Archives par mot-clé : 1887

Syed Zamzur Akasah THE FUSION NOWADAYS 2016 (Delai Seni Visual Negara Kuala Lumpur)

Malaysia
Voyage en Malaisie
PHOTO JACKY LAVAUZELLE




 

 

Balai Seni Visual Negara
BSVN
Syed Zamzur Akasah
THE FUSION NOWADAYS
2016


 Visiter Kuala Lumpur
Meneroka kota Kuala Lumpur
Melawat Kuala Lumpur
吉隆坡
Куала-Лумпур

 

*












Balai Seni Visual Negara
LA GALERIE NATIONALE DES ARTS VISUELS DE KUALA LUMPUR
国家视觉艺术画廊在吉隆坡
National Visual Arts Gallery

SYED ZAMZUR AKASAH SYED AHMED JALALUDDIN
THE FUSION NOWADAYS
LA FUSION DE NOS JOURS
2016

**

Syed Zamzur Akasah Syed Ahmad Jalaluddin
Born-Né en 1988
A étudié à la Faculty of Art and Design de Klang (à quelques kilomètres à l’ouest de Kuala Lumpur)

******

Dans une autre exposition, l’année dernière, en 2016, Syed Zamzur Akasah, avait fait une proposition différente, diamétralement opposée ?, à celle qu’il propose au Balai Seni Visual Negara de Kuala Lumpur.
Il exposait trois céramiques d’une même femme sur des étagères en bois plantée dans un pot, comme une plante. Ces femmes portaient des cornes de bouc (Serve’d #1), des cornes de cervidés (Serve’d #2) ou des oreilles de lapin (Serve’d #3). Ici, ce ne sont plus des humains qui prédominent mais des animaux divers, un véritable bestiaire comme nous les concevions au Moyen Âge.
Syed Zamzur Akasah range ici ses créatures, ses créations inquiétantes, à sa manière, sur des étagères désormais fermées sur les côtés mais munies d’autant de miroirs.
Nous nous retrouvons vers autant d’animaux humanisés. Ou ne serait-ce pas nous qui nous nous animalisons ; la présence répétitive des miroirs améliorent notre perception tout en nous intégrant aussi dans l’œuvre et nous plongeant dans son questionnement.
Il est étonnant aujourd’hui de voir ici combien la représentation animale foisonne dans cette nouvelle création de jeunes artistes malaisiens nés entre 1989 et 1992 : Amy Bakar (né en 1989) avec sa blanche chouette géante dans la nuit (Sang Pungguk Perindu) ou son gorille posant à la manière de l’Olympia d’Eduard Manet, ou encore de son oiseau couronné de fleurs (Si Pecut). Fadhli Ariffin (née en 1989) peint des insectes géants dévorant jusqu’à la toile, ou un mille pattes immense entourant une femme totalement voilée en formant un gigantesque S, dans Crise. Hazul Ahmed, né en 1989, montre des personnages en singes hilarants montant une chèvre dans Babak III. Nous avons déjà évoqué une autre œuvre de Mohd Fazli Othman, Pesta Pisang, elle-même exposée à la Balai Seni Visual Negara (http://artgitato.com/mohd-fazli-othman-pesta-pisang/).  Et la liste de ces jeunes créateurs ne s’arrêtent pas là : Roza Khir (n. en 1990) avec Visite de la ville, 3.85, 1.0, 2.0. Les représentations de loup porteur d’enfant chez Syahbandi Samat (né en 1992).

L’exposition devient une explosion d’une série qui étudie attentivement, comme un musée d’histoire naturelle, leurs expressions. Nous ne savons pas si nous regardons une métamorphose de l’humain ou de l’animal. En tout cas, nous regardons notre création, nous rassurant en pensant qu’elles se trouvent contenues dans des caissons de bois. Ce qui constitue l’animalité, « c’est la faculté d’utiliser un mécanisme à déclenchement pour convertir en actions «explosives» une somme aussi grande que possible d’énergie potentielle accumulée » précisait Henri Bergson dans L’Evolution Créatrice.

Les animaux-humains passent d’une certaine douceur à une agressivité assumée jusqu’à des espèces non reconnaissables. Le cochon ressemble à Hitler avec l’œil dur. Jonathan Swift, dans ses Voyages de Gulliver, soulignait que « puisqu’une créature se prétendant douée de raison puisse commettre de telles abominations, il faut craindre que la corruption de cette faculté ne soit pire que l’ animalité elle-même. »

Syed Zamzur Akasah, entre la force des images, la précision des traits, l’utilisation globalisante des miroirs, comme s’il voulait dire aussi qu’il n’y a rien derrière, que de l’animalité rien que de l’animalité, nous installe devant deux options : « Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l’une vers Dieu, l’autre vers Satan. L’invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. » (Charles Baudelaire, Mon cœur mis à nu – in Journaux intimes -1887)

Jacky Lavauzelle




Ceramic (Stoneware paperclay cone, Mirror glass & synthetic hair)Céramique (cône en grès en argile de papier, miroir en verre et cheveux synthétiques)

 

 

*************

« My experience of living inspired my work. I am interested in the intellectual, emotional and primal relationship between humans and the environment. In respond through observation, by the understanding of the man’s role in the environment changed, and living in an era of what has been called a « great acceleration » developed in a very drastic ways, driving force in behavior changes.
« Mon expérience inspire mon travail. Je suis intéressé par les relations intellectuelles, émotionnelles et primaires entre les humains et l’environnement. La compréhension du rôle de l’homme dans l’environnement a changé, et, à cette époque de «grande accélération», se développe de manière drastique, conduisant à des changements profonds de comportement. »

Stressed this into art, I love to blending the character of animals into human as the combination evoking a statement and stronger sense of relationship and balance-imbalance in the earth. Idea of lifelike fusion in blending of animal character and human raised the sense of understanding visually, emotionally and intellectually and explore such fierceness, instincts, purity and more. These commingle means to understand ourselves as humans where can develop a shocking mannerism.
J’ai mis l’accent sur l’art car j’aime mélanger le caractère des animaux à ceux des humains car la combinaison amène à un questionnement et propose un sens plus fort à cette relation et questionne aussi sur le déséquilibre-équilibre sur notre terre. L’idée d’une fusion réelle dans le mélange du caractère animal et de l’être humain reste une proposition à une compréhension visuelle, émotionnelle et intellectuelle en explorant autant la férocité, l’instinct, la pureté et plus encore. Ce qui rapproche signifie se comprendre plus intensément comme des êtres humains quitte à développer un maniérisme choquant.

