Archives par mot-clé : Atropos

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – DIXIÈME & DERNIER TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

**

***********


Dixième et dernier Tableau

PHALARIS, puis un garde et PERILLUS

Nous sommes dans le bureau de Phalaris où trône le taureau d’airain de Perillus.

PHALARIS
Seul, les yeux dans le vide, à son bureau.
Jusqu’où s’arrêteront-ils ? Ils m’en veulent tous ou quoi ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire à Kemoch ? Je ne pense qu’à satisfaire sa faim et soulager son appétit…et paf ! ils me claquent dans les doigts ! A qui se fier en ce bas monde ? Je vous le demande ?
Il regarde le taureau.
Comme il est beau ! Comment peut-on fuir en ayant réalisé une si belle chose !
Il se lève et caresse la bête.
Quelle perfection ! Quel génie que ce Perillus !…Dommage !….Dommage !  Quelle perte pour la Moirie ! Pour nous tous !…. Mais, O combien la fête sera belle avec un si beau taureau ! …Et lui, l’imbecile ! Il fallait qu’il gâche un si beau travail….Un accomplissement…Enfin, c’est comme ça ! …Pour une fois, nos trois Grâces ne pourront rien me reprocher ! …Après tout…J’ai tout fait pour que la fête de Kemoch soit la plus belle et la plus inoubliable !

Un garde rentre devant son bureau.

LE GARDE
Le prisonnier est là, majesté.

PHALARIS
Fais-le rentrer !

Le garde se retire et revient avec Perillus menotté.

PHALARIS
Enlève-lui les menottes et retire-toi !

Le garde exécute les ordres et se retire. Phalaris et Perilus sont seuls sur scène.

PHALARIS
Eh bien, te voilà, Perillus. Dans une bien fâcheuse posture. Toi, le grand inventeur…partir aussi bêtement… je ne te pensais pas aussi stupide !

PERILLUS
Ta bonté m’a fait fuir, Phalaris.

PHALARIS
Que t’ai-je fait, pour vouloir partir comme un scélérat ?

PERILLUS
A moi, rien, mais à d’autres tellement !

PHALARIS
Au moment où j’essayais de remettre de l’humanité et de la bonne humeur !

PERILLUS
Il en faudrait tellement. Tu as enlevé le fond. Tu auras beau mettre et mettre encore, ça n’y fera rien !

PHALARIS
Et maintenant te voilà bien avancé !

PERILLUS
J’ai joué…

PHALARIS
Et tu as perdu !

PERILLUS
Qui ne tente rien…

PHALARIS
Mais de cette manière, c’est pitoyable ! Un grand nom comme le tien, va s’éteindre dès demain.

PERILLUS
Qui sait combien de temps durera notre renommée ?

PHALARIS
Personne, c’est vrai ! Mais tu avais de si belles choses à créer, à produire, toi le grand inventeur, le grand architecte, chéri des Princesses et aimé de la Cour.

PERILLUS
Tu embellis un peu le tableau, tyran.

PHALARIS
Qu’ai-je embelli ? Ton nom est chanté dans toutes les capitales des royaumes environnants !
Il regarde le taureau.
Et partir quand on est capable d’une si belle chose !

PERILLUS
Regardant son taureau.
Oui, c’est vrai. Je pensais ne plus le revoir….ça me fait quelque chose de le revoir maintenant…On s’y attache…

PHALARIS
Tu as dépassé tout ce que tu avais fait auparavant !

PERILLUS
Oui, et plus encore. Sais-tu qu’il parle, tyran ?

PHALARIS
Il parle ?

PERILLUS
Enfin, il gémit comme un taureau !

PHALARIS
Diable ! Et comment as-tu pu réaliser une telle diablerie !

PERILLUS
Regarde ! Sur les côtés ! Les orifices permettent de percevoir les gémissements du taureau…comme s’il s’agissait d’un vrai. Ce taureau permettra d’avoir avant le goût, l’odeur et les sons.

PHALARIS
Épaté.
C’est fabuleux !

PERILLUS
N’est-ce pas ?

PHALARIS
Tout simplement, exceptionnel !

PERILLUS
Je ne l’ai pas fait en ton honneur, rassure-toi !…mais en celui de notre Moirie !

PHALARIS
A la Moirie à la mort !

PERILLUS
Voilà, tout à fait, Phalaris et je rejoins la mort dans mon amour pour la Moirie.

PHALARIS
Moi aussi, Perillus, j’aime la Moirie….

PERILLUS
…A la Moirie à la mort !

PHALARIS
…Mais différemment !

PERILLUS
Cette œuvre est pour mon pays qui m’a tout donné…

PHALARIS
Et va tout te reprendre !

PERILLUS
Qu’est-ce qu’il va me reprendre ? Rien ! Mon étoffe charnelle ? Mais mon étoffe, je la livre volontiers à Kemoch !

PHALARIS
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

PERILLUS
Je donnerai de la force à d’autres par ma mort !

PHALARIS
C’est beau ce que tu dis !

PERILLUS
Ce sont nos traditions !

PHALARIS
Comme c’est vrai, Perillus, ce sont nos traditions et c’est ce que nous avons de plus beau.

PERILLUS
Et de loin, tyran, et de loin…

PHALARIS
Ainsi, tu veux finir en sacrifice ?

PERILLUS
Quelle plus belle mort peut-on imaginer ?

PHALARIS
C’est vrai, je n’en vois pas de plus belle ! Et comment…

PERILLUS
Comment, quoi ?

PHALARIS
Comment tu le vois ton sacrifice ?

PERILLUS
Mais dans mon taureau, pardi ! je veux être le premier à être sacrifié et dégusté au nom de notre grand Kemoch !

PHALARIS
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

PERILLUS
Je donnerai ainsi lors de l’inauguration toute la substance de mon être à mes amis, à nos Princesses…

PHALARIS
Comme ce sera délicieux !

PERILLUS
Évite de m’accompagner avec les carottes !

PHALARIS
Pourquoi ?

