Archives par mot-clé : pouchkine

A NATACHA – 1814 – Poème de POUCHKINE – К Наташе

**

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
                                    TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**

A NATACHA 
1814
К Наташе

*

К Наташе

Ilia Répine, Илья́ Ефи́мович Ре́пин, Bouquet d’automne, 1892


Вянет, вянет лето красно;
L’été écarlate se flétrit ;
Улетают ясны дни;
Les beaux jours désormais s’envolent ;
Стелется туман ненастный
Le brouillard se glisse imperceptible
Ночи в дремлющей тени;
Comme une ombre dans le sommeil de la nuit ;
Опустели злачны нивы,
Les champs de maïs s’étendent désolés,
Хладен ручеек игривый;
Le vif ruisseau se glace peu à peu ;
Лес кудрявый поседел;
La forêt bouclée est devenue grise ;
Свод небесный побледнел.
Sous cette voûte du ciel qui pâlit.

*

Свет-Наташа! где ты ныне?
Lumineuse Natacha ! où es-tu maintenant ?
Что никто тебя не зрит?
Quelqu’un t’a-t-il aperçu ?
Иль не хочешь час единый
Ne veux-tu pas pendant une heure seulement
С другом сердца разделить?
Partager ton cœur avec un ami ?
Ни над озером волнистым,
Nous ne nous sommes pas rencontrés au lac,
Ни под кровом лип душистым
Ni sous le couvert des aromatiques tilleuls,
Ранней — позднею порой
Dans cette saison qui s’étire
Не встречаюсь я с тобой.
Je ne t’ai pas encore rencontrée.

*

Скоро, скоро холод зимный
Bientôt l’hiver sera là
Рощу, поле посетит;
Qui habillera les champs ;
Огонек в лачужке дымной
Une lumière dans la cabane enfumée
Скоро ярко заблестит;
Bientôt brillera ;
Не увижу я прелестной
Je ne verrai pas ma tendre
И, как чижик в клетке тесной,
Et, comme une petite fille dans une cage étroite,
Дома буду горевать
Je vais pleurer dans ma maison
И Наташу вспоминать.
Et me souvenir de Natacha.


1814

CURIEUX Poème de POUCHKINE de 1814 – Любопытный

**

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин
1799-1837

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Любопытный
1814
Curieux






*******

Arkhip Kouïndji, Архип Иванович Куинджи, Clair de lune sur le Dniepr,1880




LA POESIE D’ALEXANDRE POUCHKINE – поэзия Александра Пушкина



— Что ж нового? «Ей-богу, ничего».
  – Quoi de neuf ? « Par Dieu, rien. »
— Эй, не хитри: ты верно что-то знаешь.
  « Hé, quoi ! tu sais que quelque chose ! »
Не стыдно ли, от друга своего,
  N’est-ce pas dommage mon ami ?
  Как от врага, ты вечно все скрываешь.
Comme un ennemi, tu me caches toujours tout.
Иль ты сердит: помилуй, брат, за что?
  Ou alors tu es en colère : aie pitié, mon frère, pourquoi ?
Не будь упрям: скажи ты мне хоть слово…
  Ne sois pas si têtu : dis-moi au moins un mot …
«Ох! отвяжись, я знаю только то,
  “Oh! sors, je sais seulement
  Что ты дурак, да это уж не ново».
Que tu es un imbécile, mais ce n’est pas nouveau. « 

*********

1814



LA VIE ET LES LARMES ET L’AMOUR – Poème de POUCKINE – Я помню чудное мгновенье – 1825

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

POUCHKINE – Poème de 1825

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**********

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович

Portrait d’Anna Sarkisova-Burnazyan
Портрет Анны Саркисовой-Бурназян. И. К. Айвазовский, 1882

*******


К ***


Я помню чудное мгновенье:
Je me souviens de ce moment merveilleux :
Передо мной явилась ты,
Tu étais devant moi
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Génie de pure beauté.

В томленьях грусти безнадежной
Dans un profond désespoir
В тревогах шумной суеты,
Plongé dans une bruyante agitation,
Звучал мне долго голос нежный
J’ai entendu ta voix douce
И снились милые черты.
Et rêvé la finesse de ton visage.

Шли годы. Бурь порыв мятежный
Les années passèrent. La tempête
Рассеял прежние мечты,
Balaya mes anciens rêves,
И я забыл твой голос нежный,
Et j’oubliai la douceur de ta voix,
Твои небесные черты.
La finesse de tes traits.

В глуши, во мраке заточенья
Dans le désert, claustré,
Тянулись тихо дни мои
Mes jours étaient calmes
Без божества, без вдохновенья,
Sans divinité, sans inspiration,
Без слез, без жизни, без любви.
Sans larmes, sans vie, sans amour.

Душе настало пробужденье:
Sonna l’heure du réveil :
И вот опять явилась ты,
Et enfin te revoilà,
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Comme un génie de pure beauté.

И сердце бьется в упоенье,
Et mon cœur battit d’extase,
И для него воскресли вновь
De voir ressuscités
И божество, и вдохновенье,
Et la divinité et l’inspiration
И жизнь, и слезы, и любовь.
Et la vie et les larmes et l’amour.


**********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10.gif.

Astre triste, astre du soir! -Poème de POUCHKINE – 1820

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Редеет облаков летучая гряда.
En file, les nuages s’évadent vers les sommets.
Звезда печальная, вечерняя звезда!
Astre triste, astre du soir !
Твой луч осеребрил увядшие равнины,
Ton rayon argente les plaines épuisées,
И дремлющий залив, и чёрных скал вершины.
La baie en sommeil et les durs rochers noirs.
Люблю твой слабый свет в небесной вышине;
J’aime cette frêle lumière dans les célestes hauteurs ;
Он думы разбудил, уснувшие во мне:
Qui réveille en moi des pensées délaissées :
Я помню твой восход, знакомое светило,
Je me souviens de ton apparition, astre familier,
Над мирною страной, где всё для сердца мило,
Sur ce doux pays, où tout est beau à mon cœur,
Где стройны тополы в долинах вознеслись,
Où les vallées s’étendent que les peupliers façonnent,
Где дремлет нежный мирт и тёмный кипарис,
Où le suave myrte et le sombre cyprès ensemble somnolent,
И сладостно шумят полуденные волны.
Et les longues ondulations de midi bourdonnent.
Там некогда в горах, сердечной думы полный,
Le temps n’existant plus, plein de songes bienveillants,
Над морем я влачил задумчивую лень,
Au-dessus de la mer, j’ai traîné ma paresseuse pensée,
Когда на хижины сходила ночи тень —
Quand la nuit passe son ombre sur nos abris –
И дева юная во мгле тебя искала
Et la jeune fille dans l’obscurité te cherchait
И именем своим подругам называла.
Et chuchotait ton nom à ses plus chères amies.

1820

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович
Неаполитанский залив

POUCHKINE – Poème de 1820

CHANT DE MORT – POUCHKINE POEMES- LES CHANSONS DES SLAVES DE L’OUEST – ПЕСНИ ЗАПАДНЫХ СЛАВЯН

POUCHKINE POEMES
1935

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1835
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


1835
LES CHANSONS DES SLAVES DE L’OUEST
****
CHANT DE MORT
****

  ПЕСНИ ЗАПАДНЫХ СЛАВЯН
****
Похоронная песня Иакинфа Маглановича
*****

***

Похоронная песня Иакинфа Маглановича
Chant de mort d’Hyacinthe Maglanovitch

**

Hyacinthe Maglanovitch
Joueur de Guzla – Instrument de musique d’Illyrie

La Guzla était utilisée pendant les funérailles
(Cf. texte de Mérimée)
Narrateur
présumé de La Guzla

Canular littéraire de Prosper Mérimée – 1827

*********

С Богом, в дальнюю дорогу!
Que Dieu t’accompagne dans ce voyage !
А Путь найдешь ты, слава Богу.
Et que tu trouves ta voie, par la grâce de Dieu.
Светит месяц; ночь ясна;
Va, la lune est claire et brillante,
Чарка выпита до дна.
Et tu as bu ta coupe jusqu’à la lie.

*

Пуля легче лихорадки;
La balle est plus franche que la fièvre ;
Волен умер ты, как жил.
Tu es libre dans la mort comme tu l’étais dans ta vie
Враг твой мчался без оглядки;
Ton ennemi s’est enfui lamentablement,
Но твой сын его убил.
Ton fils l’a abattu équitablement.

*

Вспоминай нас за могилой,
Rappelle-toi de nous dans ta tombe,
Коль сойдетесь как-нибудь;
Si tu rencontres dans l’au-delà
От меня отцу, брат милый,
Mon père ou mon frère
Поклониться не забудь!
N’oublie pas de les saluer pour moi !

*

 

 

*

Ты скажи ему, что рана
Dis-leur que ma plaie
У меня уж зажила;
Désormais s’est apaisée ;
Я здоров, — и сына Яна
Je suis en bonne santé – Et mon fils Jean
Мне хозяйка родила.
M’a été donné par ma femme.

*

Деду в честь он назвав Яном;
Il porte le même prénom que son grand-père ;
Умный мальчик у меня;
Qu’il est éveillé dans notre maison !
Уж владеет атаганом
Il possède déjà son yatagan
И стреляет из ружья.
Et sait tirer avec une arme.

*

Дочь моя живет в Лизгоре;
Ma fille,elle, vit à Lizgor
С мужем ей не скучно там.
Avec son mari et ne s’ennuie pas.
Тварк ушел давно уж в море;
Tvark a disparu en pleine mer ;
Жив иль нет, — узнаешь сам.
Vivant ou mort ? Je te le dirai.

 

*

 

*

С Богом, в дальнюю дорогу!
Que Dieu t’accompagne dans ce voyage !
А Путь найдешь ты, слава Богу.
Et que tu trouves ta voie, par la grâce de Dieu.
Светит месяц; ночь ясна;
Va, la lune est claire et brillante,
Чарка выпита до дна.
Et tu as bu ta coupe jusqu’à la lie.

 Библиотеке для чтения
1835 г. – кн. 15
Publié dans la Bibliothèque pour la lecture 
1835 – volume 15

**********

Вурдалак
LE MORT-VIVANT

ALEXANDRE POUCHKINE
1835  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************

POUCHKINE POEMES
А.С. Пушкин

LES TROIS SOURCES d’ALEXANDRE POUCHKINE POEME 1827 -В степи мирской

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


В степи мирской 
1827

****


LES TROIS SOURCES
****

 

В степи мирской, печальной и безбрежной,
Dans les steppes de ce monde banal, triste et sans bornes,
Таинственно пробились три ключа:
Mystérieusement trois sources ont apparu :
Ключ юности, ключ быстрый и мятежный,
La source de la jeunesse offre des eaux rapides et rebelles,
Кипит, бежит, сверкая и журча.
Dans un courant pétillant et vigoureux.
Кастальский ключ волною вдохновенья
La source de la maturité offre des vagues d’inspiration
В степи мирской изгнанников поит.
Sacrées au cœur des steppes de ce monde.
Последний ключ — холодный ключ забвенья,
La dernière source offre une nappe froide de l’oubli,
Он слаще всех жар сердца утолит.
Qui étanche à jamais doucement les fusions du cœur.

18 июня 1827 г., Петербург
18 mai 1827 – Saint-Pétersbourg

*

 

 **********

POUCHKINE
 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

A MES AMIS
1827
Пушкин

A MES AMIS -POUCHKINE POEME de 1828 – Друзьям

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1828
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1828
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Друзьям 
1828

****


A MES AMIS
****

 

 Le tsar de Russie Nicolas Ier à Peterhof
Николай Павлович Романов
********
Нет, я не льстец, когда царю
Non, je ne suis pas du tsar un adulateur
Хвалу свободную слагаю:
Quand je le loue librement,
Я смело чувства выражаю,
Libre d’exprimer mes sentiments,
Языком сердца говорю.
Je parle avec la langue du cœur.

*

Его я просто полюбил:
J’ai tout simplement aimé
Он бодро, честно правит нами;
Qu’il gouverne avec fidélité et énergie,
Россию вдруг он оживил
Galvanisant soudain la Russie
Войной, надеждами, трудами.
Par la guerre, l’espoir et l’activité.

*

О нет, хоть юность в нем кипит,
Ô non, même si la jeunesse est là, son esprit
Но не жесток в нем дух державный:
De cruauté, n’est pas épris ;
Тому, кого карает явно,
D’ailleurs il réprime publiquement
Он втайне милости творит.
Mais gracie secrètement.

*

Текла в изгнаньe жизнь моя,
Dans mon exil, ma vie s’écoulait,
Влачил я с милыми разлуку,
De vous, j’étais alors séparé,
Но он мне царственную руку
Mais, j’ai reçu la main souveraine
Простер — и с вами снова я.
Que je me retrouve avec ceux que j’aime.

*

Во мне почтил он вдохновенье,
Mon inspiration est aussi respectée
Освободил он мысль мою,
Et libérées se retrouvent mes pensées
И я ль, в сердечном умиленье,
Et que mon émotion, on voudrait
Ему хвалы не воспою?
Qu’à cette heure, je ne puisse la louer ?

*

 

Я льстец! Нет, братья, льстец лукав:
Moi courtisan ! Non, mes frères, un courtisan
Он горе на царя накличет,
Ebranle la montagne en fourbe avec passion,
Он из его державных прав
Abuse et intrigue auprès des puissants
Одну лишь милость ограничит.
Sans limite ni compassion.

*

Он скажет: презирай народ,
Il pense que le peuple doit être méprisé,
Глуши природы голос нежный,
La nature sauvage s’exprime par sa pensée.
Он скажет: просвещенья плод —
Il pense que de l’éducation
Разврат и некий дух мятежный!
Viennent la débauche et la rébellion.

*

Беда стране, где раб и льстец
Pour un pays quand l’esclave ou l’adulateur
Одни приближены к престолу,
Seuls sont proches du trône, là est le malheur.
А небом избранный певец
Mais qu’au contraire l’élu des cieux
Молчит, потупя очи долу.
Garde les yeux baissés silencieux .

*

 

 **********

POUCHKINE
 1828  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

A MES AMIS
Друзьям
1828
Пушкин 

DÉMONS- Poème de Pouchkine (1830) Бесы

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1830
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1830
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Бесы 
1830

****


DÉMONS
****

 

Мчатся тучи, вьются тучи;
Les nuages se précipitent, les nuages planent ;
Невидимкою луна
Sous l’invisible lune
Освещает снег летучий;
La neige couvre son vol ;
Мутно небо, ночь мутна.
Se noircit le ciel, se noircit la nuit.
Еду, еду в чистом поле;
Mon traîneau avance dans le vent ;
Колокольчик дин-дин-дин…
Les grelots entonnent des din-din-din …
Страшно, страшно поневоле
Qui terribles, terribles retentissent
Средь неведомых равнин!
Au milieu des plaines inconnues !

*

« Эй, пошел, ямщик!.. » – « Нет мочи:
« Hé, va, cocher..! » – « Impossible :
Коням, барин, тяжело;
Les chevaux, monsieur, sont épuisés ;
Вьюга мне слипает очи;
Le blizzard m’aveugle ;
Все дороги занесло;
Toutes les routes ont disparu ;
Хоть убей, следа не видно;
Nous avons perdu la piste ;
Сбились мы. Что делать нам!
Nous sommes perdu ! Que pouvons-nous faire !
В поле бес нас водит, видно,
Le démon nous conduit, il est clair
Да кружит по сторонам.
Que nous tournons en rond.

*

Посмотри: вон, вон играет,
Regarde : il est là-bas qui joue,
Дует, плюет на меня;
Qui maintenant me crache dessus ;
Вон – теперь в овраг толкает
Regarde – il nous attire près du ravin
Одичалого коня;
Pour y plonger nos chevaux ;
Там верстою небывалой
Regarde, le vois-tu
  Он торчал передо мной;
Droit devant moi ;
Там сверкнул он искрой малой
Il illumine comme une étincelle
И пропал во тьме пустой ».
Qui disparaît dans l’obscurité du vide « .

*

Мчатся тучи, вьются тучи;
Les nuages se précipitent, les nuages planent ;
Невидимкою луна
Sous l’invisible lune
Освещает снег летучий;
La neige couvre son vol ;
Мутно небо, ночь мутна.
Se noircit le ciel, se noircit la nuit.
Сил нам нет кружиться доле;
Mon traîneau s’arrête net ;
Колокольчик вдруг умолк;
Les grelots sont devenus muets ;
Кони стали… « Что там в поле? » –
Tout se pose… « Qu’est-ce donc ? » –
«  « Кто их знает? пень иль волк? »
« Qui sait ? Un tronc d’arbre ou une bête ? »

*

Вьюга злится, вьюга плачет;
Déferle le blizzard , déferle la tempête ;
Кони чуткие храпят;
Ronflement de nos montures ;
Вот уж он далече скачет;
Le démon galope au loin ;
Лишь глаза во мгле горят;
Seuls ses yeux dans l’obscurité apparaissent ;
Кони снова понеслися;
Les chevaux reprennent leur course ;
Колокольчик дин-дин-дин…
Les grelots entonnent à nouveau les din-din-din …
Вижу: духи собралися
Vois donc : les esprits là-bas se sont réunis
Средь белеющих равнин.
Au milieu des plaines blanchies.

