Archives par mot-clé : alexandre pouchkine

LA VIE ET LES LARMES ET L’AMOUR – Poème de POUCKINE – Я помню чудное мгновенье – 1825

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

POUCHKINE – Poème de 1825

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**********

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович

Portrait d’Anna Sarkisova-Burnazyan
Портрет Анны Саркисовой-Бурназян. И. К. Айвазовский, 1882

*******


К ***


Я помню чудное мгновенье:
Je me souviens de ce moment merveilleux :
Передо мной явилась ты,
Tu étais devant moi
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Génie de pure beauté.

В томленьях грусти безнадежной
Dans un profond désespoir
В тревогах шумной суеты,
Plongé dans une bruyante agitation,
Звучал мне долго голос нежный
J’ai entendu ta voix douce
И снились милые черты.
Et rêvé la finesse de ton visage.

Шли годы. Бурь порыв мятежный
Les années passèrent. La tempête
Рассеял прежние мечты,
Balaya mes anciens rêves,
И я забыл твой голос нежный,
Et j’oubliai la douceur de ta voix,
Твои небесные черты.
La finesse de tes traits.

В глуши, во мраке заточенья
Dans le désert, claustré,
Тянулись тихо дни мои
Mes jours étaient calmes
Без божества, без вдохновенья,
Sans divinité, sans inspiration,
Без слез, без жизни, без любви.
Sans larmes, sans vie, sans amour.

Душе настало пробужденье:
Sonna l’heure du réveil :
И вот опять явилась ты,
Et enfin te revoilà,
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Comme un génie de pure beauté.

И сердце бьется в упоенье,
Et mon cœur battit d’extase,
И для него воскресли вновь
De voir ressuscités
И божество, и вдохновенье,
Et la divinité et l’inspiration
И жизнь, и слезы, и любовь.
Et la vie et les larmes et l’amour.


**********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10.gif.

Astre triste, astre du soir! -Poème de POUCHKINE – 1820

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Редеет облаков летучая гряда.
En file, les nuages s’évadent vers les sommets.
Звезда печальная, вечерняя звезда!
Astre triste, astre du soir !
Твой луч осеребрил увядшие равнины,
Ton rayon argente les plaines épuisées,
И дремлющий залив, и чёрных скал вершины.
La baie en sommeil et les durs rochers noirs.
Люблю твой слабый свет в небесной вышине;
J’aime cette frêle lumière dans les célestes hauteurs ;
Он думы разбудил, уснувшие во мне:
Qui réveille en moi des pensées délaissées :
Я помню твой восход, знакомое светило,
Je me souviens de ton apparition, astre familier,
Над мирною страной, где всё для сердца мило,
Sur ce doux pays, où tout est beau à mon cœur,
Где стройны тополы в долинах вознеслись,
Où les vallées s’étendent que les peupliers façonnent,
Где дремлет нежный мирт и тёмный кипарис,
Où le suave myrte et le sombre cyprès ensemble somnolent,
И сладостно шумят полуденные волны.
Et les longues ondulations de midi bourdonnent.
Там некогда в горах, сердечной думы полный,
Le temps n’existant plus, plein de songes bienveillants,
Над морем я влачил задумчивую лень,
Au-dessus de la mer, j’ai traîné ma paresseuse pensée,
Когда на хижины сходила ночи тень —
Quand la nuit passe son ombre sur nos abris –
И дева юная во мгле тебя искала
Et la jeune fille dans l’obscurité te cherchait
И именем своим подругам называла.
Et chuchotait ton nom à ses plus chères amies.

1820

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович
Неаполитанский залив

POUCHKINE – Poème de 1820

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825 – В крови горит огонь желанья

Alexandre Pouchkine Александр Сергеевич Пушкин
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-300x241-1.jpg.