PERILLUS
Je fais une allergie aux carottes !

PHALARIS
Si ce sont tes volontés, elles seront respectées, scrupuleusement !

PERILLUS
Tant mieux, tyran, tant mieux ! Pense à bien couper et à bien faire dégraisser légèrement la viande. Pense à bien tailler en gros morceaux l’oignon. Pense à bien dégermer les gousses d’ail….

PHALARIS
Tu sais, nous n’avons plus Drakass mais nous avons d’autres très bons cuisiniers !

PERILLUS
Je sais…mais je préfère que tu ne rates pas ce banquet-là ! Pense à mettre la viande et la garniture dans le bon vin rouge du pays…

PHALARIS
Comme il va bien se marier à l’ensemble !

PERILLUS
et pour faire mariner toute une nuit … tant pis…Tu n’auras pas le temps…Mais que le reste soit accompli de manière parfaite et scrupuleuse.

PHALARIS
Ému.
Cela sera fait ainsi !

PERILLUS
Je pars léger ainsi…Presque avec le sentiment du devoir accompli. J’ai fini ma dernière œuvre et je vais la montrer au monde de la plus belle des manières !

PHALARIS
Je ferai de ton corps le plus beau des banquets ! Tes cuisses seront réservées aux Princesses et à tes amis avant tout !

PERILLUS
N’oublie pas de réserver mon cerveau au seul et unique Kemoch, j’y tiens !

LES DEUX
Ensemble.
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

[Fin du dixième et dernier tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – NEUVIÈME TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

**

***********


Neuvième Tableau

Clotho, Lachésis et Atropos.

Nous sommes dans le Château des trois Princesses. Même positionnement que dans le cinquième tableau.

CLOTHO
Filant.
Connaissez-vous la dernière, mes sœurs ?

LACHÉSIS
La dernière du Palais ?

ATROPOS
Une nouvelle lubie de Phalaris ?

CLOTHO
Non, les gardes frontières ont arrêté Perillus hier soir !

LACHÉSIS
Il tentait de s’enfuir ?

ATROPOS
A la frontière, ça en a tout l’air, Lachésis !

CLOTHO
Il est arrivé au Palais et il sera bientôt dans les mains de Phalaris !

LACHÉSIS
Il y a des témoins ?

ATROPOS
Est-il blessé ?

CLOTHO
Apparemment non. Il est sain et sauf…mais pour combien de temps ? Il était seul…à ce qu’on dit !

LACHÉSIS
Oui, pour combien de temps sa vie tient-elle ?

ATROPOS
Ne pouvons-nous rien faire ?

CLOTHO
Si c’est une fuite…c’est une haute trahison !

LACHÉSIS
Oui, une haute trahison !

ATROPOS
Mais, c’est la peine de mort, alors ?

CLOTHO
Quand tu vois le sort de Drakass…

LACHÉSIS
Pour dix fois moins que ce que n’a fait Perillus !

ATROPOS
Alors, il est perdu !

CLOTHO
Complétement ! Je sais que tu appréciais notre inventeur. Mais en décidant de fuir, il a renié la Moirie…

LACHÉSIS
Il s’est détourné de nous.

ATROPOS
Il est indéfendable ?

CLOTHO
Indéfendable !

LACHÉSIS
Complétement indéfendable !

ATROPOS
Triste.
Je perds un ami !

CLOTHO
Les raisons d’état nous dépassent, ma chère Atropos !

LACHÉSIS
Même nous, les Princesses !

ATROPOS
Que va-t-il en faire ?

CLOTHO
Phalaris ? Tu sais, notre Phalaris à ce sujet à une imagination incroyable…

LACHÉSIS
Débordante et tranchante !

ATROPOS
Je le regretterai, mon Perillus.

CLOTHO
Nous toutes. Mais il y a des actes impardonnables, Atropos !

LACHÉSIS
Inexcusables !

ATROPOS
Regrettables !

CLOTHO
En tout cas, cela ne va pas arranger les affaires de la Moirie.

LACHÉSIS
Nous perdons encore un très bon élément…

ATROPOS
Un des meilleurs…le meilleur…

CLOTHO
Un des meilleurs assurément !

LACHÉSIS
Le pays s’enfonce un peu plus…En perdant Périllus, je me demande si nous n’avons pas perdu la partie ?

ATROPOS
Nous avons misé sur le mauvais tyran !

CLOTHO
Et il est trop tard pour faire marche arrière.

LACHÉSIS
Essayons quand même de redresser la barre !

ATROPOS
Avec qui ? Qui reste-t-il encore ? Nous n’aurons bientôt plus qu’un tyran et des gardes…

CLOTHO
Et d’autres gardes pour garder les gardes qui veulent s’échapper…

LACHÉSIS
Espérons seulement que l’hémorragie s’arrête à Périllus !

ATROPOS
Périllus était aimé…

CLOTHO
Ça nous le savons ! N’est-ce pas Lachésis ?

LACHÉSIS
Oui, Clotho ! Atropos l’aimait un peu plus que les autres, mais c’était un homme apprécié de beaucoup de Moiriens !

CLOTHO
Et d’ailleurs…

ATROPOS
Et ça Phalaris n’aime pas ceux qui sont autant appréciés !

CLOTHO
Mais, il y a la fuite, Atropos ! …la fuite…c’est un crime en Moirie !

LACHÉSIS
Et nous ne pouvons tolérer aucune exception, même pour un homme tel que lui !

ATROPOS
je sais, la loi est la loi !

CLOTHO
En espérant que notre Moirie puisse s’en relever.

LACHÉSIS
Elle a déjà connu d’autres déboires, d’autres crises…

ATROPOS
Oui de si nombreuses invasions !

CLOTHO
Mais nous avons terrorisé nos envahisseurs. Tous voient la Moirie comme une terre de sauvages et de brutes.

LACHÉSIS
Peut-être un peu trop ! Ce qui nous a servi jadis, aujourd’hui ça nous enfonce un peu plus dans les abîmes…

ATROPOS
Oui, nous nous enfonçons désespérément.