I see my work as an exploration on universals form, idea, and tradition as integral components. These explorations lead deeper understanding and experiences interwoven with nature. Clay always impressed me with interaction between fingers and forming clay and creation is done in challenges existing, in paradigms and presumptions which served before and after the kiln door open.
« 
Je vois mon travail comme une exploration sur la forme universelle, sur l’idée et la tradition comme des composants intégrés. Ces explorations mènent à une compréhension et à des expériences plus profondes liées à la nature. L’argile m’a toujours impressionné par l’interaction entre les doigts, la formation d’argile et la création qui se fait dans les défis, dans les paradigmes et les attentes avant et après l’ouverture de la porte du four. »

************************************************

Syed Zamzur Akasah

**********************************************

LA FEROCITE DES PIRATES MALAIS Charles de Varigny 1887

 Charles de Varigny 

Ecrivain & diplomate








L’Océanie moderne
1887

La Revue des Deux Mondes

LA FEROCITE DES PIRATES MALAIS

(extrait)

Au nord de Java et à l’est de Sumatra s’étend l’île de Bornéo, mesurant 1,280 kilomètres de longueur sur 1,200 de largeur, et contenant plus de trois millions d’habitants. Découverte en 1521 par les Portugais, occupée en partie par les Hollandais en 1604, cette lie, l’une des plus vastes du monde, est peu connue, sauf sur les côtes. Dans cet immense archipel d’Asie, la barbarie lutte encore énergiquement contre la civilisation. Les pirates y pullulaient, et ce n’est guère que depuis 1876 que les Espagnols ont réussi à traquer et à détruire ces écumeurs de mer. Bornéo en abritait un grand nombre ; la férocité de ces Malais, leur mépris de la mort, ont, pendant des siècles, inspiré la terreur aux navigateurs qui se hasardaient dans ses parages. On a peu de renseignements sur l’intérieur de cette terre massive et compacte, aux contours fermes et arrêtés. Ni golfes profonds, ni anses sinueuses ; les fleuves au cours lent et paresseux charrient des matières végétales en décomposition, obstruant leur parcours de troncs d’arbres et leurs embouchures de bancs de vase. Aucune issue navigable par laquelle la civilisation puisse s’infiltrer ; une côte de grès adossée à des marais et à d’inextricables forêts. On sait que ces forêts abritent une vie animale intense, une incomparable végétation, et des tribus sauvages réfractaires à tout contact avec les Européens. Les orangs outangs ou mias y abondent ; on ne les rencontre qu’à Sumatra et à Bornéo ; en quelques jours, M. Alfred Russel-Wallace en tua plus de dix. Le tigre, le léopard, le rhinocéros, l’éléphant, le tapir, peuplent ces forêts où fourmillent des millions d’insectes, des chauves-souris-vampires, des crapauds volants.

On sait aussi que le sol est riche en mines d’or, d’étain, de fer, de gisements de diamants ; que sur les côtes existent de nombreuses pêcheries de perles ; mais, sauf sur un très petit nombre de points, ces richesses ne sont pas exploitées. L’Européen a peine à pénétrer dans cet inextricable massif, gigantesque et mystérieuse corbeille de verdure vénéneuse, fragment de l’Inde radieuse, meurtrière et brûlante jeté comme une sentinelle avancée entre l’Océanie et la presqu’île de Malacca.

Ici la vie est trop intense, le climat trop extrême pour notre race. L’équateur coupe en. deux parties égales cette terre humide et fiévreuse où le climat est cruel comme l’indigène, où la nature, d’une merveilleuse beauté, étouffe et tue l’homme par ses parfums violons, brise son énergie et sa volonté, et le livre sans défense, comme sans résistance, aux miasmes putrides de ses marais diaprés de fleurs étincelantes, peuplés de reptiles et d’animaux redoutables. Seuls, les Dayaks, les Malais, les Soulonans et quelques Négritos peuvent impunément respirer cet air empoisonné. Comme eux et mieux qu’eux, les Chinois y vivent, y prospèrent et s’y multiplient. Ici encore, comme à Java et à Sumatra, cette race étonnante et prolifique travaille et s’enrichit, insouciante des conditions climatologiques, dédaigneuse de la souffrance physique, de la maladie, de la mort, bravant tout pour l’amour du gain.

L’Océanie moderne
Charles de Varigny
Revue des Deux Mondes
tome 83
1887

ARKHIP KOUÏNDJI ou LA SENTINELLE DES RÊVES poème de Jacky Lavauzelle

PEINTURE UKRAINIENNE

Arkhip Kouïndji
Куїнджі Архип Іванович
Архип Иванович Куинджи
1842-1910

arkhip-kouindji-poeme-jacky-lavauzelle-portrait-de-viktor-vasnetsov-1869-la-sentinelle-des-reves

LA PEINTURE D’ARKHIP KOUÏNDJI

LA SENTINELLE DES RÊVES
poème de Jacky Lavauzelle




**

arkhip-kouindji-nuit-de-lune-1890-1895-elbrus
Эльбрус. Лунная ночь L’Elbrouz
(1890—1895)

La mort a fait son lit
Ce matin
Sans lumières
J’ai vu l’Elbrouz apparaître
disparaître
Le mont comme un baiser recevait la mort
Il est temps de partir
A la recherche des neiges
En quête de couleurs et de rien
Une ombre m’a suivi ce matin
Je ne lui demandais rien

