Archives par mot-clé : 1910

LES PLUS BELLES CHANSONS HONGROISES – A legszebb magyar dalok

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

Chansons Hongroises
A legszebb magyar dalok

_____________

LES PLUS BELLES
CHANSONS HONGROISES 

_____________

Tableau de József Rippl-Rónai, Nature morte au masque, 1910

******************************


Csík Zenekar
(Groupe créé en 1988 à Kecskemét)
Te majd kézenfogsz és hazavezetsz
(Vous vous tiendrez la main et rentrerez chez vous)

**

Besh o droM
(Fondation du groupe à Budapest en 1999)
Fanfare Ciocarlia

**

Koncz Zsuzsa
(née à Pély en 1946)
Ha én rózsa volnék
Si j’étais une rose

**

Republic
Ha Mégegyszer Láthatnám
(Republic : 1990 création –2013 )
(Après la perte du leader du groupe, Bódi László « Cipő« , le 11 mars 2013, Zoltán Tóth a quitté le groupe.)

**

Kispál és a Borz
(fondé en 1987 à Pécs par András Lovasi, András Kispál, Rezső Ózdi et Gábor Bräutigam. Dissolution du groupe le 9 août 2010) 
Ha az életben

**

Kistehén Tánczenekar
Little Cow – Kistehén

Szájber gyerek
(Grosse bouchée)

**

Quimby
(Formation en 1991)
(Szilárd Balanyi, József Kárpáti, Tibor Kiss, Livius Varga, Ferenc Gerdesits, Ferenc Mikuli)
Most múlik pontosan

**

Ágnes
Varázsolj a szívemmel
(Jette un sort à mon cœur)

**

Kistehén Tánczenekar
Virágok A Réten
(Fleurs dans le pré)

**

Koncz Zsuzsa – Bódi László
Csodálatos világ
(Monde merveilleux)
László Bódi (surnommé Cipő : Ungvár, 3 mai 1965 – Budapest, 11 mars 2013)

**

LGT
Rádió

**

Csík Zenekar
Most múlik pontosan
(Maintenant cela dépend)

**

Palya Bea
(née le 11 novembre 1976 à Makó)
Szabadon
(Gratuit)

**

Koncz Zsuzsa
Ne mondd
Ne me dîtes pas

**

Republic
A 67-es Út

**

Bródy János
Földvár felé félúton

**

Neoton Família
Vándorének

**

Republic
Szállj El Kismadár

**

Ágnes és Kowalsky
Indulj el egy úton
(Embarquez pour le voyage)

**

Kistehén Tánczenekar
Jó Csávó a Markó

**

Koncz Zsuzsa & Kulka János
Szeretni valakit valamiért

**

Republic
Adj erőt és adj időt

**

Ős-Neoton
Kell hogy várj

**

Zorán Sztevanovity
Kell Ott Fenn Egy Ország

**

Kispál és a Borz
Csillag vagy fecske
Etoile ou Hirondelle

**

Bódi László
A csend beszél tovább

**

Republic
Szeretni Valakit Valamiért

**

Szeder
(Fondé en 2013)
Feri feneke
(Les fesses de Feri)

**

Bródy János
Ezek ugyanazok

**

Punnany Massif
Másfél hete
(Une semaine et demie)
(Punnany Massif fondé à Pécs en 2003)

**

Besh o droM
Vaságy

**

M7
Nincs arra szò 

**

Zorán Sztevanovity
Kell ott fenn egy ország

**

Szeder
Reggeli dal
(Chanson du matin)

**

**

Noémi Virág
Szeretlek
(Je t’aime)

**

Kispál és a Borz
Még egyszer
(Encore une fois)

**

Dobban & Palya Bea & Saiid & Szabó Balázs
Random Trip

**

Karthago
Indulj továbbb

**

Quimby
Ajjajjaj

**

Koncz Zsuzsa
Hogy mondjam el
Pour vous dire

**

Quimby
Magam adom
(Je me donne)

**

Bródy János
Akit a hazája nem szeretett

**

Csík Zenekar
Én vagyok az, aki nem jó

**

Besh O Drom
Mahala

**

Quimby
Autó egy szerpentinen

**

Nagy Feró és A Beatrice
Mielőtt végleg elmegyek
(Formation de A Beatrice en 1999: Károly Székely, Feró Nagy, István Fülöp, Ferenc Laczik, Zsolt Péter.)
( Nagy Feró né à Letenye le 14 janvier 1946)

**

Kispál és a Borz
Hang és fény
(Son et Lumière)

**

Besh o droM
Meggyujtom a Pipam

**

Karthago
Requiem

**

Lord
Vándor

**

Serfőző Anikó & Illés Lajos
Hogyha egyszer

**

Ricsárdgír
(Fondé en 2006)
Éndalom
(Chant)