CLOTHO
Le sort est jeté, Atropos. Prépare-toi à couper son fil de vie !

LACHÉSIS
Mais si tu veux, Atropos, je le ferai pour toi !

ATROPOS
Non ! Je ferai ma tâche jusqu’au bout. Fût-elle celle de couper mon propre fil s’il devait en être ainsi.

CLOTHO
Pour que vive la Moirie !

TOUTES
A la Moirie à la mort !

CLOTHO
Et que nous protège notre infini Kemoch !

TOUTES
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

[Fin du neuvième tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN -Pièce de Jacky Lavauzelle – HUITIÈME TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

***********


Huitième Tableau

PERILLUS, le CHAMBELLAN et COPIS.

Dans le l’atelier de Perillus. Un taureau grandeur nature couleur métal trône à gauche de l’atelier.

 

LE CHAMBELLAN
Alors, quelles sont les nouvelles Perillus ?

PERILLUS
Je n’en ai que de mauvaises !

LE CHAMBELLAN
Regardant le taureau.
Je vois à ton travail que tu as quand même bien avancé !

PERILLUS
Oui, j’ai bien travaillé…mais j’ai un mauvais pressentiment !

COPIS
regardant le taureau longuement.
Mon Kemoch, qu’il est beau…et de belles coucougnettes avec ça ! Tu n’as rien oublié, dis-donc ! On croirait qu’il est vrai !

LE CHAMBELLAN
C’est vrai qu’il rutile !

PERILLUS
J’y ai passé tout mon temps et et j’y ai mis toute mon énergie.

LE CHAMBELLAN
Oui, mais quel résultat ! C’est hallucinant !

PERILLUS
Mais quelle fatigue, les amis ! Je suis épuisé ! Je ne vaux plus tripette ! Et tout ça pour quoi ?

COPIS
Enflammé.
*Ô temps, ô temps trompeur soumis à Kemoch,
Celui qui te guide et tient ta main,
Là-haut, on ne sait où, dans les nuées,
Et qui lui fait répandre, au loin,
Les vies dont il a besoin,
L’artiste à nouveau exténué
Mais pour une œuvre parfaite par ses soins
Qu’il a réalisée ?
Non, qui l’a réalisé !

PERILLUS
Merci Copis pour donner un peu de beauté dans ce monde de barbares !

LE CHAMBELLAN
N’as-tu pas vu la Princesse Atropos, lors de la soirée ? Elle ne peut pas t’aider ? Tu devais bien la voir ? Raconte.

PERILLUS
Oui, je l’ai vue ! Mais elle ne pourra rien faire dans l’immédiat ! Elle ne peut pas s’opposer à Phalaris tant qu’il n’a rien fait. C’est le tyran ! Si elle s’oppose, une grave crise serait ouverte qui affaiblirait notre pays ! Et elle ne peut pas se permettre ça ! Surtout en ce moment ! Elle me dit qu’il faut attendre le faux pas !

COPIS
Tu vois bien que tu t’inquiètes pour rien ! Nous sommes tous à la même enseigne !

PERILLUS
J’ai appris, mon Copis, mon sacré Copis, ou devrais-je dire secret Copis…que tu envoyais des poèmes à la Princesse Clotho…dis-donc Copis, c’est vrai ?

COPIS
Gêné.
Rien. Quelques petits poèmes de rien du tout.

LE CHAMBELLAN
J’ai cru comprendre qu’elle les appréciait bien, tes petits poèmes ! On est dans les petits papiers avec la Princesse, comme ça ? Toi c’est Clotho et Perillus c’est Atropos !

COPIS
C’est vrai qu’elle les aime bien ? Eh bien, boilà…Il ne manque plus que toi avec Lachésis.

PERILLUS
Il paraît qu’elle ne s’intéresse que moyennement aux hommes !

LE CHAMBELLAN
Ah ! Lachésis ?

COPIS
Ça, je ne savais pas !

PERILLUS
Enfin, ça ne fait pas tout ! Nos princesses sont bien gentilles, mais c’est Phalaris qui reste ici tout puissant et nous restons, nous, à sa merci !

LE CHAMBELLAN
Que comptes-tu faire ? Ton idée d’Hispérie tient toujours ?

COPIS
Oui, tu nous avais parlé de ça. C’est vrai…Partir en Hyspérie … Partir en Hyspérie et mourir… C’est beau !

PERILLUS
En tout cas, rester ici, c’est mourir sûrement. Je voulais donc vous voir pour vous faire mes adieux…

LE CHAMBELLAN
Quoi, tu pars ? Tu n’as pas de craintes sérieuses…

PERILLUS
…Tôt ou tard, ça nous arrivera à tous…Regardez Drakass !

COPIS
C’est vrai, que pour notre ami, ça a été expéditif ! La sûreté de l’état invoquée par notre foutu tyran, c’était tiré par les cheveux !

PERILLUS
Que va-t-il trouver encore ?… Les motifs ne manquent pas ! Mon taureau d’airain lui paraîtra trop petit, trop grand, énergivore, que sais-je ?… Pas assez rutilant !… Il dira que j’ai fait honte à la nation Moirienne, …que je l’ai insultée, peut-être…

COPIS
Tu pousses pas un peu ?

LE CHAMBELLAN
Moi qui voit le Phalaris tous les jours, il est vrai que son état ne va pas en s’améliorant…Mais quand même de là à tuer son meilleur créateur ! Quand même !

PERILLUS
Il a bien tué son meilleur cuisinier !

COPIS
Vite remplacé par ailleurs ! Nul n’est…

PERILLUS
…irremplaçable ! je sais, je sais !

LE CHAMBELLAN
Et si tu pars…

PERILLUS
…Je pars, ma décision est prise !

LE CHAMBELLAN
Mais comment vas-tu faire ? Comment as-tu organisé tout ça ?

COPIS
Qui t’attend là-bas ?

PERILLUS
Je ne vous dirai rien de plus ! Cet idiot est capable de vous torturer et ces méthodes sont très expéditives et vraiment dissuasives !

COPIS
Apeuré.
Oh oui ! Moi, je parlerais, c’est sûr ! Ne dis me rien Perillus, ne nous dis rien !

PERILLUS
Oui, vous comprenez mon silence. C’est bien.

LE CHAMBELLAN
Mais Phalaris a plus que doublé les contrôles aux frontières ! Tu ne pourras jamais passé ! Tu ne vas pas franchir les montagnes enneigées, quand même, c’est vraiment trop dangereux ?

PERILLUS
Je ne vais pas vous dire ni où je passerai, ni mes contacts…

COPIS
Non ! Ne nous dis rien, Perillus, je t’en prie, ne nous dis rien !
(Prenant une pose dramatique. )
*Quel sombre ou clair avenir
S’offrira demain à notre Perillus ;
Ils consultent les astres et les abats rituels
Pour que le bonheur l’accompagne dans son ultime voyage
Le ciel entier, avec sa brume et ses nuages,
Et sa terreur, et sa folie, et ses soleils,
Et tant de météores
Le guideront vers d’autres cieux,
D’autres brumes et d’autres soleils.

LE CHAMBELLAN
Ultime voyage ! Comme tu y vas, Copis…Il en aura bien d’autres encore !

COPIS
La création, Chambellan, la création !

PERILLUS
Voilà ! C’est la dernière fois que nous nous voyons ! Et je tiens à vous souhaiter bon courage.Il vous en faudra plus à vous qu’à moi. Pour moi, c’est une question d’heures !

LE CHAMBELLAN
Ça fait bizarre de t’entendre parler ainsi ! J’ai l’impression que tu montes à l’échafaud !

COPIS
Ou d’en réchapper ! … C’est quand même dommage de pas avoir trouvé de solutions avec la Princesse.

LE CHAMBELLAN
Oui. C’est vraiment dommage ! Un tyran comme Phalaris et tout est lamentation et désespoir.

COPIS
Eh ! Chambellan ! Tu parles comme moi, maintenant ?

LE CHAMBELLAN
L’émotion, Copis, l’émotion ! … Mais, Perillus, quelles sont tes dernières volontés en terre de Moirie ? Dis-nous, peut-on faire quelque-chose pour toi ?

PERILLUS
Rien. Voici ma dernière œuvre en Moirie !
Il montre son taureau.
C’est mon dernier chef d’œuvre !

COPIS
Tu ne t’es pas foutu de lui, dis-donc ?

PERILLUS
Ce n’est pas pour lui, que je laisse cette création. C’est pour mon pays que j’aime et qui a vu naître mes parents et les parents de mes parents. Le pays des traditions ! le pays de nos traditions ! respectons-les !

LE CHAMBELLAN
Oui, quelle œuvre !

COPIS
Quel chef d’œuvre !

PERILLUS
S’approchant du taureau.
Oui ! Un chef d’œuvre ! Un barbecue géant d’airain !

LE CHAMBELLAN
Comme il brille !

COPIS
Comme il scintille !

PERILLUS
Avec toutefois une originalité !

COPIS
Comme tout chef d’œuvre !

LE CHAMBELLAN
Quelle originalité ? Dis ? Tu nous intrigues !

PERILLUS
Mon taureau parle !

COPIS
Il parle comment ?

PERILLUS
Enfin, il parle…il mugit surtout !

COPIS
Mais comment est-ce possible ?

LE CHAMBELLAN
C’est diabolique !

PERILLUS
Mais non. Regardez ! (il montre les ouvertures) le bruit passera par là.

LE CHAMBELLAN
Mais quels bruits ?

PERILLUS
Le bruit des condamnés, des petits plats qui se préparent bien sûr !

COPIS
Horrifié.
Ils seront donc mis vivants !

PERILLUS
Les traditions, les amis ! Les traditions ! N’oubliez jamais les traditions ! Nous vivons et mourons pour elles. Elles sont notre socle, notre terroir. Sans elles, nous ne sommes rien. Nous ne valons pas mieux qu’un Philippain ou un autre de cet acabit.

COPIS
Oui, d’accord…Mais vivant ! Est-ce que ce n’est pas…un peu..extrémiste ?

PERILLUS
Nos traditions ne valent que si elles sont pures !

COPIS
Vivants !… Ils seront vivants !

LE CHAMBELLAN
Oui, mais ce seront des cris que nous entendrons, alors !

PERILLUS
Et voilà le côté génial ! C’est que ces trous-là (il les remontre) transforment les sons…

LE CHAMBELLAN
Ah !

COPIS
Vivants !…Ils seront vivants !

PERILLUS
Et avec ces trous, les cris deviendront mugissements !

LE CHAMBELLAN
Appréciant la qualité de l’ouvrage.
La création dans toute sa beauté !

COPIS
Oui… Mais ils seront vivants !

PERILLUS
Oh ! Copis ! Tu vas pas y passer le réveillon ! Ils seront vivants, oui et alors ? Tout bon barbecue Moirien, doit se faire dans cet état d’esprit. Pense au goût de la viande !

LE CHAMBELLAN
Incomparable !

PERILLUS
Eh oui, mon taureau est fait dans les vraies traditions Moiriennes !

LE CHAMBELLAN
Que vive la Moirie, sans son tyran infâme !

COPIS
Oui, sans son tyran !

PERILLUS
Voilà, je vous quitte ainsi les amis !

COPIS
Ému.
Arrête ! j’ai les larmes aux yeux.

LE CHAMBELLAN
Oui, ce ne sera pas pareil sans toi !

PERILLUS
Mais si, vous verrez ! Et je vous attendrai quoi qu’il arrive en hespérie. J’en ferai une nouvelle terre d’accueil pour les Moiriens exilés…en attendant le retour dans des temps meilleurs !

LE CHAMBELLAN & COPIS
A la Moirie et à L’hespérie !

PERILLUS
A la Moirie ! Merci les amis.

Ils s’embrassent.

[Fin du huitième tableau]

  • *d’après un poème d’Émile Verhaeren Le Temps

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – QUATRIÈME TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

***********


Quatrième Tableau

Le Chambellan, Princesse Atropos et Phalaris.

Phalaris est affairé à son bureau encombré de papiers. Il fulmine, vocifère. On le sent très énervé. Arrive le Chambellan.

LE CHAMBELLAN
Majesté ! Je vous annonce l’arrivée de la Princesse Atropos…

PHALARIS
Fort
La Princesse ? Ici ? Mais qu’est-elle venue faire au Palais ? Ce n’était pas prévu !

LE CHAMBELLAN
Voulez-vous que j’informe la Princesse de votre indisponibilité ?

PHALARIS
Bien sûr que non, sombre crétin ! Va et ne nous dérange pas.

LE CHAMBELLAN
Et pour introduire la Princesse ?

PHALARIS
Je m’en occuperai ! je m’en occuperai ! Va ! Va, te dis-je ?

Le Chambellan sort.

PHALARIS
Seul, il retourne à son bureau. S’assied dans son fauteuil et se penche en arrière. Il est maussade et ennuyé.
Atropos est ici. Comme c’est curieux . Je ne m’y attendais pas. Il faut toujours qu’elles viennent nous casser les couilles quand on est occupé. A part filer, je te demande ce qu’elles font. Si…me mettre des bâtons dans les roues…ça, elles savent…un jour viendra peut-être…quand j’aurai fini de m’occuper de tous ces vauriens, ces empêcheurs de tous poils, ces opposants à la petite semaine…J’ai encore du boulot…Mais à qui se fier…à qui se fier…Le personnel n’est plus ce qu’il était et la loyauté…parlons-en de la loyauté…attirés comme ils sont pas la Poutinerie et le Merkeland.  Par les écus faciles. Par des baisses d’impôt. Ces cons ! Je dois verrouiller ça et fissa avant que ça ne me revienne dans les dents…Bon…Qu’est-ce qu’elle fait…elle vient…ou elle vient pas.
(Il se lève et regarde dans le couloir.)
Rien ! Rien de rien…Ça serait pas une blague de ce vieux Chambellan…Ça m’étonnerait…dès qu’il arrive, j’entends ses dents claquer…alors blaguer n’y comptons pas…Et en plus, personne ne comprend pas mon sens de l’humour…Un humour animal, dirons-nous…
Il s’arrête et écoute. On entend des pas. Phalaris se hâte de ranger un peu son bureau.
Merde ! Elle arrive !…

ATROPOS
Elle arrive d’un pas rapide et assuré. Elle aperçoit Phalaris qui fait semblant de travailler et jette son manteau sur une chaise.
Ah ! Mon bon Phalaris, toujours au travail !

PHALARIS
Altesse ! Vous ! Vous, ici ?

ATROPOS
Oui, oui. C’est bien moi, mon bon Phalaris ! En personne !

PHALARIS
Mais que me vaut l’insigne honneur, Altesse ? Une urgence ? Un dossier confidentiel ?

ATROPOS
Non, rien de tout ça…et un peu de tout ça aussi !

PHALARIS
Vous m’inquiétez, Altesse ? Y-a-t-il quelque chose que je puisse faire pour vous contenter ?

ATROPOS
Regarde un peu son bureau et regarde quelques papiers.
Vous préparez l’inauguration du Temple ? C’est ça ?

PHALARIS
Tout à fait, Altesse ! Tout à fait !

ATROPOS
Et nous serons prêts, Phalaris ?

PHALARIS
Bien entendu, Altesse, bien entendu…comme d’habitude…On semble pris de court et tout s’arrange !

ATROPOS
Très bien, très bien. Vous savez combien mes sœurs et moi y tenons ?

PHALARIS
Bien entendu, Altesse ! Bien entendu !

ATROPOS
Et vous aussi ? non ?

PHALARIS
Encore plus que tous ?

ATROPOS
Plus que nous, Phalaris ?

PHALARIS
Euh ! Non ! Pas plus ! Mais beaucoup…beaucoup…très fortement…très intensément, Altesse…très intensément…

ATROPOS
C’est bien, mon ami, c’est bien…Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir du retard…Tout retard serait tellement dommageable… Vous me comprenez, Phalaris ? Vous me comprenez ?

PHALARIS
Bien entendu, Altesse ! Je vous reçois cinq sur cinq !

ATROPOS
Pour autant, Phalaris…

PHALARIS
Quoi, votre Altesse ?

ATROPOS
Pour autant, j’entends des récriminations désobligeantes à votre sujet ?

PHALARIS
Des récriminations ? Désobligeantes ? De qui, Altesse, de qui ? Que je m’empresse de lui faire avaler sa langue à ce malotru ! Et j’en ferai un ragoût délicieux de cette langue de vipère !

ATROPOS
Calmez-vous, Phalaris ! Calmez-vous donc !

PHALARIS
mais Altesse, l’inauguration, Altesse, je ne pense qu’à ça ! Toutes mes journées et toutes mes nuits sont passées dans ce seul objectif ! …Avoir une inauguration inoubliable !

ATROPOS
Oui, c’est très bien ça ! et je vous l’ai dit, mes sœurs et moi y tenons tellement…cependant…

PHALARIS
Cependant ?

ATROPOS
Il faut du doigté, Phalaris…Il me semble que vous manquez de doigté !

PHALARIS
Non ?

ATROPOS
Si !

PHALARIS
Ah non !

ATROPOS
Si, si et si ! Je vous le dit ! On me le dit !

PHALARIS
Qui ?

ATROPOS
Peu importe ! Ce n’est pas le sujet !

PHALARIS
Quand même, Altesse ! Ce n’est pas bien de me squeezer ainsi et de passer directement par vous !

ATROPOS
Oui, mais vous devez faire attention à vos manières qui semblent trop…radicales à nos sujets.

PHALARIS
Trop radicales. Je suis le plus doux des hommes, Altesse !

ATROPOS
Du positif dans votre manière de faire ! La carotte et le bâton ! Vous n’utilisez que le bâton, vous les usez ! Ils se courbent, ils se courbent et …

PHALARIS
Et ?

ATROPOS
Et ils cassent ! Et se cassent ensuite dans nos pays limitrophes et néanmoins amis, mais néanmoins belligérants, mais néanmoins amis…

PHALARIS
Amis devant et ennemis derrière !

ATROPOS
Là n’est pas le sujet !

PHALARIS
Non ?

ATROPOS
Non ! Vous devez donner des gages de votre confiance ! Vous devez les encourager ! Leur donner de la confiance ! Ça ne coûte rien la confiance, mais qu’est-ce que ça rapporte ! Regardez notre économie, elle chute ! Et c’est la faute à qui ? C’est la faute à quoi ?

PHALARIS
A la confiance ?

ATROPOS
Tout à fait Phalaris ! A la confiance ! C’est le fondement de tout et surtout d’une bonne et belle dictature ! Les hommes doivent pouvoir vous laisser leur femme et les femmes vous laisser leur argent ! C’est pas compliqué, ça !

PHALARIS
Non, Altesse ! comme vous me le dites, ça ne semble pas compliqué !

ATROPOS
C’est pour ça que vous devez apporter de la reconnaissance à nos hôtes. Ils ne peuvent pas travailler avec la peur du chaudron ! C’est pas possible, ça ! Vous travailleriez avec la peur du chaudron, vous ?

PHALARIS
Qui s’emballe.
Ben, c’est que moi, le chaudron ça m’excite, Altesse et depuis que vous en parlez, Altesse, j’ai l’eau à la bouche et j’entends des gargouillis dans mon ventre, Altesse…c’est plus fort que moi…Ah ! cette idée du chaudron….Vous me dites qu’ils me laisseraient les conjoints…Si je pouvais les croquer tous…

ATROPOS
Elle s’énerve.
On se calme Phalaris ! On se calme ! On reprend nos esprits ! Calmez-vous !…Vous-êtes calmé ?…Ça y est ?

PHALARIS
Ça y est, Altesse ! Ça y est !

ATROPOS
Bon, alors…
elle réfléchit.
Oui, c’est ça…La confiance…La reconnaissance…Le mimétisme comportemental, voilà ce que vous devez travailler !

PHALARIS
Du mimétisme ? du mimétisme ? Les trois-quart sont de fieffés crétins ou ils veulent vous planter un couteau dans le dos !

ATROPOS
Bon ! Phalaris ?

PHALARIS
Oui, Altesse ?

ATROPOS
Phalaris, vous allez nous aider…

PHALARIS
Je ferai tout ce qui est possible et en mon pouvoir !

ATROPOS
Vous les avez tous, les pouvoirs !

PHALARIS
Pas autant que vous, Altesse…pas autant que vous !

ATROPOS
Ne soyez pas arrogant et déplacé, Phalaris ! Vous avez tous les pouvoirs d’un dictateur !

PHALARIS
Un dictateur qui rend des comptes !

ATROPOS
On rend tous des comptes à quelqu’un ou à plusieurs.

PHALARIS
Vous ? non !

ATROPOS
Je rends des comptes à la Princesse Clotho et à la Princesse Lachésis…comme elles me rendent des comptes…Et nous rendons des comptes à notre immense Kemoch ! Que sa grâce et que sa paix nous accompagnent !

PHALARIS
En même temps que la Princesse.
Que sa grâce et que sa paix nous accompagnent !

ATROPOS
Vous comprenez, Phalaris ?

PHALARIS
Je comprends, Altesse, je comprends !

ATROPOS
Et tout ça pour…?

PHALARIS
Pour le bien être…

ATROPOS
Et ?

PHALARIS
Le bonheur ?

ATROPOS
Et …?

PHALARIS
La sécurité ?

ATROPOS
Et…

PHALARIS
Votre contentement suprême ?

ATROPOS
Pour l’atteinte de notre objectif, Phalaris ! L’atteinte de notre objectif ! Qui est …?

PHALARIS
Qui est ? Qui est ?…La parfaite réalisation de notre inauguration !

ATROPOS
Voilà !

PHALARIS
Content
…Notre inauguration !

ATROPOS
Je compte sur vous, alors ?

PHALARIS
Mais, comme d’habitude, Altesse…Vous avez toute ma confiance !

ATROPOS
Et vous, vous avez toute la nôtre…Alors mettez un peu de sucre dans vos propos…

PHALARIS
Plus de sucre, Altesse ! D’accord !

ATROPOS
… un peu plus d’empathie !

PHALARIS
Plus d’empathie aussi, Altesse ! D’accord ! De l’empathie !

ATROPOS
Ça va ensemble, Phalaris…ça va ensemble ! J’espère ne plus avoir à entendre de propos désobligeants à votre égard…Et le chaudron ?

PHALARIS
Oui, Altesse ?

ATROPOS
…Pas pour nos sujets !

PHALARIS
Pour nos opposants !

ATROPOS
Avec parcimonie, Phalaris ! Avec parcimonie !

PHALARIS
Oui, Altesse, avec parcimonie !

Atropos se retourne, reprend sa veste et sort sans autre forme de bienséance. Phalaris reste raide devant son bureau jusqu’à ce qu’elle ait disparu.

PHALARIS
Seul.
Elles commencent à me les gonfler celles-là !

 

[Fin du quatrième tableau]

 

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle

*


LE TAUREAU D’AIRAIN



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*


Premier Tableau

Le Chœur
Nous sommes en Moirie, pays sombre et lugubre où règnent trois princesses – je les appellerai plutôt sorcières, mais ce n’est que mon avis, après tout…

**

Second Tableau

PHALARIS
Ce sera notre dieu désormais. J’ai eu une illumination en me rasant. Kemoch m’est apparu…Et il m’a parlé…
Gaihris lève les yeux au ciel quand Phalaris se tourne.
Une illumination, te dis-je. Une lumière blanche et des musiques sérielles et électroacoustiques … La synthèse impossible entre Stockhausen, Berio, Boulez et Dalbavie… J’étais un ange dans les mains de Dieu.

**

Troisième Tableau

PERILLUS
C’est vrai, l’amitié est chose bien peu présente dans notre pays, on ne parle que de loyauté ! La loyauté c’est pour les chiens ! La loyauté c’est pour les mafieux et les véreux ! Pour les tyrans ! Mon chien m’est fidèle et loyal, mais je ne le mange pas dès qu’il me désobéit !

**

Quatrième Tableau

PHALARIS
Qui s’emballe.
Ben, c’est que moi, le chaudron ça m’excite, Altesse et depuis que vous en parlez, Altesse, j’ai l’eau à la bouche et j’entends des gargouillis dans mon ventre, Altesse…c’est plus fort que moi…Ah ! cette idée du chaudron….Vous me dites qu’ils me laisseraient les conjoints…Si je pouvais les croquer tous…

**

Cinquième Tableau

ATROPOS
Et moi, couper ! Tout le monde à peur de moi ! tous s’écartent et chacun pense que sa dernière heure est arrivée ! Je les vois tremblant, bavant, écumant…Leurs épaules s’affaissent…ils rougissent…bégaient … suent à grosses gouttes…Je sens de la peur dès que je passe…des fragrances horribles de l’angoisse…même les lumières à mon passage s’affadissent. J’ai même vu des ampoules éclater en mille morceaux !

**

Sixième Tableau

PERILLUS
…du volume…du volume et encore du volume ! Ma création doit symboliser la culture Moirienne ! Notre puissance et notre effroi. C’est pour ça que tous nos voisins ont peur de nous ! Il y a un côté animal en chacun de nous. La Moirie est la réserve du monde ! Le paradis des cannibales ! On est pas accepté partout ! Quel monde indifférent à nos préoccupations et à notre manière de vivre !

**

Septième Tableau

PHALARIS
Comme tu y vas, Grand Argentier, la banqueroute ? C’est un peu fort quand même ! Nous avons des dépenses plus fortes que prévues…C’est sûr ! Des impondérables ? Aussi ! Mais…mais quand même, nous investissons pour notre avenir et pour le salut de nos âmes : nous nous mettons dans les bras de Kemoch !

**

Huitième Tableau

PERILLUS
Les traditions, les amis ! Les traditions ! N’oubliez jamais les traditions ! Nous vivons et mourons pour elles. Elles sont notre socle, notre terroir. Sans elles, nous ne sommes rien.

**

Neuvième Tableau

LACHÉSIS
Le pays s’enfonce un peu plus…En perdant Périllus, je me demande si nous n’avons pas perdu la partie ?

**

Dixième et dernier Tableau

PERILLUS
Regarde ! Sur les côtés ! Les orifices permettent de percevoir les gémissements du taureau…comme s’il s’agissait d’un vrai. Ce taureau permettra d’avoir avant le goût, l’odeur et les sons.

**

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

 

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – PREMIER TABLEAU

*
LE TAUREAU D’AIRAIN

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*


LE TAUREAU D’AIRAIN
Premier Tableau

Le chœur s’avance sur une scène nue.

Le Chœur
Racle sa gorge et toussote.
Bonsoir, voici l’histoire du Taureau d’Airain qui se situe dans une période ô combien troublée de notre courte et misérable histoire. Nous sommes en Moirie, pays sombre et lugubre où règnent trois princesses – je les appellerai plutôt sorcières, mais ce n’est que mon avis, après tout… La dernière fois, on m’a bien rappelé que mon contrat stipulait que je ne devais lire que ce qui était écrit et rien d’autre…Sinon Vlan !…
Il montre la sortie.




Bon alors ! Revenons-en à notre texte. Nos trois sorcières…euh, les trois princesses, bien sûr, sont nommées Clotho, Lachésis et Atropos. Cette dernière n’est pas la plus gentille, bien au contraire. Nous aurons le temps de revenir sur elles dans notre histoire.
Avant toute autre chose, et pour cela préfère le contexte…un peu de géopolitique afin de mieux comprendre notre histoire et parce que c’est toujours bien de savoir où l’on met les pieds…Quand il s’agit du bon ! … (il sourit) Bon, alors, la géopolitique…
Il racle à nouveau sa gorge et remet sa chemise.
La Moirie se trouve donc entourée de trois pays, (il fait des gestes dans l’espace en même temps qu’il parle afin de rester très pédagogique) beaucoup plus grands et guerriers : nous avons la Macronerie, au centre des deux autres, pays peuplé de Philippains adorateurs du dieu Jupiter. Macronius VIII, jeune éphèbe, qui plait beaucoup à ses sujets, commence toujours par un « Je vous le dis ! » et adopte toujours une gestuelle foncièrement christique qui en exaspère certains mais qui ravit sa majorité silencieuse. Personne ne sait trop ce qu’il pense ni ce qu’il dit mais quand il finit son discours tout le monde est d’accord…et tout le monde l’a trouvé génial…Les opposants, qui ne se trouvent plus en Macronerie, osent parler de manipulation des foules…Mais ça ne regarde que ce type d’individus… Il prône, notre Macronius, le huitième du nom, Grand Prêtre par la grâce de Dieu, un renforcement de l’amitié entre les peuples… et affirme qu’il peut apporter beaucoup d’amour. A droite de la Macronerie, nous avons le Merkeland, territoire sombre et inquiétant, peuplé de walkyries chevauchantes et de guerriers armés de massue. Ce territoire reste mal connu et peu en sont revenus. Son Roi AnKel CLXI est un souverain venu des anciennes régions lointaines de la Grande Communisterie, anciennes contrées avec des us et coutumes aujourd’hui largement oubliés, malgré quelques sectes réfractaires encore survivantes cachées dans des buissons non ardents et des chapelles désaffectées. A gauche, enfin, la Poutinerie, pays fier et combattif, qui reste dans son idéal de la Grande Poutinerie passée. C’est un pays froid et inhospitalier, terminé par des grandes plaines où ne survivent que les loups…et encore les plus gros appelés les  Big Bad Wolf… Et au bout de ces landes, des forêts et après ces forêts…des landes…et comme ça longtemps…longtemps…Et enfin avant la mer, la terre la plus inhospitalière de notre globe…La Goulagerie…Zone froide, bétonnée…Les constructions sont réalisées à base de fil de fer barbelé… C’est vous dire !
Il se réchauffe avec ses mains
Ça fait froid dans le dos ! Ce pays est donc gouverné par le grand Tsarovitch Vlad XLIX. Personnage fort en couleurs, grand sportif, marathonien, boxeur, lutteur et faiseur de feu…
Voilà pour les autres pays…Voyez que notre Moirie ne vous semble plus tout à fait aussi sombre et désespérée.
Nos trois…princesses ont un passe-temps qui leur prend tout leur temps…elles filent, elles filent et  filent encore. Donc…pas possible de gouverner dans ces conditions…Elles arrivent à trouver un moment de répit pour recevoir en grandes pompes Vlad XLIX, AnKel CLXI ou Macronius VIII…Et encore…La vieille des ces rendez-vous officiels, v’la-ty pas, qu’elles filent double quantité ! double travail au cas où ! …Donc étant des personnalités très occupées, elles ont préférées donner le pouvoir à Phalaris le Doux. Personnage encore bien obscure… personne ne sait d’où lui vient ce nom de Doux…Il est appelé plus familièrement Phalaris le Priape, mais là, par contre, tout le monde sait d’où lui vient ce surnom (il sourit).
Nous nous retrouvons donc dans le tableau suivant, à la cour de Phalaris, préoccupé comme tout bon dirigeant de notre terre, par les dettes et les déficits abyssaux et à réfléchir comment donner un écu macronien, puisqu’il s’agit de la monnaie universelle imposée dans une époque fort lointaine par Macronius Ier, fondateur de sa dynastie et grand unificateur du monde global…donc, comment donner un écu macronien d’une main et en récupérer, par un habile tour de passe-passe, trois, voire quatre d’une autre main.
Merci pour ce préambule un peu long…mais ô combien nécessaire pour l’incompréhension de notre histoire inoubliable, fantastico-horrifico…
Il tousse
Bon, je vous laisse !
Il se retourne
Et bon courage !
Il sourit

 

le chœur se retourne et quitte la scène.

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

DENIS Ier ÉDIFICATEUR & BÂTISSEUR- OS LUSIADAS III-98 LES LUSIADES CAMOES – Nobres vilas de novo edificou

* Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-98 LES LUSIADES III-98
LITTERATURE PORTUGAISE





Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-98




OS LUSIADAS III-98
A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 98
Strophe 98

III-98

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******




Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-98
LES LUSIADES III-98

 ******

« Nobres vilas de novo edificou
«Sont construites alors de nouvelles et nobles villes,
Fortalezas, castelos mui seguros,
Les forteresses et les châteaux sont mieux protégés,
E quase o Reino todo reformou
Et presque tout le Royaume est renforcé
 
Com edifícios grandes, e altos muros.
Par de majestueux bâtiments et d’imposantes murailles.
Mas depois que a dura Átropos cortou
Mais après la coupe de la sévère Atropos*
O fio de seus dias já maduros,
Du fil de ses jours déjà longs,
Ficou-lhe o filho pouco obediente,
Il laisse son gouvernement à son fils peu obéissant,
 
Quarto Afonso, mas forte e excelente.
Alphonse Quatre, mais valeureux et puissant. 

*******

DENIS Ier dit Denis le Laboureur
Dinis I de Portugal

O Rei Lavrador
Roi de Portugal et de l’Algarve par la grâce de dieu

Denis Ier
Enluminure issue de la Généalogie des rois de Portugal
XVIe siècle

****

Alphonse IV Le Brave
( Lisbonne – )
Roi de Portugal et de l’Algarve par la grâce de dieu

Alphonse IV
Alfonso IV
Peinture du XVIIIe siècle

********************

*
Précisions historiques
et
Retour sur les versets précédents


Sonnet 1 à Sonnet 94 : la naissance du Portugal – Règnes d’Alphonse I, Sanche I, Alponse II et Sanche II. Le sonnet 94 évoque la passation de pouvoir de Sanche II à Alphonse III en 1247, un an avant la mort de Sanche II.
Sonnet 94 : nous partons pour les 32 années de règne d’Alphonse III qui nous conduirons jusqu’en 1279, date du nouveau règne de Denis Ier.
Sonnet 95 : Camoes évoque les prises guerrières d’Alphonse III en Algarve sur les Maures.
Sonnet 96 : le règne de Denis Ier-  Second fils d’Alphonse III. Son règne s’étalera de 1279 à sa mort, le 7 janvier 1325. Il nomme déjà son successeur Alphonse IV Le Brave qui règnera 32 ans de 1325 à 1357. Denis Ier va pacifier son pays – Poète et troubadour, il laissera de nombreux cantigas : cantigas de amor, cantigas de amigo, cantigas de escarnio y maldecir.
Sonnet 97 : création de l’Université de Coimbra sur les bords du Mondego -A Leiria, Denis Ier signera le Scientiae thesaurus mirabilis. L’université de Coimbra est créée en 1290.
Sonnet 98 : Denis Ier reconstruit et renforce son pays. Atropos, une des trois Moires, coupe son fil de vie en 1325. (les 3 Moires : Clotho, celle qui tisse le fil de la vie, Lachésis, celle qui déroule et qui répare le fil et la dernière Atropos, celle qui coupe).

Les Moires
Francisco de Goya
1820-1823
Musée du Prado – Madrid

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

****

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-98 CAMOES LUSIADES III-98
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************


White_Fawn_Drawing Faon Diane

 OS LUSIADAS
LES LUSIADES CAMOES