Un matin
Dans la ville
Frappé dans un cœur vide
Au seuil de la ville
Je quittais à galop
Les bruits sourds de ces pâles couleurs
Qui partout nous frappent
Un matin
La valise à la main
Jeté dans le silence des routes
Tristement je vais

arkhip-kouindji-vue-sur-le-pont-de-la-moskova-moskvoretsky-1882
ARKHIP KOUÏNDJI
Vue sur le pont de la Moskova (Moskvoretsky) (1882)

Une voix inconnue et paisible vide les rêves
A la sortie de la ville
Le pont de la Moskova si fin
On entend et les vagues et les vies
Des deux rives de la ville
En attendant l’orage du monde
En attendant la lune n’est plus
Sans lutte dans le bas du ciel aux portes du cœur
Elle est partie

Moscou au loin brillait
Un nouveau désert dans le monde
Moscou résigné s’effaçait
A chaque seconde une éternité de plus

arkhip-kouindji-moscou-vue-depuis-les-monts-des-moineaux
Moscou vue depuis les monts des moineaux

Le ciel est devenu noir
jusqu’aux os
Le vert saisit son moment de grâce
Les muses en cercle s’affairent
L’enfer dans l’attente ne se voit plus
La lune a-t-elle été ?

arkhip-kouindji-apres-la-pluie-1879ARKHIP KOUÏNDJI  Після дощу – После дождя
Après la pluie
1879

Une corde se tend dans la chair du ciel
Des tonnes de cantiques
Et le mal se dénoue sur les lacs et les êtres
Les choses sont dans l’ordre
Et la maison et le ciel et les arbres
Le noir encore dévore
Un soleil s’étend et la clairière s’enchante
Au bord des morts
Qui s’aiment encore
Comme ces bleus sont trompeurs
Pourquoi la terre ne gronde-t-elle plus

arkhip-kouindji-nuit-de-lune-les-gorges-daryal-1890-1895
ARKHIP KOUÏNDJI  Дарьяльська ущелина. Місячна ніч
Дарьяльское ущелье. Лунная ночь
Nuit de pleine lune
(1890—1895)

Le blanc et le noir s’affrontent
ça se sent
Le vent balaye les premiers réveils et le premier bruit
ça s’entend
La visite des anges et le retour du jour
La planète semble avoir changé de mains
vraiment
La lune signe encore sa place éternelle
Sur le monde en béquilles
Qui prend l’eau
vainement







arkhip-kouindji-nuit-de-lune-sur-le-dniepr-1880
Лунная ночь на Днепре
Nuit de lune sur le Dniepr
(1880)

Le noir est au-dessus et en-dedans
Une vague rivière semble serpenter
Et la lune…
Elle souffle siffle ou se sauve
La noir ou la folie
Tout s’éteint
Une ombre encore se promène
Derrière la mort
Et la lune

arkhip-kouindji-une-soiree-en-ukraine-1878
Вечір на Україні
Вечер на Украине
Nuit en Ukraine
1878

S’aspergent les feux et les fleuves de feuilles
Pas une couleur ne s’étale et toutes glissent
Le point du temps se met à table et s’endort
La nature a vécu
En oubliant ses luttes

Plus de vœux de salut plus de vie en attente
Se délasse et se traîne un rêve
Puis un autre
Puis un autre
Encore

Le noir est superflu
Une chose simple
Indivisible
Le noir s’est pendu
Les couleurs ne peuvent plus partir

Derrière le soleil
Au loin
On l’a jeté à la mer
Avec le noir avec la nuit
Avec les faubourgs et les passants

Le noir n’est plus

arkhip-kouindji-automne-1890
«Осінь», до
Automne
1890

L’infini s’est montré pour se faire oublier
Et des pages et des clartés se sont perdues
Sans bruit
Un drame a marché
Ne l’entendez-vous bramer

Là le troupeau des hivers a bousculé la paix
Et du gris au noir c’est le noir qui dévore
Tout étouffe sans un bruit sans un seul
Et des peuples et des vies à jamais disparus

Le noir en force
Revient

arkhip-kouindji-clair-de-lune-dans-une-foret-en-hiver-1898-1908
Плями місячного сяйва у лісі. Зима
Пятна лунного света в лесу. Зима
 Clair de lune dans une forêt, en hiver

Du gris du blanc au blanc du bleu
Se donne et se jette du haut des falaises
Qui s’arrêtent dans la fuite
J’entends un cri qui monte du rivage
Dans le blanc qui s’efface
Le ciel n’est jamais si tendre
Les dieux se jouent de nous
Sur l’instant

arkhip-kouindji-reflets-de-soleil-sur-givre-1876-1890
ARKHIP KOUÏNDJI  Reflets de soleil sur givre (1876-1890) мороз

Dans le blanc qui revient
Un salut nous répond
Sur la pierre qui se casse
Une réponse se livre
Des pas dans la neige
Une femme une flamme
Un duvet sur le cœur des neiges
Un duvet sourd
Avide

Le bleu semble vaincre
Les vieillards sont couchés
Le jour a faim
Du haut de la falaise
Le jour dévore tout

arkhip-kouindji-falaise-1898-1908стрімчак – утес
 Falaise
1898-1908

Au-delà
Une route se dessine
Sans rien
Sans appel
Une ombre nous prend la main
Pour une visite lascive
Des rois sont passés par ici
Je crois

arkhip-kouindji-la-volga
La Volga [Musée national de l’Azerbaïdjan à Bakou]
Волга [Национальный музей искусств Азербайджана, Баку]

