Archives par mot-clé : death

THE DEATH OF COLORS & THE PAINTER OF THE NIGHT – JACKY LAVAUZELLE

*
 The God Vagabond
THE DEATH OF COLORS & THE PAINTER OF THE NIGHT of Jacky Lavauzelle


Jacky Lavauzelle Poetry
*
Family of peasants (oil on canvas, 1914) Colors Jacky Lavauzelle
Pavel Filonov, Павел Николаевич Филонов, Family of peasants, oil on canvas, 1914

*

****
THE GOD VAGABOND
****
THE DEATH OF COLORS & THE PAINTER OF THE NIGHT
******
POEMS
**
*
The colors, the colors flowed. The colors flowed constantly.
The colors of the legends. And around the legends, the painters had gathered. The world was losing its colors.
Black was progressing and enveloping the universe.
All the wise men were gone.
They had found no solution.
All the philosophers were gone. Philosophers did not understand the root cause.
Politicians were expected. They never came. It seems they are gathering near the border of the world.
The painters were there. Last bulwark against total darkness and eternal night. They pulled out brushes and brushes again. They came out of the tubes of colors. Of all the tubes, only came out of the black.
Arrived the Painter of the Night! Nobody invited him. He only painted black! Nobody needed him. He alone saw lights in his darkness and in the night that devoured everything. The others laughed and laughed at him.
The Painter of the Night then took his finest brush. And traced a thin line in the night, without worrying about the few colors that remained.
Behind the black, a light of the most beautiful intensity, magic, only asked to go out and join the peaks.
It was a new light that no longer covered the objects. She started from the sap and the essence of things …
The Night Painter finishes his work before dumbfounded humans.
But the men were so afraid that we took his brush and broke it. The crack closed and since then men have all become blind in this world.
At the bottom of a cave, one man, one, still smiles and traces long sarabandes of light that illuminates his heart …

 

*
 The God Vagabond
THE DEATH OF COLORS & THE PAINTER OF THE NIGHT of Jacky Lavauzelle


Jacky Lavauzelle Poetry

Death doesn’t exist – Poem Jacky Lavauzelle

*
 DEATH DOESN’T EXIST
Death doesn't exist Poem of Jacky Lavauzelle




Jacky Lavauzelle Poetry
*

*

****
DEATH DOESN’T EXIST

 POETRY
**
*
Death doesn’t exist ! There is life, a great incomprehensible fluid that passes through forests, deer, and sometimes men. This fluid exists only morning. It exists only in the palm of the morning dew. On the tongue of the doe and deer in the distance. How can this life oppose what some dead men have called death? Death is an invention of the dead. The undead or dead-dead! The walking dead !
*
 DEATH DOESN’T EXIST
Death doesn't exist Poem of Jacky Lavauzelle



 

L’ECLAT DE LA MORT – EMILY DICKINSON (1875) That short — potential stir

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

That short — potential stir
****

****

*********




L’ECLAT DE LA MORT
****

*****

1875

********

That short — potential stir
Ce court – et potentiel émoi
 
That each can make but once —
Que chacun peut faire juste une seule fois –
That Bustle so illustrious
Cette Agitation est si illustre
   ‘Tis almost Consequence —
Qu’elle a quelque Conséquence –

 




Is the eclat of Death —
C’est l’éclat de la Mort-
Oh, thou unknown Renown
Ô, toi, inconnue Renommée
 That not a Beggar would accept
Que pas un Indigent n’accepterait
  Had he the power to spurn —
S’il avait le pouvoir de la rejeter

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

EMILY DICKINSON (1870) LA BLESSURE – A NOT ADMITTING OF THE WOUND

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 






******




A NOT ADMITTING OF THE WOUND

 




LA BLESSURE

1870

********

A not admitting of the wound
Ne pas reconnaître la plaie
Until it grew so wide
Jusqu’à ce qu’elle soit si large
That all my Life had entered it
Que toute ma vie y entre
And there were troughs beside –
Jusqu’à déborder sur le côté –




A closing of the simple lid that opened to the sun
Une fermeture d’un simple couvercle  qui était ouvert au soleil
Until the tender Carpenter
Jusqu’à ce que le tendre Charpentier
Perpetual nail it down –
A perpétuité le cloue –

 



.

