Archives par mot-clé : art

LETTRES DE L’ARETIN Lettera di Pietro Aretino a Michelangelo Lettre à Michel-Ange

 LETTERE – Libro III – LETTRES -LIVRE III


1545

Traduction – Texte Bilingue
LITTERATURE ITALIENNE
Letteratura Italiana

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Pietro Aretino
Pierre l’Arétin
Arezzo, 20 aprile 1492 – Venezia, 21 ottobre 1556
Arezzo 20 avril 1492 – Venise 21 octobre 1556

——–











 L’ARETIN

LETTERE – Libro III
LETTRES -LIVRE III
Lettera al grande Michelangelo Buonarroti
Lettre au grand MICHEL-ANGE BUONARROTI

Novembre 1545

 

Tiziano – Le Titien
Vers 1548 circa 1548
Frick Collection New York












******

Notes

La lettre de L’Arétin est écrite en 1545, alors que l’œuvre de Michel-Ange, le Jugement Dernier, est terminé depuis quatre ans. Il attaque sa liberté de création dans un lieu sacré. Michel-Ange est critiqué non pour ses dons artistiques, «  perfettion di pittura », mais pour ne pas avoir conçu une iconographie avec des poses plus retenues, nous ne sommes pas dans un bordel, « il postribolo« .

L’Arétin parle de La Nanna. Il s’agit d’un personnage de ses Ragionamenti où une prostituée raconte ses expériences argumentant à la mode des dialogues platoniciens. Les Ragionamenti sont publiés en 1534. Nous trouvons notamment le fameux Dialogue entre la Nanna et la Pippa : Dialogo nel quale la Nanna insegna a la Pippa. [« Eccovi là i Salmi, eccovi la Istoria di Cristo, eccovi le Comedie, eccovi il Dialogo, eccovi i volumi divoti e allegri, secondo i subietti; e ho partorito ogni opera quasi in un dì… »]

*****************************

 Lettera al grande Michelangelo Buonarroti

Lettre au grand Michel-Ange Buonarroti

Le Jugement Dernier – Il Giudizio Universale
Fresque de Michel-Ange Buonarroti
Affresco di Michelangelo di Lodovico Buonarroti
La Chapelle Sixtine – Cappella Sistina
Le Vatican – Città del Vaticano
1535-1541

*******************************************************

Signor mio.
Mon Seigneur

Nel rivedere lo schizzo intiero di tutto il vostro dì del Giudicio, ho fornito di conoscere la illustre gratia di Rafaello ne la grata bellezza de la inventione.
Lors de ma dernière vision générale de votre Jugement, j’ai retrouvé l’illustre grâce de Raphaël dans la beauté de l’invention.
Intanto io, come battezzato, mi vergogno de la licentia, sì illecita a lo spirito, che havete preso ne lo isprimere i concetti u’ si risolve il fine al quale aspira ogni senso de la veracissima credenza nostra.
Cependant, comme baptisé, j’ai honte de la licence, si illicite à l’esprit, que vous avez prise dans l’expression des aspirations de notre vraie foi.

Adunque quel Michelagnolo stupendo in la fama, quel Michelagnolo notabile in la prudentia, quel Michelagnolo ammiranno nei costumi ha voluto mostrare a le genti non meno impietà di irreligione che perfettion di pittura?
Pourquoi donc ce Michel-Ange merveilleux en pleine gloire, ce Michel-Ange apprécié pour sa prudence, pourquoi ce Michel-Ange admiré a-t-il voulu montrer au moins autant d’impiété en religion que de perfection en peinture ?

È possibile che voi, che per essere divino non degnate il consortio degli huomini, haviate ciò fatto nel maggior tempio di Dio?
Et est-il possible que vous, être divin dédaignant la compagnie humaine, ayez commis cette chose dans le temple de Dieu ?
sopra il primo altare di Giesù?
De plus, au-dessus du premier autel de Jésus ? 

ne la più gran capella del mondo, dove i gran Cardini de la Chiesa, dove i Sacerdoti reverendi, dove il Vicario di Christo con cerimonie catholiche, con ordini sacri e con orationi divine confessano, contemplano et adorano il suo corpo, il suo sangue e la sua carne?
Dans cette la plus grande chapelle du monde, où les grands Cardinaux de l’Eglise, où les prêtres vénérables, où le Vicaire du Christ lors des cérémonies catholiques, avec les ordres sacrés et prières divines, confessent, contemplent et adorent Son corps, Son sang et Sa chair ?

Se non fusse cosa nefanda lo introdurre de la similitudine, mi vanterei di bontade nel trattato de la Nanna, proponendo il savio mio avedimento a la indiscreta vostra conscienza, avengaché io in materia lasciva et impudica non pure uso parole avertite e costumate, ma favello con detti irreprensibili e casti;
S’il n’y avait pas quelque chose d’infâme dans la similitude, je vanterais les qualités de mon traité de la Nanna, afin de mettre en regard mes sages manières à votre indiscrète conscience, utilisant des mots de circonstance et acceptable à une situation lascive et impudique mais je m’appuis sur une tonalité irréprochable et pure ;
et voi nel suggetto di sì alta historia mostrate gli angeli e i santi, questi senza veruna terrena honestà, e quegli privi d’ogni celeste ornamento.
et vous qui, pour un sujet où vous montrez les anges et les saints, n’offrez à nos yeux aucune décence terrestre, sans même aucun ornement céleste.

Ecco, i Gentili ne lo iscolpire, non dico Diana vestita, ma nel formare Venere ignuda, le fanno ricoprire con la mano le parti che non si scoprono;
Ici, les Gentils, qui ne sont pas vêtus en Diane mais en Vénus nue, positionnent leurs mains sur les attributs à ne pas découvrir ;
et chi pur è christiano, per più stimare l’arte che la fede, tiene per reale ispettacolo tanto il decoro non osservato nei martiri e ne le vergini, quanto il gesto del rapito per i membri genitali, che anco serrarebbe gli occhi il postribolo, per non mirarlo.
et un chrétien, qui estime l’art plus que la foi, reste le spectateur d’un véritable décorum où se montrent les martyrs et les vierges, avec le geste d’un damné retenu par ses membres génitaux, scène que, même dans un bordel, nos yeux ne pourraient regarder en face.
In un bagno delitioso, non in un choro supremo si conveniva il far vostro!
Dans une délicieuse salle de bain peut-être, mais pas dans un chœur suprême, votre œuvre à merveille conviendrait !

Onde saria men vitio che voi non credeste, che, in tal modo credendo, iscemare la credenza in altrui.
Il me semble préférable de ne pas croire que de croire en méprisant la croyance des autres.
Ma sino a qui la eccellenza di sì temerarie maraviglie non ne rimane impunita, poiché il miracolo di loro istesse è morte de la vostra laude.
Mais jusqu’ici l’excellence des merveilles téméraires ne reste pas impunie, car dans le miracle se meurt votre louange.
Sì che risuscitatele il nome col fare di fiamme di fuoco le vergogne dei dannati, et quelle dei beati di raggi di sole, o imitate la modestia fiorentina, la quale sotto alcune foglie auree sotterra quelle del suo bel colosso;
Oui, ressuscitez votre gloire en jetant dans les flammes  la honte damnés, et en inondant des rayons du soleil les bienheureux, ou imitez la modestie florentine qui, sous quelques feuilles d’or, cache les attributs de leur magnifique colosse ;
et pure è posto in piazza publica et non in luogo sacrato.
qui pourtant se place sur la place publique et non dans un lieu consacré.
Hor così ve lo perdoni Iddio, come non ragiono ciò per isdegno ch’io habbi circa le cose desiderate;
Que Dieu vous le pardonne, car je ne parle pas dans l’indignation de ne pas avoir trouvé ce que je désirais ;
perché il sodisfare al quanto vi obligaste mandarmi deveva essere procurato da voi con ogni sollecitudine, da che in cotale atto acquetavate la invidia, che vuole che non vi possin disporre se non Gherardi et Tomai.
car satisfaire ce que vous vous étiez obligé à m’envoyer devait être réalisé avec toute la diligence possible, afin que l’on ne puisse pas dire que les Gherardo et les Tomasso disposaient de vous.

Ma se il thesoro lasciatovi da Giulio acciò si collocassero le sue reliquie nel vaso dei vostri intagli non è stato bastante a far che gli osserviate la promessa, che posso però isperar io?
Mais si le trésor laissé par Jules II pour que ses reliques reposent dans le sépulcre de votre sculpture ne suffit pas à vos yeux à tenir votre promesse, que puis-je donc espérer ?


Benché non la ingratitudine, non l’avaritia di voi, pittor magno, ma la gratia et il merito del Pastor massimo è di ciò cagione;
Bien que l’ingratitude, bien que l’avarice, peintre magnifique, et la grâce et le mérite du souverain Pasteur ne soient pas ici en question ;
avengaché Iddio vuole che la eterna fama di lui viva in semplice fattura di deposito in l’essere di se stesso, et non in altiera machina di sepoltura in vertù del vostro stile.
car Dieu veut que Sa gloire éternelle vive dans une facture simple et non dans une hautaine sépulture de votre style.
In questo mezzo il mancar voi del debito vi si attribuisce per furto.
Cela signifie que manquer son devoir revient à réaliser un vol.
Ma con ciò sia che le nostre anime han più bisogno de lo affetto de la devotione che de la vivacità del disegno, inspiri Iddio la Santità di Paolo come inspirò la Beatitudine di Gregorio, il quale volse imprima disornar Roma de le superbe statue degli idoli che torre, bontà loro, la riverentia a l’humili imagini dei santi.
Mais comme nos âmes ont plus besoin de l’affection pour la dévotion que de la vivacité dans le dessin, Dieu inspire Sa Sainteté Paul comme il inspira le Bienheureux Grégoire en lui faisant enlever les ornements des superbes statues des idoles de Rome, avant de comprendre que cela nuisait au respect que l’on devait aux images des saints.

In ultimo, se vi fuste consigliato, nel comporre e l’Universo e l’Abisso e ‘l Paradiso, con la gloria, con l’honore et con lo spavento abbozzatovi da la istruttione, da lo essempio e da la scienza de la lettera che di mio legge il secolo, ardisco dire che non pure la natura e ciascuna benigna influenza non si pentirieno del datovi intelletto sì chiaro, che hoggi in vertù suprema favvi simolacro de la maraviglia, ma la providentia di chi regge il tutto terrebbe cura di opera cotale, sin che si servasse il proprio ordine in governar gli emisperi.
Enfin, si vous vous étiez fait conseillé pour cette composition et sur l’Univers, et l’Abîme et le Paradis, avec gloire, honneur, et terreur par l’exemple et la science de la lettre que de moi l’on connaît, j’ose dire que la nature et ses influences n’auraient pas entravé la si claire intelligence qui vous pare aujourd’hui, ainsi que la providence qui soutiendrait l’ouvrage, puisqu’elle assure la gouvernement des hémisphères.

Di novembre, in Vinetia, MDLXV.Servitore l’Aretino.
Novembre 1645 – Venise – Votre serviteur l’Arétin

Hor ch’io mi sono un poco isfogato la colera contro la crudeltà vostra usa a la mia divotione, et che mi pare havervi fatto vedere che, se voi siate divino, io non so’ d’acqua, stracciate questa, che anch’io l’ho fatta in pezzi, et risolvetevi pur ch’io son tale che anco i Re et gli Imperadori rispondano a le mie lettere.
P.S. Depuis que j’ai calmé ma colère contre la cruauté de votre réponse à ma dévotion, et vous avoir dit que, si vous êtes divin, moi, je ne suis pas d’eau, alors, déchirez cette missive en morceaux comme je l’ai fait, je suis ainsi fait que les rois et les empereurs répondent à mes lettres.

Al gran Michelagnolo Buonarroti. A Roma.
Au grand Michel-Ange Buonarroti. A Rome

***********************************

LETTRES DE L’ARETIN

******




PLASTIQUE Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – Plastice d’Annunzio

Plastice d’Annunzio

Gabriele D’Annunzio

prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

PLASTIQUE

Sonnet

 

PLATICE

Sonetto


 
Ed ancóra de l’arte amo i tormenti.
J’aime encore les tourments de l’art.
Ma un’angoscia mi punge irrequieta
Mais une angoisse me saisie et m’irrite :
se non meglio che i versi evanescenti
mieux que les versets évanescents,
domato avrei co ’l pollice la creta.
aurais-je peut-être apprivoisé l argile avec mes pouces ?

*

 Questi lunghi esercizii pazienti
Ces exercices de longues patiences
su le fragili pagine di seta
sur les pages de soie fragile
mi sembran vili. Muoiono su i vènti
me semblent vils. Meurent dans les vents
i suoni co’ i fantasmi del poeta.
les sons puis les images du poète.

*

 Oh come in vece nitide e sicure
Ô comme sont nettes et sûres
ne la materia imprimonsi le forme
les formes imprimées dans la matière
per l’ostinata pugna del lavoro!
par la lutte acharnée du travail !

*

 E come al vivo de la fiamma pure
Et avec la vie de la pure flamme
bàlzano poi dal minerale informe
sort ensuite des minerais informes
quelle perfette nudità che adoro!
ces nudités parfaites, que j‘aime!

ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Qualis artifex pereo ! (Sonnet) Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – (sonetto)

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Qualis artifex pereo !

Quel artiste périt avec moi !

Sonnet – Sonetto

Io sempre intorno a me piccole cose
Toujours autour de moi de petites choses
veggo. Oh al meno goder la visione
Je vois. Ah ! au moins profiter de la vision
 di Roma in fiamme e qualche milione
de Rome en flammes et avec quelques millions
di sesterzi pagare un vin di rose!
de sesterces pour me payer un vin de rose !

*

Tutta di sangue e d’oro si compose
Toute de sang et d’or se composait
una vita magnifica Nerone
le vie magnifique de Néron
Claudio e l’ornò con tutte le corone
et il l’orna avec toutes les couronnes
de la scena e del circo più frondose.
de la scène et du cirque les plus verdoyantes.

*

E, prima di morir, con infinito
Et, avant de mourir, avec infiniment
rammarico rimpianse l’Arte sola!
de regret, le seul Art il pleura !
Per lei quel braccio esercitato al disco
Pour lui ce bras exercé au disque

*

tremò quando, lo scriba Epafrodito
trembla quand, le scribe Epaphroditos
aiutando, accostò piano a la gola
en aide, toucha doucement à la gorge
il ferro. «Quale artefice perisco!»
le fer. « Quel artiste périt ! »

 

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

INVOCATION Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – INVOCAZIONE

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Hermaphrodite Ermafrodito Musée du Louvre gabriele d'annunzio


 INVOCAZIONE (sonetti)

Invocation  (sonnets)

Καλὸς τέθνακε μελικτάς.

 

Bocca amata, soave e pur dolente,
Bouche aimée, suave et douloureuse aussi,
qual già finsero l’Arte e il Sogno moi;
telle que déjà la pensèrent et l’Art et mon Rêve ;
ambigua forma, tolta a un semidio,
forme ambiguë, prise à un demi-dieu,
al bello Ermafrodito adolescente;
au bel adolescent Hermaphrodite ;

*

o bocca sinuosa umida ardente
ô bouche sinueuse humide
che a me, dove più forte urge il desìo,
qui, pour moi, où plus fort est le désir,
a me sommerso in un profondo oblìo
m’a immergé dans un profond oubli
uggi la vita infaticabilmente;
aspirant ma vie infatigablement ;

*

o gran chioma diffusa in su’ ginocchi
ô cheveux répandus sur mes genoux
miei nel dolce atto; o fredda man che spandi
dans la douceur de l’acte ; ô main froide qui jette
il brivido e mi senti abbrividire;
le frisson et me sent me glacer ;

*

o voi, tra i lunghi cigli languidi occhi,
ô vous, à travers des yeux aux longs cils baissés,
che v’aprite al mio grido ultimo e grandi
qui s’ouvrent à mon dernier cri et grands
lampeggiate guardandomi morire,
s’illuminent en me regardant mourir,

*

oh ch’io muoia, ch’io muoia al fin di vera
oh ! que je meurs, que je meurs enfin d’une véritable
morte e quel grido il grido ultimo sia
mort et que ce cri soit le dernier cri
veramente e di lacrime la mia
et que des larmes vraiment
spoglia s’irrori ne la dolce sera
tombent sur mon corps dans la douceur du soir

*

e tutti i mirti de la primavera
et tous les myrtes du printemps
le sian letto e gli aromi di Sirìa
soient son lit et les arômes de Syrie
l’aspergano ed in grave teoria
l’aspergent et que théorie se grave
la traggan per la pallida riviera
sur la pâle rivière

*

con lenti inni gli Efebi (a le seguaci
avec des hymnes lents des Ephèbes (à la suite
Vergini tremi sotto la ghirlanda
des Vierges tremblant sous la guirlande
la gota lungo il flauto sonora)
jouant le long de la flûte sonore)

*

e s’accendano gli astri come faci
et s’allument les étoiles comme des torches
e al termine degli inni in ciel si spanda
et à la fin des chants que dans le ciel s’ouvre
come una rosa la divina Aurora!
comme une rose la divine Aurore !  

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

LA MORT DU DIEU (Sonnet) Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – La morte del dio (Sonetto)

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Astarté Gabriele d'Annunzio la mort du dieu


LA MORT DU DIEU

La morte del dio

Ἀπώλετο παγὸς Ἄδωνις.

 

« Spargono del più dolce olio aromale
« Elles répandent de l‘huile aromatique douce
  élleno e di lor pianto le supine
et leurs larmes sur les positions couchées
membra del dio. Per ogni effuso crine
des membres du dieu. Par chaque mèche de cheveux
armoniosamente il dolor sale.»
harmonieusement la douleur croît« .

 O antico Sogno di deliziale
Ô ancien Rêve d’une délicieuse
morte, io ti prego che t’avveri al fine,
mort, je t’en prie réalise toi enfin,
se può la morte rendere divine
si la mort peut rendre divin
le mie membra su ’l letto funerale!
mes membres sur le lit funéraire !

«Al ciel vermiglio, ove il dolor si spande
« Au ciel vermillon, où la douleur se répand
solo, tendon le braccia e ne l’ebrezza
seule, elles tendent les bras et dans l’ivresse
lùgubre chiamano a gran voce Astarte.»
lugubre appellant à pleine voix Astarté « .

Così moriva il Giovine, in un grande
Ainsi mourut l’Adolescent, dans un grand
mistero di dolore e di bellezza
mystère de douleur et de beauté
quale già finsero il mio Sogno e l’Arte.
comme déjà le pensèrent et mon Rêve et Art.

 

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 77 -CANZONIERE PETRARCA Sonetto 77

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 77
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 77

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 77

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

77/366

Per mirar Policleto a prova fiso
Le sculpteur Polyclète par des traits fins
con gli altri ch’ebber fama di quell’arte
avec le renfort des plus fameux dans cet art
mill’anni, non vedrian la minor parte
et ce durant mille ans, n’auraient même pas vu une petite partie
de la beltà che m’ave il cor conquiso.
la beauté qui a conquis mon cœur.

**

Ma certo il mio Simon fu in paradiso
Bien sûr, mon Simon s’en fut au paradis
(onde questa gentil donna si parte),
(d’où cette dame vient),
  ivi la vide, et la ritrasse in carte
il la vit, et l’a dépeinte dans les cartes
per far fede qua giú del suo bel viso.
pour évoquer ici-même son beau visage.

**

L’opra fu ben di quelle che nel cielo
L’œuvre fut bien de celle qui dans le ciel
si ponno imaginar, non qui tra noi,
se peuvent imaginer, non ici parmi nous,
ove le membra fanno a l’alma velo.
où les membres sont des voiles de l’âme.

**

Cortesia fe’; né la potea far poi
Courtoisie, il fit ; ne pouvant le faire ensuite
che fu disceso a provar caldo et gielo,
une fois descendu éprouvant le chaud et le gel,
et del mortal sentiron gli occhi suoi.
et comme mortels ses yeux se ressentirent.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 77
le chansonnier Pétrarque 77
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 74-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 74

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 74
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 74

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 74

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

74/366

Io son già stanco di pensar sí come
Je suis déjà fatigué de penser comment
i miei pensier’ in voi stanchi non sono,
mes pensées en vous se trouvent sans en être las,
 et come vita anchor non abbandono
et comment la vie encore ne m’abandonne
per fuggir de’ sospir’ sí gravi some;
Pour fuir de si graves soupirs ;

**

Et come a dir del viso et de le chiome
et que dire du visage et de la chevelure
et de’ begli occhi, ond’io sempre ragiono,
Et de ces yeux si beaux, dont toujours je parle,
non è mancata omai la lingua e ’l suono
n’ont manqué ni la langue ni le son
dí et notte chiamando il vostro nome;
jours et nuits à crier ton nom ;

**

Et che’ pie’ miei non son fiaccati et lassi
et que mes pieds ne soient point lourds et las
a seguir l’orme vostre in ogni parte
à suivre les traces en toutes parts
perdendo inutilmente tanti passi;
perdant inutilement de nombreuses pas ;

**

Et onde vien l’enchiostro, onde le carte
et d’où vient l’encre et d’où viennent les feuilles
ch’i’ vo empiendo di voi: se ’n ciò fallassi,
qui se remplissent avec vous : si je défaille,
colpa d’Amor, non già defecto d’arte.
la faute est d’Amour et non par défaut de l’art.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 74
le chansonnier Pétrarque 74
canzoniere poet

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO de GONGORA Texte & Traduction Epuisé et malade, pèlerin

BILINGUE ESPAGNOL-FRANCAIS – TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE- ARTGITAO

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO …
1594

Descaminado enfermo péregrinoLuis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Descaminado Enfermo Péregrino

Epuisé et malade, pèlerin

 

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
en tenebrosa noche, con pie incierto
dans la nuit sombre, incertaine à pied
la confusion pisando del desertio,
déambulant dans la confusion désertique,
voces en vano dio, pasos sin tino.
il appelait en vain mais marchait sans fin.

**

Repetido latir, si no vecino,
Il entendit des jappements répétés, rapprochés,
Distincto oyo de can simpre despierto,
Et puis, plus distinctement, les yeux d’un chien grands ouverts,
Y en pastoral albergue mal cubierto
Et dans une auberge mal couverte
Piedad hallo, si no hallo camino.
Ne trouvant pas sa route, il trouva du réconfort.

**

Salio el sol, y entre arminos escondida,
Le soleil se leva, et cachée d’hermine,
 sonolienta beldad con dulce sana
une beauté endormie avec une saine douceur
 salteo al no bien sano pasajero.
se jeta sur le passager engourdi.

**

Pagara et hospedaje con la vida,
Et il paya l’hébergement de sa vie,
 mas le valiera errar en la montana,
il lui eût été préférable encore d’errer dans la montagne,
   que morir de la suerte que yo muero.
que de mourir de la sorte !
 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

INSCRIPCION PARA EL SEPULCRO DE DOMINICO GRECO de LUIS DE GONGORA Texte & Traduction

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Esta en forma elegante, oh peregrino…
Vers 1614

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco
Inscription pour le sépulcre du Gréco

 

Esta en forma elegante, oh peregrino,
C’est dans cette forme élégante, Ô pèlerin,
de pórfido luciente dura llave,
brille la clef du dur porphyre,
el pincel niega al mundo más süave, 
que se niche le pinceau au monde le plus doux
que dio espíritu a leño, vida a lino.
qui au bois donna de l’esprit et de la vie à la toile.

**

Su nombre, aún de mayor aliento dino
Son nom, d’un souffle encore plus digne
que en los clarines de la Fama cabe, 
que celles que joueraient les trompettes de la renommée,
el campo ilustra de ese mármol grave:
illustre le champ de cette tombe de marbre :
venéralo y prosigue tu camino.
vénérez-la et passez votre chemin.

**

Yace el Griego. Heredó Naturaleza 
Ici gît le Greco. Il a hérité de la nature
Arte; y el Arte, estudio; Iris, colores; 
Son Art, et de l’Art, sa connaissance, de l’Iris, ses couleurs;
Febo, luces -si no sombras, Morfeo-.
de Phébus, la lumière, de Morphée, les ombres.

**

Tanta urna, a pesar de su dureza, 
Que cette urne, malgré sa dureté,
 lágrimas beba, y cuantos suda olores
boive les larmes, et les fragrances qui exhalent
corteza funeral de árbol sabeo.
des écorces de l’arbre funéraire.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

THINGS MEN HAVE MADE DH Lawrence Traduction Française

LITTERATURE ANGLAISE -English Littérature
THINGS MEN HAVE MADE DH LAWRENCE
David Herbert Lawrence
1885-1930 

Things men have made DH Lawrence Poem Traduction Argtitato Les Choses que les Hommes ont faites


THINGS MEN HAVE MADE
LES CHOSES QUE LES HOMMES ONT FAITES

Things men have made with wakened hands, and put soft life into
are awake through years with transferred touch, and go on glowing for long years.
Les choses que les hommes ont faites avec leurs mains éveillées, où s’est immiscée la vie en douce, sont éveillées pour des années avec ce transfert du toucher, et rayonnent pendant de longues années.
And for this reason, some old things are lovely
Et pour cette raison, certaines choses anciennes sont belles
warm still with the life of forgotten men who made them.
réchauffées  encore avec la vie des hommes oubliés qui les ont faites.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

Poemes de DH Lawrence DH Lawrence's poems Artgitato