Une voie
Une autre encore
Au bout
Nous commande de marcher
Et nous marchons
Mon ombre
Et moi

arkhip-kouindji-le-dniepr-au-petit-matin-1881
Днепр утром (1881 г.)  Дніпро вранці 
Le Dniepr au petit matin

arkhip-kouindji-lac-ladoga-1873

La route s’achève
Affamés debout
Encore
Un sentiment rêvé
Est-ce la lueur au loin
Près du but
Au-dessus des taches de fleurs
Le point entre et ne veut plus sortir
J’ai perdu mon ombre
Je crois

arkhip-kouindji-foret-1887 ліс – Forêt – лес
1887

Le bleu
Plus menaçant encore
Un bateau nous attend
Qui répond à nos premiers désirs
C’est là que les âmes s’échangent
Venues du fond de la mer
La mer est dans le ciel
C’est là qu’elles se vengent aussi
Et la terre s’est oubliée
Le bleu nage
Dans des restes d’Enfer
Le bleu se noie
Nous ne le reverrons plus

arkhip-kouindji-la-cathedrale-saint-isaac-1869 Исаакиевский собор
Ісаакіївський собор
La Cathédrale Saint-Isaac
1869

La terre ne nous fait plus peur
Le regard se promène
Dans l’ordre des lumières
Les couleurs n’en peuvent plus
De tant toucher de ténèbres
Les odeurs sont de retour
Pleines de moisis et de pourritures passagères
La terre ne nous fait plus peur
Dans le vert éternel
Tout s’est arrêté
Tombe une écorce des peupliers en ligne
Tombe un cri Tombe un instant
Que personne ne peut entendre

arkhip-kouindji-la-foret-de-bouleau-1901 Les peupliers – Берёзовая роща -1901 – Березовий гай

arkhip-kouindji-les-bouleaux-1879

Des pierres comme des os
Nul ici n’échappe
Les rêves sont trop fins et nous pensons courir
Qu’importe le temps
Qu’importe l’océan
Qu’importe le désir
Les nuages sont trop grands
Des lames dans le ciel
Nous tailladerons en pièces
Des flammes et des orages
Se sont-ils perdus

 

 

  arkhip-kouindji-mer-1898-1908  arkhip-kouindji-nuit-1905-1908    arkhip-kouindji-paysage-de-crimee-1885-1890

Au loin
Qui y a-t-il
Au loin
Un point plus loin que l’horizon

   arkhip-kouindji-voilier-en-mer-1876-1890 парусник в море- Voilier en mer  – парусник в море
(1876-1890)

Il n’y a que l’horizon

arkhip-kouindji-steppe-1890-1895

Sans ombre

GIVING KHALIL GIBRAN – LE PROPHETE V LE DON

Giving – Le Don – Le Prophète V
The Prophet Giving KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET V
GIVING
Le Don 

1923




Traduction Jacky Lavauzelle

The Prophet
Giving Khalil Gibran
Le Prophète V
LE DON

*******

giving-khalil-gibran-artgitato-van-dyck-16-18-saint-martin-partageant-son-manteau

Saint Martin partageant son manteau
Van Dyck, 1618  Église Saint-Martin, Zaventem, Belgique

***********

Giving Khalil Gibran

Then said a rich man, « Speak to us of Giving. »
Puis un homme riche demanda : « Parle-nous du Don. »

And he answered:
Et il répondit :

You give but little when you give of your possessions.
Vous donnez, mais vous donnez  peu lorsque vous donnez de vos biens.

It is when you give of yourself that you truly give.
C’est quand vous donnez de vous-même que vous donnez vraiment !

For what are your possessions but things you keep and guard for fear you may need them tomorrow?
Que sont vos biens, sinon des choses que vous gardez, que vous conservez de peur d’en manquer demain ?

And tomorrow, what shall tomorrow bring to the over prudent dog burying bones in the trackless sand as he follows the pilgrims to the holy city?
Et demain ? Qu’apportera demain au chien prudent qui a enterré ses os dans le sable sans faire de traces, alors qu’il suit les pèlerins de la ville sainte ?

And what is fear of need but need itself?
Et qu’est-ce que la peur de la nécessité si ce n’est la nécessité elle-même ?

Is not dread of thirst when your well is full, thirst that is unquenchable?
N’est-ce  pas redouter la soif quand votre puits est plein, cette soif n’est-elle pas inextinguible ?

There are those who give little of the much which they have – and they give it for recognition and their hidden desire makes their gifts unwholesome.
Il y a ceux qui donnent peu de bien de ce qu’ils ont – et ils le donnent pour de la reconnaissance et leur désir caché de faire des dons malsain.

And there are those who have little and give it all.
Et il y a ceux qui ont peu et qui donnent tout.

These are the believers in life and the bounty of life, and their coffer is never empty.
Ce sont des croyants dans la vie et dans la bonté de la vie, et leur coffre n’est jamais vide.

There are those who give with joy, and that joy is their reward.
Il y a ceux qui donnent avec joie, et cette joie est leur récompense.

And there are those who give with pain, and that pain is their baptism.
Et il y a ceux qui donnent avec douleur, et la douleur est leur baptême.

And there are those who give and know not pain in giving, nor do they seek joy, nor give with mindfulness of virtue;
Et il y a ceux qui donnent et n’ont pas de douleur à donner, ils ne recherchent pas la joie, ni ne donnent avec la pleine conscience de la vertu ;

They give as in yonder valley the myrtle breathes its fragrance into space.
Ils donnent comme le myrte dans ce vallon qui respire sa fragrance dans l’espace.

Through the hands of such as these God speaks, and from behind their eyes He smiles upon the earth.
Par les mains de ceux-là, c’est Dieu qui parle, et à travers leurs yeux Il sourit à la terre.

It is well to give when asked, but it is better to give unasked, through understanding;
Il est bon de donner quand on le demande, mais il est préférable de donner quand on ne demande rien, grâce à la compréhension;

And to the open-handed the search for one who shall receive is joy greater than giving
Et à la main ouverte, la recherche de celui qui reçoit est une joie plus grand que le don.

And is there aught you would withhold?
Et n’y a-t-il pas des choses à garder ?

All you have shall some day be given;
Tout ce que vous avez un jour doit être donné ;

Therefore give now, that the season of giving may be yours and not your inheritors’.
donnez donc maintenant que la saison des dons puisse être vôtre et non celle de vos héritiers.

You often say, « I would give, but only to the deserving. »
Vous dites souvent: «Je donnerais, mais seulement à ceux qui le méritent. »

The trees in your orchard say not so, nor the flocks in your pasture.
Les arbres dans votre verger ne disent pas cela, pas plus les troupeaux dans votre pâturage.

They give that they may live, for to withhold is to perish.
Ils donnent pour pouvoir vivre, retenir c’est périr.

Surely he who is worthy to receive his days and his nights is worthy of all else from you.
Certes, celui qui est digne de recevoir ses jours et ses nuits est digne de toute autre chose de vous.

And he who has deserved to drink from the ocean of life deserves to fill his cup from your little Stream.
Et celui qui a mérité de boire à l’océan de la vie mérite de remplir sa tasse à votre petit ruisseau.

And what desert greater shall there be than that which lies in the courage and the confidence, nay the charity, of receiving?
Et quel plus grand mérite y-a-il que celui qui se trouve dans le courage et la confiance, et même dans la charité, de recevoir ?

And who are you that men should rend their bosom and unveil their pride, that you may see their worth naked and their pride unabashed?
Et qui êtes-vous pour que des hommes dévoilent leur poitrine et leur fierté, que vous puissiez voir leur valeur à nu et leur fierté sans bornes ?

See first that you yourself deserve to be a giver, and an instrument of giving.
Faites que vous vous méritiez d’être un donneur, et un instrument du don.

For in truth it is life that gives unto life – while you, who deem yourself a giver, are but a witness.
Car en vérité, la vie donne à la vie – alors que vous, vous qui vous jugez un donneur, n’êtes qu’un témoin.

And you receivers – and you are all receivers – assume no weight of gratitude, lest you lay a yoke upon yourself and upon him who gives.
Et vous qui recevez- et qui recevez tout – ne ressentez pas un poids dans la gratitude, car vous vous posez un joug sur vous-même et sur celui qui donne.

Rather rise together with the giver on his gifts as on wings;
Grandissez-vous en même temps que le donneur avec ses dons comme avec des ailes ;

For to be over mindful of your debt, is to doubt his generosity who has the free-hearted earth for mother, and God for father.
Pour être trop conscient de votre dette, c’est mettre en doute sa générosité qui a la terre aimante pour mère, et Dieu pour père.

*********

Giving Khalil Gibran

LE PROPHETE IV – The Prophet CHILDREN KHALIL GIBRAN – IV- Les Enfants

Children – Les Enfants – Le Prophète IV
The Prophet Children KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET IV
CHILDREN
Les Enfants 

1923




Traduction Jacky Lavauzelle

The Prophet
Children Khalil Gibran
Le Prophète IV
CHILDREN
Les Enfants

children-khalil-gibran-les-enfants-jean-baptiste-greuze-lenfant-gate-1765-saint-petersbourg-musee-de-lermitage

Jean-Baptiste Greuze (détail)
L’Enfant gâté -1765 – Saint-Pétersbourg – Musée de l’Ermitage.

*

And a woman who held a babe against her bosom said, « Speak to us of Children. »
Et une femme qui tenait un bébé contre son sein dit : «Parle-nous des enfants.« 

And he said:
Et il a dit alors :

Your children are not your children.
Vos enfants ne sont pas vos enfants.

They are the sons and daughters of Life’s longing for itself.
Ils sont les fils et filles du désir de Vie pour elle-même.

They come through you but not from you,
Ils viennent à travers vous mais non de vous,

And though they are with you, yet they belong not to you.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

You may give them your love but not your thoughts.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées.

For they have their own thoughts.
Car ils ont leurs propres pensées.

You may house their bodies but not their souls,
Vous pouvez héberger leurs corps mais pas leurs âmes,

For their souls dwell in the house of tomorrow, which you cannot visit, not even in your dreams.
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

You may strive to be like them, but seek not to make them like you.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux, mais ne cherchez pas à les faire comme vous.

For life goes not backward nor tarries with yesterday.
Car la vie va pas en arrière ni ne s’attarde avec hier.

You are the bows from which your children as living arrows are sent forth.
Vous êtes les arcs desquels vos enfants, comme des flèches vivantes, sont envoyés.

The archer sees the mark upon the path of the infinite, and He bends you with His might that His arrows may go swift and far.
L’archer voit la cible sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance afin que ses flèches puissent aller vite et loin.

Let your bending in the archer’s hand be for gladness;
Laissez la tension dans la main de l’archer viser la joie ;

For even as he loves the arrow that flies, so He loves also the bow that is stable.
Car, comme il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

*****

Children Khalil Gibran

LE PROPHETE III – The Prophet KHALIL GIBRAN – III – MARRIAGE- LE MARIAGE

Marriage- Le Mariage – Le Prophète III
The Prophet KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

THE PROPHET III
MARRIAGE
LE MARIAGE 

1923




Traduction Jacky Lavauzelle

The Prophet Khalil Gibran
Le Prophète III
MARRIAGE
Le Mariage

marriage-le-mariage-le-prophete-the-prophet-khalil-gibran-silva-porto-artgitato
Tableau de Silva Porto

**

Then Almitra spoke again and said, « And what of Marriage, master? »
Puis Almitra parla de nouveau et dit: «Et que dis-tu du mariage, maître ?« 

And he answered saying:
Et il répondit en disant:

You were born together, and together you shall be forevermore.
Vous êtes nés ensemble, et ensemble vous serez toujours.

You shall be together when white wings of death scatter your days.
Vous serez ensemble quand les ailes blanches de la mort disperseront vos jours.

Aye, you shall be together even in the silent memory of God.
Oui, vous serez ensemble même dans la mémoire silencieuse de Dieu.

But let there be spaces in your togetherness,
Mais qu’il y ait des espaces dans votre unité,

And let the winds of the heavens dance between you.
Et que les vents des cieux dansent entre vous.

Love one another but make not a bond of love:
Aimez-vous mais ne faites pas un lien de l’amour :

Let it rather be a moving sea between the shores of your souls.
Qu’il soit plutôt une mer mouvante entre les rivages de vos âmes.

Fill each other’s cup but drink not from one cup.
Remplissez la coupe de l’autre, mais ne buvez pas dans une seule tasse.

Give one another of your bread but eat not from the same loaf.
Donnez à l’autre de votre pain, mais ne mangez pas du même pain.

Sing and dance together and be joyous, but let each one of you be alone,
Chantez et dansez ensemble et soyez joyeux, mais laissez chacun de vous être seul,

Even as the strings of a lute are alone though they quiver with the same music.
De même que les cordes d’un luth sont seules quand elles vibrent avec la même musique.

Give your hearts, but not into each other’s keeping.
Donnez vos cœurs, mais pas dans la garde de l’autre.

For only the hand of Life can contain your hearts.
La main de la Vie, seule, peut contenir vos cœurs.

And stand together, yet not too near together:
Et ensemble tenez-vous, mais ne soyez pas trop rapprochées :

For the pillars of the temple stand apart,
Les piliers du temple ne se collent pas,

And the oak tree and the cypress grow not in each other’s shadow.
Et le chêne et le cyprès ne poussent pas dans l’ombre l’un de l’autre.

*******

The Prophet Khalil Gibran

LE PROPHETE II – The Prophet KHALIL GIBRAN – II – L’AMOUR – LOVE

L’Amour – Love – Le Prophète II
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET II
L’AMOUR LOVE
1923




Le Prophète II
LOVE
Amour

le-prophete-ii-amour-love-khalil-gibran-artgitato-self-portrait-auto-portrair-1887-1888-vincent-van-gogh

Van Gogh – Self portrait – Auto Portrait – 1887 – 1888

*******

II

Then said Almitra, « Speak to us of Love. »
Ensuite, Almitra demanda  : « Parle-nous de l’amour. »

And he raised his head and looked upon the people, and there fell a stillness upon them. And with a great voice he said:
Et il leva la tête et regarda le peuple, et un silence tomba sur eux. Et d’une voix forte, il dit :

When love beckons to you follow him,
Quand l’amour vous fait signe de le suivre,

Though his ways are hard and steep.
Bien que ses voies soient dures et raides.

And when his wings enfold you yield to him,
Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui,

Though the sword hidden among his pinions may wound you.
Même si l’épée cachée parmi ses plumes peut vous blesser.

And when he speaks to you believe in him,
Et quand il vous parle, croyez en lui,

Though his voice may shatter your dreams as the north wind lays waste the garden.
Même si sa voix peut briser vos rêves comme ce vent du nord qui dévaste le jardin.

For even as love crowns you so shall he crucify you. Even as he is for your growth so is he for your pruning.
Car même si l’amour vous couronne, il vous crucifie. De même, il vous grandit mais aussi vous taille.

Even as he ascends to your height and caresses your tenderest branches that quiver in the sun,
De même qu’il monte à votre hauteur et caresse vos branches qui frémissent au soleil,

So shall he descend to your roots and shake them in their clinging to the earth.
Il descend jusqu’à vos racines et les secoue dans leurs attachements à la terre.

Like sheaves of corn he gathers you unto himself.
Comme des gerbes de blé, il vous rassemble à lui.

He threshes you to make you naked.
Il vous bat pour vous mettre à nu.

He sifts you to free you from your husks.
Il vous soulève pour vous libérer de vos écorces.

He grinds you to whiteness.
Il vous broie jusqu’à la blancheur.

He kneads you until you are pliant;
Il vous pétrit jusqu’à ce que vous soyez flexible ;

And then he assigns you to his sacred fire, that you may become sacred bread for God’s sacred feast.
Et puis il vous assigne à son feu sacré, que vous puissiez devenir le pain sacré pour le festin sacré de Dieu.

All these things shall love do unto you that you may know the secrets of your heart, and in that knowledge become a fragment of Life’s heart.
Toutes ces choses sont réalisées par l’amour afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et que la connaissance devienne un fragment de cœur de la Vie.

But if in your fear you would seek only love’s peace and love’s pleasure,
Mais si dans la crainte vous ne cherchiez seulement que la paix de l’amour et le plaisir de l’amour,

Then it is better for you that you cover your nakedness and pass out of love’s threshing-floor,
Alors il vaut mieux pour vous que vous couvriez votre nudité et sortiez de l’aire de l’amour,

Into the seasonless world where you shall laugh, but not all of your laughter, and weep, but not all of your tears.
Dans le monde sans saisons où vous rirez, mais pas tous vos rires, et pleurerez, mais pas de toutes vos larmes.

Love gives naught but itself and takes naught but from itself.
L’amour ne donne et ne prend que de lui-même.

Love possesses not nor would it be possessed;
Ni l’amour ne possède, ni il ne veut être possédé ;

For love is sufficient unto love.
L’amour se suffit à lui-même.

When you love you should not say, « God is in my heart, » but rather, « I am in the heart of God. »
Lorsque vous aimez, vous ne devriez pas dire : «Dieu est dans mon cœur», mais plutôt: «Je suis dans le cœur de Dieu. »

And think not you can direct the course of love, for love, if it finds you worthy, directs your course.
Et ne pensez pas que vous pouvez diriger le cours de l’amour, c’est lui qui vous dirige.

Love has no other desire but to fulfil itself.
l’amour n’a pas d’autre désir que de s’accomplir.

But if you love and must needs have desires, let these be your desires:
L’amour n’a pas d’autre désir que de se remplir.

To melt and be like a running brook that sings its melody to the night.
Mais si vous aimez et que vous deviez avoir des désirs, laissez-les s’exprimer : fondre et être comme un ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

To know the pain of too much tenderness.
Connaître la douleur de trop de tendresse.

To be wounded by your own understanding of love;
Être blessé par votre propre compréhension de l’amour ;

And to bleed willingly and joyfully.
Et à saigner volontiers et dans la joie.

To wake at dawn with a winged heart and give thanks for another day of loving;
Pour se réveiller à l’aube avec un cœur ailé et rendre grâce pour une autre journée d’amour ;

To rest at the noon hour and meditate love’s ecstasy;
Pour se reposer à l’heure du midi et méditer l’extase de l’amour ;

To return home at eventide with gratitude;
Pour revenir à la maison avec gratitude au crépuscule ;

And then to sleep with a prayer for the beloved in your heart and a song of praise upon your lips.
Et puis dormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louange sur vos lèvres.

 

*************

Khalil Gibran
The Prophet II
Le Prophète II

António Soares dos Reis – LE SCULPTEUR DE L’ÂME PORTUGAISE – O Escultor da Alma Português

PORTUGAL
PORTO
Museu Nacional Soares dos Reis

 

 




Photo Jacky Lavauzelle

António Soares dos Reis

Musée national
Soares dos Reis 

António Soares dos Reis
LE SCULPTEUR DE L’ÂME PORTUGAISE
O Escultor da Alma Português

Vila Nova de Gaia 1847 – Vila Nova de Gaia 1889

****

Busto de Marques de Oliveira
António Soares dos Reis
Assinada e datada
Signé et daté
1881
Bronze

joao-marques-de-oliveira-busto-antonio-soares-dos-reis-buste-artgitato-porto-23 joao-marques-de-oliveira-busto-antonio-soares-dos-reis-buste-artgitato-porto-25

**

retrato-portrait-antonio-soares-dos-marques-de-oliveira-artgitato-3

**
Busto de Francisco Pinto Bessa
Buste de Francisco Pinto Bessa
Assinada e datada
Signé et daté
1878
Bronze

antonio-soares-dos-reis-francisco-pinto-bessa-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-francisco-pinto-bessa-artgitato
Francisco Pinto Bessa
Político português
Homme Politique Portugais
1821 à Lordelo do Ouro Porto- 1878 à Porto

**

Busto de Joaquim Pinto Leite
Buste de Joaquim Pinto Leite
Assinada e datada
Signé et daté
1881
Bronze

antonio-soares-dos-reis-joaquim-pinto-leite-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-joaquim-pinto-leite-artgitato-2

Joaquim Pinto Leite
Oliveira de Azeméis c. 1820 -Porto 1880

**

Busto de Correia de Barros
Buste de Correia de Barros
Assinada e datada
Signé et daté
Bronze
1884

antonio-soares-dos-reis-correia-de-barros-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-correia-de-barros-artgitato-2

**

O Desterrado
L’Exilé
mármore – marbre
Assinada e datada
Signé et daté
1872

antonio-soares-dos-reis-o-desterrado-lexile-artgitato-4 antonio-soares-dos-reis-o-desterrado-lexile-artgitato-3 antonio-soares-dos-reis-o-desterrado-lexile-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-o-desterrado-lexile-artgitato

**




Flor Agreste
Fleur Sauvage
mármore – marbre
Assinada e datada
Signé et daté
1881

antonio-soares-dos-reis-flor-agreste-fleur-sauvage-artgitato-0 antonio-soares-dos-reis-flor-agreste-fleur-sauvage-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-flor-agreste-fleur-sauvage-artgitato

**

Busto da Inglesa (Mrs Leech)
Buste d’une anglaise, Madame Leech
Assinada e datada
Signé et daté
1887
Bronze

antonio-soares-dos-reis-busto-da-inglesa-artgitato-2

**
Busto de Hintze Ribeiro
Buste de Hintze Ribeiro
Assinada e datada
Signé et daté
Bronze
1884

antonio-soares-dos-reis-hintze-ribeiro-artgitato-2

**




Firmino
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1867

antonio-soares-dos-reis-firmino-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-firmino-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-firmino-artgitato-3

**

Academia
Homem sentato
Etude d’un homme assis
Assinada e datada
Signé et daté
1868

antonio-soares-dos-reis-homem-sentado-homme-assis-artgitato-3 antonio-soares-dos-reis-homem-sentado-homme-assis-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-homem-sentado-homme-assis-artgitato

**




O Pescador
Le pêcheur
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1870

antonio-soares-dos-reis-o-pescador-le-pecheur-artgitato-4 antonio-soares-dos-reis-o-pescador-le-pecheur-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-o-pescador-le-pecheur-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-o-pescador-le-pecheur-artgitato

**

Brotero
Gesso original
Plâtre
1886

antonio-soares-dos-reis-brotero-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-brotero-artgitato-2

**

São José
Saint Joseph
Bronze
1880

antonio-soares-dos-reis-sao-jose-saint-joseph-artgitato-0

**

Cabeça de negro
Tête d’homme noir
Gesso original – Plâtre
Assinada e datada
Signé et daté
1873

antonio-soares-dos-reis-cabeca-de-negro-tete-dhomme-noir-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-cabeca-de-negro-tete-dhomme-noir-artgitato-0

**




Viscondessa de Vinhó e Almedina
Vicomtesse de Vinhó e Almedina
mármore – marbre
Assinada e datada
Signé et daté
1882

antonio-soares-dos-viscondessa-de-vinho-e-almedina-artgitato-5 antonio-soares-dos-viscondessa-de-vinho-e-almedina-artgitato-4 antonio-soares-dos-viscondessa-de-vinho-e-almedina-artgitato-3 antonio-soares-dos-viscondessa-de-vinho-e-almedina-artgitato-2 antonio-soares-dos-viscondessa-de-vinho-e-almedina-artgitato-1

**

S. Joaquim
Saint-Joachim
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1880

antonio-soares-dos-reis-joachim-joaquim-artgitato-3 antonio-soares-dos-reis-joachim-joaquim-artgitato antonio-soares-dos-reis-joachim-joaquim-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-joachim-joaquim-artgitato-2

Joachim est le père de la Vierge Marie et le mari de Sainte Anne

**
Carro de Apolo
Char d’Apollon
gesso – plâtre
1880

antonio-soares-dos-reis-carro-de-apolo-char-dapollon-artgitato-0

**

A Riqueza
La Richesse
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1877

antonio-soares-dos-a-riqueza-la-richesse-artgitato-1 antonio-soares-dos-a-riqueza-la-richesse-artgitato-2

**

A música
La musique
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1877

antonio-soares-dos-a-musica-la-musique-artgitato antonio-soares-dos-a-musica-la-musique-artgitato-1

**

A trabalho
Le travail
Bronze
1876

antonio-soares-dos-reis-a-trabalho-le-travail-artgitato-1 antonio-soares-dos-reis-a-trabalho-le-travail-artgitato-2

**

Narciso
Narcisse
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1881

antonio-soares-dos-reis-narciso-narcisse-artgitato-0 antonio-soares-dos-reis-narciso-narcisse-artgitato-2 antonio-soares-dos-reis-narciso-narcisse-artgitato

Narcisse par Mallarmé

Narcisse, ce fils du fleuve Céphise, fut aimé de la nymphe Écho, qui ne put obtenir son amour à lui et mourut de chagrin. Némésis (fig. 160), pour le punir, le fit tomber amoureux de sa propre image ; et le jeune homme, à son tour, languit dans une attente vaine. Sur le lieu de sa mort, naquit la fleur qui s’appelle de son nom. Des versions postérieures disent qu’il fut changé en narcisse : comme elles disent encore que Daphné fut changée en laurier. L’amour d’Écho pour Narcisse est seulement une autre version de l’amour de Séléné pour Endymion, le soleil, alors qu’il plonge dans la mer. Comme Endymion dort dans Latmos, la terre de l’oubli, de même le nom de Narcisse signifie le mutisme ou la surdité du profond sommeil, et exprime l’idée que représente déjà la légende d’Endymion.

Stéphane Mallarmé
Les Dieux antiques
J. Rothschild, éditeur
1880 – pp. 216-217

**

Fontes Perreira de Melo
Gesso – Plâtre

antonio-soares-dos-reis-fontes-pereira-de-melo-artgitato-2

 Fontes Pereira de Melo
Lisbonne  8 septembre 1819 — Lisbonne 22 janvier 1887

**

Busto da Viscondessa de Moser
Buste de la Vicomtesse de Moser
Bronze
Assinada e datada
Signé et daté
1883

antonio-soares-dos-reis-busto-da-viscondessa-de-moser-artgitato-2

**

António Soares dos Reis

Черна песен – Димчо Дебелянов – Poème Bulgare de Dimcho Debelyanov – Chanson Noire (1910)

България – Български
Dimcho Debelyanov
Черна песен – Димчо Дебелянов

Traduction – Texte Bilingue
Превод – показване на два текста


LITTERATURE BULGARE
POESIE BULGARE

българската поезия
българска литература

Димчо Дебелянов
Dimcho Debelyanov
1887 – 1916

Черна песен
Chanson Noire
1910

Аз умирам и светло се раждам –
Je meurs et renais à la lumière
разнолика, нестройна душа, 
éclatée, mon âme est en vrac,
през деня неуморно изграждам,
la journée sans relâche je construis,
през нощта без пощада руша.
la nuit sans pitié je détruis.

*

Призова ли дни светло-смирени, 
Je désire une journée simple,
гръмват бури над тъмно море,
le
s orages couvrent la mer assombrie,
а подиря ли буря – край мене 
Je cherche une tempête à moi
всеки вопъл и ропот замре.
des cris et le murmure des morts.

*

За зора огнеструйна копнея, 
je désire des aubes ardentes
а слепи ме с лъчите си тя, 
mais leurs lumières m’aveuglent,
в пролетта като в есен аз крея, 
au printemps et à l’automne, je languis,
в есента като в пролет цъфтя.
à l’automne et au printemps, j’espère.

*

На безстрастното време в неспира
Sur impassible fuite incessante du temps
гасне мълком живот неживян 
ma vie non vécue s’estompe en silence
и плачът ми за пристан умира,
et mon cri meurt sur le quai
низ велика пустиня развян. 
et dans un grand désert plonge.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************

Dimcho Debelyanov
Димчо Дебелянов

Излиза за пръв път в сп. « Съвременник »,
г. II, кн. 6 от 15.V.1910 г.

Première parution dans le magazine « Contemporain »
sur II, Vol. 6, le 15 mai 1910

Pianto Antico CARDUCCI Texte & Traduction – Plainte Antique (1871)

Traduction – Texte Bilingue
Pianto antico CARDUCCI
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARDUCCI

Pianto antico carducci poème de Giosuè Carducci Plainte AntiqueTraduction Artgitato Poème


Giosuè Carducci
1835- 1907


Prix Nobel de Littérature 1906

Traduction Jacky Lavauzelle

——–
 Rime nuove, 1887

Pianto Antico

Plainte Antique


1871

L’albero a cui tendevi
L’arbre à qui tu tendais
 la pargoletta mano,
ta petite main,
il verde melograno
le vert grenadier
da’ bei vermigli fior,
aux belles fleurs vermeilles,

nel muto orto solingo
dans le jardin solitaire silencieux
 rinverdì tutto or ora,
reverdit tout juste maintenant,
 e giugno lo ristora
et juin le ravive
di luce e di calor.
de  lumière et de chaleur.

Tu fior de la mia pianta
Toi fleur de ma plante
percossa e inaridita,
battue et flétrie,
 tu de l’inutil vita
Toi de l’inutile vie
estremo unico fior, 
unique fleur dernière,

sei ne la terra fredda,
tu es dans la terre froide,
sei ne la terra negra
tu es dans la terre noire
né il sol più ti rallegra
le soleil ne t’enchante plus
né ti risveglia amor.
l’amour ne te réveille plus.

************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************************

pianto antico carducci