**

Szeder
(Fondé en 2013)
Kezem a hátadon

**



Besh o droM vs Shuffle Girls
Hungarian Folklore Music meets Shuffle Dance

**

Pokolgép
korszak

**

Quimby
Sehol se talállak
(Je ne te trouve nulle part)

**

Szeder & Maszkura
Száraz rúzs
(Rouge à lèvres)

**

Óriás
Fát dönteni

**

LGT
Álomarcú Lány

**

Óriás
Ahol jó

**

Kispál és a Borz
Szőkített nő 
(La femme blonde)

**

Soerii & Poolek
Valahol messze
(Loin quelque part)

**

Ivan & The Parazol
Néha kevés, néha több
(parfois peu, parfois plus)

LGT
Ringasd el magad

**

Óriás
Senki se fél

**

Besh O Drom
Skirt, Spin, & Shimmy 

**

Anna and the Barbies & Maszkura és a Tücsökraj
Utópia
(Utopie)

**

LGT
Neked írom a dalt

**

Soerii & Poolek
Brutális Nyár
(Été brutal)

**

Szeder
(fondé en 2013)
Szél
(Vent)

**

Republic
Nagy Kő Zuhan

**

Kistehén Tánczenekar
Ezt is elviszem magammal

**

Besh O Drom
Lake Jakha

**

LGT
Gondolsz-e Rám

**

Szeder
(Fondé en 2013)
Pirkadat

**

Republic
Erdo közepében-Fényes utakon

**

Essemm
Csavargó

**

Shapat Terror & Tanka Balázs
Új király

**

Noémi Virág
Legyen ünnep

**

Zsuzsa Koncz
Itt van az õsz, itt van újra
L’automne est là, il est de retour !

**

Illés
Little Richard
1967

**

Zambo Jimmy
Legszebb dalai

**

Essemm
ÍGY VÁLTAM KÖDDÉ

**

Noémi Virág
Jégszív

**

LGT
Ő még csak most tizennégy

**

Soerii & Poolek & Halott Pénz & Papp Szabi
Hétfő, szerda, szombat, kedd
(Lundi, mercredi, samedi, mardi)

**

Shapat Terror
Homokvihar

**

Delhusa Gjon
Dalok A Szélben

**

Anna and the Barbies & Kardos,Horváth Janó
Ünnepélyesen fogadom
(J’accepte solennellement)

**

Republic
Engedj közelebb

**

Soerii & Poolek
Tanga

**

Koncz Zsuzsa
Mama kérlek
Maman, s’il te plaît

**

Mary PopKids & Punnany Massif
Mosoly
(Punnany Massif fondé à Pécs en 2003)

**

Szécsi Pál
Két összeillő ember

**

Koó János
kislány a zongoránál

**

Éva Csepregi
Visszatér Dániel!

**

DJ Bootsie
Rokka

**

Radics Béla
Zöld csillag

**

Republic és Bordás Anasztázia
Kóborló szél

**

Shapat Terror
Mentés Másként

**

Neoton Familia
Apám szólt

**

Noémi Virág
Soha még

**

Éva Csepregi
Elmentél 

**

Cipőfűző
Együttes képfilm

**

Color
Vallomás

**

Neoton Família
Vannak kivételek

**

Dj Bootsie
Húzd

**

Neoton Família
Szeret vagy nem Szeret

**

M7
Nem lehet boldogságot venni

**

Neoton Família
Eszterlánc

**

Szécsi Pál
Carolina

**

Neoton Familia
Ha szombat este táncol

*******************************************

Latabár Kálmán & Fejes Teri
Sárgarigófészek
Latabár Kálmán
(1902-1970 : comique très populaire dans les années d’après-guerre)
Fejes Teri
(21 septembre 1902 – 18 décembre 1994)

**

Sándor Pécsi & Fejes Teri
Deborah
Sándor Pécsi (acteur hongrois – 1922-1970)



*******************

POÉSIE HONGROISE
LITTÉRATURE HONGROISE
MAGYAR KÖZÖSSÉG
MAGYAR IRODALOM

L’AMITIÉ SACRÉE D’ÉMILE POUVILLON

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

LITTÉRATURE FRANÇAISE

ÉMILE POUVILLON

né le 10 octobre 1840 à Montauban et mort le 7 octobre 1906 à Jacob-Bellecombette

Correspondance d’Emile Pouvillon

L’AMITIÉ SACRÉE D’ÉMILE POUVILLON

Par N. D.
Revue des Deux Mondes
Tome 58
1910

_________________

Autrefois Loti avait l’aimable habitude de nous amener tous ses amis et c’est ainsi que nous avons connu Emile Pouvillon. Il vint pour la première fois chez mes parents à Marennes en juin 18…. Il pouvait avoir trente ans à ce moment-là, paraissait très jeune malgré des cheveux tout blancs, avec, dans son attitude, un mélange de timidité et de grande dignité ; ce qui charmait surtout, c’était le son de sa voix, sa manière de parler, sérieuse, grave, puis tout, à coup, des éclats de rire presque enfantins. Écoutant avec intérêt tout ce qu’on lui disait, semblant par sa bienveillance y donner un prix infini ; quand il parlait lui-même, c’était de l’air de s’excuser de ce qu’il pouvait bien vous apprendre. Mais les anecdotes de pays, les descriptions de paysage, donnaient à sa causerie un tour différent : celui de l’enthousiasme admiratif, qui fut toujours la marque caractéristique de son esprit. Il évoquait beaucoup les coutumes, les usages de son Midi, par comparaison avec ceux de notre Saintonge, toute nouvelle pour lui, et l’on sentait quelle valeur avaient dans son existence les choses qui en étaient le « cadre, » comme il disait : la plaine montalbanaise, la forêt de Grésigne, les pierrailles des Causses, les coulées de l’Aveyron entre les saules, avaient à ses yeux autant de prix que des personnes aimées.

Les plus ordinaires phénomènes de la végétation lui étaient des sources de ravissement, il en parlait avec émotion : de la poussée hâtive des printemps méridionaux, des brûlants étés qui dorent les fruits mûrs et des douceurs automnales voilées de légers brouillards. Il connaissait aussi les plus petits détails et les plus humbles plantes, possédant par excellence le sens de la nature. Et avec bienveillance toujours, il s’intéressa à l’enfant timide, à la petite fille gauche que j’étais alors, causant avec moi de tous les riens de la vie champêtre qui étaient le fond de mon âme. Et je me sentais grandir à être ainsi comprise, à pouvoir admirer avec lui les mêmes choses, à les trouver belles de la même manière. Déjà ensemble nous admirions,… Et cette admiration commune de la nature fut, pendant les vingt-sept années que dura l’échange affectueux de nos pensées, comme l’accompagnement continuel de nos causeries et le refuge aux heures tristes. Pour lui ce sentiment magnifiait, transformait tout en une minute ; les spectacles les plus simples de la vie rurale, suivant le moment et l’heure, prenaient une forme, une importance inouïes : son imagination se passionnait, dramatisait, s’attendrissait. Je l’entends encore me dire : « Ah ! ma chère amie, que c’est beau ! De quoi sont privés ceux qui ne savent pas admirer ! » Et nous avons tant admiré ensemble, en effet, son pays et le mien, la montagne et la mer, les beaux couchants et les lumineux clairs de lune, les couleurs, les verdures, les horizons, puis aussi toutes les belles œuvres humaines !

L’amitié pour lui était sacrée, il la pratiquait d’une manière grande et noble, sans une dissonance ni une faute, mais toujours avec quelque cérémonie qui la rendait élégante.

Il me mêla ensuite aux affections de sa famille et les siens m’ont accueillie avec une amabilité touchante qui devint de l’affection. Je peux dire même que, depuis sa mort, ces relations se sont encore resserrées dans son cher souvenir. Quand sa mère mourut, comme j’étais accourue pour la pleurer avec lui, il désira aux obsèques me mettre au même rang que ses belles-filles. A lui également tous les miens ont été chers, mes parents, mon mari, mes filles ; plus tard, il fut le second parrain de mon fils.

Nous partagions beaucoup nos peines et nos joies ; en général la lecture des lettres en donne mal l’idée ; d’abord elles sont incomplètes : nous ne nous écrivions que quand nous ne pouvions pas nous voir et cependant nous avons souvent passé ensemble de longs mois que ses lettres ne paraissent pas attester. Mais les difficultés à nous rejoindre venaient le plus souvent d’un découragement subit de sa part, d’une inquiétude de sa santé. Emile Pouvillon, qui aimait tant la force de la vie, redoutait la faiblesse et la maladie. Peut-être sentait-il en soi-même les atteintes certaines du mal inexorable, mais cela se voyait tellement peu aux apparences, il était si jeune de tournure, de mouvement, de regard, que nous le grondions sans le plaindre ; nous le traitions de malade imaginaire, d’exagéré ; il l’était quelquefois, en effet, le cher ami, car, aux descriptions qu’il faisait de son état, on l’aurait cru devenu subitement infirme ou boiteux ; mais, ces crises passées, il faisait, suivant sa jolie expression, « la toilette de son âme, » et il refleurissait dans une nouvelle vigueur de jeunesse pour entreprendre de grandes marches dans la campagne, imaginer, s’enthousiasmer, s’attendrir sur la beauté des paysages et les admirer.

Il était d’une sensibilité extrême, ressentait d’une manière quelquefois cruelle la variation des saisons ; le froid, le chaud et la pluie étaient pour lui à certains jours de véritables souffrances. Parfois son inquiétude morale l’amenait à douter de lui-même, à craindre de ne plus sentir, de n’avoir plus de goût, de ne plus pouvoir écrire et créer. Et il s’en désespérait. Là est bien le tourment de tous les vrais artistes, le mal inhérent à tout talent réel. Or Émile Pouvillon était incapable de mensonges littéraires et son œuvre, comme sa vie intime, comme son cœur et son âme délicate, était sincères. Souvent aussi il était obsédé par la fin des choses visibles, l’impossibilité à se représenter les invisibles, et par le vilain passage noir précédé du cortège effrayant des maladies et des infirmités. Très jeune déjà, cette teinte triste fut sur sa vie, rembrunie encore par la crainte de l’amoindrissement, de la vieillesse et du non-être ; mais, comme il disait, « l’espoir passait… »

Cependant l’espérance d’une vie autre semblait se préciser davantage en lui, à mesure que s’accentuaient dans son cœur la tendresse et la bienveillance, mêlées à une douce philosophie. La dernière journée que nous avons passée ensemble fut tout empreinte de cette tendresse. Cette fois, c’était le cadre ordinaire de notre salon parisien ; Emile Pouvillon était venu déjeuner avec nous et nous étions demeurés tous deux pour causer longuement. Les jeunes étaient partis à leurs affaires ; quelques personnes étaient venues dans l’après-midi et gaiement, spirituellement, il s’amusa de mes visiteurs, sans malveillance, sans malice, — il n’en était pas capable, — mais avec tant de finesse et de drôlerie. Et la nuit, hâtive encore à cette époque du printemps, tomba sur Paris : on alluma les lampes ; les gens partis, nous nous étions remis à causer dans le salon clos où les fleurs sentaient bon. Avec quelques cérémonies toujours (car cela n’avait pas été convenu), il accepta de rester dîner.

Hélas ! cette journée qui me laisse un si délicieux souvenir de tendre amitié fut la dernière.

Nous partions pour les vacances de Pâques deux jours après ; Emile Pouvillon, lui, restait à Paris pour ses affaires. Nous devions l’y retrouver, au moins il me le promettait, et nous nous sommes dit : au revoir, très confiants, avec de beaux projets en tête : nous devions retourner en pèlerinage dans les îles heureuses.

Quand nous sommes rentrés, il était reparti, pris d’une de ces crises d’angoisse nerveuse et violente auxquelles il était sujet : « J’ai eu peur d’être malade loin des miens et sans vous, ma chère amie (m’écrivait-il), ne m’en veuillez pas ; à cet été quand même, j’espère. » Peu de temps après, la grave maladie d’un de mes proches me rappelait en Saintonge et, redoutant une issue terrible, connaissant l’impressionnabilité de notre cher ami, je voulus lui épargner de partager mes inquiétudes et ne lui parlai pas de venir. Cérémonieux jusqu’à la fin, il n’osa pas me le demander, et les siens m’ont souvent répété, depuis, la déception qu’il avait éprouvée de ce revoir manqué. En septembre, avançant son voyage coutumier en Savoie, il partit pour Chambéry d’où il ne devait plus revenir, où d’autres de ses amis devaient recueillir pieusement son dernier soupir.

Emile Pouvillon mourut donc en face de la montagne au lieu de mourir au bord de la mer, comme cela eût été, s’il était venu chez moi, mais sa mort, conforme à sa vie, fut quand même devant la belle nature. Il l’admirait dans un dernier geste pour montrer l’horizon splendide ; la parole admiratrice s’arrêta sur ses lèvres sans qu’il pût la formuler ; puis, — nous est-il dit, — « sa chère tête blanche s’affaissa sur l’herbe. »

En harmonie complète avec son existence où la douceur et la beauté des choses champêtres ainsi que son affection pour les siens restèrent ses joies les plus fortes, Emile Pouvillon ne connut ni la haine ni l’envie ; il sut se garder de l’orgueil et ne rechercha point les gloires faciles. Il partit dans le rayonnement d’un beau soir, les yeux emplis des radieuses lueurs du soleil couchant et sans avoir éprouvé les terreurs tant redoutées et les affres de la mort.

