas só a que eles não têm.
Mais seulement celle qu’ils n’ont pas.

E assim nas calhas de roda
Et ainsi sur des rails, en rond
  Gira, a entreter a razão,
S’active, pour divertir la raison,
Esse comboio de corda
Ce chemin de fer
Que se chama coração.
Que l’on nomme le cœur.

*******
Autopsicografia