Archives par mot-clé : 1921

Италия Иван Вазов SONNET (сонет) BULGARE D’IVAN VAZOV : Italie

България – Български – Bulgarie
Ivan Vazov
Иван Вазов

Traduction – Texte Bilingue
Превод – показване на два текста


LITTERATURE BULGARE
POESIE BULGARE

българската поезия
българска литература

IvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazov

Иван Вазов
IVAN VAZOV
1850-1921

български поет
Poète Bulgare

Италия

ITALIE

сонет

 

В земята на сонетите сме ние:
Dans le pays des sonnets nous sommes :
сонети, музо, нека правим днес.
sonnets, Muse, laisse-nous faire maintenant.
Хармоний чудни леят се из тие 
Une harmonie merveilleuse résonne
поля, лазурен свод и миртов лес. 
de la voûte azurée, de la forêt et des champs.

*

Италио, във твоя прах се крие
Italie dans les grains de chaque poussière
безсмъртен ек от стара римска чест,
l’écho de l’antique et immortelle Rome
в гьрдите твои сърце младо бие, 
un battement toujours jeune dans ton cœur 
кат на девица при любовна вест. 
celui d’une vierge pleine d‘amour.

*

В теб всичко трьпце, дища и пленява: 
Tout évoque, palpite et trésaille en toi :
прахът мълви, морето синьо пей,
la poussière et les ruines, le bleu de la mer qui chante,
небето дъха страст, Везувий — лава.
le ciel et sa passion, le souffle du Vésuve -sa lave.

*

Италио, цъфти и хубавей
Italie, fleurs et beautés
със твойте мирти, Лаури и песни,
avec tes myrtes, tes Laures* et tes chansons
изкуства, гробове, вълни небесни!
tes désirs et tes célestes vagues  !

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

Ivan Vazov
Димчо Дебелянов

Tes Laures : Cf. Canzoniere Petrarca – Le Chansonnier de Pétrarque

 

IvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazovIvanVazov

Biała magia -Krzysztof Kamil Baczyński – Poème Polonais – Magie Blanche (1942)

Krzysztof Kamil Baczyński
Dzieło Krzysztof Kamil Baczyński
Œuvre de Krzysztof Baczyński
Work of Krzysztof Kamil Baczyński

Traduction – Texte Bilingue

Poésie Polonaise – Polish poetry
poezja polska

 

 

KRZYSZ~1KRZYSZ~1KRZYSZ~1

 

 

LITTERATURE POLONAISE

literatura polska

Krzysztof Kamil Baczyński
1921-1944

Traduction Jacky Lavauzelle

 


Biała magia

1942

MAGIE BLANCHE

Stojąc przed lustrem ciszy
Debout devant un miroir de silence
Barbara z rękami u włosów
Barbara les mains dans les cheveux
nalewa w szeklane ciało
verse dans son corps cristallin
srebrne kropelki głosu.
sa voix gouttelette d’argent.

*

I wtedy jak dzban – światłem
Et puis de lumière elle s’habille
 zapełnia się i szkląca
illuminée et cristalline
przejmuje w siebie gwiazdy
une étoile elle devient
i biały pył miesiąca.
une poussière blanche détachée de la lune.

*

Przez ciała drżący pryzmat
À travers le prisme du corps
w muzyce białych iskier
dans une musique de blanches étincelles
łasice się prześlizną
les belettes se cachent
jak snu puszyste Liski.
comme dans un doux rêve moelleux.

*

Oszronią sią w nim niedźwiedzie,
Un gel d’
ours,
jasne od gwiazd polarnych,
sous une lumière polaire d’étoiles,
i myszy się strumień przewiedzie
Les souris sur le ruisseau qui naviguent
płynąc lawiną gwarną.
Une avalanche se prépare.

*

Aż napełniona mlecznie,
Elle se remplit de lait,
 w sen się powoli zapadnie,
Elle sommeille lentement puis s’effondre,
a czas melodyjnie osiądzie
le temps s’installe mélodieusement
kaskadą blasku na dnie.
illuminant le bas de la cascade.

*

Więc ma Barbara srebrne
Ainsi Barbara d’argent
ciało. W nim pręży się miękko
a ce corps. Où, s’y love doucement
biała łasica milczenia
La silencieuse belette blanche
pod niewidzialną reką.
Dans une invisible main.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

скифы блок текст – Александр Блок – Les Scythes – Poème d’Alexandre BLOK 1918

ARTGITATO
BLOK poems
скифы блок текст
Скифы Александр блок стихи

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

Alexandre Blok
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

 

BLOK- Блок
1880-1921

 


скифы
стихотворение
Les Scythes
poème

 29 и 30 января 1918
29 & 30 janvier 1918

Мильоны – вас. Нас – тьмы, и тьмы, и тьмы.
Des millions : vous êtes. Nous nous sommes les ténèbres, les ténèbres, et encore les ténèbres !
Попробуйте, сразитесь с нами!
Essayez et vous verrez !
Да, скифы – мы! Да, азиаты – мы,
Oui, les Scythes nous sommes ! Oui, nous sommes les Asiatiques !
С раскосыми и жадными очами!
Avec les yeux bridés et inassouvis !