*

 

Бесконечны, безобразны,
De nombreux démons, laids et terrifiants,
В мутной месяца игре
Flottant, éructant…
Закружились бесы разны,
Une ronde de démons tourbillonnants,
Будто листья в ноябре…
Comme les feuilles de novembre …
Сколько их! куда их гонят?
Comme ils sont nombreux ! D’où viennent-ils ?
Что так жалобно поют?
Pourquoi leurs chants sont-ils si plaintifs ?
Домового ли хоронят,
Enterrent-ils un farfadet ?
 Ведьму ль замуж выдают?
Est-ce le mariage d’une sorcière ?

*

Мчатся тучи, вьются тучи;
Les nuages se précipitent, les nuages planent ;
Невидимкою луна
Sous l’invisible lune
Освещает снег летучий;
La neige couvre son vol ;
Мутно небо, ночь мутна.
Se noircit le ciel, se noircit la nuit.
Мчатся бесы рой за роем
Une foule de démons s’est rassemblée
В беспредельной вышине,
Dans les hauteurs infinies,
Визгом жалобным и воем
Cette plainte qui hurle à travers la plaine
Надрывая сердце мне…
Déchire mon coeur …

 

 **********

POUCHKINE
 1830  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

DÉMONS
1830
Пушкин 

LA LETTRE BRÛLEE D’ALEXANDRE POUCHKINE (1825) СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1825
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1825
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО 
1825

****


LA LETTRE BRÛLEE
****

 

Прощай, письмо любви! прощай: она велела.
Adieu, lettre d’amour ! adieu : elle le veut ainsi.
Как долго медлил я! как долго не хотела
J’ai tant attendu ! tout ce temps, ma main
Рука предать огню все радости мои!..
Refusait de mettre au feu toute ma joie !…
Но полно, час настал. Гори, письмо любви.
Mais assez ! L’heure est arrivée. Brûle désormais, lettre d’amour.
Готов я; ничему душа моя не внемлет.
Je suis prêt ; mon âme restera sourde.
Уж пламя жадное листы твои приемлет…
Déjà les flammes avides lèchent le papier…
Минуту!.. вспыхнули! пылают — легкий дым
Minute !…elles exultent ! Illuminent – une fumée
Виясь, теряется с молением моим.
S’exhausse, emporte mes suppliques.
Уж перстня верного утратя впечатленье,
L’impression de son fidèle sceau s’évanouit,
Растопленный сургуч кипит… О провиденье!
La cire du secret s’étale et fond… Ô providence !
Свершилось! Темные свернулися листы;
C’est fini ! La page s’assombrit et gondole ;
На легком пепле их заветные черты
Sur la lumineuse cendre, les tendres mots
Белеют… Грудь моя стеснилась. Пепел милый,
Résistent…Ma poitrine suffoque. Cendre chérie,
Отрада бедная в судьбе моей унылой,
Pauvre joie dans ma sombre destinée,
Останься век со мной на горестной груди…
Reste pour toujours avec moi sur ma triste poitrine…

 

 **********

POUCHKINE
СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО
 1825  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

 LA LETTRE BRÛLEE
1825
Пушкин 

PRESAGES Poème d’Alexandre POUCHKINE (1829) Приметы

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1829
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Приметы
1829

****


PRESAGES
****

 

Я ехал к вам: живые сны
Je suis allé à vous : des rêves vifs
 
За мной вились толпой игривой,
Espiègles, m’envahissaient,
И месяц с правой стороны
Et la lune sur ma droite
Сопровождал мой бег ретивый.
Accompagnait ma course débridée.

*

Я ехал прочь: иные сны…
Je suis allé loin : d’autres rêves …
Душе влюбленной грустно было,
Mon âme amoureuse s’affligeait,
И месяц с левой стороны
Et la lune sur la gauche
Сопровождал меня уныло.
Tristement m’accompagnait.

*

Мечтанью вечному в тиши
Silencieusement, dans des rêves éternels
  Так предаемся мы, поэты;
S’abandonnent les poètes ;
Так суеверные приметы
Aux superstitieux présages
 Согласны с чувствами души.
Ils accordent les sentiments de l’âme.

 

 **********

POUCHKINE
 1829  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

 PRESAGES
1829
Пушкин