Archives par mot-clé : pena

L’ARDENT NŒUD – LE CHANSONNIER PÉTRARQUE SONNET 271 (2ème Partie) CANZONIERE CCLXXI – L’ardente nodo ov’io fui d’ora in hora

*

FRANCESCO PETRARQUE
LE CHANSONNIER

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca 
Sonetto 271

LE CHANSONNIER PÉTRARQUE
Sonnet 271
CCLXXI

 

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

 

SECONDA PARTE
Deuxième Partie

271/366

 

*

Ivan Kramskoï, Иван Николаевич Крамской, Portrait d’une dame qui lit ,1881, Musée des beaux-arts, Ekaterinbourg

********************



L’ardente nodo ov’io fui d’ora in hora,
Le nœud ardent où j’étais heure après heure pris
contando, anni ventuno interi preso,
durant vingt et une années entières,
Morte disciolse, né già mai tal peso
La mort l’a dissout et n’ai plus jamais tel poids ressenti
provai, né credo ch’uom di dolor mora.
et je ne crois pas qu’un homme puisse ainsi mourir de douleur.

*



Non volendomi Amor perdere anchora,
Amour ne voulant pas me perdre encore,
ebbe un altro lacciuol fra l’erba teso,
avait un autre piège dans l’herbe tendu,
et di nova ésca un altro foco acceso,
et de nouveau un autre feu alluma,
tal ch’a gran pena indi scampato fôra.
à tel point qu’à grand peine je pus m’en échapper.

*


Et se non fosse esperïentia molta
Et si je n’avais pas été aussi expérimenté
de’ primi affanni, i’ sarei preso et arso,
avec mes premiers tourments, je serais pris et brûlé,
tanto più quanto son men verde legno.
d’autant plus que je suis en bois moins vert.

*


Morte m’à liberato un’altra volta,
La Mort m’a de nouveau libéré,
et rotto ‘l nodo, e ‘l foco à spento et sparso:
et le nœud est rompu, le feu est éteint et s’est dispersé :
contra la qual non val forza né ‘ngegno.
contre elle aucune force ne peut lutter.

********

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 271
le chansonnier Pétrarque Sonnet 271
canzoniere poet

FRANCESCO PETRARQUE CHANSONNIER

*

La Haine ? – Poème de Florbela Espanca – 1923

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

LA HAINE ?
Ódio?
Poème paru dans « 
Livro de Sóror Saudade« 
1923 

______________________________

L’Enlèvement de Psyché, William Bouguereau

*****************


Ódio por Ele? Não… Se o amei tanto,
De la haine pour lui ? Non … Si je l’ai aimé autant,
Se tanto bem lhe quis no meu passado,
Si tant de bien dans mon passé je lui voulais,
Se o encontrei depois de o ter sonhado,
Si je l’ai rencontré après l’avoir rêvé,
Se à vida assim roubei todo o encanto,
Si à la vie j’ai volé tout le charme,

*

Que importa se mentiu? E se hoje o pranto
Qu’importe qu’il ait menti ? Et si aujourd’hui les pleurs
Turva o meu triste olhar, marmorizado,
Troublent mon regard mélancolique, marbré,
Olhar de monja, trágico, gelado
Regard de religieuse, tragique, froid
Com um soturno e enorme Campo Santo!
Comme une immense et maussade nécropole !

*

Nunca mais o amar já é bastante!
Ne plus jamais l’aimer c’est déjà assez !
Quero senti-lo doutra, bem distante,
Je veux le sentir d’un autre, très loin,
Como se fora meu, calma e serena!
Comme s’il était mien, calme et sereine !

*

Ódio seria em mim saudade infinda,
La haine serait en moi une mélancolie infinie,
Mágoa de o ter perdido, amor ainda!
Chagrin de t’avoir perdu, amour encore !
Ódio por Ele? Não… não vale a pena…
La haine pour lui ? Non … ça ne vaut pas la peine …

*

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

Fue sueño ayer mañana será tierra DE QUEVEDO Texte & TRADUCTION Ce qui fut rêve hier, demain sera poussière

 

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

Fue sueño ayer mañana será tierra

 

Fue sueño ayer mañana será tierra Quevedo Traduction Artgitato

Fue sueño ayer mañana será tierra
Glace brûlante, feu gelé

 

Fue sueño ayer, mañana será tierra:
Ce qui fut rêve hier, demain sera poussière :
poco antes nada, y poco después humo;
rien peu de temps avant, et fumée peu de temps après ;
y destino ambiciones y presumo,
et j’ai pourtant des projets ambitieux et orgueilleux,
apenas junto al cerco que me cierra.
à côté d’un siège qui m’emprisonne.

 **

Breve combate de importuna guerra,
Bref combat d’une importante guerre,
en mi defensa soy peligro sumo:
en me défendant, je suis en extrême danger :
y mientras con mis armas me consumo,
et tandis qu’avec mes armes je me consume,
 menos me hospeda el cuerpo, que me entierra.
moins ne m’abrite mon corps, qu’il ne m’enterre.

 **

Ya no es ayer, mañana no ha llegado,
Il n’y a plus d’hier, demain n’est pas là encore,
hoy pasa y es, y fue, con movimiento
aujourd’hui passe et est et fut, d’un mouvement
que a la muerte me lleva despeñado.
qui m’emporte vers la mort tête baissée.

 **

Azadas son la hora y el momento,
Les heures et le temps sont des houes,
que a jornal de mi pena y mi cuidado,
que les salaires de ma douleur et de ma peine,
cavan en mi vivir mi monumento.
creusent dans ma vie mon caveau.

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************