*

Для вас – века, для нас – единый час.
Pour vous : les siècles, pour nous : une heure seulement.
Мы, как послушные холопы,
Nous, comme des esclaves obéissants,
Держали щит меж двух враждебных рас
Ayant tenu un bouclier entre deux races hostiles
 Монголов и Европы!
Celles des Mongols et l’Europe !

*

Века, века ваш старый горн ковал
A travers les âges, tous les âges, de votre antique forge
 И заглушал грома, лавины,
Plus sonore que le tonnerre de l’avalanche,
И дикой сказкой был для вас провал
Ce fut un sauvage conte que les chutes
И Лиссабона, и Мессины!
De Lisbonne et de Messine!

*

Вы сотни лет глядели на Восток
Vous avez regardé des centaines d’années vers l’Est
  Копя и плавя наши перлы,
Emmagasinant et de fondant nos bijoux,
И вы, глумясь, считали только срок,
Et vous, moqueur, comptiez les jours,
Когда наставить пушек жерла!
Pour nos gaver par vos canons!

*

Вот – срок настал. Крылами бьет беда,
Maintenant le terme est venu. La mauvaise fortune bat ses ailes
И каждый день обиды множит,
Et chaque jour, nos rancunes s’accroissent,
И день придет – не будет и следа
Et un jour viendra il n’y aura même plus de trace
  От ваших Пестумов, быть может!
De vos temples grecs [Paestum], peut-être!

*

О, старый мир! Пока ты не погиб,
Ô vieux monde ! Jusqu’à ce que tu meures,
Пока томишься мукой сладкой,
Alors que tu languis encore,
Остановись, премудрый, как Эдип,
Arrête-toi, sage, comme Œdipe,
Пред Сфинксом с древнею загадкой!
Devant l’ancienne énigme du Sphinx !

*

Россия – Сфинкс. Ликуя и скорбя,
La Russie : le Sphinx. Joyeuse et endeuillée,
И обливаясь черной кровью,
Et baignée dans le sang noir,
Она глядит, глядит, глядит в тебя
Elle regarde, regarde, te regarde
И с ненавистью, и с любовью!…
Et avec de la haine et avec de l’amour !

*

Да, так любить, как любит наша кровь,
Oui, elle aime comme notre sang peut aimer,
Никто из вас давно не любит!
Comme aucun d’entre vous n’a aimé !
Забыли вы, что в мире есть любовь,
Vous avez oublié que l’amour est dans le monde,
Которая и жжет, и губит!
Avec ses brûlures, et ses destructions !

*

Мы любим все – и жар холодных числ,
Nous aimons tout la chaleur des nombres froids,
И дар божественных видений,
Le don de visions divines,
Нам внятно всё – и острый галльский смысл,
Nous comprenons clairement tout – le fort sens gaulois
И сумрачный германский гений…
Et le sombre génie allemand

*

Мы помним всё – парижских улиц ад,
Nous nous souvenons de tout : l’enfer des rues parisiennes,
И венецьянские прохлады,
Et la fraîcheur de Venise
Лимонных рощ далекий аромат,
Les arômes lointains des citronniers
И Кельна дымные громады…
Et les tours enfumées de Cologne ...

*

Мы любим плоть – и вкус ее, и цвет,
Nous aimons la chair et son goût et sa couleur,
И душный, смертный плоти запах…
l’odeur de la chair mortelle et étouffante
Виновны ль мы, коль хрустнет ваш скелет
Est-ce notre faute si votre squelette craque
В тяжелых, нежных наших лапах?
Sous nos lourdes et délicates pattes ?

*

Привыкли мы, хватая под уздцы
Lorsque nous tirons sur nos rênes
  Играющих коней ретивых,
chevaux fougueux, nous jouons
Ломать коням тяжелые крестцы,
à les briser d’un coup de croupe,
И усмирять рабынь строптивых…
Et domptons les tenaces filles désobéissantes

*

Придите к нам! От ужасов войны
Venez à nous ! Des horreurs de la guerre
Придите в мирные обьятья!
Rejoignez notre paisible étreinte !
Пока не поздно – старый меч в ножны,
Il n’est pas trop tard : rengainez votre vieille épée,
Товарищи! Мы станем – братья!
Camarades ! Nous serons frères !

*

А если нет – нам нечего терять,
Et sinon : nous avons rien à perdre,
И нам доступно вероломство!
Car nous aussi pouvons trahir !
Века, века вас будет проклинать
Durant des siècles et des siècles, vous serez maudits
Больное позднее потомство!
Ainsi que vos progénitures :  malades elles aussi !