On rapporta son corps au doux clair de lune, sur une charrette traînée par des bœufs. Lui-même n’eût rien imaginé de plus conforme à ses goûts que la simplicité de ces premières funérailles à travers des sentiers de montagne.

J’ai parlé de lui comme d’un ami cher et précieux, sans même une fois faire allusion à son œuvre ; mais il faudrait de longues pages pour en énumérer les mérites. Qu’on me pardonne donc si j’ai insisté sur le bonheur de l’avoir si bien connu et tant aimé. J’ai voulu ainsi expliquer ses Lettres, en essayant de faire revivre par elles un peu du charme de sa personne, de son âme délicate et droite, éprise de beauté, de justice et de lumière.

N. D.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

FRANZ KAFKA – JOURNAL INTIME – Tagebücher – 1910 -LE CORPS – Ma force ne suffit plus

*
FRANZ KAFKA

3 juillet 1883 Prague – 3 juin 1924 Kierling

 

Traduction Jacky Lavauzelle

________________________________________

LE JOURNAL INTIME
Tagebücher

________________________________________

1910
LE CORPS
Ma force ne suffit plus

________________________________________

 

Albrecht Dürer, Autoportrait nu, v. 1509, Château de Weimar, détail

1910

[Kafka a 27 ans]

****

Kometennacht 17./18. Mai.
Nuit de la comète
Nuit du 17 au 18 mai 1810

Habe ich nicht einmal die Entschlossenheit, diesen Federhalter, dieses Stück Holz täglich in die Hand zu nehmen.
Je n’ai même pas la force de prendre ce stylo, ce morceau de bois dans ma main tous les jours.
Ich glaube schon, daß ich sie nicht habe.
Je pense que je ne l’ai pas.
Ich rudere, reite, schwimme, liege in der Sonne.
Je rame, monte à cheval, nage, je m’allonge au soleil.
Daher sind die Waden gut, die Schenkel nicht schlecht, der Bauch geht noch an, aber schon die Brust ist sehr schäbig und wenn mir der Kopf im Genick …
Par conséquent, mes mollets sont bons, mes cuisses ne sont pas mal, le ventre est toujours en place, mais la poitrine est déjà très mal en point et si la tête est dans mon cou …

*

15 November, zehn Uhr.
15 novembre – 10 heures

Ich werde mich nicht müde werden lassen.
Je ne me laisserai pas la fatigue me gagner.
Ich werde in meine Novelle hineinspringen und wenn es mir das Gesicht zerschneiden sollte.
Je vais totalement m’immerger dans ma petite histoire même si ça me coupe le visage.

*

18. Dezember.
18 décembre
halb zwölf Uhr.
Onze heures 1/2 du soir

Daß ich, solange ich von meinem Bureau nicht befreit bin, einfach verloren bin, das ist mir über alles klar, es handelt sich nur darum, solange es geht, den Kopf so hoch zu halten, daß ich nicht ertrinke.
Que je sois simplement perdu tant que je ne serai pas libéré de mon bureau, voilà une évidence pour moi, il s’agit seulement de tenir la tête si haute pour que je ne puisse pas me noyer.
Wie schwer das sein wird, welche Kräfte es aus mir wird herausziehn müssen, zeigt sich schon daran, daß ich heute meine neue Zeiteinteilung, von acht bis elf Uhr abends beim Schreibtisch zu sein, nicht eingehalten habe, daß ich dieses sogar gegenwärtig für kein so großes Unglück halte, daß ich diese paar Zeilen nur eilig hingeschrieben habe, um ins Bett zu kommen.
Comme ce sera difficile, combien de force devrai-je trouver en moi-même, on le voit déjà aujourd’hui, puisque je n’ai pas respecté mon nouvel horaire, être au bureau de huit heures à onze heures du soir, qe cela ne me rend pas si malheureux puisque j’écris ces quelques lignes à la hâte avant d’aller me coucher.

25. Dezember.
25 décembre

Elend, elend und doch gut gemeint.
Misérable, misérable et pourtant bien intentionné.
Es ist ja Mitternacht, aber das ist, da ich sehr gut ausgeschlafen bin, nur insofern Entschuldigung, als ich bei Tag überhaupt nichts geschrieben hätte.
Il est minuit, mais comme j’ai très bien dormi, ce n’est qu’une excuse pour ne rien avoir écrit du tout pendant la journée.
Die angezündete Glühlampe, die stille Wohnung, das Dunkel draußen, die letzten Augenblicke des Wachseins, sie geben mir das Recht, zu schreiben, und sei es auch das Elendste.
L’ampoule allumée, l’appartement calme, l’obscurité extérieure, les derniers instants d’éveil, me donnent le droit d’écrire, même les choses les plus misérables.
Und dieses Recht benutze ich eilig. Das bin ich also.
Et j’utilise ce droit à la hâte. C’est bien moi.