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

В крови горит огонь желанья
LE FEU DU DÉSIR


В крови горит огонь желанья,
Le feu du désir brûle mon sang consumé,
Душа тобой уязвлена,
Et laisse mon âme épuisée ;
Лобзай меня: твои лобзанья
Embrasse-moi de ta bouche
Мне слаще мирра и вина.
Plus suave que la myrrhe et le vin.
Склонись ко мне главою нежной,
Incline ta tête si douce
И да почию безмятежный,
Qu’en paix je repose enfin,
Пока дохнёт весёлый день
Dans l’attente du jour épanoui
И двигнется ночная тень.
Qui déplacera les ombres de la nuit.

POUCHKINE – Poème de 1825

Gustave Moreau, Le Cantique des cantiques,1853, huile sur toile, musée des beaux-arts de Dijon

****

Note ARGITATO

Poème de Pouchkine à rapprocher des premiers vers du Cantique des Cantiques ( Version Chanoine Crampon -1923) :

  1. Cantique des Cantiques, de Salomon.
  2. Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour est meilleur que le vin ;
  3. tes parfums ont une odeur suave, ton nom est une huile épandue ; c’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.

AU CIMETIÈRE – Poème de Pouchkine – 1834



Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Стою печален на кладбище
Au Cimetière – 1834

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Стою печален на кладбище.
Debout, je suis triste, là dans le cimetière.
Гляжу кругом — обнажено
Je regarde tout autour de moi – nue
Святое смерти пепелище
La cendre de la sainte mort
И степью лишь окружено.
Seulement cernée par la steppe.
И мимо вечного ночлега
Et devant cette nuit éternelle
Дорога сельская лежит,
S’étale un long chemin rural,
По ней рабочая телега
D’où partent les tombereaux
изредка стучит.
Qui crissent de temps en temps.
Одна равнина справа, слева.
Une plaine à droite, une autre à gauche.
Ни речки, ни холма, ни древа.
Nulle rivière, nulle colline, nul arbre.
Кой-где чуть видятся кусты.
Quelques buissons au loin là-bas.
Однообразны и унылы
Monotones et tristes
Немые камни и могилы
Des pierres et des tombes silencieuses
И деревянные кресты.
D’où trônent des mornes croix de bois.

сентябрь—октябрь 1834
septembre – Octobre 1834

POUCHKINE – Poème de 1834



A MA NOURRICE – Няне – Poème de POUCHKINE – 1826

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Няне – A ma nourrice

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Подруга дней моих суровых,
Compagne de mes heures implacables
Голубка дряхлая моя!
Ma colombe vénérable !
Одна в глуши лесов сосновых
Au cœur d’une forêt de pins sylvestres
Давно, давно ты ждёшь меня.
Tu m’attends depuis longtemps.
Ты под окном своей светлицы
Ta tête contre la fenêtre
Горюешь, будто на часах,
Triste, comme s’il s’agissait des aiguilles du temps,
И медлят поминутно спицы
Celles que tu tiens ralentissent chaque instant
В твоих наморщенных руках.
Dans tes mains flétries.
Глядишь в забытые вороты
Fascinée par cette porte qui a traversé les ans
На чёрный отдалённый путь;
Qui s’ouvre sur un long chemin noirci ;
Тоска, предчувствия, заботы
Pressentiments, craintes et soucis
Теснят твою всечасно грудь.
Écrasent ta frêle poitrine.
То чудится тебе …
Il te semble …

1826

Gabriel Metsu, Vieille Femme méditant, v.1660-1662, Rijksmuseum, Amsterdam

POUCHKINE – Poème de 1826

BAGNARDS DE SIBÉRIE – ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES (1927) Во глубине сибирских руд

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

*
1827

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Во глубине сибирских руд
1827

****


BAGNARDS DE SIBÉRIE
****

 

*

Во глубине сибирских руд
Dans les profondeurs des mines de Sibérie
Храните гордое терпенье,
Restez fier, soyez patient,
Не пропадет ваш скорбный труд
Vous n’avez pas disparu dans vos tristes tâches
 И дум высокое стремленье.
Vos hautes aspirations ne s’y sont pas dissoutes.