*

Мы широко по дебрям и лесам
Nous serons dans les bois et les fourrés
 Перед Европою пригожей
Face à la belle Europe
Расступимся! Мы обернемся к вам
Essaimez ! Nous nous tournerons vers vous
Своею азиатской рожей!
Avec nos muselières asiatiques !

*

Идите все, идите на Урал!
Venez tous, venez à l’Oural !
Мы очищаем место бою
Nous dégagerons un champ de bataille
Стальных машин, где дышит интеграл,
Machines d’acier à la respiration froide,
С монгольской дикою ордою!
Horde sauvage des Mongols !

*

Но сами мы – отныне вам не щит,
Mais nous, nous maintenant, nous ne serons plus votre bouclier,
Отныне в бой не вступим сами,
Maintenant, nous entrons dans la bataille,
Мы поглядим, как смертный бой кипит,
Nous verrons la rage des mortelles batailles
Своими узкими глазами.
Avec nos yeux étroits.

*

Не сдвинемся, когда свирепый гунн
Mais nous ne nous lèverons pas quand un féroce Hun
  В карманах трупов будет шарить,
Dépouillera les poches des cadavres,
Жечь города, и в церковь гнать табун,
Brûlera la ville et conduira le bétail dans vos églises,
И мясо белых братьев жарить!…
Et fera frire la viande des frères blancs !

*

В последний раз – опомнись, старый мир!
Une dernière fois  reprenez la raison, vieux monde !
На братский пир труда и мира,
A la fête fraternelle du travail et de la paix,
В последний раз на светлый братский пир
Une dernière fois à la lumineuse fête fraternelle
Сзывает варварская лира!
Ma lyre barbare t’appelle !

***********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

скифы Александр Блок  1918
Les Scythes Alexandre Blok 1918

По берегу Александр Блок – SUR LA RIVE – Poème d’Alexandre BLOK

ARTGITATO
BLOK poems
По берегу Александр блок стихи

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

Alexandre Blok
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

 

BLOK- Блок
1880-1921

 


По берегу
стихотворение
SUR LA RIVE
poème

28 декабря 1903
28 décembre 1903


По берегу плелся больной человек.

Sur le rivage, se traînait une personne malade.
С ним рядом ползла вереница телег.
A côté de lui rampait une file de chariots.

*

В дымящийся город везли балаган,
La ville se rapprochait fumante,
Красивых цыганок и пьяных цыган.
Belles Tsiganes et Gitans ivres.

*

И сыпали шутки, визжали с телег.
Et des blagues étouffées, des cris s’entendaient des chariots.
И рядом тащился с кульком человек.
Et un homme à côté claudiquait avec son sac .

*

Стонал и просил подвезти до села
Il gémissait et suppliait pour qu’on le porte au village
Цыганочка смуглую руку дала.
La main brune une gitane lui a tendu.

*

И он подбежал, ковыляя как мог,
Il a couru, trébuchant comme il pouvait,
И бросил в телегу тяжелый кулек.
Et jeta dans le chariot son lourd sac.

*

И сам надорвался, и пена у губ.
Mais il défaillait la bouche écumante.
Цыганка в телегу взяла его труп.
La gitane dans son chariot a tiré son cadavre.

*

С собой усадила в телегу рядком,
Elle le positionna à ses côtés avec son sac,
И мертвый качался и падал ничком.
Mais il tangua et tomba face contre terre.

*

И с песней свободы везла до сеча.
Elle chantait la liberté, le village se rapprochait.
И мертвого мужа жене отдала.
Et à la femme de cet homme, son cadavre lui fut rendu.

***********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

По берегу Александр Блок  1903
Sur la Rive Alexandre Blok 1903

Девушка пела в церковном хоре Poème de BLOK Elle chante dans le chœur de l’Eglise

ARTGITATO
BLOK poems
александр блок стихи
Девушка пела в церковном хоре Александр Блок

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

Alexandre Blok
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

 

Elle chante dans le chœur de l'Eglise BLOK Alexander Blok Traduction Poème Artgitato

BLOK- Блок
1880-1921

 


Девушка пела в церковном хоре
стихотворение
Elle chante dans le chœur de l’Eglise
[Poème]
августа 1905
août 1905

*

Девушка пела в церковном хоре
Elle chante dans la chœur de l’église
О всех усталых в чужом краю,
Sur tous ceux qui sont fatigués dans les pays étrangers,
О всех кораблях, ушедших в море,
Sur tous les navires sortis en mer,
О всех, забывших радость свою.
Sur tous les humains ayant oublié leur joie.

*

Так пел ее голос, летящий в купол,
Ainsi chantait sa voix, frappant le dôme,
И луч сиял на белом плече,
Et un rayon illuminait son épaule blanche
И каждый из мрака смотрел и слушал,
Et des ténèbres, on regardait et on écoutait,
Как белое платье пело в луче.
la robe blanche chanter et rayonner.

*

И всем казалось, что радость будет,
Et il semblait que la joie demeurerait,
Что в тихой заводи все корабли,
Où accosteraient sur une plage sereine tous les navires,
Что на чужбине усталые люди
Où le peuple exténué de l’étranger
Светлую жизнь себе обрели.
Se retrouverait pour une vie lumineuse.

*

И голос был сладок, и луч был тонок,
Et la voix était douce, et la lumière était dense,
И только высоко, у Царских Врат,
Et seulement très haut, à la porte royale,
Причастный Тайнам,— плакал ребенок
Des désolations mystérieuses un bébé pleure
О том, что никто не придет назад.
car personne ne reviendra.

 

***********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

Девушка пела в церковном хоре Александр Блок 1905
 Elle chante dans le chœur de l’Eglise  Alexandre Blok 1905

александр блок стихи – В море -Poème de Blok – En Mer

ARTGITATO
BLOK poems
александр блок стихи
В море Александр Блок

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

Alexandre Blok
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

 

B MOPE EN MER BLOK Alexander Blok Traduction Poème Artgitato

BLOK- Блок
1880-1921

 


В море
стихотворение
En Mer
[Poème]
12 августа 1898
12 août 1898

*

В море одна лишь  волна — быстротечная.
En mer, une ondulation simple  éphémère.
В небе одна лишь звезда — бесконечная.
Dans le ciel, une étoile seule infinie.
В мире одна  лишь душа — вечная.
Dans le monde, une âme seule éternelle.

***********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

В море Александр Блок 1898
En mer Alexandre Blok 1898

WHY DOES MY HEART BEAT SO Yeats Texte & Traduction POURQUOI MON COEUR BAT-IL AINSI ?

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
The Dreaming of the Bones [1921]

WY DOES MY HEART BEAT SO ?
Pourquoi mon cœur bât-il ainsi ?

Why does my heart beat so Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Pourquoi mon coeur bat-il ainsi

 

————————–

Why does my heart beat so ?
Pourquoi mon cœur bât-il ainsi ?
Did not a shadow pass ?
N’est-ce pas une ombre qui passe ?
It passed by a moment ago.
Elle est passée il y a déjà un moment.
Who can have trod in the grass  ?
Qui peut avoir rampé dans l’herbe?
What rogue is night-wandering ?
Quel vagabond dans la nuit s’en va errant ?
Have not old writers said
Les vieux écrivains ne disaient-ils pas
That Dizzy dreams can spring
Que des rêves troublants peuvent se lever
From the dry bones of the dead ?
Des os desséchés des morts ?
And many a night it seems
Et plus d’une nuit il  semble,
That all the valley fills
Que toute la vallée se remplit
With those fantastic dreams.
De rêves fantastiques
They overflow the hills,
Qui débordent les collines,
So passionate is a shade,
Aussi passionné que ne l’est un ombrage,
 Like wine that fills, to the top
Comme le vin qui remplit jusqu’au bord
A grey-green cup of jade,
Une coupe de jade gris-vert,
Or maybe an agate cup.
Ou peut-être une coupe d’agate.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************
Why does my heart beat so Yeats

Le Brave soldat Chvéïk Chapitre I Traduction Française Jaroslav Hašek Dobrý voják Švejk

LITTERATURE TCHEQUE
Česká literatura

Jaroslav Hašek
1883-1923

Dobrý voják Švejk
Le Brave Soldat Chvéïk
1921-1923

Jaroslav Hašek Dobrý voják Švejk Le Brave Soldat Chvéïk Chapitre 1Traduction Artgitato

Osudy dobrého vojáka
Švejka za světové války
Jaroslava Haška

 

1. kapitola
Chapitre 1
Zasáhnutí dobrého vojáka ŠŠvejka do světové války
Intervention du Brave Soldat Chvéïk dans la Grande Guerre

„ »Tak nám zabili Ferdinanda, »“ řekla posluhovaèka panu ŠŠvejkovi, který opustiv před léty vojenskou služžbu, kdyžž byl definitivně prohlᚹen vojenskou lékařskou komisí za blba, žživil se prodejem psů, oššklivých nečistokrevných oblud, kterým padělal rodokmeny.
« Ils ont tué notre Ferdinand ! »  déclara  la logeuse de Chvéïk, qui, il y a des années, avait arrêté son service militaire, après avoir été
déclaré profondément demeuré par la commission médicale, et qui, désormais, gagnait sa vie en vendant des chiens,  bâtards monstrueux, dont il en sortait des pedigrees.

 Kromě tohoto zaměstnání byl stižžen revmatismem a mazal si právě kolena opodeldokem.
En dehors de cette occupation, il soignait aussi les rhumatismes et, justement, à ce moment-là, il massait les genoux avec du baume d’opodeldoch [à base de savon, d’ammoniaque, de camphre et d’alcool].

„Kterýho Ferdinanda, paní Müllerová?“ otázal se ŠŠvejk,nepřestávaje si masírovat kolena, « „já znám dva Ferdinandy.
« Quels Ferdinand, Mme Müller ? » demanda  Chveïk, en massant ses genoux, « J’en connais deux Ferdinand ! »
Jednoho, ten je sluhou u drogisty Průšši a vypil mu tam jednou omylem láhev nějakého mazání na vlasy, a potom znám ješště Ferdinanda Kokoššku, co sbírá ty psí hovínka.  »
L’un est le commis du droguiste Prousha chimiste, c’est celui qui a bu par erreur une lotion capillaire. Et puis il y a l’autre, le Ferdinand Kokoska, celui qui enlève les crottes de chien.
Vobou není žžádná šškoda.“
Si c’est l’un de ces deux gars-là, il n’y a pas grand dommage ! »

« Ale, milostpane, pana arcivévodu Ferdinanda, toho z Konopišště, toho tlustýho, nábožžnýho. »
« Oh non, monsieur ! C’est Ferdinand, l’archiduc , celui du château de Konopiště [à Benešov, à quelques kilomètres au sud-est de Prague] Vous voyez bien ! »

« „Ježžíššmarjá,“ vykřikl ŠŠvejk, „to je dobrý. A kde se mu to, panu arcivévodovi, stalo?“ »
« Jésus Marie ! » s’écria Chvéïk, « mais où est-ce donc arrivé à l’archiduc ?« 

 « Práskli ho v Sarajevu, milostpane, z revolveru, vědí. Jel tam s tou svou arcikněžnou v automobilu » 
«Ils l’ont assassiné à Sarajevo, monsieur, avec un revolver, vous voyez ! Il y était avec son archiduchesse en voiture »
« Tak se podívejme, paní Müllerová, v automobilu.  »
« 
Voyons, Mme Müller, dans une voiture ? »
Jó, takovej pán si to mùže dovolit, a ani si nepomyslí, jak taková jízda automobilem mùže nešt’astně skončit.
Ouais, un monsieur comme lui peut se le permettre, mais il n’a jamais imaginé qu’il pouvait finir ainsi.
A v Sarajevu k tomu, to je v Bosně, paní Müllerová.
Et à Sarajevo, par dessus le marché. C’est en Bosnie, Madame Müller !

To udìlali asi Turci.
C’est probablement un fait des Turcs.
My holt jsme jim tu Bosnu a Hercegovinu neměli brát.
Vous savez, nous avons pris la Bosnie et l’Herzégovine. Nous aurions dû  nous abstenir de les prendre.
Tak vida, paní Müllerová.

Vous voyez, madame Müller.
On je tedy pan arcivévoda už na pravdì boží.
 L’archiduc est donc déjà en route vers la vérité de Dieu.
Trápil se dlouho? »
A-t-il souffert longtemps ? « 

« Pan arcivévoda byl hned hotovej, milostpane.
«Monsieur l’archiduc est maintenant mort, monsieur.
To vědí, že s revolverem nejsou žádný hračky.

Vous voyez, les revolvers ne sont pas seulement des jouets.
Nedávno taky si hrál jeden pán u nás v Nuslích s revolverem a postřílel celou rodinu i domovníka, kterej se šel podívat, kdo to tam střílí ve třetím poschodí »
Récemment,  un monsieur jouait ici à Nusle avec un revolver et a liquidé toute la famille, avec le gardien, qui venait voir ce qui provoquait ce boucan au troisième étage « 

  « Někerej revolver, paní Müllerová, vám nedá ránu, kdybyste se zbláznili. 
J’ai vu des revolvers, Mme Müller, qui ne partent pas.
Takovejch systémù je moc.
Le système s’est enraillé.

Ale na pana arcivévodu si koupili jisté nìco lepšího, a taky bych se chtěl vsadit, paní Müllerová, že ten člověk, co mu to udělal, se na to pěkně voblík.
Mais pour Son Altesse Impériale il faut acheter certainement  quelque chose de mieux, et je pourrais parier, Mme Müller, que l’homme qui lui a fait ça, s’est habillé en conséquence.
To vědí, střílet pana arcivévodu, to je moc těžká práce.
Vous savez, tirez sur l’archiduc, c’est un travail très dur.
To není, jako když pytlák střílí hajnýho.

Ce n’est pas comme un braconnier qui tire sur un garde-chasse.
Tady jde vo to, jak se k němu dostat, na takovýho pána nesmíte jít v nìjakých hadrech.