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

EMILY DICKINSON (1870) THAT THIS SHOULD FEEL THE NEAD OF DEATH – LE BESOIN DE LA MORT

POEME D’EMILY DICKINSON
LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 






******




THAT THIS SHOULD FEEL THE NEED OF DEATH

 




LE BESOIN DE LA MORT

 

1870

********

That this should feel the need of Death
Que celui qui ressent le besoin de la Mort
 
The same as those that lived
Le même que celui qui vécu
  Is such a Feat of Irony
Est vraiment un Exploit de l’Ironie
As never was — achieved —
Tel que cela n’a jamais été – réalisé –




Not satisfied to ape the Great
Non satisfait de singer les Grands
In his simplicity
Dans leur simplicités
The small must die, as well as He —
Le petit doit mourir, tout comme Eux –
Oh the Audacity —
Oh ! cette Audace –

 



.

***************

POEME D’EMILY DICKINSON

JAMES SHIRLEY The glories of our blood and state (1659)- Les Gloires de notre sang et de notre état

LITTERATURE ANGLAISE

*******

 

JAMES SHIRLEY
Londres, septembre 1596 – Londres, octobre 1666

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


******




LES POEMES
DE JAMES SHIRLEY

James Shirley’s poems

 

******************

The Contention of Ajax and Ulysses
La discorde d’Ajax et d’Ulysse
1659

***

The glories of our blood and state
Les gloires de notre sang et de notre état
Are shadows, not substantial things;
Sont des ombres, des choses non substantielles;
There is no armour against Fate;
Il n’y a pas d’armure contre le Destin ;
Death lays his icy hand on kings:
La mort pose sa glaciale main sur les rois :
Sceptre and Crown
Sceptre et Couronne
Must tumble down,
Tomberont,
And in the dust be equal made
Et dans la poussière, l’égalité sera faite
With the poor crooked scythe and spade.
Avec la pauvre faux et la bêche.

 


 Some men with swords may reap the field,
Certains hommes avec leurs épées récoltent des champs,
And plant fresh laurels where they kill:
Et plantent des lauriers frais là où ils massacrèrent :
But their strong nerves at last must yield;
Mais leurs nerfs si forts enfin céderont;
They tame but one another still :
Ils s’apprivoisent encore les uns les autres :
Early or late
Tôt ou tard
 They stoop to fate,
Ils déclinent vers leur destin,
And must give up their murmuring breath
Et ils abandonnent leur souffle dans un murmure
When they, pale captives, creep to death.
Alors, pâles captifs, ils glissent jusqu’à la mort.
 




The garlands wither on your brow;
Les guirlandes se fanent sur votre front ;
Then boast no more your mighty deeds!
Alors ne parlez plus de vos actions puissantes !
Upon Death’s purple altar now
Sur l’autel pourpre de la mort maintenant
    See where the victor-victim bleeds.
Voyez où le vainqueur-victime saigne.
Your heads must come
Vos têtes partiront
 To the cold tomb:
Au glacial tombeau :
  Only the actions of the just
Seules les actions du juste
 Smell sweet and blossom in their dust.
Parfumeront et fleuriront dans leur poussière.

*********************

LE DERNIER DRAMATURGE DE LA GRANDE EPOQUE

par Émile Montégut

Un autre de ses-protégés fut James Shirley, le dernier dramaturge de la grande époque et l’auteur à la mode des divertissements de la cour sous Charles Ier. Shirley avait dédié à Newcastle un de ses meilleurs drames, le Traître, dont le sujet, par parenthèse, est le même que celui du Lorenzaccio, d’Alfred de Musset, et la petite préface par laquelle il lui adressa son drame indique, à ne pas s’y tromper, que la générosité du grand seigneur avait de beaucoup précédé la dédicace. Anthony Wood, cité par M. Edmond Gosse, dans une substantielle préface dont il a l’ait précéder un choix récemment publié des œuvres de Shirley, nous apprend que cette générosité avait été assez loin pour que Shirley, qui était d’ailleurs ardent royaliste, crût devoir s’enrôler dans l’armée de son patron. Il fit donc sous Newcastle les premières campagnes de la guerre civile, et le suivit après Marston-Moor sur le continent, d’où il revint furtivement en Angleterre quelques années après, lorsqu’il fut évident que la cause du roi était définitivement perdue.
Shirley n’était pas le seul poète dramatique que Newcastle eût enrôlé dans son armée. Dans la liste donnée par la duchesse des officiers composant l’état-major de son mari, je relève le nom de son lieutenant général d’artillerie, sir William Davenant, le poète lauréat de l’époque.

Émile Montégut
Curiosités historiques et littéraires
La Duchesse et le Duc de Newcastle
Revue des Deux Mondes
Troisième période, tome 100
1890

**********








 

**************************
JAMES SHIRLEY

EMILY BRONTË (1846) No Coward Soul Is Mine – L’ÂME ARDENTE

LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

*******

 

EMILY BRONTË
30 July 1818 – 19 December 1848
30 Juillet 1818 – 19 décembre 1848

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


******




No Coward Soul Is Mine

L’ÂME ARDENTE

1846

 




No coward soul is mine
Mon âme n’est pas lâche
No trembler in the world’s storm-troubled sphere
Elle ne tremble pas dans ce tumultueux monde troublé
I see Heaven’s glories shine
Je vois scintiller les gloires du Ciel
And Faith shines equal arming me from Fear
Et la Foi brille tout autant en m’apaisant contre la Peur

*

O God within my breast
O Dieu dans ma poitrine
Almighty ever-present Deity
Déité omnipotente, omniprésente
Life, that in me hast rest,
La vie, en moi, s’apaise,
As I Undying Life, have power in Thee
Comme, Immortelle Vie, j’ai force en Toi






*

Vain are the thousand creeds
Vaines sont les mille croyances
That move men’s hearts, unutterably vain,
Qui chamboulent les cœurs des hommes, inutilement vaines,
Worthless as withered weeds
Inutiles comme des mauvaises herbes séches
Or idlest froth amid the boundless main
Ou l’écume fougueux des mers sans bornes

*

To waken doubt in one
Pour immiscer le doute en une âme
Holding so fast by thy infinity,
Collée à son infinité,
So surely anchored on
Aussi sûrement ancrée sur
The steadfast rock of Immortality.
Le ferme rocher de l’Immortalité

*

 





*

With wide-embracing love
Avec cet amour si large,
Thy spirit animates eternal years
Ton esprit anime les éternelles années
Pervades and broods above,
Au sommet, au-dessus, tout en haut,
Changes, sustains, dissolves, creates and rears
Il change, soutient, dissout, il crée, il s’ouvre

*

Though earth and moon were gone
Même si la terre et la lune étaient parties
And suns and universes ceased to be
Et les soleils et les univers avaient cessé d’être
And Thou wert left alone
Et qu’il ne resterait que Toi
Every Existence would exist in thee
Toute existence existerait en toi




There is not room for Death
Il n’y a pas de place pour la Mort
Nor atom that his might could render void
Ni atome que sa puissance pourrait éclater
Since thou art Being and Breath
Puisque tu es Être et Souffle
And what thou art may never be destroyed.
Et que ce que tu es ne peut jamais être détruit.


*******

SUPPLEMENT

LES SOEURS BRONTË
EN 1846
LA CONDUITE DE BRANWELL
LE TERRIBLE HIVER 1846

« 3 mars 1846. J’entrai dans la chambre de Branwell pour lui parler, une heure environ après mon retour : ce fut peine perdue. J’aurais pu m’épargner cet embarras : il ne fit pas attention à moi ; et ne me répondit pas ; il était stupéfié. Mes craintes n’étaient pas vaines. J’apprends que pendant mon absence il s’est procuré un souverain sous prétexte de payer une dette ; il est sorti immédiatement, a fait changer le souverain à la première taverne, et en a fait l’emploi que vous pouvez supposer. *** a conclu son rapport en disant que c’était un être désespéré, ce qui n’est que trop vrai. Dans son état présent, il est presque impossible de rester dans la même chambre que lui. Ce que l’avenir nous réserve, je ne le sais pas. »

« 31 mars 1846. Papa continue d’aller assez bien, sauf les fréquents chagrins que lui cause la misérable conduite de Branwell. Ici il n’y a de changement qu’en pis… »

 






« 19 décembre 1846…… J’espère que vous n’êtes pas complètement gelée ; le froid est ici terrible. Je ne me rappelle pas un tel hiver ; il est digne du pôle. L’Angleterre, dirait-on, a glissé dans la zone arctique ; le ciel semble couvert de glace, la terre est gelée, le vent est pénétrant comme une lame à double tranchant. Nous avons eu, en conséquence de cette température, des rhumes et des toux terribles. La pauvre Anne a souffert cruellement de son asthme ; maintenant elle va beaucoup mieux. Il y a eu deux nuits la semaine dernière où sa toux et sa difficulté de respirer faisaient peine à voir et à entendre, et où elle a dû beaucoup souffrir ; elle supporte cela comme elle supporte toutes les afflictions, sans se plaindre, en se contentant de soupirer de temps à autre, lorsque la douleur est trop vive. Elle a un héroïsme de résignation extraordinaire ; je l’admire, mais je ne saurais l’imiter.

Vous dites que je dois avoir des masses de choses à vous raconter que voulez-vous que je vous raconte ; il ne se passe rien ici, rien qui soit d’une nature agréable à raconter. Un petit incident est venu la semaine dernière nous rappeler à la vie ; mais s’il ne vous donne pas plus de plaisir qu’il ne nous en a donné, vous n’aurez pas à me remercier de vous en avoir fait part. Cet incident était tout simplement l’arrivée d’un officier du shérif qui était venu rendre une visite à B… pour l’inviter à payer ses dettes, ou à faire un tour à York. Nécessairement il a fallu payer ses dettes. Il n’est pas agréable de perdre ainsi de l’argent de temps à autre ; mais à quoi servirait-il d’insister sur ce sujet ? Cela ne le rendra pas meilleur. »

Émile Montégut
critique français (1825 – 1895)
Miss Brontë, sa Vie et ses Œuvres
II. — La Vie littéraire et la Mort de Miss Brontë
Revue des Deux Mondes
2e, tome 10, 1857






********

LES TROIS SOEURS BRONTË
par/by Branwell Brontë
From left to right: Anne, Emily and Charlotte
De gauche à droite : Anne, Emily et Charlotte

*****

Sonnets from the Portuguese II (Elizabeth Barrett Browning) Sonette aus dem Portugiesischen II (RILKE) Sonnets du Portugais II

Rainer Maria Rilke
1875-1926
Rainer Maria Rilke Portrait de Paula Modersohn-Becker 1906

Elizabeth Barrett Browning
1806-1861

 

 

Elizabeth Barrett Browning

*

Sonnets from the Portuguese
1850

II


Rainer Maria Rilke
Sonette aus dem Portugiesischen
1908
II

Traduction Française
Jacky Lavauzelle
Sonnets Portugais
II

 

*

Elizabeth-Barrett-Browning Sonnets from the Portuguese Elizabeth Barrett Browning Sonette aus dem Portugiesischen RILKE

II
Second Sonnet

Elizabeth Barrett Browning Sonnets from the portuguese Rainer Maria Rilke Artgitato Sonnets Portugais II Paul Klee Polyphonie 1932 Kunstmuseumnote 5 Bâle

Paul Klee Polyphonie 1932 Kunstmuseumnote 5 Bâle

**

But only three in all God’s universe
Nur Drei jedoch in Gottes ganzem All
Mais seulement trois, dans tout l’univers de Dieu
Have heard this word thou hast said,—Himself, beside
vernahmen es: Er selbst und du, der sprach,
Entendirent ce mot que tu as dit : Lui seul , à côté
Thee speaking, and me listening! and replied
und ich, die hörte. Und in diesem Fall
Te parlant, et moi écoutant ! et a répondu
One of us . . . that was God, . . . and laid the curse
war Ers, der Antwort gab … um Ungemach
L’un de nous : c’est Dieu,. . . et ainsi jeta la malédiction 

*

So darkly on my eyelids, as to amerce
auf meinen Augenlidern aufzuschichten
si sombre sur mes paupières, à interdire
My sight from seeing thee,—that if I had died,
so viel, daß nicht mit größeren Gewichten
Ma vue de te voir ; que si j’étais mort,
The deathweights, placed there, would have signified
der Tod sie hindern könnte, sich zu dir
les poids de la mort, placés là, auraient signifié
Less absolute exclusion. ‘Nay’ is worse
noch einmal aufzuschlagen. Dieses hier,
l’exclusion absolue. ‘Non’ est pire 

*

From God than from all others, O my friend!
dies Nein vor Gott, mein Freund, ist schwerer als
De Dieu que de tous les autres, ô mon ami !
Men could not part us with their worldly jars,
andere Nein. Wir dürften allenfalls
Les hommes ne pourraient jamais nous séparer ainsi,
Nor the seas change us, nor the tempests bend;
stehn, gegen Menschen, Meer und Sturm uns sträubend,
Ni les mers nous changer, ni les tempêtes nous plier ;

*

Our hands would touch for all the mountain-bars:
und durch Gebirg hin uns halten lernen;
Nos mains toucheraient toutes les montagnes :
And, heaven being rolled between us at the end,
und stürzten Himmel hier herein betäubend:
Et, le ciel étant roulé entre nous et la fin,
We should but vow the faster for the stars.
wir hielten uns noch fester zwischen Sternen.
Nous devrions nous vouer au plus rapide pour les étoiles.

****************

Sonnets from the Portuguese I (Elizabeth Barrett Browning) Sonette aus dem Portugiesischen I (RILKE) Sonnets du Portugais I

Rainer Maria Rilke
1875-1926
Rainer Maria Rilke Portrait de Paula Modersohn-Becker 1906

Elizabeth Barrett Browning
1806-1861

 

 

 

Elizabeth Barrett Browning


*

Sonnets from the Portuguese
1850
I


Rainer Maria Rilke
Sonette aus dem Portugiesischen
1908
I

Traduction Française
Jacky Lavauzelle
Sonnets Portugais
I

 

*

Elizabeth-Barrett-Browning Sonnets from the Portuguese Elizabeth Barrett Browning Sonette aus dem Portugiesischen RILKE

I
Premier Sonnet

*

Elizabeth Barrett Browning Sonnet I Premier sonnet du portugais Amaryllis - William Holman Hunt

Amaryllis – William Holman Hunt

*

I thought once how Theocritus had sung
Und es geschah mir einst, an Theokrit
Une fois, j’ai rêvé que Théocrite chantait
Of the sweet years, the dear and wished-for years,
zu denken, der von jenen süßen Jahren
Les belles années, le désir et l’espoir des années
Who each one in a gracious hand appears
gesungen hat und wie sie gütig waren
Qui chacune dans une gracieuse main apparaissait
To bear a gift for mortals, old or young:
und gebend und geneigt bei jedem Schritt:
Et portait un présent pour les mortels, jeunes ou vieux :  

*

And, as I mused it in his antique tongue,
und wie ich saß, antikischem Gedicht
Et, comme je songeais dans sa langue antique,
I saw, in gradual vision through my tears,
nachsinnend, sah ich durch mein Weinen leise
Je vis, dans une vision de plus en plus nette noyée de larmes,
The sweet, sad years, the melancholy years,
die süßen Jahre, wie sie sich im Kreise
Les douces, les tristes années, les années mélancoliques,
 Those of my own life, who by turns had flung
aufstellten, traurig, diese von Verzicht
Celles de ma propre vie, qui, tour à tour, avaient été oubliées.  

*

A shadow across me. Straightway I was ‘ware,
lichtlosen Jahre: meine Jahre. Da
Une ombre sur moi.  Soudain, je sentis
So weeping, how a mystic Shape did move
stand plötzlich jemand hinter mir und riß
Que se déplaçait une forme mystique
Behind me, and drew me backward by the hair:
aus diesem Weinen mich an meinem Haar.
Derrière moi, qui me tira par les cheveux :

*

And a voice said in mastery, while I strove,–
Und eine Stimme rief, die furchtbar war:
Et une voix majestueuse, alors que je souffrais, dit :
‘Guess now who holds thee ? ‘–‘ Death,’ I said. But, there,
»Rate, wer hält dich so?« – »Der Tod gewiß«.
«Devine maintenant qui te tient ?  « La mort », dis-je. Mais, là,
The silver answer rang,–‘ Not Death, but Love.’
– »Die Liebe« – klang es wieder, sanft und nah.
La réponse argentée claqua : «Pas la mort mais l’amour !» 

********

 

THE CHIMNEY SWEEPER William Blake Traduction et Texte anglais LE RAMONEUR

The Chimney Sweeper William Blake Le Ramoneur par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Experience
The Chimney Sweeper William Blake

poèmes – poems

WILLIAM BLAKE
1757-1827

 

THE CHIMNEY SWEEPER

Le Ramoneur
[1794]

****

A little black thing among the snow,
Une petite chose noire dans la neige,
Crying « ‘weep! ‘weep! » in notes of woe!
Pleure : «Ramoneur ! » Ramoneur! « dans des notes de malheur !
« Where are thy father and mother? Say! »–
« Où sont ton père et ta mère ? Dis ! »
« They are both gone up to the church to pray.
« Ils sont tous les deux montés à l’église pour prier.

« Because I was happy upon the heath,
« Parce que j’étais heureux sur la lande,
  And smiled among the winter’s snow,
 Et que je souriais dans la neige de l’hiver,
 They clothed me in the clothes of death,
Ils m’ont habillé avec les vêtements de la mort,
  And taught me to sing the notes of woe.
 Et m’ont appris à chanter ces notes de malheur.

« And because I am happy and dance and sing,
« Et parce que je suis heureux et que je danse et que je chante,
 They think they have done me no injury,
Ils pensent qu’ils ne m’ont fait aucun mal,
  And are gone to praise God and his priest and king,
 Et sont allés à la louange de Dieu et de son prêtre et de son roi,
 Who make up a heaven of our misery. »
Qui constituent un ciel de notre misère « .

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

1795 The Chimney Sweeper William Blake Le Ramoneur Songs of Experience Artgitato Traduction