*

27. Dezember.
27 décembre

Meine Kraft reicht zu keinem Satz mehr aus.
Ma force ne suffit plus pour une seule phrase.
Ja, wenn es sich um Worte handeln würde, wenn es genügte, ein Wort hinzusetzen und man sich wegwenden könnte im ruhigen Bewußtsein, dieses Wort ganz mit sich erfüllt zu haben.
Oui, s’il s’agissait de mots, s’il suffisait de mettre un mot et que vous pouviez vous détourner avec la conscience tranquille d’avoir complètement rempli ce mot de vous-même.

Zum Teil habe ich den Nachmittag verschlafen, während des Wachseins lag ich auf dem Kanapee, überdachte einige Liebeserlebnisse aus meiner Jugend, hielt mich ärgerlich bei einer versäumten Gelegenheit auf (damals lag ich etwas verkühlt im Bett und meine Gouvernante las mir die ‘Kreutzersonate’ vor, wobei sie es verstand, meine Aufregung zu genießen), stellte mir das vegetarische Nachtmahl vor, war mit meiner Verdauung zufrieden und hatte Befürchtungen darüber, ob mein Augenlicht für mein ganzes Leben genügen wird.
En partie, j’ai dormi l’après-midi, alors que j’étais éveillé, je me suis allongé sur le canapé, j’ai reconsidéré certaines expériences amoureuses de ma jeunesse, je suis resté en colère à propos d’une occasion manquée (j’étais couchée dans le lit un peu froid à l’époque et ma gouvernante m’a lu la Sonate de Kreutzer , sachant profiter de mon excitation), puis j’ai dîné végétarien, satisfait de ma digestion et me demandant si ma vue serait suffisante pour toute ma vie.

****************************
FRANZ KAFKA
JOURNAL INTIME

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

APPARITION – POEME DE ANTERO DE QUENTAL – Aparição

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

traduction Jacky Lavauzelle
LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

Antero de Quental

18 avril 1842 – Ponta Delgada (Les Açores)-  11 septembre 1891 Ponta Delgada
 18 de abril de 1842 – Ponta Delgada, 11 de setembro de 1891

______________________________________ 

Traduction Jacky Lavauzelle

 _______________________________________

APPARITION
Aparição

_______________________________________

Valentin Serov, Валентин Александрович Серов, Ida Rubinstein, 1910

********

Um dia, meu amor (e talvez cedo,
Un jour, mon amour (et peut-être bientôt,
Que já sinto estalar-me o coração!)
Car je sens déjà mon cœur se briser !)
Recordarás com dor e compaixão
Tu te souviendras avec douleur et compassion
As ternas juras que te fiz a medo…
Des tendres serments que je t’ai fais …

*


Então, da casta alcova no segredo,
Alors, dans le secret de l’alcôve,
Da lamparina ao tremulo clarão,
La lampe à la torche vacillante,
Ante ti surgirei, espectro vão,
Devant toi, j’apparaîtrai, vain spectre,
Larva fugida ao sepulcral degredo…
Larve fuyante vers l’exil sépulcral …

*


E tu, meu anjo, ao ver-me, entre gemidos
Et toi, mon ange, quand tu me verras, entre gémissements
E aflictos ais, estenderás os braços
Et afflictions, tu tendras tes bras
Tentando segurar-te aos meus vestidos…
Essayant de te retenir à mes vêtements…

*
— «Ouve! espera!» — Mas eu, sem te escutar,
– «Écoute ! attends ! » – Mais moi, sans t’écouter,
Fugirei, como um sonho, aos teus abraços
Je fuirai, comme un rêve, tes étreintes
E como fumo sumir-me-hei no ar!
Et comme une fumée, je disparaîtrai dans l’air !


************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

NEIGE – Poème d’Innokenti Annenski – 1910 – Иннокентий Анненский – Снег

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Innokenti Fiodorovitch Annenski
Innokentiy Fyodorovich Annensky

Innokenti Annenski
Иннокентий Анненский

Подражание И. Ф. Анненскому
Инноке́нтий Фёдорович А́нненский
1er septembre 1855 – 13 décembre 1909

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

 

_______________________________________________

NEIGE
Снег

Publié dans
«Кипарисовый ларец»
(1910)
Le Coffret de cyprès

*

Alekseï Savrassov, La Débâcle du printemps, Алексей Саврасов, весенний распад, 1894

***********


Полюбил бы я зиму,
J’adorerais l’hiver
Да обуза тяжка…
Si son fardeau n’était si sévère …
От нее даже дыму
Même l’épaisse fumée
Не уйти в облака.
Dans les nuages ne peut entrer.

*

Эта резанность линий,
Des lignes si dessinées,
Этот грузный полет,
Ce vol épais
Этот нищенски синий
Ce bleu décharné
И заплаканный лед!
Et de la glace en larmes boursoufflée !

*

Но люблю ослабелый
Mais j’aime les faiblesses
От заоблачных нег —
Du bonheur céleste –
То сверкающе белый,
Soit blanc étincelant
То сиреневый снег…
Soit neige lilas …

*

И особенно талый,
Et surtout la voir fondante,
Когда, выси открыв,
Quand, s’ouvrant à son sommet,
Он ложится усталый
Elle se découvre alors fatiguée
На скользящий обрыв,
Sur une falaise glissante,

*

Точно стада в тумане
Comme des troupeaux dans la nuée,
Непорочные сны —
Des rêves immaculés –
На сомнительной грани
Au bord de l’effacement
Всесожженья весны.
Offerts aux brûlures du printemps.

************

1910

LES COQUELICOTS- Poème d’Innokenti Annenski – Иннокентий Анненский – Маки

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Innokenti Fiodorovitch Annenski
Innokentiy Fyodorovich Annensky

Innokenti Annenski
Иннокентий Анненский

Подражание И. Ф. Анненскому
Инноке́нтий Фёдорович А́нненский
1er septembre 1855 – 13 décembre 1909

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

 

_______________________________________________

LES COQUELICOTS
Маки

Publié dans
«Кипарисовый ларец»
(1910)
Le Coffret de cyprès

Le Coffret de cyprès est le second recueil de poésie d’Innocenti Annenski, publié à titre posthume et préparé pour publication par le fils du poète, Valentin.
C’est cette parution qui a rendu célèbre Annenski.

*



********************



Веселый день горит… Среди сомлевших трав
Un radieux jour brûlant … Parmi les herbes somnolentes
Все маки пятнами – как жадное бессилье,
Tous les coquelicots tachés comme une impuissance gourmande,
Как губы, полные соблазна и отрав,
Comme des lèvres pleines de tentation et de poison
Как алых бабочек развернутые крылья.
Comme des papillons rouges déployant leurs ailes.

*


Веселый день горит… Но сад и пуст и глух.
Un radieux jour brûlant … Mais le jardin reste à la fois vide et sourd.
Давно покончил он с соблазнами и пиром,-
Depuis longtemps, il a mis fin aux tentations et à la fête, –
И маки сохлые, как головы старух,
Et nos coquelicots aussi secs que les têtes de vieilles femmes,
Осенены с небес сияющим потиром.
Sont illuminés du ciel par le brillant calice.



***************


L’ESPRIT – Poème de Viatcheslav Ivanov – 1902 -Дух – Поэзия Вячеслава Иванова

Léon Bakst, Лев Самойлович Бакст, L’Oiseau de feu, Жар-птица, 1910, Costume de Cléopâtre pour Ida Rubinstein, Ида Рубинштейн

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Viatcheslav Ivanov
Поэзия Вячеслава Иванова


___________________________________

VIATCHESLAV IVANOV
Вячеслав Иванович Иванов

16 février 1866 Moscou – 16 juillet 1949 Rome
16 февраля 1866 г. Москва – 16 июля 1949 г. Рим

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

L’ESPRIT
1902
Дух

_________________________________________________

*

L’Amor che muove il Sole e l’altre stelle.
L’Amour qui meut le Soleil et les autres étoiles
Dante, Le Paradis XXXIII

CHANT TRENTE-TROISIÈME

***************



Над бездной ночи Дух, горя,
L’Esprit, au-dessus de l’abîme misérable de la nuit,
Миры водил Любви кормилом;
Sur les mondes laisse conduire l’Amour ;
Мой дух, ширяясь и паря,
Mon esprit, croissant et mouvant,
Летел во сретенье светилам.
Vole vers des amas d’étoiles.

*

И бездне — бездной отвечал;
Et à l’abîme, l’abîme répond ;
И твердь держал безбрежным лоном;
Et il se tient dans le firmament sans limite ;
И разгорался, и звучал
Et il éclate et résonne
С огнеоружным легионом.
Au cœur des constellations.

*

Любовь, как атом огневой,
L’Amour, comme un atome enflammé,
Его в пожар миров метнула;
Le projette dans le feu des mondes.
В нем на себя Она взглянула —
Dans mon âme, il se regarde –
И в Ней узнал он пламень свой.
Et en elle, il reconnaît sa propre flamme.

*******************************

1902

Вячеслав Иванов с Лидией Зиновьевой-Аннибал. Фото из Римского архива Вяч. Иванова
Ivanov avec Lydia Zinovieva-Annibal
Photo de l’archive romaine Vyach. Ivanova
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

SILENTIUM – Poésie d’Ossip MANDELSTAM – 1910- Поэзия Осипа Мандельштама

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Ossip Mandelstam
Поэзии Осип Мандельштам
___________________________________

Ossip Emilievitch Mandelstam
О́сип Эми́льевич Мандельшта́м
2/3 janvier 1891 Varsovie – 27 décembre 1938 Vladivostok
2/3 января 1891 Варшава — 27 декабря 1938

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

SILENTIUM
1910

_________________________________________________

*

****************


Она еще не родилась,
Elle n’est pas encore née,
Она и музыка и слово,
Elle est à la fois musique et parole,
И потому всего живого
Et, pour tous les êtres vivants,
Ненарушаемая связь.
L’indestructible lien.

*

Спокойно дышат моря груди,
La poitrine de la mer calmement respire,
Но, как безумный, светел день,
Mais combien cette folle journée était radieuse,
И пены бледная сирень
Et l’écume d’un lilas pâle
В черно-лазоревом сосуде.
Dans un vase d’azur noir.

*

Да обретут мои уста
Que ma bouche trouve
Первоначальную немоту,
Le silence des origines,
Как кристаллическую ноту,
Comme une note cristalline,
Что от рождения чиста!
Pure dès la naissance !

*

Останься пеной, Афродита,
Reste écume, Aphrodite,
И слово в музыку вернись,
Et que le verbe retourne en musique,
И сердце сердца устыдись,
Et que le cœur fusionne
С первоосновой жизни слито!
Avec le principe fondamental de la vie !

***************

1910

LE MÉLÈZE – Poésie d’Ossip MANDELSTAM – 1910- Поэзия Осипа Мандельштама – Единственной отрадой

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Ossip Mandelstam
Поэзии Осип Мандельштам
___________________________________

Ossip Emilievitch Mandelstam
О́сип Эми́льевич Мандельшта́м
2/3 janvier 1891 Varsovie – 27 décembre 1938 Vladivostok
2/3 января 1891 Варшава — 27 декабря 1938

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

LE MÉLÈZE 
1910
Единственной отрадой

_________________________________________________

 

*

********************



Единственной отрадой
Une seule joie
Отныне сердцу дан,
A présent, est donnée à mon cœur :
Неутомимо падай,
Tombe inlassablement
Таинственный фонтан.
Mystérieuse fontaine.

*

Высокими снопами
Comme des hautes gerbes,
Взлетай и упадай,
Monte et retombe,
И всеми голосами
Et avec toutes les voix
Вдруг — сразу умолкай.
Soudainement – tais-toi.

*

Но ризой думы важной
Mais par une tunique d’une puissante pensée,
Всю душу мне одень,
Habille toute mon âme
Как лиственницы влажно-
Comme le mélèze après la pluie
Трепещущая сень.
D’un feuillage tremblant.

**************

Июль 1910
Juillet 1910

LES LIBELLULES AUX YEUX BLEUS – Poésie d’Ossip MANDELSTAM – 1910 – Поэзия Осипа Мандельштама – Медлительнее снежный улей

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

__________________________________
LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература
Русская поэзия
___________________________________
___________________________________

Poésie de Ossip Mandelstam
Поэзии Осип Мандельштам
___________________________________

Ossip Emilievitch Mandelstam
О́сип Эми́льевич Мандельшта́м
2/3 janvier 1891 Varsovie – 27 décembre 1938 Vladivostok
2/3 января 1891 Варшава — 27 декабря 1938

__________________________________
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
__________________________________

_______________________________________________

LES LIBELLULES AUX YEUX BLEUS
1910
Медлительнее снежный улей
_________________________________________________

 

*

***************


Медлительнее снежный улей,
La ruche enneigée plus lente,
Прозрачнее окна хрусталь
La fenêtre plus transparente
И бирюзовая вуаль
Et un voile turquoise
Небрежно брошена на стуле.
Négligemment jeté sur une chaise.

*

Ткань, опьяненная собой,
Un tissu enivré par lui-même,
Изнеженная лаской света,
Choyé par la caresse de la lumière,
Она испытывает лето,
Vibrant aux premières chaleurs de l’été,
Как бы нетронута зимой.
Comme intact après le long hiver.

*

И, если в ледяных алмазах
Et si dans les diamants de glace
Струится вечности мороз,
Coule la glaciale éternité,
Здесь — трепетание стрекоз
Voici le flottement des libellules
Быстроживущих, синеглазых…
Rapides, aux yeux bleus …



***************

1910