La question est de savoir comment l’atteindre comme ça,  monsieur ne doit pas se promener comme n’importe qui.
To musíte jít v cylindru, aby vás nesebral dřív policajt. »   
Il faut se mettre le cylindre, sinon la police ne tarde pas à vous mettre le grappin dessus. »

« Vono prej jich bylo víc, milostpane » 
« Pensez ! monsieur ! Ils se sont mis à plusieurs. »

« To se samo sebou rozumí, paní Müllerová, » řekl Švejk, konče masírování kolen, « kdybyste chtěla zabít pana arcivévodu, nebo císaře pána, tak byste se jistě s někým poradila.
« C’est tout à fait raisonnable, Mme Müller« , dit Chvéïk, finissant de masser ses genoux,  » Si vous voulez tuer l’archiduc ou sa Majesté l’Empereur, vous auriez certainement besoin de conseils. »
Víc lidí má víc rozumu.
Plus on est nombreux plus on réfléchit.
Ten poradí to, ten vono, a pak se dílo podaří, jak je to v tej naší hymně.
Celui-ci vous conseille ceci, cet autre cela et ainsi l’ouvrage se fait comme le chante notre hymne national.
Hlavní věcí je vyčíhat na ten moment, až takovej pán jede kolem.
La principale chose dans cette affaire est de choisir le moment opportun.
Jako, jestli se pamatujou na toho pana Lucheniho, co probod naši nebožku Alžbětu tím pilníkem.
Voyez, vous vous rappelez de ce monsieur Luigi Lucheni l’assassin de notre impératrice Sissi.

***
TRADUCTION Jacky Lavauzelle
ARTGITATO

 

Le Brave Soldat Chvéïk – Avant-Propos -Traduction Française (Dobrý voják Švejk) de Jaroslav Hašek

LITTERATURE TCHEQUE
Česká literatura

Jaroslav Hašek
1883-1923

Dobrý voják Švejk
Le Brave Soldat Chvéïk
1921-1923

Osudy dobrého vojáka
Švejka za světové války
Jaroslava Haška

ÚVOD Jaroslav Hašek Le Brave Soldat Chvéïk Avant-Propos Traduction Artgitato

 

ÚVOD
AVANT-PROPOS

Veliká doba žžádá velké lidi.
Les grands moments exigent des gens formidables.
Jsou nepoznaní hrdinové, skromní,bez slávy a historie Napoleona.
Il y a ces inconnus, des héros sans prétention, sans la notoriété et l’histoire de Napoléon.
Rozbor jejich povahy zastínil by i slávu Alexandra Macedonského.
Pourtant, l’analyse de leur caractère pourrait occulter la gloire-même d’Alexandre.
Dnes můžžete potkat v pražžských ulicích oššumělého mužže, který sám ani neví, co vlastně znamená v historii nové velké doby. Aujourd’hui, vous pouvez rencontrer dans les rues de Prague un homme débraillé qui ne sait même pas lui-même ce qu’il signifie dans l’histoire de la grande époque nouvelle.
Jde skromné svou cestou, neobtěžuje nikoho, a není t龞 obt잾o ván žžurnalisty kteří by ho prosili o interview.
Il suit son chemin humblement, sans déranger personne, sans que ses œuvres ne soient mentionnées par les journalistes qui ne  lui demandent aucune interview.
Kdybyste se ho otázali, jak se jmenuje, odpověděl by vám prostince a skromně: „Já jsem ŠŠvejk . . .“
Si vous lui demandiez quel était son nom, il vous répondait avec simplicité enfantine et avec modestie  : « Je suis Chvéïk … »

A tento tichý skromný oššumělý mužž jest opravdu ten starý dobrý voják ŠŠvejk, hrdinný, statečný, který kdysi za Rakouska
byl v ústech vššech občanů Českého království a jehožž sláva
nezapadne ani v republice.
Et cet homme tranquille et sans prétention n’est en effet que le vieux brave soldat Chvéïk,  héroïque, courageux ; homme dont le nom, sous l’Autriche, était dans toutes les bouches des citoyens du royaume de Bohème et dont la célébrité ne se faiblira pas non plus dans notre nouvelle République.

Mám velice rád toho dobrého vojáka sŠvejka, a podávaje jeho osudy za světové války jsem přesvìdčen, žže vy vššichni budete
sympatizovat s tím skromným, nepoznaným hrdinou.
J’aime vraiment beaucoup ce bon soldat Chvéïk, et en vous contant son sort pendant la Grande Guerreje sais que toutes les sympathies seront avec ce modeste héros méconnu. 
On nezapálil chrám bohyně v Efesu, jako to udělal ten hlupák Hérostrates, aby se dostal do novin a šškolních čítanek.
Il n’a pas, lui, avec sa torche, mis le feu au Temple de la Déesse Artémis à Ephèse, comme l’a fait Erostrate, cet idiot, pour entrer dans les journaux et la postérité.

A to stačí.
Et cela suffit.

AUTOR
L’AUTEUR

1923

****

Francouzský Překlad
TRADUCTION Française Jacky Lavauzelle
ARTGITATO

Henry BATAILLE (LA TENDRESSE 1921) L’APPEL DES SENS

Henry Bataille
LA TENDRESSE
(1921, Théâtre du Vaudeville)
 L’APPEL DES SENS

Henry Bataille La Tendresse (2)

Monseigneur de Cabriac, joué lors de la première par A. Gildes, candidat à l’Académie, rencontre l’écrivain Barnac, joué par Félix Huguenet,  afin de savoir s’il pourra compter sur son soutien. Le religieux rencontre le laïc. Bataille appuie sur ce balancement, « après un sérieux ballotage car vous avez un concurrent terrible », « ça ne pèsera pas bien lourd dans la balance ! ».

MOITIE FIGUE, MOITIE RAISIN

Un balancement entre l’intime et le public, le profane et le sacré, « les premières pièces de théâtre ont pris naissance à l’ombre de l’autel », le passé de chacun, « jusqu’à l’âge de cinq ansà douze ans…les conseils de mon père »,  et les projets d’avenir, dans le comptage, le pour et le contre, « moitié figue, moitié raisin ».

 UN SOIR VIENDRA

Une alternance qui s’enracine dans un esprit  où l’animalité domine, dans l’évidence de l’immédiateté. Le livre se respire plus qu’il ne se lit, « je respire les livres comme on respire les roses…j’arrive très bien à me rendre compte de l’ouvrage, intuitivement »,  et les appartements reniflés, « je vous ai vu renifler avec surprise l’odeur de mon appartement. C’est un parfum au nom étrange, il s’appelle : ‘ un soir viendra ‘ ».

Henry Bataille La Tendresse (3)

L’émotion précède la raison, en restant mettre de chacun. La raison, cet accessoire de la société, reste secondaire. « – Le général Bachelard a sur vous un avantage considérable ! …Celui de n’avoir jamais rien écrit du tout. »    

OUVRE TON BEC ET FERME TES YEUX

Et la raison disparaît dès la venue de l’amie de Barnac, Marthe, jouée par Yvonne de Bray, femme de Bataille jusqu’à sa mort, l’année suivante, en 1922, « élégamment chapeautée », « accompagnée d’une femme moins élégante », Miss, jouée par Madame Descorval, « une noble parente dans la dèche de Carcassonne » de Barnac. Nous restons dans le règne animal : « Je t’ai apporté ça, gros jaloux. Ouvre ton bec et ferme les yeux… » (Marthe, Acte I, scène 2).

A l’érotisme du parfum de la première scène succède celui du corset : « Moi, je vais enlever mon corset. Il faut que je fasse cent soixante sauts à la corde dans la journée. » (Marthe, Acte I, scène 2)

Henry Bataille La Tendresse (4)

UNE ENVIE MALSAINE

De l’érotisme nous passons à une obscénité contrôlée et jouée entre Marthe et Barnac, un tantinet orgiaque : « c’est une vieille histoire obscène…Je ne te la raconterai pas…Ah ! Voilà la liqueur enchanteresse…Mais toi, pour te faire rougir…J’ai une envie malsaine…Je suis éreintée… Voilà la feuille du bananier…J’ouvrirai l’appareil… (Marthe, un doigt sur la bouche, se cale entre les jambes de Barnac) ça te gênera plus tard que je gratte l’allumette»,  à laquelle se rajoute l’ambiguïté érotique des jeux et des mots…

Henry Bataille La Tendresse (5)

 

LES JEUX DU CIGARE ET DU BICORNE

…  D’abord le jeu du cigare : « et mon cigare, petite voleuse…je savais bien que tu le laisserais, ton cigare », suivi du bicorne : « passe-moi la tasse de thé…la tasse de thé et le bicorne, c’est un assemblage qui fait admirablement en photographie… (Montrant le chapeau) Qu’est-ce que je vais faire de lui !» Et dans ce début de pièce, le jeu avec le Vérascope, l’appareil photo de l’époque, avec des ambiguïtés assumées : « l’appareil s’est ouvert tout seul… » (Miss, Acte I, scène 3). L’obscénité se change en acte de soumission quand il s’agit de Mlle Tigraine, la secrétaire amoureuse de Barnac, jouée par Mademoiselle Dancourt, « En tout cas, si j’ai une occasion de prouver ma reconnaissance infinie…Ordonnez, vous verrez…Tout…Tout…Vous avez paru satisfait ! C’est tout réfléchi, je vous suis entièrement dévouée… » (Acte I, scène 10)

La fin de l’acte se termine sur le doute qui s’immisce en lui et l’élaboration d’un stratagème qui sera développé dans l’Acte II. Marthe a un amant, dont le nom commence par un J. Il convie les deux connaissances qui pourraient être concernées le lendemain. S’absentant cette journée, ils seront donc reçus par Marthe elle-même, sans savoir qu’ils seront espionnés par Mlle Tigraine, dans le cagibi.

Les deux hommes, Carlos, joué par P. Juvenet, et  Jalligny, joué par G. Mauloy, se suivent à l’heure prévue. Suit un jeune homme…

 

Henry Bataille La Tendresse (1)

IMBECILES ET FATS

…Enfin, arrive le bon, c’est Sergyll, joué par André Luguet. Marthe ne l’attendait pas. Dans la scène 6, Marthe lui explique ses sentiments pour Barnac  et donne en quelques lignes la thématique principale de la pièce et les pensées intimes de l’auteur : «Imbéciles et fats que vous êtes tous, qui croyez, quand une femme se donne, quand ses désirs ont parlé plus haut que son cœur, qu’elle efface en même temps des années d’immense affection, d’une affection où les sens trouvent peut-être une place restreinte, mon Dieu, oui ! c’est certain, mais où la tendresse n’a pas de bornes !…

C’EST LÂCHE…TRES LÂCHE…

Oui, il est possible que certains matins, à de certaines heures, on éprouve le besoin de se sentir étreinte par des bras jeunes, touchée par une bouche de vingt ans, comme on éprouve le besoin de se griser d’été, de courir dans le soleil…Cela s’appelle tromper…et c’est tromper, en effet, misérablement !…Mais dans ce cas, nous savons bien, nous autres femmes, à quoi nous en tenir !…Cela m’empêche-t-il  de boire ses paroles à cet homme-là…de le chérir avec passion, et d’éprouver un vrai plaisir physique à vivre tout près de lui, une sympathie perpétuelle de la peau et de l’esprit…Je n’ai pas su lui faire certains sacrifices, celui de ma liberté…c’est lâche…très lâche…Cependant si cet homme-là, si âgé soit-il, me demandait de me jeter par la fenêtre, je crois que je le ferais sans hésiter une seconde…Comprends si tu veux, mon petit, mais ça c’est la vérité et qui part de là… »

TOUT METTRE EN VALEUR…

Bien entendu, le retour de Bernac sera anticipé et Sergyll repartira vite.  Le cadeau empoisonné de Bernac sera cette nouvelle pièce que celui vient d’écrire le jour-même et qu’il fera jouer sadiquement à Marthe, car le texte restitue les propos qu’elle a tenus avec Sergyll. Devant l’émotion et la stupeur de Marthe, Bernac enfoncera un peu plus le poignard : « Décidément, tu es figée, Marthon !…Tu ne comprends pas bien la scène ? Elle est très belle pourtant, je t’assure…très pathétique…Seulement, il y a quelque chose qui la rend humaine…terriblement…quelque chose que je ne t’ai pas raconté, et qui va t’éclairer…tout mettre en valeur… » (Acte II, scène 8)

JE SUIS CE MONSTRE !

Elle avouera. Elle confessera avoir « senti à nouveaux les appels des sens », « je n’ai point voulu que le cœur eût la moindre trace dans ces caprices ». « Je suis un monstre affreux », dira-t-elle, « je suis ce monstre : la femme qui a des sens !…Oui, voilà ! Quelle misère ! Je le sais bien, une femme qui cède à des attirances purement physiques est une femme méprisée et méprisable ! »

La Tendresse de Henry Bataille

UN ATTACHEMENT EXTRAORDINAIRE

Elle lui criera son amour : « Paul, entends-tu, je t’adore ! De quel mot plus vrai, puis-je appeler l’attachement extraordinaire qui me lie à toi… » Mais rien n’y fera. Elle partira avec des adieux déchirants et douloureux. 

Le dernier acte prend une direction apaisée qui se retrouve d’emblée dans le changement de mobilier. Celui-ci devient plus moderne et fonctionnel. « La chambre de Barnac, très ‘dernier genre’ et neuve à donner la nostalgie de la poussière. Elle fait contraste avec l’ameublement qu’on a connu dans son cabinet de travail. »

FAIRE DU TRANSCENDANTAL

Mais cet apaisement s’accompagne d’une structure plus philosophique, morale, ouvertement kantienne. Les livres qui sont posés dans le bureau de Bernac donnent le tempo : (Guérin, lisant les titres) « La Critique de la raison pure…La monadologie…L’Impératif catégorique… ». Et Bernac de répondre : « Une pièce en deux actes sur l’impératif catégorique ». Même Lagardier  s’y met : « Tout de même, ne te fatigue pas trop à faire du transcendantal  avec tes deux philosophes. »

Henry Bataille

JE SUIS A L’ETAPE DU DEVOIR MAINTENANT

Pour être morale, l’action de Bernac devrait donc être sans condition. Je ne dois pas faire pour ou afin de, je dois faire parce que la morale l’exige. « Voilà, petite Marthe…Ne reste pas stupéfaite ainsi…écrasée…Je suis à l’étape du devoir maintenant. Si tu savais, de là-haut, quand on y est parvenu, de quelle sereine pitié on regarde les passions humaines. » Quelle action désintéressée va donc commettre Bernac ? Il rappelle donc  Marthe et Sergyll, enfoncé dans des différends juridiques sur une œuvre utilisée dans un de ses films sans payer de droits à l’auteur. Bernac, membre de la Société des auteurs, ne veut pas que l’on pense qu’il puisse en être à l’origine.  « L’irrémédiable a apporté dans mon esprit, avec l’apaisement, un esprit de justice et d’impartialité qui me permet à vous de penser sans rancune. »                

Jacky Lavauzelle

                                                                                                                           

La Petite Illustration n°55 du 9 juillet 1921

La Tendresse a été représentée pour la première fois, le 24 février 1921 au Théâtre du Vaudeville.