*

Несчастью верная сестра,
Fidèle compagnon, du malheur,
 Надежда в мрачном подземелье
L’espoir dans votre sombre citadelle
Разбудит бодрость и веселье,
Réveillera la vigueur et la joie,
Придет желанная пора:
Car viendra le temps des retrouvailles :

*

 

Любовь и дружество до вас
L’amour et la communion
Дойдут сквозь мрачные затворы,
Traverseront les portes sombres
Как в ваши каторжные норы
Du bagne et atteindront vos terriers
 Доходит мой свободный глас.
A travers ma libre voix.

*

Оковы тяжкие падут,
Que tombent vos lourdes chaînes,
Темницы рухнут — и свобода
Que s’effondrent vos citadelles- et que la liberté
  Вас примет радостно у входа,
Vous attende gaiement sur le seuil,
И братья меч вам отдадут.
Là où vos frères vous donneront l’épée.

*

 **********
POUCHKINE

 1827 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POÈMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

LA RENAISSANCE DU GÉNIE – Poème d’ALEXANDRE POUCHKINE 1819 – Возрождение

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1819

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1819
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Возрождение
1819

****


LA RENAISSANCE DU GÉNIE
****

 

 

Художник-варвар кистью сонной
Un artiste barbare brosse, lime
Картину гения чернит
Et détruit l’image laissée par un génie
И свой рисунок беззаконный
Et par des pulsions assassines
Над ней бессмысленно чертит.
Blesse et cache la divine harmonie.

*

Но краски чуждые, с летами,
Mais les couleurs étrangères, avec les années,
Спадают ветхой чешуёй;
Tomberont comme de vieilles écailles ;
Созданье гения пред нами
Et la création du génie devant nous, sans faille,
Выходит с прежней красотой.
Ressortira avec la même originelle beauté.

*

Так исчезают заблужденья
Ainsi, mes délires disparaissent
С измученной души моей,
Dans mon cœur tourmenté et détruit,
И возникают в ней виденья
Et là, dans mes visions, apparaissent
Первоначальных, чистых дней.
Alors les pures et nettes images de jadis.

 

*

 

 **********

POUCHKINE
 1819 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

UN VÉRITABLE AMI POÈME D’ALEXANDRE POUCHKINE (1829) Когда твои младые лета

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1829

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Когда твои младые лета
1829

****


UN VÉRITABLE AMI
****

 

Когда твои младые лета
Lorsque tu es malade
Позорит шумная молва,
De la honteuse rumeur
 И ты по приговору света
Et que la lumière devient fade
На честь утратила права;
Et n’éclaire plus ton honneur ;

*

Один, среди толпы холодной,
Un seul, dans le froid de la foule,
Твои страданья я делю
Partagera ta douleur
 И за тебя мольбой бесплодной
Et écoutera ta plainte
Кумир бесчувственный молю.
Insensible aux échos.

*

Но свет… Жестоких осуждений
Mais le monde… dans sa cruauté
Не изменяет он своих:
Ne change pas : sans cœur,
Он не карает заблуждений,
S’il ne punit pas ses erreurs,
 
Но тайны требует для них.
Il en exige le secret.  

*

Достойны равного презренья
Il ne mérite qu’un digne mépris
Его тщеславная любовь
Son vain retour d’intérêt,
И лицемерные гоненья:
Et pour ces persécutions infinies :
К забвенью сердце приготовь;
Que ton cœur à l’oubli soit prêt ;

*

Не пей мутительной отравы;
Que ce poison, ton esprit libre, l’oublie ;
Оставь блестящий, душный круг;
Laisse ces cercles sulfureux ;
 Оставь безумные забавы:
Laisse ces badinages fumeux :
 Тебе один остался друг.
Tu as trouvé un ami.

1829

*

 

 **********

POUCHKINE
 1829 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

LE RÊVEUR POÈME D’ALEXANDRE POUCHKINE (1818) Мечтателю

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1818

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1818
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Мечтателю
1818

****


LE RÊVEUR
****

 

Ты в страсти горестной находишь наслажденье;
‎Tu trouves du plaisir dans une triste passion,
Тебе приятно слезы лить,
Tu te montres joyeux en versant des larmes,
Напрасным пламенем томить воображенье
En vain, tu laisses brûler la flamme de ton imagination
И в сердце тихое уныние таить.
Et tu caches dans ton cœur un calme désespoir.
Поверь, не любишь ты, неопытный мечтатель.
Tu n’aimes pas ! crois-moi, jeune rêveur, tu n’aimes pas !
О если бы тебя, унылых чувств искатель,
Tu n’as pas souffert dans tes recherches les douloureuses
Постигло страшное безумие любви;
Souffrances de l’amour dans sa terrible folie ;
Когда б весь яд ее кипел в твоей крови;
Ce poison n’a pas mis ton sang en ébullition,
Когда бы в долгие часы бессонной ночи,
Dans de longues heures d’une nuit sans sommeil,
На ложе, медленно терзаемый тоской,
Étendu sur ton lit, tourmenté par l’angoisse,
Ты звал обманчивый покой,
‎N’attendant plus le repos trompeur,
Вотще смыкая скорбны очи,
En vain, refermant des yeux éplorés et tristes,
Покровы жаркие, рыдая, обнимал
Remontant ta couverture en pleurant, la serrant comme ton unique étreinte
И сохнул в бешенстве бесплодного желанья, —
Et consumé finalement dans les feux d’inutiles désirs, –
Поверь, тогда б ты не питал
‎Crois-moi, tu n’as pas encore livré ton cœur
Неблагодарного мечтанья!
A ces rêves ingrats !
‎Нет, нет! в слезах упав к ногам
‎Non, non ! Tes larmes ne sont pas encore tombées aux pieds
Своей любовницы надменной,
D’une altière maîtresse,
Дрожащий, бледный, исступленный,
‎Frissonnant, pâle et soumis,
Тогда б воскликнул ты к богам:
Non, tes pleurs n’ont jamais imploré ensuite les dieux :
«Отдайте, боги, мне рассудок омраченный,
« Pitié, ô dieux, soulagez mon esprit assombri,
Возьмите от меня сей образ роковой!
Retirez cette image de ma vue !
Довольно я любил; отдайте мне покой!»
Je ne veux plus aimer ; rendez-moi la paix ! »
Но мрачная любовь и образ незабвенный
‎Mais le règne de ce sombre amour sera tyrannique,
Остались вечно бы с тобой.
Souverain à jamais sur ton cœur.

1818

*

 

 **********

POUCHKINE
 1818 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

LE CHAR DE LA VIE – POÈME D’ALEXANDRE POUCHKINE (1823) Телега жизни

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈME

*
1823

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1823
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Телега жизни
1823

****


LE CHAR DE LA VIE
****

 

Хоть тяжело подчас в ней бремя,
Bien que son fardeau soit lourd,
Телега на ходу легка;
La manœuvre reste toujours aisée ;
Ямщик лихой, седое время,
Le fringant cocher, temps au tempes grises,
Везет, не слезет с облучка.
Conduit, sans jamais décoller de son siège.

*

С утра садимся мы в телегу;
Le matin, nous sommes assis sur le siège ;
Мы рады голову сломать
Nous sommes heureux de nous y briser le cou
  И, презирая лень и негу,
Méprisant la paresse, dédaignant le bonheur,
Кричим: пошёл, ебёна мать!
Nous crions : « Fonçons ! »

*

Но в полдень нет уж той отваги;
Mais à midi, s’altère le courage ;
  Порастрясло нас; нам страшней
Nous avons un peu peur des secousses
И косогоры и овраги;
peur des collines, peur des ravins ;
  Кричим: полегче, дуралей!
Nous crions : « Attention, imbécile ! »

*

Катит по-прежнему телега;
Nous avons toujours autant de soubresauts ;
 Под вечер мы привыкли к ней
Mais le soir, nous y sommes habitués
 И, дремля, едем до ночлега —
Et, assoupis, nous rentrons dans la nuit –
А время гонит лошадей.
Et c’est le temps qui conduit les chevaux.

1823

*

 

 **********

POUCHKINE
 1823 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES