Archives par mot-clé : muse

MES PENSÉES MUETTES – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXV – SONNET 85 -My tongue-tied Muse in manners holds her still

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 85
LXXXV

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

My tongue-tied Muse in manners holds her still
MES PENSÉES MUETTES

 

1598 

**

*

My tongue-tied Muse in manners holds her still,
Ma muse muette sobrement reste calme,
While comments of your praise richly compiled,
Alors que les commentaires de vos riches éloges sont compilés,
Reserve thy Character with golden quill,
Marqués pour toujours par une plume d’or,
And precious phrase by all the Muses filed.
Avec de précieuses phrases façonnées par toutes les muses.

*

I think good thoughts, whilst others write good words,
Je pense de bonnes pensées, quand d’autres écrivent de bons mots,
And like unlettered clerk still cry ‘Amen’
Et comme un clerc illettré, je crie toujours ‘Amen
To every Hymn that able spirit affords,
À chaque hymne qui émane de l’esprit habile,
In polished form of well-refined pen.
Sous la forme parfaite d’une plume ô combien raffinée.

*

Hearing you praised, I say tis so, ’tis true,’
En vous entendant louer, je clame : « c’est ça ! c’est vrai !« 
And to the most of praise add something more;
Et à l’éloge, j’ajoute quelque chose de plus ;
But that is in my thought, whose love to you,
Mais c’est dans ma pensée, où l’amour que j’ai pour vous,

*

Though words come hindmost, holds his rank before.
Malgré les mots qui arrivent encore, tient son rang comme avant.
Then others, for the breath of words respect,
Des autres, respectez le souffle des mots,
Me for my dumb thoughts, speaking in effect.
De moi, appréciez mes pensées muettes qui s’expriment dans les actes.

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

AUSSI VASTE QUE L’OCÉAN – SONNET DE SHAKESPEARE LXXX – SONNET 80 -O! how I faint when I of you do write

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 80
LXXX

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

AUSSI VASTE QUE L’OCÉAN
O! how I faint when I of you do write

 

1598 

**

*

O! how I faint when I of you do write,
Oh ! comme je défaille quand j’écris sur vous,
Knowing a better spirit doth use your name,
Depuis que je sais qu’un meilleur esprit utilise votre nom,
And in the praise thereof spends all his might,
Et, dans l’éloge de celui-ci, montre toute sa puissance,
To make me tongue-tied speaking of your fame.
Nouant ma langue quand j’évoque votre gloire.

*

But since your worth, wide as the ocean is,
Mais puisque votre valeur est aussi vaste que l’océan,
The humble as the proudest sail doth bear,
Portant autant la frêle que la plus fière voile,
My saucy bark, inferior far to his,
Ma barque impertinente, bien inférieure à la sienne,
On your broad main doth wilfully appear.
Sur votre large surface apparaît volontaire.

*

Your shallowest help will hold me up afloat,
Votre aide la plus insignifiante me maintiendra à flot,
Whilst he upon your soundless deep doth ride;
Alors qu’il se trouve sur votre route profonde et silencieuse ;
Or, being wracked, I am a worthless boat,
Et, si je coule, je ne suis qu’un bateau sans valeur,

*

He of tall building, and of goodly pride:
Lui, il est de grande hauteur et d’une haute fierté :
Then if he thrive and I be cast away,
Alors s’il prospère et que moi je sois coulé,
The worst was this, my love was my decay.
C’est que mon amour m’a conduit à ma perte.



*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

TU ES TOUT MON ART – SONNET DE SHAKESPEARE LXXVIII – SONNET 78 -So oft have I invoked thee for my Muse

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 78
LXXVIII

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

So oft have I invoked thee for my Muse
TU ES TOUT MON ART

 

1598 

**

*

So oft have I invoked thee for my Muse,
Ainsi, je t’ai souvent invoqué pour ma Muse,
And found such fair assistance in my verse
Et j’y ai trouvé une aide la plus précieuse sur ma page,
As every alien pen hath got my use
que chaque autre plume a voulu suivre mon usage
And under thee their poesy disperse.
Et sous ton aura leur poésie se diffuse.

*

Thine eyes, that taught the dumb on high to sing
Tes yeux, qui ont appris au muet à chanter un chant si édifiant
And heavy ignorance aloft to fly,
Et, dans les airs, à cette lourde ignorance à voler,
Have added feathers to the learned’s wing
Ont ajouté des plumes à l’aile du savant
And given grace a double majesty.
Et à la grâce une double majesté.

*

Yet be most proud of that which I compile,
Pourtant, sois le plus fier de ce que je compile,
Whose influence is thine, and born of thee:
Dont l’influence vient de toi et est née de toi :
In others’ works thou dost but mend the style,
Dans les œuvres des autres tu améliores le style,

*

And arts with thy sweet graces graced be;
Et les arts par tes grâces douces tu honores ;
But thou art all my art, and dost advance
Mais tu es pour moi tout mon art, et tu élèves vers la connaissance
As high as learning, my rude ignorance.
Si haut ma grossière ignorance.


*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXVIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

POUR ELLE – ALEXANDRE POUCHKINE – К НЕЙ – 1817

**

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
                                    TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

________________________________________________________

POUR ELLE
1817 
К НЕЙ

________________________________________________________

Constantin Korovine, Константин Алексеевич Коровин, Gourzouf, Гурзуф, 1914

**************

В печальной праздности я лиру забывал,
Dans ma triste oisiveté, j’en ai oublié ma lyre,
Воображение в мечтах не разгоралось,
L’imagination dans mes rêves s’est éteinte,
С дарами юности мой гений отлетал,
Avec les dons de la jeunesse, mon génie s’est envolé,
И сердце медленно хладело, закрывалось
Et le cœur s’est refroidit lentement, se refermant ;…


***********

MUSE – 1922 – POÈME DE MIKHAIL KOUZMINE – Михаи́л Алексе́евич Кузми́н – Муза

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Mikhaïl-Kouzmine-1024x719.jpg.

*Антология русской поэзии
Anthologie de la Poésie Russe
*

Кузмин на портрете Ю. П. Анненкова (1919)
Portrait de Kouzmine par Georges Annenkov en 1919


LITTERATURE RUSSE
русская литература

стихотворение  – Poèmes

Traduction Jacky Lavauzelle 

MIKHAÏL KOUZMINE

 Михаи́л Алексе́евич Кузми́н

 6 octobre 1872 Iaroslavl – 1er mars 1936 Leningrad

 

Поэзия Михаила Кузьмина

LA POÉSIE DE MIKHAÏL KOUZMINE

MUSE
1922
Муза

*******************


****************


В глухие воды бросив невод,
Elle jette son filet dans les eaux mortes,
Под вещий лепет темных лип,
Sous le murmure prophétique des tilleuls noirs ;
Глядит задумчивая дева
La jeune fille pensive regarde
На чешую волшебных рыб.
Les écailles luisantes du poisson enchanté.

*

То в упоении зверином
Cette bête se déchaîne
Свивают алые хвосты,
Vigoureuse et écarlate,
То выплывут аквамарином,
Les écailles ondules prenant une teinte aigue-marine,
Легки, прозрачны и просты.
Légères et transparentes et simples.

*

Восторженно не разумея
Enthousiaste, elle n’a pas su comprendre
Плодов запечатленных вод,
Qu’elles étaient le fruit de ces profondes eaux,
Все ждет, что голова Орфея
Attendant vainement que la tête d’Orphée,
Златистой розою всплывет.
Telle une rose dorée, réapparaisse.


*******************

Февраль. 1922 
Février 1922

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Kuzmine-signature-1024x204.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 00-761x1024.jpg.
Кузмин на портрете Н. Радлова (1926)Николай Эрнестович Радлов
Portrait de 1926 de Kouzmine par
Nikolai Ernestovich Radlov
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

SONNET SHAKEPEARE 38 LA DIXIEME MUSE – How can my muse want subject to invent

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 38

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
How can my muse want subject to invent

La Dixième Muse

1598 

**

*

How can my muse want subject to invent,
Comment ma Muse pourrait-elle manquer d’invention,
While thou dost breathe, that pour’st into my verse
Car tant que tu respires, tu inondes mon verset
Thine own sweet argument, too excellent
De ton propre argument aimable, toi, trop sublime
For every vulgar paper to rehearse?
Pour être couchée sur un vulgaire papier ?




*

*

O! give thy self the thanks, if aught in me
O  ! loue-toi, si en moi
 Worthy perusal stand against thy sight ;
Tu trouves lecture à tes yeux ;
For who’s so dumb that cannot write to thee,
Qui est assez stupide pour ne rien t’écrire,
When thou thy self dost give invention light?
Quand tu donnes la lumière à l’imagination elle-même ?








*

*

Be thou the tenth Muse, ten times more in worth
Sois le dixième Muse, dix fois plus valeureuse
Than those old nine which rhymers invocate;
Que les neuf autres que les versificateurs invoquent ;
And he that calls on thee, let him bring forth
Et que celui qui t’invoquera soit capable d’écrire

*

Eternal numbers to outlive long date.
D’éternels vers pour des milliers d’années.
If my slight muse do please these curious days,
Si ma frêle muse plaît dans cet étrange futur,
The pain be mine, but thine shall be the praise.
Que la douleur soit à moi, mais à toi la louange.

 

*****************

SHAKESPEARE SONNET 38

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS